L’Afrique pourrait devenir le « prochain terrain » d’une guerre informationnelle menée contre les forces et les intérêts français

Fruit d’un travail effectué conjointement par le Centre d’analyse, de prévision et de stratégie [CAPS] du ministère des Affaires étrangères et de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire [IRSEM], le rapport sur les « manipulations de l’information » était attendu.

Ce copieux document [.pdf] décrit minutieusement, maints exemples à l’appui, un phénomène qui, bien que très ancien (les Hittites y eurent recours contre les Égytiens lors de la bataille de Qadesh, en 1274 av JC), a pris une ampleur inégalée avec l’avènement des technologies numériques et des réseaux sociaux en particulier.

Si le terme générique de « fake news » est utilisé pour le qualifier, les auteurs du rapport préférent parler d’informations « manipulées », ce qui, selon eux, colle le mieux à la réalité. En outre, ils ont voulu distinguer les « manipulations exogènes », extérieur de l’État visé, des « manipulations endogènes », qui sont le fait d’acteurs étatiques et non-étatiques. Seules les premières ont fait l’objet d’une étude approfondies.

En outre, les pratiques de deux pays connus pour être particulièrement actifs dans la « manipulation » de l’information, en l’occurrence la Chine et la Russie, ont fait l’objet d’un examen détaillé.

S’agissant plus particulièrement des pratiques russes, le rapport se défend de toute russophobie. « Pour être exact, il faudrait parler du Kremlin plutôt que de ‘la Russie’, pour ne pas faire l’amalgame entre le pouvoir et le peuple. Les Russes sont les premières victimes des manipulations de l’information » car « pratiquement toutes les mesures prises par le Kremlin contre l’Occident sont d’abord été mises en oeuvre en Russie, contre le peuple russe et contre de nombreuses minorités ethniques, nationales et religieuses », lit-on dans le document.

Par ailleurs, affirment ses auteurs, « ce n’est n’est pas faire preuve de ‘russophobie’ que de constater que toutes les ingérences récentes dans des référendums (Pays-Bas, Brexit, Catalogne) et des élections (États-Unis, France, Allemagne) sont liées, de près ou de loin, à la Russie. Nos interlocuteurs dans les instances européennes attribuent 80 % des efforts d’influence en Europe à la Russie, le reste provenant d’autres États (principalement la Chine et l’Iran) et d’acteurs non étatiques (groupes djihadistes, en particulier Daech). »

Si le Kremlin, donc, n’est pas l’unique acteur étatique à recourir à la manipulation de l’information, il est le « seul qui les utilise aussi bien, depuis aussi longtemps, qui les a érigées en doctrine officielle et dont la stratégie assumée est d’affaiblir l’Occident », souligne le rapport.

Ce savoir-faire dans ce domaine remonte aux premiers temps de l’Union soviétique, avec l’opération « Trust » (1923-27) qui, menée par le GPU [l’ancêtre du KGB, ndlr] visa les Russes blancs en exil. Cette pratique prit un essor sous l’impulsion de Iouri Andropov, alors directeur du KGB dans les années 1960. Et, rappellent le CAPS et l’IRSEM, l’URSS tenta, sans succès, d’influencer les élections américaines et allemandes en prenant des mesures « pro-actives » pour empêcher la réélection de Ronald Reagan et faire battre Helmut Kohl en 1983.

Aujourd’hui, « la continuité » avec les pratiques soviétiques est « frappante » : les « moyens ont parfois changé mais la doctrine reste la même, comme le recours aux ‘vieilles méthodes’ (sabotage, tactique de diversion, désinformation, terreur d’État, manipulation, propagande agressive, exploitation du potentiel de protestation de la population locale », constate le rapport.

Parmi les moyens utilisés, le document cite « l’usine à trolls » de Saint-Petersbourg, les médias d’État (RT, Sputnik), des réseaux de blogs, les « bots », les fausses ONG, les documents falsifiés, les fuites massives de données (les « Leaks ») ou encore la caisse de résonance qu’offrent les réseaux sociaux. D’autres viendront à l’avenir, comme ceux permettant de truquer des vidéos et de faire n’importe quoi à une personnalité publique sans que l’on puisse détecter la supercherie. La technologie existe déjà…

Ces moyens exploitent des « failles » psychologiques, cognitives (comme la « paresse intellectuelle naturelle qui consiste à ne pas exercer son esprit critique de manière systématique, et à relayer des propos naïvement sans chercher à les étayer par des preuves » et le « biais de confirmation », c’est à dire la tendance à privilégier les informations qui confirment nos préjugés) et épistémologiques. Enfin, ils profitent aussi de la crise de confiance dans les institutions et des faiblesses de la presse.

Pour l’autre acteur majeur qu’est la Chine, le rapport parle de propagande et de stratégie d’influence et d’intimidation. Disposant de nombreux relais médiatiques, Pékin diffuse des contenus idéologiques qui « ne servent pas qu’à séduire ou à influencer » mais aussi à « orienter les opinions publiques et d’interférer au besoin. » Pour les auteurs du rapport, « cette dimension proactive est aujourd’hui moins agressive que celle déployée par la Russie, mais les dispositifs chinois s’affinent et prennent graduellement de l’ampleur. »

En Australie, les autorités ont pris la mesure de cette stratégie d’influence, avec la mise en place de « dispositifs sécuritaires » dont « l’Europe pourrait s’inspirer », estime le document. Et en premier lieu la France puisque, avance-t-il, « les contenus chinois diffusés en Afrique francophone véhiculent souvent des positions et des principes contraires aux intérêts français. »

L’Afrique pourrait d’ailleurs bien être le prochain « terrain de la guerre informationnelle russe ». Or, il est à craindre que cela ne soit déjà le cas, comme on l’a récemment vu avec la diffusion, par les médias russes, d’articles pleins de sous-entendus et d’approximations sur l’opération Sangaris, menée par la France en Centrafrique entre 2013 et 2016. Il n’y a là aucun hasard étant donné que Moscou et Bangui ont amorcé un rapprochement depuis l’an passé. Ce qui se traduit par la présence de « mercenaires », la livraison d’armes et l’obtention de concessions minières à des entreprises russes.

Pour étayer leur propos, l’IRSEM et le CAPS se sont appuyés sur les travaux Kevin Limonier, directeur de l’Observatoire de l’infosphère russophone, maître de conférences à l’Université Paris 8 et chercheur à l’Institut français de géopolitique et à la chaire Castex de cyberstratégie. Ainsi, ces derniers révèlent une « propagation croissante des contenus russes à travers le web africain francophone », qui s’explique par « la grande popularité des discours anti-occidentaux propagés par les grands médias internationaux russes (RT et Sputnik) auprès des opinions publiques africaines qui considèrent souvent la Russie sous le prisme de son passé soviétique anticolonial. »

Ainsi, en Côte d’Ivoire, les mouvements pro-Gbagbo [l’ancien président ivoirien, ndlr] trouvent « dans les contenus produits par les médias russes des matériaux informationnels et des narratifs
tout à fait opportuns. » En outre, RT et Sputnik ont fait le choix éditorial de médiatiser certains dossiers sensibles pour les opinions publiques africaines. Ce qui « aggrave naturellement les choses », estime le rapport.

Capture d'écran d'un article de Sputnik

« Les stratégies de marketing digital employées par les agences russes sur les réseaux sociaux (buzz, clickbait) se prêtent particulièrement bien au contexte africain, où de nombreux utilisateurs ont recours à Facebook comme source d’information. Les théories du complot et autres nouvelles sensationnalistes dont sont friands les médias russes leur permettent d’augmenter considérablement leur audience dans un continent où ce genre de presse à sensation est très populaire », affirme encore le document.

Et ce dernier de conclure : « Désormais, RT comme Sputnik envisagent d’étoffer leurs réseaux de correspondants en Afrique. Signe de cette nouvelle stratégie, la page Facebook de RT en français a vu son audience augmenter significativement (environ + 60 % de fréquentation) en janvier 2018. La très grande majorité des personnes à l’origine de cette augmentation sont des jeunes hommes du Maghreb et d’Afrique subsaharienne. Jusqu’à présent, aucun élément ne permet d’avancer s’il s’agit de vrais profils ou de bots. »

Pour contrer cette « guerre informationnelle » pouvant nuire aux intérêts français en Afrique, qu’est-il possible de faire? Dans son discours prononcé lors de la remise du rapport du CAPS et de l’IRSEM, Florence Parly, la ministre des Armées, a dénoncé les « fausses informations » qui « peuvent tout aussi bien viser nos forces en tentant de faire croire à leur inefficacité, en sapant leur crédibilité, en dénonçant de supposé agissements. » Sur ce point, difficile de ne pas penser aux affaires d’abus sexuels imputées à des militaires français qui ont toutes été classées sans suite après enquête…

« Nous avons, aussi, des spécialistes qui savent faire comprendre et accepter l’action de nos Forces auprès des acteurs locaux et ainsi gagner leur confiance et faire porter notre voix. Je pense au Centre interarmées des actions sur l’environnement, le CIAE. Je pense aussi au commandement de la Cyberdéfense, le COMCYBER, créé l’été dernier. Chacun dans leurs domaines, ces experts contribuent à détecter, à déconstruire les tentatives de manipulation de l’information », a ensuite expliqué Mme Parly, qui a également évoqué des « solutions prometteuses » devant permettre, grâce notamment à l’intelligence artificielle, de « détecter et déconstruire les manipulations de l’information. »

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Eric

    • de Albatros24

    • de Arno

    • de Jericho

    • de Mimouh

    • de Jean

  2. de chill

    • de TINA2009

    • de Pour Info

  3. de aleksandar

    • de Nihilo

  4. de vrai_chasseur

  5. de aleksandar

    • de Pascal (l'autre)

      • de Atlas

    • de Frédéric

    • de Albatros24

  6. de jyb

      • de Zhu

      • de 50 nuances de gris

      • de MAS 36

      • de Barfly

  7. de jyb

    • de Ted

      • de jyb

      • de hum

    • de 50 nuances de gris

    • de PK

  8. de Yannus

    • de Albatros24

    • de Atlas

  9. de Polymères

    • de nexterience

      • de Nihilo

      • de Castel

    • de berger

  10. de datamo

    • de Nihilo

      • de datamo

  11. de werf

    • de ced

    • de Barfly

      • de PK

        • de Frédéric

          • de Barfly

  12. de CortoM

    • de EchoDelta

  13. de Green

  14. de Auguste

    • de Elwin

      • de Auguste

    • de Frédéric

    • de Roger Dubreuil

      • de Nihilo

      • de Roger Dubreuil

        • de Nihilo

          • de Roger Dubreuil

      • de Sempre en Davant

    • de jyb

      • de ScopeWizard

    • de aleksandar

        • de aleksandar

        • de Nihilo

    • de Castel

  15. de Le Suren

    • de Barfly

      • de floco

  16. de sergeat

    • de PK

      • de Pascal (l'autre)

        • de Nihilo

          • de Pascal (l'autre)

  17. de Carin

  18. de Molloy

    • de sergeat

  19. de Albatros24

    • de Fralipolipi

  20. de Julien

    • de Nihilo

  21. de Math

    • de Fralipolipi

    • de jyb

      • de PK

    • de Barfly

  22. de librexp

  23. de Olivier Fournier

  24. de Schwarzwald

  25. de batgames

  26. de Fralipolipi

    • de jyb

      • de aleksandar

        • de Fralipolipi

      • de Nihilo

    • de Garance

  27. de Fulano

    • de Nihilo

  28. de sergeat

    • de Laurent Lagneau

      • de sergeat

    • de Nihilo

      • de sergeat

        • de Nihilo

      • de Posteur

        • de Nihilo

          • de Posteur

    • de nexterience

      • de Posteur

        • de nexterience

  29. de nexterience

    • de Nihilo

      • de nexterience

    • de Fralipolipi

  30. de Matou

  31. de Daniel BESSON

    • de jyb

  32. de mir

  33. de Nihilo

  34. de Nihilo

  35. de Nihilo

    • de Jean

  36. de Frédéric

    • de aleksandar

      • de nexterience

  37. de Pluton

    • de Nihilo

      • de Pluton

  38. de Nihilo