Microsoft s’invite dans le « cloud de défense » proposé par Thales

Quelques jours après avoir annoncé le lancement de son système d’infrastructure de cloud privé hautement isolé « Nexium Defence Cloud », le groupe français Thales a annoncé, ce 12 juin, un partenariat privilégié avec Microsoft afin de développer une solution commune de « cloud de défense » destinée aux forces armées.

Pour rappel, ce que l’on appelle le « cloud » est un ensemble de services informatiques (applications, stockage à distance) fournis par différents prestataires et disponibles en permanence via Internt, quel que soit le type du terminal utilisé. Pour le secteur civil, cette technologie n’est pas nouvelle (un service de messagerie en ligne fait partie du cloud, par exemple). En revanche, les forces armées ont des besoins beaucoup plus pointus en raison de leurs contraintes, liés au commandement/contrôle (C2), au combat collaboratif, à leurs systèmes de communication, etc..

Aussi, la solution « modulaire » qu’entend développer Thales avec le concours de Microsoft doit permettre « aux forces armées de conserver leurs données sensibles dans le cadre de leurs propres infrastructures. »

« L’équipement actuellement en phase de développement résulte de l’adoption de technologies numériques pour la Défense, mais aussi de l’émergence de plateformes mixtes (militaires et civiles), capables d’interconnecter les systèmes des champs de bataille et les réseaux numériques situés en dehors de l’environnement tactique », explique Thales.

Aussi, d’après ce que laisse deviner l’industriel, il est question de développer avec Microsoft une solution complémentaire à son système Nexium Defence Cloud qui sera « adaptée aux différents besoins des forces armées, des centres de commandement nationaux aux divers théâtres d’opérations, en offrant une sécurité maximale. »

« Les solutions Thales et Microsoft ainsi associées apportent le meilleur des deux mondes et offriront aux forces armées une plateforme d’applications cloud souple et des fonctionnalités bien plus avancées que les fonctionnalités basiques de stockage et de gestion des données : des capacités que les clouds de défense sécurisés n’offrent pas aujourd’hui », est-il avancé dans le communiqué annonçant ce partenariat.

Pour cela, Thales s’appuiera sur Microsoft Azure Stack, qui, « livré en tant que système intégré », sera « utilisé comme système de base », dans lequel l’industriel français « intègrera ses solutions de connectivité, de chiffrement et de cybersécurité intégrale. »

En outre, Thales explique que ce système « gérera les données les plus sensibles, hébergées dans les quartiers généraux des ministères de la Défense ou déployées sur le terrain » et que, in fine, il « associera la puissance du cloud computing et les fonctionnalités d’Azure Stack aux fonctionnalités robustes et résilientes de Thales en matière de cybersécurité, pour garantir la sécurité de toutes les données considérées comme sensibles et confidentielles par les forces armées, avec, à la clé, une interopérabilité et une excellence opérationnelle accrues. »

Par ailleurs, la plateforme Azure Stack offira aux utilisateurs « la capacité d’analyser de gros volumes de données en temps réel, grâce à l’expertise Guavus Reflex en matière de collecte de renseignements, mais aussi la capacité d’utiliser des applications IoT [Internet des objets, ndlr] militaires, avec différents types de capteurs sur le terrain, voire même d’échanger des données avec des applications mobiles (soldats augmentés). »

Ce partenariat survient après l’annonce, par le Pentagone, de son choix en faveur de… Microsoft Azure pour répondre à ses besoins d’infrastructures « cloud », dans le cadre de son programme JEDI [oint Enterprise Defense Infrastructure].

« Nous sommes ravis d’annoncer notre partenariat unique avec Thales pour accélérer la transformation numérique dans le secteur de la défense », s’est réjoui Jean-Philippe Courtois, président des ventes mondiales chez Microsoft.

« Notre solution, Microsoft Azure Stack aidera les forces armées dans l’analyse de grands volumes de données sensibles pour permettre des développements innovants. Avec Thales, nous serons en mesure de fournir une plate-forme cloud flexible avec un niveau de sécurité inégalé qui aidera à surmonter les défis de l’industrie de la défense », a-t-il ajouté.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Petrus

    • de yannus

  2. de diego48

  3. de Charly10

    • de JF

    • de thomas

  4. de anon

  5. de Thaurac

    • de FredericA

      • de Poorfendheure

        • de FredericA

      • de lym

      • de diego48

        • de FredericA

      • de Paw

      • de Clavier

      • de Frédéric

        • de Thaurac

      • de Kamfrenchie

        • de FredericA

      • de Thaurac

  6. de Philippe

  7. de Meme

    • de Arnaud

  8. de Nike

  9. de tartocitron

    • de aleksandar

      • de tartocitron

        • de Thaurac

  10. de yannito1

  11. de Pascal (l'autre)

  12. de Frédéric

  13. de John

  14. de wagdoox

  15. de Houlala

  16. de Cedric

    • de lym

  17. de jaicruvoir

    • de Thaurac

  18. de Mauricius

  19. de Sempre en Davant

  20. de Poorfendheure

  21. de bacon

    • de PK

  22. de Plusdepognon

  23. de Michael Daniaux

  24. de Boby

  25. de véro