La Norvège veut une présence militaire américaine accrue sur son territoire

Depuis janvier 2017, environ 300 soldats du corps américain des Marines sont déployés, par rotation, à Vaernes, dans le centre de la Norvège. Pour Oslo, ce déploiement avait pour objectif, selon un porte-parole du ministère norvégien de la Défense, d’avoir « plus de formation, plus de stockage [d’équipements militaires, ndlr] et ce genre de choses. »

Dans le même temps, le gouvernement norvégien a annoncé un effort significatif en faveur de ses forces armées pour leur permettre d’acquérir de nouveaux équipements. « Nous avons un voisin de plus en plus imprévisible à l’est qui renforce ses capacités militaires et qui affiche sa volonté d’employer la force militaire en tant qu’outil politique », avait alors justifié son chef, Mme Erna Solberg, en faisant une référencé évidente à la Russie.

Cependant, la présence de ces militaires américains à Vaernes interroge, d’autant plus que, durant la Guerre Froide, Oslo avait refusé le déploiement de forces étrangères sur son sol afin de ménager la susceptibilité de l’Union soviétique.

Aussi, en octobre dernier, les partis d’opposition montèrent au créneau pour savoir exactement la raison de déploiement de ces Marines en Norvège.

« Il n’y a pas eu de véritable débat sur le rôle des forces américaines. On craint que nous n’ayons un changement significatif dans la politique de défense norvégienne sans un débat éclairé », avait déclaré à l’époque, Audun Lysbakken, le chef du Parti socialiste de gauche.

« Il y a des questions auxquelles le gouvernement doit répondre. Il est clair que les forces de défense ont besoin de plus de fonds pour améliorer leurs capacités et défendre adéquatement la Norvège. Mais se demande si les troupes américaines vont être utilisées pour combler leurs lacunes et leurs faiblesses », s’était interrogé Liv Signe Navarsete, porte-parole du Parti du Centre.

Une partie de la réponse a depuis été donnée. En mai, à l’occasion de l’exercice Arrow 18, organisé en Finlande, les Marines américains ont sorti des chars Abrams ainsi que d’autres véhicules blindés de sites de stockage norgéviens dont l’emplacement est secret.

Selon l’US Marine Corps, cet exercice visait à « accroître l’interopérabilité, rassurer les nations partenaires, améliorer la préparation et renforcer les relations. »

Mais, visiblement, le gouvernement norvégien estime que cette présence militaire américaine est encore insuffisante. En effet, ce 12 juin, Oslo a demandé que l’effectif du contingent de Marines soit doublé afin de pouvoir se déployer à Setermoen, à 420 km [à vol d’oiseau] de la frontière avec la Russie. En outre, il est aussi question que ce dispositif puisse durent pendant au moins cinq ans (au lieu de 6 mois renouvelables).

« La défense de la Norvège dépend de l’appui de nos alliés de l’Otan, comme c’est le cas de la plupart des autres pays de l’Otan », a fait valoir Frank Bakke-Jensen, le ministre norvégien de la Défense. « Pour que cet appui puisse fonctionner en temps de crise et de guerre, nous sommes totalement tributaires d’entraînements et d’exercices communs en temps de paix », a-t-il ajouté.

Évidemment, de tels propos ne vont pas plaire à Moscou. Pourtant, la présence des 330 Marines américains en Norvège n’a nullement dissuader l’état-major russe de simuler l’attaque de radars Globus II et Globus III qui, installés sur l’île de Vardø, sont utilisés par le renseignement militaire norvégien.

La ministre norvégienne des Affaires étrangères [qui a aussi été ministre de la Défense], Ine Eriksen Søreide, a relativisé les éventuelles réactions russes. « Il y aura encore une distance respectueuse avec la frontière russe. Et puis nous ne voyons pas de raison sérieuse pour que la Russie réagisse même si nous nous attendons à ce qu’elle le fasse aussi cette fois puisqu’elle le fait toujours concernant les exercices et les entraînements des alliés », a-t-elle dit.

Par ailleurs, la Norvège n’est pas le seul pays à réclamer une présence militaire américaine sur son territoire. L’Albanie et la Pologne ont récemment fait aussi une telle demande.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Leo

    • de Alex

      • de Frédéric

      • de boris nemstov

        • de Fralipolipi

          • de Thaurac

          • de Fralipolipi

        • de Le Glaive

        • de personne

    • de Fralipolipi

      • de Patatra

    • de Polymères

      • de Fafou

        • de Fralipolipi

          • de Ulrich

      • de Valère

        • de Fralipolipi

        • de Polymères

          • de personne

    • de Le Breton

    • de le

      • de Polymères

  2. de Wolf

    • de Affreux Jojo

      • de Fralipolipi

    • de Edouard

  3. de helaine jean pierre

    • de Thaurac

  4. de CPJ94

  5. de Robert

    • de Françoise

      • de Robert

  6. de GHOST

    • de clément

      • de revnonausujai

      • de Géo

        • de Intox

      • de Jean-Marie H.

        • de Lacanien

    • de Le Glaive

  7. de MD

    • de Clavier

    • de Fralipolipi

  8. de Plusdepognon

  9. de aleksandar

    • de Courmaceul

      • de Thaurac

  10. de jyb

  11. de Fafou

  12. de BREER

  13. de Valère

  14. de Poorfendheure

  15. de Le Glaive

  16. de Myshl Mabelle

    • de Cobra_11

  17. de Robert

  18. de Brun loutre

  19. de Nihilo

  20. de Nihilo

  21. de revnonausujai

  22. de Edouard