Un avion F-35B des Marines a volé avec une pièce de rechange fabriquée par impression 3D

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

47 contributions

  1. Wrecker 47 dit :

    Dans l’Armée Française les » Mac Gyver de la démerde « font ce genre de chose depuis longtemps ….Du bricolage ,mais çà vole aussi!

    • Léonard dit :

      Ah bon ?

      Saviez-vous que les ailes, que les ailerons et d’autres pièces imprimées en 3D sont de séries sur F-35 ?

      Made in Israël

      • Lejys dit :

        Les ailes imprimées en 3D de série…. Fichtre, vraiment balaise cet avion. Et décidément ils sont tres fort chez LM, vendre aussi cher un avion dons les ailes sont justes construites en 3D!

    • Patatra dit :

      Quel nom cela porte déjà : J’ai en tête « réparation de dommage de combat ».
      Plus jeune, j’avais vu un reportage sur une « unité » de l’armée de l’air qui bossait spécifiquement sur ce genre de réparations de fortune dans le but de refaire voler les avions. J’ai en mémoire une plaque rivetée pour réparer un bord d’attaque de mirage.

      Quelqu’un aurait de l’info sur le sujet ?

      • Jessy dit :

        Oui ou refaire des verrières d’avion de chasse, des structures complètes mais également des s réparations dans les domaines des SIC…

        Renommé RDC réparation dommage de circonstances. (Ce genre de réparation n’étant pas/plus exercé uniquement pour les zones de combat).

        Il me semble que les experts RDC se trouvent a Châteaudun.

        Pour mémoires des pièces imprimées en 3d sont proposé et réalisé par cette équipe notamment pour des pièces qui ne serait plus fabriquées (comme les sondes pitot d’alphabet)

    • JP dit :

      C’est un peu de la mauvaise foi… On parle de réparation dans les règles de l’art et pas de bricolage.
      Certes savoir résoudre des problèmes avec presque rien à disposition, c’est une nécessité au combat, ça ne fait aucun doute.
      Mais pouvoir utiliser une pièce parfaitement adaptée au besoin, dont la durabilité ne sera pas un problème durant la mission, et qui aura été réalisée sans trop de travail humain qui peut se concentrer sur autre chose, c’est un changement qui vaut le coup…
      Et c’est le cas dans le civil aussi… Plutôt que d’avoir un stock gigantissime de pièces de rechange dont 1/3 ne seront peut-être jamais utilisées, l’impression 3D est un grand changement

  2. fabien dit :

    Il est indispensable que les éléments du SCAF puissent fonctionner avec des pièces d’usure fabricables à volonté: au plus près du front, la fabrication additive permet de grosses économies d’infrastructure surtout que pour les panneaux extérieurs, les applications (tant civiles que militaires) permettent des économies de poids conséquents, avec de meilleures liaisons caisses/panneau (la caisse servant de structure, comme un coffre de voiture où la carrosserie est soudée ou agrafé sur la structure). Mais les tests réalisé chez Airbus demande encore des opérations de fraisage numérique…
    Dans le futur, il serait même possible de fabriquer des munitions à la demande sur des charges polyvalentes…
    Ce serait là une rupture technologique de premier ordre. MAis bien sûr, il faudra que les industriels veillent au grain pour ne pas se faire piller par les armées ^^.

  3. Grosminet dit :

    Donc….

    LM vend un ensemble COMPLET quand une simple pièce,visiblement démontable de cet ensemble,suffirait (tout en étant moins chère au passage) ….

    C’est ÇA la solution miracle de LM pour faire bosser les coûts de MCO?
    En France,on appele cet acte « vente forcée » (au minimum) et c’est considéré comme de l’escroquerie. …

    On dit des garagistes qu’ils sont des arnaqueurs,mais visiblement ils ont trouvé un maître de TRÈS haut niveau

    • MD dit :

      Eh bien oui, l’amortisseur du train d’atterrissage d’un avion furtif doit être quelque chose de si particulier qu’il lui faut bien une trappe spéciale le cacher et pour ne pas faire détecter l’avion. En tout cas, c’est que les ingénieurs de LM pourront toujours raconter sans rire à leurs clients.

  4. PK dit :

    Voilà, tout est dit : le F35 est officiellement une maquette…
    .
    Ça fait cher le bout de plastique mais quand on aime 🙂

  5. iGH dit :

    Reste à connaître la réponse de Lockheed – Martin ….

  6. Carin dit :

    LM ne va pas tarder à traîner ce corps de marines devant les tribunaux!!!
    Avec un peu plus d’attention sur l’article de Laurent lagneau, celui-ci nous informe que pour un amortisseur de trappe, il faut changer la trappe!!! c’est comme si pour nos voiture il fallait changer le hayon arrière pour un amortisseur de coffre défectueux!!! Messieurs les acheteurs européens attendez-vous à de sacrés frais d’entretient.. du coup je ne serais pas surpris si LM annonçait qu’il faille changer un train d’atterrissage parce qu’on a crevé un pneu!!!

  7. Obelix38 dit :

    « Normalement, il aurait fallu au CLB 31 commander non pas la seule pièce défectueuse mais une nouvelle trappe de train d’atterrissage, ce qui aurait été à la fois long et coûteux. »
    OMFG ! LM reproduit le juteux marché de la pièce de rechange automobile, où ne sont majoritairement disponibles que des sous-ensembles relativement onéreux, mais rarement les pièces les plus fragiles disponibles seules !

    • Nico St-Jean dit :

      Et vous Pensez que Dassault, Boeing, BAE et Airbus ne font pas la même chose ? 😉 …

      • Carin dit :

        À nico st jean
        Boeing c’est sûr qu’ils font pareil.. BAE peuvent s’y mettre Brexit obligé… mais Airbus et Dassault, comme un autre contributeur l’a dit, en France et même en Europe ce genre de pratique est interdit par la Loi et est classée dans le cadre de l’escroquerie! C’est de la vente forcée!!!

        • Nico St-Jean dit :

          @ Carin

          Lol, trouvez moi cette loi qui interdit ce genre de procédure en aéronautique et plus particulièrement, en aéronautique de la défense 🙂 Ce n’est pas le marché de l’automobile qui est mentionné ici.

          • Sans Importance dit :

            Même dans l’automobile.

            Rien n’oblige un industriel à détaillé ses kits de rechange.

            Exemple : les rétroviseurs de ma Yaris sont vendus sous forme de kits pré-montés. Personnellement, j’aurai aimé acheter seulement le berceau en plastique. Cela n’est pas possible et n’a absolument rien d’illégal.

          • Affreux Jojo dit :

            Je ne pense pas que nos avionneurs aillent aussi loin dans le concept. Même si j’entends beaucoup d echoses contradictoires au sujet de Dassault. Je pense néanmoins que la rationalité des pièces est poussée à l’extrême car … On n’a pas de sous ! Et ça vous pousse à être créatif !

            Maintenant, l’origine des pièces certifiées et garanties, en aéronautique, partout dans le monde, ou du moins, en Occident, à mon avis, ça rigole pas…

    • Céphée dit :

      En fait, c’est le marché de la pièce automobile qui reproduit celui des pièces aéronautique.

    • grosminet dit :

      le marché de la pièce de rechange:

      A partir du moment ou l’on a la reference de la piece,on peut commander la piece seule et non un ensemble pré-monté (et je ne parle pas forcément d’un moteur,une boite,ou autre gros element…ca peut aller aussi a la commande de boite,etc….) chez le constructeur (et encore: en france,le delai legal d’obligation de fourniture est de 10 ans APRES la fin de commercialisation du modele…ce qui explique que chez les marques francaises,on peut difficilement obtenir certaines pieces,alors que les marques allemandes haut de gamme peuvent fournir celles d’un modele ayant 50 ans)

      ensuite il y’a les revendeurs (AD,oscaro,etc) qui eux fournissent des pieces « generiques » (puisque l’emballage n’etant pas de la marque constructeur) MAIS ayant STRICTEMENT (enfin,pour des fournisseurs tels valeo,elring,ferodo,snr ou skf….) les memes standards que la piece « constructeur » (puisque ces marques fournissent le constructeur qui l’integre dans la fabrication)

      donc non,les « sous-ensembles » ne sont pas majoritaires dans les pieces detachees constructeur (par exemple,une pompe a essence immergee de laguna 2 est un sous ensemble complet fourni par bosch,dont on peut commander juste certains elements telle la pompe ,ou le levier de jauge)

      quand aux pieces plus fragiles (les clips en plastique qui servent a maintenir joints,caches plastiques etc) sont disponibles aussi,et,selon le constructeur,a l’unite ou par lot (bien que l’on puisse avantageusement aussi s’approvisionner directement aupres du fournisseur)

  8. Thomas dit :

    Solution intéressante si elle reste ponctuelle sous forme de dépannage et ne concerne pas d’éléments liés à la sécurité d’utilisation du vehicule ou de l’appareil.
    Car en cas de problème l’industriel ne pourrait pas être mis en cause.
    On peut imaginer que l’industriel valide lui même le process ce qui signifierait une double qualification du produit d’irigine et de son ersatz entraînant une augmentation des coûts et des temps de développement.
    D’une part je vois mal les industriels se laisser facilement amputer d’une partie de la MCO qui constitue une part extrêmement importante de leur revenue.
    D’autre part sans la participation des industriels cela semble juridiquement impossible à mettre en place.
    Enfin si les industriels ne jouent pas le jeu

    • Un mécano helico dit :

      Bonjour
      Sans parler de coup, je vois mal cette méthode pourtant excellent pour la dispo des pièces,être utilisé en France.
      En effet ces éléments ne pourrons être certifié EASA/FRA form1 car l’ensemble de la chaîne doit l’être.
      Une excellente application qu’il faudrait développer et adapter la législation (européenne dans le cas EASA et étatique FRA).
      Verrons nous bientôt de meilleurs dispo des machines qui ne seront plus « rouge » à cause d’une pièce facile à imprimer.

    • lym dit :

      Je pense que les industriels n’auront pas le choix face à des utilisateurs ayant des missions d’intérêt national à vital a remplir. Ce sont eux qui sont d’ailleurs les mieux placés pour fournir les modèles de pièces susceptibles d’être produits par ce type de procédé (et avec les modifications/renforts éventuels, ou limitations/cycles d’usage, pour en assurer la fiabilité tenant compte du mode de production « artisanal ») et tant que la production d’une telle pièce sur le terrain ne sert que sous dérogation le temps de recevoir la rechange, ils ne sont pas lésés.
      Ne pas prendre en compte l’impression 3D, c’est prendre le risque que les utilisateurs ne fassent des copies conformes des pièces eux-mêmes. Pour les conséquences de propriété intellectuelle, il est toujours malvenu de se mettre à dos des clients qui vous font vivre grassement… alors ça finirait par l’industriel qui prends ses pertes sur les pièces et l’état client les siennes en cas d’accident: Comme quand les irakiens avaient utilisé des copies de réservoirs externes sur les F1, dont au moins un s’était ouvert causant la perte d’un appareil, car ceux de Dassault étaient trop chers! Lire les derniers « Fana » sur la guerre des pétroliers.

      • tschok dit :

        « Pour les conséquences de propriété intellectuelle, il est toujours malvenu de se mettre à dos des clients qui vous font vivre grassement… »
        .
        Ben justement, on disait naguère que le MCO d’un armement sur sa durée de vie, c’est une à deux fois son prix d’acquisition. Aujourd’hui, c’est très certainement plus.
        .
        Vous voyez un industriel renoncer à la moitié, voire aux deux tiers de son chiffre d’affaires sur un programme d’armement, même avec son client chéri? Bon, là, que LM accepte que le lieutenant colonel Rusnok fasse imprimer un petit machin en attendant qu’on passe commande de la pièce de rechange qui coûte la peau d’un bras, c’est une chose. Que LM accepte que la fourniture des pièces de rechange standard devienne « home made » à titre habituel en est une autre.
        .
        A mon avis, le distinguo, il est là: du provisoire, oui, et à la condition qu’il y ait une commande de la pièce de rechange derrière. Tout le reste, non.

    • miaou dit :

      Effectivement, nous pouvons nous demander si les contrôles de sécurités et de qualités sont réalisés pour les pièces imprimé ‘sur le front’; un vol d’essais me semble très léger pour valider un processus de qualité.

  9. Nike dit :

    C’est une façon comme une autre pour mettre la pression à LM et leur dire que les délais et les coûts sur le SAV doivent être réduits. Sinon le business du SAV va en prendre un coup…
    Ce serait pas mal que l’AA fasse pareil avec Airbus hélicoptère. Peut être que la disponibilité des hélicoptères remonterait en flèche.

  10. Sans Importance dit :

    Sans licence de LM, c’est ce qu’on appelle de la contrefaçon. A moins que le design de la pièce ne soit pas protégé, ce dont je doute très grandement.

    Bref, cela est complètement illégal.

    • Nico St-Jean dit :

      @ Sans Importance

      Tout à fait mais je pense que l’USMC protège le fournisseur de la pièce 3D et prend la responsabilité de la « transaction ». Donc si Lockheed veut poursuivre, ce sera contre l’USMC et là, diverses clauses de sécurité nationale entreraient en jeux etc etc. Au final, je pense que tout cela vas se régler à l’amiable et que Lockheed va gagné un nouveau fournisseur qui doit déjà avoir les bonnes grâces de l’USMC pour son petit sauvetage. C’est ce qu’on appel du « win win win » en aéronautique.

  11. Lagaffe dit :

    « Toutefois, il n’y coupera pas étant donné que la réparation faite avec un composant obtenu par impression 3D ne peut être que provisoire. »
    L’impression 3D permet un remplacement d’urgence, c’est pratique mais c’est un coût supplémentaire puisque de toute façon on doit ensuite passer par LM pour une pièce conforme,ça augmente donc encore les coûts car le vrai problème est le manque de pièces disponibles en stock immédiatement au plus près des zones de déploiement.

  12. Georges dit :

    « une banque de données permettra aux différentes unités de télécharger les modèles (ou gabarits) de pièce dont elles pourraient avoir besoin »…
    Euh…
    Il se passera quoi quand la banque de données aura été piratée?

  13. pierrech dit :

    Les écuries de F1 le font depuis longtemps et l’industrie spatiale s’y est mise depuis 1-2 ans également, avec des éléments critiques (supports de satellites) déjà lancés avec succès.
    Dans ce cas-ci, il est clair que LM devra(it) valider le processus et la fabrication. Sans même parler du problème des royalties, ils devront trouver un moyen d’assurer un contrôle qualité. Sinon, il va bientôt pleuvoir des F-35 imprimés avec l’imprimante à USD 399 de chez Walmart vite commandée online.

  14. Alpha dit :

    Puisque nous parlons de maintenance, de MCO et de réparation des F-35, un petit article sur le déploiement de F-35 au Japon, présents sur place depuis janvier 2017. Il semble que leur mise en oeuvre ne soit pas de tout repos, et que les maladies de jeunesse que connait cet appareil depuis de nombreuses années, se transforment en maladies chroniques !!! …
    http://psk.blog.24heures.ch/archive/2018/04/28/problemes-a-repetition-pour-le-premier-deploiement-du-f-35-865576.html

    • Albatros24 dit :

      Je retiens que « si les Marines très respectueux de la hiérarchie commencent à critiquer le F35…c est que c est de la daube. »
      Attendons la fin des erreurs de jeunesse de cet engin…cela risque de durer.

  15. Fafou dit :

    On pourrait simplement imaginer, avant de crier au scandale ou de se laisser aller à la moquerie, de reproduire la pièce avec une imprimante 3D, commander la pièce d’origine et voler avec cette pièce imprimée Sans la garantie du constructeur jusqu’à ce que la pièce d’origine soit livrée et installée.
    C’est déjà comme cela pour l’automobile, votre garantie de2, 5 ou 7 ans n’est valable que si vous entretenez votre véhicule dans le réseau officiel.

    • grosminet dit :

      @ Fafou:
      citation: « C’est déjà comme cela pour l’automobile, votre garantie de2, 5 ou 7 ans n’est valable que si vous entretenez votre véhicule dans le réseau officiel. »

      Faux et archi-fau mon cher 😉

      les regles francaises ET europeenes IMPOSENT aux constructeurs la validite de leur garantie « commerciale » (en plus de la garantie legale contre les vices caches) MEME quand on fait entretenir sa voiture hors reseau,a partir du moment ou l’entretien est fait par un professionnel de l’automobile (avec une facture,donc…..car ca marche pas si je le fais moi meme,bien qu’etant mecano)

      • Fafou dit :

        Travaillant dans le commerce, je peux vous assurer que les marques d’electromenagés refusent la garantie si le produit n’esT pas suivis dans le réseau officiel qui est de 2 ans, au delà, c’est une prolongation de garantie. A noter aussi que les pièces de remplacement ont une garantie ue de 2 mois et pas de 2 ans.

        • Grosminet dit :

          Électro ménager je ne maîtrise pas. …mais l’automobile si (mécano,carrossier,puis patron d’un atelier de carrosserie mécanique. …et je peux vous assurer avoir remporté CHAQUE conflit avec une marque allemande reine de la mauvaise foi sur ces sujets la…dont 3 au de la de la garantie commerciale. …)

        • PK dit :

          @ Fafou
          .
          Ce n’est pas parce que c’est l’usage que c’est légal.
          .
          J’attends qu’une association de consommateurs y mettent son nom et cela filera (plus) droit.

  16. themistocles dit :

    J`ai en memoire un ATL1 qui à pu repartir d`un terrain paumé au milieu de rien à l`aide d`un collier de serrage, recupéré sur une épave de 4L Renault…..

    • Nico St-Jean dit :

      Bin là ça vas loin quand même !

      • Grosminet dit :

        Ben le jour où votre courroie d’alternateur rendra l’âme,pensez à prendre les collants (bas nylon) pour en faire une de fortune 😉

      • themistocles dit :

        En tout cas, suffisamment pour décoller et rentrer…

  17. xi dit :

    La pièce manquante était un porte canette de soda pour info 😉
    Un problème en moins , plus que 289

  18. MD dit :

    Vu le prix des F-35 B, cela vaudrait peut-être le coup que le Marine Corps essaye d’en construire au moins tout un exemplaire en 3D.
    Après tout, il existe des pays qui ne se gênent pas trop pour faire de l’ingénierie inverse , et qui seraient bien désireux d’avoir au moins un exemplaire de F-35 sous la main.
    Alors, si LM se fâchait contre les Marines et les assignait en justice , ces derniers pourraient plaider qu’ils n’ont agi ainsi que dans le plus strict intérêt de la défense américaine.

  19. greg dit :

    “n’est pas une option”·
    Ces anglicismes copiés-collés directement de l’anglais et qui ne veulent strictemement rien dire en français sont ridicules, n’en jetez-plus! L’indigestion guette! pitié arrêtez de nous en gaver! On parle ici de défense, et la première défense d’un pays, c’est sa culture!

    • Laurent Lagneau dit :

      @ greg,

      Le moment venu, j’en parlerais avec Marcel Proust ou Corneille si le premier n’est pas disponible. Promis.

  20. Jessy dit :

    Si cette réparation de fortune permet a l’avion de repartir dans son pays pour être réparé convenablement, c’est très bien.

    Maintenant si il s’agit de définir l’impression 3d comme chaine de réparation DEFINITIVE.. C’est une autre histoire