Archives quotidiennes : mardi, 16 janvier, 2018

Une guerre entre l’Égypte, le Soudan et l’Éthiopie est-elle à craindre?

En décembre, des centres de réflexion s’essaient à la prospective en tentant de déterminer les principales menaces auxquelles il faut de préparer pour l’année suivante. Ainsi, par exemple, le Council on Foreign Relations a placé l’éventualité d’un conflit dans la péninsule coréenne en haut de la liste. Et de citer ensuite celle d’une confrontation armée

Burkina Faso : Les forces armées ont arrêté une trentaine de suspects lors d’une opération anti-terroriste

Fondé par le prêcheur radical Malam Dicko, le groupe jihadiste Ansarul Islam a commencé à faire parler de lui lors de l’attaque, en décembre 2016, d’un détachement du Groupement des forces armées anti-terroristes (GFAT) burkinabè à Nassoumbou, une localité située dans le nord-ouest du Burkina Faso. Douze soldats y avaient laissé la vie. Depuis, Ansarul

Le Japon proteste contre l’incursion d’un sous-marin nucléaire chinois près des îles Senkaku

Depuis le début des années 2010, la dispute territoriale entre le Japon et la Chine au sujet des îles Senkaku a repris de la vigueur, l’Armée populaire de libération (APL) ayant multiplié les incursions dans les eaux de cet archipel nippon. Et cela a donné lieu à des incidents sérieux, comme en 2013, quand le

Deux bombardiers stratégiques russes Tu-160 Blackjack interceptés en mer du Nord

Comme elle en a pris l’habitude à cette période de l’année, les forces aérospatiales russes ont envoyé, le 15 janvier, deux bombardiers stratégiques Tu-160 « Blackjack » patrouiller à proximité de l’espace aérien de pays membres de l’Otan. Ces deux bombardiers ont longé les côtes norvégiennes, puis danoises, allemandes, néerlandaises et britanniques. Alors qu’ils s’approchaient du Royaume-Uni,

Pressée par Paris d’accélérer le rythme, la Force conjointe du G-5 Sahel a lancé sa seconde opération

Le président Macron l’a dit et répété : il veut des « victoires », dès le premier semestre 2018, contre les les groupes jihadistes actifs dans la bande sahélo-saharienne. Pour cela, Paris compte sur la Force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S), dont les 5.000 soldats seront fournis par le Mali, le Niger, le Burkina Faso, le Tchad