L’offensive turque à Afrin contraint les Forces démocratiques syriennes à suspendre leurs opérations contre l’EI

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

61 contributions

  1. yannus dit :

    Malheureusement, les Kurdes sont logiques.
    Les Ricains laissent les Kurdes se démerder avec la Turquie à Afrin; en retour,
    les Kurdes laissent les Ricains se démerder avec l’EI.

  2. jyb dit :

    Donc en lisant entre les lignes on comprend bien que ces fds arabo kurdes qu’on nous vend depuis des mois sont effectivement des forces kurdo kurdes et que la composante arabe de ces fds n’est pas en mesure de combattre, ou ne veut pas combattre ses propres cousins…

    • Auguste dit :

      La composition des troupes FDS n’a jamais trompé personne et surtout pas Erdogan qui a toujours considérés les FDS comme Kurdes.Les Arabes c’est pour la photo.A noter qu’à Raqqa Assad a formé un nouveau corps à Zor-Shamr,sur les terres de la tribu du même nom,dans la campagne de Raqqa.Sous le label « Sanadid Al-Jazeera Shield » ils ont pour mission de combattre l’occupant américain et ceux qui veulent la sécession de la Syrie.Pour l’instant ils sont 150 sous les ordres du 5ème Corps,mais m’est avis que les rangs vont grossir et les FDS maigrir.Sans compter tous les barbus qui vont se refaire une virginité dans le camp Assad.

      • Rigel dit :

        Normal…. Assad n’allait pas combattre ceux qu’il avait libérés..
        Les barbus terroristes de L’EI

        • Vince dit :

          Ben oui – rappelez nous les dates de la création de l’EI et de ces libérations ?

      • jyb dit :

        On parle de la tribu des shammar. Cette création participe du plan général des syriens pour recouvrer leur intégrité territoriale en organisant la résistance. Elle s’inscrit dans la continuité de légitimer par des forces locales le pouvoir syrien contre une armée d’occupation. C’est ce que j’avais déjà évoqué lors des frappes de la coalition contre les « forces de défense locales » mais la présence des mercenaires russes a occulté cet élément dans le traitement médiatique.
        L’aas a joué sur les noms et symboles pour créer cette force. Sanadid (les braves) fait directement echo à l’armée des sanadid (jaysh al sanadid) qui est LA composante arabe des fds. A voir qui compose ce noyau mais il est probable que ce soient d’anciens fds.
        nb : le volume de cette composante arabe des fds se comptait en centaine d’hommes.

          • jyb dit :

            @robert
            au moins ce n’est pas de la langue de bois mais si le tableau peint corrige la vision débilitante qu’on veut nous faire gober, il y a quelques inexactitudes ou erreurs qui ne sont pas non plus innocentes. ça mérite d’etre écouté.

          • Robert dit :

            Jyb,
            Effectivement, il est engagé du côté d’Assad et ne le cache pas, au moins favorable sinon militant, je n’en sais pas plus.
            Mais, à la différence de bien d’autres, il sait de quelle réalité il parle, c’est la sienne, il ne cache pas ses opinions derrière un pseudo humanisme, et on peut critiquer voire contester ses points de vue.
            Avouez que c’est un peu ce qui manque quand on parle de la Syrie, que tous les points de vue puissent s’exprimer librement afin de permettre un échange critique.
            Nos médias français auraient du mal à faire plus franc et clair, sauf rare exception qui confirme la règle. Ils pourraient sans difficulté s’ils voulaient, ils en ont les moyens, mais ne s’y risqueront pas, ils savent de quel côté la tartine est beurrée.
            La journée de la Femme sera donc consacrée comme les autres à favoriser la victoire de la négation de la dignité de la même femme par l’islam en Syrie, comme en France, au nom des droits de l’Homme.
            C’est pas beau le Progrès ?

    • Motox1 dit :

      Rien d’anormal, surtout vu l’agenda des Kurdes

    • datamo dit :

      Malgré le recyclage de certains daeshiens en déshérence fait pour arabiser les fds.

    • Robert dit :

      Jyb,
      Que pensez-vous des affirmations de cette universitaire israélienne selon lesquels les israéliens auraient pris le relais des américains pour soutenir, en fournissant armes, munitions et salaires à sept groupes islamistes qui combattent le régime syrien?
      http://www.europe-israel.org/2018/02/israel-soutiendrait-au-moins-sept-groupes-rebelles-contre-damas-pour-securiser-le-golan/

      Merci par avance.

      • jyb dit :

        @robert
        Attention c’est vous qui dites ISLAMISTES moi je lis groupes rebelles (.)
        oui israel depuis un certain temps soutient des groupes rebelles en essayant de ne pas trop se compromettre avec des islamistes ou des djihadistes mais comme pour les us
        la tâche est ardue. Si israel a repris à son compte ces groupes du front sud c’est que leur objectif coincide avec une priorité d’israel, à savoir contrarier les milices pro-assad et le régime syrien.
        Donc parmi les 7 groupes (non) évoqués certains sont effectivement des rebelles modérés. Je pense en particulier à quwat al shahid Ahmed abdo . En revanche d’autres sont ouvertement salafistes et même si ils revendiquent un recentrage de circonstance leur passif est pro- djihadiste.
        Une certaine confusion demeure sur les leaderships de ces groupes. Des cadres ont été éliminé sans qu’on sache qui les a executé ou fait executé, on parle d’un nettoyage de la cia ou des rens jordaniens, des moukhabarats syriens, règlement de compte internes…

        • Robert dit :

          Jyb,
          Pour certains peut-être, mais le financement et l’armement, puis les alliances en font des alliés objectifs des islamistes. C’est pour cela que je ne fais pas de différence, parce que leur ennemi est commun et leurs alliés aussi.
           » Si cette dernière ne prône pas le djihad, elle a pu s’allier avec des groupes islamistes comme le Front al-Nosra ou Ahrar al-Cham »
          Enfin, pour ceux qui affirmaient que Israël ne participait pas à cette guerre et que les américains ne soutenaient pas d’islamistes, il faudra nous expliquer.

  3. jyb dit :

    c’est un élément récurrent de cette guerre civile, les proxies qui combattent sur le terrain on toujours gardés une autonomie et liberté d’action contrariant régulièrement leurs « sponsors ». C’est vrai pour les turcs, les saoudiens, les russes, les américains… A ce niveau là, ce sont les milices chiites pro iraniennes les plus disciplinées.
    On se souvient qu’après la chute de raqqah, les « forces démocratiques syriennes » ont pavoisé la ville de drapeaux des ypg et de portraits géants d’ocalan devant lesquels a été organisé une parade militaire. Pas facile pour la coalition de communiquer derrière çà.
    Les russes et la coalition partagent le même problème aujourd’hui, les fds pro us ou les ypg du canton d’afrin, plutôt que de faire profil bas donnent raison à la propagande turque en exhibant à afrin, Manbij, hassaké etc des portraits d’ocalan et les symboles ypg…
    Est ce que ces actions sont de nature à galvaniser la résistance kurde, je ne sais pas. En revanche
    elle complique l’action des américains et des russo-syriens.

  4. jyb dit :

    Les rebelles qui opèrent dans la ghouta sont : Jaysh al islam, faylaq al rahmane , ahrar al sham
    mais aussi hayat tahrir as sham (al qaida).
    La présence de hayat tahrir as sham est une des raisons qui donne les coudées franches aux russo-syriens pour conquérir la ghouta aux yeux des occidentaux, sachant que sur le plan intérieur et régional, le régime entend recouvrer in fine son intégrité territoriale.

  5. vrai_chasseur dit :

    Selon de nombreux observateurs sur place, l’offensive turque fera in fine le jeu de Daech.
    Un combattant islandais ayant rejoint les YPG kurdes, Haukur Hilmarsson, est mort hier dans les combats contre la Turquie.
    La Turquie montre ses muscles sur cette opération Rameau d’Olivier : elle aligne des éléments des 1, 2, 4, 10 et 49ème brigades Commandos, 4, 55, 65 et 66ème brigades mécanisées, 2, 5 et 20ème brigades blindées, le 109 régiment d’artillerie, les FS Terre d’Ankara, l’infanterie de Marine et les nageurs de combat de la base navale de Foça près d’Izmir.

    A noter : ça sent de plus en plus le gaz (naturel) du côté de Chypre. Les USA viennent d’envoyer 2500 Marines à bord du groupe amphibie Iwo Jima dans les eaux chypriotes. Apparemment pour prévenir tout blocage par la marine turque des navires pétroliers d’ExxonMobil qui viennent travailler sur l’immense champ de gaz naturel découvert cette année au large des côtes de Chypre. La Turquie, qui revendique une part de ce gaz chypriote, a déjà empêché les navires du pétrolier italien ENI de passer, ils ont fait demi-tour. ENI est associé au français Total à Chypre.

    Ce champ de gaz sous la Méditerranée, encore un autre sujet géopolitique majeur en perspective.

    • jyb dit :

      @vrai-chasseur
      En fin de compte, à lire cet inventaire, ne pensez vous pas qu’au contraire de montrer ses muscles, la turquie expose au grand jour ses limites ?

      • Léonard dit :

        Tout à fait, puisque malgré l’étendue des forces engagées, Afrin n’est toujours pas conquise. Peut être une conséquence du coup d’état raté et de la purge de l’armée qui a suivi: l’affaiblissement de l’armée turque (parce que beaucoup d’officiers compétents manquent désormais)? Toutes proportions gardées et pour avoir un exemple historique, les purges majeures de l’armée rouge dans les années 30 l’ont beaucoup affaibli, ce qui se ressentait encore en 41.

    • tschok dit :

      Des troupes et un groupe amphibie US? Pour contrer un blocus turque? Huh?

  6. l'outrepenseur dit :

    ah ces américains, de vrais comiques ! ils repositionnement leurs troupes proxies en vue de la prochaine bataille, sachant pertinemment que la Ghouta est perdue pour eux, et sachant que le levier humanitaire brandit à l’ONU ne servira qu’à exfiltrer leurs hommes qui soutiennent les barbus dans l’enclave (m’est avis que les brits et même nous, on en a là bas). les Russes ont déjà indiqué qu’une fois la Ghouta reprise, l’AAS et ses alliés vont se focaliser sur le Sud syrien (ça sent mauvais pour les proxies israéliens…) et sur Idlib, où l’AAS poursuit lentement mais sûrement son offensive sur fond de combats fratricides entre HTS et les autres tabanés. ça va être dur pour les US de se maintenir autrement que par les airs, leurs proxies kurdes désertant en masse vers le Nord (et au contact des Sr syriens et des milices pro Damas) pendant que leurs sbires arabo turkmènes se rallient de plus en plus à Damas. oui décidément, la pression turque est en quelquesorte du pain béni pour Damas, et une sacrée épine dans le pied des US. pour couronner ce bazar sans nom, il semble que les YPG aient lancé des attaques sur les positons turques et assimilées du côté de manbij.

    • jyb dit :

      @outrepenseur
      pas de fs françaises dans la ghouta.

      • zhú dit :

        Comment savoir de toute façon? Certains voudraient nous faire croire qu’ils bossent au seins du COS, auprès du CEMA ou au quai d’orsay…

    • Vince dit :

      Un des moyens pour les Kurdes de s’en sortir, serait d’entraîner les US dans une escalade avec les Turcs. A suivre.

    • Rigel dit :

      Arrêtez de vous marrer comme ça…
      La guerre n’a rien de drôle.
      Ce merdier syrien n’en n’est qu’au début et tout le monde pissera du sang.

  7. jyb dit :

    afrin : les turcs ont atteint un certain nombre de leurs objectifs stratégiques : zone tampon continue sur leur frontière, sécurisation de la route d’Idlib, prise du point haut 1102 (dans le district de rajo) et verrou de cheikh al hadid. Ces succès mettent la ville d’afrin sous menace direct des turcs.

    • Auguste dit :

      Ils sont à 10km d’Afrin.Après Afrin,Erdogan veut prendre Manbij et il finira par s’embourber.Parce que les dictateurs au fil des victoires finissent par perdre tout bon sens.

  8. Ulysses S. Grant dit :

    « Nous savons que certains combattants des FDS ont quitté la vallée de l’Euphrate et nous insistons sur le fait que se détourner du combat contre l’EI pourrait coûter très cher », a toutefois averti le major Rankin-Galloway.
    C’est un clown ce type ou quoi ?
    Les Turques attaquent les Kurdes, les USA laissent faire et même approuvent à demi-mots et après voilà que la major Guignol se plaint que lesdits Kurdes aillent au secours de leurs frères d’Afrin !
    Mais qu’est-ce qu’ils ont dans le citron ces pauvres américains….
    C’est désespérant. 🙁

  9. jyb dit :

    @Gracchus
    vous aviez raison sur la surévaluation des pertes (fourchette basse) des ypg.
    Pour se faire une idée de l’incohérence des chiffres donnés. Le 3 mars l’osdh donne le bilan suivant des pertes depuis le début de rameau d’olivier (20 janvier) 251 turcs et tasl tués, 287 kurdes tués, 149 civils tués. Mais depuis 10 jours les seules pertes des forces syriennes entrées à afrin s’élèveraient à 54 tués.

    • Gracchus dit :

      Pas faux…. mais on est certain de ce chiffre de 54 tués ?
      Au final l’avancée rapide des turcs laisse imaginer des pertes des YPG supérieures à celles annoncées par l’OSDH je vous l’accorde. Mais je ne comprends pas pourquoi ces derniers bidonneraient ces chiffres, de bonne guerre ils avaient une tendance certaine à exagérer les pertes de l’armée syrienne mais là je ne vois pas l’intérêt, ils sont plutôt soutien FSA à l’OSDH.
      Par contre niveau turc on continue un peu le délire, chaque jour la télé annonce un nouveau bilan glorieux, ils doivent en être autour de 3000 tués revendiqués.
      J’aimerai bien avoir votre avis éclairé sur la suite des événements : attaque massive contre Cinderes et Afrin ou un siège va t-il être mis en place ?

      • jyb dit :

        @gracchus
        54 peut etre, 36 assez sûr ( le 1er mars à kfar janna, le 2 dans la localité de jamma et le 3 dans la banlieue de rajo)
        De même le 1er mars l’état major turc a annoncé la perte de 8 soldats turcs et 13 blessés ce qui porterait à 43 le nombre de militaires turcs tués. On parle de l’armée turque sans ses proxies.
        le 4 mars l’état major turc donne 2688 kurdes tués. En revanche (les trop nombreux)
        portes parole ypg n’ont pas communiqué de bilan.
        Pas d’explication aux chiffres surprenants de l’osdh. Après 44 jours d’offensive, avec des assauts violents et des pertes territoriales importantes, les bilans sont sujets à caution.
        La suite : D’un point de vue militaire, si le but est de poursuivre rameau d’olivier sur manbij et l’euphrate, les turcs ne devraient pas taper immédiatement afrin mais essayer de fixer un maximum d’ypg dans la défense de leur dernier secteur. La supériorité numérique des turcs + tasl leur donne cet avantage de pouvoir tenir un front et en ouvrir un autre.
        Maintenant mon avis personnel est que les turcs ont rempli l’essentiel de leur objectif
        dans la poche d’afrin et qu’ils peuvent négocier avec les russo-syriens en bonne position d’autant que leurs proxies dans la zone d’idlib sont bousculés par les groupes liés à al qaida.

  10. Rafale_F4 dit :

    Pipi de chat pour névrotique !Conformément au télégramme diplomatique britannique de Benjamin Norman – « Syrieleaks » – que prochetmoyen-orient.ch a révélé depuis Munich le 17 février (numéros 166 et 167), le « Petit Groupe sur la Syrie » – Etats-Unis, Grande Bretagne, France, Arabie saoudite et Jordanie – a recentré la « stratégie occidentale » en Syrie selon trois priorités : 1) endiguer l’influence iranienne en militarisant durablement l’Est de la Syrie ; 2) faire échouer le plan de paix russe ; 3) enfin, poursuivre une guerre de basse intensité afin de diviser la Syrie pour aboutir à une partition territoriale et politique.
    Pour le premier objectif, les forces spéciales américaines se sont beaucoup appuyées sur les combattants du PYD. « La guerre contre le terrorisme a été un alibi extraordinaire pour que les Américains reprennent militairement pied en Syrie », commente un officier supérieur européen en poste en Jordanie, « ainsi espèrent-ils garder le contrôle de la région Raqqa, Deir ez-Zor, Assaké, soit une zone de 50 000 km2, riche de potentiels agricoles et pétroliers. Mais aujourd’hui, le PYD – qui a pleinement rempli sa mission – est devenu un obstacle. D’une part, il commence à formuler des exigences politiques d’autonomie, sinon d’indépendance sur ces fameux 50 000 km2, mais surtout il inquiète fortement Ankara qui se rapproche dangereusement de Moscou au détriment de l’OTAN. Très clairement, les Américains doivent changer la donne en faisant des concessions aux Turcs (ainsi la dernière arrestation de Saleh Muslim), mais surtout en restructurant les FDS, majoritairement kurdes elles-aussi. Autrement dit, Washington doit « dé-kurdiser » ses forces supplétives engagées en Syrie… »

    Cette dé-kurdisation comprend principalement trois volets : 1) laisser les forces armées turques « sécuriser » leur longue frontière avec la Syrie ; 2) « arabiser » les FDS en dotant leurs unités d’officiers arabes d’encadrement. Et pour ce faire, les forces spéciales américaines n’hésitent pas à recycler d’anciens terroristes de Dae’ch et d’Al-Qaïda… tout en proclamant haut et fort qu’il s’agit d’empêcher toute résurgence du terrorisme dans la région ; 3) enfin, il faut faire sortir les unités kurdes de Manbij pour les remplacer par des forces américano-arabes.
    Selon le nouveau plan américain, cette arabisation des FDS doit s’effectuer grâce aux 1000 combattants du Conseil militaire de Manbij et aux 200 soldats des forces spéciales américaines qui étaient cantonnées à Kobané. Ce « plan Manbij » s’inscrit dans une approche plus large englobant l’ensemble de l’Est de la Syrie jusqu’à la frontière avec l’Irak afin de « casser » le « corridor chi’ite » entre l’Irak, la Syrie et l’Iran. « Washington annonce un recours accru à la ‘société civile syrienne’ afin d’imposer une solution de ‘fédéralisme modernisé’, autrement dit cette partition territoriale et politique de la Syrie qui est redevenue la priorité des Etats-Unis, des Européens, des pays du Golfe et d’Israël », précise un diplomate de haut rang en poste à Genève.
    Toujours en conformité avec le télégramme britannique, Washington cherche à « optimiser » une « diabolisation » de l’armée gouvernementale syrienne et des opérations aériennes russes en cours sur la Ghouta orientale. « Les opérations de l’armée syrienne dans la Ghouta doivent servir de ‘structurant’ à un rejet régional et international d’une reconquête complète de la Syrie historique par son armée nationale », ajoute notre source diplomatique ; « derrière la vitrine de la défaite de Dae’ch et du terrorisme, les Américains n’hésitent pas à embaucher les jihadistes, comme ils l’avaient fait en Afghanistan et ailleurs ».
    Le Pentagone vient de débloquer un nouveau budget pour ce « plan Manbij élargi », soit 400 millions de dollars reconductibles. Comme ils l’ont fait en Irak, cet argent servira à acheter les tribus locales – Afaldas, Backara, Okeïdat, Bouchaban et Jabour – afin de mettre sur pied une nouvelle force de 30 000 combattants, épaulée par 1000 soldats des forces spéciales américaines pour contrôler la sous région de l’Est de l’Euphrate.
    Appuis et soutiens logistiques s’effectuent, d’ores et déjà, à partir d’une dizaine de bases américaines : le grand aéroport de Tabqa ; la base stratégique de Manbij, et à l’est celle de Sirin ; la base Dirik à l’extrême-Est, à la frontière turque où les parachutistes américains forment et entraînent les FDS ; la base Sabah al-Kheir, au sud-ouest d’Hassaké, proche de la frontière irakienne ; la base Aïn Issa entre la frontière turque et Raqqa ; la base Tal as-Saman, centre d’écoute de la région de Raqqa ; la base al-Jalbiat au nord-ouest de Raqqa, dotée d’un aéroport, de plateformes destinées à lancer des missiles de moyenne et longue portée ; la base Harb Ishq, porte d’entrée des forces spéciales américaines et la base Mashtnour, dans l’extrême-nord de la Syrie, qui accueille des contingents français et britanniques. Ainsi toute une region est soumise à occupation américano-occidentale …

    • jyb dit :

      @rafale-f4
      considérons que ce sont des hypothèses de travail.
      1 – depuis le printemps 2015, les usa essaient sans succès de dé-kurdiser les fds. Ils ont atteint les limites de cet exercice après la bataille de raqqah en recyclant des djihadistes de daesh. De plus leur dernier carton sur les forces syriennes vient de plomber les possibilités de faire jouer les alliances tribales et claniques. Je ne vois pas trop quelle est leur marge de manoeuvre avec les arabes syriens.
      2 – erreur : le military council de manbij est majoritairement kurde, pro-kurdes pour leur composante arabe minoritaire, et j’espère que quelqu’un a dit aux us qu’ils ne sont pas complètement hostiles au régime syrien…
      3 – frontière turque. La c’est très fort parce qu’on parle de dekurdiser le kurdistan ! afrin, on parle de sécuriser 40 km de frontière pour les turcs…le reste c’est au moins 500 km de frontière. Hafez al assad l’a rêvé, les usa..
      4- corridor chiite : personnellement la route orthodromique serait teheran, abou kamal, damas, beyrouth que vous tracez sur la carte, et bizarre, c’est exactement l’axe controlé par téhéran, bagdad, damas…
      C’est un peu comme si pour entraver l’axe Lyon bordeaux , vous décidiez d’occuper Lille…
      bref ça n’est pas très sérieux et cela me convainc que nous (français) devons terminer la mission, sécuriser nos arrières, laisser la syrie aux syriens et ne surtout pas participer à cet afghanistan 2.0
      qui fuiterait dans des syrialeaks.

    • l'outrepenseur dit :

      Toutes seront reprises d’une façon ou d’une autre par l’AAS et ses alliés…le magnifique et machiavélique plan américano occidentalo israélien a déjà échoué dans plusieurs versions, il échouera encore là lamentablement….les milliards dépensés par les US n’ont jamais donné les résultats escomptés, en Irak, en Afghanistan etc….et c’est pas en Syrie qu’il réussira avec les russo iraniens dans le coin. le redéploiement des troupes enturbannées sous n’importe quelle appellation est une fausse vraie info que les russes, les iraniens et les syriens observent de l’intérieur….un célèbre chef de l’ASL vient d’être exfiltré par les SR syriens, il s’agissait d’un agent de Damas sous couverture…les YPG, l’ASl et toutes les composantes arabo-turkmènes dans la zone sont infiltrées jusqu »à l’os par les SR syriens et leurs alliés.

  11. jyb dit :

    ghouta : l’aas a repris près de 40% de la ghouta orientale depuis le 18 février, mais attention ce résultat est légèrement en trompe l’œil parce que ce sont essentiellement des secteurs agricoles qui ont été repris.
    Plusieurs fronts sont ouverts et il semble que les russo-syriens reproduisent la stratégie de la bataille d’alep. Diviser les zones rebelles et les nettoyer l’une après l’autre et/ou négocier des accords d’évacuations. Dans le secteur de misraba des négociations seraient en cours entre l’aas et faylaq al rahmane, le problème étant que l’imbrication des groupes rebelles ne permet pas à une milice de négocier sans l’accord des autres.
    C’est essentiellement la 4ème division blindées ( ancienne division de maher al assad) et la force tigre qui opèrent pour l’instant dans la ghouta, mais le 5ème corps d’assaut et les fedayns syriens de liwa al quds sont sur zone.

    • l'outrepenseur dit :

      la zone concernée va être effectivement coupée en deux et saucissonnée comme pratiqué sur d’autres fronts..La question n’est pas de savoir si la Ghouta sera libérée, mais quand.

      • Gracchus dit :

        J’aurais tendance à dire assez rapidement : les lignes de défense les plus solides à l’est se sont effondrées assez vite et il n’est plus certain que les jihadistes continuent à bénéficier longtemps du soutien de la population. La question plus large à mon avis c’est de savoir si le repositionnement des forces après la prise d’Afrin et de la Ghouta va nous amener à des affrontements plus directs entre la Turquie et la Syrie ou à une solution négociée ?

    • aleksandar dit :

      D’après JAI lui meme , ses combattants ont évacué la ville de Mesrada et on confié sa defense a une milice locale. Milice locale tout a fait incapable de résister a la SAA. La SAA qui pourrait facilement libérer la ville est en position d’attente. Negociations en cours pour liberer la ville sans combats ?
      Mesrada liberée, la SAA serait a 1 km de la base de la SAA au sud d’Harasta et pourrait faire la jonction avec celle-ci en prenant les djihadistes a revers, sachant qu’il n’y a pas de ligne de défense établie et fortifiée djihadiste sur ce front Est. Un autre mouvement en cours au nord d’Harasta vise a isoler cette banlieue du reste des djihadistes. D’ici quelques jour nous pourrions donc avoir , la poche de la Ghouta est coupée en deux, avec au nord deux pocheS terroristes, l’une a Douma, l’autre a Harasta.

      • jyb dit :

        @aleksandar
        je pense que le mesrada dont vous parlez est le misraba dont je parle (translitération approximative) donc oui négociation en cours.

  12. basstemp dit :

    Logique quand on comprend enfin que la Turquie est l’allié de l’EI depuis le tout début et probablement la puissance régionale qui a financé sa naissance …

    La Turquie a un projet d’un grande zone économique sunnite allant d’Ankara a Bagdad depuis l’échec de son intégration (impossible) a l’UE

    La Turquie est au centre du jeu génocidaire depuis le tout début

  13. Censure4898 dit :

    La stratégie adoptée par la TSK apparaît clair désormais. L’objectif est bien de prendre complètement Afrin mais l’offensive se poursuit de façon progressive et sécurisé, en épargnant au maximum les pertes civiles. L’opération est artificiellement étendu sur la durée. Cette stratégie a pour objectif principal de permettre la liquidation du maximum de terroristes kurdes. Il aurait été tout à fait possible d’adopter une tactique annihilatrice pour en finir rapidement, mais cela aurait entraîné la fermeture de la ligne de front. Plus de front = il ne reste plus de terroriste à tuer. C’est la raison pour laquelle aucune offensive n’a été menée dans la région de Tel-Rifat, c’est volontaire. Prendre Tel-Rifat aurait empêché l’acheminement des renforts kurdes à Afrin, ce qui aurait fait moins de terroristes à buter. Afrin est en quelque sorte un abattoir à terroristes kurde pour la TSK-FSA. 1700 terroristes sont en route pour Afrin, il y’avait déjà eu un renfort de 2000 terroristes.
    _
    Pour ceux qui ne le savent pas, l’OSDH est un organe de propagande pro-kurde, dirigée par un terroriste pro-kurde. Les chiffres qu’il donne sont illusoires à l’exception des pertes pro-assad qui restent correctes la plupart du temps. L’OSDH annoncerait aujourd’hui le nombre de 359 tués parmis les forces TSK-FSA (dont soit-disant 68 soldats Turcs) pour 316 terroristes kurdes tués en 45 jours. N’importe qui suivant la situation sur le terrain sait que ces chiffres ne sont que de la fausse propagande. Rien que les chiffres annoncés par les terroristes eux-même suffit à réveler la supercherie de l’OSDH. Selon les chiffres et rapports fournis (jour après jour) par les terroristes eux même, il y’a au moins 900 morts parmis leur troupes.
    https://imgur.com/QtAbh6Y
    _
    Jusqu’à présent les pertes terroristes sont effrayantes, le nombre de terroristes kurdes liquidés s’approche des 3000 morts.. Notons aussi la nette amélioration des capacités de combat du FSA. Comparativement lors de l’opération Bouclier de l’Euphrate, FSA avait perdu 600 soldats pour au moins 2600 terroristes de Daesh tués. Il est question ici de 110 martyrs côtés FSA.
    Bref, l’extermination se poursuivra jusqu’à la prise d’Afrin. Ensuite au moins 400000 réfugiés arabes et Turkmènes y seront installés. Afrin reviendra à ses vrais propriétaires historiques, débarassés des parasites.

    • Frédéric dit :

      Pouvez arrêter avec la propagande d’Erdogan et des chiffres totalement absurdes ?

    • aleksandar dit :

      Les seuls terroristes dans la zone sont les troupes turques et les FSA.
      Quand au chiffre de combattants YPG tués, ils sont tellement ridicules que cela en est risible.
      J’espere qu’Erdogan vous paye bien pour faire sa propagande.

  14. jyb dit :

     » grande zone économique sunnite allant d’ankara à bagdad  » ça ne fait que 2 pays, et pas vraiment sunnite qui plus est.

  15. POILU DES TRANCHEES dit :

    @ LLAGNEAU
    lire cet article me rend dingue
    comment pouvez vous raconter que:  » En effet, le régime syrien, appuyé par l’Iran et la Russie, continue son offensive contre les rebelles qui conrôlent la région de la Ghouta orientale (à savoir Jaich al-Islam, Faylaq al-Rahmane et Ahrar al-Cham) et les tentatives d’y acheminer de l’aide humanitaire tournent court. »
    2 lignes plus haut vous dites que les groupes djihadistes ne sont pas concernés par le cessez le feu et incroyable mais vrai vous accusez le régime syrien de taper sur ceux là mêmes qui foutent le bordel et dévastent la Ghouta.
    je rappelle que le régime syrien est chez lui légitime…
    c’est étonnant de votre part d’avoir une attitude plus complaisante quand un Porochenko en Ukraine fait une guerre « légitime » aux gens de l’Est et au Donbass… Mais que diable réfléchissez plutôt que de balancer les infos » toutes faites » mode AFP !

    • Laurent Lagneau dit :

      @ Poilu des tranchées,

      Aux dernières nouvelles, Jaich al-Islam et Faylaq al-Rahmane ne sont pas jihadistes.

      • jyb dit :

        formé chez les jésuites ?

      • zhú dit :

        Definition de jihadiste????…….

      • Robert dit :

        Laurent,
        Peut-être pas djihadiste mais sacrément opportuniste, Jaich Al Islam a connu une alliance avec Al Nosra, non ?
        Sans négliger que leur ennemi et celui des djihadistes est le même, le régime syrien.

        • Laurent Lagneau dit :

          @ Robert,

          Vous connaissez ce dicton arabe? « Moi contre mon frère, moi et mon frère contre mon cousin et nous tous contre l’ennemi ». Ce qui fait que la situation est souvent compliquée à décrypter…

          • Robert dit :

            Laurent, ça j’avais compris. 🙂
            Pour ceux qui analysent avec leurs yeux d’occidentaux, comme moi, il y a globalement deux camps en lice, ceux qui veulent abattre Assad et ceux qui le soutiennent, alors les choses se simplifient.

  16. Vince dit :

    Jaych al-Islam par ex. est catalogué comme salafiste, avec certains éléments proche des Frères Muslmans. Mouvement financé à la fois par le Qatar et l’Arabie Saoudite, que des sérieuses références.
    .
    Racines donc communes à Al Qaeda et Daesh : tout ça partage le même substrat idéologique.
    .
    Le jihad sous toutes ses formes accompagne tout islamisme, par définition, puisque le jihad guerrier est dans les gènes même de l’islam – ce depuis l’année zéro de la création de cette religion.
    .
    Vouloir distinguer les bons et les mauvais islamistes, vaste blague.
    .
    Ca fait belle lurette qu’il n’y a plus de « rebelles » en Syrie s’opposant au régime en place hors Kurdes ; il n’y a plus que des islamistes.

    • Vince dit :

      Si tant est que les Kurdes s’opposent à Damas.

    • zhú dit :

      Voila enfin quelqu’un qui semble s’y connaitre, au moins en analyse première et large, si je puis dire sur l’islamisme radical. Deja savoir definir ce qu’est: islamisme, le prosélitisme, les diverse formes de prosélitismes, differencier: l’action armée pour soumettre et forcer ou alors d’abord convaincre et ensuite l’action armée, le grans et le petit jihad, ces diverses formes, les islamistes chiites et les sunnites, les courants: waahabite souffi frères muslim ect. Les alléances. Le jihad est-il intrinsèque à l’islam ou non. Peut-on parler d’islamisme modèré et non.BREF……définir notre ennemie.

      • zhú dit :

        Bienvenue dans la réal-politic. Ou la guerre froide par extension et surtout procuration en jouant sur les clivages régionaux. Schismeentre sunnite etchiite, clivage entre les deux grands mouvement islamiste qui s’opposent dans leur doctrine d’emploi, whaabisme et ses dérivés contre frères musulman de l’autre, les conflits claniques, le pouvoir régional entre iran et arabie saoudite. Haaa saint nicolas machiavel tu serais fier de tes disciples.

  17. Vince dit :

    En attendant la Turquie a officiellement demandé aux US d’empêcher les forces Kurdes de rejoindre Afrin depuis l’est de la Syrie. Le supplice diplomatique continue.
    .
    – Ibrahim Kalin, un porte-parole du président turc Recep Tayyip Erdogan, a déclaré que son pays a pris « les mesures nécessaires » par les voies officielles et « attend des Etats-Unis qu’il intervienne vigoureusement » pour empêcher le mouvement des forces kurdes de Manbij vers Afrin. « C’est notre droit le plus naturel », a ajouté M. Kalin. – (NYT)

  18. ETI68 dit :

    Le double chaos syrien et irakien a largement profité à la Turquie, notamment du point de vue du pillage pétrolier. C’est un secret de polichinelle. La très large compréhension dont Ankara et Doha ont fait preuve, dès le début du conflit syrien, à l’égard de l’EI, en est un autre. A cette époque, la Turquie et le Qatar bénéficiaient d’une tout aussi large compréhension de la part de l’administration Obama, dont les sympathies à l’égard des Frères musulmans, dont est notamment issu Erdogan, sont également notoires. Les revers de Mosri en Egypte et de l’EI en Irak et en Syrie, furent des revers pour Doha et Ankara. L’élection de Trump, favorable à l’Arabie Saoudite (ennemie du Qatar et des Frères musulmans), à l’Egypte du maréchal Sissi et, surtout, à Israël, et l’éviction d’Hilary Clinton, dont on s’attendait à ce qu’elle poursuive la politique de son prédécesseur démocrate, en furent d’autres. Très vite, Ankara et Doha ont alors cherché à se rapprocher de l’Iran et de l’axe chiite, et de jouer la carte du combat antikurde qui trouve un écho favorable tant en Iran, qu’en Irak et en Syrie. Ceci dit, cette alliance est, à plus d’un titre contre-nature, notamment du fait du soutien turc et qatari à diverses milices anti-Assad, Assad étant l’allié de l’Iran. Le rapprochement entre l’armée syrienne et les Kurdes du FDS, sous parrainage russe, n’est pas moins étrange et toutes ces évolutions sont susceptibles d’être contredites à n’importe quel moment du conflit. Ceux qui envisagent un peu vite la neutralisation des EU et d’Israël sur la scène politique régionale, au profit d’une entente entre Syriens, Turcs et Iraniens, et de l’élimination de la question kurde (d’une manière ou d’une autre), le tout sous parrainage russe, ne semblent pas tenir compte de ces fragilités et de ces contradictions, ni du fait de la proximité stratégique de l’Arabie Saoudite et de l’Egypte avec les EU et Israël. Quoiqu’il en soit, il est temps de tirer les conclusions qui s’imposent à l’égard de la Turquie qui apparaît comme un « faux-jeton » (au sens propre du terme) sur la scène régionale : elle ne se conduit ni en allié de l’OTAN, ni en partenaire potentiel de l’UE, s’acoquine avec l’EI (qu’elle ne combat pas réellement) et la République islamique d’Iran, pour, enfin, menacer militairement la Grèce depuis quelques jours, majorité et opposition, main dans la main, preuve qu’Erdogan n’est pas le seul problème turc. Non, la Turquie ne fait pas partie de la solution, mais bien du problème proche-oriental. Il faut neutraliser définitivement sa capacité de nuisance.

    • 50 nuances de gris dit :

      La Turquie n’aura pas été le seul faux-jeton de la partie. Les seuls à être restés a peu près intègres sont les Kurdes, quand bien même ils jouent leurs dernières cartes. Je crains une radicalisation de leur côté. Si nous ne leur venons pas en aide, ils garderont un sentiment de trahison. Pris entre quatre étaux, qui sait jusqu’où peut les amener le désespoir ? Les pays du MO sont ouvertement cyniques, ceux d’Occident préfèrent l’hypocrisie. Cela ne nous réussira pas.

      • yannus dit :

        Bonjour,
        Je suis d’accord avec vous.
        L’Occident et l’Europe en particulier a tout intérêt à être intègre et honnorable vis-à-vis des Kurdes. Les USA sont moins concernés, un océan les sépare du MO