Le président vénézuélien demande aux forces armées de se préparer à une invasion américaine

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

80 contributions

  1. Frédéric dit :

    Le souci pour le gvr du Venezuela est aussi que les militaires ont beau être chouchouter, les soldes ne valent plus grand chose. On parle d’un record d’hyperinflation encore pire que celui qui a touché le Zimbabwe !

  2. Le Glaive dit :

    La « situation économique désastreuse  » du Vénézuela ne serait-elle pas due aussi au chapelet de sanctions économiques imposé par les USA, dont l’impossibilité de faire des emprunts ( comme le font la plupart des pays, France y compris) ? un détail, sans doute.

    • Anaxagore dit :

      Bien entendu, c’est la faute aux Américains. Le pouvoir chaviste a délibérément distribué les bénéfices du pétrole sans investir un seul peso dans la maintenance et le renouvellement des installations. Résultat : d’une part l’économie, agriculture comme industrie, a été détruite par les importations massives, et d’autre part la production pétrolière n’arrête pas de baisser. Noter qu’il n’y a aucun embargo contre le Venezuela et que les Etats-Unis sont les premiers clients de leur pétrole.
      Quant à la possibilité de contracter des emprunts, pas la peine d’y voir la main des Etats, le bon sens des banquiers suffit.
      Pronostic : noir c’est noir, le Venezuela est au 1er rang dans le monde en matière de criminalité, mais on n’a encore rien vu…

    • Bomber X dit :

      Il y aussi la fameuse opposition dont le cœur est constitué des fortunes privées du pays qui ne supportent pas le type de gouvernement actuel à l’opposé de leurs valeurs ultra libérales (et qui est, accessoirement, pro US). Elle s’est appliquée à pourrir une situation économique fragilisée par la baisse des prix du pétrole afin de mette le feu aux poudres dans une ambiance déjà rendue explosive par les errements du gouvernement Maduro. L’opposition n’ayant pas réussit le coup d’état institutionnel à la brésilienne ils tentent le modèle Ukrainien.

      • batgames dit :

        bah évidemment ,les enfoirés de friqués seront toujours prévisibles quels que soit le siécle ,rien ne change ;et pas non plus les mafias ,et pas non plus les neuneu qui se laissent tondre comme leurs ancétres se faisaient tondre ,mais parfois un enfant dans une famille dit stop ,il devient hors la loi ,si il est habile on le retrouve à la tête des neu neu ou des mafieux …mais sa peau au final sera faite par un plus ambitieux ,comme dit Ribery la roue tourne qui tourne

    • Frédéric dit :

      Ben non 🙂 La situation était déjà invraisemblable avant le décret interdisant aux citoyens américains d’acquérir de la dette vénézuélienne qui ne date que du mois de main.

    • v_atekor dit :

      Il y a n’y a qu’une seule sanction contre le Vénézuela, l’interdiction de rachat de dette Vénézulienne… considérée par ailleurs comme bien trop risquée par les banques. La situation est catastrophique, mais tout le poids des USA n’aurait pas aussi bien fait que la politique de Chavez et de Maduro.
      .
      Des fois il faut se rendre à l’évidence, une politique économique pourrie donne des résultats pourris. Errare humanum est, perseverare diabolicum, disent les latins… perseveraverint, perseveraverint…

    • v_atekor dit :

      … le Vénézuzela étant un pays ultra riche sous terre, ultra sur terre, ultra riche en agriculture et pas si mal doté en infrastructures… le simple fait qu’il s’en sortent aussi mal, même vis à vis de pays moins bien dotés par la géographie vivant sous des sanctions autrement plus radicales – l’Iran ou la Russie – est un monstrueux aveux d’échec..
      .
      Il est absolument invraisemblable que sous le climat et équatorial on meure de faim, avec la possibilité de produire autant de riz que la Chine.

      • NRJ dit :

        Ce serait la politique socialiste locale qui est au pouvoir qui serait donc en cause. Il faudra expliquer ca a certains francais qui n’ont pas compris qu’une politique sociale qui n’est pas durable ne peut déboucher que sur un échec.
        Heureusement que certains politiciens comme Mélenchon aient applaudi Chavez

        • JP dit :

          Je pense pas qu’on puisse balayer d’un revers de main le socialisme sans y voir des progrès sociaux gagnés. Je pense que l’idée de redistribuer les richesses n’est pas saugrenue, mais qu’il faut un juste milieu. La France est par exemple trop socialiste.
          Par contre, il faut réussir à y mêler une dose de pragmatisme (pays scandinaves). la Norvège ou l’Islande sont suffisamment socialistes mais pas trop.
          Le fait que l’industrie pétrolière profitait principalement aux riches et aux investisseurs étrangers n’était pas très juste non plus. Les ressources du pays devraient aussi profiter au peuple.
          Chavez a fait exactement ce que bien des Français veulent voir en France avec des entreprises stratégiques (Alstom, …), les nationaliser.
          Concernant la richesse du Venezuela, la chute du prix du pétrole est aussi l’une des causes de la crie actuelle. Le Brut venezuellien fait partie des pétroles les plus cher à exploiter (4 e derrière le Royaume Unis, le Brésil et le Nigéria, et devant le Canada ou le pétrole de schiste américain). Donc forcément quand l’économie nationale dépend exclusivement sur cette ressource et que le coût de production est de $27.6 USD…

      • ALAIN dit :

        v_atekor
        Cette catastrophe prévisible a un nom, le communisme, toujours, toujours le communisme et son petit frère le socialisme mène a la faillite, la ruine, la faim, la pauvreté, la misère, la révolte, la guerre civil et la destruction du pays,
        De multiples exemples dans le passé nous l’ont enseigné, et pourtant on recommence, si cela a échoué c’est parce que l’on a pas était assez socialiste ou communiste, il faut en remettre une couche, et les résultats et le même, toujours, toujours, toutes les politiques socialistes ou communistes échouent et s’écroulent, que se soit le Venezuela, l’URSS. Cuba, etc, et bien sur la Chine, son tour viendra, ce n’est qu’une question de temps, ,, certains s’obstinent et n’apprendrons jamais,,,,

        • Castel dit :

          Pour la Chine, c’est quand même moins sûr, car il semble bien que depuis l’arrivée au pouvoir, du « petit timonier », à savoir le camarade Deng Tsiao Pinng, ce soit le clan le plus pragmatique qui soit resté au pouvoir….
          il est maintenant difficile de parler de communisme, mais plutôt de capitalisme d’ état !!!
          Cela dit, si, jusqu’à présent, le parti au pouvoir semblait contrôler les dirigeants qu’il avait contribué à mettre en place, on sent que ces derniers prennent de plus en plus d’importance, et c’est plutôt de cette façon que le marxisme disparaîtra de chine, qui n’aura alors de communiste que le nom, avec une avancée incontournable vers le libéralisme politique après celui de l’économique !!

          • Françoise dit :

            @Castel : C’est ce qu’on appelle du néo-communisme, un cousin germain du néo-libéralisme.

    • ALAIN dit :

      Le Glaive
      Il n’y a pas de sanctions économique des USA, au contraire, ils était jusqu’à peut leurs plus gros acheteur de brut, qui revenez ensuite raffiner au Texas pour être distribuer au Venezuela et les pays voisin, même vers l’Europe il y a une importante exportation de produits raffiner depuis les USA.
      les Russes ont soutenus le régime avec dizaines de milliards de Dollars, mais le plus exposer et la Chine qui a investie beaucoup d’argent et qui vient de remettre 5 milliards pour éviter la chute prochaine du régime de Maduro et éviter de perdre une fortune,
      Il et certain que les plans intervention au Venezuela sont prêt au Pentagone, si les Chinois viennent en force pour s’installer, les USA mettrons la main sur le pays, et organiserons des élections pour remettre un gouvernement issue de l’opposition a Maduro en place et faire repartir l’economie,

      ,

    • Jacques999 dit :

      Cela me rappelle plus l’Afrique à la sortie du colonialisme: corruptions et réseaux de pouvoirs parallèles, le revenu des matières premières s’évaporent et ne bénéficient au revenu nationale. Les élites intelelctuelles et les entrepreneurs partent car ils ne voient pas la possibilité de croitre. Il ya une volience extrême. Enfin, le pays dépend complèment du cours du dollar / pétrole pour sa balance des paiements extérieurs.
      Il est certain que les embargos US n’aident pas, mais hélas, ce n’est sans doute pas la principale raison. C’est bien triste quand on compare à la situation du pays à la situation de 20 ans en arrière.
      En tout cas, la enième gaffe de Trump en communication est un beau cadeau pour Maduro, qui était sérieusement remis en cause en interne. Il peut remobiliser la poplualtion autour du chavisme.

  3. Pierre dit :

    Il semblerait que même les russes s’y désintéressent, c’est dire. Sachant que ces gens sont du même poil que les rejetons de l’ex URSS… Encore un bien triste exemple des bienfaits du communisme.

    • Fred dit :

      @ Pierre
      Maduro se réclame du Chavisme, mais sa politique n’a strictement rien à voir avec celle de feu Chavez, ni politiquement, ni économiquement, ni même sur la question démocratique.

      • NRJ dit :

        C’est quoi la différence ? Je ne suis pas un expert de cette région. Et épargnez moi le « 1 minute pour tout comprendre » du monde ou l’on a droit à un enchainement de faits décousus et sans liens entre eux.

        • Fred dit :

          @ NRJ
          Tu as raison sur le fond, NRJ, mais il ne me semble pas possible formellement de développer ici des questions aussi complexes.
          J’indique une voie de réflexion ou plutôt de recherche, sur une question parmi tant d’autre concernant le « Chavisme ». À chacun d’aller puiser des infos sur les sites qu’il juge digne de confiance, surtout sur un sujet comme cela, où il faut effectivement un peut « ramer » pour se faire une idée autant que faire se peut honnête.

      • Castel dit :

        C’est vrai qu’entre le Colonel Chavez, et le conducteur de bus Maduro, il ne s’agit pas du tout de la même envergure !!
        Chavez avait suffisamment de clairvoyance pour comprendre l’intérêt d’essayer de conserver une image de démocrate au moins vis à vis de son peuple !!
        Donc il aurait sans doute préféré perdre les élections présidentielles, ne serait-ce que pour laisser les libéraux remettre l’économie en place..
        Mais comme ces mesures auraient sûrement mécontentés les classes sociales les plus défavorisées, il aurait été presque sûr d’être réélu dès la fois suivante…
        L’armée restant dans l’intervalle l’arme au pied, prête à intervenir en cas de fraude électorale ou de non respect du scrutin…..
        Au lieu de cela, le camarade Maduro a préféré mettre en place une « démocrature », sans doute inspirée par son ami Poutine , mais qui montre à tout le Monde son incapacité à gouverner le pays de façon démocratique ou pas !!!!

  4. Le Breton dit :

    Il n’a pas oublié l’Irak.

    • Nico St-Jean dit :

      Les irakiens non plus. Ils ont encore la gueule de bois à cause de l’immense fiesta l’ors de la pendaison de Saddam ^^

  5. Meme dit :

    Ils vont tarder à  » trouver  » un programme d arme de destruction massive au Venezuela même si je ne porte pas particulierement Maduro dans mon coeur de quoi ce mêlent les USA et qu on ne me parle pas de démocratie svp

    • Anaxagore dit :

      Voir mon commentaire plus haut. Trump a dit une stupidité, mais le Venezuela s’enfonce tout seul.

  6. Castel dit :

    La ficelle est un peu grosse….
    Comme Maduro ne peut pas invoquer l’embargo Américain sur son pétrole, vu qu’il n’y en a pas, il lui suffit de reprendre la bonne vielle méthode qui à permis aux Castro de se maintenir au pouvoir depuis si longtemps à Cuba :
    L’imminence d’une invasion Américaine !!
    Ainsi, toute tentative de protestation du peuple Vénézuélien sera dénoncé par avance comme une collusion avec l’ennemi !!!
    Et pendant ce temps la, la grande majorité des gens continue de faire la queue avec leurs tickets de rationnement devant des magasins désespérément vides ……
    Mais bien sûr, cela ne concerne pas Maduro et sa clique , qui eux ne manquent de rien…..
    Ouf, nous voila rassurés pour eux !!!!!

    • bruno dit :

      C’est beau la propagande. On la colle sur tous les médias et après ça fait des propos de comptoir pour soutenir… Quoi déjà ?
      Elles sont où les pénuries au Venezuela ? Les magasins sont pleins mais les entreprises privées qui reçoivent de l’état les fonds pour importer la plupart des biens de première nécessité, bloquent certains produits stratégiques. Ainsi, on ne trouve plus de papier toilette, mais les magasins regorgent de serviettes en papier !

      Allez vous renseigner un tout petit peu avant de sortir ce genre de chose tout droit venu de votre imagination nourrie à la propagande US.

      • Pascal (l'autre) dit :

        d’un coté la propagande, de l’autre la mauvaise foi! Choisis ton camp camarade!!!!!!

      • ALAIN dit :

        bruno
        Laisser tomber, même les Français mal informé par des médias appartenant au deep state savent que le Venezuela et au fond du trou, créé par une politique socialo-communiste appeler la bas le Chavisme , c’est du pareil au même, le résultat une fois de plus le confirme, le socialisme et le communisme sont une voie direct dans le trou sans fond, et on peut réessayer autan de fois que possible, le résultat sera toujours le même, vous pouvez fermer les yeux et raconter ce que vous voulez, le Venezuela de Chavez-Maduro et cuit, ratatiner, et fini, si vous me croyez pas, allez sur place, le choc sera rude,,,,,,

    • School of america dit :

      C’est sur, les cubains auraient mieux fait de suivre le modèle Haitien imposé par la France et les US, ils en seraient bien plus heureux, éduqués et en bonne santé aujourd’hui…

      • ALAIN dit :

        School of america
        Les Haïtiens ne veulent pas travailler, se sortir les doigts du nez ou d’ailleurs, quand aux Cubains ils sont également sur le Titanic socialo-communiste, avec le même résultat, la faillite du communisme, une horreur qui malheureusement n’est pas encore éradiquer, pour le plus grand malheurs de ceux qui le subissent,

      • ji_louis dit :

        Les haïtiens ont viré les français voici deux siècles, et les américains n’y ont jamais eu la main. Par contre, les dictateurs haïtiens se sont succédés à sa tête tout ce temps, privilégiant leur confort et leur richesse relative aux progrès du pays.

      • Castel dit :

        Mais on ne peu pas comparer ces 3 pays !!
        Pour les 2 premiers, il s’agit de pays ayants des richesses importantes, l’un agricoles (Cuba) et l’autre des ressources pétrolifères parmi les plus importantes de la planète ….
        Alors que pour Haiti, compte tenu de son espace exigu par rapport à sa population, il n’y a que de la misère à partager !!
        A noter quand même que pour les 2 pays les plus riches, avant l’arrivée au pouvoir des marxistes, il y avait des injustices sociales parmi les plus flagrantes existant à l’époque…..
        C’est ce qui à permis aux Castristes de s’imposer par la force et à Maduro de mettre en place sa « démocrature », sans proposer aux population l’alternative d’une véritable démocratie !!

  7. Thaurac dit :

    Maduro c’est pas « mûr » en espagnol?

  8. Raymond75 dit :

    Un pays qui a une trop grande force militaire est un pays qui fait toujours des conneries …

    • Castel dit :

      Sans doute,mais un pays qui n’a pas une force militaire suffisante est souvent obligé de subir la connerie des autres !!!!

    • albatros24 dit :

      vous pensez à la Russie je suppose…

  9. tito dit :

    la capacité des communistes à réduire à la misère tout pays qu’ils gouvernent est toujours impressionnante.

  10. Barfly dit :

    Quand un dictateur est au plus mal dans son pays, il brandit la menace des méchants impérialistes américains et ça suffit à calmer la foule pour quelques mois.
    C’est un théorème vérifiable dans plein de coin de la planète.

    • Titi74 dit :

      lorsque l’on voit les résultats des aventures anti-dictateur en Libye, Irak, Syrie, Somalie, ou Afghanistan, il n’ y a pas non plus de quoi pavoiser…

      Le rêve américain a pris du plomb dans l’aile depuis l’arriver de Trump

    • bruno dit :

      Et quand un pays capitalistes veut faire main basse sur d’importantes ressources, il fait passer à qui veut l’entendre le dirigeant pour un dictateur.

      • Nico St-Jean dit :

        Et pourtant Chavez l’avait pour lui tout seul, le pétrole. Résultat : plus de 1000 milliards de recettes liés au pétrole ont ..disparus (pouffe) comme par magie, l’ors du seul règne de Chavez.
        .
        Aller Bruno, vive le communisme 🙂 …

    • lechavenois dit :

      @Barfly
      .
      « ..théorème vérifiable dans plein de coin.. »
      .
      Dans le jargon, on appelle ça  » l’externalisation d’une crise interne « .
      .

    • ALAIN dit :

      Barfly
      Sauf qu’au Venezuela. la population fuit le pays, ou attend un libérateur, si les USA interviennent, ils seront accueillie par le peuple comme en France en 44, si vous aller au USA sur les exploitations ou raffineries de pétrole, ou au Canada en Alberta, vous aller rencontrer de nombreux specialistes dans le domaine du petrole ou du gaz Vénézuéliens, qui ont fuit leurs pays et la dictature de Chavez et Maduro, beaucoup souhaitent une intervention US afin de libérer le pays et pouvoir y retourner pour reconstruire et remonter le pays,

    • JP dit :

      Un autre théorème intéressant, c’est que l’Amérique a tendance a vouloir s’attaquer à des pays riches en matières premières, et que certains dictateurs restent en place ailleurs dans le monde.
      Si on regarde les pays ayant les plus grandes réserves prouvées de pétrole, les pays sont soit des alliés très proches ou alors des ennemis déclarés. (Les chiffres ci-dessous ne sont pas les mêmes selon les sources. Mais le classement reste le même, et l’ordre de grandeur aussi…
      1. Venezuela, 20.4 %
      2. Arabie Saoudite, 17.9 %
      3. Canada, 11.5 %
      4. Iran, 10.5 %
      5. Iraq, 9.9 %
      6. Koweit, 6.9%
      7. Emirats (UAE), 6.6 %
      8. Russie, 5.4 %
      9. Libye, 3.3 %
      10. USA, 2.7%
      Ces pays contiennent 95% des réserves prouvées de pétrole.
      Alors certes, là où il y a des richesses naturelles, il y a des difficultés à gouverner, en particulier lorsque le pays est « en voie de développement » et le contexte est propice à des « dictatures »…
      Mais en voyant ces pays, il est intéressant de voir lesquels sont restés alliés malgré le 11 Septembre (Arabie Saoudite qui a fourni la plupart des terroristes). Le Koweit et l’Irak sont les guerres Bush.
      L’Iran, ancien allié des USA n’avait pas un régime démocratique, et exécutait ses opposants. Le nouveau régime n’est pas démocratique non plus, mais tout de même, il y en a un qui était allié, l’autre qui est le grand méchant loup.
      La Libye a des réserves importantes, et un rôle stratégique dans la Méditerranée, il y a eu intervention. Au Levant, les USA participent à libérer les zones pétrolifères. Certes elles correspondent aux zones où ISIS était basée, mais si la guerre civile du régime faisait rage dans cette région, pas sûre que les USA auraient eu la même stratégie face au régime.
      L’Afghanistan est assis sur des réserves minières impressionnantes (3000 milliards de dollars estimées)
      Les autres guerres américaines l’ont été afin de réduire l’influence soviétique dans le monde.
      Si on regarde d’autres dictatures telles que le Nicaragua dans une situation « comparable » au Venezuela, pas d’intervention militaire semble leur avoir traversé l’esprit. Cuba c’est pareil, depuis la chute de l’URSS, c’est plus vraiment un problème le régime politique.
      Le Burundi n’intéresse personne, le Myanmar non plus.
      .
      Vous avez en partie raison sur votre commentaire. Les USA sont l’ennemi tout trouvé et très pratique. Mais il n’empêche que cette information mentionnée provient des USA. Mais dans ce cas, il est difficile pour les USA de justifier une quelconque menace pour sa sécurité nationale. En Irak, il semble qu’il a été démontré que les informations justifiant l’invasion étaient fausses…
      .
      Je ne dis pas toutefois que dans certains cas, les interventions militaires profitent aux opprimés / victimes… Mais sans intérêt géopolitico-économique, les USA n’y vont pas

      • Castel dit :

        Ce que vous indiquez est juste, mais il faut quand même préciser que contrairement à l’Arabie Saoudite par exemple, il s’agit d’un brut de mauvaise qualité, très coûteux à raffiner !!!

        • JP dit :

          C’est d’ailleurs l’exemple type du fonctionnement d’un cartel…
          On se met d’accord sur le prix (ou les quantités, mais c’est pareil), on s’attribue des quotas, et on exporte à un prix qui arrange tout le monde.
          Si le prix se fixait de manière naturelle, il y a des pays qui ne pourraient plus exploiter leurs ressources de manière rentable…
          (Le Canada et le Venezuela sont de parfaits exemples)

  11. jyb dit :

    Hypothèse. Trump demande au pentagone de lui proposer des options militaires contre le venezuela.
    Je ne vois pas quel scénario solide, les militaires peuvent lui proposer qui éviterait une conflagration régionale.

    • ALAIN dit :

      jyb
      Il n’y aura pas de conflagration générale, car les voisins du Venezuela commence a avoir peur de la migration massive de la population hors du pays, et de la possibilité que Maduro arrivé au bout ne lance une attaque vers un pays voisin pour masquer ses échecs,
      Les Américains prendront le pays en 2-3 jours avec l’aide de la population qui ne veut plus de Maduro et de sa mafia, tous les hauts responsables du pays, y compris les généraux et officiers supérieur ont participé aux trafic divers y compris de la drogue, leurs fortune et investie a Miami, Cancun, etc, ils ne voudrons pas mourir face aux forces US et se rendrons rapidement afin de profiter de leurs gains, l’armé constitué de conscrits dont les parents subissent la faim et la misère, se rendront au premier contact avec les forces US,
      Ce pays pourrait avoir le niveau de vie de Dubai, si ce n’est plus, car il dispose de terre agricole, d’une population nombreuse, et d’une énorme richesse pétrolière, mais le communisme parviendrait a ruiner en quelques semaines Picsou,
      Quand les électeurs se laissent manipuler et font les mauvais choix, ils ont payent le prix,,, on le voit actuellement en Europe, ou les mauvais choix electoraux depuis des décennies mène le continent dans le mur,

  12. Poorfendheure dit :

    Inutile de relayer les paroles d’un chien aux abois…
    Chavez passe son temps à porter des valises dans les paradis fiscaux et quand ça en sera fini, son tour viendra…

    • Pascal (l'autre) dit :

      Chavez porter des valises! Euh…….il est mort en 2013!

    • Fred dit :

      @ Poorfendheure
      Alors ça, c’est de l’info, MDR !!!!!!!! (Chàvez est mort en 2013)
      Tu devrais changer de pseudo, parce-que là, tu es grillé au napalm.

    • albatros24 dit :

      Chavez Maduro…c’est Castro la même chose

  13. Gégétto dit :

    Maduro n est pas isolé….Mélenchon le soutient!!!!!

  14. TROMXUASNOC dit :

    Melanchion va voler au secours de son idole à n’en pas douter

  15. vrai_chasseur dit :

    La tête du conseiller McMaster devait valoir son pesant de cacahuètes quand Trump lui a demandé ça. IL n’a pas du savoir quoi répondre.

    • ALAIN dit :

      de vrai_chasseur
      McMaster et un imbecile, un idiot et un gauchiste de la trempe d’Obama, mis en place dans l’équipe Trump a ses débuts par le deep-state encore bien installé dans l’administration a cette époque. depuis le ménage a était fait, Trump a vite compris pour qui roulé Mc Master et l’a viré rapidement, il et retourner dans l’anonymat d’ou il n’aurait jamais du sortir,

  16. Gatearrow dit :

    Mais qu’il la déclare la guerre, il se fera balayer en 3j…
    Par contre il me semble qu’on a déjà tué des dictateurs pour moins que ça…

  17. Pascal (l'autre) dit :

    La situation du Venezuela arrange en fait pas mal de monde surtout dans le domaine du pétrole
    L’O.P.E.P. et surtout les States n’ont aucune envie de voir les puits de pétrole du Venezuela cracher à tout va! Cela entrainerait une baisse importante du brut et rendrait l’exploitation du pétrole de schiste américain beaucoup moins rentable. Pour les autres producteurs (y compris la Russie) un pétrole moins cher ralentirait les investissements et impacterait la transition de l’après pétrole pour les pays du golfe (en particulier) et freinerait aussi l’économie russe qui est loin d’être performante
    C’est néanmoins un immense gâchis pour un pays qui détient les plus importantes réserves connues de brut. Et même si ce pétrole est souvent un brut lourd (le Boscan) très épais et d’une extraction assez difficile

  18. Polymères dit :

    Comme tout pouvoir autocratique qui ne veut pas perdre le pouvoir, il convient de trouver un bouc émissaire étranger coupable de tout et devant unir le peuple contre lui plutôt que chercher là ou sont les vrais problèmes, en intérieur!
    Le Venezuela est dans sa situation par ce que celui qu’on porte en « héro » national, Hugo Chavez, a jouer les robins des bois avec l’argent du pétrole. Il a distribué cet argent à tout le monde, subventionnant tout, au point que le pays a finit par ne plus rien produire, on a tout importé en échange des revenus du pétrole.
    Le Venezuela est l’exemple même que l’or noir ne fait pas tout et qu’il ne faut pas tout miser sur lui pour porter une économie.Pourtant ailleurs dans le monde, on a connu à la même époque, d’autres « héros » à qui on vante une réussite économique qui ne repose en réalité que sur l’augmentation du prix du baril.Prenons Poutine en Russie, prenons Bouteflika en Algérie, prenons les monarchies du Golfe, les dirigeants de ces pays se sont couronnés de cette réussite économique, pourtant dès que les prix sont partis à la baisse bonjour les problèmes.
    Quand on voit l’Algérie, le syndrome vénézuélien est présent, la rente pétrolière paye tout et fait tourner l’économie, subventions de droite à gauche, fonctionnaires, grands projets créant artificiellement une croissance, mais derrière une économie moribonde qui se nourrit des importations que le pétrole paye. Le temps passe, les réserves fondent, les subventions disparaissent, l’inflation grimpe, les restrictions à l’importation se font, on supprime les fonctionnaires et le pouvoir algérien ne réagit pas, il continue à espérer une amélioration du marché pétrolier en retardant la catastrophe, sauf que ça ne suffit pas et le pays a des réserves bien limitées, on s’accroche à la momie Bouteflika comme on s’accroche à un vieux rêve impossible, dans quelques années, l’Algérie rejoindra, dans une moindre mesure, la situation du Venezuela, sauf que l’Algérie est un pays musulman, un pays qui il y a quelques années était déjà en guerre civile contre des islamistes, qui se trouve au milieu d’une zone propice à une déflagration sécuritaire, qu’on s’y prépare, car le bouc émissaire des algériens, ce sera la France…

  19. helaine jean pierre dit :

    La recherche d’un ennemi extérieur à des fins de politique intérieure . C’est vieux comme le monde .

  20. myl dit :

    Même Méluche, qui voulait dans son programme nous appliquer ces recettes économiques prouvant chaque jour un peu plus leur succès, ne parle plus trop du Vénézuela… Pas trop le signe qu’ils comptent encore assez pour valoir une action intéressée de l’Empire!

    • JP dit :

      Par contre, Trump qui a certaines de ces idées, Marine qui veut elle aussi nationaliser à tout va c’est pas la même chose?

  21. aleksandar dit :

    Le chavisme n’a rien a voir avec le communisme, il n’y a jamais eu au Venezuela de nationalisation a part l’industrie pétrolière.
    Sur le plan social, Chavez a mis en place des reformes qui ne sont pas différentes de celles mis en place par les gouvernement européens en matière de santé, d’éducation ou de redistribution d’aides sociale.
    Le chavisme est plus proche du modèle suédois que de l’URSS.
    Mais il dérange les oligarques en créant un exemple pour l’Amérique latine que d’autres pays pourrait suivre.
    D’où la haine de l’extrême droite mondialiste (américaine et européenne ) et la propagande vis a vis d’un pays qui ne veut se coucher devant les fascistes.

    • Castel dit :

      Mais il n’y avait rien d’autre à nationaliser au Venezuela, vu qu’il n’y a pas d’industries lourdes !!
      d’ailleurs, le pétrole représente à lui seul 95% des importations et 25% du P.I.B. !!!
      Et quand vous parlez de la Suède, il ne faut pas oublier que son économie est et restera florissante, parce que les gouvernements successif ont toujours veillés à ce que son économie continue à être rentable, pour avoir des richesses à distribuer….
      Alors qu’au Venezuela, la nationalisation des compagnies pétrolières a surtout servit à fournir un emploi,notamment à ceux qui avaient su montrer leur attachement au régime, mais sans considération de rentabilité future !!

      • JP dit :

        Il ne faut pas non plus sous-estimer le rôle des Américains sur ce qui se passe aujourd’hui au Venezuela.
        Aux USA, de 97 à 2012, la part de pétrole importée était plus importante que la part extraite sur son territoire. En 2005, les importations représentaient 60% de la consommation (pic de dépendance).
        Ce n’est qu’en 2008 que la part de pétrole domestique a commencé à reprendre avant de repasser par dessus la barre des 50%. Toutefois, la production domestique de 2008 à 2012 a très peu augmenté, c’est surtout une baisse de la consommation, donc baisse des importations qui a provoqué ce changement .
        Ce qui est intéressant, c’est de voir que la rhétorique « guerrière » américaine a commencé à se mettre en place lorsque l’approvisionnement a commencé à devenir problématique, et que les présidents successifs ont cherché à l’assurer au mieux.
        .
        Petit historique du pétrole venezuelien:
        1975, nationalisation des plus grands acteurs dans l’exploitation du pétrole au Venezuela. Cette entreprise publique avec des partenaires privé semble avoir fait du bon travail. Dès 93, des premières entreprises étrangères ont eu la possibilité d’exploiter le pétrole au Venezuela.
        En 1997, Chavez se présente à l’élection présidentielle. Il a un programme très à gauche, et ce qui est mis en avant, c’est le problème de corruption, malversations dont a souffert le Venezuela par le passé. Il veut et rendre au Venezuela son pétrole pour en redistribuer les richesses.
        La période ouverte a donc pas duré très longtemps, surtout que la plupart des investissements étrangers ont eu lieu dans le milieu des années 90, donc pour 3 ans, et qu’avant cela, la production était à un niveau respectable.
        .
        Là où ça devient intéressant, c’est qu’en 99, Chavez propose de convoquer une réunion des pays membres de l’OPEP (25 ans après la précédente).
        Ses buts étaient de retrouver un meilleur prix du pétrole. Redonner à l’OPEP le leadership sur le marché du pétrole. Et redonner une crédibilité au Venezuela…
        Le prix du pétrole a rapidement augmenté, cela a profité à la population, donc Chavez a fait beaucoup plus que de nationaliser le pétrole durant cette période.
        Mais cette période est celle qui voit les membres de l’OPEP travailler à augmenter leurs profits au moment où les USA ont le plus besoin d’importer.
        Forcément qu’à partir de là, les USA allaient utiliser toutes les opportunités pour faire du Venezuela un « ennemi ».
        .
        Attention, je ne dis pas que Chavez a tout bien fait, que son socialisme est génial… Loin de là ma pensée !
        Mais, avec ces circonstances mises ensemble, on se rend compte que les USA cherchaient surtout un moyen pour assurer son approvisionnement, et que l’angle politique était celui du pétrole.

  22. tito dit :

    les vénézuéliens ne travaillent pas où plutôt n’ont pas d’industrie capable de produire de la plus-values. Ainsi, automatiquement, ils tombent dans la misère lorsque la seule source de revenue, le pétrole, tombe gravement et leur empêche d’importer leur produit de consommation. Un état qui n’a ni industrie, ni agro alimentaire performant, s’écroule immanquablement. Ce n’est pas la faute du méchant capital, juste l’incurie de dirigeants et du peuple incapable d’organiser une économie viable. Si les usa interviennent et dégagent les rouges, remettent l’industrie du pétrole aux niveaux des standarts mondiaux et que le peuple vénézuelien arrête de vivre de la rente et se décide à travailler (créer des sociétés industrielles et une agriculture performante) alors cela ira mieux sinon, ils s’enfonceronts dans la misère. Les théories marxistes sur l’économie sont une escroquerie, dommage que des personne ssur ce forum continuent de les véhiculer.

    • Françoise dit :

      Je répète : « Les théories marxistes sur l’économie sont une escroquerie, dommage que des personne ssur ce forum continuent de les véhiculer. » et précise qu’il en est de même des théories socialo-démocratiques (cf. politiques de M. Mitterand).

  23. Thaurac dit :

    La ficelle est grosse, il faut fédérer tout le monde autour de lui, dont l’armée qui vient de bénéficier de ses largesses.
    Il devrait respecter les votes antérieurs et se casser!

  24. Géo dit :

    Le Venezuela a raison de se méfier : l’une des lignes directrices de la politique extérieure US est clairement de soutenir le cours du pétrole et, pour ça, de détruire ou mettre sous embargo les pays producteurs insuffisamment défendus.

    • C. Powell dit :

      Je ne serais pas étonné que l’on trouve des armes de destruction massives en Venezuela un de ces jour.

      • JP dit :

        Si Colin Powell le dit, c’est que ça doit être vrai. Ses sources ont la réputation d’être impartiales et faisant un travail fouillé.

  25. lxm dit :

    Je suis bien pessimiste sur les pays du sud, autour de l’équateur, il semble bien qu’aucun ne sache s’en sortir économiquement et n’arrive à rester stable sans tomber périodiquement dans la dictature. Est-ce que l’amérique latine peut s’en sortir ? est-ce que l’afrique peut s’en sortir ? est-ce que l’asie du sud-est peut se maintenir ? Il y a de fortes conséquences en matière de risque de conflit, de criminalité, et de migrations humaines. On parle de théorie du climat sur l’émergence des civilisations. C’est à dire que la chaleur augmente le chaos alors que le froid augmente l’ordre, et la civilisation émerge entre les deux en zone tempérée, mais voilà le climat se modifie au cours des temps( on parle d’un cycle de 1000 ans), et le réchauffement climatique se greffe dessus, donc la civilisation monte vers les pôles, aujourd’hui elle semblerait être plutôt au niveau du Danemark.

    • JP dit :

      Peut-on définir depuis quand l’occident est un « succès »?
      Seule la dissuasion nucléaire avec l’OTAN ont permis de pacifier les pays occidentaux.
      Mais quelques exemples pour montrer que tout ce qui nous semble aujourd’hui acquis et semble loin derrière n’est pas si vieux !
      1. Quelques dictatures au XX(I)e siècle en Europe: Allemagne (33-45), Italie (22-43), France (Vichy 40-44), Espagne (39-75), Yougoslavie (->2000), Membres URSS, dont l’Allemagne de l’Est (->91), Albanie (->92)… La dernière dictature en Europe est encore existante (Biélorussie).
      .
      2. En Europe, bien qu’au Nord de l’équateur, il y a toujours des conflits entre états, ou des guerres civiles (Ukraine, Géorgie).
      .
      4. Le droit de vote des femmes par pays: France (1944), USA (1920), Suisse (1971, bien que pour un canton ce soit 1991, imposé par le tribunal fédéral (équivalent de la cour suprême)), Albanie (1946), Portugal (1976), Allemagne (1908)… Pas si vieux que ça.
      .
      En réponse à ce que vous dites, il faut prendre en compte certains facteurs propres à certains pays qui rendent un développement économique plus compliqué.
      Les pays désertiques se développent plus difficilement, et ceux qui le peuvent sont extrêmement riches en ressources. L’eau est une nécessité à l’exploitation des ressources naturelles (pétrole et gaz aussi), mais l’eau de mer fonctionne dans certains cas. Sans eau, difficile d’en profiter.
      Le climat et la topographie sont aussi des facteurs qui complexifient le développement. L’Amazonie complique le développement de certains pays (infrastructures très chères et très compliquées à mettre en place). Or il est connu que le développement de routes, voies de chemins de fer, lignes électriques permettent de développer l’économie. C’est pour ça que certains pays s’en sortent mieux que d’autres.
      La disponibilité énergétique est aussi un facteur. Un pays pauvre qui ne peut pas compter sur des énergies brutes gratuites (vent, soleil, eau) vont devoir importer pour certaines des énergies fossiles, et ça coûte trop cher, donc l’électrification n’avance pas. .
      .
      Dans le exemples des pays qui fonctionnent:
      – Le Rwanda, qui après tous les conflits internes provoqués entre autres par les colons se développe très rapidement. En prenant 2003 comme année de référence qui marque une vraie avancée positive, le PIB a été multiplié par 4.5 fois. Les ressources en eau sont favorables à l’industrie et à la production électrique.
      – Le Ghana n’a pas été marqué par des guerres après son indépendance. PIB multiplié par 8.6 depuis 2000. Climat tropical favorable à son économie basée sur l’agriculture. Aussi un des pays les plus avancés en Afrique concernant l’industrie lourde.
      .
      Il y a des dizaines d’exemples encore. Simplement, il faut comprendre que pour l’Afrique, le principe même de nation n’est pas « naturel ». Les frontières qui ne correspondent pas forcément aux différentes ethnies n’aident pas ce problème. Et les colons ont utilisé dans certains pays la stratégie de diviser pour mieux régner. Et on sait tous que cela laisse des traces qui prennent beaucoup de temps à cicatriser en cas de guerre entre ces ethnies. Donc la fin de l’époque coloniale (années 60-80 grosso modo) est toujours relativement proche, et la reprise du pouvoir a déclenché beaucoup de problèmes. Dans certains pays, les héros libérateurs sont devenus présidents, mais souvent ce ne sont pas les personnes les plus honnêtes…
      Par contre, maintenant, l’Afrique évolue à un rythme très très élevé. Les nations se stabilisent progressivement, ce qui rend le développement de l’économie plus rapide, plus régulier, et plus propice aux investissements. Ces investissements à leur tour offrent du travail aux populations ce qui permet une vie plus décente, et donc un sentiment général moins propice à des rébellions. Les Chinois en profitent largement d’ailleurs.
      .
      Tout ça pour dire que votre commentaire en plus d’être arrogant et condescendant est très faux. Et le rythme auquel certains pays se développent après des guerres et / ou dictatures est semblable à certains pays européen après les guerres mondiales (1914 – 1950), c’est le temps durant lequel l’Europe fonctionnait pas. Et il a fallu attendre plus longtemps avant des relations entre anciens ennemis.

    • Géo dit :

      lxm, je suis moins pessimiste que vous (et même pas du tout pessimiste) pour la catégorie de pays que vous appelez “de l’équateur”: parce qu’il y a quand-même des exemples encourageants sur tous les continents.
      L’Uruguay est surnommé “la Suisse d’Amérique du sud” (et ce n’est pas à cause des marmottes qui emballent le chocolat dans le papier alu).

      Le Gabon s’en sort plutôt bien, même si à Saint-Germain-des-Prés on lui reproche un régime politique insuffisamment démocratique : depuis cinquante ans, il a utilisé intelligemment ses ressources naturelles (pétrole offshore, manganèse, okoumé) pour créer des infrastructures sur un terrain pourtant défavorable (routes, chemin de fer, gendarmerie efficace et loyale, etc.).

      Singapour, dans son secteur, sert de locomotive pour les Pays environnants. On peut bien dire “locomotive” : par la terre, projet de TGV Singapour-Kuala Lumpur ; par la mer excellentes relations économiques (et donc politiques) avec l’Indonésie, les Philipinnes et la Chine (la Chine réelle environnante, i.e. la Nation chinoise, peu à voir avec le gouvernement de Pékin qui peine à s’imposer) ; par les airs, un aéroport très actif.

      Par conséquent, l’équateur n’est pas une zone condamnée d’avance. Mais il est vrai que plus au nord les pays d’Europe (je ne parle pas de l’UE mais de l’Europe géographique) et l’Extrême-Orient semblent favorisés par les évolutions naturelles futures : l’ouverture de la route maritime arctique, qui est déjà une réalité saisonnière, va compenser à plus ou moins court terme de façon pérenne la saturation et les risques qui existent sur les routes anciennes : Panama d’un côté, de l’autre Malacca, la Mer Rouge, la méditerranée orientale.

  26. Robert dit :

    Quand on voit ce Alain en mission et qu’on voit le beau résultat du capitalisme dont le représentant suprême (les usa) a 40 % de pauvres qui mangent avec des tickets de rationnement. Oui, oui, comme en France après la guerre, qu’il assassine des millions de gens (comme toi,mon gars) à travers le Monde pour seulement ne pas sombrer.. Alors là, oui, on peut dire que les mêmes qui au Venezuela bloque les échanges commerciaux, les stock alimentaires, tire sur les manisfestants en accusant le Pouvoir sont des héros de la vie qu’elle est très bien.

  27. Pascal (l'autre) dit :

    Vous pouvez développer svp! Car votre diatribe est pour le moins obscure

    Soyez clair quand vous vous exprimez, Faites nous part de vos fulgurantes visions dans le domaine de la géopolitique!

  28. Castel dit :

    C’est peut être ce que vous venez chercher sur ce site, selon vos affinités, mais, vous risquez d’être déçu !!!