Le projet de Loi de programmation militaire 2019-2025 présente plusieurs points de vigilance

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

23 contributions

  1. Leum dit :

    Marrant comme Bercy parviens toujours a faire chier l’Armée…

    • eric dit :

      Ce n’est pas Bercy qui « fait chier » l’armée. Bercy a la charge de gérer les finances de l’état, et de faire en sorte qu’elles ne soient pas trop catastrophiques. Prenez-vous en plutôt aux politiciens qui ont balancé des centaines de milliards par la fenêtre et fait exploser déficits et dette publique depuis quarante ans…

      • omiomi dit :

        C’est le rôle de Bercy, en fait.
        Le MINEFI ne fait pas chier l’armée, il est le cordon de la bourse pour TOUS les ministères.
        Et n’oubliez pas qu’in fine, c’est le premier ministre puis le PdR qui tranchent.

        • felipe dit :

          ouais, mais ce qui reste toujours un peu tordu, c’est que la LPM telle que présentée a été décidée par le couple PR/PM après un tour de table avec le MINARM et le MINEFI. si on annonce 295 milliars sur 5 ans ,c ‘est que tout le monde est d’accord. alors pourquoi remettre en question le deal , dès le lendemain de l’annonce ? pour deux petites raisons :
          1/ la haute fonciton publique s’assoit un peu sur la volonté politique, persuadée qu’elle est la seule détentrice du service de l’Etat . en 1996, à la veille des annonces du PR sur la professionnalisation des armées et la sanctuarisation du budgets à 185 milliards de frances (constants) sur les 5 années suivantes (j’en rigole encore), il y avait une réunion du comité stratégique dans laquelle les hauts fonctionnaires ont affirmé que c’était inacceptable en l’état et qu’ils feront tout pour ne pas respecter cet engagement qui n’était « que politique ».
          2/ avec une duplicité toute politique, et la préoccupation de gérer le court terme (les prochaines élections), nos gouvernants n’auront aucun état d’âme à « laisser » Bercy décider d’attribuer ou pas le budget voté.

        • Davy Cosvie dit :

          In fine c’est la BCE qui tranche.

      • JNX75 dit :

        En effet, les grandes puissance s’ effondrent plus souvent sous le poids de leur faiblesse economique que sous les coups de butoir des ennemis. Je vous suggerre la lecture de Paul Keneddy.

      • Davy Cosvie dit :

        @ eric
        Depuis quarante ans, dites-vous. Ça ferait ainsi depuis 1978. Mais c’est depuis 1972 avec le SME (serpent monétaire européen) que nous sommes plombés par des règles monétaires européennes qui se sont suivies et qui avec le temps se sont alourdies en prenant des appellations diverses.
        .
        Ainsi depuis 1972, le pouvoir politique français (Gouvernement + Parlement) a constamment accepté, et accepte encore aujourd’hui, que notre monnaie soit liée au Deutschemark. Sous prétexte de solidarité monétaire européenne, notre économie est écrasée par une monnaie qui est calibrée pour l’Allemagne et ses importations massives d’hydrocarbures, non pas pour la France nucléaire qui importe relativement peu d’énergie.
        .
        C’est évidemment une arnaque, avec la complicité coupable et persistante du pouvoir politique français. https://fr.wikipedia.org/wiki/Serpent_monétaire_européen
        Pour bien comprendre l’arnaque (au sujet de laquelle la presse et les partis politiques sont très discrets depuis le début), il faut connaître deux lois : la loi du 4 août 1993 dite « sur l’indépendance de la Banque de France » et la loi no 98-357 du 12 mai 1998 qui met fin à cette indépendance en plaçant la Banque de France sous l’autorité de la BCE (banque centrale européenne) dominée par le Deutschemark.
        .
        Aussi longtemps que nous serons ainsi à la merci d’une Allemagne économiquement surpuissante, la France sera gérée comme un département, comme un établissement public administratif, comme une collectivité territoriale sans la moindre autonomie monétaire et donc avec un budget contraint.
        .
        Mais des lois, ça s’abroge quand elles sont nocives… à condition de comprendre où sont les intérêts de la France et à condition de vouloir défendre ces intérêts.
        .

        • Souverainiste dit :

          Pure coïncidence : c’est depuis 1973 que le niveau de chômage est devenu définitivement haut en France.

  2. Expression libre dit :

    Pour l’instant, cela me semble cohérent à condition que chaque année on vote les sommes adéquates au niveau du budget. Pour le PA2, on a le temps, j’avais suggéré d’abandonner l’ATM 4 du CdG afin de lancer plus vite le PA2, ce n’est pas le cas envisagé apparemment. Le CdG restera en service jusqu’en 2040. Au fait, les US gardent leurs PA très longtemps. Pour nous, il s’agit de savoir ce qu’on mettra dessus. Y aura-t-il un SCAF naval? Drones de combat plus le successeur du Rafale ou un Rafale F5?

    • Orion dit :

      Les nimitz sont en train d’être remplacé par les Ford, donc ca doit faire une 40aine d’année ?
      .
      C’est long mais en même temps le coût de leurs bébé n’est pas le même. (et ses défauts non plus)

    • Fralipolipi dit :

      Avant de penser aux Rafale F5 ou à son successeur, il va falloir commencer par upgrader les Rafale M F3R en Rafale F4.1.
      Et si on a de la chance, quelques Rafale M F4.2 arriveront en plus.
      Step by step.
      .
      Pour le Scaf, là on bascule dans les grosses hypothèses.
      Certains disent que le UK attendrait de voir ce sur quoi va aboutir notre projet d’avion de combat franco-allemand avant de donner suite à quoi que ce soit … normal vu que le UK est aussi plus ou moins engagé sur les UCAV avec les USA. En tous les cas, les fournisseurs US courtisent le UK sur ce sujet. Le UK a donc plusieurs options …
      Par contre, nous, faudrait pas qu’on reste trop longtemps coincé le cul entre 2 chaises (l’allemande et la britannique), car c’est un coup à finir à nouveau tout seul … et ce coup ci, ce serait encore plus dur à gérer que pour le programme Rafale dans les années 80/90 …

  3. arnaud dit :

    Les mêmes grosses ficelles que depuis 30 ans…. Le gros de l’effort est après la fin du quinquennat. Bref, sans garantie.

    • Vlad l'empaleur dit :

      @arnaud
      Tout à fait d’accord, cela fait 30 ans que nos politiques « demain rasent gratis » et il y a qui les croient toujours !
      Rappelez nous les promesses d’Hollande.

  4. Polymères dit :

    « Cet effort de « régénération » passera par une hausse de 71% des crédits affectés aux infrastructures. L’entretien du matériel et les petits équipements (ceux dits de « cohérence ») seront augmentés respectivement de 30% et de 34%. »
    .
    C’est bien là qu’on doit prioritairement envoyer l’argent.Ce sont ce genres de dépenses « invisibles » au grand public qui tirent nos armées vers le bas, que ce soit le moral ou l’environnement matériel et d’infrastructures.
    Je sais que pour beaucoup, tout passe toujours par plus de chars, plus d’hélicoptères, cette partie « visible », comptable d’une armée, mais ce qui bloque aujourd’hui, c’est bien plus la disponibilité d’un matériel que sa quantité.Quand vous avez 40% de disponibilité, la solution première n’est pas d’acheter plus de matériel, c’est d’augmenter cette disponibilité, soit par plus d’argent pour la maintenance, soit par le renouvellement de l’ancien.
    Cette LPM s’inscrit bien dans cette logique de consolidation de ce qu’on a, comblant les trous, accélérant certains renouvellement urgents, d’apporter l’argent dans ce qui ne se voit pas et qui a été très souvent négligé.C’est une étape nécessaire avant de vouloir « faire plus » que ce qu’on a (comme le fameux 2e porte-avions). Le rattrapage est nécessaire dans un premier temps, consolidons et optimisons ce que nous avons, apportons ce qu’il faut là ou il faut, en 2024, lors de la prochaine, si tout va bien, on aura un budget autour de 50 milliards et on pourra réfléchir à des augmentations capacitaires (même si il y en a déjà de prévu dans celle-ci).

  5. Parabellum dit :

    A la revoyure…tout dépendra des budgets annuels …l expérience rend méfiant…on essaye de rattraper les manques accumulés mais La tres longue durée et autres retards sur la production et l entrée en service opérationnelle rend tout ca encore à surveiller…peu d innovation annoncée alors qu il faudrait dans les années prochaines sortir du bourbier de la bss et penser Zee Sud Méditerranée et missiles drones et approches.a voir donc…

  6. Myshl dit :

    La LPM est un hochet, un leurre, un contrat d’adultère.

  7. Caton dit :

    Le nombre de frégates de premier rang reste insuffisant puis qu’on sera à 2 Horizon+8 FREMM+5FTI=15, sachant que les FTI, comme leur nom l’indique, sont à la limite du second rang.
    Bien évidemment le budget n’est pas extensible mais si, pour les patrouilleurs, « la pavillon suffit » comme disait l’amiral Rogel, il y a des moments ou il faut de la puissance.
    Comme au moins une frégate est indispensable pour escorter les BPC et au moins deux pour le BPC, qu’il en faut à Brest et Toulon impérativement pour sécuriser les mouvements des subs, et qu’il y a d’inévitables arrêts techniques, il n’y a plus beaucoup de réserves pour intervenir en dehors des tâches habituelles.
    En revenir à 18 n’était pas un luxe, c’était le retour à un seuil minimum raisonnable.
    Qu’on n’ait pas trouvé d’argent pour équiper le CDG de deux Narwhal est affligeant.

    • Wagdoox dit :

      Si extension du nombre de frégate il doit y avoir ce sera pour des raisons industrielles des fti. Cette extention de série de 5 a 8 n’a aucune raison d’intervenir avant 2022 voir même 2027 puisque les 5 fti n’auront toujours pas été livrée.

    • felipe dit :

      pas faux mais je pense que l’essentiel est bien dans la finalité de cette LPM, confrontée à la montée des périls à court, moyen et long terme.
      cette LPM est faite pour recoller les morceaux du service de table, en attendant d’en acquérir des nouveaux au gré des besoins qui, s’ils existent et sont bien identifiés, seront honorés quand ils entreront dans une logique de court terme et d’urgence.
      aturement dit, le NArwhal est une super arme mais dans les 3-4 prochaines années , cela ne semble pas être la priorité, ce qui n’interdira pas d’en être une en cas d’urgence

  8. Parabellum dit :

    Le pavillon ne suffira pas face à des fanatiques ou à des desperados ou à des armées déterminées…le sous armement et le manque d allongé et de puissance de feu est une maladie . Le lapin tire …souvent le premier.souvenir de certaines situations ou les gamins d en face étaient très fortement armes…les espèces de remorqueurs qu on vient d envoyer dans les Zee ne tiendraient pas longtemps face à des go fast armes avec des rpg et des 14, 7…une vieille mitrailleuse n impressionné plus personne et la cavalerie viendra t elle? Quand sera t on réaliste..,?

  9. werf dit :

    Il faut être optimiste, la prochaine guerre mondiale ne sera pas conventionnelle, on peut donc attendre 40 ans pour la mise à niveau de ce qui restera utilisable….

    • Hermes dit :

      poids militaire = poids politique.
      .
      Même pas besoin de regarder le besoin opérationnel.

  10. Plusdepognon dit :

    Ça fait un peu bobo comme préoccupation, mais comme le 21eme siecle sera celui de la guerre de l’eau, je poste ça ici…. Après tout « commander, c’est prevoir ». https://etudesgeostrategiques.com/2018/02/10/la-defense-face-au-changement-climatique/