LPM 2019-2025 : Le ministère des Armées veut simplifier le recrutement du personnel civil

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

20 contributions

  1. Bolognaise dit :

    Très simple :
    « combien j’ai de doigts ?
    – Euh… quinze ?
    – C’est bon, signez là ! »

  2. V dit :

    il y a un problème de fidélisation du personnel civil??? Je suis un peu étonné.

    • Gannher dit :

      Oui il y a un problème.
      En effet il y a non seulement un manque de salaire mais également un manque d’évolution de carrière.
      Étant catégorie A, je ne comprends pas non plus pourquoi plusieurs de mes collègues qui font le même taf que moi sont catégories b ou c.
      Alors effectivement on sait comment ça se passe avant de signer mais un minimum de fidélisation serait bienvenu et attirerait plus de personnes compétentes.
      Je note également un autre problème : il est quasiment impossible de se débarrasser de quelqu’un qui n’est pas assez qualifié pour le poste. S’en débarrasser ne veut pas forcément dire le virer mais essayer de le placer dans une autre domaine. Donc cette personne va occuper le poste d’une personne qui serait sans doute bien plus efficace et cela pendant des années.

      • Roger Dubreuil dit :

        Pour les différences de catégories que vous évoquez, il y a effectivement urgence à vous rétrograder. Surtout si vous avez été promu « au choix » dans une de ces « commissions administratives paritaires » créées en 1983 par les socialistes : les syndicats y ont en principe voix consultative mais ils ont en réalité voix impérative.
        .
        Quant à se débarrasser de quelqu’un qui n’est pas assez qualifié, c’est le même problème parce que les mutations (même en interne et sans changement de résidence) passent par des « comités administratifs paritaires » créés eux aussi dans le rêve socialiste autogestionnaire en 1983 et qui sont les avatars des « commissions administratives paritaires ».
        .
        Après vingt ans d’une deuxième carrière dans la fonction publique, je tiens à le souligner pour quelques camarades militaires s’imaginant que le syndicalisme est une solution alors que ce n’est qu’un problème supplémentaire pour les gens que les syndicats prétendent défendre.

        • Gannher dit :

          Ah on sent le petit haineux contre les fonctionnaires :). Alors non je n’ai pas été promu au choix je suis contractuel A.
          Quand à me rétrograder je ne vois pas pourquoi je n’ai commis aucune faute.

          Et ça veut dire quoi pour vous rétrograder ? Réaffectation dans un autre poste à moindre responsabilité ? Ok j’irai dans le privé. Baisser mon salaire ? Ok j’irai dans le privé.

          Il faut savoir que pour un contractuel le privé offre dans la plupart des postes « recherchés » (Informatiques, Big data, forensic, …) de bien meilleures conditions et de bien meilleurs salaires. Pourquoi reste-t-on dans le public alors ? Bah pour les mêmes raisons que lorsque un militaire s’engage. On n’est pas si différent donc.

          Concernant les syndicats vous crachez dessus sans savoir vraiment ce qu’ils vous ont apportés depuis des décennies. Ceux qui crachent contre les syndicats devraient du coup se passer de tous les avantages qu’ils peuvent avoir grâce à eux. On verra comment ils vont trimer et crever à 40 ans…

          • 341CGH dit :

            Si un catégorie A fait la même chose qu’un B ou un C, ça montre qu’il y a un problème de gestion des personnels.
            Il y a toujours un problème de gestion des personnels avec les fonctionnaires car depuis 1983 cette gestion a été complètement déléguée aux syndicats.
            Par conséquent démotivation de l’encadrement ainsi mis hors-jeu.

          • Roger Dubreuil dit :

            Je parle de ce que j’ai vu quand j’étais en catégorie A ou A+ dans deux préfectures, dans deux mairies de ville moyenne et dans un établissement public administratif (EPA).
            .
            Les syndicalistes sont des gens qui veulent du pouvoir sans responsabilité et de l’avencement sans effort.
            Discrètement mais efficacement politisés, ils bénéficient de « décharges syndicales » qui sont en réalité des emplois fictifs payés par le contribuable.
            Si un syndicaliste devient gênant, on l’achète : par exemple on trouve chez un ami un boulot pour son gamin.
            Mais bien entendu ce que j’écris là est un secret de Polichinelle qu’il faut faire mine de ne pas connaître.

  3. Pravda dit :

    J’aime pas entendre dans la même phrase, civil, simplification d’embauche, renseignement et cyberdefense …
    Du travail en perspective pour les chaussettes à clous.

    • JP Tre dit :

      Il n’empêche qu’aujourd’hui, tout est connecté, et de ce fait, bloquer un pays est possible avec des cyber attaques très ciblées…
      Et un pays bloqué pendant un certain temps peut potentiellement mener à des émeutes, pillages, débuts de guerre civile…
      Certes ces scénarios sont très peu probables. Mais de la même manière, la dissuasion nucléaire protège des scénarios les plus improbables, pourtant on y voit un intérêt.
      La cyber défense est une nouvelle discipline nécessaire qui peut éviter bien des problèmes. Certes ils font un travail moins héroïque, et ne risquent pas leur vie. Mais je préfère que cette discipline soit prise en charge par l’armée que par la police…

  4. Grouillo dit :

    Ils avaient le beurre et l’argent du beurre ; il manquait le c… de la crémière.

  5. Georges dit :

    Il manque un mot important au sujet, c’est l’intégrité! Si certains pensent que l’intégrité que l’on demande à un militaire est la même que celle que l’on demande à un travailleur civil, ils se foutent le doigt dans l’oeil jusqu’au trognon. On ne fait pas des combattants spartiates avec des types qui n’ont jamais quittés leur petit écran numérique, à la première menace ils fileront les codes clefs et leur slip avec! Et justement! Ce n’est pas seulement nos systèmes cryptés qui sont les maillons faibles, mais l’humain, sa santé, ses proches, sa famille. Pour avoir du renseignement aujourd’hui est-il plus prolifique en piratant, en payant, ou en menaçant? Avis aux experts certifiés conformes CEE.

    • Robert dit :

      Georges,
      Bien vu, sauf que les personnels civils des services de renseignement sont des civils pour beaucoup.
      Vous les mettez dans quelle catégorie ?

      • Georges dit :

        Je les mets dans la catégorie où ils ne doivent pas connaitre de choses trop secrètes. Mais ce que je veux dire c’est que l’humain c’est le ventre-moue du système, et donc si des civils sont au contact de renseignements sensibles, espérons qu’ils seront prêt à y laisser la vie comme un militaire est censé y laisser la sienne si on le lui demande. Car la guerre ou le renseignement c’est vraiment très très « sérieux » il me semble; c’est pas la cabane à frite d’Hanouna dont on parle là.

    • FredericA dit :

      Votre description de l’intégrité du personnel civil laisse perplexe. Quand vous parlez des « maillons faibles », dites-vous qu’ils s’appliquent également au militaire. Pourquoi croyez-vous que les visages du personnel en opération est flouté dans les reportages TV ?
      .
      De même, on parle ici d’informaticiens spécialisées dans la cyberdéfense. Ce type d’experts est très recherché par l’industrie de la Défense, industrie également concerné par l’intégrité de leur personnel.

      • Georges dit :

        Laissez votre perplexité de côté et comprenez juste le message de vigilance de mon commentaire. Sinon il y a le sujet sur les sociétés de sécurité privés qui est aussi intéressant, dans la même veine que celui-ci où là par contre ce sont d’anciens militaires ou policiers qui travaillent pour des civils (Tout venant), ce qui peut être important car dangereux vu leurs anciennes connaissances sur la sécurité de la France et autres, et cela pour de l’argent.

  6. sgt moralés dit :

    « contractuel » me paraissait une situation où toutes les parties ont leur part d’avantage,mais si on veut recréer des emplois genre « arsenal de toulon » où 8000 personnes étaient agglutinées prés de la sortie en attente du coup de sirène de débrayage…

  7. Myshl dit :

    Y’a un truc qui m’agace, et qui ne touche pas que la Défense.

    Le coup fumeux des expérimentations, plus le coup connu du provisoirement définitif.

    Cause que, soit la « République » est Une et indivisible, alors une mesure doit être appliquée sur TOUT le territoire national, soit la « République » est divisible, et alors il faut constitutionnaliser la régionalisation.

    Ca ne me plait pas. La République colbertiste est une chienne, certes. Mais de ses dix mamelons elle doit nourrir à égalité tout le(s) territoire(s), tous son/ses peuple(s).

    Le coup des « expérimentations », donc du provisoirement définitif voire du définitivement provisoire, ça ne me semble pas constitutionnel.

    Y’a un flou, donc y’a un loup(é).