Un hélicoptère Gazelle de l’armée de Terre s’est écrasé en Côte d’Ivoire

Le 10 juillet, vers 17 heures, un hélicoptère d’attaque de type Gazelle, appartenant aux Forces françaises en Côte d’Ivoire [FFCI], s’est écrasé près du village de Modeste, située à dizaine de kilomètres d’Abidjan.

Sur les photogaphies circulant sur les réseaux sociaux, l’on peut voir que l’appareil du détachement de l’Aviation légère de l’armée de Terre [DETALAT] s’est disloqué au moment de l’impact et que sa cabine s’est retournée.

Quelques heures plus tard, l’État-major des armées [EMA] a expliqué que les deux occupants de l’hélicoptère, gravement blessés, ont été pris en charge et « évacués par voie routière vers la structure médicale de la base militaire française à Port-Bouët. » Malheureusement, le pilote est décédé des suites de ses blessures. Quant au chef de bord, il doit être évacué à bord d’un Falcon vers la métropole.

Pour le moment, on ignore les circonstances de cet accident, si ce n’est que cet appareil effectuait un vol d’entraînement. L’enquête risque d’être compliquée étant donné que les Gazelle ne dispose toujours pas d’enregistreur de vol.

Il s’agit du second accident d’un hélicoptère français en Côte d’Ivoire depuis le début de cette année. Le 9 janvier, lors d’une mission de reconnaissance afin de préparer un exercice conjoint entre les FFCI et les forces ivoiriennes, une Gazelle s’était abîmé dans le fleuve Comoé, près du village de N’Gokro, après avoir accroché une ligne électrique. Par chance, cet accident ne fit aucune victime.

En février, deux Gazelle de l’École de l’aviation légère de l’armée de Terre (EALAT), implantée au Cannet-des-Maures, étaient entrées en collision au-dessus du secteur de Carbasse/Carcès. Cinq officiers y laissèrent la vie.

Pour rappel, les FFCI comptent 950 militaires [actuellement fournis par le 8e Régiment de Parachutistes de l’Infanterie de Marine – RPIMa] et disposent, depuis août 2017, de 4 hélicoptères, dont 2 Gazelle et 2 Puma. L’une de leurs missions est de constituer un « réservoir de forces rapidement projetables en cas de crise dans la sous-région. »

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Jean Phi.

    • de Castel

    • de Affreux Jojo

  2. de heaume44

  3. de Le correcteur

    • de Jean

      • de Thaurac

  4. de Bmr

  5. de Pascal (l'autre)

  6. de ledemocrate

    • de Gatearrow

  7. de Parabellum

  8. de Parabellum

  9. de Frédéric