Aviation de patrouille maritime : Paris et Berlin veulent coopérer pour proposer une solution européenne

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

69 contributions

  1. Orion dit :

    Voilà c’est que je disais à Nico St Jean.
    .
    L’Europe (ou du moins les Duo FrancoAllemand / FrancoItalien / FrancoUK(MBDA-Lancaster House)) tentera au maximum de passer par son industrie, et c’est une bonne chose, même si on rencontrera des difficultés, c’est inévitable, nous devons construire une industrie Européenne, la coopération industriel est essentiel avant toute coopération militaire approfondi.

    • Nico St-Jean dit :

      @ Orion

      Quant à moi, je ne vous ai jamais dis de choisir américain ou autres mais bien de faire un appel d’offre entre le P-8, l’A320 MPA et le P-1. Déjà, c’est le meilleur moyen de voir ce que vaudra ce A320 MPA mais aussi, pourquoi avoir intégrer le M4 OTAN si la France et l’Allemagne ne veulent que d’une solution européenne sans appel d’offre ? Car la Pologne, la Turquie et le Canada ne vont pas choisir un appareil comme ça sans compétition (la Grèce n’à pas vraiment le choix, elle) parce que ce n’est pas du gré à gré individuelle mais bien une union otanienne pour un achat groupé.

      • Alpha dit :

        @Nico St-Jean
        Un appel d’offre, une compétition avec les américains, oui, pourquoi pas… MAIS …
        Encore faudrait -il que les règles du jeu soient respectées !!! Souvenez de l’A330 MRTT vs. KC-46 … 😉
        Et le but de tous ces programmes est bien de solidifier l’industrie EUROPEENNE !… Pas Otanienne … 🙂

        • Nico St-Jean dit :

          @ Alpha

          « Et le but de tous ces programmes est bien de solidifier l’industrie EUROPEENNE !… Pas Otanienne  »
          .
          Je le sais, mais le problème c’est que France et Allemagne ont décidé d’intégré le programme OTANIEN M4 qui regroupe : Canada, Turquie, Grèce, Italie, et Pologne dans le but de faire une offre grouper à un construction qui saura imposer son MPA et ce, juste avant d’annoncer cette « coopération » pour une solution européenne.
          .
          « MAIS …
          Encore faudrait -il que les règles du jeu soient respectées !!! Souvenez de l’A330 MRTT vs. KC-46 … »
          .
          Absolument, sauf que nous ne parlons pas ici d’un appel d’offre américain mais bien otanien. Les USA n’auraient jamais dû perdre du temps dans un processus d’appel d’offre car le KC-46 volerait déjà aujourd’hui et il n’y aurait jamais eu cette erreur de leur part qui est d’avoir pensé que Boeing pourrait partir de zéro et gagné contre un appareil déjà conçu, excellent et diablement bien conçu (A330 MRTT) .. Ils ont essayer (je pense) de faire plaisir aux européens en les laissant participer mais c’est tout le contraire qui s’en est suivis avec cette polémique.
          .
          Avec tout ses pays, je pense sans l’ombre d’un doute que nous pouvons obtenir un appel d’offre droit et impartial sans décision « douteuse »

          • Nico St-Jean dit :

            Oh là là : Dans le but de faire une offre groupé à un constructeur *

          • Orion dit :

            Sauf que l’OTAN c’est vassalisation US et mort de l’industrie national.
            .
            On a tout a gagner (même si c’est le choix de la difficulté) a choisir l’option Européenne dès que c’est possible.
            .
            Nous devons mettre un termes a la dépendance (et même à tous les marchés)US en Europe dans le domaine militaire.

      • Orion dit :

        Les USA font beaucoup d’appel d’offre sur les contrats majeurs ouverts aux industriels de l’UE ?
        .
        Quand on voit l’accueil de la FREMM Italienne (et encore ils ont une branche aux US) ca fait frémir d’envie.
        .
        Oui pour l’appel d’offre ca permet des comparaisons, je suis parfaitement d’accord, mais non à l’achat US, moins on achètera US mieux on se portera.

      • MD dit :

        Comme la Pologne et la Turquie ont des choix très orientés ( et souvent très surprenants) , il est inutile d’envisager qu’un avion franco-alleamnd puisse les intéresser, sauf en cas de bouleversement politique ou imprévu diplomatique. Disons d’emblée que les Français et les Allemands ne vont pas certainement pas construire un avion en pensant qu’il pourrait intéresser spécialement les états-majors de la Pologne ou de la Turquie . Car si c’était le cas pour les militaires de ces pays , leurs décideurs politiques auront une toute autre opinion – contraire, bien sûr . Le cas du Canada est différent . Mais , comme jusqu’à ce jour ce pays s’est fort peu intéressé aux avions européens , les industriels français ou allemands n’ont vraiment aucune raison , ni de chance, de rêver à l’avoir un jour comme client .

    • Nico St-Jean dit :

      @ Orion

      Aller, pour vous détendre : Le drone MALE Européen est révélé, grande nouvelle, toujours bi-moteurs, mais des Turboprop au lieu des turb-réacteurs 😉
      .
      https://www.defensenews.com/industry/techwatch/2018/04/26/companies-unveil-eurodrone-model-at-berlin-air-show/

      • Alpha dit :

        @Nico St-Jean
        Oui, grande nouvelle pour la propulsion !
        Les allemands voulaient 2 réacteurs, les français un turboprop …
        On coupe la poire en deux. Résultat ?… 2 turboprop !
        Voyez que nous arrivons à nous entendre !!! 😉

      • Orion dit :

        Il est moche.

      • Miaou dit :

        Il est énorme ! Il va nous coûter un bras à l’unité !

        Il utilisera de l’électronique américaine sous Windows ?

    • GBU12 dit :

      L’Airbus A400M serait un candidat indiqué, il est solide et endurant et peux être ravitaillé en vol

  2. Clavier dit :

    Il serait logique qu’Airbus soit maître d’oeuvre pour un patrouilleur maritime ,mais on pourrait aussi mettre Dassault dans la boucle, cela créerait une saine concurrence….

  3. Parabellum dit :

    Tout faire pour Airbus…? Tout dans le Franco allemand? Un 320 est il une plateforme de combat…? Quand sortira on un avion en série suffisante? Ne vaudrai tu il pas mieux avoir une flotte de proximité avec des casa n’avalise si et une flotte strategique avec le japonais voire un a 400m navalise ? Des drones maritimes sont aussi des solutions. L atlantic était génial et durable…il faut trouver une suite de qualité et pas uniquement gérer Airbus…reconstituer une puissante aéronavale demande sans doute un chef visionnaire et volontaire et un choix national pour nos Zee et intérêts mondiaux.

    • Orion dit :

      Le principe de l’A320 c’est qu’il a une base civil qui permet les économies liés a ses ventes dans le secteurs civil…
      .
      Donc cela sera « une série suffisante » dès l’instant où le porteur est civil (ce qui représente une sacrée part du coût de l’appareil). On est loin du Schéma de l’A400M ca n’a même rien a voir.

    • FredericA dit :

      « Un 320 est il une plateforme de combat…? »
      .
      Le P8 est basé sur le Boeing 737. L’A330 MRT est basé sur l’Airbus A330. Le KC 46…

    • Fralipolipi dit :

      Le P8-Poseidon américain est bien basé sur un Boeing 737 …
      Pourquoi l’A320 Neo (ou l’A319 MPA) ne pourraient-il pas faire autant l’affaire qu’un B737 (et même plus encore vue la plus grande autonomie de vol, sans réservoir auxiliaire, de la famille A320 versus celle des B737) ?
      Et côté senseurs et électroniques embarquées, il y a de solides gaillards, tant en France qu’en Allemagne.
      Donc un tel projet ne devrait poser aucun problème pour l’ASM.
      Maintenant, si on souhaite pouvoir faire tirer à ce nouvel avion Patmar de la MU90, mais aussi de la GBU, de l’AASM, de l’exocet, du Scalp, du Taurus, etc … , va y avoir un sacré boulot d’intégration.
      Mieux vaut s’y mettre à plusieurs pour co-financer tout ou partie.

    • MP3 dit :

      Il faudrait quand même se dire qu’il ne sera demain sans doute pas si simple qu’aujourd’hui d’assurer la survivabilité de plateformes dérivées d’airliners.
      Les Américains ont certes fait le P-8 et le KC-46, mais il me semble que pour la succession des J-STARS ils pensant à autre chose qu’aunairliner ou un bizjet converti.

  4. Fralipolipi dit :

    Ici aussi, comme pour le Scaf, il s’agit peut-être de prévoir un système mixte et coopératif : avion piloté + drone (?)
    Quand au nouvel avion de Patmar piloté, s’il peut finir par être encore plus polyvalent qu’un ATL2, ce serait un bel exploit.

    • FB2 dit :

      à part du transport/aérolargage (encore que ça s’est déjà fait) et du ravitaillement en vol, il ne reste plus grand chose à rajouter en terme de polyvalence aux frégates volantes !

      • Fralipolipi dit :

        On pourrait peut-être encore ajouter des missions en matière de réseau de communication … et surtout de veille électronique (Elint-Sigint) … même si nous avons déjà prévu de remplacer nos vieux Gabriel par des avions Falcon 7X/8X dédiés.

  5. PK dit :

    Notez que l’engagement des ATL2 n’est pas un choix mais bien la conséquence d’un budget étriqué qui empêche d’avoir le matériel idoine pour la bonne mission. Alors, on triche et on essaye avec les moyens du bord (c’est la fameuse démerde, propre à l’armée française, comme tous ceux qui n’ont finalement que leurs yeux pour pleurer, faute de pognon).

  6. Demento dit :

    Côté Allemand on veut éviter de financer l’industrie aéronautique de la France. Côté Français on veut éviter que l’industrie aéronautique allemande se développe grâce aux connaissances de celle de la France.
    Au final un voir les deux pays auront la perception de s’être fait avoir; c’est pratiquement toujours comme ça.
    Le meilleur moyen de garder les critiques au minimum est d’avoir un produit de qualité qui respecte le contrat initial au plus proche.

    • Clavier dit :

      Vous résumez bien l’avis des intervenants du blog…..
      Mais il y a l’avis des dirigeants politiques et l’intérêt des industriels nationaux, rarement sur la même longueur d’onde .
      L’avis de militaires concernés ? c’est souvent pour mémoire….

  7. JG von Rheydt dit :

    Le choix peut paraître cornelien mais si la France ne remet pas en selle un redoutable partenaire économique (l’Allemagne), son indutrie aéronautique risque l’asphyxie à moyen terme face aux industriels américains.

  8. patex dit :

    Tout cela va dans la bonne direction. Malgré la haute teneur politique de ces annonces, le MinDef insiste intelligemment sur la « compétence » des parties qui prendront part au projet. J’espère que cette ligne sera tenue !

  9. Wrecker 47 dit :

    Il est vrai que depuis 1945 ils connaissent bien le secteur !…Lol!

  10. Raymond75 dit :

    Ces coopérations européennes sont à priori une bonne chose … si l’on tient compte de l’expérience négative de l’A400M, dont chaque pays a fait un catalogue de besoins spécifiques et a voulu construire sa part, ce qui a abouti à une inutile complexité et à de graves problèmes industriels..

  11. mustard dit :

    On va encore demander à l’avion de savoir tout faire, avec un cahier des charges énormes, et au final, on va encore se retrouver avec un programme ultra couteux, en retard, comme l’A400M.
    On fait des erreurs mais ce qui est étonnant en Europe c’est qu’on continue à les faire. On ne tire aucune leçon de nos erreurs.

    • Orion dit :

      Rappelez nous le nombre de pays impliqué dans l’A400M ?
      .
      Indice: nbPays > 2

    • FredericA dit :

      « On va encore demander à l’avion de savoir tout faire, avec un cahier des charges énormes, et au final, on va encore se retrouver avec un programme ultra couteux, en retard, comme l’A400M. »
      .
      Vous avez raison. Il est urgent de ne rien faire PUIS de pleurnicher lorsque la France achètera des P8 Américains, faute de budget pour conduire un programme de cet ampleur seule.

    • Alpha dit :

      @mustard
      Justement, c’est tout le contraire…
      Comme pour le programme SCAF, on solidifie une base franco-allemande qui donnera les lignes directrices pour le cahier des charges. Et seulement après, on invite d’autres partenaires, qui prendront ou laisseront ! Bref, tout le contraire de l’A400M où il a fallu accorder les doléances de 8 pays, chacun tentant, bien évidemment, de ramener la couverture à soit pour faire travailler ses industriels… 😉

  12. Fyd dit :

    La question que je me pose. Nous avons des ATL 2 qui sont équipés de turboprop, somme toute rustique comme système, quel intérêt de prendre un avion avec des réacteurs ? L’autonomie serait moins importante qu’un équivalent turboprop. Sans parler de l’utilisation de ATL 2 comme stipulé dans l’article dans la bande SSH avec l’environnement désertique.

    • Polymères dit :

      D’où l’intérêt justement de s’interroger sur une complémentarité avec des drones MALE dont Airbus vient d’en présenter une maquette à échelle réelle (bon il changera sûrement un peu d’ici le produit final), une grosse bête. Ce drone MALE qui sera équipé de 2 turbopropulseurs pourrait très bine occuper un rôle endurant et de permanence, quand le futur avion lui, fera plus un rôle d’intervention rapide sur de longue distance spécialisé pour le repérage et l’interception des navires de guerre.
      C’est vraiment autour du futur Eurodrone qu’il faut voir un potentiel de complémentarité et surtout qui pourrait être multi-mission.En effet plutôt que d’avoir un avion de patrouille maritime dans le désert qui fait le job d’une drone MALE moderne, on aurait un drone qu’on peut employer dans le Sahel comme pour la surveillance des mers ou du territoire nationale (vu qu’il sera dès sa conception, prévu pour s’insérer dans le trafic civil).
      La France se dote petit à petit de cette capacité de drone MALE qui lui a fait tant défaut par le passé et qui a poussé à devoir utiliser des ATL2 un peu partout, comme une rustine. Il est certain d’avoir 12 reaper, dont la version armée arrivera l’an prochain et ensuite l’Eurodrone devrait lui aussi au moins doubler le potentiel.
      Tout l’enjeu des années à venir, c’est bien cette intégration des drones, une complémentarité avec le reste, ici une concordance entre un avion PATMAR piloté, mais également le futur avion de combat ou on peut très bien imaginer le drone faire toute la surveillance du terrain, en permanence et les avions intervenir pour le gros oeuvre avec une désignation de la cible depuis les drones.
      Cela en plus bien sûre d’avoir des drones armés pouvant répondre sur le coup à une menace. L’arrivée du drone Patroller qui sera sans lui aussi armé, va également apporter un plus a tout ce dispositif. Le drone va prendre de plus en plus de places et d’importance dans nos armées, une mission qui hier nécessitait de maintenir 3 mirage au Sahel, sera réalisé par des drones armés, l’économie des moyens lourds, sur le prix des heures de vol, sur l’endurance, il est là.
      Et n’oublions pas qu’avec tous ces moyens qui sont lancés, en dotation ou qui vont arriver, on envisage toujours la création d’un drone de combat furtif qui évoluera également en complémentarité avec tout le reste. C’est donc sur une base d’avions de 5 ou 6e génération (SCAF) de drones de combat furtif, de drone MALE (dont le modèle européen sera au dessus du reaper américain) et de drones tactique Patroller qu’il faut regarder l’avenir dans le ciel pour les missions de surveillance et d’intervention. Mais ce sera horizon 2030-2040, on peut dire que c’est loin, mais tout dépend si pour certain comme moi, la victoire française dans la coupe du monde de 1998 ne semble pas si vieille que ça, 20 ans pourtant, la vache.

      • mich dit :

        Bonsoir , 2030-2040 ce n’est vraiment pas loin , c’est même demain pour toutes les architectures qui doivent se mettre en place (cela peut même paraitre un peu optimisme ) .On oublie un peu souvent que nombres de systemes « matures » actuels sont en gestation depuis un certains temps ,mais vous savez comme moi qu’il y a tout un monde entre un système en gestation ,un système fini et un système opérationnel pour le combat (avec le personnel entrainé bien sur ,du moins temps que l’on en aura besoin !).

    • Wagdoox dit :

      C’est pas tant l’autonomie en km la différence mais le temps sur place. Hors deux solutions s’offre a un jet comme l’a321 c’est le ravitaillement en vol et surtout les drones qui iront avec. Une plateforme Airbus aurait pour avantage d’etre Plus rapide plus lourde moins chers a l´acquisition comme en maintenance.

    • Niccos dit :

      Un ATL2 est meilleur dans la lute anti sous marin car il peu plus facilement rester sur le lieu de détection et est meilleur dans le cadre de recherche visuelle. Mais un P8 peu balayer une zone plus grande en temps équivalent (capacité d’emport + grande et + grande vitesse), à du mal à descendre au niveau de l’eau (le 737 n’est pas conçu pour faire du rase motte) et à du mal à travailler en conditions difficile.
      Bref avec un ATL2 est efficace sur une petite zone alors que le P8 lui est fait pour les grands espaces.
      Si des commentateurs ne sont pas d’accord à mon com, ils sont les biens venu pour toute éclaircissement car le lute anti sous marine n’est pas un sujet que maitrise totalement.

    • MP3 dit :

      Parmi les intérêts il y a la vitesse : on peut atteindre une zone d’intérêt plus vite, se redéployer plus vite vers une autre zone aussi.

  13. Berkut dit :

    Ben par pu mimétisme, on risque de faire un A-(32)8 « Ne(o)ptune » pour que ça ressemble le plus possible au P-8 Poséidon, et pis ce sera tout, vu que les allemands vont acheter 3 « Triton » pour les mettre dans les hangars qu’ils avaient DEJA construit sur la base de Jagel dans le Schleswig pour le fiasco Eurohawk (pourtant en général les mêmes causes ont les mêmes conséquences…). On va dire encore une fois qu’on va bâtir un « système de systèmes » sur le papier (comme le FCS de l’US Army ou le Watchkeeper qui prévoyait DEUX drones pour être cohérent), et puis comme ça va coûter trop cher, on va exiger des mesures de réduction de coût, et ce sera la maritimisation du drone (si jamais il voit le jour) qui passera à la trappe pour ne conserver que l’airbus. Alors pourquoi ne pas s’épargner tant d’effort, d’argent et de déconvenues pour commencer à taper dans le catia et la tôle le plus vite possible, soulager un peu les ATL-2 au-dessus du Sahel et les bichonner tant qu’ils sont là pour la lutte ASM, la vraie. D’ailleurs tant qu’on y est, pourquoi se limiter à un A-320 ? Un A-330 voire A-340 dont plus personne ne veut en raison des quatre moteurs – mais qui sont une garantie de « dispatch » intéressante, voire les déboires du TP-400 sur le quadrimoteur A-400M. Pour 20 à 30 M€ pièce en seconde main (la moitié du prix du Yacht de Martin Bouygues), on peut se doter d’un avion entre autres ravitailleur (en pods au moins) d’une éventuelle escorte et ravitaillable en plus lui-même, à même d’emporter l’ASN4G sans difficulté, un PC aérien, et tout ce que les MRTT emportent (c’est le même fuselage : toute les modifs appliquées au fuselage « -200 » du 330 MRTT doivent pouvoir s’appliquer à celui du 340-200).

    Rêvons un peu : une remoto « néo » à 4 Leap-X qui arrachent la bête même par les temps les plus chauds imaginables et sur les pistes les plus courtes, capables de lever l’engin avec ses pleins, ses babasses et toute sa ferraille-crache-la-muerte conventionnelle ou nucléaire, une géné électrique surrabondante pour pomper des kW d’énergie pour les radar en canoé et en pointe avant, brouilleurs offensifs, liaisons haut-débit, et même sans doute une capacité d’emport en volume et masse suffisante pour disposer d’une autodéfense plus que crédible à base de Météor (forcément, c’est du BVR), et pas que 2 ! Projection autonome mondiale, sans besoin d’infra déployée, persistance sur zone en stand-in ou bien à l’abris loin des menaces en stand-off, franchement on a tout ce qu’il faut en Europe pour disposer enfin d’une véritable aviation stratégique à visée tant aéroterrestre qu’aéromaritime, plutôt que de jouer à ça de temps à autre avec des chasseurs-bombardiers de gabarit tactique incapables de se déployer sans téter tout le temps leur ravito. Un A-52, sinon rien !

    • Fralipolipi dit :

      Si pour la Patmar on hésite entre un Falcon 8X, un Casa C295 MPA, un A319MPA ou un A320 neo … ce n’est sans doute pas pour passer à la catégorie au dessus (A330-A340) qui coûte nettement plus cher.
      D’autant que l’Allemagne n’accordera jamais un quelconque intérêt à un projet de mix du Patmar avec un bombardier stratégique.
      Si l’on vous suit, il faut juste pousser pour que la cellule utilisée soit celle de l’A321 neo LR … et là, il y aurait de l’autonomie à revendre.
      Ensuite, à partir d’un tel Patmar au très long cours, si la France trouve les moyens de bricoler un B52 compact … pourquoi pas ?
      .
      Après, faut pas oublier que le choix d’un avion Airbus impliquerait forcément des adaptations nombreuses, dont un renforcement de la cellule + un profil d’aide spécifique, pour favoriser le vol à moyenne altitude … ça aussi, faut le budgéter.
      Mais une certitude, on sait faire sans aucun problème.

  14. Raca dit :

    Est ce nécessaire ? J’ai l’impression que toutes ces nouvelles de la foire de Berlin est une occasion pour boire du champagne; avons nous le budget pour tout cela: avion furtif, avion patrouilleur maritime, drone, navire de guerre, PA, char lourd et léger, missiles, … ? Nous serons Leader de quoi avec les allemands ? Au vu du niveau de l’armée allemande qui est aujourd’hui 4 ou 5 ième armée en Europe: incapable de gérer la maintenance de ses avions, de sa marine ….
    Dans ce cas (et ce n’est pas le seul), nous construisons déjà un excellent ATR à Toulouse et des ATR P72 A plein d’électronique sont déjà utilisés par l’Italie depuis un an
    voir l’article ATR P72 A
    https://www.defensenews.com/air/2016/12/14/italy-gets-first-two-atr-72-maritime-patrol-aircraft/
    Avec le budget disponible nous devons travailler sur des priorités est ce une priorité un nouvel avion de ce type ?? Qu’en pensez vous ?

    • Orion dit :

      Votre question revient à:
      « Avons nous le budget pour une armée? »
      .
      Votre question est erroné dès l’instant où vous partez du principe que cet argent part dans le vide… hors il est directement ou indirectement reinjecté en France (dans le cas des programmes nationaux) et France Allemagne forcément pour programme actuel.
      .
      Au final le coût d’un programme et de production est largement inférieur aux chiffres mirobolants, vue que la dépense se réinjectes dans l’économie sitôt qu’on fait le choix de l’industrie national/locale.
      Donc acheter a l’extérieur sera toujours le pire choix industriellement mais également économiquement parlant.
      Donc dans la boucle, c’est uniquement le budget des armées qui est impacté et non l’état et ses industries.
      Donc oui nous pouvons avoir le budget pour tout ça, et même nous devons.

    • Criloc dit :

      J’en pense que la notion de budget est crétine.
      Avons-nous les ingénieurs et le savoir-faire ?
      Je pense que oui.
      Avons-nous de la main d’oeuvre ?
      Oui.
      Alors le budget doit suivre en autorisant à l’Etat (Etat fédéral européen ou Etat français) à créer le budget nécessaire comme on l’a fait pour Airbus, les centrales nucléaires, le TGV, etc…

    • Giuseppe dit :

      Raca : dans le cadre des accords internes au GIE ATR, les ATR version militaire de patrouille maritime sont construits non pas à Toulouse construits mais à Naples, plus précisément le fuselage pré-équipé sort des chaînes de Pomigliano d’Arco (banlieue ouest de Naples) et la voilure vient de France (établissement Stelia de Bordeaux), et les moteurs expédiés depuis Montréal (Longueuil, P&W) : le tout est assemblé à Capodicchino (aéroport de Naples).

      • Raca dit :

        Excellent donc inutile d’ investir dans un nouveau projet pour un avion de patrouille maritime puisque ce produit existe déjà

    • Polymères dit :

      L’avantage que nous avons contrairement à d’autres pays qui ont le budget, c’est que nous avons le savoir pour faire tout cela, on est donc déjà rassuré sur ce point.
      Ensuite les budgets, ils sont en hausse chez nous comme chez les allemands

    • Brun loutre dit :

      En lisant cet article et les commentaires, je pensais comme vous à cet ATR 72 de patrouille maritime italien. Quand on veut faire la promo de l’Europe, on lance un projet hyper-ambitieux avec les Allemands ou avec 3 ou 4 pays, et à la fin soit le projet est reporté sine die, soit le prix a triplé. Alors qu’il suffirait de regarder les projets européens déjà existants…mais ça fait une annonce fracassante en moins.

    • MD dit :

      Est-ce nécessaire de travailler sur cet avion là ? Non , bien sûr. On pourrait peut-être en acheter – éventuellement d’occasion – aux Américains. Ou aux Japonais.
      Ou, à défaut, aux Russes , aux Chinois, ou aux Ukrainiens .
      Mais est-ce que cela serait mieux ainsi ?

    • MP3 dit :

      Je rebondis sur l’option ATR, qui pourrait en effet être une alternative surtout si ATR monte enfin en gamme comme il en est question depuis des années.

  15. Giuseppe dit :

    Pourquoi ne privilégier également une version militaire des ATR 72-600 comme avions de patrouille maritime ? La regia militare et la marine turque d’Erdogan en sont déjà équipées. Il faut dire qu’Airbus, bien qu’actionnaire du GIE ATR, ne joue pas toujours franc jeu quand il s’agit de versions militaires de surveillance pour le ATR, préférant valoriser ses « petits » CN-295 de l’ex-Casa, surtout avec la baisse de volumes d’activités pour l’A400M et la réduction d’effectifs qui l’accompagne pour Airbus D&S en Espagne.

  16. Romain dit :

    Avec un Airbus maître d’oeuvre pour l’avion de patrouille maritime et Dassault pour le futur avion de chasse moi je dis GO ! cela ménagerait les sensibilités de chacun et ça ressemblerait enfin à un vrai début d’Europe de la défense !

  17. Myshl dit :

    Il nous faut un Albatros en mer qui soit aussi un chameau du désert.

    Il nous faut une plate-forme de guerre électronique, de capteurs et serveur de réseaux.
    Un serveur pour des avions de chasse, pour les troupes au sol, pour un essaim de drones.

    Il nous faut un avion chef de meute de drones.

    Il nous faut un avion haut et radada. Pas soit l’un soit l’autre, les deux.

    Il nous faut une plateforme de tir de missiles air-surface, et d’armes anti-sous-marins.

    Il nous faut aussi, pour en mer, la flottabilité.

    Conclusion primaire… Dehors les turbo-réacteurs, il faut des turbo-propulseurs.

    C’est pas demain la veille qu’on fera tout ça avec les allemands.

    • Alpha dit :

      @Myshl
      Bref, il nous faut un Atlantique 3 (ATL3) en somme …. 😉
      Je sais, je sais, je suis taquin ……. 🙂

  18. Szut dit :

    C’est bien de se faire des soucis pour l’industrie el les emplois des pays respectifs. Mais le but premier doit être d’assurer la sécurité des pays de l’OTAN. J’ai un très gros doute sur la sincérité et la persistance des amitiés mutuelles entre ne serait ce que la France et l’Allemagne. Il suffit pour cela de lire les commentaires méfiants voire hostiles ici.
    De plus que fait-on en attendant qu’un avion crédible et à la page commun soit utilisable ? Faire semblant que le rafale assurera la transition sans problème ou de façon plus réaliste acheter des F-35 comme beaucoup l’on déjà fait en Europe?

    • Alpha dit :

      @Szut
      « De plus que fait-on en attendant qu’un avion crédible et à la page commun soit utilisable ? »
      Oui, et contre qui ?
      Les russes ?
      Vous croyez qu’un Rafale, ou même un Typhoon, dans leurs dernières versions, avec des missiles Météor, ne feront pas l’affaire contre des MIG 29/35 et autres SU-27/30/35 ?
      Ah ! Le SU-57… Oui, combien il va y en avoir en ligne ? La Russie n’a plus de pez !
      Il vous faut à tout prix un F-35 ?
      Et qu’est ce qu’ils vont faire ces autres pays européens, équipés de F-35 ?
      Dites nous ? Éclairez nous de vos lumières ? Si, si, j’insiste !!!…

  19. Wagdoox dit :

    C’est un programme limité.
    Techniquement pas très complexe.
    J’espere juste qu’on lache pas une bric technologique comme les communications aux seuls allemands

  20. ScopeWizard dit :

    L’ Europe actuelle est celle du fric , elle est technocratique , ne tient aucun compte de la spécificité sociologique et identitaire des peuples , impose l’ anglais et la culture anglo-saxonne qui de toute façon est très puissante ( de plus en plus je dirais ) , organise l’ évasion fiscale via le Luxembourg , la proportion de ses élus ayant exercé des mandats électifs dans leurs pays respectifs est très faible , elle gravite autour de Berlin qui joue le jeu des USA qui ne veulent surtout pas d’ une autre Europe , d’ une Europe qui deviendrait numéro 1 grâce à une réelle union à la fois de l’ Europe des nations ( donc de celle des peuples ) et de celle de ses atouts ….
    .
    Déjà , pourquoi MAWS ? MAWS pouvant se traduire par Système Aéroporté de Guerre Maritime … mais on doit pouvoir trouver autre chose …
    Et que l’ on ne me rétorque pas que l’ Anglais est la langue de l’ aviation , ça n’ a rien à voir …
    .
    De plus , cela fait des années que nous savons qu’ il faut un remplaçant aux Atlantique 2 , comme cela fait des années qu’ il nous en faut un pour l’ Alpha-Jet , et rien , que dalle , nada … jusqu’ à ce que le président Macron se rapproche comme par hasard de Berlin ( successeur du Rafale , le programme MAWS et ce n’ est qu’ un début… ) , en ce moment en mauvaise posture politiquement parlant , et comme par un autre hasard relance la France , déjà bien américanisée , dans un nouvel atlantisme ( débridé ? ) amorcé du reste par le président Sarkozy … oui c’ est vrai , cependant ce n’ était pas Trump qui occupait la Maison Blanche …
    .
    Alors , coopérer avec les allemands dans ces conditions sachant qu’ ils souhaitent nous maintenir en mode survie , bof ! 🙁

  21. mich dit :

    Pour bien attendre l’arrivé d’un remplaçant à nos atlantique ,quel dommage de ne pas les avoir remplacé plus tôt dans leurs rôle « terre » par une version dédié d’un CASA ou d’un ATR comme le souligne certains commentaires , bien sur si c’est possible ,car un ATL2 joue quand même dans une autre catégorie que ses confrères .C’est vrai aussi que l’on deja bien du mal à equiper nos forces d’avion de mission léger ,alors la question des moyens restera la variable majeure.

  22. MP3 dit :

    Ça sent une combinaison d’A320 PATMAR, de Façon SURMAR et de drones MALE RPAS adaptés.

  23. Sylvain PASSEMAR dit :

    Il y a un énorme enjeu stratégique pour le renouvellement de ses appareils, dans le spectre des missions PATMAR.
    En effet, depuis à crise budgétaire de 2008 le Royaume-Uni a mis à la ferraille ses avions PatMar de type Nimrod, fraîchement modernisé en plus. Sans qu’ils ont été remplacés dans leur mission.
    Les Patmar Français se trouvent souvent déployé en mer du nord pour des missions au profit de l’OTAN.
    Facteur aggravant la consommation du nombre d’heure des cellules, les ATL2 sont tous maintenant sur la façade atlantique et le Bretagne, depuis la fermeture de la base de Nîmes. Avec une augmentation significative de temps de vol pour les patrouilles en méditerranée, et l’avion n’est pas prévu pour être ravitaillé en vol.

  24. Matt dit :

    Actuellement, un ATL2 au Sahel c’est dans le même avion: une camera Wescam MX20 sous l’avion, une camera FLIR sous le nez vitré, 3 à 4 observateurs avec des jumelles, un opérateur avec un appareil photo numérique et les focales qui vont bien, et des capacités à observer sur 360 degrés, mais avec un temps de travail sur zone limité par une autonomie plus faible que celle des drones. En face, vous trouvez un drone Reaper par exemple, qui tient 36h en l’air, mais dont les capacités optroniques permettent d’observer une zone par l’intermédiaire d’une camera , soit comme à travers une paille.
    Donc pour conclure, il ne sert à rien d’opposer 2 systèmes d’armes qui peuvent se compléter, il suffit de penser à ce qui pourrait ce faire en les faisant travailler ensemble.
    Par ailleurs, à ce jour, si je ne me trompe pas, il n’existe dans le monde que 3 avions dont les cellules ont été développées spécifiquement pour la patrouille maritime, l’ATL2 digne successeur de l’Atlantic, le P1 japonais, et plus anecdotique, l’hydravion Harbin SH-5 chinois.

  25. Jean la Gaillarde dit :

    Quelqu’un se pose la question de savoir ce que veulent les militaires ???? Ah non, suis-je bête !!! on s’en fout. Ce qu’il faut c’est permettre à des industriels de survivre !!!! Les militaires n’auont qu’à s’adapter. Parce que franchement, on a des ATL2, il suffisait de faire comme Dassault : on améliore en partant de ce qui existe déjà. Mais c’est trop simple certainement !!!

    • Raca dit :

      Bravo !! quand les militaires ont un besoin il faut répondre de suite avec une solution à l’avant garde existante, acheter ce qui existe déjà, dans ce cas par exemple ATR P72 A maritime patrol aircraft ou dérivé ; n’oublions pas que les grosses marges pour les industriels se font sur des projets à moyen / long terme donc sur des études R&D, des études nouvelles ils essayent ainsi très naturellement de proposer de « nouvelles » solutions même quand cela n’est pas vraiment nécessaire sur 20 ou 30 ans comme dans ce cas.

  26. Wrecker 47 dit :

    Allez on construit un ATL 3 pour changer la donne ?.. Tout est possible,tout est réalisable !…La France est bien rodée pour çà ,avec des euros allemands c’est possible !…