Nexter et Krauss-Maffei Wegmann comptent construire un prototype de leur futur char de combat en 2020

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

58 contributions

  1. Vince dit :

    « La base technologique des Leclerc commence à dater et leur renouvellement est indispensable. »
    .
    Non, le Leclerc reste tout à fait dans le coup grâce à sa conception modulaire – comme le fait d’ailleurs remarquer l’article. Ou le complexe militaro-industriel sans complexe.

    • MD dit :

      Il aura besoin tout de même d’un canon de plus gros calibre que son actuel 120 mm s’il doit affronter des chars de mieux en mieux protégés qui sont actuellement à la mode. Cela risque de se produire assez vite.

      • Vince dit :

        Ou une meilleure munition ; quoiqu’il en soit la base est performante, pas besoin de revenir à une page blanche pour ça. Autant l’AMX30 fut déclassé dès l’apparition du t72, autant pour le Leclerc il reste une bonne marge.
        .
        Lui manque un système de protection actif, c’est peut-être surtout ça l’urgence – comme les Turques l’apprennent avec leurs Leopard.

      • Orion dit :

        Il y a toujours le projet de canon de 140 sur le leclerc 😀

        http://ftr.wot-news.com/2017/05/07/140mm-leclerc/

  2. Jak0Spades dit :

    « étant donné que le Leclerc fait l’objet d’une modernisation dans le cadre du programme Scorpion afin de rester en service jusqu’en 2040. » Cette modernisation reste très modeste. Un tourrelleau télé-opéré, un obus explosif programmable , une mise à jour de la conduite de tir et sans doute la standardisation du kit de blindage AZUR. Pas de nouveaux systèmes de protection actifs ou passifs ( du moins pas pour l’instant), pas de nouveau obus anti-chars et pas de changement au niveau de l’armement principale. En soit rien de catastrophique, mais en vue d’un développement d’une toute nouvelle plateforme pour une adoption théorique en 2030 chez les Allemands, ne vaudrait-il pas mieux d’annuler la modernisation ( et donc réinvestir l’argent) pour adopter ce nouveau char plus tôt ( comme avec les VABs ) ?

    • Fabien dit :

      Peut-être que vous occultez le plus important de la modernisation: l’intégration du logiciel de communication tactique dans le Leclerc…

      • Jak0Spades dit :

        Bien vue, mais en quoi ce système ne pourrait pas être intégré sur le nouveau char ?

        • Fabien dit :

          Peut-être que les allemands attendent la version américaine du logiciel tactique scorpion pour ne pas dépendre de la France… quand c’est industriel, la politique prédomine toujours…

    • sentinelle dit :

      oui bien sur dans la plus pure tradition française pour mettre la vie de nos soldats en danger pour bénéficier à un horizon incertain d’un nouveau blindé . le programme parait très raisonnable sauf l’intégration d’un système de protection hard kill s’il y en a un qui donne réellement satisfaction techniquement parlant mais surtout tactiquement pour ne pas tuer également nos fantassins dans une phase de combat urbain ou peu mobile .

      • felipe dit :

        remarque initiale gratuite et presque bête… derrière ce que vous appelez la tradition française, il y a bien sur des industriels mais il y a surtout des officiers qui ont été en leur temps des lieutenants, des capitaines.
        la seule remarque pertinente : moderniser l’existant (si évolution possible) ou investir dans le systèmes suivant
        deux remarques pour faire avancer le débat :
        moderniser l’existant se défend si celui ci a encore du potentiel (c’est le cas du XL), mais surtout si ses équipages sont entraînés. on peut me parler du LEO ou de l’ARMATA. la vrai question reste l’entraînement, tous ces chars faisant partie du haut du panier
        passer au char suivant : c’est un peu laisser la proie pour l’ombre… tant que l’urgence ne fait pas loi. regardez le Griffon, c’est bien parce que nous sommes en limite avec le VAB que les commandes s’accélèrent
        pour terminer , il reste le système d’information et de simulation embarquée (prévu sur SCORPION) c’est un point essentiel qui justement doit éviter les couches supplémentaires toujours plus couteuses

  3. R2D2 dit :

    « La base technologique » des Leclerc et des Leopard 2 « commence à dater » et leur renouvellement « est indispensable »
    .
    Euh oui certes. J’aime bien le Leclerc et la version modernisé + kit Azur sera très bien mais il faut etre réaliste: il y a eu un changement d’emploi des chars (enfin, quand ils sont utilisés et qu’ils ne restent pas sous cocon dans des garages climatisés…) qui rend le renouvellement pas vraiment indispensable
    sauf bien sur pour conserver des capacités industrielles.

  4. Jak0Spades dit :

    Et puis ce décalage entre la France et l’Allemagne n’est pas forcement une mauvaise chose. Les livraisons pourront être dédiées à un seul pays à la foi. Si la France attend un peut, elle bénéficiera de l’effet de série des livraisons Allemandes ainsi qu’aux éventuelles mises à jours de la plateforme durant l’interim. Adoptant ainsi une plateforme plus mature, laissant aux Allemands le soin s’occuper des premiers défauts de la série ( il y’en a toujours).

    • Wagdoox dit :

      Bien vu

    • sentinelle dit :

      bien d’accord , mais le mieux étant l’ennemi du bien il faudra forcément faire des compromis entre les cahiers des charges , ça n’a pas marché pour l’x30 cette fois il faudrait bien y arriver sauf que nos amis germains sont un peu psyco-rigides , ça promet !

  5. Fralipolipi dit :

    J’imagine que la partition du projet « Char de Combat lourd » – en R&D puis en production – sera un peu plus complexe que de dire « à toi la tourelle, à moi le châssis ».
    Quelqu’un saurait-il détailler quelles sont les parties du puzzle à redistribuer chez les 2 protagonistes de KNDS de chaque côté du Rhin : le canon, la tourelle, le châssis, les spécificités du blindage, le moteur, la transmission, le système de visée et de tir, les obus spécifiques … ???…
    .
    Qu’est-ce que nous français sommes le plus susceptibles de produire chez nous ? (bon ok, pas le moteur, mais pour le reste ?).

    • Nexterience dit :

      L électronique sera à mon avis aussi un gros enjeu: communication, réseaux, capteurs, traitement de l info, téléopération potentielle du char, softkills, capteur déporté sur drône, …
      Motorisation électrique sans infrarouge et silencieuse, hardkill, munitions anti hardkill; impression 3d des blindages, portes arrières comme le Merkava, version vci genre Namer… les ruptures technologiques vont vite rendre le Leclerc obsolète.

    • Marti dit :

      clairement je dirais conduite de tir après mais moins certains la caisse et peut etre la tourelle pour le reste je pense que les allemands auront les trains roulants et le moteur surtout et le canon

      • nexterience dit :

        C’est le concurrent Rheinmetall qui faisait le canon du Leo2. Or, Nexter a les outils pour un canon.

      • Fabien dit :

        L’Allemagne étudie les ensembles cinématiques des blindés et maintenait encore ses compétences il y a cinq ans, alors que la France recommencera tout le travail réalisé pour le LEclerc avec son prochain M.B.T. . On peut déjà leur laisser ça.

    • tschok dit :

      Sur la répartition des parties du puzzle: à ce stade, je ne sais même pas si les industriels eux-mêmes le savent.
      .
      A part le moteur, qu’est-ce que nous sommes le plus susceptibles de produire en France: ben, presque tout le reste (sauf la clim). Canon, obus, conduite de tir comprenant la stabilisation deux axes, le calculateur balistique, la visée optronique, l’informatique permettant la connexion du char avec le reste du monde, le blindage, la protection Galix, la suspension oléopneumatique, etc. Tout ça, on sait faire.
      .
      Ce sur quoi en général on est nul: les boitiers engrenages (boite de vitesse, répartition), les chenilles, les protections actives, les mitrailleuses. Et je crois que sur certains éléments de roulement, comme les galets, on n’est pas très bons.
      .
      Sur la protection NBC, au-delà de la mise en surpression de l’habitacle, je ne suis pas sûr qu’on sache faire des choses très sophistiquées.
      .
      Sur la protection anti-incendie, je ne me risquerais pas à un pronostic, mais je ne nous sens pas géniaux.
      .
      Mais, en fait, plutôt que de se poser le problème en terme de production d’un bien manufacturé en France, on pourrait se demander quelle est la part de la valeur ajoutée qu’on va localiser en France, et à partir de quelle compétence.
      .
      Par exemple, à l’occasion du programme Scorpion, les industriels français on développé des compétences en matière d’ergonomie (le rapport homme-machine). Les blindés constituaient l’un des derniers domaines où on s’en foutait, mais ce n’est plus la cas. Or, l’ergonomie concerne toutes les parties du char, donc il est difficile de penser la conception d’un rapport ergonomique en isolant une partie du char du reste du système qu’il représente.
      .
      S’il y a un puzzle industriel, je le mettrais plutôt là et pas dans la répartition d’une production de biens manufacturés, avec untel qui fait le manche à balai et l’autre la brosse.

      • Fralipolipi dit :

        @Nexterience, Marti et Tschok
        Très éclairant. Grand merci pour vos retours 🙂
        @Tschock
        Oui, il s’agit bien de raisonner en terme de valeur ajoutée, tant pour la fabrication que pour la R&D, et ce avec une vue d’ensemble … Pour faire au mieux, faudrait-il dupliquer l’organisation de Dassault pour le nEUROn ?.. Ce qui imposerait peut-être de désigner un maitre d’œuvre : soit Nexter, soit KMW, … soit une structure extérieure aux deux entités nationales, 100% KNDS (?)

      • nexterience dit :

        Tcshok, les généralités peuvent relever du passer.
        Quid du GMP du Leclerc? je n’ai guère entendu de problème de fiabilités.
        Seul le moteur scandinave était délicat à ses débuts, vu qu’il possède plus de capteurs qu’un moteur de F1!
        Il me semble que la BV fonctionne bien. Les freins font référence en perfs.
        Quels sont vos sources au sujet des chenilles et galets?
        Un galet n’est pas un pièce de haute technicité et les chenilles sont standard OTAN , il me semble, après les essais infructueux en alu .
        Le groupe KNDS sait faire des canons… à Bourges.
        Si un GMP hybride est à développer, il est probable que MTU, qui a développé ces compétences, l’emporte:
        http://www.mtu-online.com/mtu/applications/hybrid/
        .
        Le proto du système franco-allemand hardkill SHARK était, parait il meilleur que son homologue israélien. A l’origine développé par IBD / Thalès, Rheinmetall semble avoir racheté IBD et est propriétaire du système.
        https://en.wikipedia.org/wiki/AMAP-ADS

        • tschok dit :

          Le Leclerc est très bien, je n’ai aucun doute là dessus. Oui, effectivement je me référais aux chenilles alu V2. Cela n’a pas été qu’un « essai »: elles ont été adoptées sur les chars entrés en service jusqu’à une tranche avancée du programme, puis remplacées par des chenilles aciers V5 (usure excessive).
          .
          Les galets étaient également concernés, d’après les sources publiques que je consulte. Évidemment, le train de roulement d’un char n’est pas aussi sophistiqué que la navette spatiale, mais il y a quand même une certaine technicité ne serait-ce qu’au niveau de la conception qui est aujourd’hui en
          3D.
          .
          Mais en fait ce que je voulais dire c’est que depuis 10 ans on ne produit plus de véhicules chenillés en France, car le char Leclerc était le dernier, et depuis on n’a produit que des véhicules à roues.
          .
          La chenille, c’est comme le reste: si vous lâchez la rampe pendant 10 ans, vous perdez la technique. Et puis, il y a les nouveaux matériaux: pour l’instant on a l’alu, l’acier et le caoutchouc. Il y a peut-être des choses à faire, je ne sais pas.
          .
          Sur le moteur, bien d’accord avec vous. Je crois qu’il ne reste en France que deux motoristes, et encore dans le domaine naval (Baudoin et Pielstick, devenu MAN). Le moteur hyperbare du Leclerc n’étant jamais qu’une turbine d’hélico française intégrée à un moteur marin finlandais Wärtzilä, on pourrait très éventuellement imaginer de mettre l’un de ces deux industriels sur le coup si on veut refaire un moteur de ce type-là, mais si on s’oriente vers une solution hybride, je ne vois pas de solution purement française.
          .
          Puisqu’on parle mécanique, la boîte de vitesses du Leclerc était fabriquée par une entreprise française (SESM) devenue RENK France (groupe RENK, allemand je crois).
          .
          http://www.renk-france.fr/pdf/ESM_500.pdf
          .
          http://www.renk-france.fr/
          .
          Côté mécanique, je crains que ce soit tout ce qui nous reste en France.
          .
          En ce qui concerne le Shark: comme d’habitude, on fait des choses très bien en laboratoire. Mais, sauf erreur de ma part, ce système est resté un prototype. Si vous ne mettez pas en production quelque chose et que ce quelque chose n’est pas en service, c’est presque comme si vous n’aviez rien, car vous n’avez pas fait l’industrialisation et vous n’avez pas de retex.
          .
          Mais vous avez maintenu un savoir-faire et/ou acquis des compétences, et vous êtes en mesure de dire à un décideur que vous ne partez pas complètement d’une feuille blanche.
          .
          C’est pas complètement nul, mais c’est pas très loin de l’inexistant quand même.
          .
          Souvent, en France, on se la pète parce qu’on fait beaucoup de choses en laboratoire et on se dit qu’on est capable de tout faire. Non, tant que vous n’avez pas produit le truc en série et qu’il n’est pas en service, avec les essais en conditions réelles, les retex et les exigences de modifications qu’ils entrainent, il vaut mieux considérer que vous avez, allez, peut-être pas zéro, mais zéro virgule un petit quelque chose.

  6. Parabellum dit :

    Si on sort un nouveau char faut penser au blindé transport de troupe d accompagnement en meme temps comme les russes viennent de le faire avec des engins autour du nouvel armata avec La meme base et gabarit. Vus ensemble le 9 mai sur novi rabat…et il faut aussi des robots d entrée en premier…le wiesel allemand pourrait servir ou un retour à une version de l antique amx 13…et évitons un monstre hors de prix…

  7. Nrj dit :

    On peut rester septique. Dans le futur on pourrait imaginer la présence dde roquettrs tirées à 80km du char et guidés par intelligence artificielle. Et dans ce cas le char tel qu’on le connait aujourd’hui n’auraot aucune utilité.

    Il vaut moeieux investir dans des véhicules canon à roues plus agiles et discrets type amx 10rc pour la idfense mobile et dans des vci lourds pour le combat rn zone urbaine.

    • ji_louis dit :

      La bataille de Debaltseve a prouvé l’utilité du char lourd: Tous les véhicules blindés ukrainiens (il n’y avait pas de char lourd) on été anéantis par une salve d’artillerie à longue distance russe, un char « léger » type 10RC n’y résiste pas non plus. Et il n’existe pas de char plus agile qu’un drone aérien ou un missile.

  8. Vince dit :

    A noter que selon la Tribune, Nexter aurait renoncé à proposer le Leclerc à l’Inde à cause des transferts de technologies. Officiellement. Peut-être un peu de bluff, ou la sensation de participer à un marché truqué, ou le traumatisme de la vente aux Emirats… Ou peut-être encore ne pas s »épuiser 15 ans avant de signer qqchose.

    • nexterience dit :

      Les indiens seraient trop gourmands… Et le moment n’est pas idéal. L’heure est au remplacement. Sachant que remonter une ligne Leclerc chez Nexter serait déjà un défi, je n’ose imaginer en Inde…

      • Vince dit :

        Industriellement monter une ligne pour qqs centaines de véhicules n’est pas un défi insurmontable non plus 🙂 .

        • Nexterience dit :

          Faut repartir de presque zéro. Des centaines de fournisseurs sont concernés. Certains ont disparu. D autres sont passés à autre chose. Des outils de fab ont été recyclés. Sels quelques marbres subsistent au cas où, Mais à quel coût…
          Chez Nexter, repartir sur le Leclerc reviendrait à réactualiser la prod, les normes, personnel, outils coûteux ayant variés. Joyeux bordel!

  9. sentinelle dit :

    Pour info l’utilisation des blindés par les turcs semble aussi performante que celle de nos amis du Golf ! Ils ont du chemin à parcourir pour arriver à une coordination satisfaisante des armes et des armées. Tant mieux !

  10. Wrecker 47 dit :

    Compte-tenu de l’évolution technique du combat anti-char …Est-ce que la construction d’un nouveau char n’est pas une vue de l’esprit ?…

    • fabien dit :

      @ Wrecker 47
      En aucun cas. La métallurgie a réalisé des progrès colossaux dans l’intervalle et bien qu’un char soit vulnérable, il est un maillon indispensable d’une armée complète. Notez que je ne parle pas d’armée moderne, car les deux ne vont pas toujours de pair.
      Je vous accorde volontiers qu’un engin de 60 tonnes, reste toujours difficile à projeter, et que les infrastructures ne sont pas toujours adapté à son mouvement mais de tous les moyens de combat, le char reste l’arme avec le meilleur taux de discrimination de tous les conflits, le butoir qui ouvre la route à l’infanterie et aux autres véhicules. Même si un char perd son invulnérabilité, cela reste un super bon placement pour une défense.
      Mais seul, il n’est pas bon à grand chose, et il nécessite de l’infanterie et de l’aviation pour donner le meilleur de lui-même… comme depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

  11. Revan dit :

    L’avenir des chars ce base sur le Hardkill en gros la protection active et passif et le la communication et le traitement de l’information en synergie. L’augmentation du calibre ne changera rien car déjà aujourd’hui les obus de 120 et 125mm sont suffisant pour venir à bout de n’importe quel blindage moderne avec les munitions HEAT et APFSDS. J’en est comme témoin un pote sur LECLERC du 501e, qui me confirme tout ça. Sachant que certain pays notamment les Etats-Unis, la Russie, la France et peut être Israël utilise des obus de chars à uranium appauvri.

    Et encore je n’ai même pas aborder le cas des ATGM qui même ancien (HOT 1, TOW, Konkurs, Milan..) parviennent à détruire certain char moderne alors imaginer la dernière génération de missile (Javelin, Kornet, HOT 3, Spike, MMP, Vikhr..)

    Même si l’intégration d’un canon de 130mm Rheinmetall pourrait être mieux ou encore le 140mm de Nexter provenant de son LECLERC T-140, les protections actives réussiront à en venir à bout.

    • Revan dit :

      j’en ai comme temoin*

    • nexterience dit :

      Le développement du 140 avait bien sa raison d’être face à des t-90?! Alors face à des Armata…
      Ceci dit, face à un hardkill, vaut mieux un 120 intelligent qu’un bête 140.
      Qui fait, une salve d’obus plus petits saturants est peut-être la solution.

  12. Myshl dit :

    La nécessaire convergence des cahiers des charges peut inquiéter.
    Faudrait que les deux complices s’en aillent prendre l’expérience de l’A400M.

    Cause que la convergence, souvent forcée, écarte des besoins légitimes en plus des caprices.

    Ici le danger, après le danger vérifié sur l’A400M, n’est plus le puzzle des cahiers des charges des armées chacune occupée à satisfaire ses propres besoins, mais que l’industriel réuni en consortium impose ses choix industriels.

    Entre le tous pouvoirs aux armées pour foutre la merde dans l’industrie, et le tous pouvoirs dans l’industrie pour foutre la merde dans les armées… Il y a peut-être bien un juste milieu.

    Mais le juste milieu, on n’a pas le temps de le chercher. Et satisfaire chacune des armées clientes est un gouffre à fric et une perte de temps lamentable. Donc il vaut mieux que l’industriel fasse, et propose un peu comme « sur étagère » un matériel qui satisfasse tout le monde, y compris l’export.

    A condition que l’industriel fasse le matériel en modulaire, prêt au « Tuning », prêt aux modifications et autres amendements post-production.

    Il y a quelques expériences utiles à considérer.
    – L’A400M pour lequel on a voulu converger les besoins dès la production, c’est un fiasco. L’avion finira par être bon, voire le meilleur, mais la méthode down-top a foutu la merde. Donc pour le char, il faut calculer une méthode top-down, imposée par l’industriel à condition qu’il construise un char évolutif immédiatement par down-down, le tuning.

    Le meilleur fabricant de chars en Europe n’est ni allemand ni français. Il est polonais. Le char Anders est une merveille d’intelligence industrielle ET militaire. Le char Anders est une plate-forme géniale, déclinable en Pologne selon les missions, et qui pourrait (A condition que français et allemands pensent plutôt que réfléchissent), devenir le socle d’un char européen, pas germano-français, européen…

    Ce qu’ont pensé et fait les polonais est proprement génial… Mais anachronique. Cause que la plateforme Anders est actuelle, d’avenir, pendant que les français et les allemands ne pensent probablement qu’à reconduire des schémas antédiluviens. Les polonais ont raison.

    Le consortium franco-allemand, et le même germano-français sont des anachronismes. Puisque les polonais ont pensé et fait l’Anders, le consortium GF ou FG doit s’ouvrir à la Pologne. Eux ont su des solutions à partir de peu voire de rien. C’est eux, les polonais, qu’il faut entendre.

    Ah oui, j’allais oublier… Pourquoi un char « Lourd »? Les cavaliers préfèrent peut-être un char lourd, comme jadis il aimaient les chevaux gras pour le confort de leurs fesses?

    Conclusion: Le consortium germano-français va se planter. Sauf à s’ouvrir à l’intelligence concrète d’autres constructeurs de chars, dont la Pologne.

    • fabien dit :

      @ Myshl
      je suis assez dubitatif devant votre prose car même si la Pologne est capable de poser un bon moteur sur un bonne boite de transmission, le tout sous une coque qui se veut furtive, le blindage et le canon poseront des problèmes insurmontables, sauf à acheter des technologies étrangère sur étagère.
      Parlons déjà du canon: le 120 mm âme lisse du léopard 2 est un classique dans l’O.T.A.N. Il équipe le char principal de bataille du Abraham et son équivalent japonais. Sinon, le 120 mm du Leclerc est aussi remarquable, mais plus moderne et plus puissant avec sa vitesse de 1800 m/s pour un obus flèche alors que son canon est plus court. Et la France produit ses propres obus à l’uranium appauvri, quand les Allemands se demandent pourquoi racheter des léo d’occasion, si c’est pour tirer des munitions obsolètes incapables de percer les dernier chars russes.
      Causons ensuite du blindage: un blindage espacé multicouche, ça ne s’improvise pas au coin d’un bistrot et encore moins quand il faut y adjoindre des éléments en tungstène ou en céramique.
      Enfin et surtout, il y a l’électronique. Et c’est là que le Leclerc marque des points et que son remplacement peut être repoussé.
      .
      Mais parlons du consortium: Nexter et KMW se sont rapprochés contre l’avis du ministre allemand de l’époque: d’abord de la défense puis de l’économie( Sigmar Gabriel). Lui voulait une fusion entre KMW et Krupp. mais KMW voulait les français pour arrêter une guerre stupide car les Allemands veulent avoir la paix pour exporter et ne plus trouver les propositions française sur leur route.
      .
      Enfin, parlons du passé: depuis les années 50, la France n’a cessé de draguer l’Allemagne pour faire un char commun, avant que des divergences industrielles ne fasse tout capoter, comme l’ancêtre commun de l’AMX 30 et du premier Leopard: l’europanzer… déjà dans les années 50.
      Finalement, chaque pays a réalisé un bon char de son côté. Mais tous les deux possédaient l’expérience pour le faire. Quand la France s’est décidé à remplacer l’AMX 30, le Leclerc était un progrès décisif, et l’Armata n’apporte rien de fondamental depuis le prototype du Leclerc: il a gros canon de 140 mm, et sa tourelle est télé-opérée. Mais le chargeur automatique existe depuis longtemps sur les chars Russes et le Leclerc est le premier char occidental à s’en doter de série.
      En conclusion: les chars sont un domaine pointu qui exige des compétences rares, où Russes, Britanniques, Allemands, Français et Israéliens tirent leur épingle du jeu. Et les Italiens ont aussi une bonne compétence (il faut dire qu’ils ont testé tout ce qui fallait pas faire, donc ils ont balisé le chemin pour les autres ^^). Les U.S.A. ont un bon char lourd, mais glouton et surdimensionné, qui intègre des avancées Britanniques pour son blindage et un canon Allemand. Il reste une bonne boite de vitesse, un châssis sans innovation, et un moteur inapproprié.

      • Romulus dit :

        « Mais le chargeur automatique existe depuis longtemps sur les chars Russes et le Leclerc est le premier char occidental à s’en doter de série »
        Merci de ne pas oublier le l’innovant l’AMX 13… chargeur auto, tourelle oscillante…

        • Fabien dit :

          Certes. Mais ces innovations n’ont pas eu de suite, surtout que l’amx 13 ne venait pas d’une compétition franco-allemande mais des leçons de la guerre de 40…

    • MD dit :

      Ne rejetez donc pas le faute sur le consortium GF ou FG de ce qui est en réalité une décision politique et une bouderie polonaise .
      Les Français tout comme les Allemands avaient déclaré conjointement en 2014 être  »ouverts à une collaboration avec tout pays européen qui voudrait les rejoindre » sur ce projet . Et ceci en s’adressant en tout premier lieu aux Polonais . Sachant qu’il est toujours très compliqué de vouloir travailler avec les Britanniques en matière de chars car ils ne font jamais rien comme tout le monde . Et que les autres pays européens n’avaient pas pour l’instant de budget pour ce genre de matériel . Mais il n’y a pas eu de réponse , car ce qui est arrivé en Pologne est tout simplement l’arrivée en 2015 d’un nouveau gouvernement ultra-nationaliste , ainsi que la nomination d’un flamboyant , querelleur et très insultant ministre de la défense polonais francophobe tout autant que germanophobe.
      De toute façon, étant donné le grand nombre de pays européens qui sont ou qui ont été équipés , à tort ou à raison, de Leopard 2, il est bien possible que ce soit ce futur char franco-allemand qu’ils choisiront pour remplacer leurs chars actuels. Ce serait alors à nos ingénieurs et experts de les inciter à choisir plutôt la version française que la version allemande, mais ceci est un autre problème.
      Par contre , jusqu’à présent, ce char polonais – mise à part la curiosité suscitée par son originalité lorsqu’il a été présenté – ne semble pas avoir convaincu la plupart des experts des pays voisins . Pays dont les armées se sentent pourtant très concernées par toutes ces histoires de chars.
      Par exemple : les Finlandais , dont le pays est pourtant souvent engagé dans des coopérations industrielles avec la Pologne en matière de matériel militaire.
      Ou les Ukrainiens, qui cherchent à corps et à cri du matériel moderne , ou à acquérir des licences de fabrication , d’armes  »létales ». Mais pas de chars . En effet, ils ont pu vérifier que le comportement au combat de leur char national dernier né , le  »Bulat » , opposé aux modèles russes modernisés ( sauf le T 90 dont l’utilisation au combat dans le camp adverse n’est pas confirmée ) qui ont été engagés contre lui a été très satisfaisant. D’après des déclarations officielles faites début janvier , ils vont donc le mettre en production cette année pour en rééquiper leur armée. Ils estiment qu’il  »est équivalent aux meilleurs chars européens actuels » (sic) . Et ils pensent donc qu’il leur suffit largement pour l’instant . Il se peut qu’ils soient mauvais juges en la matière . Mais ils quand même su que leurs adversaires ont eu une très désagréable impression face à leur  »Bulat  » , et ils en ont donc aussi tenu compte.
      C’est un char  »lourd », oui, et ils n’ont pas du tout l’intention de construire un char  »léger » , mobile , à roues et peu protégé , après les lourdes pertes en vie humaines qu’ils ont subi sous des tirs d’artillerie et de roquettes de gros calibre . Tout comme leurs adversaires d’ailleurs , qui ont tiré eux aussi les mêmes conclusions.

  13. bloodasp dit :

    @à Myshl: Alors là même pas en rêve, je préfère encore aller toquer à la porte de Poutine pour lui acheter des Armata plutôt que de m’associer à la Pologne pour construire un char d’assaut. En fait l’Europe c’est un peu du « Tuning » pour la Pologne,comme vous l’indiquez dans votre commentaire, je prends ce qui m’arrange…
    Sur un plan plus opérationnel, l’Anders n’est pas combat proven et puis si les polonais avaient quelques compétences en la matière ça ce saurait depuis le temps quand même.
    Alors voici ce que je propose à mes amis polonais: soit vous achetez des Abrhams, soit vous attendez gentiment qu’on fabrique le nouveau char franco-allemand, et vous prendrez un ticket comme tout le monde pour en acheter!

  14. bloodasp dit :

    @ si vous faite allusion à cette très belle démo marketing de Obrum,https://www.youtube.com/watch?v=b-LupA0YkeU, effectivement tous les gogos achèteront, mais la réalité est un peu plus complexe, 80% des techno mise en avant dans ce clip promotionnel ne sont pas maitrisées par l’industrie polonaise et le ponpon, j’adore le camouflache thermique, je suis mort de rire…
    La guerre, c’est sérieux, alors je préfère confier le projet du char de 4° génération aux deux nations qui se sont fait le plus la guerre c’est 150 dernières années, je pense que l’efficacité sera au rendez-vous !

  15. nexterience dit :

    Le PL-01 Anders est à mes yeux un concept très inégal voire fumeux.
    1- Les polonais n’ont pas de briques technos pour le faire: BAE et les suédois fournissent tout. C’est plus un concept anglais qu’un concept polonais.
    2- la furtivité thermique d’un diesel de plus de 900ch est très difficile à l’échappement, étant donné l’énorme chaleur développée (~300KW) . Cela sert donc à rien de refroidir le reste qui est quasi froid.
    Un GMP hybride serait bien plus discret (mode électrique).

  16. Charly10 dit :

    On peut noter que c’est le PDG qui décide que « La base technologique » des Leclerc et des Léopard 2 « commence à dater » et leur renouvellement « est indispensable ».
    Cela reflète parfaitement qui oriente les budgets militaires ; Est-ce normal ?
    débat ouvert !!!!!

  17. Vince dit :

    Le Leclerc a démontré sa pertinence au Yemen (au moins sur sa partie protection). Le char polonais est peut-être bon, peut-être pas. Le papier est une chose, le terrain une autre.
    .
    Pour l’utilité du lourd, voyez les derniers conflits (Syrie, Ukraine, Yemen).
    .
    Il y a bien eu un démonstrateur Leclerc 140mm, mais changer le calibre revient à changer la tourelle, surtout avec un système de chargement automatique. Donc grosse opération.
    .
    A noter que les blindés modernes sont extrêmement dépendants des capteurs. Plus de capteurs, plus de chars ou presque -> cf munitions « air-burst ».

  18. Myshl dit :

    @ Tous ceux qui m’ont répondu: Merci. Beau débat.

    Le seul qui a merdé, c’est moi. Je n’ai pas su me faire comprendre.

    Loin de moi l’idée d’acheter un char polonais.

    Tout ce que je souhaite, c’est qu’on reprenne la méthode des polonais.

    Qu’au lieu de fabriquer le nec-plus-ultra puis tenter de le vendre,
    on décline un char sur une base fusionnelle (Franco-Allemande) qui reprenne le meilleur,
    et puis que sur cette base, cette charpente, ce socle, on « tune ».

    Bis repetita: Pas le char polonais, mais la méthode…

    • Nexterience dit :

      C est ce qui va arriver: guillotine à saucisson sur le KNDS fr; chauffe saucisses sur l allemand.

    • Fabien dit :

      @ Myshl
      Votre voeux peut être éxaucé car il y un alignement des astres favorables:
      -1 le patron de Dassault, Mr Trappier est nommé à la tête domité des industries de défense Française… Donc on un promoteur de son propre montage sur le Neuron
      -2 Nexter et KMW ne veulent pas d’un montage à la Airbus: il veulent faire des sous sans la politique , d’où leur fusion (fin de la concurrence), dans un pays tiers (fuck les atermoiement de l’Allemagne sur les contrats vers les démocratures)
      -3 une politique Allemande plus favorable aux visions françaises (lire TTU), où le Macronisme crée un appel d’air pour les coopérations, et de nombreuses concessions à venir sur des points Macroniens.
      -4 une technique enfin mature pour fournir un char à la fois rapide (souhait Français) et blindé (souhait Allemand).

      Si le chantier aboutit, les char un promis à un avenir radieux: remplacer tous les léopards de par le monde. LA mécanique « lourde » sera Allemande: on a plus les lignes de fabrication. En revanche, tout l’intérieur gagnerait à être Français, y compris et surtout l’électronique embarquée, les armes principales et secondaires, les capteurs et les leurres qui sont des domaines d’expertise.
      .
      Pour ma part, je rêve que l’on développe des outillages pour les revendre aux U.S.A., car ils sont aussi en fin de vie du M1 ‘Abraham.
      Je rêve d’ailleurs de plein de chose, comme d’un tourelleau téléopéré doté d’une caméra thermique haute résolution tirant des rafales de munitions intelligentes comme les Phalanx des croiseurs U.S., ou de grenades intelligentes d’interception comme les trophy Israeliens.
      L’avantage d’un char lourd sera avant tout de pouvoir embarquer un gros potentiel de courant électrique et de calcul: il peut non seulement affronter les rigueurs du champs de bataille mais fournir de quoi le contrôler dans la durée, ce que ne peux ni le fantassin, ni l’aviation…

      • Vince dit :

        « on n a plus les lignes de fabrication »
        .
        J’ai compris que KMW n’en n’avait plus non plus (de mémoire lu d’un article de la tribune).

  19. Expression libre dit :

    Je croyais qu’on voulait un char  » employable »…