Ballons photovoltaïques, exosquelettes, cartographie 3D, etc : Ces technologies qui intéressent la ministre des Armées

Ce 25 mai, la ministre des Armées, Florence Parly, doit visiter le salon Viva Technology qui, organisé au Parc des expositions de la porte de Versailles, à Paris, se veut un rendez-vous mondial de l’innovation et des start-up. Et les stands qu’elle va visiter donnent une idée des technologies pouvant intéresser la défense.

Ainsi, la première start-up à recevoir la visite de Mme Parly sera Electric Visionary Aircrafts (EVA), qui, implantée à Toulouse, développe le X01, un aéronef autonome propulsé par 24 moteurs électriques et pouvant transporter 2 passagers (ou une charge utile de 250 kg). Le prix de cet engin, tel qu’il est affiché sur le site Internet de l’entreprise, est de 250.000 euros. D’un point de vue militaire, il pourrait être utile pour les opérations spéciales et les missions logistiques.

Ensuite, après un passage au stand de la DGSE et à celui du Lab Sanofi, où l’entreprise française Exact Cure présente une solution d’intelligence artificielle pour la « médecine personnalisée » (une technologie qui permet de suivre en temps réel l’action d’un médicament sur le jumeau « numérique » d’un patient), Mme Parly se fera présenter un « gyropode intelligent » qui, selon l’entreprise Girolyft, est une  » solution innovante pour les personnes à mobilité réduite ».

Autre innovation qui semble intéresser la ministre des Armées : la réalité augmentée pour guider la main humaine. Ce concept, développé par l’entreprise Holomake, consiste à « augmenter » la main humaine « en la guidant grâce aux données numériques de la façon la plus précise et la plus ergonomique. »

Parmi les applications possibles, la jeune pousse cite notamment la « formation au montage et démontage de mécanismes, le contrôle qualité » ou encore la médecine rééducative, la muséographie ou encore les loisirs créatifs.

Toujours dans le domaine de « l’homme augmenté », les exosquelettes robotiques modulaires, de l’entreprise ukrainienne UniExo, sont au programme de la visite de Mme Parly. Une autre start-up spécialisée dans le même domaine, qui plus est française [Ergosante Technologie, ndlr] est également présente à Viva Technology. Que ce type de technologie, qui permet, en quelque sorte, « décupler » les forces d’un soldat, puisse intéresser le monde de la défense n’est pas une surprise : l’armée américaine planche dessus depuis des années, tout comme d’ailleurs la Direction générale de l’armement [DGA] qui a financé les recherches sur l’exosquelette Hercule, de la PME française RB3D.

La cartographie 3D des infrastructure est une autre innovation susceptible d’intéresser les armées, notamment pour reconnaître des zones de combat urbaines. La solution présentée par l’entreprise Jarriquez permet de « cartographier des infrastructures des plus simples au plus complexes en quelques minutes », via une tablette « Replica » ou un drone « Swifleft ».

Enfin, Mme Parly doit s’attarder au stand de l’entreprise Zephy Solar, qui présente des ballons captifs photovoltaïques. Le concept est simple : il s’agit de recouvrir un ballon par un panneau solaire léger, afin de pouvoir alimenter en électricité une zone sinistrée, un hôpital de fortune, voire une base avancée ou un réseau de télécommunications.

Photo : le X01 d’Electric Visionary Aircrafts (c) EVA

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Sam

    • de Jolindien

      • de Polymères

  2. de jyb

  3. de Wrecker 47