Une entreprise ukrainienne développe un drone armé d’un lance-roquette

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

32 contributions

  1. farsight dit :

    Je suis sceptique en voyant se projet, on dirait du bricolage !
    Et puis, il y a la portée du drone, et du rpg-26, qui ne font pas poser probléme ?
    En rajoutant les systèmes et armes anti-drones ? Et se genre de drone est fragile, facile à abattre . En plus il a l’air visible, et facilement détectable . Je n’ai rien contre l’idée ou les ukrainiens, mais je suis sceptique à l’idée .

    • Pravda dit :

      Cela ressemble en effet à du bricolage, mais demain…
      Rappelez vous de l’aviation en 1918, il y a seulement 100 ans.
      « Terminator » est pour les 30 ans à venir.

    • Daniel BESSON dit :

      L’arrivée de moteurs hybrides pour drones va vite rendre ce type de projets viables . Voir de cellules à hydrogène .
      Dans la mesure ou le Rpg est , à priori , une arme sans recul l’algorithme de stabilisation ne doit pas être complexe même s’il faut le chiader . Enfin beaucoup de projets comme les drones-tasers ou les drones diffuseur de sprays sont issus de  » bricolages « 

      • JP dit :

        Sans oublier les avancées majeures dans le domaine des batteries qui permet de stocker de plus en plus d’énergie par unité de volume et/ou de masse.

    • Polymères dit :

      C’est du bricolage!
      Par contre j’estime que nous, français, devrions rechercher à avoir un petit drone armé capable d’être opéré par des unités terrestres au plus proche des combats. Un drone simple pas cher, qui serait presque sacrifiable (on peut l’imaginer suicide) afin de surprendre l’ennemi embusqué et/ou difficilement atteignable. Cela créer une menace et un mode d’action qu’il ne faut pas négliger sur nous comme sur l’ennemi. Certains (comme les ukrainiens) l’utilisent comme une arme du « pauvre », mais comme toutes les armes, ces conceptions répondent à un besoin, celui ou désormais, à moins de se faire brouiller, il est « simple » d’acheter et d’opérer un drone (même un jouet) et que les opportunités de frappes dans les observations sont immenses. C’est déjà cette réalité qui a poussé à armer les drones MALE, l’histoire se répète aujourd’hui avec des petits drones accessibles à tous et ne les considérons surtout pas comme un simple outil du pauvre, ils sont aujourd’hui à l’état artisanal ou bricolé, dans 10 ans ça risque d’être bien différent quand les premiers états y auront pleinement compris l’intérêt

  2. jyb dit :

    déjà fait par les biélorusses.

  3. Misare dit :

    Il fonctionne en environnement de guerre électronique ce joujou ?

  4. Harambe dit :

    Tiens, depuis le temps que j’attendais un article sur ça !
    Ils ont du copier en vitesse les biélorusses qui ont annoncé ça il y a quelques mois.
    http://forcesoperations.com/systeme-d-les-bielorusses-creent-le-drone-lance-roquette/

    Même plus besoin d’avoir des sections anti-char au contact, ils seront bien planqués à 10 km pendant qu’ils envoient à l’assaut des dizaines de drones au suicide, largement rentable vu le coût des transports de troupes blindés, MBT, artillerie et hélicos.

    ça me rappelle une vidéo d’un jeu sortie il y a 10 ans (!!!) où une offensive OTAN se fait anéantir par des centaines de drones lance roquettes russes (voir 1mn25) : https://www.youtube.com/watch?v=FCqO9tTOCQY

    ça va être un cauchemar pour tous les corps d’armées ces drones lance roquettes à quelques centaines ou milliers d’euro quand ils seront au point.

    Comment protéger une base militaire en Afghanistan ou au Mali si l’ennemi peut être planqué à 10 km à la ronde s’il prévoit de réutiliser ses drones? ou 20 km si c’est une mission suicide pour ses drones?
    Comment protéger une zone verte à Bagdad ou Kaboul de ce type d’attaque à distance? Les tirs de mortiers ou roquettes depuis des immeubles abandonnés c’est une chose, des drones kamikazes, c’est autre chose.

    • Albatros24 dit :

      On s adaptera comme toujours… avec des drones tueurs de drones qui seront plus sophistiqués que ceux des russes

      • JP dit :

        Et des brouilleurs sur tous les blindés, avec un rayon équivalent à celui des roquettes…

  5. Auguste dit :

    Les Turcs aussi travaillent sur un drone porteur de missiles de croisière.En fait dés que le drone est sorti,tout le monde a du penser à son application militaire.Les Israéliens les utilisent pour lancer des lacrymogènes.A la place des lacrymo,quelque chose de plus consistant n’est pas inenvisageable.Trump avait parlé de miniaturisation de l’arme atomique…..

  6. lxm dit :

    Au début c’est toujours du bricolage, les 1ers drones datent de la guerre du vietnam. Les Russes ont développé le concept avec des commandos infiltrés qui devaient attaquer les arrières ennemis, telles les infrastructures à partir de drones( fabriqués localement) portant des mini-charges nucléaires.
    Puis on a oublié et puis dans les années 2000 le drone est revenu, bien perfectionné, volant à très haute altitude, pouvant même servir de pseudo-satellite, puis on l’a armé, cela a donné le fameux prédator américain.
    Là s’est développé un nouveau concept, celui de petit drone jetable, l’électronique grand public, montage facile, plans sur internet, il suffit de l’armer. Une question de temps avant que les terroristes du Liban et de Gaza n’adaptent leurs roquettes pour placer les charges sur des drones.

  7. Barfly dit :

    Là il y a un côté bricolage mais ce genre d’arme mieux conçue, c’est l’avenir.

  8. Albatros24 dit :

    Formidable
    Il n y a plus qu à l’ajouter sur leur catalogue de produits militaires de l Est vendus et expédiés dans le monde entier par les marchands d armes (avec les Ak 47 74 Rpg Douchka).
    On n’arrête pas le bizness

    • JP dit :

      Alors que les armes occidentales ne tombent jamais dans de mauvaises mains, c’est bien connu…
      Plus grand marchand d’armes ? CIA ?

  9. Yallingup dit :

    Juste comme ça…
    Disons qu’un drone équipé d’une arme (lance roquette, bombe, …) coûte peu en regard d’un avion de chasse.
    Disons qu’une force X dispose d’une flotte importante de ces drones.
    Disons qu’elle lance à l’attaque un très grand nombre de ces drones.
    Comment être sûr que, ne serait-ce qu’un seul, ne passe pas les mailles du filet?

    • JP dit :

      En brouillant les transmissions. Si ces drones sont télécommandés, ou si ils utilisent une forme de GPS, le brouillage pourrait permettre de les rendre incontrôlable.
      Des drones autonomes qui se reposent sur un système de navigation interne devraient être contré différemment.

  10. tartocitron dit :

    C’est sûr qu’il n’a pas le style léché de l’anti-char de MBDA http://www.opex360.com/2018/06/13/mbda-sallie-lestonien-milrem-mettre-point-robot-tueur-de-blindes/
    Le prix ne doit pas être le même non plus !
    Quant à sa visibilité, il est surement moins détectable qu’un Tigre. A 20 Kms, il faut avoir une sacré vue pour l’apercevoir.
    Quant au rayon d’action maximal, cela doit être réalisé à haute altitude en tir non ciblé.

  11. Lagaffe dit :

    Bizarre, j’aurais vu l’intérêt pour l’armée ukrainienne d’un drone kamikaze comme le Harop israélien mais je ne vois pas l’intérêt d’un drone léger portant un lance-roquette à un coup dont l’utilité parait assez limité face à un ennemi doté de moyens de brouillage divers et variés.

    • MD dit :

      Voici une vidéo supposée , s’il ne s’agit pas d’un montage, montrer l’utilisation le 15 août 2018 par l’armée ukrainienne d’un drone pour bombarder des positions de militants pro-russes dans la région de Shyrokyne:
      https://liveuamap.com/en/2018/16-august-video-of-ukrainian-uav-dropping-explosives-on-russianbacked
      ou : https://www.youtube.com/watch?v=6m3Vf-E9FBA

      Apparemment, les dispositifs de brouillage anti-drones existent bien , mais ils ne peuvent pas être partout. Comme ici, et en particulier, dans cette zone en principe neutralisée qui sépare les deux camps, mais où une guerre sournoise d’infiltrations et de contre-infiltrations de patrouilles, d’embuscades, de poses de mines et d’installation de postes d’observation ou de combat se déroule en permanence. Et où des véhicules blindés, des mortiers lourds ou des chars y prennent souvent position, en des dépits des accords de Minsk. Par contre les matériels de brouillage doivent être, eux, trop vulnérables , et aussi trop rares et trop coûteux, pour être déployés ainsi en première ligne, au risque d’être capturés au cours d’un coup de main bien mené .
      Quelques remarques:
      1) le même drone semble avoir largué plusieurs bombes. Dans ce cas, il ne pourrait pas être le l’appareil décrit ici , mais d’un engin bien plus gros .
      2) Les bombes semblent être larguées à la verticale de leurs objectifs, ce qui impliquerait l’utilisation d’un appareil capable de rester en position stationnaire.
      3) ou il pourrait s’agir d’un montage d’images provenant des vues prises par plusieurs drones au cours d’actions différentes.
      4) Mais les brusques sautes d’images ne correspondraient elles pas plutôt à celles que produirait les évolutions d’un appareils à ailes fixes? Ces images ne proviendraient elles pas alors de vues réalisées par des appareils de plusieurs types différents?
      5) l’effet des bombes larguées d’une assez grande hauteur n’est pas bien spectaculaire et pourrait bien correspondre à des  »bombes  » de 5 kg. Ces bombes ne sont peut-être en réalité que des obus explosifs de mortiers de 82 mm bricolés ( ils pèsent normalement un peu plus de 4 kg) . Sur les dernières images, les fumées blanches dégagées correspondent peut-être à l’emploi de projectiles  »fumigènes  », c’est à dire incendiaires au phosphore , également destinés normalement à être tirés par des mortiers.
      Certes, l’intérêt militaire de ce genre d’engin,dans un conflit ouvert et généralisé, est peut-être bien nul ou en tout cas très limité. Mais dans ce contexte actuel de ‘’guerre hybride’’, de guerre non déclarée et de conflit faussement gelé, on peut considérer que ces drones ont quand même le mérite de pouvoir renseigner en temps réel et effectuer des attaques en profondeur de nuisance ou de harcèlement non dénuées d’une certaine efficacité , tout ceci en semblant respecter la lettre des accords signés .
      Par contre, je suis bien d’accord avec vous pour penser qu’un drone capable de ne tirer qu’une roquette , ou de ne larguer qu’une bombe de 5 kg, ne servira pas à grand chose, même sans système de brouillage .

  12. delta dit :

    encore un effort et ils réinventeront le missile . Je ne vois pas où est l’intérêt de ce projet .

    • Fifi dit :

      Oui, effectivement. Ce machin est peu ou prou un missile (lent) avec un opérateur humain inséré dans la boucle de guidage.

    • nexterience dit :

      C’est un missile idéal en combat urbain avec capteurs déportés qui peut faire le tour d’un immeuble, attendre en guetteur hors portée visuelle de l’ opérateur.
      Et le prix ne doit être celui d’un MMP ni ne sait pas tirer dans les coins.

  13. werf dit :

    Les capacités de brouillage électro-magnétiques aujourd’hui sont telles que ces engins n’ont aucun intérêt au niveau militaire.

  14. Carin dit :

    Ces drones sont l’avenir de l’épée… celui du bouclier (francais) passe par les 20 mm automatiques.. je pense qu’il va falloir mettre au point un multicanons parce que face à une nuée de ces drones l’unique canon de nos 20mm risque de surchauffer. Sinon la portée d’utilisation de nos 20mm est bien supérieure à celle des RPG que transportent ces drones, les senseurs des engins transportant ces « boucliers » vont probablement devoir êtres deportés vers le haut pour voir arriver de loin ces nuées d’épées, y compris pour nos bateaux lorsqu’ils seront à quai ces épées pouvant arriver d’en ville .

  15. flanker dit :

    Ce ne sont pas les premiers à faire ça, depuis 2013 un français, Philippe Dordini, fabrique le drone Helios-6M qui peut emporter 4 roquettes antichar….

  16. Bebecar dit :

    Utilisé comme une force aérienne je n’y crois pas
    Le fait que contrairement aux missiles la signature thermique soit plus réduite ne restera pas un avantage longtemps, les systèmes de détection seront addapté et un simple 7,56 monteé avec un système de tracking aura vite fait de faire le ménage, sans même parler d’éventuelles piéces anti-aérienne à tir rapide ou de phalanx

    Par contre posé au sol dans l’herbe haute en embuscade ça peut-être une sacrée saloperie…

  17. Parabellum dit :

    Les anciens du liban ou de Serbie auraient bien aimes avoir des drones armes pour voir en avant et flinguer les snipers et autres avant de se faire piéger…armons nous vite de meutes de petits blindés robotisés et de drones de combat urbains..secouons nos habitudes et nos techno

  18. Arno dit :

    Je voudrais voir comme ce bouzin réagit au recul du tir de son RPG.
    Drone à usage unique, auraient-ils du préciser!

  19. Black-plop dit :

    -On peut pousser le concept si l’imaginaire et le prix de dotation ne font pas peur…: https://www.youtube.com/watch?v=ZKPoWTeJxxI
    -Là le filet se déploie automatiquement à bonne distance, c’est pourtant pas sorcier encore faut-il avoir la niaque de l’innovation pour une blockchain tactique et sécuritaire vraiment concrète. Sécuriser une zone à 100% c’est possible! Des sous il y en a ou pas, la réponse correspond à ce qui les arrange, et généralement ce qui arrange le complexe militaro-industriel c’est de se faire des youkous en or avec le moins de frais possible, banco à Acapulco! Pour sanctuariser totalement certains sites, le rêve reste une option pas cher et accessible à tous. Alors rêvez bien!

  20. Faublas dit :

    Force de combat, cela semble difficile à croire, mais la capacité d’emmerdement de ce genre de drones est réel, un espace aérien saturé par ces bidules à 2 balles peut créer une belle confusion et un épuisement des ressources au sol (munition de destruction, saturation des moyens de surveillance, de recherche et interception et épuisement des hommes).
    Même si les photos sont peu flatteuses (6 tubes d’aluminium, des batteries de camion et des moteurs de mixer avec des hélices de modélisme et un pilotage sommaire , le tout scotché), le rapport coût de ces engins, le bordel provoqué n’est pas à négliger.