Général Guibert : Pour être plus efficace, la force Barkhane doit gagner en mobilité

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

74 contributions

  1. Clavier dit :

    Eh ben ça promet……!

  2. JG von Rheydt dit :

    Bel optimisme, l’ennemi est militairement battu et Barkhane n’a pas vraiment besoin de moyens supplémentaires, les boys seront à la maison pour noel. Mais de quelle année?

    • Plusdepognon dit :

      Les africains ont un proverbe: »vous avez des montres, nous avons le temps ».

  3. Ancien des opex dit :

    Pour la force Barkhane, la meilleure mobilité ce serait son rapatriement.
    Il paraît que “l’ennemi est aux abois” : c’est donc le moment de laisser enfin les Africains se débrouiller sans nous.
    .
    Ceci pour trois motifs : 1) faire comprendre aux Africains, qui s’imaginent que nous sommes en Afrique par intérêt, qu’ils rêvent s’ils croient que nous serons toujours là, prêts à nous faire non seulement tuer à leur place mais aussi nous faire insulter, alors qu’en réalité nous n’avons pas besoin de l’Afrique ; 2) remettre nos moyens humains et matériels en condition ; 3) mieux utiliser notre armée de terre, notamment dans les DOM-TOM pour escorter nos forces de Gendarmerie qui en ont besoin.
    .
    Nous avons déjà beaucoup fait pour l’Afrique, beaucoup trop fait (et j’en parle d’autant plus tranquillement que j’ai participé) : les Africains, parce qu’ils ne peuvent plus accuser la courte période coloniale de tous leurs maux, en rendent maintenant responsables nos interventions. Alors arrêtons.
    “Et si certains veulent prendre notre place, on leur souhaite bien du plaisir”.

    • Nike dit :

      Je crois que vous n’avez pas bien compris pourquoi on est en Afrique : C’est pour éviter une catastrophe humanitaire qui se solderai par un afflux de plusieurs millions de migrants en Europe. Quand on voit le bordel qu’a généré la seule Syrie imaginez la même chose avec 5 ou 6 pays sahéliens voir subsahariens…. Pour le coup je trouve que Hollande et Macron ont été plutôt visionnaires, ce dont vous semblez dépourvu.

      • Plusdepognon dit :

        @ Nike
        La crise des migrants est une opportunité de business.
        http://www.joel-jegouzo.com/2018/05/xenophobie-business-claire-rodier.html
        https://www.arte.tv/fr/videos/078195-000-A/etats-africains-portiers-de-l-europe/
        Ces pauvres gens ne sont en effet qud l’avant garde des mouvements de population qui vont s enclencher avec la raréfaction de l’accès à l’eau potable et donc à la pénurie de nourriture. Le 21ème siècle sera affreux.

      • Allobroge dit :

        Au mieux ça ralenti l’afflux mais ne le stoppe pas.Il y aura bientôt plus de maliens en banlieue parisienne qu’à Bamako. Encore quelques années et il demanderont l’autonomie du département où ils seront majoritaires

        • Jean dit :

          Allobroge: raison de plus de conclure des accords avec les différentes milices qui se trouvent en Libye et le Maroc pour stopper ce flux au maximum. Cela nous coûterait certainement moins cher.

      • jean pierre dit :

        vous aurez l’afflux quand même, c’est imparable. Enfin imparable chez eux, question de politique interne, mentalités, démographie. Déjà que la gangrène gagne notre territoire avec l’aval ou le silence des politiques.
        La presse télé et journalistique nationale s’est fait l’écho du drame familial de Pau ou 5 personnes sont mortes .On a parlé d’abord d’incendie, puis de reglement de compte familial, puis violences dans une famille espagnole et française puis plus rien….
        voyons la suite…les Palois savent….

    • NRJ dit :

      @Polymères, @Castel
      Des commentaires ?
      Je dois dire que si @Polymères a des arguments intéressants. On n’est pas forcément d’accord, mais ils sont intéressants.

      • Castel dit :

        Mes commentaires vous semblant moins intéressants que ceux de @polymère, je me contenterais donc de vous renvoyer à ceux de @Nike, un peu plus haut, qui me semblent marqués par le bon sens !!!!

        • Plusdepognon dit :

          @ Castel
          Vous ne pouvez pas plaire à tout le monde, mais si vous avez le phrasé caustique, au moins vous n’insultez personne.
          https://youtu.be/FCnaIdeDH_s
          Et vos commentaires sont appréciés de beaucoup puisque vous ne vous faites pas « brancher » souvent.

    • JP dit :

      Même s’il est potentiellement possible de s’approvisionner ailleurs, le nucléaire français est alimenté à auteur de 1/3 par de l’Uranium du Niger…
      L’Algérie fournit 15 % du gaz naturel consommé en France.
      Le pétrole importé en France (chiffres 2015):
      – Arabie Saoudite 18.6%
      – Kazakhstan 13.8 %
      – Nigeria 11.7%
      – Russie 7.9%
      – Angola 7.6%
      – Algérie 7.6 %
      – Azerbaïdjan 6.3%
      – Norvège 6.1%
      – Irak 4.9 %….
      – …
      – Guinée equatoriale 1.8%
      Total 32.3% du pétrole importé en France provient de pays africains.
      Malgré les importations de matières premières, la France est en excédant commercial avec l’Afrique (2.8 milliards pour 2017, 5.4 milliards en 2016, 5.5 milliards en 2015).
      .
      Donc oui, la France a des intérêts stratégiques en Afrique. Pour ce qui est de Barkhane, intérêt stratégique peut correspondre à l’intérêt des locaux.
      Maintenant, il faut pas oublier le rôle de l’OTAN dans l’armement que possèdent les terroristes. La Libye en est bien l’origine, et c’est bien l’OTAN qui a pensé à très court terme et qui a résulté en une catastrophe au Mali.
      La période coloniale française n’est pas si courte que ça, mais tout dépend de ce qui est considéré comme la date de départ… 1677 pour le Sénégal.
      Ce n’est qu’en 2001 que la France reconnaît la traite négrière et l’esclavagisme comme crime contre l’humanité (fait partie d’autres lois telles que la reconnaissance de la déportation pendant la Seconde Guerre Mondiale, le Génocide Arménien…).
      .
      Après l’Asie, c’est maintenant au tour de l’Afrique de se développer économiquement à une vitesse impressionnante. C’est maintenant que la France et l’Afrique peuvent travailler ensemble et que ça profitera aux 2. En apportant une économie florissante, les conflits vont cesser d’eux même. Si les conditions de vie sont bonnes, plus personne ne cherche à se battre. C’est ce qui s’est passé en Europe après la Seconde Guerre Mondiale alors que l’Europe n’a pas arrêté d’être en guerre avant.

      • Paul Letissier dit :

        En 1677, on ne peut pas encore parler de colonisation. Nous avions seulement quelques escales sur la côte, pour nos navires marchands sur la route des Indes. Escales qui généraient quelques relations commerciales avec les Africains (vente de produits et de services).
        .
        La colonisation n’a commencé qu’au milieu du 19ème siècle, très progressivement. Au début ce n’était que de l’exploration.
        .
        Quant à l’esclavage, il faut refuser toute désinformation idéologique à ce sujet : l’esclavage (comme d’ailleurs le cannibalisme) était une pratique coutumière en Afrique bien longtemps avant notre arrivée.
        Nous y avons mis fin au 19ème siècle en application de nos principes : « tous les hommes naissent libres et égaux en droit » (Lafayette).

        • JP dit :

          Il n’empêche que l’occident s’est enrichi sur le dos de l’Afrique, a considéré l’homme noir comme un « bien »…
          Non, officiellement ce n’est pas le début de la colonisation.
          Oui il y avait des esclaves africains qui étaient détenus par des Africains.
          Mais la France a énormément profité lors de son développement des esclaves.
          La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen date du 18ème…
          Pendant la colonisation, les territoires colonisés étaient bien français… Mais les colonisés n’étaient clairement pas considérés comme des Français…

          • Albatros24 dit :

            Les indigènes étaient citoyens français durant les républiques.
            Ils pouvaient s engager dans l Armée comme professionnel alors que les Etats Unis n ont reconnu ce droit aux noirs qu après la 1ere guerre mondiale et dans des unités non combattantes. En 39 45 interdiction était faite aux noirs d intégrer une unité blindée…
            Les Eu ont aboli la ségrégation seulement dans les années 60.
            Le Cardinal de Richelieu avait institué qu un indien d amérique se trouvant sur le sol français devait être considéré comme jouissant des mêmes droits qu un sujet français…sujet car nous étions une monarchie à l époque.
            Et vous insinuez que les français sont racistes…alors même que nous sommes un des peuples d Europe le plus métissé aujourd hui…

    • Plusdepognon dit :

      La situation est loin d’être simple (ici l’exemple de la Tunisie):
      https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/07/10/la-plus-grande-menace-des-djihadistes-de-l-ouest-tunisien-est-leur-capacite-de-resilience_5329184_3212.html
      Il y a du monde sur la fréquence pour prendre des parts de marché :
      https://www.lerevenu.com/bourse/coulisses/economie-la-lente-erosion-des-parts-de-marche-de-la-france-en-afrique
      Et la Chine avance tres vite (avec les USA) sur des surveillances de masses où tout le monde est suspect donc surveillé…
      https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/07/09/le-big-brother-chinois-s-installe-dans-les-rues-et-les-foyers-africains_5328467_3212.html

    • Ancien des opex dit :

      NRJ, je passe sur votre discourtoisie finale parce qu’elle présente l’intérêt de montrer que vous êtes à court d’arguments : mettre en cause l’interlocuteur (que vous ne connaissez pourtant pas) est un procédé classique quand on ne sait pas quoi dire. Classique et néanmoins méprisable.
      Mais ce n’est qu’un aspect secondaire de ce débat.
      .
      Ce que vous nous dites pour tenter de justifier notre présence en Afrique n’est qu’une répétition des dogmes mainsteam en la matière. Il m’est donc facile d’y répondre parce que ça n’a rien d’original : vous reprenez le refrain des interventions extérieures qui seraient justifiées par une menace sur notre propre sol.
      .
      On nous l’a trop fait : si on écoutait notre Président de l’époque, on était en Afghanistan pour “lutter contre le terrorisme” (et même, certains jours, “contre l’obscurantisme”). En dépit de la qualité de nos troupes et de l’héroïsme qu’elles y ont développé, nous n’avons obtenu aucun résultat en Afghanistan parce que le « résultat à obtenir », l’état final recherché, n’était pas défini au niveau politique. Maintenant que nous ne sommes plus en Afghanistan, le terrorisme en France (le seul qui m’importe) n’a pas varié.
      .
      Concernant l’Afrique, c’est pareil : Barkhane ou pas, et quels que soient le dévouement et le courage dont nos militaires font preuve, l’on empêchera pas par ce moyen que des foules africaines misérables et mal gouvernées voudront devenir esclaves en Europe. Nos voisins européens l’ont bien compris et s’abstiennent de participer à notre action autrement que par quelques détachements symboliques.
      .
      Vous qualifiez Hollande et Macron de “visionnaires” : plus exact serait de dire “feudataires”. Avec les moyens de la France, ils se chargent d’un secteur du fameux “arc de crises” cher aux Néocons américains. Et, comme vous, ils restent incapables de justifier l’opération Barkhane.

      • Ancien des opex dit :

        Erratum : je m’adressai évidemment à Mike et non à NRJ.

      • Castel dit :

        J’ai beau chercher dans l’intervention de Nike, je n’y trouve pas la moindre discourtoisie, à l’égard de quiconque……
        Quand au fait, que Sarkozy et Hollande aient été visionnaire ou pas, j’attend que vous m’expliquiez ce qui se serait passé d’après vous, si les Américains n’avaient pas chassé les Talibans du pouvoir en Afghanistan ( notre présence la-bas étant surtout symbolique), et si nous avions laissé les islamistes s’emparer de toute l’Afrique de l’Ouest !!!

    • jyb dit :

      @Ancien des opex
      Chacun son métier. Ceux qui veulent servir sur le territoire national au sein de l’armée font le choix de la gendarmerie. Les autres font des choix non militaires. Est ce qu’un militaire ou futur militaire ferait ou fera les mêmes choix si par exemple Vigipirate et sentinelle n’étaient pas des missions d’exception ?

      • Ancien des opex dit :

        Je reviens sur la mission d’escorte à la Gendarmerie.
        Sur l’idée que ce ne serait pas enthousiasmant pour les militaires de l’AdT qui rêvent de changer d’horizon, c’est vrai. Mais dans nos territoires périphériques (par ex. l’opération Harpie) c’est quand même un peu exotique.
        Et l’on peut désigner des unités spécialisées dans le soutien aux forces de l’ordre, unités où l’on servira sur volontariat.
        Quant à savoir comment le moral des Gendarmes évoluerait de ce fait, je suppose que ce ne serait pas un problème dans la mesure où ces unités seraient à leur disposition, sur leur demande.
        .
        Il ne faut pas rejeter une idée au simple motif qu’elle est nouvelle.
        Avouez que depuis deux ou trois ans que Sentinelle empoisonne nos armées, l’on aurait été bien inspiré de trouver un dispositif qui ne soit plus du bricolage.
        Un bricolage réussi quant à l’efficacité, mais ça reste un bricolage nocif pour nos unités qui ont autre chose à faire.

        • jyb dit :

          @ancien
          effectivement de bonnes pistes pour ne pas dévoyer l’objet de la mission,
          ni l’esprit du soldat.

    • Castel dit :

      à condition quand même, qu’il ne s’agisse pas des barbus !!!

    • tschok dit :

      @Ancien des opex,
      .
      Votre 1 me semble tout à fait recevable, même si son bien fondé est discutable. Votre 2 est une mesure d’administration qui peut avoir sa raison d’être. Votre 3, en revanche, me semble bizarre de deux points de vue, au moins:
      .
      – Primo, réduire la mission principale de l’armée française à une mission d’escorte, comme si c’était le meilleure usage que l’époque nous suggère, c’est tout de même employer ce moyen à la fois performant et polyvalent dans sa plus petite dimension. Je doute que les militaires se vivent comme des femmes et des hommes dont la seule action de guerre possible soit l’escorte, qui est une tâche qui n’est certes pas dépourvue de grandeur ni de danger, mais qui n’est pas le condensé de l’acte de guerre par excellence. Je ne dirais pas que c’est une tâche subalterne, mais presque.
      .
      – Secundo, faire escorter la gendarmerie (ou la police) par l’armée, c’est instiller dans les esprits que ces forces de l’ordre sont faibles, puisqu’elles ont besoin de protection. Je me demande comment les intéressés prendraient cette mesure, si vraiment on la mettait en application. Mais au-delà, je me demande comment le public la prendrait: il est en droit d’attendre de ces services publics qu’ils accomplisses leur mission par eux-mêmes sans se reposer sur la béquille de l’armée.
      .
      En résumé, vous voulez réduire la mission de l’armée à une tâche subalterne qui serait de nature à altérer la confiance que le public est en droit de placer dans ses forces de l’ordre, et qui serait très vraisemblablement assez mal reçue par les intéressés eux-mêmes, ces petites choses fragiles qui, dans votre esprit du moins, ont besoin d’être escortées…
      .
      J’en déduis que vous avez l’intention de vous fâcher avec tout le monde: avec l’armée comme avec la gendarmerie.
      .
      Par ailleurs, vous préconisez une mesure qui relève de la stratégie du repli dans la forteresse France. Je trouve cela surprenant de la part d’un ancien des opex. J’en arrive à formuler une hypothèse: depuis que vous n’en êtes plus, vous devez considérer que ceux qui en sont encore ne sont pas à votre niveau et qu’il vaut mieux rapatrier tout le monde. Vous avez la toute puissance mélancolique?

      • Ancien des opex dit :

        Je trouve au contraire que nos jeunes sont meilleurs que nous.
        Je dis qu’il faut cesser de disperser nos moyens car tous nos efforts et les risques pris depuis cinquante ans ne sont pas imités par les Africains qui devraient pourtant s’y mettre : la sécurité en Afrique, c’est leur affaire plus que la nôtre.
        Au contraire les Africains ne se gènent même pas pour critiquer le travail que nous faisons à leur place.
        Alors je dis que ça suffit.
        Aucune mélancolie.

  4. jyb dit :

    bss ou syrak, le contrôle de zone c’est escadronner loin et longtemps. D’ailleurs les français le font depuis la fin du 19ème dans la bss et l’ont fait de 1920 à 1946 au levant. C’est un acquis des armes françaises. Ajoutons que c’est en escadronnant ou nomadisant qu’on acquiert du renseignement humain.

  5. mas 36 dit :

    Bonne analyse du général GUIBERT , travail de fond et sur la longueur mis en place. Pour le renseignement le Mali , pays indépendant n’a-t-il pas un gouvernement avec un ministère de l’Intérieur et de la Défense avec les services de renseignements idoines ? Où passen l’argent de ces ministères ? Jamais lezs journalistes ne pose cette question fondamentale.

    Ensuite pour tenir le terrain et obtenir du renseignement auprès de la population il y a la gendarmerie. Le Mali possède-t-il cette institution ? Le Mali (pays zombie comme bien d’autres ) est-il gangréné par la corruption ?

    J’observe ( de loin me direz vous) que nos soldats s’exposent journellement au soleil d’Afrique et à ses 40° à l’ombre, alors que certains citoyens (nous dirons habitants) de ce pays restent au frais chez nous. J’arrête là je risque de devenir politiquement incorrecte ou incorrectement politique.

    nb : un lecteur de jeune-Afrique pourrait-il nous donner le nom des ministres de la Défense et de l’intérieur, ou un journaliste sérieux.

    • mas36 dit :

      corrections : où passe l’argent. Jamais les journalistes ne posent cette question.
      désolé

    • Allobroge dit :

      Justement nous ne sommes pas assez politiquement incorrect !Et celui qui le fut avant l’heure fut DE GAULLE, jadis ! Bon après il ne supporta plus l’incorrection, mais bon !….

    • Nauatg dit :

      Cela fait 5 ans qu on le dit. Alors le sortir comme une idée novatrice aujourd hui……
      Mais bon, mieux vaut tard que jamais…..

  6. aleksandar dit :

     » Pour autant, pour le général Guibert, qui s’apprête à quitter la tête de Barkhane, ces attaques, « très violentes mais épisodiques », sont le « témoignage de la faiblesse » des jihadistes.  »
    Il espérait quoi une bataille frontale de char comme a Koursk ?
    On lit plus  » La guerre de guérilla  » dans les états-major ?
    Le but des djihadistes c’est de montrer qu’ils sont partout et qu’ils peuvent frapper ou ils veulent, y compris la tête de dispositif.
    Ils misent sur l’impact sur les populations et pour le moment ils réussissent assez bien dans ce domaine.
    Un aveu de faiblesse ? De leur point de vue, et malheureusement du point de vue des populations locales, surement pas.

    • jyb dit :

      @aleksandar
      cf mon com infra. Les populations locales voient comme vous et moi, que les djihadistes avaient des milices, une économie, une administrations locales et une dynamique, hier. Et constate qu’aujourd’hui, ils sont réduits à une lutte de guerilla qui ne porte aucun projet politique, ni même religieux.Plus signifiant pour les populations, les djihadistes n’ont pas les ressources pour acheter les ventres et pèsent sur les communautés.

      • aleksandar dit :

        Oui jyb
        mais, même problème qu’en afgha et ailleurs.
        Les djihadistes sont la pour longtemps, pas nous.
        Vous souvenez vous du commissaire politique vietcong dans  » La 317eme section  » avec son œuf ?
        Le projet religieux existe, il est même inhérent a l’islam d’une certaine façon et hélas.
        On est dans une démarche similaire a celle des communistes chinois a l’époque de Mao, avec le slogan  » Chinois , encore un effort pour être vraiment révolutionnaires  »
        Le wahabbisme fonctionne sur le même schéma,  » Encore un effort pour être vraiment musulman » et c’est d’autant plus facile en Afrique ou l’islam n’est jamais tout a fait débarrassé de l’animisme.
        Cordialement

        • jyb dit :

          @aleksandar
          Le wahabisme est une secte. C’est une secte (encore) puissante mais ultra minoritaire. En syrak nous ne lui avons pas permis d’atteindre ses objectifs, mais nous lui avons laissé assez de temps pour apercevoir qu’au sein même de cette appareil ultra-totalitaire des courants violents s’affrontaient. J’avais rapporté les querelles doctrinales qui s’étaient soldées par des combats à raqqah fin 2016.
          Ces évènements se sont déroulés dans le berceau et au cœur du pouvoir salafiste. Afrique ? Je ne vois pas comment cette déviance pourrait être greffée sur l’islam syncrétique africain, sur l’islam maraboutique ou touareg, sur le mouridisme etc etc
          En revanche, on peut s’inquiéter de bh qui jouit d’un enracinement doctrinal et politique ancien dans un espace géographique limité.
          Je crois que l’insurrection islamique dans la bss est « finie » elle se transforme en insurrection ethnique et sociale en ce sens elle n’est plus une menace pour nous (français, européens…) Vous voyez en quoi je dis que serval+barkhane sont des succès que nous allons transformer en victoire.
          Mais il n’empêche, si elle est moins critique cette forme d’insurrection ou de rebellion nécessite d’être combattue. Elle nécessite aussi de la pédagogie.

        • Vince dit :

          @aleksandar : il faut même se replacer dans le cadre beaucoup plus large de la guerre de religion qui a lieu en terre d’Islam ; car au-delà de la rivalité chiite / sunnite que tout le monde connait, il ne faut pas oublier non plus comment deux visions salafistes se tirent la bourre au sein même du sunnisme : le wahhabisme et le frèrisme. Et comme les moyens financiers sont considérables des deux côtés (AS/Qatar), on a pas fini d’en subir les conséquences. Donc d’un côté l’AS, qui contrôle encore la Mecque, et son allié plus ou moins de bonne volonté les EAU, de l’autre le Qatar et la Turquie – avec comme enjeu le leadership du monde musulman. Et ça passe aussi par du softpower : construction / financement de mosquée, école etc. Naturellement on y apprend pas que la thermo-dynamique et la théorie de l’évolutuion, ou à tendre la joue droite.

    • Castel dit :

      Il ne faut pas oublier, que lorsque l’offensive majeure des islamistes, leur a permis de s’emparer de Kidal, Gao et Tombouctou, avec Mopti pour prochaine étape, même si leurs forces n’avait évidemment rien à voir avec la 6ème armée de Von Paulus, c’était une force considérable, qui aurait pu submerger tout l’Ouest de l’Afrique, sans qu’aucune Armée de la région ne puisse sérieusement s’y opposer !!
      Mais aujourd’hui, cette force ayant été en grande partie anéantie, ils en sont réduis à se rabattre sur une forme de guérilla, qui, certes, durera encore un certain temps, mais qui; contrairement à la situation précédente, devrait laisser le temps aux pays Africains concernés, de se préparer au retrait des troupes Françaises, qui aura lieu tôt ou tard, quand la situation le permettra !!!!

      • jyb dit :

        @castel
        Pire que ça. La cavalerie légère des islmamistes avançaient sur Bamako quand le gouvernement malien a appelé à l’aide.

  7. jyb dit :

    N’en déplaise aux chialeuses qui ne voient qu’enlisement, défaite, afghanistan, les propos du gdi Guibert vont dans le sens de ce que je répète depuis un long moment, à savoir, nous gagnons cette guerre contre le djihadisme.
    Serval a stoppé l’extension du djihadisme dans la bss, et rejeté les djihadistes hors des centres urbains. Barkhane a commencé par contrarier les flux logistiques et humains dans la zone (ex : madama et le contrôle de la passe de Salvador) puis a tapé les katibas dans leurs sanctuaires et leurs zones refuges avec pour résultat de décapiter leurs commandements opérationnels.
    Face à ces résultats sur le terrain, les gat (groupes armés terroristes) ont par nécessité du se regrouper sous une même bannière le jnim pour garder une taille critique et maintenir une visibilité mediatique. Daesh-gs n’a pas eu ces ressources et se retrouve maintenant en grande difficulté (à l’agonie est un peu fort)
    Les djihadistes sont passés de rassemblement de masse à la clandestinité, ils circulaient en convois de 60 vehicules, ils prennent le taxi brousse ou la mobylette du cousin, ils recrutaient à tour de bras, ils exécutent les déserteurs.
    Pour autant la bataille n’est pas terminée. Il reste en premier lieu des leaders politico-mediatique à neutraliser. une tactique de contre guerilla à adapter et deux points noirs à surveiller la libye au nord et le nigeria au sud. Un point sur lequel on peut etre d’accord, c’est que personne n’a dit que ce serait une guerre facile.
    Aux maliens, nigériens, burkinabé incombent de mettre en place les moyens militaro-civils pour assainir politiquement la situation.
    Pour nous (français) l’essentiel est que le drapeau noir ne flotte plus (sur la marmite)

    • Vince dit :

      Peut-être dans le traitement des symptômes il y a des résultats, mais au final c’est la racine du mal qu’il faut extraire : gouvernance (entrendre corruption/népotisme), promotion du salafisme et/ou du frérisme avec les pétro-dollars de qui on sait, force armée locale sérieuse. Parce que les mêmes causes produisent les mêmes effets, et qu’on ne restera pas éternellement dans ces pays, tandis que les autochtones oui. Enfin pour un certain nombre.
      .
      Parait que le commandant (malien) de la force G5 Sahel s’est fait débarqué ce jour.

      • jyb dit :

        @vince
        objectif simple, mission simple.
        Le salafisme dans la bss (mais aussi en Algérie, ou en Libye), c’est une maladie exogène. Oter les agents pathogènes et une partie du corps est guerie, c’est de la symptomatologie curative. C’est ce à quoi s’emploie barkhane.
        en revanche le système clanique (plutôt que népotique) est endogène, c’est aux états concernés d’assoir leur autorité pour régler ces questions. Enjeu considérable.
        D’ailleurs on pourrait pousser le paradoxe en affirmant que barkhane et la fg5s reprennent l’ambition salafiste d’eradiquer tribalisme et corruption.

        • Vince dit :

          En partie d’accord, mais le salafisme, ce n’est pas Barkhane qui en aura raison, puisqu’on ne combat pas les flux de pétro-dollars à coup de famas et de VBCI. Ici comme ailleurs, la clé principale c’est l’argent.
          .
           » barkhane et la fg5s reprennent l’ambition salafiste d’eradiquer tribalisme et corruption. »
          .
          Non alors là il ne faut malheureusement pas rêver ; l’objectif est clairement hors de portée et les moyens inadequats. Ou alors on est dans le champ du « whishful thinking » qu’on réservera aux neo-cons de Washington 🙂

  8. Polymères dit :

    On doit également accorder à la force Barkhane une enveloppe pour le renseignement local.On doit clairement mettre en place un système financier qui attire et qui pousse le citoyen qui sait à divulguer des informations.
    Qu’on leur propose 300-400€, préservant leur anonymat, en échange d’une information (par le biais d’une autorité locale, sécuritaire, politique ou autres) conduisant a des infos solides (on paye après la reco, pas avant). Sans cet appât financier (qui doit être conséquent aux yeux des populations pauvres, on ne va pas commencer par leur sortir une pièce de 2€) certains qui seraient restés silencieux par la peur, oseront bouger (pas tous, mais certains). Dans le cas malien, on pourrait très vite rendre l’habitant trop « douteux » aux terroristes pour traîner autour des zones urbanisées.
    Tous les conflits sont différents, le Mali n’est pas l’Afghanistan, les terroristes ne sont pas des amis de la population, même s’ils ont toujours quelques contacts qui sont payés pour rendre certains services, comme les « sonnettes » dont parle l’article, mais aussi pour approvisionner des groupes, « achète ceci et cela en ville, pose le derrière ce rocher le long de cette route et on te donne de l’argent », ces petites mains qui s’achètent facilement ne sont pour la plupart sans convictions, il ne veulent que se faire de l’argent et il faut qu’on puisse les retourner, il faut que la « sonnette » d’un groupe, se voit proposé une belle somme susceptible de le « retourner ».
    .
    On doit faire ce genre de « travail » qui ressemble un peu à un travail de flics, il faut pouvoir à défaut de convaincre par rapport à notre combat (gagner les coeurs), savoir créer de l’intérêt et du bénéfices de notre présence, de notre action (gagner les esprits/la raison). Quand on achète auprès des commerçants locaux certaines choses pour nos bases et le confort, quand on donne du travail, quand on améliore la vie des gens, leur environnement, on créer un lien, parfois une dépendance. Sur Gao il y a des centaines de maliens qui y font des affaires ou y travaillent, dans les cuisines, pour l’entretien, pour la sécurité, pour certaines constructions, ben ces gens là, ils peuvent être indifférent à nous français, mais on est une opportunité, on leur offre du travail, on leur donne donc de l’argent et quand ils rentrent à la maison, ils en ont bien conscience, ils le disent à leur famille, ils le disent à leurs amis et cette bonne appréciation se répand et on se fait l’allié, parfois l’ami des locaux.
    Toute intervention militaire doit avoir un côté économique car il ne faut pas juste se contenter de gagner la guerre, il faut trouver ensuite la paix et créer une résilience dans les esprits pour éviter qu’on s’oppose à nous.

    • Fred dit :

      @ Polymères
      Si on rémunère les délateurs, on va vite voir fleurir une industrie de la balance ingérable, et des règlements de compte hors sujet. Même si on n’est que le sujet d’une enquête, c’est extrêmement éprouvant et vexant.
      Tu imaginerais ce système en France ? Alors, pourquoi là-bas ?

    • jyb dit :

      @polymères
      Pourquoi selon vous, ces moyens à des échelles bien plus importantes, que vous préconisez et qui ont été testés/tentés en afgha, en irak, en somalie, au yémen n’ont pas donné de résultats définitifs ?

    • Carin dit :

      Le problème c’est que certains de ces personnels sont comme les poignards… à double tranchants.. et qu’ils renseignent aussi les nuisibles moyennant finance… on leurs fait peut-être des cartes d’accès avec leur photo, mais je doute qu’on prennent leurs empreintes ou un relevé d’ADN! Pourtant parmis ces gens certains « tilteraient » en les entrants dans la base de données. Sinon vos idées sont bonnes, mais sachez que dans les services de police/gendarmerie ces pratiques sont formellement interdites ( pour cause d’anonymat du « tonton ») sous peine de finir au tribunal. Il a été mis en place une façon officielle et rémunérée pour la fourniture de renseignements, mais comme cela se fait en audition sur procès-verbaux, et que les dits PV restent en procédure, vous comprendrez que ça ne se bouscule pas au portillon, les « tontons » ne sont plus du tout pressés de voir leurs noms divulgués par les avocats des mis en cause.

      • tschok dit :

        L’avocat ne divulgue rien du tout, cela ferait de lui un délinquant. Et, du reste, il n’a en principe pas accès à l’identité de l’indic, qui ne figure pas dans le dossier de procédure, mais dans un fichier centralisé. Il peut fortuitement avoir accès à cette information si un enquêteur la lui révèle. En règle générale, quand un enquêteur révèle à un avocat ce type d’information, c’est qu’il le manipule pour les besoins de l’enquête: il escompte que l’avocat avertira son client et que tout cela se retrouvera sur un PV de retranscription d’écoutes téléphoniques, genre portable de Monsieur Bismuth. Vous voyez le tableau?
        .
        En revanche, un avocat peut demander au juge la levée de l’anonymat de l’indic et… il ne l’obtient pas. L’anonymat de l’indic est en effet inscrit dans la loi. Néanmoins, les juges savent que la source anonyme peut servir à masquer une nullité de procédure: par exemple, quand les enquêteurs se sont procurés une informations par des moyens illégaux, ce qu’ils tentent de dissimuler en affirmant que cette information leur a été donnée par une source anonyme. Ce que l’avocat cherche alors à mettre en lumière dans un tel cas de figure n’est pas le nom de l’indic – dont l’existence est imaginaire – mais la nullité de procédure que masque cette information prétendument donnée par un indic qui n’existe en réalité pas. Un tribunal curieux ne veut pas se faire manipuler par la police, donc il peut faire droit, dans une certaine limite, à une demande de supplément d’information consistant à vérifier l’existence de l’indic sur le fichier et à trouver la trace de sa rémunération pour l’information en question.
        .
        Si la mesure d’information ne permet pas de trouver trace d’un indic ni de sa rémunération, alors cela signifie que ce qui est mentionné sur les PV de procédure est destiné à « surprendre la religion du juge », en clair à manipuler le tribunal. Et on se dirige alors vers la nullité de procédure.
        .
        Mais ce dont parle Polymères relève du renseignement militaire: le code de procédure pénale, on s’en tamponne le coquillard. On n’est pas dans un processus de justice. C’est autre chose: c’est la guerre.

  9. jyb dit :

    j’en profite pour signaler qu’une équipe du meilleur régiment canadien ( qui ô hasard est francophone) est arrivé au mali pour préparer le déploiement canadien. Qui plus est il semble que ce soit le 3ème bataillon, les fantassins volants par excellence.
    Elargir leur mission à des actions de combat serait un apport certain.

    • aleksandar dit :

      Le régiment de la Chaudière ?

    • Carin dit :

      Tout dépend s’ils sont venus dans le cadre de la MINUSMA, ou pour soutenir barkhane ?
      Dans le premier cas c’est aux frais de l’ONU, dans le second c’est très sympa aux canadiens d’accepter qu’une partie de leurs impôts serve à épauler les copains français dans leur mission de combat.

      • jyb dit :

        @carin
        cadre de la minusma, dans un premier temps pour reprendre la mission des allemands.
        Mais la config que les canadiens mettent en place ressemble curieusement à celle qui opérait en afghanistan avec le 3ème bataillon du r22er autour d’une composante helico ( la même qu’en afghanistan chinook+griffon)
        r22er = royal 22ème regiment

  10. Parabellum dit :

    J adore la nov langue qui décrit le poisson dans l eau…et on achète enfin des Toyota …et on refait du bigeard …léger et mobile…bon on avance …

    • Ancien des opex dit :

      @ Parabellum
      Certes, il y a du talent chez nous et des progrès.
      Mais l’essentiel n’est toujours pas défini : que faisons-nous là- bas ? Et quel est l’intérêt de la France ?
      Ce n’est pas à vous, bien sûr, que je pose la question car vous ne connaissez pas plus que moi la réponse. Cette question, c’est à notre personnel politique d’y répondre (valablement si possible).
      Alors le Général doit dire au Politique de quels moyens Barkhane à besoin, mais le Politique doit nous dire pourquoi Barkhane.

      • Parabellum dit :

        Je suis aussi maintenant un vieux…qui s interrogé aussi sur nos missions. Avoir exfiltre deux fois Arafat m avait foutu la gerbe il y a si longtemps…syndrome post colonial stérile..alors qu on devrait penser zée et défense urbaine…

        • Mon cher camarade Parabellum, je suis d’accord avec vous : on devrait penser ZÉE et défense urbaine. “On y pense !” nous répondra-t-on benoîtement. On y pense mais ce n’est visiblement pas une priorité chez notre personnel politique.

          Il faut penser aussi à protéger nos territoires périphériques, dans la mesure où leurs habitants veulent rester français :
          – la forêt guyanaise (l’opération Harpie qui devrait mobiliser les écolos mais où l’on ne les entend pas, sans doute paralysés par leur antimilitarisme) ;
          – les ZÉE dont la protection est non seulement une question écologique (encore muets là-dessus, les écolos) mais aussi de l’intérêt de nos compatriotes ultra-marins.
          – Nous avons aussi la responsabilités de nombreuses îles inhabitées mais génératrices de zones de pêche et peut-être de ressources minières qui pourraient susciter des convoitises.
          Je suis peut-être injuste en imaginant que notre personnel politique serait totalement pris au dépourvu par une agression bien préparée contre certaines de nos îles inhabitées.

          Toujours est-il que nous n’avons pas vraiment de politique de défense. Aucun de nos Livres Blancs successifs (appelés aujourd’hui “revue stratégique”, mais c’est pareil) n’a jamais anticipé la réalité, et ce depuis le premier en 1972, complètement “out”, qui n’avait même pas anticipé les opex.

          Et jusqu’à présent, aucune LPM depuis cinquante ans (= depuis que les partis politiques ont repris le pouvoir en 1969) n’a été respectée. Alors il y a peut-être un léger progrès maintenant qu’un ministre qualifie de traîtres ceux qui ne respect(erai)ent pas la LPM.

          C’est à suivre avec vigilance. Mais aussi avec confiance : la popularité de nos armées (réelle et incontestable, donc porteuse électoralement) devrait inciter notre classe politique à évoluer dans le bon sens.

    • Castel dit :

      Comme font les Tchadiens, qui sont nos seuls alliés Africains obtenant des résultats tangibles sur le terrain……, mais avec pas mal de « casse » quand même !!!!

    • Nauatg dit :

      C est exactement cela!!!
      A pleurer

  11. CortoM dit :

    Les plus pessimistes penseront que ces groupes djihadistes accélèrent leur mutation pour passer de la guerrilla aux cellules terroristes, plus pour controler le terrain mais faire regner l’insécurité tout en devenant invisible aux opérations militaires

  12. Affreux Jojo dit :

    AÉROMOBILITÉ !

  13. Fred dit :

    C’est koa, ce truc accroché au VBL au dessus de la tête du soldat ?

    • Polymères dit :

      Lampe, possiblement IR

    • Carin dit :

      Je me posais la même question… on dirait un moyen de vision puissant?

    • Super Souris dit :

      Soit une lampe de poche des années 70… soit l’optique de la mitrailleuse qui devrait équiper la tourelle (ça à l’air de se replier vers l’arrière en pivotant sur un axe).

      Ceci n’est qu’une hypothèse de civil de base qui s’est posé la même question. Les spécialistes du sujet nous éclaireront…

  14. Wrecker 47 dit :

    Pas besoin d’être visionnaire pour apprécier le discours de ce général …Ces situations politiques existent depuis aussi longtemps que les Français sont en Afrique Sahélienne
    !Les unités méharistes luttaient à armes égales avec la « rebellion » avec leurs « méharas  » On peut en faire autant avec des Toyotas land-cruiser qui ont fait leurs preuves !…Tout en possêdant des moyens classiques ! Style Bigeard?…Pourquoi pas?
    On revient au style des LRDG britanniques ,l’histoire est un perpétuel recommencement…En Afrique comme ailleurs !

    • Mantore Gérard dit :

      @ Wrecker
      D’accord avec vous excepté que… ce n’est pas un recommencement. Ceci parce que les exemples que vous citez correspondent à des situations qui ne sont pas comparables à celle d’aujourd’hui.
      .
      Il faut dire et répéter que l’objectif de Barkhane, le résultat à obtenir, en un mot la mission, n’est pas définie par le pouvoir politique dont c’est pourtant le devoir (l’on a seulement des paroles creuses de l’Exécutif, accompagnées du silence du Législatif qui est supposé contrôler en notre nom l’Exécutif).
      .
      Le niveau de réflexion politique dans cette affaire c’est, comme trop souvent, « Yaka envoyer l’armée » (plus le non dit : les militaires se débrouilleront et s’ils n’y arrivent pas on dira que ce sont des cons).
      .
      Je suis sûr que le Général a bien compris ça.
      L’utilité d’un blog comme celui-ci (s’ajoutant aux échanges associatifs et privés) c’est qu’on peut le dire, sinon à la place du Général, du moins à la suite de son non-dit.

  15. Jean Phi. dit :

    Je cite: »Ce n’est pas en démolissant le QG de la force conjointe du G5 Sahel qu’ils vont l’arrêter. Ce n’est pas en faisant sauter une mine sous un blindé de Barkhane qu’ils nous arrêteront. Au contraire »
    et le savoureux « très violentes mais épisodiques », sont le « témoignage de la faiblesse  »

    Just for laughs.
    Le QG du G5 ? Il existe un QG pour une armée qui n’existe pas ?
    Le blindé a bien été arrété lui !
    Ces attaques, du Viêt Minh, du FLN, des Talibans, très violentes mais épisodiques sont le témoignage de la faiblesse du Viêt Minh, du FLN, des Talibans, rayer les mentions inutiles.

    Merci Mon Général pour ce discours de « pot de départ » , à la Westmoreland.