« Une société qui ne protège pas ses anges gardiens est vraiment malade », dénonce le commandant de la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

55 contributions

  1. Albatros24 dit :

    Le pompiers sont de plus en plus agressés par des malades qui sont dans la rue ou chez eux et qui devraient être pris en charge dans des unités de soins adaptés.
    Il y en a de plus en plus et c’est notre société qui fabrique ces fous…

    • Jm dit :

      Je suis quand même assez étonné par le nombre de personnes atteintes psychiatriquement.
      Ou alors, on ne nous dit pas tout ……

  2. Barfly dit :

    Le fait d’agresser gratuitement des pompiers n’est qu’un symptôme de plus sur la longue liste des maux qui affectent la France et qui la rendent de plus en plus malade. Si ça continue nous serons pas loin du collapse.

    Rien que dire ça : « agresser des pompiers » cela me semble tellement absurde et ça en dit long sur la profonde connerie, l’irrespect, la haine des gens qui agissent ainsi, des gens irrécupérables et qui de toute façon n’ont aucune envie d’être récupérer vu qu’ils détestent la société dans laquelle ils vivent. Dès fois, je me demande « avons nous atteint un point de non retour ? »

    • batgames dit :

      bah oui ,on y est !
      et l’immigration de masse ne va faire que renforcer les peurs une fois de plus …l’augmentation des ethnie non européenne d’origine aussi ..mais c’est peut être ce qui est recherché par les pseudos association de bienfaisance derrière lesquelles beaucoup se cache des financements pas très clairs …et le vrai but est bien loin de l’humanitaire …

      • Clément dit :

        Be oui, c’est la faute aux immigrés, bien sure !
        Comme tout : la crise financière, la pédophilie, la violence, … c’est la faute aux immigrés, surtout pas la notre ou la votre, on est parfait vue qu’on est français^^

  3. Fralipolipi dit :

    RIP à cet homme de bien.
    Condoléances à sa famille.
    Et courage à ses frères d’armes.

  4. Nous sommes solidaires des Pompiers, des policiers, de la gendarmerie et des armées qui concours tous à assurer la sécurité du pays et des citoyens souvent au péril de leur vie.

    • TINA2009 dit :

      Bsr Paul André Rebollo Mayo §

      Moi également :
      – Alors ….. Quye proposez – vous , comme actions concrètes, auxquelles vous participerez sur le terrain, en Cie des autres camarades et frères d’armes ???
      – Moi , je propose des patrouilles et Services d’urgences supplémentaires , pour s’occuper des personnes rencontrées lors des patrouilles. Soit 2 personnes par secteur … Et donc 2 personnes supplémentaires , dotées des moyens adéquats ( y compris le port et l’utilisation d’armes à feu ou non) Ps : Les Anciens sont les Bienvenus , en priorité !

  5. Albatros24 dit :

    Souvent même la police fait appel aux pompiers car elle ne se sent pas apte à gérer certains individus. Le 18 et les urgences sont les derniers recours de la société, des gens et pas qu’à Paris ou dans les grandes villes, notre société est effectivement devenue bizarre (individualiste consumériste égoïste et intéressée). Ainsi beaucoup d’islamistes relèvent eux-même de la psychiatrie, il me semble que c’est avéré pour la moitié des terros qui sont passés à l’acte en France. Les VSAB servent souvent à convoyer des gens malades mentalement (et sanglés sur le brancard) dans des lieux où des malades physiques seuls devraient être en principe traités. Puis le malade sortira de l’hôpital, habité de ses lubies ou fantasmes plus ou moins morbides suite à une addiction chronique souvent, et déambulant librement dans la rue, vous le croiserez peut être. Combien de fois en ai je vu puis revu à les transporter aux Urgences dans un état sanitaire et odorant délabré…Le danger se reporte donc aussi sur le personnel de soins hospitaliers puis sur les gens dans la rue ou les voisins de palier. Sur vous au final.
    Selon moi il est temps de redonner aux policiers/gendarmes la présomption de légitime défense que devrait leur conférer normalement leur état d’agents assermentés (devant les juges)…Il y a bien sûr des cas d’abus – on le voit aussi chez les prêtres ou enseignants avec les jeunes (l’épouse de notre président par exemple…et sans cesse présentée comme un modèle dans nos journaux) – Mais ces cas restent très minoritaires et il faut arrêter de toujours vouloir trouver un coupable policier ou gendarme quand un délinquant est blessé voire tué alors même que tout prouve la comportement erratique et dangereux du délinquant. Dans le cas de ce fou il aurait fallu l’immobiliser avec du gaz et à plusieurs policiers, voire lui tirer dessus s’il brandit un couteau. Comme cela est toléré dans toute société saine en fait. Au final la société doit être protégée et pour l’être de manière effective, doit elle -même protéger ses « anges gardiens » pompiers ou gendarmes…si elle ne veut pas les voir au final déserter ou capituler et être elle-même mise en danger au final . Ce sont les policiers qui se suicident pas les délinquants, il ne faudrait pas que bientôt ce soient les pompiers.
    D’une façon générale, nous n’investissons pas dans les infrastructures et les entreprises innovantes et nous laissons se déliter nos services publics les plus importants. Pas d’emploi, ni de vraie sécurité
    y compris dans son travail, une société plus dure dans les faits, des gens fragilisés et mal éduqués par des parents démissionnaires dans une société individualiste…on est mal partis. Il est temps de se reprendre de réinvestir tous les champs importants et d’en délaisser de côté d’autres : secondaires et coûteux au final.

  6. Fonctionnaire territorial dit :

    J’approuve évidemment le commandant de la BSPP.
    Je replace ici, en copier-coller, l’opinion que j’ai exprimée la première fois que cette affaire a été évoquée sur opex360. Mon avis est celui d’un professionnel qui a traité ce genre de cas : j’expose des notions fortes et basiques mais méconnues quant à l’obligation d’interner les fous dangereux.
    .
    Cette obligation d’internement n’est pas nouvelle ni liée à nos problèmes sociologiques actuels : moins d’un an après la prise de la Bastille (pourtant très symbolique concernant la liberté individuelle) cette obligation d’internement était déjà affirmée par un décret-loi de 1790. Celui-ci a été constamment réactualisé depuis lors et il figure désormais au Code de la Santé publique.
    .
    Ce qui me scandalise (et c’est pourquoi j’y reviens), c’est la lâcheté des médecins-psy qui connaissent parfaitement le Code de la Santé publique et c’est la lâcheté des Maires qui refusent d’écouter des professionnels comme moi. Lâcheté camouflée sous des vagues notions de morale, des bons sentiments, résultant peut-être aussi d’une impression d’irresponsabilité personnelle.
    .
    Pour éviter que de tels drames se reproduisent, l’on doit maintenant compter sur la répression judiciaire qui sanctionnera (qui devrait sanctionner) sévèrement les manquements graves des médecins-psy et des élus qui s’abstiennent d’accomplir leur mission.
    .
    Mon opinion, postée ici le 6 septembre : « la responsabilité (et culpabilité) est celle des personnes qui n’ont pas appliqué la loi depuis que le danger était connu. La loi est formelle et sans nuance : les fous dangereux doivent être enfermés.
    Les médecins qui n’ont pas signalé le danger, le maire (première autorité de police) qui n’a pas fait procéder à l’internement psychiatrique. »

    • Carin dit :

      À fonctionnaire territorial
      Ou la maman du mis en cause qui n’a pas signalé aux médecins que son fils avait cessé son traitement médical… etc…etc.
      La procédure dont vous parlez s’appelle « internement d’office » et est effectivement soumise à accord des maires… ainsi qu’aux frais des mairies… ceci explique cela..
      Pour ma part la seule réponse dans ce genre d’intervention c’est un véhicule police/gendarmerie seuls habilités (et équipés pour)l’emploi de la force stricte et nécessaire. Et pour ce qui concerne le SAMU, sachez qu’ils délègues même à des ambulances privées lorsqu’il s’agit de lieux ou de gens qui craignent… c’est pas nouveau.

      • PK dit :

        @ Carin
        .
        La HO n’est pas soumis au maire : juste à la signature de deux médecins, dont un sur place (on prend le second aux urgences (façon élégante de contourner la loi)).
        .
        La HO ne relève dès lors plus des SP quand il s’agit d’un malade mental donc ambulance privée. Comme il y en a très peu, surtout à 2:00 du matin, en général, avec les accords passés avec le SAMU, ce sont les SP qui s’en chargent sous la dénomination de « carence d’ambulance privée », permettant au SDIS de se faire rembourser l’intervention auprès du SAMU.
        .
        Ça fait 15 ans que cela dure… Et toujours pas plus d’ambulances qu’avant. Il faut croire que la situation arrange tout le monde.

    • Allobroge dit :

      Pourtant avec le principe de précaution !!……

  7. Bikoro dit :

    « Une société qui ne protège pas ses anges-gardiens est vraiment malade ». Tout est dit.
    RIP au Sapeur-Pompier décédé.

    • Castel dit :

      Tout à fait d’accord, sauf que c’est d’abord aux gradés de penser à protéger ses hommes, en ne les envoyants pas dans des missions, pour lesquelles, ils ne sont pas à priori habilités….
      Pourquoi en effet pour envoyer des pompiers intervenir sur un fait qui relève avant tout de la psychiatrie ?
      Comme je l’avais déjà écris, dans un post antérieur, il y avait au moins 3 services qui me semblait plus compétents pour intervenir dans ce cas là, à savoir:
      La police, la gendarmerie, et même les infirmiers psychiatriques….
      Pourquoi, dans ces conditions mettre leurs hommes en première ligne, alors qu’ils auraient pu se tenir en léger retrait, si par exemple l’individu avait tenté de mettre le feu, mais en laissant intervenir d’abord les services plus compétents qu’eux pour cette intervention….

      • Lejys dit :

        Dans le domaine des » y’a qu’à » et « faut qu’on », vous êtes pas mal…..
        Les règles d’engagement des sapeurs-pompiers en général et de la BSPP en particulier répondent d’un règlement opérationnel, signé par le préfet, et qui contient notamment une grille des départ des secours.
        Dans le cas présent, c’est d’abord le SAMU qui a été sollicité (cf. l’article). Ce dernier, comme c’est prévu également, a déclassé cette intervention d’urgence médicale (de leur ressort) à prompt secours et transmis le demande secours à la BSPP, faisant retomber la responsabilité de l’intervention aux sapeurs-pompiers qui se doivent alors d’intervenir. Et c’est ce principe que dénonce à raison le général: les SP récupèrent beaucoup d’interventions qui ne devraient pas être de leur compétence à cause de « schémas éculés », et en plus sans avoir toutes les informations nécessaires. Et le ministre de l’intérieur a abondé dans ce sens en demandant au préfet de police, responsable de l’organisation des secours sur les 4 départements d’Ile de France, de revoir ce schéma.
        Donc ce ne sont pas que des méchants gradés qui s’amusent à mettre en danger la vie de leurs hommes qui sont responsable de cette situation, mais une organisation générale de plusieurs services à revoir.

        • Fonctionnaire territorial dit :

          @ Lejys
          Je crains que ce règlement opérationnel ne tienne pas compte de la loi sur l’assistance à personne en danger : l’assistance est due à la condition expresse de ne pas mettre les sauveteurs en danger (que ces sauveteurs soient civils ou militaires, la loi est la même).
          .
          L’on a un problème particulier dans le cas de la BSPP, c’est que le contrôle de la légalité du règlement opérationnel est fait par ledit Préfet.
          Ce n’est évidemment pas le même service qui fait les deux mais ça n’empêche qu’il y a une situation administrative un peu délicate qui devra être examinée par l’enquête administrative à laquelle donne (ou donnera) lieu cette tragique affaire.

  8. Anaxagore dit :

    Ce n’est pas la société qui est coupable, mais l’Etat. En particulier les Présidents de la République et ministres qui se sont succédé et ont redoublé de laxisme pour complaire à leur gauche. Voilà le résultat… Et ce n’est pas le PR actuel et son ministre de la justice qui vont améliorer les choses, le projet actuel destiné à désengorger les prisons étant dans la pure ligne Taubira.
    La société n’est pas coupable, si ce n’est de ne pas plus exprimer sa colère de peur d’être taxée de « camp de la haine ».

    • Castel dit :

      @ Anaxagore
      Votre post sent la récupération politique à plein nez…..
      En effet de quoi s’agit-il dans cette affaire ?
      On a fait appel, aux sapeurs pompiers, pour un problême psychiatrique qui ne les concernait pas à priori…..
      Au lieu de trasmettre cet appel aux services compétents, ceux-ci ont choisi d’intervenirde leur propre initiative, malgré le risque potentiel encouru….
      Mais, un dément restera toujours un dément, et on en a toujours eu dans le passé, et malheureusement, il y en aura toujours aussi dans l’avenir…
      Alors à mon avis, compte tenu des agressions qu’ils subissent parfois, dans ce cas précis, c’était à eux de ne pas prendre un risque supplémentaire avec cette intervention, et de laisser faire les services compétents, en se tenant prêts à intervenir, si ceux-ci leur demandait, mais pas avant !!

      • Allobroge dit :

        Et voilà, c’est la faute aux pompiers ! Bon sang mais c’est bien sûr !

      • Jm dit :

        Non.
        Il ne s’agit pas de récupération, mais d’un fait.
        Quand on voit que toutes peines de prisons inférieures ou égales à 2 ans ne sont pas effectuées, quand on voit que désormais, il n’y aura plus d’enferment pour des peines de quelques mois, mais des travaux d’intérêt général (qui va faire travailler des gens préférant vivre aux crochets et aux dépends de la société ?????) , c’est la porte ouverte à ce que vous appelez des « petits délits », ou des « incivilités ».
        Mais en terme de droit (et il me semble que la France est toujours un état de droit, non ?) il n’y a pas de « petits délits ».
        Il y a délits avec des peines en conséquence.
        Vu comment cela se passe, et le laxisme de la Justice sur fond de non emprisonnement pour cause de surpopulation carcérale (il serait également bon de se pencher sur le pourquoi de cette surpopulation, et l’origine des incarcérés – allez faire un tour à la prison des Baumettes….) , nous visons actuellement les prémices d’une violence qui va aller crescendo sans réponse judiciaire adéquate.
        La seule réponse sera de faire justice soi-même.
        Ce qui n’est pas, je le conçois, la solution. Mais pour l’instant, une solution…..

  9. Sempre en Davant dit :

    Curieux sentiment de décalage.
    Autrefois (fin années 80) ce sont les pompiers qui laissaient aux flics les cadavres et pourtant ils faisaient parfois le coup de poing pour dégager des policiers pris à parti.
    .
    Au demeurant [ « agité, aux antécédents psychiatriques (schizophrène, bipolaire) et en rupture de traitement » mais sans « notion de dangerosité immédiate » ] c’est un contresens évident!
    Il va falloir que la BSPP se mette au TIOR qui semble bien réussir aux « sentinelles ». Qu’elle intégre ab initio la sortie d’arme et l’agression par le secouru, ou des témoins, dans ses entraînements.
    .
    Le même entraînement (et apprentissage de la vigilance) profiterait également aux soignants et à tout le personnel hospitalier…
    AD les moniteurs TIOR de la zone de garnison et des le début des études?
    .
    Tous mes vœux de prompt et complet rétablissement au Sergent!

  10. lym dit :

    « En clair, le général Gallet estime que le « coeur du métier » de la BSPP est la lutte contre les incendies et les urgences graves… Et non l’intervention pour des cas pouvant relever d’autres services. »

    Ce n’est pas faux… Mais pour s’assurer qu’on n’appelle plus si cela sort du « cœur de métier », il y a d’autres méthodes:
    https://www.youtube.com/watch?v=pu5Dv5z9Tro
    Mais bon, pas certain que le proprio du matou achète le prochain calendrier… Et la prochaine fois, les pompiers pourraient bien venir le ramasser car il aura tenté de gérer le problème lui-même.

    Il faudrait quand même voir à ne pas sacrifier le capital sympathie incontestable de la profession suite à un tel drame. Un stage chez les infirmiers psychiatriques serait sans doute plus utile pour apprendre à juger ce type de personne et éviter d’être surpris par la ruse/lâcheté.

  11. Phil94 dit :

    Encore une personne originaire d’une ‘autre culture’ qui tue. Il va être jugé ‘déséquilibré’ comme d’habitude et non responsable de ses actes.
    Quel tristesse pour la famille!
    Et maintenant on parle de relacher tous ceux dont les peines sont inférieures à 6 mois, violence/racket ou pas!
    On ne pense JAMAIS aux victimes de ces personnes violentes qui ne veulent que le chaos! Les seuls mots corrects qui sortent jamais de leurs bouches sont ceux dictés par leurs avocats… et le pire: cela marche!!!

    • Castel dit :

      D’une « autre culture » d’après vous…..
      Pourquoi, connaissez vous son identité ?
      Et croyez vous qu’il aie fallut attendre que des gens d’une « autre culture » viennent chez nous pour qu’il y ait des « jobards » en France ?
      Alors, me direz vous, on en toujours de trop, et on a pas besoins de ceux des autres…
      c’est tout à fait juste, mais n’affirmez pas sans savoir, car le sujet me parait trop grave, pour raconter n’importe quoi !!

  12. Gégétto dit :

    Immense respect pour ces hommes qui font un métier fantastique.
    Il s agit ,dans ce cas, d un acte imprévisible commis par une personne malade;il me semble qu il y a une erreur dans le traitement de cette intervention,elle ne relevait pas de la présence de pompiers .Le malade aurait dû ( à mon avis ) être mis sous sédation et interné en hôpital psychiatrique sans intervention des pompiers.
    Mais cet acte ne doit pas faire oublier que dans la majorité des cas, les pompiers sont victimes d actes violents commis par des jeunes en pleine possession de leurs moyens. On caillasse et tabasse joyeusement dans certains quartiers de France,sans aucune inquiétude :Policiers,pompiers,médecins etc…

  13. Lagaffe dit :

    « Cela fait longtemps que nous dénonçons l’augmentation des agressions contre les pompiers en intervention », a déclaré Eric Faure, président de la Fédération nationale des Sapeurs-pompiers (FNSPF).
    Même écho chez André Goretti, président de la Fédération autonome, premier syndicat chez les sapeurs-pompiers. « Ce que nous réclamons depuis de nombreuses années, c’est l’accompagnement par les forces de l’ordre (…) lorsqu’il y a intervention à risque sur des cas de démence, des feux de poubelles, des feux de véhicules dans des zones prioritaires ou autre organisation de guet-apens ».
    Le gouvernement dit travailler pour améliorer la coopération entre les pompiers et les forces de l’ordre, mettant en avant les mesures prises pour favoriser le dépôt de plainte des pompiers et le renforcement des sanctions pénales contre les auteurs de ces violences.
    Le ministère de l’Intérieur veut aussi mettre l’accent sur la formation des pompiers à la négociation et aux techniques de défense face à une personne agressive.

  14. Thaurac dit :

    Pour un énervé le tazer fait l’affaire, cela protège l’intervenant et aussi la vie du forcené qui pourrait être amené à s’exposer à des tirs.
    Bon, je vois mal quand même comment faire sur les feux de voitures ( ou embuscades) dans les banlieues sous les projectiles des racailles, à moins de laisser tout bruler, y compris les immeubles, ils se démerderont eux mèmes pour l’éteindre si leur famille est menacée…

  15. Robert dit :

    Tout à fait d’accord.
    Les pompiers comme les policiers sont en situation de conflit dans de nombreux quartiers connues de nos villes. Conflit parce que des populations d’importation ont d’autres moeurs plus brutaux ou parce que des citoyens désaxés sont en plus grand nombre et dangereux qu’avant à cause, entre autre, de l’individualisme et de l’égoïsme de nos sociétés. Plus de solidarité naturelle, de famille protectrice dans une société accompagnatrice. Quand les solidarités naturelles dont la famille explosent, l’Etat se retrouve impuissant, malgré ses prétentions, à assumer ces manques.
    Dès lors, il devrait être obligatoire de subir une formation à l’autodéfense voire une protection armée, sinon c’est par centaines que nous les compterons comme victimes maintenant que c’est enclenché.
    Honneur à ces soldats.

  16. FR dit :

    Les pompiers doivent se contenter d’intervenir dans les territoires qui sont sous notre souveraineté. Cela réglera tous les problèmes.

    • Robert dit :

      FR,
      Mais les français pauvres souvent qui habitent ces quartiers comme les immigrés qui se comportent bien, on les abandonnent aux racailles, aux islamistes et aux désaxés de tout genre?
      Vous posez le problème en terme de résignation fataliste, c’est à eux de partir, de craindre, de souffrir, pas aux gens qui n’ont rien à se reprocher.

  17. Jf dit :

    « Pompiers ange gardien  » faut pas exagérer
    Leur comportement a aussi suivi l évolution de notre société instable
    C est fini le bon Temps des pompiers sympas . Il y a de tout chez eux aussi
    Mais heureusement encore des bons
    Mais des moiNs bons aussi .
    C est vérolé chez eux aussi pour l voir constate plusieurs fois Et des amis aussi . Il y a aussi du relâchement général ils veulent Comme Nous tous profiter Et ca se remarque Rien qu en passant devant les casernes en les voyant faire etc
    Génération Apple store

    Cela étant dit la mort du jeune est triste et aurait pu être évité si il y avait pas de relâchement généralisé .
    L évaluation de la dangerosité à ete bâclée et un camarade en a perdu la vie . Prions pour lui ,Et qu il Soit reçu Avec les gentils et les bienheureux
    Et d ailleurs réapprenez tous à prier .
    Les eglise vous attendent

    • PK dit :

      @ jF
      .
      Les anciens s’assurent que les jeunes reçoivent la flamme et la tradition.
      .
      Contrairement à la mode bisounours made in Education Nationale 2.0, à la caserne, on vire les incompétents.
      .
      Chaque année, presque, on en vire chez nous. Donc tous ceux qui restent sont à la hauteur.

    • Jm dit :

      Mouais.
      Mais dans les églises, il y a actuellement beaucoup de moins bons.
      Alors, votre leçon de morale à deux balles..
      Venez chez nous, vous verrez,comme dans toutes les casernes, des gens sérieux, motivés, intègres et dévoués.
      Et sachez que le corps des Sapeurs-Pompiers, civils et militaires, fait « sa propre police » en interne, les brebis galeuses sont très vite isolées et écartées.
      Il y a un état d’esprit que beaucoup envient, celui qui n’est pas dedans « dégage ».

      • Robert dit :

        JM,
        Pourquoi « les églises »?
        Les affaires scandaleuses de pédophile, pédérastie, dans l’Eglise sont reprises en boucle mais ce genre de problème se passe encore plus dans les familles, c’est même la majorité, dans les lieux d’éducation, dans les autres religions ou le célibat consacré n’existe pas.
        Si vous croyez qu’une réalité est déconnecté d’un ensemble parce que les médias s’acharnent exclusivement contre l’Eglise, vous croyez à leur honnêteté et vous avez tort.
        Toutes les communautés, tous les lieux ou des enfants ou des jeunes sont présents sont visés par pédophiles et pédérastes. Les torts de l’Eglise sont à partager avec toutes les communautés car elles sont aussi concernées qu’elle. Mais faire abolir le célibat consacré et le secret de confession, qui n’ont pourtant rien à voir avec ces crimes, sont une priorité de notre société derrière ces discours moralistes hypocrites et cette dénonciation unanime, comme pousser l’Eglise catholique à faire des concessions sur la morale et la doctrine. Je connais des couvents ou séminaires ou l’homosexualité règne, il aurait fallu les fermer depuis longtemps, mais notre société fait tout au contraire pour leur promotion. Or, aux USA, le cardinal Mac Carrick a séduit et abusé de centaines de jeunes séminaristes ou prêtres et aucun média ne le dénonce. Ce serait pourtant lever un voile sur l’absence de discernement moral des candidats et la promotion de l’homosexualité dans certains lieux de l’Eglise, homosexualité qu’on retrouve à côté de la pédérastie chez nombre d’abuseurs de jeunes garçons, au moins 80% aux USA. Pourquoi personne ne mentionne cette réalité et ne réclame une enquête sérieuse pour tarir cette cause de violences sexuelles sur des mineurs ?
        Quand ces crimes ont commencé dans l’Eglise disons il y a une génération, les accusations plus anciennes manquent de témoins et de preuves pour donner lieu à des procès, l’Eglise avait suivi le vent des révolutions dont 68 en abolissant le discernement traditionnel des candidats au sacerdoce et en mettant Freud avec sa théorie sexuelle partout dans les séminaires. Résultat visible aujourd’hui, beaucoup de candidats qui auraient du être écartés naturellement, manque d’équilibre ou de maturité affective ou tendance homosexuelle, ont pu devenir prêtre, dont de nombreux homosexuels qu’on retrouve cinquante ans plus tard accusés de crimes dont on n’accuse pas leurs travers et leur faiblesse mais l’Eglise seule comme si l’Eglise n’était pas composée d’hommes qui ont des responsabilités personnelles.
        Ceux qui font la promotion fanatique de ces désordres et de ce laxisme sont aujourd’hui à accuser l’Eglise d’avoir fait ce qu’ils encouragent y compris dans l’Eglise, une sexualité sans restrictions et l’homosexualité.
        Autant, il faut nettoyer l’Eglise de toute cette pourriture sans faiblesse, sanctionner ceux qui n’ont pas dénoncé quand c’était possible, tarir les causes pour que cela ne recommence plus. Autant, ceux qui font la promotion de tous les désordres sexuels dès l’enfance dans les écoles ne sont pas les mieux placés pour les leçons de morale.
        L’Eglise est moins dangereuse pour un enfant que l’éducation nationale ou un club de sport, après avoir été formaté par la pornographie sur internet et perdu tous repères moraux, en faisant une proie facile pour les pervertisseurs.
        Ceux qui doivent être chassés de mission dans l’Eglise partagent des moeurs voisines avec nos élites et l’état d’esprit de la société actuelle.

        • Thaurac dit :

          Sans parler des religions ou pays qui autorisent le mariage à 13 ans, ou de prendre pour épouse sa belle fille…..
          Pédophilie autorisée, sanctifiée…d’ailleurs , vu leur paradis, un bordel avec 72 vierges, plus rien ne m’étonne…

        • Jm dit :

          Ce n’est pas moi qui envoie les gens dans les églises, mais JF (reprenez son post supra ; Et d ailleurs réapprenez tous à prier .Les églises vous attendent).
          Et en ce qui concerne les églises, cela ne date pas de 1968, mais bien avant ; le droit de cuissage des curé, pour essayer la mariée, parlez-en à mon beau-p-re, 91 ans actuellement, qui n’a pas hésité à mettre une droite à un curé en 1949.

          • Robert dit :

            JM,
            Le droit de puisage n’a jamais existé, c’est une invention de la légende noire contre l’Eglise. Et cette accusation visait les seigneurs féodaux, pas le clergé.
            Mais des hommes d’Eglise peuvent mal se comporter, comme tous les hommes, ce qui ne justifie pas de s’en prendre à tous les prêtres.
            Durant la Renaissance par exemple, toute la morale sexuelle était remise en cause, dans tous les milieux. Pourtant, il y a eu un magnifique clergé qui l’a refusé et combattu.
            La débauche d’un certain clergé était considéré comme lamentable et scandaleuse, aujourd’hui elle serait considéré comme normale et légitime.
            Je doute du « témoignage » de votre grand père, même s’il reste possible qu’il soit véridique. Toutefois, les anti cléricaux ont tous des « témoignages » inventés concernant la débauche du clergé pour justifier leur aversion de l’Eglise. Il existe des récits bidonnés écrits pour nuire mais ne reposant sur aucune réalité. Personne ne vous oblige à être catholique, mais pour la morale je doute qu’il n’y ait rien à remettre en cause chez vous, sinon vous seriez un saint et nous ne considérons pas être des saints mais des pécheurs pardonnées et aimés, si on se repent bien sûr, par un Dieu miséricordieux.

  18. Xaintrailles dit :

    Si les pompiers arrivent presque toujours les premiers sur les lieux des sinistres, et que leurs demandes de protection par la police ou la gendarmerie sont inopérantes, pourquoi dans le cas de la BSPP qui est une institution militaire, n’ont-ils pas tenté d’assurer eux-mêmes leur protection ? Manque d’effectifs ? Ce n’est pas leur culture ? « Anges gardiens » c’est bien beau, mais il faut savoir rester réaliste, si Napoléon a décidé de créer ce corps militaire, ce n’est pas pour avoir des sortes d’aumoniers, soldats désarmés. Au 19º et début du 20º l’arme du sapeur est la hache, et l’officier est doté d’un glaive…si si j’ai appris cela en étudiant des armes blanches anciennes ! Et actuellement quid des armes de défense pour les pompiers de Paris ou de Marseille ?

  19. Allobroge dit :

    « Une société qui ne protège pas ses anges-gardiens est vraiment malade », a ensuite déploré le commandant de la BSPP » Bouh ! C’est pas bien de parler comme ça ! Nos dirigeants bien aimés de voient pas du tout le problème sous cet angle. Angle tel que celui ci qui fait le jeu de qui vous savez !

  20. Françoise dit :

    En Autriche, quand on appelle les pompiers pour rien, on doit payer la facture de leur déplacement. Cela ne les empêche pas d’être aussi toujours plus souvent victime de violences.

  21. petitjean dit :

    « Une société qui ne protège pas ses policiers, gendarmes, ses militaires ainsi que tout citoyen est vraiment malade »
    j’ajouterais : « malade à en crever »
    la bonne question : pourquoi l’état n’agit-il pas ? Le rôle premier de l’état n’est-il pas de garantir à tous la sécurité en tout lieu !!
    Alors, pourquoi laisse-t-il faire ?
    Car, ne pas agir est une décision politique…….

  22. tschok dit :

    On parle de quoi, là? Des actes de délinquance dont sont victimes les pompiers en intervention, ou de la prise en charge des maladies mentales?
    .
    Les propos du général Gallet sont extrêmement maladroits, parce qu’ils installent une confusion que le fil de dial reflète très bien. En fait, voilà ce qui est en train de se passer: on va tout mettre dans le même sac, les maladies mentales, la délinquance, l’immigration, le terrorisme, etc, et on va dire qu’il faut cogner sur tout ce qui bouge encore plus fort. Le fil de dial prend d’ores et déjà cette tournure.
    .
    Si on considère qu’un blog est un modèle réduit de la société, on peut mesurer les conséquences des propos du général à l’échelle de la société. Ils vont rajouter du bordel au bordel.
    .
    L’autre point c’est l’emploi d’une expression à connotation religieuse: « anges gardiens ». Etait-il vraiment indispensable de mettre de la religion dans tout ça? S’il s’agissait seulement de dire que les pompiers ne sont pas les mieux placés pour prendre en charge des schizophrènes violents, il suffisait simplement de le dire. Mais, soit dit en passant, les policiers ne sont pas mieux placés non plus. Alors qui?
    .
    Si on se souvient de l’affaire Romain Dupuy, on comprend que certains malades mentaux peuvent avoir des comportements extraordinairement violents. Il semble évident que les intervenants doivent être préparés à faire face à des actes d’une violence inouïe, comme rarement même un policier ou un gendarme aguerri en rencontre dans sa carrière. Alors, on fait comment?
    .
    Ses comportements ultra-violents ne pas toujours prévisibles, on se souviendra à cet égard du meurtre d’une policière tuée à Bourges par un forcené armé d’un sabre. Donc, le risque zéro n’existe pas.
    .
    On peut, comme le suggère Fonctionnaire Territorial interner d’office toutes les personnes qui lui semblent suspectes, puisqu’il nous explique qu’il détient la vérité médicale: « Ce qui me scandalise (et c’est pourquoi j’y reviens), c’est la lâcheté des médecins-psy qui connaissent parfaitement le Code de la Santé publique et c’est la lâcheté des Maires qui refusent d’écouter des professionnels comme moi ». Un héros qui lutte seul contre tous.
    .
    Encore un qui se prend pour Napoléon… Toujours est-il que si on fait ce qu’il préconise, ce n’est pas 100.000 personnes qu’il faudra mettre en hôpital psy, c’est plusieurs millions, à commencer par un grand nombre d’internautes qui fréquentent ce blog, et qui ont leurs petites névroses qui virent doucement à la psychose dangereuse, sans en avoir l’air.
    .
    Donc, avant de raconter des conneries, réfléchissez bien aux conséquences en gardant à l’esprit que les malades mentaux ne viennent pas de nulle part: il peut s’agir de votre fils, de votre frère, de votre père qui va sombrer dans la démence et prendre son fusil de chasse pour tirer sur n’importe qui. Rappelons le cas de cet octogénaire qui , lors d’une crise de démence, a tué un gendarme du GIGN avant de se suicider. Sa victime n’était pourtant pas un bleu: chef de groupe, 17 ans de service. Un gendarme d’élite peut se faire flinguer par un petit vieux qui pète les plombs, faut le comprendre.
    .
    Là, pour l’instant, vous êtes dans la sublime récapitulation des conneries que vous dites déjà d’habitude et à la moindre occasion. Quand vous aurez terminé votre petit numéro de victime de la société, vous nous préviendrez et on pourra sérieusement réfléchir au problème, parce qu’il faut bien se mettre en tête que la prise en charge de la folie exige autre chose que de la beaufitude. Si vous vous lancez dans un sujet comme celui-là avec vos 80 de QI et vos petits désirs de vengeance sociale, ça va pas le faire, faut en être conscient.

    • Fonctionnaire territorial dit :

      @ tschok
      Je ne sais pas qui vous essayez de convaincre avec vos propos inqualifiables d’irrespect. J’interviens rarement sur ce blog et seulement lorsque ça entre dans mon domaine de compétence.
      Je parle d’expérience professionnelle et je ne sais pas (expliquez-moi) où vous voyez que je me ressens comme « une victime de la société » et où vous voyez ma « beaufitude ».
      .
      Après avoir lu attentivement (mais péniblement) vos objections, je n’y trouve rien de significatif (excepté évidemment une regrettable inaptitude au dialogue) et je confirme la validité de ma précédente intervention.

    • Plouc putatif dit :

      @ tschok
      Où voyez vous un QI de 80 et « des petits désirs de vengeance sociale » ?

    • 341CGH dit :

      Ce qui hérisse Tschok, c’est que fonctionnaire-territorial a osé écrire « des fonctionnaires comme moi ».
      Aussitôt ce brave Tschok, dont on connaît sur ce blog la finesse psychologique habituelle, en déduit que fonctionnaire-territorial fait de ce drame une affaire personnelle pour régler ses propres troubles psychologiques.
      Bravo, Tschok. Et merci.

    • Jail dit :

      Toi, un stage chez les pompiers, avec interventions réelles, te ferait un bien infini, et t’éviterait tes longs discours purement théoriques.
      De beaux parleurs, mais quand il s’agit…..d’agir……

  23. Bravo-Charlie dit :

    Pourquoi les pompiers interviennent ils en territoire étranger ?

  24. robert4 dit :

    Comme d’habitude c’est le fond du faitout ces commentaires! autant d’interventions racistes bas du front en mode apéro trop arrosé au PMU du coin sur un sujet de fond comme la prise en charge des malades psychiatriques en crise par notre société, çà fait très peur!
    Beaucoup en plus se targuent de faire partie de FO ou de l’Armée Française ce qui est encore plus inquiétant sur la mentalité qui semble y régner (pas partout HEUREUSEMENT).
    Merci a tschok de remettre les choses dans l’ordre et d’apporter a la discussion autre chose que ressentiments, complexes de supériorité mal placé et la désignation systématique de bouc-émissaires « exotique » quelques soit le sujet!

    Robert (un Autre)

    • Mantore Gérard dit :

      @ Robert 4
      Avez-vous bien lu ce qu’écrit Tschok ?

    • Militaire dit :

      Va dans les quartiers nord de Paris en tenue militaire… Et tu changeras vite d’avis si on te laisse le temps d’y vivre assez longtemps

    • Électeur dit :

      Robert 4, je ne suis pas entièrement d’accord avec votre appréciation : il y a ici, comme à chaque fois, des contributions très valables (pas forcément les plus longues) parmi lesquelles s’intercalent toutes sortes de stupidités dont les auteurs, probablement, se défoulent de ce qu’ils n’oseraient pas dire à visage découvert. Chaque lecteur doit fairele tri.
      Certes, il y a trop de commentaires médiocres voire nuls et même scandaleux mais ils présentent au moins l’utilité de mettre en valeur, par contraste, les contributions positives.
      L’utilité aussi de nous rappeler une règle mathématique dont on ne sortira jamais : la moitié des gens sont plus cons que la moyenne.

  25. Robert dit :

    robert4,
    Merci de votre leçon d’autocélébration morale, dommage qu’elle ne s’appuie sur aucun discours raciste et que votre intellectualisme de gauche est simplement hors de propos.
    Mais on finit par avoir l’habitude, tant les moralistes de gauche ne changent jamais face à la réalité, ils la nient.

  26. Fonctionnaire territorial dit :

    L’existence de fous furieux sur notre territoire n’est pas nouvelle : il ne faut pas trop vite imaginer une relation de causalité directe et absolue avec la sociologie française actuelle. Cette relation est possible, mais elle n’est ni directe ni absolue. J’ai trouvé sous le lien ci-après un ouvrage universitaire intitulé « évolution de l’internement psychiatrique ». L’étude commence à l’Antiquité mais mentionne aussi la Chine du 11ème siècle avant notre ére. Je signale cette étude à ceux qui ont quelque difficulté à prendre du recul pour réfléchir à l’actualité. http://www.ac-sciences-lettres-montpellier.fr/academie_edition/fichiers_conf/POUGET2004.pdf
    .
    Autre aspect du problème qui est posé ici : il faut se demander pourquoi les difficultés de coordination entre les pompiers, le SAMU et la Police (difficultés qui interviennent en service courant mais non lors du déclenchement d’un Plan Rouge, heureusement) se produisent dans la zone d’action de la BSPP et qu’elles semblent ne pas exister avec les SDIS (services départementaux civils). Selon moi, c’est la conséquence du statut militaire de la BSPP : les militaires ne savent pas se défendre face aux civils.
    J’ai vu de près fonctionner plusieurs SDIS (de plus j’ai été stratif dans un SDIS pendant quelques années, assistant à ce titre aux conseils d’administration) : je peux affirmer que les pompiers civils ne se laissent pas faire. Fonctionnaires, leur réflexe lorsqu’ils reçoivent des directives, notamment organisationnelle, est de ne pas exécuter aussitôt mais de répondre « je vais voir ce qu’on peut faire et je vous en reparlerai ». L’autorité civile prend acte de la réticence et attend la réponse. Ainsi la profession fait aisément face aux directives d’emploi abusives notamment parce que beaucoup de pompiers civils siègent (à titre personnel) dans les assemblées politiques locales alors que les militaires en sont absents.

    • Robert dit :

      Fonctionnaire,
      Je pense depuis longtemps, d’expérience personnelle, que faire vivre des milliers de familles dans des sortes de clapiers, HLM ou autres logements inadaptés à l’espace vital pour une personne, une famille, des enfants, modifiait durablement l’état d’esprit voire les comportements. Nous sommes égaux en dignité mais inégaux de nature et certains sortent plus ou moins intacts de cette expérience, qui peut se retrouver cumulée avec d’autres difficultés familiales, personnelles ou psychologiques.
      Le logement collectif est fait soit pour une urgence temporaire dans une vie bousculée soit pour formater les consciences au collectivisme, affaiblissant la personnalité au profit d’une « conscience collective » chère aux marxistes ou fascistes.
      Je suis étonné, après 50 ans de vie en habitation collective, qu’il en sorte tant à peu près indemnes de cette expérience.
      Notre société, ses façons de nous faire vivre, les bouleversements moraux, déstabilisent profondément et les blessures personnelles, le bombardement massif de drogues et antidépresseurs finissent d’achever la raison de beaucoup.
      A nous de vivre avec.