Archives quotidiennes : mardi, 19 décembre, 2017

Nouvelle brouille diplomatique entre la Moldavie et la Russie

Actuellement, l’attention se porte plutôt vers la Baltique et le sud-est de l’Ukraine (Donbass), où l’on surveille de près les intentions russes. Mais c’est peut-être en Moldavie qu’il pourrait se passer prochainement des choses… étant donné que Chisinau et Moscou se disputent au sujet de la Transnistrie et que l’opinion publique moldave est divisée entre

L’administration Obama aurait ménagé le Hezbollah pour obtenir un accord sur le nucléaire iranien

Pour se financer, le Hezbollah a toujours eu recours à des trafics illicites. Puis, après la guerre du Liban de 2006, au cours de laquelle elle a affronté Israël, la milice chiite, soutenue par l’Iran, a vu ses besoins financiers augmenter significativement. Aussi, elle a accentué ses activités criminelles, en particulier en Amérique latine, où

La défense saoudienne a encore intercepté un missile lancé vers Riyad depuis le Yémen

Peu avant une présentation du budget saoudien pour 2018, ce 19 décembre, une puissante explosion a été entendue à Riyad. Une explication n’a pas tardé à être donnée : une batterie de défense aérienne Patriot venait d’intercepter un missile balistique qualifié d' »irano-houthi » par les autorités saoudiennes. Dans le même temps, les rebelles Houthis qui, soutenus

Fleuron de la Royal Navy, le porte-avions HMS Queen Elizabeth est victime d’une voie d’eau

Avant d’entrer officiellement en service au sein de la Marine nationale, le porte-avions Charles de Gaulle eut son lot d’ennuis techniques lors de ses essais en mer (piste trop courte, bris de l’hélice babord à cause d’un défaut de fabrication, vibrations, etc). Cela étant, au regard de la complexité inhérente à la mise au point

Le chef de la diplomatie française répond sèchement à Bachar el-Assad

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a fermement réagi aux propos tenus par le président syrien, Bachar el-Assad, le 18 décembre. Pour rappel, le chef du régime syrien avait accusé la France de « soutenir le terrorisme » et estimé que, à ce titre, elle n’était « pas en position de donner une évalution d’une