Les forces françaises seront équipées du robot terrestre Iguana E pour les missions de déminage

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

16 contributions

  1. auxsan dit :

    good news !

  2. Wrecker 47 dit :

    43 engins de déminage pour trente « patates »?…çà fait chéro de l’engin avec sa maintenance!

    • auxsan dit :

      tss encore un qui a l’envers .. relisez l’article merci

    • miaou dit :

      150K€ l’iguana-e. Après lecture de la fiche commercial je ne suis pas rassuré sur l’usage de mes impôts.

      Pour le prix, j’espère que le machin est blindé qu’il résiste au feu et à un environnement NBC, garantie 15ans pièces et main d’œuvre.

      • S.B-Seguin dit :

        Avez-vous une source fiable sur le prix?

      • Thaurac dit :

        Tu la mets à combien la vie d’un démineur?

      • FredericA dit :

        « j’espère que le machin est blindé… »
        .
        Non, bien sûr ! C’est bien connu que les concepteurs de ce type d’engins sont totalement incompétents et que leurs produits sont inefficients (tout comme les tests réalisés par les armées).

  3. Raymond75 dit :

    C’est à priori une très bonne chose, qui protègera les démineurs qui font un travail extrêmement dangereux. Mais il faut aussi poser les questions : combien ? quel budget ? Pour une armée déployée au Moyen Orient, en Afrique et des risques d’attentats fréquents en métropole … A qui ce petit nombre sera affecté ? dans quel délai pourra t’il être déployé suite à une alerte ? Là aussi, on aurait souhaité un pool européen, pour des achats plus nombreux et moins coûteux.

  4. Myshl dit :

    C’est bien. MAIS.

    Déminer c’est de l’après.
    Je voudrais bien savoir où en sont nos SOUVIMs, ceux du pendant.

    Le pendant les combats, c’est du mili. Il faut des SOUVIMs.

    Le déminage d’après, désolé… C’est pas du mili, c’est du « travaux publics ».
    Ca se sous-traite.

  5. asinus dit :

    bonjour ,
    Les barbares étant déja dans nos murs
    il est probable que son utilisation concernera tôt ou tard le territoire métropolitain .

  6. koxkol dit :

    Vous auriez pu préciser que ECA est une société française spécialisée en robotique en milieu extrême depuis de nombreuses années.

    • Laurent Lagneau dit :

      @ koxkol,

      Les habitués du site le savent. Ce n’est pas la première fois qu’ECA est évoqué ici 😉

  7. Parabellum dit :

    On doit penser robotisation de combat pour entrer en premier dans les enfers de guérilla urbaine . Des petits engins blindés agiles avec capteurs et une grosse arme automatique …à grand débattement…on doit pouvoir trouver

  8. woody dit :

    On donne le marche à ECA et on précise que c’est français. ECA a déjà fourni le robot caméléon à l’armée de l’air, et le bilan est très négatif pour un prix très élevé. Sans doute ont ils appris des défauts du caméléon pour sortir un robot aboutit, sinon oui ça sera de l’argent jeté par les fenêtres.

  9. Feuillebois dit :

    @woddy
    Avez-vous une idée du prix du caméléon ?