Le Japon compterait proposer l’avion de patrouille maritime Kawazaki P.1 à l’Allemagne et à la France

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

52 contributions

  1. Orion dit :

    Le problème c’est que c’est un avion d’aujourd’hui pour dans 10-15 ans… rien que ça… C’est handicapant.
    .
    Et aujourd’hui nous avons tout un écosysteme qui attend ce genre de projet pour travailler nationalement(ou binationalement)…
    On a beau les remercier d’avoir pris des Falcons, ça serait dommage de se priver de plateforme EU quand on peut le faire.

    • Nicias dit :

      J’avais pas compris votre pensée sur les économies d’échelles version chinoise avec 1,4 milliards d’habitants. C’est important pour certains secteurs. Rien à redire sur le reste.

      Je réponds là…

    • wagdoox dit :

      pas tant que ca l’avion n’est qu’une plateforme, les P8 sont des avions assez vieux mais les équipement militaires eux sont recents.

  2. yannus dit :

    Bonjour,
    Je pense qu’il serait pas mal de développer les liens avec Tokyo en matière de défense.

    • Roger Dubreuil dit :

      Je le crois aussi.
      Le Japon, c’est l’efficacité à partir de rien. Par exemple ils sont champions pour l’acier de qualité alors qu’ils n’ont aucune ressource minière en fer ni en charbon.
      Ils ont éliminé toutes les motos européennes et américaines aussitôt qu’ils se sont mis à fabriquer des motos.
      Le « zéro-défaut » fait partie de leur culture.
      .
      D’autre part on peut faire le tour des questions géostratégiques : rien ne nous oppose. Au contraire.
      .
      Mais chez nous, on est comme ça : on oublie que la France est aussi une puissance de l’océan Pacifique.
      .
      Et surtout l’on croit (à grand tort) que tout ça, c’est le domaine des Américains. Du moins certains le croient parce qu’ils font partie de notre classe politique entièrement shootée au soft-power.
      .
      … À propos, puisqu’on est amené à en parler : savez-vous pourquoi les frappes françaises sur la Syrie ont été officiellement nommées « opération Hamilton »?

      • Frédéric dit :

        Attention, le Zéro défaut japonais a des ratés comme la Qualité Allemande. Une des producteurs d’acier a pendant des années triché sur la qualité de son produit justement et je rappelle les défaillances de Fukushima des administrations :

        https://www.nautiljon.com/beaux_livres/l-accident+de+fukushima+dai+ichi+-+le+récit+du+directeur+de+la+centrale+-+vol.+2+-+seuls.html

      • nico dit :

        Je ne conteste pas le fond de ce que vous dites, mais par contre pour les motos, entre Triumph, Ducati, Aprilia, Harley Davidson, BMW, et j’en passe, vous n’y êtes pas du tout…!

      • Vince dit :

        Le « zéro-défaut » fait partie de leur culture.
        .
        Comme Tepco à Fukushima. Comme le sidérugiste Kobe Steel. Comme le fournisseur d’air-bag Takata. etc. etc.

      • ScopeWizard dit :

        @Roger Dubreuil
        .
        Voici un court extrait du Point sur le sujet :
        « Frappes en Syrie – Opération Hamilton : les dessous d’une appellation fâcheuse
        Florence Parly ne tolère pas le sexisme, mais l’opération du 14 avril a été dénommée « Hamilton », comme David Hamilton, le photographe pédophile.
        Par Jean Guisnel
        .
        Verrouilleuse en chef de l’information de défense, la ministre des Armées Florence Parly n’a pas l’œil à tout. Elle n’a ainsi rien dit sur la dénomination, toujours couverte par le secret-défense mais non contestée, de l’opération conduite le 14 avril par les forces françaises contre la Syrie. Cette appellation a déjà fuité : il s’agit de l’opération Hamilton, intitulé de la part nationale de l’opération tripartite.
        .
        Mais pourquoi donc ce nom curieux ? Il s’est tout simplement agi d’une blague vaseuse visant à moquer le flou artistique entourant l’opération, à la demande de l’exécutif, en référence aux options techniques du célèbre photographe de « charme » David Hamilton, utilisateur systématique de ce procédé. Dommage que le ministère ne se soit pas souvenu des polémiques sur les pratiques de ce photographe mondain accusé par plusieurs jeunes filles modèles de les avoir violées, la controverse enflant à tel point que David Hamilton a choisi de se donner la mort.
        .
        Lire aussi Hamilton : « Vous avez eu les calendriers. Moi, j’ai eu les filles… »
        .
        S’agissant du sexisme dans les armées, Florence Parly avait pourtant déclaré il y a peu : « Pour ce qui me concerne, c’est tolérance zéro. » Quelques jours plus tard, elle regardait ailleurs… »
        .
        Je ne vous cacherai pas que tout ceci me semble très « pantin » … si c’ est effectivement le cas , alors je trouve ce choix d’ une grande débilité …
        .
        Le nom de code « Hamilton » ferait bien mieux de s’ inspirer de Frederick Hew George Dalrymple-Hamilton ( 27 mars 1890 – 26 décembre 1974 ) un officier de marine britannique , nommé amiral en 1941 , qui commandait le cuirassé HMS Rodney le 27 mai 1941 , lorsque ce-dernier flanqué du cuirassé King George V ainsi que des croiseurs Dorsetshire et Norfolk , retrouva et engagea le super-cuirassé allemand Bismarck ; les coups des 406 mm à longue portée du Rodney réduisant au silence deux des quatre tourelles doubles de 380 mm du cuirassé nazi , condamné à décrire des cercles , gouvernail bloqué par l’ impact d’ une torpille lancée quelques heures auparavant par les pourtant dépassés et lents bombardiers-torpilleurs biplans Swordfish de la Royal Navy ayant décollé du porte-avions Ark Royal dépêché en catastrophe depuis sa base de Gibraltar ( Force H ) afin de stopper l’ odyssée ( l’opération Rheinübung ayant eu pour résultat d’ avoir envoyé par le fond , le 24 mai 1941 dans les eaux du détroit du Danemark , le prestigieux mais fragile ( au niveau du pont ) croiseur de bataille HMS Hood ( 3 survivants ) et endommagé sérieusement le nouveau cuirassé HMS Prince of Wales ( classe King George V ) qui sera lui coulé par l’ aviation nippone dès le 10 décembre 1941 , en mer de Chine méridionale , durant la bataille de Malaisie ) des deux cuirassés allemands Bismarck et Prinz-Eugen ( celui-ci ayant continué seul sa route vers le sud sur ordre de l’ amiral Günther Lütjens commandant l’ escadre ) …
        Il a été établi qu’ au cours de cet engagement le Rodney a tiré 375 obus de 406 mm et 716 obus de 152 mm …
        Le Bismarck touché à de très nombreuses reprises ( 400 coups au but sur 2800 obus tirés ) fut torpillé , alors qu’ il gitait fortement mais demeurait toujours à flot , par le Dorsetshire ( 3 torpilles dont deux faisant mouche ) , certains témoignages rapportant que son commandant , le commandant Ernst Lindemann , se tenait debout au garde-à vous tandis que son navire s’ enfonçait dans les eaux froides de l’ Atlantique Nord …
        Toutefois , il semblerait que ce soit l’ équipage même du Bismarck qui en le sabordant l’ envoya par le fond …
        Seuls 114 de ses marins sur un équipage de plus de 2200 hommes survécurent …
        .
        Ou alors , ce nom de code aurait pu s’ inspirer de la célèbre marque horlogère Hamilton ( Hamilton Watch Co ) connue à la fois pour avoir fourni un grand nombre de chronomètres de précision à l’ US Navy , avoir équipé de bracelets-montres le Général John Pershing et ses troupes tandis qu’ ils combattaient dans les tranchées boueuses d’ Europe pendant la Première Guerre Mondiale durant l’ année 1917 …
        En attendant , que ce soit directement lié à cela ou pas , Hamilton devint dans les années 1920 le fournisseur officiel des forces armées américaines , titre prestigieux s’ il en est , au point de stopper sa production destinée au marché civil durant la Seconde Guerre Mondiale afin de se consacrer entièrement à celui des militaires ; elle approvisionnera le corps des Marines et la Navy d’ 1 million de chronographes , son chronomètre de marine sera même à cette occasion le premier à être produit à l’ aide de méthodes industrielles de fabrication …
        Près de 10 000 chronomètres de marine Hamilton se sont ainsi retrouvés au cœur même des épisodes les plus décisifs de la Seconde Guerre mondiale , notamment lors du débarquement en Normandie le matin du 6 juin 1944 : Opération Overlord , Jour J , Heure H …
        .
        Selon Wikipedia :
        « Hamilton possède aussi une grande histoire dans le domaine de l’aviation, qui remonte à 1919 lorsque son chronographe d’aéronautique veillait sur le premier service postal aérien aux États-Unis entre Washington et New York. Les chronographes de Hamilton ont continué à jouer un rôle majeur lors du développement de l’aviation : certains pilotes les utilisaient pour vérifier leur position dans les airs, calculer la vitesse du vent et de l’air, et calculer la communication radio en route. Dans les années 1930, Hamilton devient la montre officielle des grandes compagnies aériennes Trans World Airlines, Eastern Air Lines, United Airlines et Northwest. En 2005, Hamilton participe à la fameuse épreuve Red Bull Air Race avec son propre pilote et son propre avion. En 2006, Nicolas Ivanoff rivalise avec les meilleurs pilotes acrobatiques du monde dans son avion aux couleurs d’Hamilton. »
        .
        Je ne sais pas ce que vous en pensez , mais que ce soit concernant cette fort célèbre bataille navale au large des côtes françaises et le rôle primordial du HMS Rodney et de son commandant Frederick Hew George Dalrymple-Hamilton , ou que ce soit afin de souligner l’ importance vitale de la précision et de la coordination supposées parfaites des frappes de la coalition tri-partite sur la Syrie symbolisées par celle des chronos Hamilton , les deux choix du nom de code ont quand-même une autre « gueule » …
        Sincèrement , ça fait cent fois plus sérieux … 🙂
        .
        Cuirassé Bismarck :
        http://www.kbismarck.com/bism41fiord.gif
        .
        http://www.naval-encyclopedia.com/wp-content/uploads/2016/09/Bismarck-trumpeter.jpg
        .
        Le Bismarck photographié depuis le pont du Prinz Eugen lors du commencement de l’ Opération Rheinübung :
        https://images6.alphacoders.com/380/380857.jpg
        .
        Un véritable Leviathan …
        https://padresteve.files.wordpress.com/2013/05/zz_bismarck_escorted.jpg
        .
        https://i.pinimg.com/originals/13/8f/a7/138fa7c08e12fbb0bc9f45fcd0597105.jpg
        .
        Frederick Hew George Dalrymple-Hamilton :
        http://www.unithistories.com/officers/RN_officersD.html
        .
        HMS Rodney :
        https://i.pinimg.com/originals/62/c4/30/62c43066f84f81e61ed60ac72e335a5a.jpg
        .
        https://i.pinimg.com/originals/ff/6d/eb/ff6deb53a300a2a160fb8701d6e00a80.png
        .
        https://i.pinimg.com/originals/2b/c2/bf/2bc2bfa92dce6c3e84f55f77a1671e25.jpg
        .
        Documentaires vidéo :
        https://www.youtube.com/watch?v=bdGys6OsvSg
        .
        https://www.youtube.com/watch?v=L7k48Cin10M
        .
        https://www.youtube.com/watch?v=aEF6jm7s80Y
        .
        Film : Coulez le Bismarck ! ( euh … vous en faites pas pour les premières secondes … et puis il y a quelques inexactitudes par ci par là … 😉 )
        https://www.youtube.com/watch?v=Bqr9eJxbFYc
        .
        Chronos et montres Hamilton :
        https://img0.etsystatic.com/039/1/7275305/il_570xN.582932028_98qm.jpg
        .
        http://photobucket.com/gallery/user/stevez_/media/bWVkaWFJZDo1NzgwNTQ1MQ==/?ref=
        .
        Au fait , quelle heure est-il ? 😉

        • MD dit :

          Comme les Rosbifs étaient dans le coup, et qu’ils sont les spécialistes de l’humour à froid sur le dos des mangeurs de grenouille, je parierais plutôt pour Dame Emma, Lady Hamilton, la maîtresse de Lord Nelson, comme le savent tous les officiers de la Royal Navy.
          C’était une bien plus jolie personne que tous les personnages que vous avez cités . Et c’est pourquoi je que donne ma préférence à cette hypothèse .

          • ScopeWizard dit :

            @MD
            .
            Ah bon , vous pensez sérieusement que cela s’ est joué sur des critères de « mignonneté » fusse celle de la plus jolie fille de la Terre ?
            Je vous signale au passage que je n’ en ai cité qu’ une , le second Hamilton n’ étant qu’ une marque … 😉

  3. Myshl dit :

    Y’a qu’à.

    Si Dassault ne sait proposer qu’un Falcon, si Airbus ne sait nous fourguer qu’un A320, et puisque les japonais ont eux pensé l’Atlantique 3 que nous n’avons pas su penser…

    Y’a qu’à.

    • Waroch dit :

      euh… Non. Le marché européen se jouera probablement entre un modèle léger twin-turboprop pour succéder au Bréguet Atlantic (qui si je ne m’abuse partage ses moulbifs avec le Transall) et un modèle davantage taillé pour l’altitude, bi-turbofan Boeing P-8 ou plus probablement équivalent Airbus. Le Kawa en comparaison est un pachyderme quadri moteur, avec des moulins spécifiques. Trop gros, trop cher et peu adapté aux besoins européens à mon avis. Coopérer avec les japonais pour un futur avion, pourquoi pas mais un achat sur étagère dans un futur proche, je n’y crois vraiment pas!

      • bludo dit :

        Le P-1 est loin d’être un pachyderme, il fait la taille d’un P8 et est légèrement plus léger à pleine charge. Il a une voilure capable de basses vitesses et lui permettant de décoller et d’atterrir court. Les 4 moteurs ont un avantage, il est possible d’en couper 2 pour augmenter le temps sur zone . Cerise sur le gâteau, il est capable d’opérer aussi bien à basse qu’à haute altitude alors que le P8 n’est fait que pour la haute altitude.

    • James dit :

       » l’Atlantique 3 que nous n’avons pas su penser… »
      Justement, Dassault avait proposé l’ATL3 il y a plus de 15 ans!

      • Alpha dit :

        @James
        Oulala ! Vous prenez un risque là ! Fournissez lui vite un lien lui prouvant ce que vous affirmez, sous peine de vous voir traiter de blaireau ! Si, si, il l’a déjà fait l’animal !… 😉

    • FredericA dit :

      Les industriels ne fabriquent pas des avions de combats pour le fun mais pour les vendre à des clients. A ce jour, les pays utilisateurs de l’Atlantic et de l’Atlantiques 2 n’ont jamais commandé aux industriels, l’étude d’un éventuel remplacement.
      .
      Post scriptum : Pour votre information, le P8 Poseidon est basé sur le concurrent de l’A320 : le Boeing 737

    • Alpha dit :

      @Myshl
      Tiens, salut blaireau ! (Vous vous souvenez ?) 😉
      Pour répondre à votre post sur un sujet désormais fermé, où nous évoquions « l’Atlantique 3 », et tout en restant encore dans le sujet puisque vous insistez encore avec ce même projet d’avion PATMAR… Et puisque il vous fallait à tout prix un lien, que vos capacités ne vous permettait pas visiblement de trouver, des fois que le méchant Alpha mentirait au pauvre Myshl, qui se donne des airs de pisse-vinaigre de service…
      un en français…
      https://www.aviationsmilitaires.net/v2/base/view/Variant/1344.html
      un en anglais…
      https://www.naval-technology.com/projects/atlantique/
      et même Wiki l’évoque !…
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Breguet_Atlantic
      A la revoyure, camarade !… 😉

      • Nico St-Jean dit :

        @ Alpha

        Ça ne fonctionnera pas avec lui tant que vous ne lui fournissez pas un lien en russe …

        • Alpha dit :

          @Nico St-Jean
          Vous croyez qu’il boude ?
          C’est pas beau de bouder !
          Il avait pourtant juste à dire « Mea culpa » … 🙁
          Quel mauvais joueur ce Myshl ………

  4. Parabellum dit :

    Pourquoi pas et on pourrait aussi leur écheler des gros hydravions pour nos Zee et îles lointaines. Airbus ne sait pas bien faire le militaire et on peut sans doute coopérer avec les japonais qui on l expertise des hydravions puisqu on a oublié la notre…les falcon sont beaux et performants mais leur armement ne serait pas simple ni lourd.

  5. Nico St-Jean dit :

    On est tous ensemble pour le M4 OTAN alors je pense que le mieux serais d’attendre qu’Airbus ait finis ses études, qu’ils présentent leur A320 MPA dans les détails et faisons une compétition à 3 par la suite. On est tous pris avec des P-3 qui doivent être retirés pour la plupart et je pense que si l’on fais comme ça (restez ensemble pour faire un genre de contrat du siècle au gagnant) on vas payer beaucoup moins cher, peux importe le gagnant. Le P-8 partirait avec une avance au niveau du prix Flyaway à cause de l’effet de série mais j’ai hâte de voir ce qu’Airbus va proposer. Le P-1 à déjà une bonne réputation.

    • Orion dit :

      Sauf qu’on cherche a démarrer l’industrie Européenne, pas a booster les USA, donc encore une fois nous ne pouvons qu’espérer que l’acteur soit en Europe, pour l’Europe.
      .
      Au diable les fournisseurs US qui ont bien assez avec les USA pour remplir le carnet de commandes.

      • JP dit :

        Pourquoi ne pas faire comme les USA?
        Dans les appels d’offres européens, forcer la production sur le sol européen…
        Et ne pas se gêner à faire le coup du A330 MRTT. Annuler le projet et relancer un appel d’offre qui correspond plus aux produits européens…

      • Nico St-Jean dit :

        @ Orion

        L’Europe à besoin de commandes de ça propre industrie, nous sommes tous d’accord Orion, mais pas au point d’acheter un mauvais équipement comme cela c’est déjà vu dans le passé. Par exemple, la France à commis une grosse erreur en ne choisissant pas de réduire la commande de A400M au profit de 10 à 15 C-17 .. Il n’y à qu’à regarder le UK pour voir que cela aurait été la meilleure décision. Aujourd’hui la France dépend de toute l’OTAN pour ses OPEX et ce, depuis longtemps et pour encore longtemps. On à aussi un exemple US avec le KC-46, qui sera à terme un excellent appareil (comme l’A400M) mais les retards se font sentir et aujourd’hui les USA auraient un A330 MRTT en pleine forme.
        .
        Tout cela pour dire que quelques fois, l’obsession de l’option nationale peut être à double tranchant. Je ne dis pas que ce sera le cas avec l’A320 MPA, mais le tester avec 2 autres concurrents est le meilleur moyen de savoir à quoi nous avons à faire.

        • Orion dit :

          L’erreur des premiers projet ne dois pas empêcher de construire ceux de demain, en suivant le modèle FrancoAllemand, puis la génération d’après permettra d’ajouter les italiens, voir italiens / espagnols.
          .
          C5/C17 ont été des réussites d’entré ? Le F35 est une réussite totalement opérationnel depuis son début de production ?
          Non.
          .
          L’A400M est compliqué car il a reposé sur un faux espoir que tous pouvaient faire le taff ensemble. N’empêche que nous devons toujours faire passer l’Europe avant les USA. Les USA n’ont pas que des intentions « amicales » envers nous et nous devons nous en passer.
          Nous ne sommes absolument pas dans la même situation que le Canada qui ferait tout aussi bien de devenir un état US.

        • FredericA dit :

          « Il n’y à qu’à regarder le UK pour voir que cela aurait été la meilleure décision.  »
          .
          Il n’y a qu’à regarder le type d’opérations que conduit la France à l’étranger pour constater que les besoins sont totalement différents de ceux du Royaume-Uni. LOL !

          Blague à part (quoi que…), la France a choisi la location ponctuelle de gros porteurs projeter un corps expéditionnaire. Cette solution est différente de celle choisie par le RU (achat de C-17). Elle possède des avantages (pas de micro-flotte à entretenir) et des inconvénients (contexte politique) mais offre un service comparable. Dans tous les cas, le C-17 n’est pas la réponse ultime à TOUS les problèmes de transport !

    • Jolindien dit :

      Le P-1 a ses chances, mais il est quadrireacteur…
      À noter: il a été question en France (peut-être l’est-ce toujours?) d »acquérir des US-2 Japonais pour remplacer à terme les CL-415 de la Sécurité Civile. (Dieu sait qu’il y a un vrai besoin, et de plus les excellents Canadair ne sont pas éternels). En tout cas c’était proposé par 1 ou 2 députés il me semble. L’idée ne me semble pas incongrue. Un rapprochement plus général avec les Japonais n’est pas inintéressant…

      • Nico St-Jean dit :

        @ Jolindien

        Oui et à cause de ce choix de motorisation ET de cellule, les P-1 sont très coûteux en MCO me dit-on, comparativement aux P-8’s.
        .
        Les Canadair se devenu des légendes dans le domaine de lutte contre les incendies .. Tellement dommage que Bombardier ait manquer de vision pour son remplacement. Je travaille avec des gars qui ont assembler les CL-415 à North Bay et qui sont très sensibles lorsqu’on parle du remplaçant de ses appareils. Le US-2 serait un très bon choix.

        • Jolindien dit :

          Pourquoi Bombardier n’a pas donné de descendants ? Pas assez rentable ?

          • Nico St-Jean dit :

            @ Jolindien

            Parce qu’ils ont vendu la licence à Viking Air (c’est ce que je voulais dire par « manque de vision ») alors qu’ils avaient les moyens et les idées pour la suite, mais la Cseries à tout « bouffé » et monopolisé toutes les ressources.
            .
            Comme Fred le dit, il est vrai que Viking Air proposera une version modernisé des CL-415 mais pour le moment, ils sont à la recherche de clients potentiels et en discutions.

      • Fred dit :

        @ Jolindien
        Aux dernière nouvelles, l’idée serait de faire une commande européenne groupée de CL415 légèrement modernisés (le nouveau propriétaire de la licence, vendue par Bombardier – Viking Air – exigeant 25 commandes pour relancer la production).
        Je ne sais pas où on en est de ce projet (les CL415 français – les plus anciens – ont encore dix ans de vie devant eux) .
        .
        Les Trackers (à remplacer de suite) seraient remplacés par des C-295 (qui pourraient faire du cargo en dehors de la saison des feux).
        .
        Pour l’US-2, le problème est vite vu : son prix absolument astronomique, près d’un milliard de dollars, ce qui représente 75% du prix des … 25 CL-45 !

        • Jolindien dit :

          Oui effectivement, 1 milliard…. ça pique.
          Mais juste sur les capacités cet avion serait parfait!

  6. Rascasse dit :

    Sinon, Leonardo fait de très bons avions de patrouille maritime, même s’ils pourraient être gonflés en matière de systèmes électroniques. Or l’électronique pourrait venir de Thalès-Alenia, ce qui plairait sans doute aux italiens. Pour moi, ce serait une meilleure solution que l’avion japonais.

    Par contre, leur bel avion bombardier-d’eau US-2 pour remplacer nos Canadair vieillissants et pas assez nombreux, ce serait sans doute une belle occasion. Je ne connais pas d’autre équivalent en bombardier d’eau moderne capable de se remplir seul en rasant les flots (les autres concurrents devant se poser pour être remplis par tuyau), il est gros, emporte des quantités gigantesques, et vu qu’il est fait pour pouvoir éteindre des incendies causés par un tsunami, il peut aller se remplir sur une mer déchaînée, ce qui nous en dit long sur la résistance de sa structure. Ce serait une autre très bonne manière d’engager une coopération avec les japonais.

  7. themistocles dit :

    Intéressant, surtout dans l’hypothèse de l’abandon de la rénovation du système d’arme des ATL2 qui intervient maintenant trop tard , non seulement au regard du vieillissement des cellules mais aussi des capacités limitées de l’industriel a fournir les avions dans des délais compatibles avec la fin de vie de l’avion. Avec un maximum de 2 avions modifiés par an à partir de 2020 ( si tout se passe bien) on obtient une flotte modifiée au standard de 2015, en 2029. Un an avant la fin théorique des avions, s’ils tiennent jusque là. Trop peu, trop tard….

  8. Lagaffe dit :

    On a aussi le Casa C295 MPA/ASW Persuader proposé par Airbus qui peut entrer dans la course.

  9. Lothaire dit :

    Excellente perspective.
    Et quid de l’Hydravion US2? ne serait-ce pas une option interessante, notamment pour les territoires d’Outre Mer?

    • Fred dit :

      @ Lothaire
      Cet excellent avion, l’armée japonaise, qui n’en possède que six, n’en est pas satisfaite et pour cause : son prix exorbitant, près d’un milliard de dollars !

  10. Davy Cosvie dit :

    J’aimerais comprendre pourquoi l’on n’utilise pas des ballons dirigeables « dronisés » pour faire de la surveillance maritime ?

    • ji_louis dit :

      1) Parce qu’ils sont inopérable par grand vent.
      2) Parce que changer d’altitude à tout bout de champ est un problème pour eux.
      3) Parce que leur lenteur est rédhibitoire.

    • FredericA dit :

      Parce qu’ils seraient uniquement limités à la surveillance. Trop vulnérables, ils ne pourrait pas participer aux opérations de combat (comme l’a fait l’Atlantique 2 récemment contre Daesh par exemple).

    • Davy Cosvie dit :

      @ ji_louis & FredericA
      Je vous remercie de vos réponses.
      Toutefois, je ne suis pas vraiment convaincu : a-t-on vraiment besoin d’un seul type d’engin PATMAR à tout faire ? Il y a de vastes surfaces de notre ZÉE où le vent ne souffle jamais à 100 km/h, ou seulement de façon localisée et brève (par cunimb que l’on peut éviter) : toute la zone équatoriale entre 10° N et 10° S. Là un ballon pourrait faire de la surveillance des pêches et des trafics plus économiquement et avec plus d’autonomie qu’un avion. Dans d’autres zones où le vent souffle parfois trop fort, l’on pourrait utiliser le ballon par temps calme et l’avion par temps agité. Etc.
      Je crains que le tout-avion pour la PATMAR résulte surtout d’habitudes, de réticence à innover, de manque d’imagination (pour des motifs culturels, probablement).

  11. basstemp dit :

    Lol , un quadri-réacteur … C’est bon mais non merci … (gouffre financier par rapport a des bi-réacteurs ou hélices)

  12. Il ne faut surtout pas sous-estimer les possibilités du P8 Orion qui pourrait s’imposer pour le renouvellement des avions de patrouille maritime français et allemands.

    Bien que l’équivalent existe chez des constructeurs tels qu’Embraer, Saab et Bombardier, il ne faut pas oublier l’influence des relations politiques entre chefs d’états, qui in fine ont le dernier mot en favorisant l’un ou l’autre appareil!

    Vu les liens très étroits qu’entretiennent les Présidents Macron et Trump, il ne serait pas exclu que la France opte en dernier lieu pour le P8 Orion aux dépens des autres.

    Les traditions bilatérales tout comme des fortes relations politiques conditionnent souvent l’achat de matériel militaire lourd. Il suffit de d’observer les cas de la Grande-Bretagne ou plus récemment de la Pologne privilégiant le choix de matériel américains faute de savoir produire des armes locales.

    Attendons de voir si le Japon arrivera à s’imposer sur le marché de l’aéronautique militaire! Seul l’avenir nous le dira.

  13. Pierre dit :

    Je comprends pas pourquoi on doit acheter japonais alors que notre ATL2 est le meilleur dans son domaine et fait par Dassault donc français et ainsi de très bonne qualité par rapport aux japonais.

  14. Mav dit :

    Plusieurs points. D’abord, echanger des technos avec les Japonais dans le deomaine Sécurité Nationale est a priori un bon investissement pour l’avenir, étant donné l’importance à venir du théâtre Pacifique. Ensuite, un quadrireacteur, ce n’est pas forcément mal pour partir en patrouille loin des côtes, et le P1 peut opérer sur 2 la plupart du temps. Ensuite le P1 est cher c’est vrai mais apporte des avantages intéressants: endurance extrême, posers courts sur terrains limites, baie d’emport supérieure au P8 (qui fait l’objet d’études pour emporter des missiles air air et air sol longue portée), une capacité AI pouraider à la mise en oeuvre des capteurs (systeme de combat HYQ3), un radar AESA optimisé pour la PATMAR (DCPA), un MAD (seul le P8 indien en dispose), une LDT compatible L16 et des SATCOMs, et surtout, des commandes fly by light, drôlement intéressant dans des environnements EM perturbés ou pour éviter de perturber des équipements de détection. Le pari opérationnel du P8, c’est de conserver un profil mission essentiellement haute altitude pour éviter d’user une structure dérivée d’un hybride d’avions civils (quoi que renforcée). Il fait cela avec des capteurs adaptés (notamment des sonobuoys NG) des torpilles largables à haute altitude et une planif très automatisée des patterns de largage des sonobuoys. Le P8 est aussi pensé pour être employé en lien avec des drones type Triton. Le P1 quant à lui repose sur un concept plus classique, mais poussé à son apogée. En tous cas, avec tout le respect pour les solutions de Dassault, ATR, Airbus ou Saab, les P8 et P1 sont quand même dans une autre gamme.

  15. Fabien dit :

    @ Pierre
    Pour des raisons multiples et de tous ordres: d’abord parce que les ATL2 ne sont pas immortels et que le danger sous-marin est réel, notemment pour nos S.N.L.E.
    Ensuite parce que ce qui est un projet potentiellement structurant pour l’Europe n’a pas reçus la moindre attention de la part des décideurs, qui préfère ne rien faire ou acheter américain (quoi qu le premier cas soit de loin le pire), et cela au même titre que le cyberdéfense, les AWACS, la cryptographie et les tankers… dans une moindre mesure, grâce à l’ A330 MRTT.
    .
    Enfin, il y a d’excellentes relations entre la France et le Japon sont devenue stratégique pour contrebalancer l’activisme Chinois. Pour ce que cela vaut: https://www.ttu.fr/tokyo-dela-de-washington/
    En espérant vous avoir aidé…

  16. Jean la Gaillarde dit :

    Encore une fois, je sais que je suis perroquet la dessus, mais, que veulent les militaires ? Quelles sont leurs critères ? Ensuite on voit si un européen peut fournir et on met en concurrence avec d’autres pays fournisseur. Pour moi, le Japon, de part sa configuration, est certainement un bon atout pour tout ce qui touche à la patrouille maritime. Mais, pour la protection de nos ZEE et nos côtes, que demandent les militaires ? Quel est le cahier des charges ? Après on regarde ce qui correspond, puis le prix et la maintenance.