Google renonce à collaborer avec le Pentagone sur un projet d’intelligence artificielle pour les drones

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

25 contributions

  1. Plusdepognon dit :

    C’est vrai que les GAFA-M foutent la trouille…
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/05/23/reconnaissance-faciale-la-collaboration-d-amazon-avec-la-police-americaine-critiquee_5303253_4408996.html
    http://www.europe1.fr/societe/le-gouvernement-abandonne-le-systeme-dalerte-attentat-saip-3666044
    Tout cela pour « se faciliter la vie », bientôt le drone en saura plus sur la vie de sa cible qu’elle même (je vois mal cette technologie ne pas servir tellement c’est « puissant » comme disent les jeunes).

    • tschok dit :

      @Plusdepognon,
      .
      Oui mais là Google est notre ami, il nous veut du bien et il renonce à ce méga-programme d’une dizaine de millions de dollars que lui a généreusement attribué le Pentagone. Énorme sacrifice qui atteste de la pureté céleste de ses intentions.
      .
      En revanche, je n’en dirais pas autant de ses employés, qui usent à l’égard de l’art de la guerre d’un vocable pour le moins licencieux: « le business de la guerre ».
      .
      Encore des gens cyniques.
      .
      Beaucoup plus pudiques, les Echos ont traduit l’expression par « activités guerrières »: https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/0301522987157-le-buzz-des-etats-unis-le-mysterieux-projet-maven-divise-google-2166648.php
      .
      Un peu comme activités sportives ou ludiques.
      .
      Néanmoins, l’expression exacte est bien « business of war »: https://www.nytimes.com/2018/04/04/technology/google-letter-ceo-pentagon-project.html
      .
      Donc, puisque ce blog est quand même lu par une poignée de militaires, autant leur dire tout de suite: la guerre est un business et le business, c’est vous (en paraphrasant les paroles prononcée par une répliquante dans le film Blade Runner).
      .
      Enfin, c’est un peu nous tous si on veut être plus précis (comme un Hellfire).
      .
      Par ailleurs, en anglais, « maven » signifie connaisseur, expert, amateur éclairé. L’objet d’expertise du projet Maven n’est pas l’art baroque ou la peinture flamande, d’après ce que j’ai compris. Don’t be evil, hein.

  2. Auguste dit :

    Je ne sais pas si ça peut concerner le militaire,mais le 23 Mars Trump a promulgué en catimini le « Cloud Act »qui exige que des opérateurs et fournisseurs de services électroniques américains révèlent les données de leurs clients,lorsqu’elles intéressent les autorités US,et ce quelle que soit leur localisation,à l’intérieur ou à l’extérieur des USA.(voir Canard Enchainé).

    • Plusdepognon dit :

      @ Auguste
      Tout à fait.
      Et cela veut dire que rien ne leur échappe…

    • wagdoox dit :

      on a déjà ca en france depuis 2014, sous la volonté de Valls il me semble.

    • Elwin dit :

      A ajouter à l’arrivée sur le territoire de grosses sociétés d’archivage, au premier chef desquels Iron Mountain (USA). Société qui propose ses services bien sûr à toutes les entités publiques, premières productrices de documents, papier ou élétroniques, et qui sont de plus en plus poussés vers la sous traitance par les tutelles.

    • Clément dit :

      En sois c’était déjà le cas avec le programme PRISM révélé par Snowden.

    • PK dit :

      @ AUgust.
      .
      Ça ne date pas d’ailleurs : le Patriot Act renforçait déjà un devoir qu’avaient les sociétés US…
      .
      Rappelez-vous la NSA_KEY dans le code de Windows dans les années… 90 !

  3. Eliot Mess dit :

    C’est une idée… Maintenant il suffit de faire voler ces drones au dessus des lycées américains, afin de déceler le futur probable assassin de masse qui a troqué son intelligence pour une mitraillette, et qui voudra faire un carton sur ses camarades de classes. Les idées fusent sous Trump, c’est bien on est rassuré. Le guerre psycho devient psychotique…

  4. Ingrid-Winona Kalbusch dit :

    Je suis absolument ravie que Google a pris cette bonne décision j’espère simplement que l’attrait de millions de Dollars ne les feront pas changer d’avis Merci pour la planète <3

    • Carin dit :

      À ingrid-winona kalbusch
      Vous savez, quand les gros bonnets de google sont dans les conseils d’administration d’entreprises du Pentagone????

    • Orion dit :

      Google n’est l’unique détendeur de savoir numérique…
      .
      Donc ca n’empêchera absolument pas la réalisation d’une technologie efficace.

    • Céphée dit :

      Pour la planète ?

      Si on voulait sauver la planète, il faudrait diviser la population humaine par 5. Et la guerre est un moyen d’y arriver.

      C’est cynique, mais la surpopulation est l’origine première de tous les problèmes de l’humanité.

  5. lxm dit :

    Google et son fameux « Don’t be evil » et est devenu de 2013 à 2017 les principal pool de la planète dans la recherche sur la robotique civile et militaire( google X), puis le cadre dirigeant( Andy Rubin) qui s’y intéressait est parti, alors une partie a été revendu à des japonais( softbank qui est allié à apple ennemi de google) pour une raison de retour sur investissement. Il n’est pas facile de comprendre les pourquoi et les comment de ces transactions qui semblent purement financières et qui peuvent modifier à terme les équilibres militaires globaux.
    Depuis que notre ministère de la guerre a été renommé ministère de la défense, on ne fait qu’attaquer.
    Toujours se méfier des titres.

    • Miaou dit :

      La mention « Don’t be evil » a été supprimé cette année dans une mise à jour des codes de conduite des employés.

  6. Motinio1 dit :

    D’ici la fin du contrat en cours le Pentagone aurait siphonner tout ce qu’il a envie d’intégrer…

  7. basstemp dit :

    Tant mieux, ce n’est pas au GAFA d’aller dans les technologies de défense aux USA alors que leur comportement politique est fondamentalement anti-nationale que ce soit aux USA ou en Europe ces sociétés ce comportent comme des traitres aux nations qui les ont vu et aider a naitre

    Les GAFAs veulent la destruction de l’état nation pour devenir des super sociétés ayant tout les droits sur l’humain et pouvant acculer les états en les saignant a blanc !

    Ils n’ont donc rien a faire dans des secteurs aussi sensibles que la garantie militaire de l’état nation de facto

  8. Fred dit :

    Terminator attendra.

    • tschok dit :

      Ben non, parce qu’il voyage dans le temps. Donc, il s’en fout. C’est nous qui sommes obligés d’attendre.
      .
      Et puis d’une façon générale, c’était un robot pressé, impatient, doté d’un mauvais caractère. Du genre à vous bousiller un commissariat si vous le faites poireauter au guichet.

  9. Françoise dit :

    Si Google ne collabore pas, ce sera une société semblable avec une partie des mêmes personnes. Cela ne change pratiquement rien.

  10. Françoise dit :

    C’est un peu comme « Si l’UE disparaît,…. ». Bah non, l’UE ne disparaîtra pas. Dans le pire les cas, elle changera de nom et de forme.

  11. Plusdepognon dit :

    Les multinationales font danser les Etats jusqu’à l’épuisement des ressources humaines ou naturelles…
    https://youtu.be/qeMjaNxENY8