L’Australie commande 211 véhicules blindés Boxer auprès de Rheinmetall

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

44 contributions

  1. Pierro dit :

    J’attends la gueulante des troupes Australiennes sur les problèmes de qualité de ce matériel « made in Australia » (grand classique quand ils prennent à leur charge la production).

  2. Pierro dit :

    Quand on suit le lien il est dit que l’AMV-35 est armé d’un canon de 35m et non 20mm 😉

  3. Patatra dit :

    Je suppose que le VBCI était en compétition également ?

  4. Bohé dit :

    Simple question d’un non spécialiste : Nexter n’avait rien d’équivalent à proposer? Après on a eu les sous-marins, on ne peut pas tout avoir 😉

    • dffdqf dit :

      Nexter proposait le VBCI. Mais entretemps, Nexter Systems et Krauss-Maffei Wegmann (KMW) ont fait des participations croisées pour créer KNDS. Finalement, ils ont choisi ensemble d’enlever le Boxer (produit de KMW) de la compétition au Qatar (où la lettre d’intention d’achat de 490 VBCI a été signée l’année dernière), et le VBCI de la compétition en Australie. Moins de concurrence, plus de marge.

      • Albatros24 dit :

        Plutôt interessant pour nous car les vbci seront produits en plus grand nombre…et en France surtout.

    • basstemp dit :

      Moi je pense justement que l’obtention du marché des sous marins a décidé pour ce blindé

      L’Australie étant un des pays occidentales les + proches de la Chine : Ils se sentent menacés par la montée des tensions dans le pacifique et notamment les questions diplomatiques de territoires en Mer de Chine

      Ils ont « besoin » a leurs yeux d’un maximum de coopérations internationales et donc d’accords de défense divers et de surveillances territoriales maritimes

      Et pour cela ils utilisent l’aspect diplomatique fort de ventes d’armes avec des pays dits crédibles diplomatiquement en cas de crise sévère avec la Chine (mais aussi l’Indonésie)

      Nous avions peu de chance dans une telle logique de remporter 2 contrats aussi importants a la suite …

  5. Affreux Jojo dit :

    ASLAV. 8 roues motrices, et même dans sa version LAV 25 (avec tourelle biplace armée d’un chaingun de 25mm alimenté à plus de 700 coups), plus léger qu’un Vab Ultima… Bin dites donc les gars…

    • nexterience dit :

      Oui, et ça lui permet d’être amphibie, d’ailleurs.
      En contrepartie, sa protection, forcément très faible (résiste-t-il à du 12.7?) doit être la raison de son obsolescence.
      .
      Le Boxer est très lourd à cause de sa conception modulaire à double chassis: un vbci est plus léger à protection égale. Et la mobilité est bridée par ses 38t pour un 8×8.
      .
      A 15 millions le Boxer, même avec des options, c’est hors de prix.

      • Affreux Jojo dit :

        C’est une conception d’un autre temps, les capacités amphibies, où les blindés qui transportaient les troupes devaient être capables de franchir les grosses coupures d’eau du Centre Europe et résister avant tout aux dégats causés par les schrapnells des barrages et préparations d’artillerie. Porter de la troupe au plus près du feu et la débarquer pour continuer le combat à pied. Concept du VAB entre autre. Et pour les Piranhas, être en plus capables de débarquer sur des plages et/ou de foncer sur de grands axes ouverts pour pénétrer très en profondeur dans de vastes régions peu ou pas défendues. Le concept avait trouvé déjà ses limites pendant la guerre du golfe 2, avec l’enlisement d el’occupation du terrain et la réorganisation de sresistances, centrées sur de scapacités ied et très évasives.

        Ce Boxer ultra lourd répond bien aux problèmes actuels.

      • Albatros24 dit :

        Combien coûte le vbci aussi bien armé et protégé ?

        • fab76 dit :

          Contrat en cours de négociations avec le Qatar : 490 VBCI pour 1.5 milliards soit 3 million par engin…

  6. Wrecker 47 dit :

    Ce véhicule blindé est trop lourd pour des terrains de montagne , comme en Afghanistan ,les compartiments de terrains sont souvent très courts selon les régions .Il risque de ne se cantonner qu’aux grands axes, possédant des ponts et des routes adaptés à sa longueur,son encombrement et son poids …Plus haut que le précédent véhicule ,son exposition aux tirs de roquettes en font une belle cible visible de loin …espérons qu’il roule assez vite pour ne pas être touché…Les talibans ont « du métier » et l’attendront certainement sur des points de passage obligés,et des terrains favorables à leurs tirs et à » l’embuscade blindée. »..limitant les possibilités d’emploi de ses armes de bord de ce blindé transport de troupes … On peut avoir des doutes sur les blindages composites ,les talebs ont la fâcheuse habitude de connaître très vite les points faibles des blindés …

    • FredericA dit :

      « Plus haut que le précédent véhicule ,son exposition aux tirs de roquettes en font une belle cible visible de loin »
      .
      Plus haut = on limite les dégâts dus aux mines et IED MAIS on est plus visible
      Moins haut = on est moins visible MAIS on subit de plein fouet les dégâts dus aux mines et IED
      A un niveau média = on cumule les inconvénients
      .
      Les ingénieurs ont des dizaines d’années de RETEX sur ce sujet. Si on leur faisait confiance 😉 ?

      • Ancien dit :

        Sans rien vouloir reprocher aux ingénieurs, il faut reconnaître que l’on ne peut pas leur faire absolument confiance quand-même.
        Pour un motif simple : leur méconnaissance des conditions dans lesquelles seront employés les matériels qu’ils conçoivent. A cet égard, le VAB est un exemple typique.
        Non seulement les ingénieurs ont rarement une expérience du combat, mais les militaires avec lesquels ils traitent (DGA, STAT, service du Matériel) sont rarement eux-mêmes des gens aguerris. Lorsque l’on envoie un matériel « pour expérimentation » dans une unité de combat, c’est trop tard pour modifier le projet, la production est lancée et si l’on peut améliorer quelques bricoles (l’emplacement des lance-pots fumigènes par exemple) on ne peut pas reprendre une conception qui est erronée dès l’origine.
        .
        La conception a toutes les probabilités d’être erronée dès l’origine parce que les ingénieurs doivent s’appuyer sur une hypothèse d’emploi : or cette hypothèse, elle est du domaine politique. Sur les questions militaires on revient toujours au même problème, quel que soit le sujet abordé. Aucun Livre Blanc (même camouflé sous l’appellation « revue stratégique » moins connotée d’incompétence) n’a jamais correctement prévu, ne serait-ce que dans les grandes lignes, la situation géopolitique et stratégique à venir : le LB de 1972 n’avait pas un instant imaginé les opex : elles prendraient pourtant un certain volume dès 1978.
        .
        On restait sur l’hypothèse d’un combat retardateur dans la plaine d’Europe centrale, en « ambiance nucléaire ». C’est ainsi que le VAB n’était pas fait pour résister aux mines (parce que l’on ne mine pas le terrain sur lequel on a l’intention de passer), mais était amphibie contre toute logique, comme si l’ennemi allait nous bloquer en détruisant les ponts, retardant ainsi sa propre avance vers l’ouest. Quant à la protection nucléaire, elle était tout autant illogique : l’ennemi n’allait pas nucléariser le terrain où il voulait avancer. De cette incohérence les ingénieurs n’étaient certes pas responsables mais plutôt des militaires à l’étroit dans leurs camps de manœuvre et par conséquent à l’étroit aussi dans les concepts plus ou moins clausewitziens et passéistes qu’ils tentaient d’y développer. 
        .
        Pour l’engin dont on parle aujourd’hui, il est bien possible que l’on soit encore dans une situation où personne n’a dit aux ingénieurs quel genre de guerre ils préparent.
        Aggravant le problème, l’objectif commercial : un produit que l’on veut exporter doit être convaincant pour toutes sortes de clients qui n’ont pas les mêmes besoins. L’on en a déjà parlé au sujet d’un projet de char franco-allemand.
        .
        Le roi des animaux, ce n’est pas le lion mais c’est le canard car il sait tout faire : marcher, voler, nager, cancaner. Et de plus il est polycarburant : le canard mange de tout.
        Avec les cahiers des charges complètement bâtards que l’on donne aux ingénieurs, il ne faut pas s’étonner qu’ils inventent des canards. Le concept VAB a encore de beaux jours devant lui.

        • tschok dit :

          @ Ancien,
          .
          « Pour un motif simple : leur méconnaissance des conditions dans lesquelles seront employés les matériels qu’ils conçoivent. »
          .
          Je reformulerais, quant à moi: les ingénieurs ne peuvent pas toujours anticiper à coup sûr les conditions réelles dans lesquelles le matériel qu’ils conçoivent sera, en pratique, employé.
          .
          C’est le cas du VAB par exemple. Il a été conçu pour un certain schéma de guerre (que vous décrivez) et, en définitive, il n’a jamais été employé dans ce schéma de guerre.
          .
          Dans une moindre mesure, c’est également le cas de l’ATL2: il a été employé à d’autres missions que celle de son cahier des charges initial, et des missions assez différentes.
          .
          Pourquoi? Parce que les ingénieurs sont des idiots? Pourquoi pas, mais surtout parce que l’avenir reste assez imprévisible et on s’y adapte avec ce qu’on a sous la main.
          .
          Par exemple, aujourd’hui, personne n’est capable de dire si le Leclerc sera employé demain dans des combats de chars. Peut-être que oui, peut-être que non.

    • Montaudran dit :

      Votre remarques n’est pas dénuée de bon sens mais on se retrouve devant le choix cornéliens:
      Soit c’est trop léger comme le LAV-25 et les troupes ne sont pas suffisamment protégées
      Soit c’est trop lourd et la mobilité dans certaines conditions est empêchée.
      *
      Quant au blindage composite c’est une avancée par rapport aux blindage en acier corroyé simple mais il n’empêchera pas le blindé d’avoir des points faibles et de toute manière des limites. On a vu des vidéo montrant un Abrams faire la culbute sur un IED. Quand on y met les moyens il n’y a pas d’échappatoire sauf à détecter l’action ennemie.

    • jyb dit :

      @wrecker47
      bonne lecture terrain. Pour l’afghanistan, le véhicule correspond bien aux missions actuelles contrôle de zone dans des régions roulantes. Très peu d’engagement en terrain chaotique et dans ce cas on privilégie les opé aéroterrestres.

    • Nexterience dit :

      La hauteur des véhicules récents est due à la taille des fantassins (Et ceux d’ ici 40 ans) qui augmente considérablement en deux générations!
      Les russes ont des vci compactes car ils sont vieux!

    • Marsouin dit :

      Une manœuvre est une combinaison de moyens aéroterrestres. On engage des moyens aériens (Drones, hélico, avions) et terrestres (a pieds et en véhicules).
      L’ennemi peut attendre depuis les points de passages obligés et au passage se faire vitrifier. Ça se passe souvent ainsi.
      Être dans un VBCI ou bénéficier de son canon de 25mm c’est tres bien et ça peut rapporter gros. Je vous l’assure.

  7. Polymères dit :

    Ce Boxer CRV est un véhicule de 38,5 tonnes armé d’un canon de 30mm et missiles spike (il occupe un peu le rôle dédié à notre futur Jaguar, même s’il y a des différences d’utilisation), c’est une version « lourde » de ce véhicule comparé aux autres versions dédiés au transport de troupes, d’ailleurs cette version n’emporte que 4 personnels à l’arrière.
    En tout cas les allemands sont également bien placés avec ce contrat pour remplacer les M113 par la version transport de troupes du Boxer après avoir déjà raflé un contrat pour fournir 2500 camions. Ce choix australien pourrait également faciliter une décision britannique.
    .
    Ce qui est intéressant dans l’article c’est la 2e photo, où l’on voit le Boxer face à celui qu’il va succéder, on pourrait croire qu’il y a un effet de profondeur qui fait que l’un est beaucoup plus gros que l’autre, pourtant non, ils sont bien face à face et on constate bien le monstre et la réalité de l’ASLAV…

  8. Bobinski dit :

    33 Tonnes… Autant c’est un véhicule pertinent pour des nations comme l’Allemagne et la Lituanie dont la politique militaire se cantonne a la stricte défense du territoire, autant pour une nation habituée aux opex ça fait un peu lourd, non ?

    • Alzoc dit :

      Et le VBCI (avec une masse comprise entre 29 et 32t en ordre de combat)?
      Pourtant on ne peux pas accuser l’armée française de ne pas partir en OPEX.

      Les Australiens ont des C-17 et des C-130. Sur le coup le Boxer est trop lourd pour les C-130 (max 19t) et ils utiliseront leurs C-17
      Les Européens ont (auront) des A400M qui se situent entre le C-130 et les C-17 (30t de charge utile).

    • Montaudran dit :

      Il y a une tendance certaine vers l’alourdissement, un haut gradé américain disant qu’il ne voyait pas de solution miracle pour contrecarrer cette tendance. Les mesures actives ayant plutôt à se rajouter en terme de masse à un blindage généreux.

  9. Hermes dit :

    Je ne connais absolument pas les specs de l’AMV35 (dont c’est la première fois que j’en entend parler).
    .
    Mais il y a peut j’ai vu que l’Australie voulait devenir un des top 10 d’exportateurs d’armement et pourtant sans rechigner elle importe plutôt que de financer une branche locale. Pas certains que ce soit le meilleur plan, mais si le boxer est le meilleur des 2 véhicules tant mieux pour les soldats !

    • tschok dit :

      @ Hermes,
      .
      C’est le Patria AMV finlandais avec un tourelle et un canon de 35mm. Un best seller: environ 1.400 vendus à travers le monde, en différentes versions.
      .
      La Finlande est un pays industriel dont on découvre l’existence en utilisant un chariot élévateur (Konecranes), en prenant l’ascenseur (Kone), en passant un coup de téléphone (Nokai), en utilisant une paire de ciseaux (Fiskar), ou en voyageant en bateau (Wärtsilä).
      .
      Et ils font aussi des blindés. Ils sont bons.

      • girardin dit :

        ne pas oublier non plus la mise au point par les finlandais du .338 Lapua Magnum qui,
        grâce à ses performances, tend à supplanter, au moins partiellement, le calibre .50

    • Lagaffe dit :

      Le Patria AMV35, c’est aussi du lourd.
      http://www.military-today.com/apc/amv_35.htm

  10. Demento dit :

    Sure une autre note, celle de l’histoire de l’Eurocopter Tiger en Australie:
    « Due to the helicopter’s ongoing problems, such as running seven years late in reaching final operating capability, Defence was considering whether to put the upgrade money towards a new, more reliable helicopter.
    However this month, in a signal that Defence is to upgrade the Tiger, big aviation companies were informed by letter that Defence is to “stick with” the Tigers and not to bother pitching alternatives until the 2020s »
    https://www.theaustralian.com.au/national-affairs/defence/defence-chooses-to-repair-rather-than-replace-grounded-helicopters/news-story/3e34e5f7d0a641b78db0806d69c01319

  11. Lagaffe dit :

    Question létalité, le VBCI fait de plus en plus bas de gamme, sauf pour la version que l’on va vendre au Qatar (32 tonnes, motorisation plus musclée et tourelle T40).
    Il faudrait songer à un retrofit vers le haut de nos propres VBCI, surtout face à des blindés ennemis de plus en plus surblindés et de nouvelle génération.
    On n’aura pas toujours que des pitres en short et sandalettes en face de nous.

    • Affreux Jojo dit :

      Le VBCI est un excellent véhicule, Qu’en pensent nos hommes ? Je ne crois pas qu’ils s’en plaignent.

    • Polymères dit :

      Bas de gamme? Tout dépend ce qu’on entend par là et tout dépend de quoi on parle.
      Il ne faut pas confondre un engin de reconnaissance et de combat avec un VCI. Ici le rôle de ce boxer c’est le rôle qu’aura notre Jaguar.
      Le Boxer en Allemagne ou aux Pays-Bas ont au mieux une 12.7 comme arme principale, voir un LG de 40mm.Chez eux le Boxer est un peu comme notre VBMR, mais dans des quantités beaucoup plus faibles.Les allemands ayant à côté également leur véhicule de combat, le Puma.Après que ce soit sur roue, sur chenille, chacun fait comme il veut, certains veulent que ces véhicules disposent d’une capacité de transport, d’autres comme nous, n’en faisons qu’un véhicule pour le combat ou le VBCI arrive derrière pour cela, chacun s’organise un peu comme il veut.
      .
      Après pour les blindés « ennemis », que considérez vous comme ennemi? Car la réalité des ennemis qu’on rencontre vraiment, ce n’est pas vraiment ce genre d’engins, mais bien de l’ancien et bon nombre continue à préférer l’achat de BTR80 ou autres VCI qui sont loin d’être surarmé et surblindé, mais encore une fois, ce n’est pas au VBCI d’affronter ces blindés, mais au Leclerc ou au Jaguar à défaut de soutien aérien.
      Il y a des pays qui achètent du gros, c’est vrai que ça se répand ici et là, que la Russie conçoit de nouveaux véhicules (mais ils n’ont pas grand chose pour ne pas dire rien pour l’heure), ce genre de véhicules ne prolifèrent pas et restent des engins pour des nations qui ont de l’argent.
      .
      Malgré cette réalité, vous avez raison, on se doit de se préparer à refonder nos VBCI pour qu’en 2030, ils soient capables de faire face à des blindés ennemis plus lourdement blindés, dans un soucie de donner au VBCI une capacité supplémentaire évitant une dépendance au Jaguar et au Leclerc. La complémentarité actuelle fonctionne, mais s’il est possible d’offrir au VBCI une autonomie offensive face à des blindés lourd, c’est un avantage nécessaire.
      Alors que faire avec notre VBCI? Le plus simple c’est de lui greffer des MMP, car un missile anti-char, ça permet justement de tout percer.On pourrait donner une 7.62 téléopérée au chef de char pour un appui supplémentaire.
      Par contre pour la tourelle principale et son canon de 25mm, je vois mal un changement, on doit maintenir une capacité de transport d’un groupe complet, soit 8 hommes, mettre une tourelle de 40mm va prendre de la place et qui plus est, le VBCI a déjà un « trou » décentré pour l’actuel tourelle, je vois mal un découpage de la taule et un gros travail de soudure là dessus.
      Donc les MMP, ce sera déjà une bonne chose.

    • Nexterience dit :

      Si on était riche, nous aurions acheté des vbci 2, mieux aboutis car issus des retex.

      • Polymères dit :

        Si on était riche on aurait acheté le rafale F-4 plutôt que d’acheter le F-2, sauf que peut-être comme pour le VBCI, il y a un facteur « temps » que fait que le VBCI 2 n’était pas là il y a 10 ans.

  12. sentinelle dit :

    quand on parlait de la fabrication des deux (VBCI) un responsable de programme me racontait les faiblesses du programme Boxter, alors je ne comprends plus finalement il n’était pas aussi déficient que ça mais il y a effectivement le problème du nombre de combattants avec une grosse tourelle et la résistance d’une partie du chassis pour autant que je m’en souvienne des améliorations ont du être apportées au dessin initial .

  13. Cymmus dit :

    Il n’y a pas une erreur sur le prix de ces 211 Boxer ?
    3,3 Milliards d’euros pour 211 véhicules cela fait plus de 15 Millions par véhicule.
    Pour un blindé de ce type que est de par son poids et son armement un peu au dessus de notre futur JAGUAR, il me semble que ce dernier coûte 500.000 euros.

    • Polymères dit :

      Avec le temps on devrait comprendre qu’un contrat d’armement ce n’est rarement juste un achat du produit, il y a la maintenance, le savoir-faire technologique et industriel pour une fabrication sur place, les munitions, les formations etc…
      C’est peut être 15 millions, mais 15 millions qui couvre une période opérationnelle de 15 ans, avec les usines et autres.Quand le client met les moyens, il obtient ces concessions.
      Après bien entendu, s’ils avaient achetés directement aux allemands, ils auraient payés bien moins, mais ils voulaient faire du local…
      Sinon, ce Boxer n’est pas moins armé que le Jaguar, il a un canon de 30mm assez « classique » quand le Jaguar en a un de 40mm qui utilisera des munitions télescopés, ils ont tous les deux des systèmes anti-char à 2 missiles (l’un le Spike, l’autre le MMP), puis les deux ont 1 mitrailleuse de 7.62, une Mag58 pour les deux.
      Après le Boxer est mieux blindé par ce qu’il est également un véhicule bien plus gros, qu’il est une adaptation d’un VCI et non pas un véhicule spécifiquement conçus pour la reconnaissance et le combat.

    • Blondin dit :

      idem pour le remplacement des M113, 15 milliards pour 420 véhicules, soit 35 millions l’unité !! il doit y avoir erreur de chiffres, ou les contrats incluent le MCO sur x années, l’armement, des options… mais ça fait beaucoup quand meme !

  14. raca dit :

    Vu les caractéristiques du blindé et son prix le Freccia de Leonardo (Iveco-Oto Melara) vu en Afghanistan ….aurait été un meilleur choix….

    • Ulysses S. Grant dit :

      @ raca
      Vous pouvez envoyez vos précieux conseils via le lien ci-dessous :
      http://www.defence.gov.au/
      Nul doute que le département de la défense du gouvernement australien prendra en considération un avis si pertinent et motivé. 🙂

      • raca dit :

        mon cher compatriote nous tous donnons un avis personnel sur la base de nos connaissances livresque et pour certain pratique mieux de près (de visu si vous préférez) vous avez le droit de ne pas être d’accord mais je reste sur mon avis et si vous aviez mes informations vous seriez de mon avis. Cela dis le gouvernement Australien prend sa décision librement et moi je reste de mon avis.

  15. Albatros24 dit :

    Combien coûte le vbci aussi bien armé et protégé ?