30% des aviateurs déployés au profit des opérations spéciales proviennent d’unités classiques

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

17 contributions

  1. Lucien dit :

    Pourquoi le CPA 20 ne fait-il pas lui aussi partie des MAOS ?

    • Steveo dit :

      Car ils ne font que de la protection de BAP .

      • Lucien dit :

        Ce n’est pas ce qui est dit dans leur article Wikipédia (généralement, sur ce type de sujets, les auteurs sont assez sérieux).

        « Le CPA 20 est une unité d’intervention de l’armée de l’air, composée de 250 aviateurs répartis en trois compagnies : Bretagne (force protection), Picardie (groupe spécialisé), Normandie (groupe spécialisé). Les capacités des deux compagnies Normandie et Picardie sont : l’appui aérien, la reconnaissance de terrain sommaire, la fouille opérationnelle et la mission récupération de personnel. De plus, deux groupes spécialisés sont qualifiés chuteurs opérationnels. Après avoir passé 10 ans en Afghanistan tout en continuant d’être présent en Afrique aujourd’hui, des éléments des trois compagnies sont actuellement au Mali, Tchad, Niger et en Centre-Afrique.

        Une nouvelle mission, celle des patrouilles motorisées, empruntée aux procédures des « RAF Regiments » de la Royal Air Force Britannique, a été mise en place pour la première fois lors du conflit au Mali. Ces patrouilles visent à garantir une protection extérieure complète et cohérente d’une base aérienne déployée, en contrôlant le terrain dans un rayon d’une trentaine de kilomètres environ. Lors de ces missions, la recherche d’armes ou d’explosifs est essentielle. Cela permet aussi d’entrer en contact avec la population et de collecter du renseignement. Après 10 ans de présence en Afghanistan, les groupes spécialisés du CPA 20 ont été engagés au Mali dès le début du conflit, ils ont participé activement à la reconquête du territoire jusque dans le nord du pays. »

  2. tartempion dit :

    Aujourd’hui le degré de compétence , le niveau de motivation , l’aptitude intellectuelle ou physique , le degré de confiance que l’on peut accorder aux soldats appartenant aux unités classiques devient problématique . Si l’armée de terre dispose de 60.000 hommes projetables , il s’agit majoritairement de rondiers sous contrat court , des soldats aguerris à monter la garde autour et sur les emprises militaires ,plus habitués à réaliser des taches ancillaires , administratives et autres qui sont nécessaires à la vie de caserne . Aujourd’hui la moindre mission qui sort un peu de l’ordinaire est confiée à des forces spéciales et là aussi , en dehors des clips vantant le professionnalisme des FS , si on cherche un peu , on se rencontre que le bilan n’est pas terrible du tout .Même à la DGSE dont le service action est supposé compter dans ses rangs que la crème de la crème on cumule les bourdes , les erreurs pour ne pas dire les fiascos ….

    • mich dit :

      Bonjour ,une petite question Tartempion ,on pourrait savoir de quel manière vous arrivez à pouvoir lancer des généralités pareilles sur l’ensemble des forces terrestres (et particulièrement terrestre ) ,car étant moi même d’active avec un parcours plutôt complet dans ma spé mais qui se rapproche de la sorti ,je serai bien incapable d ‘ avoir un avis aussi trancher entre les gars de maintenant et ceux d’il y a 30 ans dans mon arme ,mais peut être comparer vous avec des périodes encore plus anciennes ?alors c’était quand lorsque c ‘était mieux d’ après vous ?

      • Albe dit :

        Je ne pense pas qu’il faille comparer cet état des lieux à quoi que ce soit ! Cela correspondrait en effet à fausser la perception sur les problématiques réelles.
        On se rend compte qu’il y a bien une baisse de compétence dans les armées. Une baisse de compétence induite selon moi au fait que le virage relatif au combat moderne et notamment la compréhension de son aspect technique a été sévèrement dénié. Les forces conventionnelles enfermées dans de nombreux carcans tel la gestion de la carrière et les examens associés, les corporations et leurs clivages d’un autre temps ne contribuent pas à saisir la nécessaire polyvalence dont il faut faire preuve pour répondre au mieux à la mission.
        Les forces spéciales cultivent un état d’esprit différent. En faisant preuve d’agilité et de souplesse intellectuelle, en restant concentré sur la mission, l’essentiel leurs apparait : eux . Eux pour les autres, un rapport à l’autre vital se construit ! Ou la perception des réalités ne peut être faussée par des intérêts personnels prépondérants. Des forces évoluant dans cet état d’esprit sont à préserver car elles fournissent la réponse que craint l’adversaire !
        Et à mon sens, le fossé entre force conventionnelle et force spéciale va se creuser …

        • mich dit :

          Bonsoir ,un seul bémol à votre commentaire , même si il y a un problemme de doctrine ou de mentalité ,vous oubliez que le vivier des forces spéciales reste le conventionnel et qu’en plus ces forces ont quand même plus de facilités au niveau matériel ( même si des couacs viennent parfois ,l’exemple des véhicules est assez édifiant ).
          Pour revenir à ma question à Tartempion ,c’est surtout par rapport à son propos qui est souvent à la limite du bashing en mélangeant un peu tout ,car justement je me garde bien de tirer des leçons entre des époques différentes.
          Les générations passent et je ne suis pas sur que le niveau du jeune « troufion » connecté en France soit si différent de celui en Chine ,par contre l ‘ encadrement est peut être moins efficace pour l’époque . Au moins avec nos déploiements tout azimut (il n’y a quand même pas que sentinelle ), nous restons quand même une armée qui va en opération (peut être pas le gros conflit dont semble rêver certains ,mais qui ruinerait les économies de trop de personnes sur la planète ) et beaucoup savent que ce n’est pas comme en exercice , quelque soit l’arme ou la spécialité , cela permet de garder une certaine compétence que d’autre pays ne possède pas forcement ,il faut juste éviter de faire trop d ‘ économie dans les investissements de base ,le fossé en équipement ne doit pas être trop important entre conventionnel et « spéciaux » ,car ils ne peuvent pas être partout et doivent garder leurs rôle bien spécifique (le mali en est un bel exemple ,pas sur que le blocage de la fameuse colonne qui descendait sur Tombouctou soit une mission très spéciale , ou alors …).
          Conventionnel et spéciaux sont un tout .

          • Albe dit :

            Je suis d’accord que conventionnel et spéciaux sont un tout.
            Au-delà de considérations d’effectifs et de moyens c’est bien l’état d’esprit dans lequel nous évoluons qui nous rend efficace et aussi il est vrai le rôle complémentaire de chacun en périmètre croisé. A l’avenir et pour maintenir un niveau de ressources cohérents dans les unités existantes, les forces conventionnelles ne devraient plus être le seul vivier des forces spéciales puisque, comme cité dans l’article, un recrutement direct sera ouvert au personnel civil et ses personnels seront sélectionnés, entre autres et à mon humble avis, sur leurs capacités intrinsèques a évoluer dans un envirronement réaliste et missionné. S’il est bien un état d’esprit à suivre c’est celui des forces spéciales, qui nous inculque comme évoluer avec notre temps.

          • mich dit :

            Merci pour votre point de vue très intéressant ,on va suivre ces évolutions pour voir comment notre défense s’adapte à un environnement qui change assez vite (en espérant déjà que le budget soit à peu prés à la hauteur et stable)

      • zhú dit :

        Bien dit. Insupportable les mecs qui donnent des leçons de valeurs sans aucune légitimité…

    • Claude dit :

      Tartempion cela ne s’invente pas, un ancien biffin peut être.
      Allez décrivez vous que l’on comprenne tout.

  3. Carin dit :

    D’apres moi c’etait mieux avant que tartenpion ne post !!!!

    • mich dit :

      Réponse qui a le mérite de la simplicité !! portant tout est loin d ‘ être faux dans son post ,mais c ‘est gâcher avec des remarques pas très constructivent .

  4. fanderson dit :

    Depuis la fin de l’Afgha et Serval1 nous, la conventionel , on bosse plus que dans Sentinel et encore…
    Le jour ou ça va peter,on va vite rigoler les freros!! Bisons et wildgeese sont prets.

  5. Miaou dit :

    30% OK… et on voudrait que ce soit plutôt 20% ou 40% ? A moins 30% soit le nombre idéal ?

  6. Myshl dit :

    Le chef du truc donne deux nouvelles inquiétantes.

    La première, que les CPA 20 et CPA 30 ne suffisent pas à alimenter le CPA 10.
    On pourrait creuser le comment du pourquoi, mais y’a certainement des gens payés pour ça.

    La deuxième, c’est que pour honorer les missions des forces spéciales,
    on dépoile les unités de leurs compétents/compétences.
    On envoie aux « Forces spéciales » les meilleurs,
    ou les bizuts.

    Mais alors, qu’est donc devenue nôtre « Armée » de l’air?
    Un « Vivier »? Un élevage de pigeons?
    Nous n’avons plus d’armée de l’air mais seulement un vivier pour les forces spéciales?

    Si c’est comme ça, il faut en avertir les français.
    Il faut les avertir qu’ils n’ont plus d’armée de l’air.
    On se passera de l’avis des parlementaires…

  7. Chimère dit :

    Beaucoup de personnels FS….Soit….Mais ne vaudrait il pas s’inquiéter du manque de personnels pour réparer les avions ??? Un comble !!!