Archives quotidiennes : lundi, 15 janvier, 2018

Le Qatar et les Émirats arabes unis s’accusent mutuellement d’être à l’origine d’incidents aériens

Mis au ban des monarchies sunnites du Golfe arabo-persique (GAP) pour son soutien aux Frères musulmans et sa relation avec l’Iran et soumis à un blocus économique imposé par ces dernières, le Qatar a fait savoir, le 12 janvier, qu’il s’était plaint auprès des Nations unes d’une violation de son espace aérien par un avion

Sécurité maritime : Le nombre d’actes de piraterie a atteint son plus bas niveau depuis 1995

Depuis 2013, le nombre d’actes de piraterie a baissé d’environ 30% pour atteindre, l’an passé, son niveau le plus bas depuis 1995. Tel est l’un des principaux enseignement des chiffres publiés la semaine passée par le Bureau maritime international (BMI). Ainsi, en 2017, 180 attaques de pirates ont été constatées, soit 11 de moins par

Centrafrique : L’affaire des accusations de viols portées contre des militaires français se termine par un non-lieu

L’affaire est désormais officiellement close. En avril 2015, il avait été fait état d’une note confidentielle des Nations unies dans laquelle 14 soldats français de l’opération Sangaris étaient accusés d’avoir commis des abus sexuels sur des mineurs en Centrafrique. Quelques mois plus tôt, informé de ces accusations, le ministère de la Défense avait saisi le

Syrie : La coalition anti-jihadiste va former une force frontalière de 30.000 combattants

L’État islamique (EI ou Daesh) ayant perdu la quasi-totalité des territoires sur lesquels il avait établi son « califat », la nature de l’engagement de la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis change peu à peu. Certains membres ont d’ailleurs revu à la baisse leur participation aux opérations, comme par exemple l’Australie, qui a retiré ses chasseurs-bombardiers

L’État islamique dans le Grand Sahara défie la Force conjointe du G5 Sahel

Ce 15 janvier, la ministre française des Armées, Florence Parly, réunit ses homologues du G5 Sahel à Paris pour évoquer la montée en puissance de la Force conjointe à laquelle participent le Mali, le Niger, le Burkina Faso, la Mauritanie et le Tchad (FC-G5S). Organisée un mois après le sommet de La Celle-Saint-Cloud, qui a