Archives quotidiennes : lundi, 26 février, 2018

Syrie : La Turquie envoie des forces spéciales à Afrin, région concernée par la trêve

Votée à l’unanimité, le 24 février, par le Conseil de sécurité des Nations unies, la résolution 2401 réclamant une trêve « sans délai » d’un mois pour permettre la livraison de l’aide humanitaire dont ont besoin les civils pris dans les affrontement en Syrie risque d’être sans effet. Les combats continuent en effet dans la Ghouta orientale

Les Émirats arabes unis disposent de drones MALE chinois potentiellement armés

Sous la présidence de Barack Obama, les États-Unis ont refusé de vendre des drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) armés aux Émirats arabes unis. Ces derniers ont donc dû se contenter d’appareils Predator XP, vendus par le constructeur américain General Atomics. Pour autant, l’état-major émirati n’a pas renoncé à acquérir une telle capacité. Et, visiblement,

Les députés identifient des points de vigilance pour la prochaine Loi de programmation militaire

Archive (c) DGALe projet de Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025 sera soumis pour examen au Parlement à partir du 20 mars prochain. En attendant, les députés de la commission de la Défense nationale ont fait le bilan de celle qui se termine, via un rapport co-rédigé par François André et Joaquim Pueyo. L’exécution de

Syrie : Malgré le cessez-le-feu réclamé par l’ONU, l’offensive sur la Ghouta orientale se poursuit

Le 24 février, après plusieurs jours d’âpres négociations afin d’éviter un veto russe, le Conseil de sécurité des Nations unies a voté, à l’unanimité, la résolution 2401 réclamant un cessez-le-feu « sans délai » d’un mois en Syrie, afin de « permettre la livraison régulière d’aide humanitaire, de services et l’évacuation médicale des malades et blessés les plus

Thales signe un contrat de 777 millions d’euros pour la gestion de l’espace aérien civil et militaire australien

Ce 26 février, le groupe français Thales vient de remporter un nouveau succès en Australie, en signant un contrat dans le domaine de la gestion du trafic aérien (ATM), d’une valeur de 777 millions d’euros. Cette commande n’est pas une surprise puisqu’il avait déjà fait l’objet d’un accord-cadre en 2015. L’Australie a à gérer l’espace