La frégate allemande « Sachsen » victime d’un sérieux incident lors du tir d’un missile surface-air

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

36 contributions

  1. Polymères dit :

    Un tir de missiles a toujours une part de risque d’échec. C’est comme pour le lancement d’une fusée, on ne sait jamais et rien ne peut prévoir la réaction de la combustion qui reste une équation chimique.

    • Miaou dit :

      Les mathématiques et l’expérimentation permettent un contrôle quasi total de la chimie; le quasi étant encadré dans des marges connus et maitrisables. Par-contre la maintenance, la rigueur et le respect des conditions d’emplois sont encore largement perfectibles.

    • NRJ dit :

      J’ajouterai à ce que vous dites qu’à la vue de nos brillants résultats en Syrie avec nos MdCN, nous n’aurions aucune leçon à donner aux allemands.

      • dompal dit :

        @ NRJ
        Je pense que vous n’avez bien saisi ce qu’est un objectif militaire !??
        La France bien consciente d’un hypothétique ‘couac’ de ses missiles (ou bien d’un impondérable) a doublé et même triplé ses navires susceptibles de traiter les cibles….ce qu’elle a fait avec maestria !!!! 😉
        Ne vous en déplaise !!!!!!!

      • Orion dit :

        Légère différence dans l’équation, les MdCN’s n’ont mis le feu à aucune FREMM.

        • L'Espadon dit :

          Là, j’ai peut-être un doute au vu des photos de la D650 et de sa présence pendant plus d’une semaine à Lorient après sa mésaventure. Je ne serais pas aussi catégorique, sans compter les ronds dans l’eau qu’elle a effectué pendant cette même période. Bref… Beaucoup d’incertitude quant à ce qui c’est réellement passé pendant cette opération.

        • Nico St-Jean dit :

          @ Orion

          Cela change quoi ? Un raté est un raté point.

          • dompal dit :

            @ Nico St-Jean

            Ben non, vous n’avez rien compris…..mais avec votre parti pris de la doctrine US, forcément vous n’avez rien saisi du tout !!!!
            Comment dites-vous déjà !?? ……No comment !!!!! 😉

          • wagdoox dit :

            entre un raté qui n’entraine aucune perte (pas meme celui du missile) et un raté qui détruit le missile et fout le feu au bateau… nico…. d’ailleurs pour reprendre la comparaison avec les fusées dans le civil, une fusée qui n’est décolle pas n’est pas écheque mais un retard, une fusée qui explose avec son satellite c’est un echeque

          • Nico St-Jean dit :

            @ dompal

            Mais quel est le rapport avec le fait que je sois favorable aux USA ? .. C’est le genre de chose que quelqu’un dit lorsqu’il n’à absolument rien à dire. Le SM-2 Block IV est un missile totalement dépassé et apparemment non incriminé dans cet incident alors vous êtes complètement dans le raccourci simpliste.
            .
            D’un point de vu strictement militaire, un raté est un raté, c’est tout. -Objectif non atteint- et encore heureux que cet incident soit survenu l’ors d’un entrainement et non sur une vraie mission de combat.
            .
            De plus, comme d’autres le mentionnent, le MDCN aussi, aurait -peut-être- mis le feu au navire. Qu’importe le missile ou ça nationalité, ce sont des choses qui arrivent.

          • Nico St-Jean dit :

            @ dompal

            Au minimum entre 3 et 4 MDCN on « rater » l’ors des frappes en Syrie plus un Scalp .. : https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/marine-a-rencontre-aleas-technique-lors-tir-missiles-croisiere-147551
            .
            .
            L’ors de la frappe américaine sur Khan, 2 Tomahawk sur 61 avaient également « rater » un est resté en VLS et l’autre aurait perdu ça liaison pour s’abîmer de mémoire. Comme quoi, quand je vous dis que cela arrive à n’importe qui .. On peux aussi parler des Kalibr russe qui se sont écrasé en Iran au lieu d’atteindre la Syrie et ainsi de suite.

          • Nico St-Jean dit :

            @ Tous

            Il y à quelque chose qui me chicote avec la version allemande : Si vraiment le système de lancement du navire n’est pas en cause, comment se fait-il que le missile ne soit pas parti malgré le départ de son réacteur ? .. En général, ce genre de chose survient lorsque le VLS maintient encore le missile en tube. En tout cas je pose la question.

      • wagdoox dit :

        Comment vous faire comprendre que les deux situations n’ont pas grand chose à voir, l’un n’a pas pu etre utilisé, l’autre est devenu dangereux pour la frégate…

      • Leum dit :

        Le MdCN est un nouveau venu sortant d’essais. le SM-2 est tout sauf récent.

  2. aleksandar dit :

    Le feu a bord c’est la hantise des marins.
    Ici, pas de morts, pas de blessés, et c’est tant mieux.

  3. Carin dit :

    Maintenant il va très rapidement falloir remettre ça, avec le même type de missile… sinon ça va jaser sur la qualité de ce missile, et c’est jamais bon un manque de confiance sur un produit de défense d’un navire. On peut déjà donner un bon point à l’equipage qui a su réagir et maîtriser l’incendie.

  4. Baleine bleue dit :

    Lors du retour de la frem d650 à Toulon le 20 Avril, tout le côté tribord du système aster était bien noir du tir raté du scalp… donc ça n’arrive pas qu’aux autres . C’est capricieux les missiles

    • Carin dit :

      À baleine bleue
      Pour les MDCN je ne sais pas. Mais pour les SCALP il est sûr qu’ils ne peuvent être tirés par le système ASTER….
      De plus je croyais que la FREMM rentrée à Toulon avec son côté noirci était celle qui avait effectivement fait feu en lieux et place des deux FREMM prévues mais empêchées par la marine russe???
      Vous devriez « sonder » et redescendre à 2000 mètres sous la surface.

    • Orion dit :

      Ca reste une fusée, et c’est un système très complexe qui n’est malheureusement pas infaillible..

    • Tbt dit :

      Oui sauf qu’ à priori, les scalp tires sont bien partis d’où les traces noires, les autres qui n’ont pas été tirés suite aux incidents n’av Pas été mis à feu !

    • wagdoox dit :

      C’est noir parce qu’ils sont partis, il y a pas eu de feu déclaré !
      le systeme aster… d’un scalp donc si je comprends bien les silos des missiles surface air étaient noirs, parce qu’un rafale a tiré un SCALP juste au dessus … bon au moins le SCALP est parti donc, sinon ca aurait été noir sur le rafale/ ou la partie des MdCN.

      • M dit :

        ASTER, c’est le missile anti-air.

        Le système de lancement, c’est SYLVER, qui sert pour les ASTER et pour les MdCN.

        • wagdoox dit :

          merci de tout ca c’est pas à moi qui faut le dire, je reprends les approximations du post original… « coté tribord du aster » « scalp »…

  5. Castel dit :

    Comme quoi, il ne faut jamais s’enflammer avant d’avoir testé suffisamment testé un matériel !!!

  6. Autret dit :

    Comme il est dit par Baleine bleue, les traces de poudre sur la Fremm Aquitaine étaient très visibles côté tribord lors de sont retour à Toulon. Et elles l’étaient encore lors de son arrivée à Brest où le bâtiment a promptement été mis en bassin, la première tâche ayant consisté à nettoyer la proue soigneusement. On sait pertinemment à présent que un ou plusieurs MdCN ont fait long feu, côté tribord. Cela a dû être « chaud » aussi pour l’équipage.

  7. Deres dit :

    En tout cas, c’est rassurant pour eux de savoir que les calculs montrant que le cas catastrophique du missile consumant sont combustible dans le tube de lancement reste maîtrisable ! Cela montre aussi l’intérêt des systèmes à éjection à froid même si il faut avoir un angle pour le tube afin que le missile ne s’allumant pas ne retombe pas piteusement sur le pont.

  8. MD dit :

    Ce genre de choses se produit même avec les fusées de feux d’artifice.

  9. Patatra dit :

    Le feu c’est l’ennemi premier du marin, c’est pour ça qu’ils s’entrainent tout le temps à y faire face. Ce qui est arrivé peut arriver à tous, accidents, défaut de maintenance, défaut de conception, défaut de fabrication, défaut d’emploi, etc… La liste est longue.
    Quand il faut faire partir au milieu de l’océan, un missile qui doit intercepter un avion à 60 km, cela engendre des risques. Les marins les connaissent et apprennent à y faire face.
    Les marins Allemands s’en sortent avec 2 blessés légers, c’est tant mieux, bravo à eux.
    Dans l’hypothèse, je parle bien d’hypothèse car je n’ai rien lu de probant ici ou ailleurs, ou il serait arrivé la même chose à bord d’une FREMM, et bien bravo au marins Français qui ont sur faire face, visiblement sans blessés.

  10. tschok dit :

    Le missile devait être dépourvu d’une charge militaire explosive (puisqu’il s’agissait d’un exercice). Du moins on peut le supposer.
    .
    Néanmoins, l’article indique: « tir réel ». Expression qui peut tout aussi bien signifier qu’on tire vraiment une munition, par opposition à un tir simulé, mais une munition d’entrainement avec charge inerte. Ou bien un vrai tir avec une vraie munition, « bon de guerre ».
    .
    Donc, si le missile était équipé bon de guerre, alors il est tout à fait remarquable que cet incident n’ait pas eu de conséquences bien plus graves. Cela signifierait à ce moment-là que les charges militaires sont devenues très fiables (capables de ne pas exploser, alors qu’elles sont prises dans un incendie). Et/ou que les dispositifs de sécurité du navire sont très efficaces.
    .
    C’est donc un petit détail à vérifier: charge militaire ou d’exercice?