La Marine nationale songe à se doter de drones MALE et stratosphériques d’ici 2030

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

32 contributions

  1. batgames dit :

    çà me rapelle les devoitine 520 entrant tardivement en service en avril 1940 et ne pesant en rien sur le sort de l’aviation Française qui était de plus sous motorisés (la faute à la 3 éme république et ses incéssants changements de chef décisionnaire ) mais qui sait que daladier est signataire, en tant que président du Conseil, des accords de Munich en 1938.
    on lui reproche Daladier signe les accords de Munich.mais sous la contrainte …
    Opposé à la négociation avec Hitler, il ne signe ces accords qu’à contrecœur poussé par la politique d’apaisement des britanniques Chamberlain et Lord Halifax. Par ailleurs, les informations de l’état-major français déplorant la faiblesse de son aviation, le désir de ne pas engager le pays sur la voie d’une nouvelle guerre contre l’Allemagne, le fort courant pacifiste présent en France, tout ceci l’incite à ratifier ces accords issus d’une rencontre qu’il qualifiera plus tard de « traquenard ».
    En effet, il apprendra ultérieurement que Chamberlain envisageait de signer un accord séparé avec l’Allemagne comportant une clause de rupture de l’alliance franco-anglaise et une attribution de colonie africaine à l’Allemagne, en l’occurrence tout ou partie du Congo belge, face au Congo français.

    • wagdoox dit :

      ahh enfin quelqu’un qui sait de quoi il parle !
      Chamberlain n’a jamais été un pacifiste mais pensait comme le reste de l’état anglais que la prochaine guerre serait économique et donc contre les Français et Américains.

    • Waroch dit :

      Ouais… Enfin, le D.520 arrive tard parce que le programme débute tard, c’est un problème lié essentiellement à l’industriel. Même s’il y a beaucoup à dire sur l’organisation de l’industrie de guerre française à l’époque, on ne peut certainement pas reprocher aux différents gouvernements de ne pas avoir réagi à la dégradation de la situation internationale à partir de 1934 en terme de programmes et d’investissements militaires. Contrairement aux USA à la même époque, par exemple.
      Quant à la conférence de Munich, je crois que 1938 était simplement trop tard ou trop tôt pour agir directement contre l’Allemagne.
      Bref, je ne suis pas sûr que la comparaison avec la situation actuelle soit si évidente!

      • NRJ dit :

        La France n’aurait pas pu intervenir en 1938. Elle était encore moins préparée qu’en 1940 à la guerre: l’entrainement était insuffisant (même en 1940, les hommes des Division Légère Mécanique -équivalent des Panzerdivision- n’étaient pas entraînés à combattre de concert avec les chars), ils manquaient d’avions et plus globalement de matériel. Ce n’est pas un hasard si la France n’envisageait des offensives qu’à partir de 1941. Et dans ce dernier cas, on peut être certain que l’offensive d’Hitler aurait été un échec.

  2. Gremlins dit :

    On a pas de sous mais on a des idées. En tout cas, ce qui est envisagé ici et très pertinent.
    Ce qui fait froid dans le dos ce sont les « les frégates dites de premier rang »…
    15 en 2030 … Il ne nous en faudra juste… le double ?

    • Fabien dit :

      Même analyse pour moi: les politiques de l’époque se sont tous trahis les uns et les autres et les militaires se sont encroûtés dans la difficile victoire de 1918; mêmes visions, mêmes méthodes, et parfois … Même matériel ( encore 2000 FT17) en dotation en 1940, et les chars sensés le remplacer ne ce sont pas montrés brillants.
      .
      Quand au D520… un excellent avion, présent en sous-nombre et qui attendait à Toulouse que la guerre se rapproche pour être livrés

    • Wagdoox dit :

      Oui et non.
      Tout dépend de l’arment et du niveau de présence à la mer.
      Mais en cas de guerre on pourra pas d’en perdre une seule.
      D’ou l’importance du PA lui meme n’etant pas perdable d’ou la présence d’asmpa

  3. Meme dit :

    Le coup d environnement non permissif serait ce un retex suite à l opération en Syrie???

    • ji_louis dit :

      Ou le retex du Donbass où les drones des observateurs européens ont été systématiquement brouillés et/ou descendus.

  4. eric dit :

    Des mâle voire des hale .. pourquoi pas . On en parle et on repousse d années en années leur entrée en service ( mais on en parle .. avec recul encore lors de la présente fameuse loi de programmation ) …
    Mais entre temps .. nous traînerons derrière la marine sud coréenne notamment concernant le nombre de bâtiments susceptibles de les mettre en place : 15 frégates ( 18 était un chiffre plancher il y a peu selon le chef de la Marine ; 25 etait le chiffre plancher des c70 sous le plan giscar il y a quelques années )
    Pour défendre nos intérêts mondiaux il est reconnu qu il nous faudrait en bâtiments majeurs : 2 porte avions . 4 bâtiments type dixmude . 25 frégates de haut rang . 8 sna . 4 ou 6 snle . 25 bâtiments de surveillance côtiers . 6 navires de transport type pétrolier ravitailleur .
    Comparons avec le plan prévisionnel de 2025 ou 2030 … alors … quelques mâle ou hâlé sur une flotte devenue fantomatique … j ai peur que les chinois ou les russes rigolent ..voire même les turcs .

  5. Alpha dit :

    « la Marine nationale souhaite également disposer de drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) afin de compléter les « missions des avions de surveillance et intervention maritime »
    J’ai toujours dit que la taille du drone MALE RPAS de Airbus/Dassault/Leornardo, et sa configuration bi-turbopropulseurs le prédestinaient à ces missions maritimes…

    • Fralipolipi dit :

      Exactement.
      Et si nos industriels bossent bien, vue sa taille, ce drone RPAS sera presque un HALE.
      Et j’en enverrais tout de suite qques-uns en Nouvelle-Calédonie et Polynésie Française.
      .
      En complément, pour surveiller des territoires moins gigantesques, l’acquisition (à bien moindre frais) de quelques drones Patroller (à vocation SURMAR) pourrait également être intéressante,
      … notamment en interministériel (Douanes, Sécurité Civile, MN).

    • Wagdoox dit :

      La configuration bimoteur c’est pour la sécurité du pilote, là il y en a pas.
      La configuration bimoteur sur rpas c’est pas que le drone tombe pas sur des habitations au dessus de l’allemagne. La non plus il n’y en a pas.
      Merci de préciser en quoi un drone bimoteurs est destiné à la marine.

      • Alpha dit :

        @Wagdoox
        Histoire de rendement…
        Déjà, les bi (ou quadri-)moteurs ont un avantage net d’endurance… C’est un fait.
        Ainsi, un bi-turbopropulseurs (car c’est ce dont je parle…) aura une plus longue allonge, équipera une cellule plus lourde, donc emports de capteurs et d’armements accrus, aura une plus grande réserve de puissance… Donc mieux qu’un mono-moteur… Tout çà pour un coût d’exploitation, de maintenance et une consommation moindres qu’un bi-réacteur (ce que voulaient les allemands au départ…).
        C’est pas mal, non, sur les grandes étendues maritimes ?
        De plus, à cela, vous pouvez ajouter la sécurité, car même s’il n’y a pas de pilote, je suis sur que les opérateurs préfèrent voir leur appareil rentrer au bercail plutôt qu’au fond de l’eau… 😉
        Enfin, concernant ce que je pressens quant à un avenir maritime au RPAS : Vous croyez que la France va développer une autre cellule spécifiquement pour la Marine Nationale, ou, pire, acheter US ?… Tssssss….
        Ça vous ira Monsieur le censeur ?

        • Wagdoox dit :

          Premier ok
          2 eme pas sûr que le coût en maintenance soit meilleur même en perdant des exemplaires.
          3 quand même j’ai pas été agressif au point de mériter le titre de censeur ! Et même pas du tout.
          Enfin pour moi un mono réacteur version dassault aurait eu l’avantage de combiner hale et mâle. Maintenant on en sait puisque la prop n’etait pas publique.

  6. wagdoox dit :

    Pourquoi un drone strato si on parle d’une flotte de micro satellite (c’est encore mieux puisque pas contraint à respecter les frontières) ?
    Le MALE RPAS n’est il pas une bêtise, au vu de ce que proposait Dassault ? on aurait eu un drone à la fois MALE & HALE.
    L’UCAV semble toujours vivant qu’un à des nouvelles ?
    L’avenir semble aller de plus en plus vers les ordinateurs puissants et IA, nous n’avons ni l’un ni l’autre. Un plan a t il été mis en avant ?
    Quel budget pour tout ca ? la France ne peut plus se cacher derrière l’arme nucléaire.

    • ji_louis dit :

      Pour les traités internationaux (tant pour l’aérien que poue l’espace), l’espace commence à une altitude de 100km (Ligne de Kármán), et il est interdit d’armer les engins spatiaux. Donc les pseudo-satellites doivent voler à une altitude comprise entre le sommet des nuages (~= 15km, pour éviter les perturbations atmosphériques) et 100km.

      • Wagdoox dit :

        D’accord mais dans la situation donnée de la Marine aucu des deux ne sera armes.
        La flotte de satellite aura un taux de rafrassiement de 20 minutes. Les strati seront complémentaires mais pas l’outils principale de la surveillance des espaces maritime.

    • Alpha dit :

      Dassault ne proposait qu’un drone MALE, semblable au MQ-9 Reaper… Le RPAS est beaucoup plus lourd.
      Pour ce qui est de l’UCAV franco-britannique, une réunion a eu lieu entre le DGA français et son équivalent britannique en mars dernier. Il semble que cela suive son cours… Même si avant, le programme avait connu un temps d’arrêt, Dassault n’ayant aucune nouvelle de BAe, because Brexit…
      Mais bon, depuis

      • Wagdoox dit :

        Le drone dassault avec un réacteur permettant des charges plus lourdes et de altitudes plus élevés pour une masse àplus faible.
        Merci poir les info ucav

  7. RAMOUNET PASCAL dit :

    D’une façon générale j’apprécie beaucoup les programmations prospectives de l’Armée française qui ne se réalisent jamais. De la belle ouvrage sémantique
    L’avenir sera toujours meilleur. Demain nous serons prêts.
    Beaucoup de drones en 2030-2040. Le problème est que nous sommes en 2018, et les conflits n’attendent jamais que les plans d’équipement soient réalisés.
    Il faut ëtre prêt à l’instant T. A chaque instant T.
    C’est l’énorme problème des programmtions à long terme ,quasi soviétiques, de l’Armée française.
    Voilà un vrai chantier à ouvrir Mme Parly ,sortir de la logique industrielle des programmes à long terme, qui nient l’accélération du temps technologique.

  8. NRJ dit :

    Un seul SDAM par frégate. C’est trop peu si on veut espérer une permanence à la mer. Normalement, ces drones devraient assurer une couverture élargie pour la lutte ASM et la lutte contre le trafic, et cela a bas prix (du moins comparé aux hélicoptères). Si on en a qu’un seul…

    • Wagdoox dit :

      Il me semble qu’on est à 40h de vol pour 2h de maintenance.
      Sachant qu’il y aura également un hélicoptère ça paraît suffisant

  9. Zeko dit :

    Pour info, HAPS : High Altitude Pseudo Satellite.
    Le Stratobus en fait aussi parti mais avec une charge utile plus élevée que le Zephir.

  10. Faublas dit :

    Maintenant, il faut passer du songe à la réalité…

    • Albatros24 dit :

      Afin de combler le retard calamiteux dû à nos économies de bout de chandelle certainement.
      On aurait pu plus rapidement monter une industrie des drones et robots, ce n’est même plus l’avenir mais le besoin présent.
      Je le répète mais tant pis c’est l’âge : nous dépensons chaque année 700 milliards d’Euros en aides sociales de toutes sortes, sans doute vitales pour les pauvres gens, mais somptuaires vu le train de vie de certains à qui elle est attribuée. Plusieurs milliards auraient pu être utilisés à autre chose comme l ‘investissement public vers les PME innovantes ou la modernisation de nos infrastructures (ces deux éléments sont capitaux pour le développement économique général du pays). On n’a que trop tardé.

  11. Parabellum dit :

    Paroles paroles…ça fait des années presque une génération qu on blablate en France sur les drones et qu on multiplie les petits achats sans réelle production nationale sérieuse …on discute encore de les armer ou pas…moralité on n a rien ou si peut…ça continuera tout comme la pénurie de hélico lourds etc…une autre vision et une autre volonté seraient nécessaires que ce vague rattrapage de retards et la disparition de notre indépendance …drones missiles vecteurs stratégiques cyber défense puissance de feu ….allez on y pense…

  12. Echo5 dit :

    Encore un train de retard…..la marine aurait du être équipée de drône type « reaper » en même temps que ses collègues de l’armée de l’air afin d’assurer la surveillance maritime et permettre à tous les bâtiments de la FAN de pouvoir se concentrer sur leur missions opérationnelles au lieu de réaliser, en grande partie, des missions de service publique. Il est grand temps de créer une fonction « garde côtes » p u R soulager les équipages !

  13. Candide dit :

    On y parle encore de AVSIMAR (Avion se Surveillance et d’Intervention Maritime) ? Mais y met quoi dedans . Les fameux drones MALE ? ou autre chose ?

  14. Bonjour ,
    En 2030 , c’est dire , les calendes grecques … Un peu de provocation de ma part …
    mais il est vrai que pour nos armées c’est toujours dans 10 voir 15 ans …. mais bon
    nous verrons bien …
    À très bientôt .
    WILLIAM ALEXANDER .

  15. TINA2009 dit :

    Bsr à tous !

    Personnellement :
    – 1/ Pour les FTI , c’est incohérent et pose de gros soucis pour la partie stockage et maintenance avec avec 2 type d’aéronefs . Aussi, je préfère conserver UN hélicoptère .
    2/ Pour les Futures Frégates NG LAFAYETTE, je verrai bien 2 aéronefs ( un h225 M rusticisé °¨+ 1 USR 700)…. avec un hangar allongé , et une platefome aérienne allongée et légèrement élargie. … Ce qui suppose que les 2 options soient validées ( Il nous faut les 5 navires LAFAYETTE NG modernisées et positionnées hors métropole).