La Corée du Sud va moderniser ses capacités de patrouille maritime avec l’achat de 6 avions P-8 Poseidon

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

22 contributions

  1. themistocles dit :

    Un Casa courtes pattes et faible emport pour rivaliser avec un P8, fallait pas rever….

  2. Leo dit :

    Les guerres du Pacifique ou encore de l’Atlantique durant la seconde guerre mondiale ont démontré que ces types d’appareils sont cruciaux non seulement pour la détection de sous-marin mais également pour patrouiller un espace marin. Arriver rapidement sur place (claire avantage pour le P-8 vis-à-vis du C-295) et avoir une grande endurances sont des nécessités absolues!
    A noter que le P-8 s’est déjà vendu aux pays suivants:
    – Etats-Unis évidemment
    – Japon
    – Australie
    – Inde
    – Norvège
    – Grande-Bretagne
    C’est dire comme c’est du costaud.
    Quid de la MN, à quand un remplacement pour les Atlantique 2?

    • TINA2009 dit :

      Bsr LEO !

      Ca me paraît être la pire décision pour un pays comme la Corée du Sud …. Idem pour la GB , L a Norvège, le Japon, L’inde …. Pourquoi ? Parce que:
      – coût d’acquisition énorme/aux investissements globaux de chaque ministère. et ce, sur LA décennie prise en considération à compter de la date de 1er paiement à BOEING pour la dotation de ces P8. Ma préférence va aux TURBOPROPULSEURS … Surtout en période de troubles larvés!
      – Coût de la maintenance préventive, plus encore celle curative ( j’affirme que des cellules comme celle du P8 , dotés de réacteurs ….. Celui me rappelle des Dassault et GULSTREAM, qui coûte très cher en maintenance à leurs pays possédants et utilisateurs permanents dans un contexte marin quasi permanent. Ma préférence va aux turbopropulseurs!!!
      – la faible dotation de chaque pays en P8. Sauf erreur de ma part, aucun aéronef piloté ou non , ne dispose, à ce jour, des facultés d’ubiquité et de permanence . Dès lors, ma préférence va aux turbopropulseurs en dotation plus importante, constituant une flotte disposant d’une présence plus importante , compte tenu des capacités intrinsèques connues, propre à chaque type d’aeronef!
      – JE NE DISPOSE PAS DES CONNAISSANCES, DES RELATIONS NECESSAIRES POUR ACQUERIR les connaissances nécessaires, un savoir faire et une expérience suffisante en matière de capacités propres ( sans compter le temps disponible…)… hormis celles qui nous sont accessibles, via les vecteurs d’informations… informations volontairement faussées, bien entendu ! Dès lors, rien n’est figé … Mais ,… rien n’est démontré , et donc , reconnu !

      PS : Je souhaite bien du plaisir aux 5 pays cités … Car ils vont en avoir besoin !!! Et ca aura des conséquences sur d’autres investissements… qui resteront à l’état de projets et/ou souhaits …. faut de moyens ….

      • Frédéric dit :

        Drones a prévoir pour les accompagner.
        Il s’agit de remplacer 16 P-3, et l’objectif affiché est d’avoir 20 P-8, si le budget suit..

      • Ryan dit :

        Non pertinent sur les coûts de maintenance des moteurs, des trains et de la cellule qui sont en service à plus de 7000 exemplaires dans le monde (et dont une partie significative des composants est d’origine française cela dit en passant).

  3. Jean-Michel dit :

    C’est l’ouverture des soldes chez Boeing. Il faudra voir les coûts de maintenance et des pièces de rechange.

    • ALAIN dit :

      Jean-Michel
      Cellule, moteurs, train d’atterrissage, etc, du 737 utilisé tous les jours a des milliers d’exemplaires par de nombreuses compagnies, cela ne représente pas un cout important, excepter peut être les équipements et l’electronique militaires installé a bord,
      Super avion, vous remarquerez que les Indiens n’ont pas mis des Années comme de coutume dans les achats militaire pour ce les procurer,

  4. Alpha dit :

    Il serait temps pour Airbus de se bouger et d’offrir une alternative « sérieuse » au P-8 Poseidon …
    Surtout que France et Allemagne ont exprimé le besoin …

    • Posteur dit :

      Quelqu’un avait déjà répondus et posé une proposition concernant un avion qui pourrait le remplacer qui est une version modifiée de l’ART 72 soit ATR 72MP ou ASW.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/ATR_72#ATR_72MP_ou_ASW

      Ca pourrait convenir vous croyez ?

      Ca éviterait de refaire encore un projet d’avion alors que il y en n’a déjà un de disponible.

      • themistocles dit :

        c`est ce que les turcs achetent pour renforcer leurs CASA 235 qui sont un peu legers en emport et endurance. Ils utilisent le meme systeme d`arme mais du coup peuvent voler plus longtemps et avec plus d`emport ( bouees, torpilles). Sans égaler les capacites d`un P8 ou meme d`un P3C ou d`un ATL2

  5. Barfly dit :

    Le P8 est sûrement le meilleur patrouilleur maritime au monde.
    A la fois patrouilleur, chasseur de sous-marin, disposant aussi de très bonnes capacités anti-navire.
    Avec cet avion, la marine sud coréenne, déjà forte, prend encore de l’ampleur.

    • ji_louis dit :

      Vous parliez de l’ATL 2, non? Qui dispose en plus de bonnes capacités de surveillance et lutte en zone terrestre (en zone aérienne non contestée) pour un coût de fonctionnement bien moindre (bi-turbopropulseur). Mais effectivement, le P8 peut aller sur des zones éloignées deux fois plus vite qu’un ATL2, et donc avoir une présence sur zone plus longue. J’en déduis qu’il est plus adapté à la lutte anti-sous-marine océanique plutôt que côtière.

  6. GHOST dit :

    > OFFSET, la cause de la victoire du P8 ?

    • themistocles dit :

      A part le Kawasaki P1, il n`y a guère de rivaux serieux. Le Casa emporte trop peu ( armenent, bouées) et sur des distances trop courtes. En sus, assurer la maintenance d`un P8, construit sur une vase de B737 est assez simple, il y a des pieces et des techniciens disponibles sur toute la planète. Airbus a bien un projet sur une base d`A 319, ce que nous serons probablement obligés administrativement d`acheter pour remplacer les ATL2 (FR) et les P3C (GE) mais il n`existe que sur le papier. A part le système d`armes, dont l`intégration ne pose pas de r╬els problèmes techniques, il y a des modifications structurelles importantes à faire (antennes, tourelles optro, soute armenent) Considérant le fiasco du programme A400M, confier à nouveau un programme militaire à Airbus, je m`inquiète…

  7. PK dit :

    Quand les gens comprendront que les marchés militaires sont tous truqués, on aura fait un grand pas en avant.
    .
    Quand ce sera explicitement affiché, le monde aussi.
    .
    Sinon, on continuera le cirque d’aujourd’hui, comme avec les Belges, pour faire semblant. Faut croire que cela contente du monde quand même…

  8. J.Charles dit :

    Le P-8 s’annonce dèjà comme un best seller! Contrairement a ce que beaucoup disent ici, sa conception d’origine civile et son enorme volume de production assurent une maintenance a des couts et une disponibilité exceptionnelle, bien qu’il ne soit pas 100% identique à un 737 de ligne.
    .
    Si Airbus voulait répliquer, notamment en s’appuyant sur les besoins Franco-Allemands, un A321 LR pourrait donner un avantage significatif en terme d’endurance sur zone et de rayon d’action, mais est-ce suffisant pour compenser des coûts plus élevés dûs a une plus petite série?
    .
    Une vraie plus-value serait de rendre versatiles ces patrouilleurs à haute altitude en les dotant par exemple, mais pas seulement, d’une capacité AWACS, qui fait d’ailleurs cruellement défaut a notre souveraineté. La capacité de combiner patrouille maritime et AWACS sur une seule plateforme pourrait allécher plus d’un état à l’export, puisque l’une et l’autre des capacités sont critiques, et pourtant si chères a acquérir!
    Des capacités d’écoutes/espionnage électronique comme sur les Atlantique-2 (Sans savoir si elles sont aussi présentes sur les P-8) pourraient évidemment aider aussi.

    • themistocles dit :

      Les deux missi0ns sont beaucoup trop differentes pour etre confiees au meme avion. Un AWACS fait du controle de zone et du guidage de chasse en HA, un MPA fait de la patrouille maritime anti-sous marine en basse altitude afin d`utiliser les capteurs adaptes ( bouees accoustiques, MAD radar en mode ASW). Un AWACS utilise en general l`effet Doppler pour detecter les mobiles aeriens, ce qui est plus limite pour les contacts surface et nul pour les sous-marins a l`IP. Enfin un AWACS n`a pas d`armement a delivrer alors qu`un MPA doit larguer des torpilles contre les sous-marins, des missiles contre les unites de surface et eventuellement des bombes contre les objectifs terrestres ou navals.

      • J.Charles dit :

        C’est vrai pour les Atlantique, mais le P-8 vole a haute altitude et utilise d’autres méthodes. Evidemment les senseurs entre de la PATMAR et AWACS sont différents, mais la plateforme qui peut les emporter reste la même, tout comme le 330 Phenix est utilisé pour beaucoup de missions différentes.

        • themistocles dit :

          En ASW le P 8 descend en MA/BA entre 1000 – 3000 pieds. Les P8 indiens, qui ont un MAD descendent plus bas. Le probleme n`est pas que relative au domaine de vol, il concerne egalement celui de l`antenne radar. Meme en considerant des antennes plaques a balayage electronique, les fonctionnalites demandees sont tres differentes. Entre faire de la veille air depuis la HA et rechercher des petits echos de surface en basse altitude, ce n`est pas la meme chose. Les experimentation faites sur l`emploi des E3F en mission surveillance maritime ont été édifiantes. Clairement, ca ne marche pas. Les modifications de structure sont également problematiques. Un AWACS n`a que faire d`une tourelle optronique qui est un senseur essentiel à un MPA. Il y a également l`emport de l`armement en soute, qui ne concerne pas les AWACS et la capacite de tirer des bouees depuis une cabine pressurisée ( ou non) . Par contre un AWACS a besoin de beaucoup plus de moyens radio (UHF principalement), donc pluis d`antennes et plus de consoles tactiques. Ca fait beaucoup de differences pour une flotte unique.

  9. Conan le Barbare dit :

    Les raisons sont pourtant évidentes… avec une plateforme 737 vous bénéficiez de tous les avantages offerts par l’énorme marché civil !
    Les mécaniciens aéronautique sont déjà là sans à avoir à les formés (la France fait régulièrement entretenir ses plateformes Boing et Airbus par Air France) et ils sont facilement recyclables dans le civil, idem pour les pilotes.
    Les pièces de rechange se trouvent partout sur Terre et leurs prix est imbattable…
    Etc…
    Il est évident que les plateformes civiles seront de plus en plus utilisées par les armées.

  10. Thaurac dit :

    Dassault ne devait pas s’y coller avec un falcon, il me semble?

    • themistocles dit :

      Pour la surveillance maritime et le search and rescue, les Falcons, dans leurs differentes versions font l`affaire. En lutte anti sous-marine (ASW) ou anti surface (ASUW), sans parler des capacités EW (passives ou actives) ce n`est pas le cas: trop petits, pas d`emport.