Boeing a été choisi pour mettre au point le drone ravitailleur embarqué de l’US Navy

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

26 contributions

  1. Clavier dit :

    Vu que le F-35 a les pattes courtes, sans ses bidons qui nuisent à sa furtivité, on fabrique donc un ravitailleur ….
    Comme il vole comme un fer à repasser on fabriquera bientôt un drone de combat qui pourra emporter un canon et tirer 15 G pour assurer sa protection rapprochée…
    Comme il ne peut voler sans risque dans les orages, il faudra aussi lui procurer un drone météo para-tonnerre….
    Ce sera bientôt toute une escadre de gadgets pour voler de conserve avec lui !
    Cet avion fait des petits …..et on reste émerveillé devant l’ingéniosité de LM

    • Dany40 dit :

      @Clavier

      Et le programme SCAF doit effectuer les missions de frappe à la place du Rafale … le Rafale est donc obsolète ??

      Arrêtez de raconter n’importe quoi.., le SCAF tout comme le STINGRAY répondent à des soucis tactiques liés aux techniques de déni d’acces .

      Le F-35 dispose d’un excellent rayon d’action pure sans bidons… car les bidons posent de sérieux soucis de surface équivalent radar … et les autres avions y compris le Rafale seront forcés d’abandonner l’usage de bidons dans des environnements peu permissifs. Et là ils ont tous les pattes courtes par rapport au F-35. Sachant que AWACS et ravitailleurs seront trop fragiles aux frappes longue distance il faudra être efficace sans eux …

    • Fralipolipi dit :

      Clavier,
      Sans attendre la réponse de notre Canadien préféré, il me semble utile de rappeler que le F35C n’a pas les pattes si courtes que cela … même sans bidon externe sous ses ailes.
      A contrario, il devrait avoir une très belle autonomie, même en lisse.
      N’hésitez pas à aller vérifier.
      .
      Quand votre drone d’autodéfense en Air-Air qui évoluerait avec des facteurs de charge à 15G … on est en pleine SF.
      Tout à l’inverse, le drone ravitailleur présenté ici promet de n’être que très peu rapide (seulement juste assez pour ravitailler des avions de chasse) et très peu agile.
      Une bonne stabilité de vol sera sa priorité.

      • Lejys dit :

        Commentaire pertinent.
        J’ajouterai, alors que je ne suis pas fan du F-35, qu’il faut arrêter avec le qualificatif de « fer à repasser » ou « brique volante » pour cet avion. Certes il n’est pas franchement maniable et souffrira en dogfight face à la plupart de ses adversaires. Le F-14 etait il meilleur dans ce domaine? Ses qualités sont ailleurs. Mais il traîne d’autres véritables lacunes (côut, emprunte logistique, complexité, dysfonctionnements, mise au point, etc) qui le plombe véritablement. Mais tôt ou tard il sera pleinement opérationnel, faute d’alternative.

        • Fralipolipi dit :

          Je ne suis pas non plus un grand fan du F35 … Et c peu de le dire …
          Mais sur le sujet de l’autonomie, précisément, ce vilain canard est justement très bien loti. Si son profil aéro est moisi (gonflé comme une outre) c’est AUSSI parce qu’il intègre ‘en interne’ de très grands réservoirs carbu … du coup, son autonomie, même en lisse, est excellente … au moins sur le papier.

          • Lejys dit :

            On est d’accord…avec un bémol : actuellement il n’atteint pas l’autonomie demandée par la Navy…de quelques nautiques. Il semblerait que sa futur nouvelle motorisation lui permettra d’atteindre ses objectifs.

    • sonata dit :

      les pattes courtes le F35 ? Certainement pas, en comparaison des autres appareils en dotation US, il s’en sort plutôt pas mal, surtout pour la version navalisée : http://www.f-16.net/forum/download/file.php?id=13335&mode=view

  2. Jupiter dit :

    Belle prouesse pour Boeing
    Cet engin à vraiment une formule aérodynamique très intéressante!
    Cette capacité intéresserait également notre Marine Nationale, mais est-ce que ce sera un jour réalisable? Les possibilités d’export pour cet engin sont en effet très limités, comme sur les E2.

  3. ji_louis dit :

    72 appareils, donc 6 par porte-avions!
    Et si les stingray peuvent se ravitailler entre eux, alors l’allonge est transcontinentale!

  4. Julien dit :

    Après la video, je m’interroge…
    Cette entrée d’air bien planquée au dessus du fuselage…je ne sais pas…finis les grands angles d’incidence.
    Bon mais ce n’est pas sa fonction, l’agilité.
    Ce qu’on lui demande c’est de ravitailler.
    Sauf qu’il me semble bien petit, comme citerne…

  5. Fralipolipi dit :

    Voilà un drone ultra spécialisé qui semble bien avoir une aérodynamique optimisée pour un emport de carbu maximal sur une distance maximale.
    .
    On peut ici comparer avec les capacités d’emport Buddy-Buddy du Rafale M actuel.
    Avec 2 bidons de 2000l + 2 bidons de 1250l en externe + son emport interne, le Rafale M peut transmettre 1,9 T de carbu à ses congénères, à une distance de 740 kms du PA (soit déjà presque 4x plus que le SEM en son temps).
    .
    Concernant ce drone « Stingray » il est question de délivrer 7.000l de carbu (soit 6.1 T env.) à 920 kms du PA !
    Il faudrait donc 3 Rafale M configurés en Nounou pour assurer plus ou moins le même boulot qu’un seul drone Stingray !?!
    .
    Bon, à côté de cela, nous n’avons pas les mêmes besoins que l’US Navy. Nous avons moins de Rafale qu’eux ont de F18 (et futurs F35), et nos Rafale M consomment également moins que leurs F18/F35.
    .
    Cela étant, de notre côté, comme il sera sans doute hors de question d’acquérir ou de mettre au point un tel drone, par trop spécialisé (et sans doute onéreux), il nous reste à tenter d’améliorer les capacités Ravito du Rafale M.
    Ce qui sera fait très bientôt (cette année ?) avec la nouvelle nacelle Narang devant permettre un transfert carbu à plus haut débit que les 600l/min de l’actuelle nacelle.
    .
    Peut-être aussi pourrons-nous tenter un jour de gréer les Rafale M nounou avec 2 réservoirs conformes (2 x 1150l) de plus (en plus des 2x 2000l + 2x 1250l) … si le PA CDG est Ok pour catapulter une telle config de Rafale M embarquant un peu plus de 14.000 l de carbu (!) … et pesant alors un peu plus de 23 tonnes (selon mes calculs … à vérifier donc) ?
    Sachant qu’à bord d’un PA, les Rafale nounou restent armés comme tel durant une longue période (pour éviter les manips de reconfigurations), et sachant que si besoin est, ces réservoirs conformes sont démontables en 2h env., l’adjonction de tels réservoirs conformes pourrait sans dote faire sens … au moins pour les Rafale M « nounou ».

    • Dany40 dit :

      Le souci c’est que pour les environnements d’opération qui se profilent ils va falloir réduire la charge sur emport pour réduire la SER. C’est le rôle du SCAF d’alleger la charge de travail du Rafale et lui permettre de limiter sa charge.
      Concernant le carburant il faudra une solution pour allonger l’allonge sans trop aggraver la SER . Des bidons spécifiques étaient à l’étude il me semble.

      • Fralipolipi dit :

        Justement, des réservoirs conformes devraient aider à minimiser la SER par rapport au même emport externe sous les ailes … ce qui donne ici un intérêt additionnel pour ces réservoirs conformes.
        Les réservoirs furtifs dont vous parlez ne concerne pas l’emport carbu, mais l’encapsulage des missiles et bombes … qui dégradent encore plus la SER de l’avion que les réservoirs pendulaires tradi.
        .
        Concernant le SCAF, si nous disposons un jour d’un drone UCAV (SCAF) navalisé, selon toutes vraisemblances, il sera dédié en tout premier au bombardement pour accès en premier.
        Sa cellule ne sera donc pas optimisée pour le ravitaillement (comme c le cas pour ce drone Stingray de Boeing dont il est question ici).
        Donc la question du ravitaillement se posera forcément différemment entre la MN et l’US Navy … et vu nos budgets, l’optimisation de la version Nounou du Rafale sera toujours la solution la plus simple à mettre en œuvre (surtout depuis notre PA Cdg qui n’est pas si grand).

  6. Fralipolipi dit :

    A noter ici, le positionnement assez particulier de l’entrée d’air.
    Le piaf qui trouvera le moyen de passer là dedans ne pourra être qu’une descendance de la mouette de Gaston Lagaffe 🙂

  7. sonata dit :

    Ce n’est pas la place qui manque sur un supercarrier US pour augmenter le potentiel d’un groupe aéronaval: ces vaisseaux portent actuellement une vingtaine d’appareils en moins que ce pour quoi ils ont été conçu. Y embarquer 10 ravitailleurs va vraiment leur redonner du punch !

    • Frédéric dit :

      Même moins. Les Nimitz peuvent en théorique embarqués jusqu’à 110 appareils d’après ce que j’ai lu. Les GAN a 90 avions des années 80 avaient encore de la place dans les hangars 🙂

  8. nexterience dit :

    Le chien jaune a quel rôle face à un drone?

    • Lagaffe dit :

      Ben.. à guider le pilote du drone comme il le ferait avec un pilote dans un F-18. Les drones ne sont pas automatisés pour se placer sur le pont et décoller seuls. Tous les déplacements à bord du porte-avions s’effectue sous les ordres du chef d’équipe de pont d’envol, plus connu sous le nom de Chien Jaune.

  9. Cypc dit :

    Quand on parle d’un aéronef, ça serait sympa que les unités aéronautiques soient utilisés avant leur conversion grand publique:
    – Distance en miles nautiques (nm)
    – Altitudes en pieds (ft)
    – Vitesses en nœuds (kt)
    – Carburant en kilos/livres (kg/lbs)
    Merci !

  10. Vince dit :

    Possible que les nouveaux missiles anti-navires chinois aient boosté cette décision.
    .
    https://www.nytimes.com/2018/08/29/world/asia/china-navy-aircraft-carrier-pacific.html

  11. Richard dit :

    Les avions ravitailleurs auront toujours leur place dans des missions de pènètration longue distance, mais dans le cas prėsent il s’agit de régler un autre problème, á savoir l’arrivée de nouveaux missiles anti-navire longue distance.
    Cela va obliger les porte-avions a se tenir à une distance supérieure des zones d’interventions.
    Ces drones ravitailleurs seront mis en circuit d’attente à distance du porte-avions pour les avions en fin de mission. Une couverture réduite aérienne assurera la protection du ou des drones.

    • Capitaine de bateau-lavoir dit :

      S’il ne permet plus d’amener des avions à portée de leur objectif, le porte-avions ne sert donc plus à rien d’autre qu’à se faire plaisir d’avoir un (ou deux ou plusieurs) beau porte-avions : le mieux serait donc de ne pas avoir de porte-avions mais de tout faire à partir d’aérodromes à terre et d’assurer le ravitaillement en vol avec des citernes volantes classiques ou des citernes-drones comme celle-ci.