Le ministère des Armées confirme que le futur drone MALE européen pourra être armé

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

54 contributions

  1. Candide dit :

    Le point faible de ce drone semble être ses deux moteurs qui vont accroitre le cout de la maintenance.
    Par contre, est-ce que ca ne peut pas lui permettre d’arriver plus vite sur sa zone d’opération ?
    Est-il possible, une fois sur zone, de le faire « tourner » sur un seul moteur, pour économiser du potentiel, carburant ?

    • Sylvain PASSEMAR dit :

      Ce n’est jamais super de faire cela, tu as une poussé non symétrique, et ton hélice génère une traînée parasite, en plus vue la position tu vas souffler sur la gouverne de profondeur et la gouverne de direction plus d’un côté que de l’autre, donc tu vas jouer du compensateur, bof bof. Un bi turbo cela peut être économique et cela permet plus de chose et de sécurité qu’un mono turbo prop.

    • wagdoox dit :

      non, non et non. Le fait d’avoir deux moteurs permets plus de sécurité et de réduire la cadence moteur sur les deux moteurs donc de gagner en autonomie et donc en carburant.

      • Szut dit :

        Candide a parfaitement raison:
        Deux réacteurs = deux fois plus de pannes et deux fois plus d’entretien. Et aussi plus cher à l’achat et la perte de l’avion sera aussi plus couteuse.
        Si un des réacteurs tombe en panne violement, il est probable que le second soit atteint à son tour par le premier surtout si les deux sont l’un à coté de l’autre. Nous ne sommes pas dans un biréacteur passager. Deux réacteurs ne signifient absolument pas deux fois plus sur.
        .
        Et même en admettant votre arithmétique primitive, à partir de quant faut-il mettre un second réacteur pour soi disant mieux mieux assurer la survie du pilote ? Si ca augmente ses chances de survie de 10% ? Probablement. Mais qu’en est-il si ca augmente ses chances de survie de 0.05%. Je sais que la vie humaine n’a pas de prix, mais la vous aller vous heurter à des problèmes de budget.
        .
        La guerre n’a pas pour but d’utiliser systématiquement le jouet le plus cher. Dans certaines circonstances le F-22 se justifie. Mais avec deux F-22 on peut probablement acheter 3 voire quatre F-35 et ca c’est loin d’être négligeable.
        .
        Au lieu d’investir dans un biréacteur pour mieux garantir la survie du pilote, il est beaucoup plus malin de se préoccuper de furtivité. Ca au moins ca augmentera sensiblement ses chances de survie.
        .
        Maintenant si les avantages d’un avion très performants sont le but, deux réacteurs se justifient en effet.

        • wagdoox dit :

          Juste dans 90% des cas, le problèmes vient du moteur.
          Un biréacteur n’est pas forcement plus cher, comparez le M88 avec le F135.
          Mais bien sur la furtivité en cas de guerre, contre un autre réacteur en cas de vol, c’est à dire presque quotidiennement allons bon.
          La plus part des avions militaires depuis 1990 sont bi réacteur, F22, F18, EF, RAF, MIG29K, MIG35, SU30M, SU35, SU57, J20… mais vous devez avoir raison et les autres tord.

        • Alpha dit :

          @Szut
          Oui, Candide a raison, sauf qu’il ne parle parle pas de réacteurs …
          Et que ce drone MALE européen sera équipé de turbopropulseurs …
          Mais c’est pas grave !
          Ah, au fait, sur votre hors sujet, juste deux mots pour contrer vos deux premiers paragraphes et montrer que vous êtes dans l’erreur : A-10 Warthog ! … 😉

      • Nico St-Jean dit :

        @ wagdoox

        Concernant la sécurité, ce n’est pas vraiment valable sur les drones MALE (seulement 6 accident de Reaper sur plus d’un millions d’heures de vols) et même relatif sur les avions de chasses (le F-16 possède un meilleur taux d’accident par 100 000 heures de vols que le F-15, toutes versions confondu)
        .
        De fait, au moins 2 accidents de Reaper sur 6 ne mettent pas le moteur en cause. Comprenez moi bien, 2 moteurs valent mieux qu’un pour la sécurité mais dans le cas des MALE cela ne changera pas grand chose et je doute (à cause des chiffres du Reaper) que le choix d’une double motorisation soit lié à la sécurité du RPAS.
        .
        « et de réduire la cadence moteur sur les deux moteurs donc de gagner en autonomie et donc en carburant. »
        .
        Cela n’à rien à voir avec le fait d’avoir 1 ou 2 moteurs, mais bien avec le rapport poussée/poids. Si l’appareil à un bon rapport poussée/poids, le ou les moteurs ne demanderont pas beaucoup de puissance pour atteindre la vitesse de croisière souhaité.
        .
        Le cas du F-35 est l’exemple parfait. L’appareil n’est pas lourd à 13 tonnes et possède un monstre de moteur. Son rapport poussée/poids est d’ailleurs environ à 1 avec le plein de carburant ce qui permet au pilote de ne pas avoir à pousser ça manette à gaz trop loin pour être en haut-subsonique = économie de carburant. Si vous mettez 2 moteurs de faibles puissances (disons le M-88) sur un F-15E de 14, 3 tonnes, le pilote devra être proche de la PC pour atteindre la même vitesse donc cela ne change rien que ce soit à un ou deux moteurs.
        .
        Un autre facteur déterminant : La Traînée (ou l’Aérodynamisme) = résistance à l’air. Même si vous êtes léger comme une plume et que votre rapport poussée/poids n’est pas très affecté par la charge, disons air air -6 AIM-120D/Météor en externe, vous n’êtes pas lourd du tout, mais vos 6 missiles en externes créeront une forte traînée, ce qui demandera plus de puissance pour atteindre la vitesse souhaite = forte consommation de carburant.
        .
        À cela vous pouvez ajouter l’Altitude, ou encore la différence de la technologie moteur (un F-135 est beaucoup plus économique à puissance égale qu’un F-100-PW-229 par exemple)

        • wagdoox dit :

          Je suis d’accord sur le peu de chance que ca arrive mais dans la perspective allemande, on se fout de perdre le drone, c’est les gens qu’il y a en dessous le problème, puisqu’il sera presque exclusivement en usage au dessus du territoire national allemand. Tout les avions pilotés ou non allemand sont bi depuis le F104.
          Non un biréacteur est toujours moins gourmand, parce qu’il n’a pas besoin de monter dans les tours. ou alors il faut un très gros moteur. Sur le F35 la puissance du réacteur est surtout là pour contrer les défauts d’aérodynamisme sinon le F35 ne sera pas limité à mach 1,7.
          L’exemple avec le M88 et le F15 est bon mais le fait d’avoir deux réacteurs permet de moins les sollicités comme je l’ai déjà dit, par exemple un EF est de 5kt de poussé de chaque c’est mieux que d’avoir un seul avec 10 tonnes de poussé. M88 vs M51, les deux sont vrais. D’ailleurs la signature en IR d’un F135 aux max doit etre plus forte que celle de deux m88 (ce qui prouverait le surplus de consommation).
          Pour le reste je suis à nouveau d’accord.

      • Szut dit :

        @wagdoox
        « Dans 90% des cas, le problèmes vient du moteur »
        En temps de paix oui. Mais comme les réacteurs sont très fiables, 90% de pas grand-chose, ca donne pas grand-chose C’est-à-dire il arrive un moment il faut se poser la question de savoir si un doublement (voir pourquoi pas triplement) du nombre de réacteurs en vaut vraiment la peine.
        En temps de guerre c’est encore plus douteux. Le pilote sera beaucoup plus inquiété par sa furtivité que par tout le reste.
        .
        « La plus part des avions militaires depuis 1990 sont bi réacteur »
        Pour les russes je ne sais pas trop. Mais pour les américains one ne peut pas faire plus faux. Le mono réacteur reste primordial. Il n’y a qu’à penser aux couples F16/F15 ou F35/F22. Le F-35 devrait être fabriqué à 2400 exemplaires, pas vraiment une espèce en voie de disparition. La raison est simple, un bi-réacteur est bien évidemment plus cher à l’achat et à l’entretien. Autre indice l’aviation civile a clairement basculé vers le biréacteur. L’A380 se vend mal. La consommation est importante et plus personne ne doute qu’un biréacteur est suffisamment fiable pour traverser les océans.
        .
        Je vous signale aussi que ces jouets sont faits pour la guerre par pour optimiser les statistiques en temps de paix.

  2. Lol dit :

    Il sera armé, sans déconner, et il pourra voler ou c’est une option ?

    • Clément dit :

      Vous semblez croire que le rôle premier d’un drone est de porter des missiles, mais dans la réalité c’est majoritairement des appareil de reconnaissance/surveillance/renseignement. Le tir de missile est une mission d’un certain type de drone, qui ne sont pas la majorité des drones utilisés.

  3. Clamarion dit :

    Quel est l’intérêt en 2020 d’avoir un drone MALE non armé? Les allemands doivent arrêter de jouer les vierges éffaroutées. Construire son propre drone pour ne plus dépendre des américains, sur le principe c’est logique. Mais il faut être prêt à payer le prix car il sera plus cher que le MQ-9 Reaper ER américain ou le Avenger de General Atomic. Les américains ont l’avantage des économies d’échelles (ils en commande par centaines).

    • Leroy dit :

      On se lie les pattes aux allemands qui n’ont ni la capacité d’engagement, ni la volonté. Mais ils ont les moyens d’où les 31% !
      M. Macron, l’Allemagne c’est bien, mais en matière de défense mieux vaut les anglais.

  4. Thaurac dit :

    « Pourra… » doit être armé..

  5. Fralipolipi dit :

    Au regard de la photo de la maquette à l’échelle
    http://www.defense-aerospace.com/article-view/release/192864/airbus%2C-dassault-and-leonardo-launch-euro-male-program%2C-unveil-full_size-mockup.html
    … il parait beaucoup plus gros qu’un Reaper !
    De sorte que la double motorisation se justifie peut-être plus facilement.
    Du coup, avec certitude, il ne sera pas moins cher qu’un Reaper, mais on peut tout de même en attendre qu’il ait une meilleure autonomie et une plus grande capacité d’emport.
    A suivre.
    (à noter : pas de winglet pour l’instant sur le RPAS, contrairement à la dernière version Long-Range du Reaper).

  6. Eryx dit :

    18 appareils , joli chiffre . cela donnera pas mal de potentiel à nos armées

    • Nico St-Jean dit :

      @ Eryx
      .
      C’est très peu .. J’espère qu’à terme, la France en commandera plus car votre pays le sollicitera autant sur de longues missions d’ISR (sans armement pour moins de traînée & poids au profit de plusieurs heures de vols supplémentaires) que pour des frappes en zone de guerre.

      • Alpha dit :

        @Nico St-Jean
        18, c’est déjà -légèrement- mieux que les 12 (ou 16…) Reaper de la France !
        Et puis, vu la taille de cette « moche bête », il m’est d’avis que l’on risque de le retrouver un peu plus tard dans un autre rôle, en complément du successeur des Atlantique 2 de la Marine…

  7. Sans Importance dit :

    C’est des turboprops et non des réacteurs ?

  8. wagdoox dit :

    tout ça pour juste 18 drones…

  9. Parabellum dit :

    Les états d âme sur l armement des drones ont quelque chose de grotesque : etre tue par un missile ou une bombe largues d un drone c est aussi fatal que d un avion…s allier aux allemands néo pacifistes est dangereux .l avenir est au contraire au tir robotisé…ne plus s exposer mais détruire l autre…alors il faut choisir des armes nouvelles. Et tant pis pour le chevaleresque…

    • Nihilo dit :

      Il n’y a pas que la morale. Il y a aussi l’efficacité globale : les armements des drones ne tuent pas que les cibles, ils créent aussi des dommages collatéraux. Et certains de ces dommages collatéraux initialement neutres deviennent des ennemis supplémentaires… Donc la question mérite d’être posée : le drone armé n’est il pas contre-productif ?

  10. JF dit :

    Monsieur Lagneau, pourquoi ne parlez vous pas la spoliation de l’accord du drône male. A l’origine, la france a cédé le leadership du Male à l’allemagne en échange de l’acquisition d’un ou deux satellite d’observation. 2015 si ma mémoire ne fait pas défaut. Alors que l’allemagne a répudié une nouvelle fois ces engagements en passant commande à une société nationale, elle vient d’offrir le leadership à airbus tout en imposant ses choix stratégiques sur la conception du MALE. Et elle se garde au chaud, le leadership pour Le char futur, et sans que cela soit précisé le renouvellement de système d’artillerie qui devrait arriver dans les 10 ans à venir. Par ailleurs, des ingénieurs français, de grandes entreprises spécialisées dans l’aérospatiale du sud ouest pas très loin de chez vous, se demandent comment la société allemande qui a obtenu la fabrication de 2 satellites d’observation a rattrapé ses 20 ans de retard technologique, et laissant sous entendre qu’il y a anguille sous roche avec la branche aérospatiale d’Airbus. Comment ne pouvez vous pas voir qu’une nouvelle fois, qu’inconsciemment ou avec l’approbation de nos élites, nous nous sommes fait avoir. Contrat initiale spolié, leadership Male offert à un ami très proche, tout en gardant la main mise sur les attentes stratégiques, élimination d’un concurrent nexter, tout en s’ouvrant sur un marché rien que européen de 8000 char et 3000 pièce artillerie, alors que la plus part des pays européen ce sont déjà fournis auprès des « amis américians » d’avions de 5 génération. Certes, on peux comparer les ventes du Leclerc et du leopard, mais ils ont été impressionné par les futur engins du programme scorpion qui attire intérêt de nombreux européens lors des salons. Qu’en aurait été t’il, si nexter aurait développé le futur char lui même. La balance ne penche t’elle pas trop vers le côté allemand pour que vous, monsieur, ne voyez pas, ou ne voulez pas le signaler?

  11. Miaou dit :

    Pour une machine aussi grosse, est ce que mettre un pilote dedans ne serait pas une meilleur option ?

    • Sylvain PASSEMAR dit :

      Ce n’est plus un drone alors … et tu expose un personnel.
      De plus l’usage de ces type d’aéronef est de faire des très longue patrouille, bien trop longue pour un homme.

  12. Vaevictis dit :

    Les MQ-9 Reaper seront remplacés en 2025 ? Leur potentiel sera déjà totalement usé ?

  13. Raca dit :

    Une chose est claire la technologie aéronautique est détenue par Airbus / Dassault / Leonardo soit Allemagne – France – Italie tout en sachant que ce projet est un dérivé de Leonardo voir :
    http://www.leonardocompany.com/en/product-services/velivoli-aircraft-2/velivoli-aerei-senza-pilota-unmanned-aerial-systems

  14. Elmut Destroy dit :

    D’ici là, la techno de ce drone sera dépassé, si elle ne l’est déjà pas… 2025, dans 7 ans? Je vois que les industriels planifient leur salaire sur le long terme?! J’ai grandi en lisant souvent un livre sur la Luftwaffe, et donc quand je vois qu’aujourd’hui il faut plus de 7 ans à trois pays riches France-Allemagne-Italie pour construire un drone MALE, je crains que ce projet ne soit pas bien né, car sortie aux forceps par manque de volonté et de détermination. En faite je pense que, soit ce drone doit être fait en 4 ou 5 ans, soit il faut tabler sur autre chose, car en plus votre drone n’a pas l’air furtif… Sinon la question de l’armement est anecdotique car la plupart des drones peuvent être armé, sauf le HALE qui a sont domaine de vol qui compte particulièrement sur l’endurance et l’altitude, en tout cas cela aurait été con de ne pas intégrer d’attaches sur ce MALE. Le fond de ma penser est que l’avenir des drones de renseignement (ou même de combat) est l’aile volante furtive ultra-légère, donc rien à voir avoir avec ce projet de luxe, qui me semble plutôt désuet, voir dépassé, et qui arrivera bien trop tard.

    • wagdoox dit :

      On se fout qu’un MALE soit furtif, il rentrera jamais en premier et si c’est pour jouer les espions aériens, on a l’UCAV et les satellites.
      7 ans pour deux raisons majeures, 1 les testes de résistance, 2 l’insertion dans le traffic aérien civil.

      • Elmut Destroy dit :

        « On se fout qu’un MALE soit furtif » Pourtant la nouvelle version du Predator: « l’Avenger », m’a tout l’air furtif… Ah oui nous on a le Reaper mais c’est pas un MALE c’est une femelle puisqu’il ne peut pas y aller en premier,..pourtant l’observation c’est son domaine, mais il pourra juste venir compter les pots cassé après le combat c’est ça?! Un drone de luxe uniquement pour de la guerre asymétrique contre des pick’up, mais pour le reste ce MALE ne servira donc a rien dès qu’il y aura un temps soit peu de défense aérienne. Ô K! Et il est où votre projet officiel de UCAV? Le Neuron est un démonstrateur… Et les satellites n’aiment pas les nuages, et les satellites RADAR ne sont pas toujours dispo. Donc il faut un véritable vecteur d’observation furtif et/ou rapide de type MALE (Jetable:le but étant de faire le point d’une situation critique lors d’un engagement contre une autre force d’auto-défense aérienne.) si on veut être réellement prêt au pire.

  15. Szut dit :

    La ou ca va vraiment devenir intéressant, c’est lorsque les drones seront non seulement armés, mais aussi doués d’une IA leur permettant de prendre l’initiative de la tactique et de l’ouverture du feu. La guerre semble être taillée sur mesure pour une IA.

    • Nihilo dit :

      Pas sûrs que les européens y soient moralement prêts, à tort ou à raison. Vu le temps qu’il a fallu pour armer les drones… Les chinois y travaillent déjà, eux.

    • wagdoox dit :

      Stop, ca n’arrivera pas, l’IA est là pour assister l’humain pas le remplacé et certainement pas quand il s’agit de délivrer de l’armement pour tuer, l’IA pour tirer un systeme défensif, par exemple un missile anti missile hypersonique (humain n’aura pas le temps), ca existe déjà sur les systèmes de leurres mais la machine n’apprend pas.
      Ceux dont vous parlez c’est des SALA (systeme d’arme létal autonome), c’est une IA bien plus développer qu’il faudra quand on voit les problèmes éthiques que rencontre les voitures autonomes, on est encore loin du terminator (perso j’espère ne jamais voir ca).

      • Szut dit :

        « Ca n’arrivera pas » Vous pourriez me signer un papier la ?
        « La machine n’apprend pas » Vous vous avancez beaucoup la, certains chercheurs sont d’un avis différent. Le problème éthique est très simple : vaincre ou mourir. Les nombreuses autocraties actuelles n’hésiteront pas un moment pour utiliser un tel avantage militaire. Le pilote terminator sera développé. Mais je vous accorde que sa faisabilité n’est (pas encore) prouvée.

    • Elmut Destroy dit :

      Bizarre de croire que l’IA peut être plus forte que l’humain sachant que c’est l’humain qui la programme?! Auriez-vous peur de vous-même? Haha! Même si la machine apprend seul grâce au deep-learning, ses balises paramétrés restent des jalons imposés par l’homme. Imaginez que l’on programme la moral et la loi, et que l’on analyse les comportements à risque, combien de politiciens seront encore au pouvoir si une IA faisait le ménage de la corruption? Quand Trump dit qu’il faut armé les professeurs d’école, alors que c’est illégale dans certains états, comment l’IA va analyser le comportement de Trump? Comment l’IA va analyser la situation en Syrie si elle n’a toujours pas les échantillons qui prouvent l’utilisation d’armes chimique? Moi je suis tout-à-fait d’accord pour essayer une tel! Mais si la notion d’égalité juridique entre chaque homme, n’y est pas intégré, alors ce sera peut-être la plus terrible tyrannie que l’homme n’est jamais connu!

  16. MD dit :

    2 stations et 6 drones. Ce n’est pas encore demain qu’on pourra en positionner en Guyane où ce genre matériel , armé ou non, pourrait sûrement rendre de grands services.

  17. Wrecker 47 dit :

    …Comme ils n’ont pas un rond pour çà faut cesser de rêver!…

  18. vrai_chasseur dit :

    Les drones armés requièrent un point fondamental, souvent occulté : une constellation satellite au-dessus, pour le contrôle du tir et l’imagerie (sinon, sans satellite, on fait du ‘modélisme’ : il faut envoyer une équipe locale terrestre à proximité de la cible, pour communiquer avec le drone en ligne de vue).

    Les USA font des drones, mais surtout ils investissent des dizaines de milliards de dollars pour moderniser leurs constellations satellites militaires pour les contrôler : la constellation WGS, modernisée en AEHF, la constellation MUOS utilisée par la Navy, la constellation PAN-Network utilisé spécifiquement par les Reapers de la CIA. Chaque constellation c’est plusieurs dizaines de satellites, à 250 millions de dollars CHAQUE satellite mis sur orbite. ça coûte très cher au contribuable, une photo de satellite c’est moins glamour qu’une photo de Reaper, donc c’est très peu médiatisé. Et pourtant, c’est fondamental.
    Potentiellement, eu Europe seuls le Royaume-Uni avec Skynet et la France avec Syracuse peuvent contrôler eux-mêmes des drones armés. Encore faut-il adapter toute la chaîne de communication, pour avoir une chaîne de commandement qui ne passe pas par un satellite US.
    Pour le moment, avec leurs Reaper, les britanniques demandent aux USA de tirer pour eux, nous …nous n’armons pas nos Reaper français.
    Les britanniques ne seront opérationnels qu’en 2024 pour tirer depuis leur Skynet avec le successeur anglicisé du Reaper, le Protector.
    En Europe, c’est bien de penser au MALE européen. Mais on serait bien avisé de s’intéresser sur quelle constellation satellite on les opère.
    Sinon on ne fera que du modélisme avec de gros joujoux. Et pour tirer, on demandera la permission aux américains pour emprunter leurs canaux satellites, comme les brits aujourd’hui.

    • Alpha dit :

      @vrai_chasseur
      Vous avez raison, MAIS…
      Il se trouve que tout ce que vous évoquez, les satellites, la communication, etc… fait justement partie du programme SCAF lancé avec l’Allemagne !… 😉
      Vérifiez…

    • Raca dit :

      Pour votre information nos amis italiens avaient des drones armés déjà en Afghanistan… il y a plusieurs années (05 nov. 2015) alors que nous n’en avions pas….

  19. Miaou dit :

    Je suis surpris que personne n’envisage un drone à énergie solaire.
    Cela serait un option radical pour le maintenir en l’aire longtemps, très longtemps.

  20. Carin dit :

    Je ne sais pas quel est le poids des bombes qui arment les reapers ?? Mais ce rpas pourrait être équipé de roquettes guidées, qui seraient bien suffisantes pour une cible d’opportunité principale occasion de tir de ces drones, et gage de moins d’eventuels dégâts collatéraux, ainsi que de gain de poids ( une roquette pèse nettement moins qu’une bombe) de plus ces roquettes pourraient etres intégrées dans les ailes si toutefois ces dernières ne servent pas de réservoir d’essence.
    Quant à l’action politique de sortir de cette dépendance aux américains ne serai-ce que pour un tir d’opportunité ( c’est eux qui tire, et donc juge du tir… ou pas), c’est une chose qui va dans le bon sens. J’aime bien ce Trump… grâce à son animosité envers maman Merkel l’europe de La Défense avance un peu… du coup je me surprends à désirer même sa réélection!!

    • MD dit :

      En principe, le MQ-9 Reaper peut emporter 2 bombes sur ses points d’emport intérieurs : soit 2 GBU-12 Paveways de 500 livres ( 230 kg ) chacune , soit aussi , après des essais concluants menés depuis mai 2017, 2 GBU-38 JDAM de 500 livres également. Ces points d’emport intérieurs sont d’ailleurs prévus pour des charges bien plus lourdes ( 680 kg chacune) .
      Mais en général, dans les configuration les plus couramment employées, le Reaper est armé de:
      – 4 missiles AGM-114 Hellfires ( 49 kg chacun) ,
      – ou de 4 Hellfires et 2 GBU-12,
      plus, éventuellement, 2 missiles air-air AIM-92 Stingrays, dans les deux cas .

      Le Reaper n’utilise pas de roquettes, guidées ou non , telle que la roquette guidée APKWS Hydra de 70 mm de BAE par exemple . C’est la seule à être actuellement disponible ( en petite quantité) du moins dans le monde occidental . De toute façon, cette arme n’a absolument pas été prévue pour être emportée par des UAV . En effet, ces roquettes sont emportées et tirées à partir de pods de 7 tubes . Chaque munition ne pèse bien que 15 kg, mais si on y ajoute le poids des pods ( il en faudrait 1 sous chaque aile) , le gain de poids n’est alors absolument pas assuré . Et ne parlons pas de leur encombrement : au décollage, ils seront bien trop près du sol . Enfin , l’avantage des UAV par rapport aux machines pilotées est leur endurance. Mais celle-ci n’est obtenue qu’en emportant des réservoirs externes, qui sont peu compatibles avec le tir de roquettes .

      Pour l’instant , l’armement disponible pour cette catégorie de drone reste donc, en dehors des bombes, le missile AGM-114 Hellfire, par ailleurs déjà largement employé par l’armée française .
      Le missile Brimstone de MBDA , envisagé comme successeur du Hellfire, a bien été testé avec succès sur un Reaper, mais on en est resté là pour le moment car ce missile serait problématique.

      • MD dit :

        S’il faut absolument utiliser une munition de petit calibre , dont les effets collatéraux seraient supposées être plus faibles, il vaudrait mieux regarder du côté des israéliens qui proposent leur missile antichar LAHAT, qui ne pèse que 13 kg, et qui a été testé sur le drone à court rayon d’action RQ-5 Hunter pour les Ètats-Unis.
        En définitive, le missile AGM-114 Hellfire – largement en service déjà dans l’armée française – apparait donc pour l’instant comme la seule arme guidée convenant aux drones de cette catégorie. Ou le LAHAT pour un drone plus petit.
        Mais le Hellfire ne serait-il pas trop sur-destructeur ? Cela se discute. Lorsqu’il ne s’agit que de détruire un pick-up , les Américains se contentent de tirer un missile qui, en général, suffit pour mettre hors de combat le conducteur et ses passagers. Mais en certaines circonstances ( prenant conscience de la menace, les passagers fuient le véhicule, ou bien le missile ne frappe pas le véhicule, etc…), il est arrivé que la moitié des passagers s’en tire dans un état plus ou moins satisfaisant ou végétatif . Les opérateurs des drones américains ont donc pris l’habitude de tirer 2 missiles sur un véhicule lorsque celui-ci est supposé transporter une  »cible de haute valeur ». Ou bien d’attendre, après avoir détruit un véhicule transportant des combattants lamdas, que leurs camarades, leur escorte et leurs sauveteurs soient réunis en nombre suffisant pour envoyer un autre missile.
        Dans tous les cas, pour éviter des victimes collatérales, ils attendent que les cibles soient assez éloignées de la population pour tirer. dans le Sahel ou au Sahara, ce problème ne devrait pas trop gêner des opérateurs français.

        Maintenant , si vous tenez à armer un drone avec une arme dont les munitions soit de faible calibre et d’un poids réduit, en renonçant à ce qu’elles soient guidées, vous pouvez jeter un coup d’œil sur la vidéo postée ici :
        https://www.facebook.com/artem.shevchenko.9/posts/10216541660996472Elle a Elle a été filmée par un drone ukrainien ( de type non précisé, mais il s’agit vraisemblablement d’un modèle civil) ,en train de tirer des grenades VOG-17 de 30 mm . La VOG-17 est une munition améliorée pour le vieux lance-grenade automatique AGS -17  »Plamya » ( 31 kg , plus 30 kg environ pour une bande de 29 grenades ) ou l’AGS -30 plus léger ( 16 kg sans son trépied) qui est sans doute le lanceur utilisé ici .
        Mais je pense qu’il est inutile d’employer un gros drone comme le Reaper ou le RPAS pour cela.
        PS : ces grenades de 30 mm , bricolées, étaient emportées aussi par les drones que les Russes avaient réussi à intercepter autour de leurs bases en Syrie. De quoi donc donner à penser à leurs services de renseignement et aussi de propagande .