Archives quotidiennes : mercredi, 28 février, 2018

La nouvelle classe de destroyers « Zumwalt » pourrait emporter des missiles de croisière nucléaires

Expliquant que la Russie « évalue à tort que la menace d’une escalade nucléaire ou d’un premier usage effectif des armes nucléaires servirait à ‘désamorcer’ un conflit à des conditions qui seraient favorables » (selon sa doctrine « escalade-désescalade), la nouvelle posture nucléaire des États-Unis (NPR), partiellement dévoilée le 2 février a conclu que les capacités américaines actuelles

Otan : Pour le moment, les VBCI du sous-groupement tactique français déployé en Lituanie ont été « mis au hangar »

Selon le Retour d’expérience (RETEX) relatif à l’engagement, en Estonie, d’un sous-groupement tactique interarmes (S/GTIA) de l’armée de Terre au sein d’un bataillon multinational de l’Otan dirigé par les Britanniques [mission Lynx, ndlr], le Véhicule blindé de combat d’infanterie (VBCI) a été « particulièrement sollicité et apprécié » dans la mesure où il « a donné toute satisfaction

Selon l’ONU, la Corée du Nord a fourni à la Syrie des composants servant à fabriquer des armes chimiques

La Syrie et la Corée du Nord entretiennent de très bonnes relations depuis longtemps. Au point même de partager des compétences dans le domaine de la technologie nucléaire, comme ce fut le cas en 2007 à al-Khibar, un complexe située dans la province syrienne de Deir ez-Zor. Ce site fit l’objet d’un raid aérien israélien

La gendarmerie a inauguré sa « brigade numérique de contact »

Au cours de ces dernières années, et par souci d’économie, 500 brigades de gendarmerie ont été fermées, après la création des « communautés de brigades » (COB) et des « brigades territoriales autonomes » (BTA). Le « sentiment que les gens nous renvoient, c’est qu’ils ne voient plus le gendarme », avait regretté le général Richard Lizurey, le Directeur général de

Afghanistan/talibans : Le Pentagone commence à recevoir « des signaux positifs » de la part de l’état-major pakistanais

Durant les années 1990, le Pakistan a soutenu les taliban afghans parce qu’il avait besoin d’un pouvoir stable à Kaboul afin de s’assurer d’une profondeur stratégique face à l’Inde et de sécurité pour son approvisionnement en gaz naturel par le Turkmenistan (d’où le projet « CentGas » à l’époque). Après les attentats du 11 septembre 2001 et