Grâce à l’action des Forces armées en Guyane, le nombre de sites d’orpaillage clandestin a chuté de 55%

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

28 contributions

  1. heaume44 dit :

    Excellent travail, à poursuivre avec persévérance.

    • Yestour dit :

      il faut savoir qu’avant l’arrivée des colonialistes, les amérindiens peuvent aller partout sans frontière, l’Amérique est leur terre, les européens doivent retourner chez eux abandonner la terre qui leur appartient pas.

      • Marcel dit :

        Ce n’est pas à vous de décider du droit à l’autodétermination mais aux peuples concernés. Exemple : Avec 3 référendums successifs Mayotte a voté pour son maintien dans la République Française, les autres îles comoriennes ont voté massivement contre. Résultat aujourd’hui, malgré leur indépendance votée beaucoup des mahorais des îles voisines entrent illégalement à Mayotte.
        La République française est une et indivisible partout où elle se trouve sur la planète. N’en déplaise à ceux (comme vous) qui racialisent la nationalité française. Car la géographie de la France ne se réduit pas à l’hexagone.

        • Yestour dit :

          comme la Russie a annexé la Crimée par référendum, c’est illégal.
          on savait bien que « la République française est une et indivisible », le référendum en N. Calédonie sera un cinéma.

      • heaume44 dit :

        @ Yestour
        L’orpaillage clandestin rejette du mercure.
        Ce mercure ne reste pas là, il se répand dans les océans, où il est déjà trop présent, et c’est mondialement extrêmement grave.
        Quant à la légitimité de la France, je suis d’accord avec Marcel.

    • tartempion dit :

      J’imagine qu’une certaine classe politique indépendantiste et autres nantis de la classe politique guyanaise qui pilotent à distance l’organisation de la plupart de ces sites d’orpaillage seront déçus de ce manque à gagner …..

  2. misterhobbes dit :

    sacré boulot !

  3. basstemp dit :

    Pendant trop longtemps nos élites ont été complice de ce pillage et pire encore de l’immense scandale de la pollution au mercure dont son victime les amérindiens de Guyane qui a mon sens doivent être considérés comme des français de souche, mais manifestement traités par nos élites comme des citoyens de seconde zone qui peuvent bien supporter de la poiscaille au mercure : Ce sont des indigents, des « sans dents » … Et ne votent pas ou si peu, ils peuvent bien « crever » dans l’esprit immonde des élites qui ont eu le dossier entre les mains !!!

    Une trahison envers le peuple de France, depuis environ 45-50 ans on commence a avoir l’habitude

    Nos élites sont des traitres, et l’histoire les jugera

  4. Raymond75 dit :

    En France nous avons des problèmes avec l’adaptation à la réalité :la Guyane ou Mayotte sont des départements français, alors on les gère comme le Seine et Marne … Totalement inadapté à la situation réelle !

  5. Carin dit :

    Ma question est encore: quand des mili auront le bloc OPJ? Je relève que 30% des découvertes de camps ne donne lieu qu’a la prise de renseignements pour cause de manque d’OPJ… et j’en reviens toujours à mr sarkozy qui voulait « donner » ce bloc aux professeurs de collèges et lycées !!! Ce monsieur a même fait nommer une ministre de la justice « avocate » sans qu’elle en ai fait les études… comme quoi quand on veut on peut.

    • revnonausujai dit :

      ce n’est pas ça qui manque , les militaires OPJ: ça s’appelle des gendarmes !
      Aprés, c’est un choix gouvernemental, on les emploie là ou ailleurs, par exemple à garder la résidence privée de l’épouse du PR, ou à assurer le service du TGI de Paris, ou…. !

      • Carin dit :

        Vous devriez relire l’article… ou alors expliquer nous comment 30% des patrouilles mili ne donne lieux qu’a relevé de renseignements par manque d’OPJ??? Quand au fait que les gendarmes soient des mili.. si vous le savez soyez sûr que le reste du monde aussi.

        • revnonausujai dit :

          vus devriez relire mon commentaire; si les gendarmes ne sont pas disponibles pour « accompagner les patrouilles », en réalité en à générer plus , c’est qu’ils sont employés ailleurs pour suppléer les carences d’autres et peut-être aussi parce que le feu commençant à bruler la maison métropole, les écuries guyanaises ne sont pas prioritaires.
          rappelons aussi, malgré l’esbrouffe de l’EMA qui se cherchait des missions lors du déclenchement de cette affaire en 2008 et qui continue à en exploiter le filon politicomédiatique, que Harpie est une opération interministérielle administrative et judiciaire sous la direction conjointe du préfet et du proc et que le rôle des armées consiste à renforcer en moyens humains et matériels les actions de la gendarmerie, et en principe des douanes,de la PAF ou de l’ONF et non l’inverse !

          • Carin dit :

            Vous voulez pas comprendre ou quoi???
            La jungle guyanaise ne doit pas grouiller de tout ces fonctionnaires que vous nommez, et les mili se retrouvent à monter 30% des patrouilles seuls… donc si on faisait passer le bloc OPJ à certains de ces gars cela ferait 30% de boulot abattu en plus… ça rentre là ???

          • revnonausujai dit :

            tout à fait exact, la jungle ne grouille pas de policiers ni de douaniers, mais on peut espérer qu’ils fournissent leur taf de rens, ou dans le cas contraire que leur autorité de tutelle leur botte le cul !
            il n’y a pas plus de raison de donner des compétences de PA ou de PJ aux forces de 3° catégorie en Guyane qu’à la gare de St Glinlin les Glands pour le passage d’une patrouille sentinelle, ou alors il faut decréter l’état de siège et tirer à vue !
            qu’il s’agisse de la gendarmerie, de la police ,des douanes, l’assermentation n’est pas une simple formalité folklorique mais fait suite à une formation spécifique , théoriquement un an pour un simple APJ, sans même parler de l’OPJ; les militaires TTA n’ont pas cette formation , ont autre chose à apprendre et ne pourraient utiliser cette formation éventuelle que dans ce cas spécifique, ce qui serait du gachis !
            quant aux 30% de patrouilles qui ne font « que du rens », d’une part, si ce rens est exploité ensuite par des patrouilles avec personnel assermenté, c’est très bien, très utile et tout à fait similaire aux missions de reco dans des ops de guerre classiques, missions préalables à l’engagement de missions de combat, d’autre part si ces missions de rens ne sont pas exploitées,les FAG feraient mieux de ne pas user inutilement leurs pioupious à faire du vent.
            par ailleurs, le point d’engorgement du système est la capacité du TGI à traiter le contentieux judiciaire.
            En tout état de cause:
            – les FAG ne se plaignent pas du bilan et des fameux 30%, elles
            semblent même très satisfaites
            https://www.defense.gouv.fr/actualites/operations/fag-operation-harpie-un-premier-trimestre-tres-encourageant-pour-la-lutte-contre-l-orpaillage-illegal
            – le préfet et le proc sont les décideurs en matière d’effet à obtenir, pas les FAG; s’ils voulaient que toutes les patrouilles comportent des OPJ/APJ, ils donneraient les directives nécessaires ou réclameraient à cor et à cri des renforts en cas de déficit,
            – à plus haut niveau, le gouvernement doit aussi se satisfaire de la tendance actuelle, sinon il renforcerait le pôle judiciaire de Cayenne et , au lieu de consommer des EGM à danser le paso-doble avec les zadistes de NDDL, il en déplacerait encore plus en Guyane.
            Mais vous avez parfaitement le droit de préconiser des solutions abracabrantes et illégales; après tout, il faut de tout pour faire un monde.
            comment vous dites déjà ? verstehen , comprendo, understood ?

  6. Piauhau dit :

    Merci M. Lagneau de diffuser et de faire connaître les bulletins COM de l’EMA au plus grand nombre. Les efforts sont réels mais voués à recommancement perpétuel. Tant qu’il y aura de l’or en Guyane, tant que le salaire moyen au Brésil sera 16 fois moindre qu’en Guyane et tant que le Suriname laissera les entrepôts chinois sur le Maroni, il y aura des garimps chez nous…ceci entre autres multiples raisons. En même temps ils sont dans leur élément et font d’un acharnement et d’une résilience qui forcent l’admiration. Le miracle de la Foi et la soif de survivre voire de vivre au jours le jours… Enfin « no comment » sur les moyens de l’armée française et de la gendarmerie…La ressource est comptée, les priorités sont ailleurs et il n’y aura pas d’amélioration. Donc travail admirable comme d’hab!

    • Frédéric dit :

      Entrepôt chinois ? Pouvez vous donné des précisions ? Ce sont des sociétés chinoises qui rachètent le butin ?

      • JF dit :

        Si effectivement, c’est vrai, cela est compréhensible. Depuis un peu plus de 10 ans, les chinois emmagasine une grande partie de la production mondiale, avec pour but d’attaquer le dollars dans un avenir à moyen terme. Et c’est pour çà que tous les pays qui ont de l’or en stockage à l’étranger essaye de rapparier leurs biens Allemagne, Pays Bas etc…

      • Piauhau dit :

        Au Suriname, l’orpaillage est légal car source d’entrée de revenus via des taxes pour un pays les plus pauvres d’Amérique latine. De toute façon, les forces armées surinamiennes n’ont aucune capacité de lutte…donc autant tolérer en espérant quelques subsides. Sur le Maroni quelques dizaines d’entrepôts tenus exclusivement par des chinois vendent TOUT le nécessaire pour orpailleur. En toute légalité et au nez et à la barbe des français. En fonction de la proximité d’un site détruit le délais pour se réapprovisionner est de quelques heures à quelques jours. Donc reprenez tous les chiffres présentés dans les bilans ( quads, moteurs, pirogues, carburant, nourriture…) et considérez que tout est déjà recompté. Pour moi les grands gagnants de la lutte contre l’orpaillage illégal ce sont bien ces chinois. Plus il y a destruction plus il faut racheter…À tous les coups l’on gagne… Le problème n’est donc pas qu’une problématique de politique intérieure mais bien une question régionale qui impose une résolution diplomatique. On en est loin car la frontière avec le Suriname n’est pour l’instant pas tranchée (depuis 1915 avec les néerlandais…). Donc d’ici à trouver un accord sur l’orpaillage, autant attendre qu’il n’y ait plus d’or en Guyane… Désolé pour avoir été un peu long.

        • Fred dit :

          @ Piauhau
          ? L’orpaillage est légal au Suriname comme en France – pour autant qu’on ait les autorisations nécessaires, c’est un truisme – et illégal au Suriname comme en France, si l’on n’a pas les autorisations nécessaires …

          • Piauhau dit :

            Au Suriname, l’orpaillage n’est pas illégal, c’est un fait. S’il est très structuré du type grosse exploitation, cela génère des taxes très importantes pour l’état. Pour l’orpaillage « artisanal », les moyens de récupération sont plus aléatoires mais s’apparentent à du backchich. Les barges industrielles sur le Maroni sont d’ailleurs financées par des pontes et des politiques nationaux.

        • Carin dit :

          Qu’en est’il des armes… j’ai cru comprendre que ces orpailleurs sont équipés d’armes automatiques!! C’est pas les fusils de chasse de mr tout le monde.. est-ce que ces « commerçants » chinois fournissent également armes et munitions? Le cas échéant cela serait apparenté à du trafic… mais bon c’est le Surinam, je ne sait pas quelles sont leurs lois en cette matière. Et quid des quantités de mercure… ça ne se trouve pas au super marché du coin ce produit, je crois même qu’il y a une réglementation mondiale le concernant? Est-ce aussi ces chinois qui le fournissent?

      • Frédéric dit :

        Et si l’or est dans les 35 000 € le kg au marché officiel, ces mineurs clandestins gagnent effectivement quel pourcentage ?

      • Fred dit :

        @ Frédéric
        Les Chinois sont de nature assez nombreuse :o) Leur émigration ancienne et souvent structurée, leur habitudes marchandes historiques, et leur pays d’origine demandeur de débouchés à l’exportation : il est donc assez naturel de trouver des commerçants chinois un peu partout, et encore plus là ou le capitalisme international est peu implanté et n’a pas verrouillé les marchés.
        .
        Si les sociétés chinoises rachètent de l’or à des sociétés légales ou de petits prospecteurs légaux (il y en a au Suriname), on ne peut pas appeler cela un « butin ».

  7. ScopeWizard dit :

    Bien joué les gars ! 🙂

  8. aleksandar dit :

    Une mission difficile dans un environnement hostile et sur un territoire grand comme la région Aquitaine.
    Félicitations a tous .

  9. Alain d dit :

    Bravo, et merci à ceux qui risquent gros, militaires, gendarmes, GIGN.

  10. Roger 56 dit :

    Pas encore la guerre mais plus tout à fait la paix, Respect pour votre travail.