Une PME française a mis au point un blindage plus résistant et deux fois plus léger

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

67 contributions

  1. mustard dit :

    Ca prouve qu’en France ont peut avoir énormément de ressource, meme une simple PME. Bravo les gars.
    Reste à voir le cout de l’industrialisation car les nanotechno sont souvent complexes et couteuses à mettre en oeuvre en production.
    Sait on également si ce matériaux sera applicable sur les gilets pareballe ou ce sera juste pour les véhicule ?

    • Céphée dit :

      L’intérêt premier est pour l’aéronautique, qui manque de blindage pour des raisons évidentes de poids.

      Mais un véhicule blindé plus léger de plusieurs tonnes serait un immense pas en avant. Car la légèreté améliore la vitesse, les capacités de franchissement, l’autonomie, et facilite aussi l’aérotransport.

      • Yannus dit :

        C’est clair que cela peut être une révolution à plus d’un titre.
        Des bâteaux , au blindés et pour les hélicos, voire pour des armures individuelles.
        J’espère qu’ils ont blindé leur brevet.

      • Affreux Jojo dit :

        Et surtout pour le même poids, avoir l’équivalent de beaucoup plus lourd et beaucoup mieux protégé…

    • OTOOSAN dit :

      Ya plus qu’à espérer que les infos techniques ne soient pas encore parties vers …(censuré) …un (des)pays amis (lol)…

  2. Faust dit :

    entreprise à proteger
    les implications sont aussi bien civiles que militaires , si le procedé est vraiment efficient , il va y avoir du monde d interressé

  3. Duc d'Orléans dit :

    Il faudrait peut-être donner un peu moins de détails pour renseigner la concurrence. Eux aussi, ils cherchent et ne sont pas idiots pour se placer sur marché potentiel plein de promesse…

    • aleks971 dit :

      Quels détails? Ce sont des sources ouvertes…D’autant plus que le procédé est très certainement breveté. Ce n’est qu’une des nombreuses applications du frittage SPS.

    • Alzoc dit :

      Pas vraiment la peine, les principes sont connus par tout le monde.
      La difficulté est plus d’ordre technologique et industrielle, c’est plus une question de savoir faire que de connaissances théoriques.

    • XX dit :

      S’ils ont déposé les brevets, ils ont dû donner ces informations 😉

    • Izno dit :

      Le dépôt de brevet implique de publier des « secrets ».

    • Auguste dit :

      C’est pas une « découverte ».Les blindages Chobham existent depuis les années 60.C’est le procédé qui est nouveau.

    • MD dit :

      Ce n’est pas la concurrence qui est à craindre. Avant qu’elle ne fasse des recherches, qu’elle obtienne des résultats, et que ses techniciens ne se soient fait la main et développent des installations à l’échelle industrielle, il se passera un certain temps et cela lui coûtera cher. Non, ce qui est à craindre, c’est plutôt l’espionnage industriel. Et surtout celui de certains pays qui s’en sont fait une spécialité.

      • Auguste dit :

        L’espionnage industriel est assez bien partagé.Les Suédois ,voilà quelques années, accusaient les Français d’en être les champions.Ce qui prouverait que la France fait bien partie des puissances de ce monde.

    • Plop dit :

      C’est la procédure standard pour nanostructurer des matériaux, dont l’augmentation de la dureté va de soi donc pas de panique. La plupart des labos de métallurgie sont équipés de ces systèmes et du savoir-faire. Si la publication est sortie, j’ose juste espérer que venant d’une PME ils ont déposé le brevet.

  4. lxm dit :

    Si c’est 2 fois plus léger, on en mettra donc 2 couches.
    Autant on remonte dans le temps et autant le poids du paquetage militaire ne change pas quelque soit l’innovation, on maximise toujours par rapport aux possibilités, en l’occurrence ici la puissance du moteur.

  5. L'autre Frederic dit :

    Est ce une technologie compatible avec une impression 3D?

    • Alzoc dit :

      Non
      Pour l’impression 3D on ajoute couches sur couches de matériaux.
      Ici on prend une poudre très fine et on la mets sous pression tout en lui faisant subir une montée en température extrêmement rapide.

  6. Polymères dit :

    C’est très bien, mais entre un produit de labo et une mise en production à grande échelle, il y a un fossé financier qu’il faudra remplir pour y arriver et si on aimerait voir cela pour un char, la réalité c’est qu’on risque plutôt de le voir adapté pour les aéronefs, comme par exemple les plaques autour du cockpit du Tigre afin de l’alléger.

  7. Meme dit :

    Il faut immédiatement faire un partenariat avec l Allemagne et créer un  » airbus » du blindage ….

    • R2D2 dit :

      et avec les allemands en maitre d’oeuvre 🙂

    • Arsene dit :

      LOL
      Et Faudra pas surtout oublier de laisser les teutons diriger le nouvel ensemble 😀

    • wagdoox dit :

      donnez leur le tout ca ira plus vite

    • MD dit :

      Il vaut mieux pas. Même si les Allemands sont aussi très avancés dans la connaissance de la chimie du carbure de bore et dans son utilisation pour la fabrication de blindages et et autres applications militaires ou industrielles.

  8. Caton dit :

    Deux fois plus léger que quoi, l’acier de blindage RHA ou le Kevlar ? J’imagine qu’il s’agit du Kevlar. Vu la complexité du procédé, j’imagine mal un blindage de char réalisé avec ce matériau.
    En tous cas, bravo la France.

  9. aleks971 dit :

    Joli boulot les gars!

  10. Artemus dit :

    CTTC, 21 rue du pissenlit par la racine, 23412 LIMOGE. (PS:La clef est sous le paillasson.)

    -On connait tous le carbone 60 et les nanotubes, mais là c’est du bore-céramique, alors pourrait-on connaitre le nombre d’atomes et la forme de la structure de cette molécule? Sinon le procédé de fabrication utilisé pour une petite plaque de ce matériaux sera-t-il aussi possible pour un blindé de 50 tonnes? En tout cas j’aurais préféré que l’on prenne connaissance de cette innovation, qu’en voyant un char déjà équipé de ce matériaux; mais après l’argent, la vantardise est le pire ennemi du secret… (roulement de tambour).

    • aleks971 dit :

      Le procédé cité est déjà industrialisé au Japon, le frittage flash permet des avancées technologiques considérables dans les domaines de l’électronique de puissance, les matériaux de structure, les biomatériaux, l’aéronautique et l’aérospatiale. La structure cristallographique du carbure de bore évoquée (CB4) est très certainement rhomboédrique.

    • MD dit :

      Voir Wikipedia pour le carbure de bore. L’article en français est un peu sec. Il faut le lire dans d’autres langues. On trouve plus détails en espagnol et en russe. En anglais, et surtout en allemand, il est bien plus intéressant.

  11. Maya dit :

    Pourvu qu’il n’y ait pas une cellule CGT dans cette boite !!.

  12. Carin dit :

    Bravo les gars, ce matériaux va faire beaucoup de bruit, nos « amis » sont déjà en mode espionnage…
    j’espere que notre gouvernement fera le nécessaire pour protéger les données de cette petite entreprise, parce qu’en face ils vont mettre le paquet!!!
    Du coup je me surprend à imaginer un char de 35 tonnes avec un équivalent blindage d’un 70 tonnes!! Qui n’existe pas. Mais également les plaques de blindage de tout ce qui vole ou roule dans nos armées y compris les plaques des gilets ou les casques de nos gars!!

    • ji_louis dit :

      Souvenez-vous de la bataille de Debaltseve ou les ukrainiens ont perdu en 3 minutes 2 bataillons mécanisés par un bombardement thermobarique de l’artillerie à longue distance russe. Avec un tel blindage, les engins mécanisés résisteraient peut-être et pas seulement les chars lourds.

    • Orion dit :

      Je l’imagine tous les jours ce char/avion « mystique ».
      .
      J’en suis a un point où je pourrais m’occuper du design, par contre pour mettre en oeuvre les idées, va falloir une équipe de l’enterprise au moins 😀

    • Albatros24 dit :

      Vous parlez des bombes aérosols ?
      Hélas un meilleur blindage ne peut rien contre les full air expansive…

  13. Rabat joie dit :

    et le prix a protection équivalente ? Résistance à la corrosion ? Aux chocs ? Aux vibrations ? Torsion ? Traction ? A la conduction électrique(foudre) ? A la température(250°+) ? Au feu ? Aux radiations ?Au vieillissement ? A l’usure du sable ?

    Même s’il se comporte bien à tout cela, il faudra encore le qualifié. Cela va prendre plusieurs années avant de d’avoir les premières annonce de son usage pour un prototype.

  14. Albatros24 dit :

    Voilà une future prise de choix pour un généreux fonds de pension etatsuniens…qui mettra bien vite les salariés sur la paille et les brevets au chaud pour le Pentagone.
    Mondialisation piège à c…s européens.

  15. vrai_chasseur dit :

    Ah le savoir-faire plus que centenaire des porcelainiers de Limoges … Et Alleluïa, le labo SPCTS est financé par des crédits de l’Union Européenne. Qui a dit que l’Europe ne servait à rien …

  16. lol dit :

    En fait il me semble que c’est le Japon qui a déjà un procédé équivalent.
    Cela apporte une protection très significative. Reste à voir comment l’intégrer au Leclerc et aux VBCI.
    C’est surtout pour la première ligne lié aux risques de missiles anti char donc aux combats de haute intensité.

  17. gégétto dit :

    J imagine que cette PME va recevoir une multitude de mail pour les fêtes de fin d année……tous infectés bien sûr!!!! La pêche aux données doit être ouverte.

  18. CaptainàDoc dit :

    Avec une technologie similaire, le char type 10 Japonais se révèle trop cher à produire en grande série …

    • Carin dit :

      À captainàDoc
      Bonsoir, si cette petite entreprise avait sorti le même produit que les japonais.. on en perlerait pas!! Ce produit doit être différent et beaucoup plus accessible à la prod industrielle!!

      • Orion dit :

        On a tendance a s’emballer pour les « railguns » également, mais si la théorie et les essais sont très alléchant, on est très loin de l’accessible a la production en chaîne…

  19. Bonjour

    Je ne veux pas deprecier cette invention mais il faut savoir que ce produit a base de carbure de bore existe
    Il s’agit de céramique BC4 (densité 2,61) alors que la céramique Carbure de Silicium SiC fait 3,11 de densité et la cramique AL2o3 qui fait 3,89 de densité Ces trois céramiques ont une dureté de 9 sur l’échelle de Mohs.
    Toutes ces céramiques sont deja produite en masse, entre autre par les chinois
    Le moins cher est le AL2O3 puis le SiC … Le BC4 lui est beaucoup plus cher
    Il serait intéressant de connaitre sa densité car dire 2X moins lourd, par rapport a quel autre céramique?

    Peut-etre que le procede nouveau permet diminuer le cout de production tout en esperant que sa durete soit ainsi minimum 9 Mohs et moins cassant

    Il faut savoir qu’en protection balistique la ceramique ne peut jamais s’utiliser suele, il fut coller les modules (petits carres ou hexagones) sur un support soft (souple) comme un panneau d’aramide (Kevlar /Twaron) ou du UHMWPE (Dyneema/Spectra) ou PTX (PolyTenex)
    sans support base, cela ne marche pos. De plus, le panneau ainsi elabore est coûteux

    Autre probleme a tenir en compte: c’est la complication et couts de reparation du vehicule qui aura recu des impactes
    Pour ce motif , que la preference des constructeurs de vehicules militaires, reste l’acier vu que maintenant on arrive a maitriser certains pliages vec des aciers dures (+600 HB)

    Cela ne veux pas dire que cette technologie mise au point par cette societe Francaise ne vaut rien, bien au contraire, ,… mais pour cela il faudra trouver son meilleur creneau .

    Cordialement

    Michel
    Ballistic & weapons Eng. (Liege-Belgium)

    • Carin dit :

      À Michel bekrich
      Bonsoir, ce produit est obligatoirement nouveau… quand au support, d’apres la photo illustrant l’article de notre hôte, cela semble être une plaque rigide!

    • Frédéric dit :

      Merci de vos explications.

    • Alekc971 dit :

      La nouveauté réside dans l’élaboration à moindre coût d’un matériau nanostructuré lui conférant de nouvelles propriétés physiques: vous obtenez un matériau bien plus résistant que les carbures de bore actuels conçus avec des techniques classique. Avec du carbure de bore cubique nanostructuré, vous obtenez un composé aussi dur que le diamant mais aussi plus résistant à la chaleur et à l’oxydation.

  20. petitjean dit :

    Bravo, nos entreprises ont encore du talent !
    Le procédé de fabrication va intéresser nos concurrents, attention à l’espionnage industriel……

  21. Carin dit :

    Ce produit pourrait trouver de très rapides débouchés dans les véhicules blindés de nos zélites et autres plein de sous qui craignent les concurrents, ainsi que les transports de fonds…