Ce que prévoit la coalition gouvernementale italienne « anti-système » en matière de défense

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

58 contributions

  1. Fenix dit :

    « les deux formations politiques dites « anti-système » (bien qu’ils en fassent partie) »
    Encore heureux qu’ils en fassent partie, du système, si les mecs commençaient à faire une guerre civile ou une sécession on serait pas dans la merde…

    • auxsan dit :

      oui mais il est facile de se dire « anti système » quand on récupère les institutions et la gestion de l’Etat. voyez le front national. les « black blocks » au moins sont plus cohérents avec leurs philosophie …..

      • Électeur dit :

        Le FN me semble un excellent exemple du parti prétendument « anti-système » qui participe pleinement au système. Ainsi d’ailleurs que LFI, à mettre dans le même sac. J’ai été consterné (et je ne suis sûrement pas le seul) par l’impréparation de MLP au débat d’entre-deux-tours où elle ne proposait rien mais se limitait à faire de la critique stérile.
        J’y vois (mais je ne demande pas que l’on soit d’accord avec moi, je donne seulement mon avis) la preuve que cette candidate ne veut surtout pas assumer le pouvoir et se complaît dans l’opposition.

        J’ai la même conviction concernant JLM : ce sont des gens qui dont les thèses, à la fois excessives et insuffisantes, ne servent qu’à occuper le terrain et permettent de déverser des malédictions contre tout candidat sérieux qui développerait des arguments un peu comparables mais valables.
        Dans le domaine médiatique, Zemmour et Nauleau jouent un rôle identique, au service eux aussi du système en jouant le rôle de repoussoirs.

        • Polymères dit :

          Il est toujours plus facile de critiquer le travail d’un artisan ferronnier en trouvant des défauts à ses réalisations que de faire ce qu’il fait.
          Le problèmes des extrêmes, c’est de se nourrir de l’opposition, comme la France insoumise de Mélenchon qui n’existe que dans les manifestations, ils sont anti-tout mais bon pour ne rien faire hormis porter le flambeau de ceux qui ont une haine des patrons, des dirigeants, de politiciens etc…
          Pour moi, l’extrême droite en France aurait déjà gagnée des élections s’ils avaient une vraie politique qui ferait abstraction de la simple opposition, ou tous ses sujets sont puisés par les décisions du gouvernement du moment, mais aussi si la bande Le Pen ne serait plus là, car ce nom est un repoussoir bien plus qu’un aimant. De même que l’idéologie du bouc émissaire « Union Européenne » à qui on fait miroiter monts et merveilles si on en sortait n’est qu’une belle idéologie éloigner de la réalité « actuelle » du pays.

          • Polymères dit :

            Car quand vous regardez ailleurs dans l’Europe, tous les populistes, que ce soit en Autriche, en Italie ou je ne sais ou, ils affichent une position hostile à l’UE, mais ils ont arrêtés de vouloir en sortir à tout prix. Le RU avec son Brexit démontre et démontrera que tout cela n’apporte rien de « plus », au contraire, les regrets pourraient survenir dans plusieurs années.

        • Robert dit :

          Electeur,
          J’entend bien votre point de vue, mais j’ai quelques objections.
          La première est que le FN ne s’est développé que par l’affaiblissement des convictions patriotiques et morales des partis de droite, européistes, mondialistes car l’UE est mondialiste, et abandon de la défense des valeurs morales depuis Giscard et Chirac, le néo-FN ayant évolué récemment vers la gauche en croyant y élargir son électorat a remis en cause cette préoccupation morale, pourtant le FN n’a pas trop perdu de voix.
          C’est plus la confiscation et l’abandon de tout combat moral et identitaire par la classe politique dite « de gouvernement » c’est à dire de connivence permettant à des adversaire apparemment résolus de gouverner ensemble qui fait passer des partis aux convictions marquées dans ce domaine de s’affirmer pour extrémistes. Le FN n’a pas inventé ses thèmes porteurs, il les a ramassé là ou tous les autres les avaient abandonné.
          Pour la France insoumise, le PCF et l’extrême gauche ont été laminés par Mitterrand et la droitisation de la « classe ouvrière », ils ont su tenir un discours fédérateur et agressif qui a rassemblé les cocus du PS et du PC voire de l’extrême gauche et le nouveau « prolétariat » immigré.
          Partis extrémistes, si vous voulez, mais comme les convictions le sont quand elles sont claires et fortes et pas seulement à usage électoraliste.
          Certes, MLP a été pitoyable lors de son débat, faisant honte à ses électeurs, mais on peut remonter son problème bien avant. JMLP n’aurait jamais du imposer sa succession à cette nullité notoire, mais c’était sa fille et elle portait son nom pour les électeurs.
          Le FN ne s’en sortira qu’en se débarrassant d’elle comme il a fait fuir Philippot et tant d’autres, avec leurs idées de gauche.
          Quand à dire que Mélenchon fait partie du système, certes, l' »insoumis » est politicien depuis toujours, il n’a quasiment jamais travaillé honnêtement et il avait le plus gros capital de tous les candidats aux présidentielles. Et ses idées rebelles sont d’un conformisme total, on s’attend toujours à la conversion à l’islam de ce franc-maçon athée.
          Concernant le FN, quand a-t-il exercé le pouvoir ?
          Il a eu des élus, mais c’est la règle dans un régime démocratique, mais n’a jamais gouverné. Le cordon sanitaire, la harcèlement démocratique, l’interdit pesait sur sa fréquentation, c’est pas précisément le signe d’être dans le système.
          Mais je suis d’accord qu’un parti c’est avant tout des idées et que le FN traverse une crise d’identité et d’idéologie.
          Pour Auxsan, seriez-vous naïf ? Les Black Blocks bénéficient d’une impunité évidente et regardez les profils de ces rebelles quand ils se font arrêter. Des cadres, des fonctionnaires supérieurs. On va bien y trouver des punks à chien ou des antifas de Sciences-Po, tous des bénéficiaires des largesses et de la complaisance du régime républicain. Si la police reçoit l’ordre d’intervenir, déjà ils vont cueillir ceux qu’ils connaissent chez eux, ils en neutralisent une bonne part avant une manif et ils mettent le paquet pour les autres. Jamais ils ne le feront car ces idiots utiles du régime servent le pouvoir objectivement et leur violence le renforce.
          Les attentats, violences, meurtres ou tentatives, agressions et harcèlement qu’a subi le FN depuis sa fondation est d’un autre registre. On peut difficilement parler de connivence avec le régime, malgré les limites et les faiblesses de ce parti. Et personne n’imagine qu’un simplement semblant de violence de la part du FN bénéficierait de la bienveillance passive du régime.

        • Électeur dit :

          Robert
          Vous avez totalement raison en disant que le FN (ainsi d’ailleurs que LFI) s’est développé sur des valeurs abandonnées par d’autres.
          Mais ça va plus loin : au passage, ils ont sali les valeurs qu’ils ont récupérées.
          Volontairement ou par bêtise je ne sais pas, ils renforcent le système qu’ils prétendent combattre.

          • Robert dit :

            Electeur,
            Mélenchon est un révolutionnaire, la seule valeur, c’est défendre les acquis révolutionnaires et toujours favoriser le déterminisme marxiste. De ce point de vue-là, comment les salir sinon en y renonçant ?
            De quelles valeurs parlez-vous pour le FN?
            Le patriotisme, la souveraineté, les valeurs morales, les références au décalogue ? Le FN ancienne version comportait plus de héros de guerre et d’anciens combattants que n’importe quel parti, les accuser de salir le patriotisme me paraît un peu léger.
            Il vaut mieux parler imparfaitement de certaines valeurs que pas du tout comme les autres, non ?
            Si vous faites entrer en ligne de compte la diabolisation instaurée par la classe politique, elle ne repose que sur elle-même.

    • Fred dit :

      @ Fenix
      Le paradoxe, c’est que ce sont EUX (la Ligue et le Mouvement 5 étoiles), qui se réclament de l’« anti-système ».
      Tout comme F. Mitterrand dénonçait – à juste titre – la constitution de la Cinquième république comme « un coup d’état permanent » avant de se glisser avec délice dans ses institutions.
      « Il y a des discours pour les dimanches et les jours de fête » disait, en les dénonçant, J. Jaures.

  2. Polymères dit :

    On va bien rigoler avec ces idéalistes qui comme nos extrêmes, sont de bons opposants mais qui seront sans doute bien mauvais à gouverner, car ils promettent plein de choses, mais l’argent ils ne l’ont pas. Alors au début ils exploseront leurs déficits, ça passera quelques temps, mais c’est totalement intenable sur le long terme.
    Mais bon, beaucoup de positions qui comme souvent étaient faciles à tenir avec la bouche seront bien plus complexes à mettre en oeuvre et les populistes italiens risquent d’être un bel exemple à ne pas suivre, sauf s’ils sont assez douer pour faire comme d’autres populistes, se laver les mains en trouvant un bouc émissaire étranger. C’est comme Berlusconi, va falloir me trouver les promesses de ses programmes électoraux du passé qu’il a mis en oeuvre, pleins de promesses mais rien a été fait, préférant les soirées Bounga bounga avec ses petits copains, notamment son ami Poutine. Et en parlant des russes avec qui ils veulent « normaliser » les relations, là aussi, ça montre bien ou sont en Europe, les soutiens des russes, dans tous les populistes et anti-système, en Italie, en France, en Allemagne, partout, tout ceux qui peuvent foutre la merde dans le bloc européen, objectif simple, affaiblir le bloc occidental.

    • Eisreiher dit :

      @Polymères

      Le gaz que consomme l’Italie provient à 85% de Russie. Dans ce cas précis, elle a un intérêt majeur à améliorer ses relations avec le pays dirigé par Vladimir Poutine. Aucun parti ni aucun politicien italien ne veut sanctionner son principal fournisseur de gaz. Surtout quand ce dernier à la fâcheuse tendance de réduire le débit quand il n’est pas satisfait de la politique menée par le client.

      • Raca dit :

        cela n’est pas exact: l’Italie consomme du gaz provenant de Russie 47.1 %, d’ Algérie 12.3% , de Libye 11.7%, des Pays Bas et de Norvège 20.6% autres 8.3 %…. pourquoi raconter des inexactitudes ????

    • Auguste dit :

      Idéalistes,vous plaisantez?.Le Di Maio ne connait que Naples et ses environs,n’a aucun diplôme,a été élu avec les voix de la mafia en promettant aux bras cassés de sa région un salaire sans rien foutre.L’autre a son bac et milite à la Ligue du Nord, qui promettait l’indépendance de la « padanie »,puis le fédéralisme,la sortie de l’Euro,.(et j’en passe),maintenant c’est l’immigration,et s’est fait un max de blé,(en partie planqué en Tanzanie en barres d’or),sur le dos des ploucs qui y ont cru.Quant au premier ministre choisi,s’il n’est pas connu du public,en France (comme aux USA) on a quelques dossiers et probablement des casseroles sur lui qui permettrons de l’avoir bien en main,vu,entr’autres, qu’il prétend avoir enseigné dans les universités aux USA et en France.Les USA dubitatifs ont déjà réagi.

    • sonata dit :

      Le souci c’est que ce genre d’imbéciles peuvent quand même faire pas mal de dégâts, et ce n’est pas le moment. Je ne suis pas certain qu’on en rit pour le coup.
      Regardez Trump aux USA, on risque encore d’en payer les conséquences dans 20 ans !

    • Mathieu dit :

      Et étonnamment on retrouve quelques personnages clefs notamment un certain Steve Bannon. Conseillé de trump, conseillé des brexiter, et conseillé de la coalition italienne… Hummm…

      • Anaxagore dit :

        Enfin un commentaire intelligent. Quoique l’orthographe laisse à désirer…

      • Polymères dit :

        Ben oui, c’est un petit monde qui se donne la main. Aux USA qui soutient par exemple Le Pen en France? Les conservateurs et autres.
        Le monde des populistes il est lié et les russes eux aussi soutiennent très fortement tous les partis pouvant foutre en l’air l’UE, mais certains ici diront que c’est pour nous délivrer du mal, alors que c’est juste pour affaiblir un bloc occidental, en particulier européen, tant aux USA qu’en Russie. Pourtant certains diront que l’UE c’est une création américaine qui sert les intérêts américains, mais dans les faits, l’UE est une puissance économique importante qui lorsqu’elle décidera d’unir ses forces et d’avoir une politique plus importantes, fera de l’ombre aux américains, comme elle le fait déjà aujourd’hui avec les russes.

  3. Reality Checks dit :

    Quand une femme parvient à être élégante en portant un casque de troupier, un masque de tankiste sur les yeux, un gilet pare balles avec une 12.7 dans les mains, c’est qu’elle est vraiment jolie….

  4. wagdoox dit :

    Ce gouvernement anti systeme fera exactement la meme chose que le systeme.
    C’est des révolutionnaires entre 21h et 22h.
    Aucun changement de cadre en vue, l’OTAN, UE et Euro avec les règles de l’OTAN de l’UE et des l’euro donc rien ne changera.

    • JF dit :

      Exactement. Ils ne pourront aucun appliquer leurs mesures phares en restant dans l’union européenne et des organises supranationales. Leurs projets économiques seront bloqués par Bruxelles, et Francfort. Leurs projets contre les accueils des clandestins seront bloqués par la CEDH et CJUE. Et s’il se rapproche trop moscou, il y aura une attaque en règle sur leurs banques fragilisées, et les américains ne manqueront pas de leurs rappeler l’extraterritorialité du droit américain pour ces mêmes banques. Et, les américains pourront faire pression avec l’économie qu’engendre les bases américaines. Les marchés, eux aussi, ne laisseront jamais un rand pays européen redevenir libre et souverain, car cela détruirait ce qu’ils ont mis en place avec tant de mal depuis 50 ans. Puis avecl’union européenne, tout a été prévu pour empêcher les nations de sortir de cet organisme. Pour y sortir, i l faut être prêt à ses sacrifices financiers pendant au minimum 10 ans, avant de reprendre une trajectoire ascendante économiquement. Et vu qu’aucun « professionnel » de la politique, qui s’intéresse uniquement à leurs carrières au frais des contribuable, ne prendra le risque de ce s’aborder politiquement. Pour çà, il faut des hommes providentiels, qui n’ont que l’intérêt de la nation. Et l’enseignement gauchistes des 40 dernières années dans nos pays où notre civilisation se meurt, ne produit plus ce genre de personnes. Et pour finir les peuples européens qui se sont individualisés en diluant son homogénéité, en faisant d’eux simplement des consommateurs qui se jalousent, qui ne sont plus formatés par le bain des services militaires (ce qui permettait de mettre au même niveau socialement sous l’intérêt du drapeau) ne sont pas prêt à sacrifier leurs qualités de vie (qui se liquéfie depuis 30 ans) pour l’intérêt de leurs peuples. C’est pour çà que nous sommes les derniers témoins de nos vielles nations, et de notre civilisation .

  5. Auguste dit :

    Les deux guignols vont vite baisser pavillon.De toute façon leur seul soucis,comme l’a été celui de Berlusconi et de la plupart de ses prédécesseurs depuis la fin de la guerre,c’est d’être au pouvoir et se remplir les poches.L’Italie c’est pas un pays,c’est une expression géographique qu’il faut tenir par la main,comme le gamin de 5 ans, pour éviter qu’il ne fasse des bêtises.Elle ne pèse rien à l’international et sa vocation est purement commerciale.Je crois qu’on s’affole pour rien.Si cela devient trop dangereux pour l’économie UE et donc mondiale,l’UE et les US vont vite dégommer les deux clowns,comme ils l’ont fait pour Berlu.Qu’ils se retirent ou pas de l’Afghanistan et du Liban,je ne crois pas qu’on y verrait une différence.Déjà dans la 1ère guerre d’Irak,le secrétaire d’état américain avait dit qu’ils n’ont servi à rien.Pour les accords France-Italie,c’est surtout, à mon avis,c’est surtout une histoire de partager les dépenses,parce que technologiquement la France n’a pas besoin de l’Italie.

    • Reality Checks dit :

      « L’Italie c’est pas un pays,c’est une expression géographique qu’il faut tenir par la main,comme le gamin de 5 ans, pour éviter qu’il ne fasse des bêtises.Elle ne pèse rien à l’international et sa vocation est purement commerciale. »
      .
      Savez vous que sur le plan industriel, l’Italie devance la France?
      L’Italie est la deuxième puissance industrielle d’Europe, après l’Allemagne, et la cinquième au monde, principalement grâce a la vitalité de ses PMI.

      • Auguste dit :

        « Elle ne pèse rien à l’international » (poids politique,influence).Economiquement,je ne sais pas si votre classement est encore vrai aujourd’hui.

        • Plusdepognon dit :

          Heu, l’Italie c’est la troisième puissance économique de l’UE… Un petit coup de pression sur l’euro et sa survie sont à prévoir avec nos bankster… et leurs maîtres ( le $ se marre).

      • Polymères dit :

        C’est marrant, je ne vous ai jamais vu intervenir ainsi pour dire que la France devancerait tel ou tel.

        • Reality Checks dit :

          La France devance le Lesotho sur le plan industriel.
          Et l’Algérie aussi, d’ailleurs… mais pas que … 🙂
          Voilà c’est fait.
          .
          Blague à part convenez que notre Auguste camarade y est allé un peu fort…
          .
          Petite anecdote: je voyage beaucoup, et j’ai passé des dizaines de frontières avec des amis et/ou collègues d’un tas de pays du monde.
          C’est rigolo de voir la réaction de la police des frontières, et des gens en général en fonction de la nationalité portée sur un passeport, ça peut varier beaucoup. Suspicion, sympathie, antipathie, indifférence, … avec les italiens c’est toujours un sourire qui les accueille, et parfois même une franche rigolade!
          .
          L’influence politique et diplomatique positive ne vient pas de salves de missiles envoyés sur des hangars vide dans les faubourgs de Damas, avec un prétexte contestable et avec un résultat discutable. Ni en faisant des des discours paternalistes du genre ‘on décide pour vous ce que vous devez faire, et à propos votre président doit partir ».
          .
          L’Italie bénéficie d’un immense capital de sympathie et d’une influence politique et diplomatique majeure, juste avec le soft power, sans avoir besoin de bombarder par ci par là au gré des humeurs de leur classe politique, ou de réclamer la démission de tel ou tel chef d’état étranger.
          .
          C’est une puissance économique, culturelle, industrielle de toute première importance. Sur le plan militaire, les italiens ont des moyens considérables, des technologies de pointe. Les missions de leurs forces armées sont en adéquation avec leur moyens et en accord avec le droit international.
          .
          Par ailleurs, et contrairement à une idée répandue, je ne crois pas que le M5S soit une formation politique similaire à certains mouvements populistes européens classiques comme l’AfD, l’UKIP ou le FN. Pour avoir lu leur plateforme, c’est un ovni politique sans équivalent, et leur ascension fulgurante est intéressante à plus d’un titre. Leur base électorale n’est pas juste le vote sanction, c’est aussi un vote d’adhésion.
          .
          Ceci étant dit, une fois en place, dans une coalition avec la Ligue, il faudra bien qu’ils s’adaptent aux réalités de gouverner, la politique c’est l’art du possible. Comme le dit l’article de Laurent Lagneau leur programme est teinté de protectionnisme, or les concurrents industriels de l’Italie sont aussi ses bailleurs de fonds………

      • Anaxagore dit :

        Tout à fait exact. On peut constater que les gens ont une fausse idée de ce pays, de sa puissance industrielle et technologique. Dommage que la maturité politique de ses habitants soit proche de zéro.
        L’Italie, ce n’est pas que le Parmesan et le jambon, ça pèse lourd et les bêtises seront payées par tout le mode.

    • Raca dit :

      Je pense qu’il n’y aura pas de changement avec le nouveau gouvernement mais
      pour votre information nos collègues italiens nous ont plusieurs fois sorti d’affaire avec rapidité et décision de situations plus que difficiles sur différents théâtres d’opérations militaire c’est pour cela que j’interviens ici.
      La connaissance de la réalité des forces militaires en Europe échappe à certains : vous traité encore nos amis du sud avec le regard négatif construit par la politique et les médias n’oublions pas le rôle de ce pays dans l’histoire et la culture européenne et mondial…. ce pays nous est venu en aide en 1870 puis en 1915, c’est libéré des fascistes et des nazis avec ces résistants avant l’arrivée des américains n’oubliez pas que l’ar …. Aujourd’hui l’armé italienne est la deuxième armé européenne après la France, nous avons la bombe; cela a été interdit à l’Italie par les USA alors que le pays avait les capacités technologiques pour construire des ogives nucléaires (ne pas oublier que Mr Fermi un citoyen italien a mis au point la bombe aux USA). L’Italie déjà en 1964 avait la capacité de construire comme 1er pays européen fusées, satellites ( San Marco 1964) et missile balistique Alfa 1960-1970 mais sous la pression des États-Unis l’Italie a du signer le 2 mai 1975 le traité de non prolifération. Cependant ce programme a permis à l’industrie militaire italienne d’acquérir une maîtrise complète de la propulsion qui est utilisé pour participer à la réalisation des propulseurs d’appoint des fusées Arianne et permet à l’Italie de jouer un rôle majeur (70%) dans le développement du lanceur Vega. Comme vous pourrez le constater si vous avez la curiosité de vous informer je crois que vous ne critiqueriez plus nos alliés dans toutes les activités militaires extérieures Afghanistan, Iraq, Syrie, Liban …. Aujourd’hui l’armée de GB a un certains nombres de problèmes et l’Allemagne a une armé très faible pour des tas de raisons…
      L’industrie militaire italienne a un savoir faire , de la technologie ce qui permet au pays d’avoir une bonne armée avec du bon matériel:
      aéronautique: Leonardo (Aermacchi ) programme Panavia Tornado, Eurofighter Typhoon, AMX Ghibli, M346, Transport C27J Spartan , ATR (50/50 avec France) Drônes …
      hélicoptères Leonardo (Augusta): Mangusta, NH90 …..
      espace – fusées / missiles: Leonardo (Avio) : MBDA 25%, Vega, moteur Arianne 5/6, satellites
      armes légères: Beretta, Franchi…
      navire de guerre: Leonardo (Finmeccanica) Fremm avec France, porte avions, sous marins …
      blindés lourds et légers: Leonardo / Iveco Militaire / …:Ariete, centauro, Freccia , Lince …
      Matériels déjà utilisé au Kosovo, Syrie, Afghanistan,Liban, Afrique, Irak …
      artillerie et pointage: Oto Melara, …
      Pour info nos pilotes de l’armée de l’air s’entraînent en Italie avec Belges, Américains, Israéliens, Olandais, … sur les M346 (qui est le meilleur avion d’entraînement actuel) ….
      sérieusement informez vous !! si l’armée italienne ne servait à rien elle ne serait pas sur le terrain Pendant la 1er guerre d’Irak l’armée italienne n’est intervenue qu’avec 1 950 hommes, 5 navires, 22 avions alors que les US États-Unis : 535 000 hommes, 80 navires, 6 porte-avions, 2 navires-hôpitaux, des sous-marins, 1 350 avions, 1 500 hélicoptères, 1 000 chars d’assaut, 2 000 blindés, 1 800 pièces d’artillerie c’est donc évident que toutes les autres nations pouvaient ne pas être là mais elles ont fait le boulot …

    • Franchouillard dit :

      Mais l’Italie a le même problème que l’Espagne : ce n’est pas une Nation (avoir fait de grandes choses ensemble et vouloir en faire encore).
      Les régions riches en ont marre de payer pour les régions pauvres.
      .
      Pendant longtemps, en Italie comme en Espagne, le déséquilibre régional était supportable parce que les régions pauvres fournissaient de la main d’œuvre aux régions riches.
      Mais de nos jours ce n’est plus tenable parce qu’une main d’œuvre moins chère arrive du Tiers-Monde.

      • Raca dit :

        Nous avons le même problème en France, dans notre NATION comme dans la NATION de notre voisin du Sud il existe encore une SOLIDARITE entre régions riches et régions moins riches et/ou pauvres. En France région Parisienne / Alsace / région Lyonnaise / région bordelaise et Toulousaine … et les autres régions moins riches ou pauvres. En Italie régions du centre nord riches et le sud pauvres (bien que la aussi il faille faire la distinction entre la région de Naples ou autres grandes villes et les campagnes).
        La République c’est la SOLIDARITE entre toutes les parties constituants une nation républicaine. C’est ce qui manque dans l’UE….

    • tschok dit :

      Dans le secteur de l’artillerie de marine, je ne vois pas comment on pourrait se passer d’Oto Melara, leader mondial dans son secteur
      .
      Nos vieux 100 mm ont fait leur temps et personne en France ne saurait faire, à bref délai et pour un coût raisonnable, une pièce équivalente au 127 mm italien, qui n’est du reste même pas en service dans la Marine Nationale (c’est un Rolls dans sa catégorie, ça doit coûter bonbon), ou une pièce polyvalente comme le 76 mm (un best seller mondial).
      .
      Les Italien construisent également des turbines à gaz sous licence GE (je crois que celles qui équipent les Fremm sont construites en Italie, sauf erreur). En France, l’industrie du moteur marin est passée sous pavillon étranger (allemand) et on ne construit pas de turbine à gaz. D’une façon générale, les Italiens sont des motoristes hors pairs et ils disposent d’une excellente industrie mécanique avec une tradition de la métallurgie de haut niveau solidement établie.
      .
      Les Italiens ont également su conserver la maîtrise de leur industrie du poids lourd, avec Iveco, alors que la nôtre est passée sous contrôle étranger.
      .
      Enfin, ils ont des réseaux d’entreprises, grosses PME fortement exportatrices, qui suscitent l’envie et même l’admiration à l’étranger.
      .
      Si cette partie de l’économie italienne basculait dans le giron français, par un coup de baguette magique, la France n’aurait plus de déficit commercial et notre industrie talonnerait celle des allemands (enfin, disons qu’elle en aurait les moyens).
      .
      Ce sont donc des partenaires de premier choix qu’on ne peut traiter par le dédain.

  6. Thaurac dit :

    « Et aussi plaide-t-il pour une levée des sanctions visant Moscou pour son rôle en Ukraine. »
    Il ne manquait plus que çà, cette déclaration d’amour, vlad va enfoncer le coin..

  7. PK dit :

    En tout cas, ça forme un tout cohérent et de bon sens… Au lieu de pousser des cris d’orfraie, certains politicards bleu-blanc-rouge feraient mieux de s’en inspirer.
    .
    Forza Italia !

    • basstemp dit :

      Entièrement d’accord !! Ah ça bave manifestement chez les colonisés mentaux européistes jusqu’au trognon d’une Europe pourtant mure pour leur péter a la gueule

      Vive le patriotisme et les italiens ont choisi le bon chemin pour s’en sortir !!

      Pendant ce temps les macronolatres applaudissent quand le « male blanc cysgenre » n’aurait plus le droit de donner son avis …

      Je sais pas ce que l’avenir nous réserve, mais en France on est quand même sacrément cuit du cerveau dans ce pays perdu a la division communautaire largement manipulée par les officines CIA-sorosiennes : Et vas y le fémino-nazisme et l’islamo-gauchisme en veux tu en voila , le but on le sait tous mais on ose pas le dire en public …

      Forcer la main a la France de céder ses dernières souverainetés a une Europe qui fuit de partout

      Il est temps de voir les choses en face, l’UE va entrer dans une spirale de déclin et il serait temps de parier sur le bon cheval pour assurer la sécurité et la prospérité relative dans l’avenir que seule la NATION pourra nous garantir et certaine pas cette UE de lavette qui jette des anathèmes a ceux qui décident de reprendre leur liberté, leur indépendance

      • Polymères dit :

        Tient revoilà Aleksandar et sa haine des petits blancs colonialistes.
        Vive le patriotisme dit-il, comme si la colonisation et les guerres du passé étaient l’oeuvre de l’UE.
        Mais que veut-il notre petit Alaksandar, le retour de la confrontation entre nations européennes? La fin de la mondialisation pour le retour au vol des richesses par la force?

        • basstemp dit :

          Vous êtes juste Hors sujet Polymères …
          De ou je parle de confrontation désirées entre nations ? Nul part
          « haine des petits blancs colonialistes » ? Gné ?

          Faudrait vite arrêter de fantasmer je crois … La vérité c’est que vous n’avez aucuns arguments et aucunes visions pour arrêter cette spirale vers le retour aux nations en Europe : Car les peuples ne s’y trompent pas ! Ils vivaient mieux du temps de leurs nations souveraines et pilotant réellement leur économie propre

          Il va falloir l’avaler , votre UE c’est FINI, MORT, CRAME !

        • tschok dit :

          Ce qui reste un peu un mystère pour moi c’est comment basstemp (Aleksandar?) s’explique que la « NATION » puisse constituer une garantie de sécurité et de prospérité?
          .
          La nation est une fiction juridique: en soi, ce truc ne garantit pas grand-chose. C’est un concept.
          .
          J’ai l’impression qu’il investit beaucoup dans la « Nâââtion » sans vraiment se demander ce qu’il met dedans, concrètement. La Nââtion est censée nous apporter toutes sorte de bienfaits par l’opération du Saint Esprit, mais le truchement concret par lequel s’opère cette magnifique bienfaisance reste assez mystérieux dans son esprit, je pense.
          .
          Il est dans le performatif, comme on dit.

      • Anaxagore dit :

        Le bon chemin, comme vous dîtes, est une impasse. C’est le problème grec à la puissance 10. Mai sans doute faut-il en passer par les partis populistes pour faire le sale boulot, comme Tsipras en Grèce.

    • Mathieu dit :

      Un tout cohérent et de bon sens ? 5 étoiles et la ligue ? Il n’y a pas plus hétéroclite. Leurs idées sont complètement opposés et ne se retrouvent que dans la critique aisé du bouc émissaire habituel qu’est l’UE…

      • PK dit :

        @ Mathieu
        .
        Leur programme est cohérent et s’il l’applique ensemble, c’est uniquement ce qui compte.
        .
        En France, on a tout le contraire : tous les partis sont tous d’accord pour appliquer une politique aberrante. On connaît le résultat.

  8. Robert dit :

    Cette coalition me paraît étrange, la Liga voulant représenter l’Italie riche du Nord contre l’Italie dépensière en assistanat du Sud et le mouvement 5 étoiles se voulant représenter les revendications que n’abordent pas les grands partis avec un penchant pour les solutions de gauche.
    Alliance d’intérêt ponctuel, résistera-t-elle à la réalité ?

  9. Poorfendheure dit :

    L’Italie est passé derrière l’Espagne..:
    http://www.europe1.fr/emissions/axel-de-tarle-vous-parle-economie/la-remontada-economique-de-lespagne-qui-devient-plus-riche-que-litalie-3631250

    Je n’ai pas de sources, mais l’Italie n’est-ce pas le pays européen qui possède le plus grand nombre de bases américaines sur son territoire ?

    • Auguste dit :

      Il n’y a pas que les bases.Armée,Services secrets…tout ce qui fait un état, est chapeauté par les USA.Si la guignolade tourne au vinaigre,ou l’UE ou les USA (ou les deux comme pour berlu) vont siffler la fin de la récré.

    • petitjean dit :

      Faux !
      Avec 60,6 millions d’habitants et un PIB de 1672 Md€ en 2016, l’Italie est la 8ème puissance économique au monde, et la 3ème de la zone euro, dont elle représente 17,8% de la population et 15% du PIB.
      https://www.tresor.economie.gouv.fr/Ressources/Pays/italie
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_PIB_nominal

    • Raca dit :

      cela ne sont que des statistiques ( PIB divisé par le nombre d’habitants 49 000 000 Espagne / 61 000 000 Italie ) la réalité est que l ’Italie est la deuxième puissance industrielle d’Europe, après l’Allemagne, et la cinquième au monde….. disons les choses comme elles sont

      • Poorfendheure dit :

        Raca: c’est sûr qu’ils ont plus d’usines qu’en France…

  10. Françoise dit :

    Ils se comporteront vraisemblablement comme Mitterand qui au bout d’un certain temps a avoué ne pas pouvoir tenir ses promesses.

  11. Charly10 dit :

    Alliance contre nature et politiquement incorrecte, qui attire les foudres des économistes de tous bords. Cependant il ne s’agit que d’un programme de relance par la consommation intérieure qui peut très bien marcher. Qui dit relance consommation dit également autre façon d’augmenter les rentrées fiscales via les taxes type TVA. Dans leur programme commun, la Ligue et le Mouvement 5 étoiles mettent en avant une réduction de la dette par une politique de soutien à la croissance, sans passer par une augmentation de la fiscalité ou des mesures d’austérité.Concept qui effraie les tenants de la pensée néo libérale, et qu’on n’a jamais osé essayer dans cette Europe en perdition. En souhaitant que les banquiers de la BCE ne refassent pas le coup de la Grèce et essayent au moins d’aider au lieu d’entraver. Cette politique Keynésienne de relance économique par la consommation intérieure, pourquoi fait-elle peur aux financiers ? C’est quand même extraordinaire de prétendre que ça ne marchera pas sans avoir essayé.

    • Électeur dit :

      Parce que c’est la relance de la consommation de produits importés moins chers, ça ne relance pas l’activité productrice du Pays, ça ne diminue pas le chômage du Pays.
      .
      On a déjà essayé en France (gouvernement Maurois, 1981-83) et nos braves rêveurs socialistes ont alors compris que la « relance par la consommation » ne peut marcher que protégée par des barrières douanières.
      Et ça, c’est « verboten » par l’idéologie, l’UE et l’amitié (?) franco-allemande.

      • Charly10 dit :

        @ electeur
        bonjour
        Même si la consommation concerne des produits importés, la TVA s’applique lors de l’achat et alimente les caisses de l’état.

      • tschok dit :

        Non, ce n’était pas exactement cela: on s’est rendu compte que le protectionnisme de servait pas à grand-chose dès lors que l’économie française ne produisait pas ce qui était massivement importé, pour satisfaire la consommation ou le besoin d’équipement.
        .
        Et à l’époque, c’était les magnétoscopes, que le gouvernement a essayé de contingenter à Poitiers, là où Charles Martel avait arrêté les Sarrasins, en 732.
        .
        Donc, la décision à prendre était la suivante: sachant que l’économie française avait à l’époque comme maintenant loupé un coche technologique (les magnétoscopes, en l’espèce) allait-on laisser les consommateurs français dans le sous-équipement, au motif qu’on ne produisait pas l’équipement en question?
        .
        La France allait-elle vivre aux standards technologiques des années 60, quoi? Et finalement, on s’est dit qu’il fallait ouvrir les frontières. Et ce qui s’est passé au niveau des biens de consommation s’est également produit au niveau des biens d’équipement industriels, l’industrie de la machine outil française, notamment, se cassant tranquillement la figure.
        .
        Ou dit autrement, on s’est rendu compte que l’économie française s’était tertiarisée: l’employé de bureau remplaçait l’ouvrier. C’est l’inconvénient des économies tertiarisées: elles ne produisent pas ce qu’elles consomment et elles ne produisent pas leur outil de travail.
        .
        Et cela, même dans ses secteurs d’excellence: la France est une grande puissance agricole, fortement exportatrice, pourtant, la quasi totalité de son industrie du tracteur et des engins agricoles est passée sous bannière étrangère (allemande, américaine). Un des plus gros producteurs de tracteurs en France est ainsi Massey Ferguson à Beauvais.
        .
        On ne peut donc même pas dire que ce soit un problème de niveau technologique: un tracteur, c’est évolué, mais ce n’est pas la navette spatiale, non plus.

    • Anaxagore dit :

      Malheureusement le keynésianisme ne marche pas dans une économie totalement ouverte. Cela ne peut marcher qu’au niveau de l’UE, et c’est d’ailleurs ce qu’a fait Mari Draghi à la tête de la BCE en permettant l’émission de dizaines de milliards d’euros avec le Quantitative Easing. Mais cela heurte de plein fouet la doctrine allemande (et aussi néerlandaise,finlandaise, …). Seul un rapport de force au sein de l’UE, France, Italie et Espagne unis, pourrait changer les choses. Mais l’Italie seule, sûrement pas.

    • PK dit :

      @ Charly
      .
      « Cette politique Keynésienne de relance économique par la consommation intérieure, pourquoi fait-elle peur aux financiers ?  »
      .
      Parce que ce sont justement les financiers qui tirent les ficelles aujourd’hui ( en finançant la dette – le moyen préconisé par tout le monde comme par hasard – ) et donc placent les gens au pouvoir (Macron est un ex. de la Banque, comme Pompidou avant lui).
      .
      Trouver une alternative qui contourne les financiers les met de facto en danger de perdre le pouvoir (et donc le fric qui va avec).
      .
      Le bon sens devrait faire tourner le monde : c’est en fait le fric. Les Italiens tentent le bon sens : bon courage à eux.

  12. Parabellum dit :

    Tous les commentaires hostiles au choix italien montrent l xtreme relativite de la démocratie…on n accepte pas d autre changement que des variantes molles du libéralisme social démocrate europeiste sinon c est l horreur avec insultes à la clé et prédiction de grande cata …sauf qu ici les impôts explosent le chômage persiste les scolaires rament les grèves le terrorisme la drogue et le blabla sociétal. etc…les réformes veulent dirent en fait austérité et aggravation des pertes pour les classes moyennes …alors un jour elles se lâchent et renversent la table…ca peut venir ici…quant aux problèmes militaires les italiens ont des bons matériels et viennent de nous doubler en Amérique latine…ils subissent l exode libyen mais en ont marre car delenda est carthaginois…