Thales a lancé la production du SEA FIRE, un radar numérique destiné à équiper les Frégates de taille intermédiaire

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

61 contributions

  1. sentinelle dit :

    Ses FTI sont un cadeau aux industriels et un gaspillage d’argent public, on aurait probablement eu pour le même prix 8 FREMM + 4 FTI , les 17 FREMM prévues initialement mais les gouvernements adorent gaspiller l’argent public en gérant le court terme , scandaleux !

    • Toubou dit :

      Je suppose que c’est pour donner du taf aux bureaux d’étude de navale group.
      Et aussi pour faire quelque chose de moins cher à l’export.

    • ScopeWizard dit :

      @sentinelle
      .
      Pouvez-vous préciser ?

    • NRJ dit :

      Le problème, c’est qu’un savoir-faire doit se maintenir. On le voit avec le Charles-de-Gaulle. En soi, je suis parfaitement d’accord avec vous: il aurait mieux valu avoir 17 FREMM, qu’une flotte épars composée de frégates antiaériennes de classe Forbin, de FREMM, de e FTI remplaçant les Lafayette, et de patrouilleurs

  2. Leum dit :

    Et du coup quid de ce Sea Fire comparé aux radars des Horizon, FREMM DA Aquitaine ou du CDG?

    • Clavier dit :

      Il était temps qu’on se mette au radar à antenne fixe …bien plus performant
      un bon radar et un bon missile, ça change tout dans l’efficacité d’un bateau comme d’un avion

    • ScopeWizard dit :

      Le Sea Fire 500 est paraît-il excellent …

    • Nico St-Jean dit :

      @ Leum

      Le Sea Fire n’à rien à voir avec tout ce que la Marine Française embarquait jusqu’à présent (PESA)
      .
      Pour essayer de vous expliquez les différences, il faut aller à la base des principes complètement différents des évolutions radars du PESA jusqu’au AESA GaN (SF-500)
      .
      Pour vous faire un résumé le plus simplement possible. Un PESA est une technologie ancienne, développé par l’URSS et les USA presque simultanément à cause de l’espionnage systématique des 2 partis. Ce type de radar utilise le principe à rayonnement soit : une antennes directive générant puissance et signal phasé et de quelques centaines à quelques milliers de modules dont le rôle est de déphaser ledit signal envoyer par l’antenne.
      .
      L’AESA maintenant, est une évolution majeure aux PESA ‘s, inventé par les USA, développé sous plusieurs formes par ses derniers, le Japon et Israël. C’était une façon de faire intéressante car les USA voulaient ajouter d’autres génies et façons de penser que les leurs pour maximiser les résultats futurs. Qui de mieux que le Japon et Israël, 2 alliées américains avec une culture fortement influencé par la technologie. Bref .. Un AESA est comme un PESA sauf qu’il n’y à pas d’antenne unitaire générant le signal ni de module pour déphaser le signal. Par rapport au PESA, l’antenne générant le signal et la puissance est supprimé laissant place à plusieurs micro antennes phasant et déphasant le signal tout en l’envoyant et le recevant. Ce procédé n’est faisable qu’avec le GaS, fameux mélange chimique entre l’Arsenic et le Gallium volontaire solidifié et (croyez moi sur parole) hautement toxique. En Amérique du Nord, Lockheed en est le plus grand producteur avec ses 3 fonderies dont une nous (au Canada pour ceux qui y ont accès) fournis via sous-traitance et/ou divers contrats bi-nationaux Canada/USA, pour la recherche conjointe entre autres. En Europe le gros joueur est (de mémoire) Thales.
      .
      Par rapport au PESA, la portée du AESA peut dépassé les 30 % à taille égale, la MCO est réduite, la résistance aux brouillages est **fortement** supérieure de même que la résistance aux champs électromagnétiques (naturelles ou artificielles)
      .
      Le SF-500 de Thales se situe à un niveau au dessus et le SPY-6 de Raytheon vas encore plus loin (je vais expliquer pourquoi dans un autre post)
      .
      En effet, les USA ont trouvés une façon ou plutôt un nouveau procédé pour contrer l’une des limites du GaS : la résistance à la chaleur que produit l’énergie des modules, de même que la résistance ionique (ions). Il s’agit du GaN  » Nitrure de Gallium »
      .
      En clair, un AESA aux modules GaS et GaN, c’est la même chose mais le GaN étant beaucoup plus résistant que le GaS, il peut donc recevoir beaucoup plus de puissance énergique = un signal plus puissant = plus de portée pour chaque modules. Le SF-500 est un AESA au GaN.
      .
      Vous comprenez maintenant **l’énorme** différence de performances entre PESA, AESA GaS et AESA GaN.
      .
      Les FREMM utilise un radar ridicule, l’Heracles. Un tout petit PESA réellement dépassé qui sent malheureusement la crise économique française jusqu’ici. Les 2 Horizon utilise l’EMPAR, un PESA rotatif beaucoup plus puissant et intéressant par rapport à l’Heracles mais bien loin d’un AESA à taille et forme semblable comme le SAMPSON anglais qui lui même fait pâle figure face à un radar au GaN à panneaux fixes comme le SF-500.
      .
      Vous pouvez maintenant comprendre que le SF-500 versus les autres radars de la Marine Nationale, c’est comme comparer un F-22 avec un Spit et un P-51 […] Et j’espère qu’un jour, les FREMM seront modernisé pour accueillir le SF-500 (parfaitement adapté pour la taille de la classe) parce que pour le moment cette classe me fait penser aux LCS américains : Très moderne au niveau de l’automatisation et des capacités ASM, très décevant au niveau radar, AA et capacité d’emport de missile et leur principal point en commun est que les 2 types de navires devront subir une modernisation majeure pour tenir le coup pendant leurs vies utiles.

      • Blondin dit :

        vous semblez bien connaitre le sujet et je me permet cette question : quelle est l’importance, et l’influence, de la bande utilisée par le radar ? il me semblait que la bande S était moins performante, en portée, que la bande L ? et des radars « dual phase » ne sont ils pas plus performants, en combinant les avantages de chacune de ces bandes ?

        • Nico St-Jean dit :

          @ Blondin

          La bande L possède 2 problèmes trop majeurs pour que l’Occident en fasse usage dans une rôle aussi important que la DA : 1- La bande L est incapable de guider quoique ce soit vers une cible. Oui ce type de radar voit loin mais avec tellement d’imprécision qu’il n’y à rien à faire pour l’instant à part de l’alerte précoce et encore la Bande S est presque aussi puissante mais beaucoup plus précise donc un meilleur choix. L’autre problème est qu’en raison de son immense longueur d’onde et de ça minuscule bande passante (gamme de fréquences) , ce type de bande est trop sensible aux brouillages et surtout aux reniflements adverse.
          .
          Les Dual Band offrent un + en polyvalence et rendent surtout la tâche plus difficile à quelqu’un qui voudrait complètement brouiller un navire mais encore, mieux vaut un dual band S+X que L+X. Surtout qu’on parle maintenant de GaN et que les russes sont bien loin d’être à ce niveau pour le moment de même que tout autres pays utilisant la bande L.
          .

      • Leum dit :

        Ok alors merci de m’avoir appris des détails sur la différence AESA et PESA au niveau du fonctionnement et de la conception.

        Pour les perfs j’en avais une bonne idée vu le bon en avant d’un RBE2-AESA vs RBE2-PESA mais je n’avais pas idée que l’Herakles des FREMM était autant en retards. Du coup les FTI seraient mieux dotés en défense aérienne en ayant une capacité d’emport réduite? C’est quand même ridicule. une FREMM Sea Fire ayant tout son armement serait plus intéressante.

        • Nico St-Jean dit :

          @ Leum

          « Du coup les FTI seraient mieux dotés en défense aérienne en ayant une capacité d’emport réduite? C’est quand même ridicule. une FREMM Sea Fire ayant tout son armement serait plus intéressante. »
          .
          Voilà vous avez tout dit 😉 C’est ce que moi, Frali, Zayus et Elmin dénoncions depuis 3 ans pour ne nommer que ceux-là. Malheureusement (et exactement comme les LCS américain) il y à eu un peu de manque de vison et beaucoup de maux de tête en lien avec la crise économique …

      • Fralipolipi dit :

        Merci pour tous ces détails forts utiles.
        C’est notamment pourquoi je regrette tant que nos FREDA qui restent à venir ne puissent pas disposer dès à présent de ce radar Sea-Fire (qui arrive avec 2 ou 3 ans de retard pour permettre cela) … ça vaudrait presque le coup de retarder l’arrivée de ces FREDA pour leur permettre d’embarquer ce radar dès l’origine.
        .
        Sinon, toutes les Fremm devront passer par un Retrofit ultérieur … mais sans doute pas avant les années 30 … et il peut s’en passer des choses d’ici 15 ans.
        Mai prioritairement, il parait clair que les premières frégates qui devront être rétrofitées avec ce Sea Fire sont nos 2 FDA Forbin.

        • Nico St-Jean dit :

          Frali,

          En effet retarder les FREDA pour leurs intégrer le SF-500 vaudrait le coup mais aussi le coût 😉
          .
          Pour les autres FREMM, se sera un retrofit beaucoup plus lourd que prévu par contre. Le mât serait complètement à refaire, il faudra ajouter d’autre Sylver A70 pour au moins remplacer les A43 si c’est possible (est-ce que les A70 peuvent accueillir tout type de missile MBDA comme le MK-41 avec la gamme américaine par exemple ?) en plus des modifications déjà prévu pour ses années là.
          .
          « Mai prioritairement, il parait clair que les premières frégates qui devront être rétrofitées avec ce Sea Fire sont nos 2 FDA Forbin. »
          .
          Déjà les FDA ont un mât de la bonne taille donc le retrofit sera moins lourd c’est certain. Alors oui, je pense comme vous sur toute la ligne.

      • ScopeWizard dit :

        @Nico St-Jean
        .
        Vos explications sont très intéressantes et instructives quoiqu’ un poil abstraites pour un non initié ; cependant , indépendamment de toute autre considération qualitative , cette technologie aussi mirobolante et efficace soit-elle ne nous servira strictement à rien si nos bâtiments ne sont pas à la hauteur de leurs systèmes de veille et de détection ….
        .
        Je ne parviens pas à comprendre , et il y a beau temps que je me pose la question , pour quelle raison la Marine Nationale ne se dote pas de navires plus puissants comme des destroyers qui sont en quelque sorte la colonne vertébrale de toute marine de guerre océanique qui se respecte ….
        .
        Il faudrait disposer de tels navires à la fois passivement ( ECM , blindage , discrétion ) et activement ( missiles anti-missiles , canon Bofors , Phallanx , ou Goalkeeper ) bien protégés , rapides ( au moins 30 nœuds ) et endurants ( au moins 8000 milles nautiques sans devoir ravitailler ) , capables d’ assurer une bonne couverture aérienne tous secteurs ( courte , moyenne , longue portée ) , faire de la lutte Anti Sous-Marine ( moyens ASM , hélicoptère ou drone ) , et bien-sûr de l’ Action Vers la Terre ( AVT ) et anti-surface ( canon de 127 mm , missiles type Exocet , commandos de nageurs de combat ) , etc ….
        Seulement , il est évident qu’ il en faudrait un certain nombre ( 6 ou 8 voire 10 ) et que ces destroyers viendraient en complément d’ autres navires de 1er rang ( au moins une quinzaine supplémentaire ) tels des frégates AA ( Anti-Aérien ) , ASM , ou DA ( Défense Aérienne ) plus ou moins dédiées à chacune de toutes ces missions ….
        .
        J’ ai en outre la très nette mais pas forcément agréable impression que les FREMM sont destinées à tenir le rôle des destroyers sans réellement être du même niveau …..
        .
        Quid de la Marine du Canada ?

        • Jupiter dit :

          Des Arleigh-Burke en fait. Le problème est que ces bateaux sont invendables: beaucoup trop gros. Déjà que les FREMM sont considérées comme de trop gros tonnage pour la plupart des appels d’offres (d’où la FTI), un Arleigh-Burke (ou un Ticonderoga) c’est près de 10000 tonnes, soit 30% de plus. Je vous parle même pas des Zumwalt, là c’est plus de 2 fois plus gros qu’une FREMM.
          Par contre, je ne comprends quelle distinction vous faites entre de l’anti-aérien et de la défense aérienne.

          • ScopeWizard dit :

            @Jupiter
            .
            O.K !
            .
            « Par contre, je ne comprends quelle distinction vous faites entre de l’anti-aérien et de la défense aérienne. »
            .
            Je vous rassure , moi non-plus 😉 ; pourtant il doit bien exister une différence significative puisque cette distinction linguistique est souvent utilisée …..

        • tschok dit :

          @ Scope,
          .
          « Je ne parviens pas à comprendre , et il y a beau temps que je me pose la question , pour quelle raison la Marine Nationale ne se dote pas de navires plus puissants comme des destroyers qui sont en quelque sorte la colonne vertébrale de toute marine de guerre océanique qui se respecte …. »
          .
          L’argent est le nerf de la guerre. Voilà pourquoi.
          .
          Si vous vous déconnectez volontairement des réalités économiques – pour peu qu’il s’agisse d’un acte de pensée réellement conscient, ce dont je doute – vous vous placez de vous-même dans des situations où, comme vous le dites, vous ne parvennez pas à comprendre ce dont il est question.
          .
          Là, vous vous mettez dans un schéma intellectuel à la basstemp: si on ne fait pas ceci ou cela (genre avoir 15 PA à propulsion nucléaire de 350 m de long avec 80 avions à bord, plus une catapulte magnétique, outre une flotte de 120 SNA de type Barracuda ou Astute, ou Seawolf, plus une flotte de destroyers classe Forbin ou Arleigh Burke de, mettons, 300 unités) c’est parce qu’on est des cons gouvernés par des gens qui nous manipulent.
          .
          Nan. Décidons le retour au réel. Et vous verrez, vous comprendrez mieux. Le réel s’explique. C’est incroyable.
          .
          Courage.

          • ScopeWizard dit :

            Mais oui , tschok , mais ça c’ est la vision grossière et binaire des choses ; l’ argent ne manque pas tellement , c’ est surtout ce à quoi il est destiné et comment il est utilisé qui rentre en ligne de compte ….
            .
            Et puis , vous devriez sortir un peu de vos éternelles exagérations censées servir d’ exemple comparatif afin d’ étayer des procès d’ intention mal branlés dès le départ …..

          • tschok dit :

            @ Scope,
            .
            Bon alors dans ce cas, répondons directement à votre question qui était de savoir pourquoi la MN ne fait-elle pas du destroyer la vertèbre standard de sa colonne vertébrale?
            .
            (Oui, je la reformule, en plus direct)
            .
            Eh bien parce que si elle faisait cela, la colonne vertébrale de la MN ne compterait que deux vertèbres, ce qui fait un peu court pour une colonne vertébrale: le deux destroyers de classe Horizon.
            .
            C’est à peu près tout ce qu’on a qui soit sérieux en matière de destroyer.
            .
            Ou pour le dire autrement, la MN n’a le budget que pour 2 destroyers de classe internationale (biturbine CODAG ou CODOG ou tout électrique, 150 m/160 m, 7.000 t, vers les 30 nds, +7.000 nautiques d’endurance, 1 à 2 hélicos natifs, sonars, 50 à 100 missiles ou torpilles de tout type, gros radars avec suite électronique/optronique complète, outre les leurres, artillerie polyvalente, mise en œuvre de drones et emport de commandos possibles en option, et, grand luxe: capacités ABM).
            .
            Après on passe au modèle de la frégate et, très rapidement, parce que ça coûte cher aussi une frégate, on passe à la FTI qui se trouve entre la frégate et l’aviso. En fait des grosses corvettes.
            .
            Donc, en fait la colonne vertébrale de la MN est pareille à celle d’un dinosaure: il y a des grosses vertèbres, et puis plus on file vers le bout de la queue de l’animal, plus les vertèbres deviennent petites.

          • ScopeWizard dit :

            @tschok
            .
            Mais vous-vous contredisez !
            .
            Elle les a déjà ses deux vertèbres …. Vous venez vous-même d’ en faire l’ énumération en citant la classe Horizon ( Forbin et Chevalier Paul ) …..
            .
            Les FREMM et les frégates dont les FTI ne font que s’ ajouter ….. tout en coûtant beaucoup plus cher qu’ initialement prévu puisque le programme FREMM a été sacrifié par la faute de coûts trop élevés suite à du grand n’ importe quoi de la part de nos chers décideurs qui ont réussi on ne sait trop comment à faire capoter tous les avantages que présentait cet ambitieux programme sur le plan financier lors de son lancement …..
            .
            Résultat des courses , les FTI , très chères aussi , sont en quelque sorte la réponse de dernière minute de DCNS au nombre réduit et jugé insuffisant des FREMM qui rentreront effectivement en service à terme , compte tenu de nos besoins à la fois en bâtiments de 1er rang ( alors que selon les normes en vigueur , les FTI n’ en sont pas vraiment ) ainsi que par rapport à notre immense ZEE ….
            .
            Sachant qu’ il va en plus nous manquer de dignes remplaçants aux vénérables avisos de type A69 …..

          • tschok dit :

            @Scope
            .
            Eh bien oui, Scope, elle n’en a que deux. C’est ce que je vous dis.
            .
            Le destroyer n’est donc pas la vertèbre standard de la colonne vertébrale de la MN.

        • Leum dit :

          techniquement les FREMM et Horizon sont des destroyer…. Mais sous armés.

        • Nico St-Jean dit :

          @ Scope

          « Vos explications sont très intéressantes et instructives quoiqu’ un poil abstraites pour un non initié »
          .
          Et pourtant je vous jure que je ne pouvais pas faire plus simple car je suis à la limite grossier dans mes explications pour les autres qui sont dans se domaine .. M’enfin, je sais que vous êtes un grand amateur des acronymes alors j’ai penser à vous 😉 .
          .
          Tout ce que vous venez de dire à propos des besoins français versus flotte actuelle est une question de budget. Les FDA avec le SF-500 seraient capable de tenir le coup face aux Type 45 britanniques par exemple, le problème est que vous n’en avez que 2 .. Sinon les FREDA devraient vraiment être retarder pour recevoir le SF-500 comme là dit Frali car le jeu en vaut vraiment la chandelle.
          .
          « J’ ai en outre la très nette mais pas forcément agréable impression que les FREMM sont destinées à tenir le rôle des destroyers sans réellement être du même niveau ….. »
          .
          C’est exactement ça mais au moins vous avez les 2 FDA qui sont franchement digne de destroyer moyen comme les Type 45 avec l’AESA en moins par contre. Sinon l’avenir nous dira ce qui vas se passer avec la flotte de la Marine Nationale .. Quoi dire d’autre ?
          .
          « Quid de la Marine du Canada ? »
          .
          Et bien il ne reste que 3 navires possibles. le Type 26 BAE/Lockheed lourdement modifié par les deux constructeurs, très prometteur, des performances certainement supérieures aux FREMM actuelles mais aucun des 3 participants ne semblent avoir proposer un AESA au GaN mais de bons AESA tout de même.
          .
          Type 26 : 48 VLS, AESA, etc.
          .
          F-105 modernisé : /SPY-1D/48 VLS (excellent choix)
          .
          De Zeven Provinciën : Le choix le moins cher, mais le moins performant et probablement pas dans la course. 40 VLS AESA etc.
          .
          Le gagnant se verra attribué un contrat d’au moins 15 navires qui seront probablement autours de 8000 tonnes à pleine charge.
          .
          Pour ce qui est de la guerre de surface, le Canada aura une meilleure flotte que la France (comme l’Australie d’ailleurs) mais cela ne fait tout et la France demeurera de loin plus puissante que nous dans le domaine maritime. Pa d’aéronavale, pas d’amphibie, des sous-marins désuets au nombre de 4 bien que probablement bientôt remplacer par 10, 12, 15 SM (on entend toutes sortes de chiffres venant de toutes sortes de personnes concernés donc, floue total)
          .
          Cela dit notre économie explose en ce moment et si cela se poursuit, je ne serais pas surpris de voir quelques ajouts et une relative montée en puissance des forces armées canadiennes.

          • ScopeWizard dit :

            @Nico St-Jean
            .
            C’ est à dire qu’ à la longue , ça devient un petit peu trop « chiantifique » tous ces acronymes ( dont certains sont anglo-saxons ) , surtout lorsque l’ on ne saisit pas immédiatement leur signification exacte …. Donc même si je commence à être sérieusement familiarisé , merci d’ en tenir compte …. 🙂
            .
            Disons que deux , de surcroît disposant de la deuxième ZEE de la planète , ce n’ est vraiment pas assez pour un pays de marins comme la France …..
            En tous cas , j’ espère bien que nous n’ aurons pas à nous frotter à la Royal Navy , sinon cela voudrait dire que le concept de « brexit » a été poussé un peu plus loin que prévu ….
            .
            Quant à la question de budget , bof ; vous savez , le constat c’ est que dans notre si beau pays , il y a toujours suffisamment d’argent pour certains et jamais assez pour d’ autres , toujours les mêmes d’ ailleurs ….
            .
            À ce stade , il est vrai qu’ il est plutôt difficile d’ en dire davantage sans prendre le risque de tirer un peu trop de plans sur la comète ……
            .
            Pour sûr , si nous continuons sur cette lancée , même la Marine mexicaine finira par nous dépasser ….
            .
            En tous cas , et c’ est très sincère de ma part , je souhaite que le Canada se hisse au niveau des meilleures armées du Monde et retrouve l’ excellence technologique qu’ elle n’ aurait jamais dû laisser en cours de route …..
            .
            Ceci illustrera mon propos mieux que cent longs discours ….
            https://www.youtube.com/watch?v=CQfO8yYi9Lk

          • ScopeWizard dit :

            « retrouve l’ excellence technologique qu’ IL n’ aurait jamais dû laisser en cours de route ….. »
            .

      • Gégétto dit :

        Nico,
        Merci pour ces explications et merci à Mitsubishi Electric Corporation….

        • Nico St-Jean dit :

          @ Gégétto

          C’est Raytheon et le Pentagone qui ont tout donner au Japon qui à ensuite sélectionner Mitsubishi. Qui plus est, le J/APG-1 fut le premier AESA embarqué sur avion de chasse certes, mais par choix. Raytheon et l’USAF avaient convenu de prendre leur temps pour maximiser les performances. Résultat : 4 ans après le J/APG-1, l’APG-63 (V) 2 apparaît avec plus de 40 % de puissances supplémentaires vis à vis du radar japonais. La patience paie quelques fois 😉 Mais si l’ont veut être bien honnête, dison que Mitsubishi et Raytheon sont les 2 pionniers de l’AESA sur chasseur.

  3. tschok dit :

    80 km? Donc trans-horizon?

    • jyb dit :

      Ça dépend de la hauteur du radar.donc à priori non.

      • tschok dit :

        Je pensais plutôt à un phénomène de ce genre:https://fr.wikipedia.org/wiki/Horizon-radar
        .
        Sinon, la formule par rapport à la hauteur du mât intégré c’est ça:https://fr.wikipedia.org/wiki/Horizon_(physique)#Navigation
        .
        80 km de portée en mode surface/surface, ça veut dire qu’on peut tirer un missile sur un navire sans avoir à lui transmettre une DO de rafraichissement par un drone ou un hélico, jusqu’à 80 km de distance (genre un Exocet MM40 block 2) et plus (la portée efficace du radar actif du missile).

        • jyb dit :

          @tschok
          merci. clair qu’avec @nico saint jean et wikipedia ma brochure de radôme furuno est du niveau cm2…

        • Gégétto dit :

          Les Américains n ‘ont ils pas fait des recherches pour pallier à cet inconvénient?
          Je pense au programme HAARP?

      • tschok dit :

        @Miaou et Wagdoox,
        .
        Je vous suis bien, mais je pensais à un phénomène plus banal et j’ai trouvé le doc qui, je pense, donne la réponse (Cf com à jyb).
        .
        En fait, je crois qu’on parle de réfraction atmosphérique dans le cas d’un radar normal, dont l’horizon radar dépasse l’horizon optique de quelques dizaines de km.
        .
        Pour un radar spécifiquement trans-horizon, on parle plus volontiers de réflexion atmosphérique.

    • Miaou dit :

      500Km même. Donc oui carrément trans-horizon, du moins dans les bandes qui permettent la réflexion sur la ionosphère.
      Ce qui est étonnant car l’article parle surtout d’amélioration dans le numérique (bigdata et co.) alors que pour faire une bonne détection en trans-horizon sur un petit (moins de 100m de large) radar, il faut des progrès important en cristallographie. Gère étonnant que l’entreprise chargé de la fabrication soit en Essonne non loin du CEA qui bosse le sujet.

    • wagdoox dit :

      pas du tout, c’est juste la courbure terrestre qui réduit la porté surface surface.
      un trans horizon peut voir très loin mais pas du tout de près. la surface couverte ressemble à un donuts.

  4. Motinio1 dit :

    Le tout numérique à ses avantages mais également des vrais inconvénients (piratages, brouillages,..), j’espère qu’ils prévoient aussi des Backup non numérique,au cas où

  5. Fralipolipi dit :

    Vraiment dommage que nous n’ayons pas prévu de rallonger la série des Fremm avec un tel radar … ni même de pouvoir en équiper nos Fremm #7 et #8 censées avoir des moyens de DA renforcés.
    .
    Avec une Fremm dotée de 16 MDCn + 16 Aster 30 + 16 VL-Mica (mitoyens au hangar hélico)
    et équipée de ce Sea-Fire,
    il y aurait vraiment moyen de disposer d’une frégate endurante hyper polyvalente en même temps qu’hyper-performante (tant pour la DA que pour l’ASM) = un quasi Croiseur, à moindre frais.
    .
    Idéal pour les missions lointaines en parfaite autonomie.
    .
    En revanche, un tel radar au sommet d’une FTI sous-armée (car si faiblement dotée en silos verticaux), cela parait un peu dommage (presque déséquilibré).
    C’est Ok si la FTI est en opération associée à une Forbin (et ses 32 Aster 30) … mais des classe Forbin, nous n’en avons que deux …

  6. wagdoox dit :

    Donc il servira aussi de brouilleur. Pourquoi ne pas avoir étendu les fréquences comme c’est prévu sur le radar du rafale. Ca va etre utile à l’avenir. Sans parler du GaN ou d’attaque electro.

  7. Albatros24 dit :

    Ce radar peut il être installé sur les autres corvettes frégates BPC de la Royale ?

  8. Anthonyl dit :

    Que c’est moche cette nouvelle mode des navires à étrave inversée… malgré les avantages je m’y ferais jamais !

  9. Nico St-Jean dit :

    L’annonce du début de production du Sea Fire de Thales est une excellente nouvelle pour la France car Thales vient ainsi de mettre son gros pied assez loin devant tout les autres joueurs européen en matière de télécom militaire. Avec ce radar, la France se place donc 2e juste derrière les USA comme leader de l’application navale des radars aux semi-conducteurs Nitrure de Gallium dans le monde. Suivis de près par le Japon, Israël, le UK et la Chine un peut à la traîne pour le moment (en tout cas au niveau publique)
    .
    Cela coïncide avec le lancement de la production des premier Arleigh Burke Flight III qui sera lui aussi équipé d’un quad face’s au GaN, le SPY-6 mais très différent en taille, en puissance et en procédé du SF-500. Je vais ainsi comparer les 2 radars car il seront de toutes façons de plus en plus comparer dans un futur proche.
    .
    Les 2 radars utilisent le GaN qui peut augmenté jusqu’à 5 fois la puissance versus le GaS. Seulement le SF-500 est conçu d’une façon classique, c’est-à-dire une faces avec un nombre X de module. Le SPY-6 est conçu différemment. Raytheon procède de façon modulaire en juxtaposant des blocs radars ensembles appeler RMA formant ainsi l’une des 4 énormes faces. Il y à 37 RMA par faces radars et 144 TRM (t/r module) par RMA. Le nombre totale de TRM par faces est de 5328 GaN contre 4352 GaS pour le SPY-1. Voici un PDF très simple pour expliquer le tout : https://pdfs.semanticscholar.org/presentation/ce49/9c985cefe5c8f0af72857d6a268a091d20a3.pdf
    .
    L’avantage de cette façon de faire est un gain majeur en MCO en comparaison avec une façon de faire plus « classique » comme Thales avec son SF-500.
    .
    S’il faut faire une comparaison, je dois rappeler que ses radars ne sont ni de même taille, ni conçu pour le même type de navire. Le SF-500 est un peu plus simple, plus abordable, certainement moins énergivore et conçu pour des navires beaucoup plus petit que ne l’est le SPY-6 (et probablement avec un budget moindre) Ceci dit, je peux commencer la comparaison.
    .
    Le SF-500 est issu de 4 ans de recherche en amont, le SPY-6, 10 ans.
    .
    Le SPY-6 est beaucoup plus gros et puissant, mais conçu pour un Burke, pas pour une FTI 2 fois moins lourde.
    .
    Un avantage indéniable du SPY-6 est qu’il est un Dual Band. Donc ledit radar possède ses 4 immenses panneaux fixes à bande S plus 4 autres radars à panneaux fixes à bande X. La bande S est plus puissante, la bande est plus précise. Mais le réel avantage face au SF-500 est que 2 type de bande est beaucoup plus difficile à brouiller qu’une seule. La bande S joue entre 2 et 4 GHz, la bande X est beaucoup mieux adapter puisqu’elle joue entre 8 et 12 GHz (plus de fréquences à obstruer)
    .
    Spy-6 vs SF 500 :
    .
    Avantage :
    – plus puissant/portée supérieure
    – encore plus résistant au brouillage en raison des 2 types de bandes.
    – précédé de conception favorisant une MCO plus légère.
    .
    Désavantage :
    – Plus coûteux
    – plus énergivore
    – plus de R&D
    .
    En soit, il ne s’agit en aucun cas d’une analyse partisane car je suis le premier à dire que je compare une pomme avec une orange. La comparaison est faite uniquement parce que ce sont pour l’instant les 2 projet au GaN navals les plus avancés en Occident et Thales m’épate franchement d’années en années. Belle entreprise française en pleine croissance et polyvalente dans son domaine, certainement une entreprise de choix pour les jeunes universitaires français.
    .
    Pour continuer avec le SPY-6, voici quelques faits pour illustrer à quel point ce système radar est avancé dans son genre.
    .
    Le radar à déjà réussi plusieurs tests de localisation/verrouillage de missiles balistiques à tirs réels : https://www.defensenews.com/digital-show-dailies/sas/2017/03/31/raytheon-radar-executes-first-ballistic-missile-test/
    .
    Très évolutif, d’ailleurs Raytheon le désigne comme SPY-6 (V) parce que des évolutions son déjà prévu (expl : V1, V2, V3 etc)
    .
    30 fois plus sensible que le SPY-1D
    .
    Faisceaux extrêmement agile, conçu avec des capacités LPI dès le départ.
    .
    Durée moyenne entre les défaillances démontrer en usine : 100 millions d’heures […]
    .
    Il faut seulement 2 outils et 6 minutes pour remplacer les modules dans un RMA
    .
    https://www.raytheon.com/capabilities/products/amdr
    .
    Le SPY-6 possède 70 % moins de pièces remplaçable uniquement en usine versus le SPY-1D actuel (donc 70% plus de pièces remplaçable sur place, à quai)
    .
    Les modules au GaN sont 34 % moins cher que ceux au GaS.
    .
    https://www.raytheon.com/news/feature/7_facts_about_amdr
    .
    Le SPY-1D peut déjà suivre 800 cibles simultanément (200 par écrans x 4) et selon Raytheon, le SPY-6 peut en suivre exponentiellement plus.

    • Nico St-Jean dit :

      Correction : la Banda S est plus puissante, la Bande **X** est plus précise.

    • tschok dit :

      @ Nico St jean,
      .
      Je ne veut pas vous assaillir de questions naïves dont le caractère évidemment profane ne peut qu’agacer le spécialiste que vous êtes mais si, entre deux tirs sur un caribou en vadrouille dans la pampa canadienne avec vos deux fusils de chasse, vous pouviez me renseigner sur un point, mes descendants et moi-même vous seraient éternellement reconnaissant:
      .
      Quand Laurent Lagneau parle d’un « radar logiciel », ça veut dire quoi? A part construire dès à présent un client captif des prochaines mises à jour?
      .
      Là, vous parlez composants électroniques, et même composition chimique des composants. Mais le logiciel qui va derrière, ifèkoi?

    • Fralipolipi dit :

      Merci Nico pour cette comparaison entre ces 2 systèmes … d’avenir.
      Forcément, pour la précision de la détection et pour la résistance au brouillage, être en Dual-Band est un plus.
      Néanmoins, en plus de ces antennes GaN, et de tout ce qu’elles peuvent apporter, la partie avale (purement software) n’est pas moins importante.
      Et j’ai la faiblesse de croire que, sur cette partie logicielle, les ingénieurs de Thalès sont très loin d’être maladroits, ce qui permettra peut-être de compenser certains écarts (pas tous, ni en totalité) avec la future star SPY-6 😉

    • jyb dit :

      @nico saint jean
      merci pour vos 2 com.
      savez vous si raymarine est une filiale de Raytheon ?

    • J.Charles dit :

      Hyper intéressant Nico, merci pour les deux posts.

      Je vais souvent en Russie ou tout le monde se gargarise de la puissance de l’Irbis PESA qui est embarqué sur les Su-30-35, (400km portée annoncée sur RCS airliner V/S 200km annoncé pour le RBE2-AESA). On peut se poser la question de la pertinence d’une telle portée pour un avion n’evoluant pas en réseau sans des missiles ayant la NEZ nécessaire comme le Meteor, mais la performance est remarquable.

      Est ce que leur technologie est vraiment a la hauteur de ce qu’ils annoncent? Il me semble que leur efficacité en situation réelle devrait etre bien moindre, ne serait-ce que de par le bruit supplémentaire sur le signal des PESA…

      • Fabien dit :

        @ J.Charles
        La portée de 400 km des gros radars russes se vérifie contre des « grosses cibles »: ce n’est que le double du « petit » RBE2 Aesa.
        Une telle puissance d’émission se voit comme un phare sur les détecteurs radio, ce qui exige une gestion du temps d’émission parcimonieuse…
        En revanche, les missiles Russes sont excellents: de gros avions emportent de gros missiles qui peuvent aller loin et péter fort.
        Ce qui est une bonne méthode pour détruire les chevilles ouvrière des forces aériennes modernes: les AWACS et les ravitailleurs.
        .

    • Gégétto dit :

      Merci pour ces précisions.

  10. vrai_chasseur dit :

    FREMM FTI … où comment les errements budgétaires coûtent extrêmement cher
    cf
    http://www.ifrap.org/etat-et-collectivites/limmense-gachis-des-fregates-francaises

  11. Poorfendheure dit :

    Ces radars peuvent-ils partager leur couverture à plusieurs pour augmenter leur champs de vision ?

    • Nico St-Jean dit :

      @ Poorfendheure

      Les radars, oui. Mais ce sont le centre de traitement des données et la bande passante qui vont déterminer si oui ou non, les FTI pourront le faire entre eux comme les Burke modernisés et/ou de dernière génération.

    • Fabien dit :

      Normalement, car la Liaison 16 sert aussi à cela…

  12. Carin dit :

    J’y comprenais rien en matière de radar, maintenant ça va « un peu » mieux.. pas de quoi soutenir une thèse mais mieux…,merci à tous.

  13. Poorfendheure dit :

    Nico St-Jean, Fabien : merci pour votre réponse