L’Otan va intensifier sa coopération avec la Géorgie face à l’activité militaire russe en mer Noire

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

56 contributions

  1. etage dit :

    Les détroits de la mer Noire sont contrôlés par l’Otan, ceux de la Baltique aussi. C’est un problème hautement plus bloquant pour la Russie que ces histoires de potentielles zone A2/AD pour l’Otan au niveau de la mer Noire non ? La Géorgie ferait plutôt bien de retrouver une relation sereine avec la Russie plutôt que de chercher des nouveaux problèmes en se rapprochant de l’Otan. Ca serait à son avantage au niveau économique. De tout manière, l’Otan ne prendra pas le risque d’un conflit avec la Russie pour la Géorgie alors il faudrait se calmer un peu avec cette stratégie de la tension orchestrée par l’Otan aux frontières de la Russie.

    • UnKnown dit :

      C’est un peu plus complexe d’un point de vue Géorgien à mon avis. Cela fait des années que le pays est sous le giron des USA, ce qui était loin de plaire aux Russes. Ces derniers appliquent donc la stratégie qu’ils utilisent avec les Pays Baltes, à savoir placer des système A2/AD à la frontière mais dont les « bulles » empiètent sérieusement l’espace aérien du voisin (j’avais du mal à voir pourquoi ces pays étaient à ce point effrayés par le voisin Russe, mais quand on considère que le moindre avion qui se trouve dans leur espace aérien est à portée de tir d’une SAM Russe, avec l’histoire du Mh-17 et tout ça, effectivement ils ont légitimement le droit de se sentir menacés.)
      Les Géorgiens sont probablement dans la même situation, donc ils doivent sans doute considérer qu’un peu plus d’OTAN permet de rééquilibrer la balance.

      • etage dit :

        Je ne vois pas trop la relation avec le MH-17 dont à mon avis, on ne connaitra d’ailleurs jamais vraiment le fin mot de l’histoire. La plupart des vols directs de l’Europe vers l’Asie passent par le territoire russe qui est couvert par des défenses anti-aérienne. Et ca n’effraie personne. Que les Géorgiens essaient de s’émanciper de leur puissant voisin, je peux le comprendre, mais en géopolitique, ce n’est généralement pas forcement toléré. Il n’y a qu’à regarder l’exemple de Cuba par exemple qui est assez parlant. Au niveau économique, à part servir de couloir énergétique pour les USA ou leurs ‘protégés’ (Europe, Israël), je pense que la Géorgie a plus a gagner à se rapprocher de la Russie avec qui les liens économiques ont toujours été forts.

        • Rigel dit :

          Encore heureux que les russes ne tirent pas sur nos avions civils ….
          Quant aux liens économiques russie géorgie, essayez donc de ne pas oublier qu’ils n’avaient pas le choix puisque la Géorgie était un état communiste de l’URSS.
          Staline, géorgien, ne leur a jamais fait de cadeaux, bien au contraire.
          On comprendra donc pourquoi les géorgiens se sentent mieux avec des alliés comme nous qu’avec Poutine.
          Pour le vol MH17, il est reconnu de manière internationale, sauf en russie, que les pro russes ou russes eux mêmes ont tiré sur cet appareil, après ils ont beau jeu de dire qu’ils visaient un SU25 ou antonov de transport, toujours est il qu’il faut être un satané crétin pour ne pas reconnaitre la cible sur son radar, surtout avec le système de reconnaissance international des transpondeurs…..direction altitude identification appareil
          A moins que popov n’ait en stock que des radars primaires…..
          Non, seule la mauvaise foi des dictateurs fait office de preuve.

  2. gabygaby dit :

    Ne prenez pas les gens pour des billes, la russie a toujours eu une base militaire en crimée, c’est pas nouveau. Par contre la roumanie, la géorgie, la bulgarie dans l’OTAN ça c’est nouveau. N’inversez pas les rôles : c’est les occidentaux qui avancent, tout le monde le sait.

    • Alpha dit :

      @gabygaby
      « la roumanie, la géorgie, la bulgarie dans l’OTAN ça c’est nouveau » …
      Oui ? Mais pourquoi donc ces pays veulent t’ils -ou ont ils- intégrer l’OTAN ? Craignent t’ils quelqu’un ou quelque chose ? …

      • Nico St-Jean dit :

        @ Alpha

        Merci de rappeler que personne n’à tordu le bras de tout ses pays pour qu’ils intègrent l’OTAN. Tout ses pays ont connu la glorieuse époque de l’URSS et mon petit doigt me dit qu’après plusieurs décennies d’essais, ils n’ont guère appréciés d’être sous domination russe ..

    • etage dit :

      Le problème, c’est que tout le monde ne sait pas. Et peu de médias occidentaux font du travail d’information fond la dessus (il y a je pense beaucoup d’ignorance et certainement un peu de propagande aussi). Et à mon avis, si Russie a pris le risque de profiter de la crise Ukrainienne pour récupérer la Crimée, c’est effectivement principalement une mesure défensive face à l’extension de l’Otan dans la région (la Russie s’est retrouvé très enclavée en mer noir – Roumanie, Bulgarie, Turquie dans l’Otan – Georgie, Ukraine basculant vers l’Otan). Si l’Otan n’avait pas avancé ses pions dans cette région et si l’Otan n’avait pas tenté de faire basculer l’Ukraine dans son camps, la Crimée serait toujours Ukrainienne, la Russie paierait toujours à l’Ukraine son bail pour la base Sebastopol et il n’y aurait pas toute cette tension en mer noire. Comme toujours, il faut regarder à qui profite le ‘crime’ et pour l’instant c’est au complexe militaro-industriel américain qui profite des diverses tensions (mer noire, Baltique, Asie) pour vendre à tout va et accessoirement tenter de détruire l’industrie de la défense Européenne (avec le F35 par exemple)

      • sonata dit :

        ben tiens.
        La Russie annexe une partie du territoire des autres, mais c’est pour se défendre contre le fait que ces mêmes autres cherchent à se mettre sous protection de l’OTAN face… aux velléités hostiles de la Russie.
        Mais bien sûr, c’est l’OTAN le grand méchant de l’histoire et certainement pas la pacifique Rodina poutinienne qui, par ailleurs, est justement celle à qui « profite le crime » pour reprendre votre expression.

        • Vince dit :

          La fameuse dialectique Walt-Disney du gentil et du méchant. Qui donne enfin toutes les clés pour comprendre la complexité du monde.

    • Le Cyprès dit :

      « c’est les occidentaux qui avancent, tout le monde le sait. »
      Je dirais plutôt que ce sont les Russes qui reculent.
      A ce que je sache ce n’est pas l’OTAN qui est venu mettre le couteau sous la gorge des pays Baltes, de la Bulgarie ou de la Roumanie pour les forcer à intégrer l’OTAN. Ces pays ont intégré l’OTAN car ils le voulaient bien. Et pour eux le méchant c’est la Russie, pas l’OTAN ni les USA. Après il est vrai que l’OTAN profite de la situation, mais si la Russie fulmine, elle n’a qu’à se rendre plus attractive. On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre, mais avec du miel.

    • Rigel dit :

      Ce sont les idées russes ou non idées de liberté qui reculent en Europe de l’est, différence majeure !
      Sauf chez nous, avec vous, en forte augmentation…..la propaganda rusky ayant un attrait réel sur les esprits faibles, bien de chez nous, eux !
      Mais la bêtise progresse aussi à l’Est.

  3. Lame dit :

    Une chose m’ennuie dans cet article: Il n’est précisé nulle part dans quel but l’OTAN renforce sa coopération avec la Géorgie. Non pas que je craigne que l’OTAN prépare une invasion de l’OTSC – ce risque n’existe que dans la propagande russe – mais j’aimerais savoir sur quels objectifs militaires (officiels ou non) l’OTAN s’est engagé à soutenir la Géorgie.

    • Thaurac dit :

      Simple, la russie lui a déjà « grignoté » une partie de son territoire alors, chat échaudé…

    • Trolga dit :

      L’OTAN ne renforce pas sa coopération avec la Géorgie,  » Nous sommes très très favorables à un renforcement de la coopération avec les garde-côtes géorgiens, par un échange d’informations, ». Le 1er secrétaire est trés très favorable à un échange d’information avec les garde-cotes, un peu comme avec tous les garde-cotes du monde. Garde-cote c’est du Law enforcement qui appartienne en l’occurance au ministère de l’intérieur. Ce ne sont pas des militaire. C’est de la dialectique de diplomate Otaniens pour faire leur passer la pilule sur le fait qu’il n’intégreront pas l’OTAN lors du prochain sommet.

    • etage dit :

      A mon avis, hormis titiller l’ours Russe, l’intérêt principal de l’Otan en Géorgie concerne des intérêts énergétiques: amener le pétrole d’Azerbaïdjan vers la méditerranée en contournant la Russie et donc en passant par la Géorgie et la Turquie (qui devient actuellement un gros carrefour énergétique). Est-ce vraiment dans ce que devrait être le périmètre d’action de l’Otan ? Est-ce vraiment stratégique pour l’Europe ? Ce n’est pas très clair pour moi. Mais les intérêts de l’Otan sont généralement calqués sur les intérêts des USA.

    • UnKnown dit :

      Les pays Européens n’ont aucun intérêt à voir la Géorgie intégrer l’OTAN. Les USA, par contre, voient ça comme une opportunité de rajouter du poison entre la Russie et l’Europe, et de maintenir l’impossibilité d’un « Heartland » homogène allant de l’Europe de l’Ouest jusqu’à la Chine.
      Tout est bon pour essayer de pourrir les futurs « nouvelles routes de la Soie ».

      • etage dit :

        C’est probable, mais je pense que le poison principal pour éviter et même détruire ce rapprochement a été et est toujours l’Ukraine. Ca a rendu quelque peu hystérique toute la partie Est de l’Union Européenne, ainsi que des pays nordiuques soit disant ‘neutres’ comme la Suède. Et comme c’est dans l’intérêt des USA de garder cette tension en Ukraine (pour vendre du matériel, implanter des troupes au autre bouclier anti-missile), les Ukrainiens en ont à mon avis pour un bon moment de bazar (malheureusement pour eux) . La Géorgie, c’est je pense négligeable par rapport à l’Ukraine.

      • Rigel dit :

        Et c’est quoi le programme de votre Heartland au juste ??
        Dictature effrénée, suppression des libertés essentielles, suppression du droit à l’expression sans peur de l’arrestation pour délit d’opinion ??
        Beau programme…..

    • Vince dit :

       » j’aimerais savoir sur quels objectifs militaires l’OTAN s’est engagé à soutenir la Géorgie. »
      Les raisons sont existentielles. L’OTAN, créé dans le contexte de la guerre froide, DOIT se créer maintenant une nouvelle raison d’être, comme toute institution qui tend à devenir sa propre fin. L’OTAN, c’est un peu la HALDE ou l’HADOPI chez nous : ça ne sert plus à rien que leur propre fin.
      .
      Aucun membre ne veut s’avouer que la structure OTAN n’est plus pertinente avec la disparition du bloc EST, car tout le monde est conscient que rien ne pourra s’imposer à la place. Donc « on » garde, selon le principe Shadok : « il vaut mieux continuer de pomper même s’il ne se passe rien, plutôt que d’arrêter et risquer qu’il se passe quelque chose ». Et comme on garde, « on » doit se trouver une raison d’être.

      • tschok dit :

        @ Vince,
        .
        Au lendemain de la chute du mur, en 1989, l’existence de l’Otan était une question qui se posait. C’est vrai.
        .
        Depuis Poutine, cette question a trouvé sa réponse, naturelle. Et la réponse est: l’Otan reste.
        .
        Il n’y a aucune interrogation là-dessus. Je ne pense pas que les pays membres partagent vos états d’âme, et les Shadocks n’ont rien à y voir.
        .
        L’Otan est certes une structure administrative capable de produire sa dose de syndrome parkinsonnien (loi de Parkinson, dont on dérive un principe selon lequel une administration, ou une structure humaine administrativement organisée, est capable de survivre à la disparition de son objet social = aux raisons matérielles qui ont justifié sa création):https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Parkinson
        .
        Cependant, il se trouve que cette structure administrative doit gérer un authentique défi stratégique, qui est bien réel.
        .
        Et donc, ladite structure poursuit son existence, non seulement parce qu’elle veut persévérer dans son être, mais encore parce que ses membres entendent continuer à lui confier une mission complètement clausevitzienne, qui est d’envisager la guerre comme la poursuite de la politique, mais par d’autres moyens.
        .
        On reste dans le classique, quoi. Rien de vraiment perturbant.
        .
        La permanence de la structure s’est produite à droit constant: personne ne s’est senti obligé de changer le traité de base (par comparaison, l’Europe a changé son traité de base pour intégrer les pays de l’Est, ce qui nous a d’ailleurs foutu dans un sacré merdier dont le Brexit est l’avatar).
        .
        De ce point de vue, on peut d’ailleurs affirmer que la traité UE est la variable d’ajustement du traité Otan avec quelques arguments rationnels et documentés. Notamment toute la partie du traité UE qui stipule clairement qu’il doit être compatible avec la norme Otan en ce qui concerne la politique de défense européenne et la coopération structurée permanente:
        .
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Article_42_du_trait%C3%A9_sur_l%27Union_europ%C3%A9enne
        .
        Ca, cest un peu plus perturbant, je l’admets.
        .
        L’objection que vous soulevez, qui était pertinente dans les années 1990, est devenue obsolète. Ne trouvez-vous pas?
        .
        La question que je me pose: vous êtes un type intelligent, alors pourquoi vous la soulevez encore. Une analyse géniale à nous soumettre? Ou c’était juste histoire d’avoir un truc à dire?

        • Électeur dit :

          Je trouve que la comparaison avec les Shadoks est parfaitement pertinente.
          J’y ajoute un principe universel : « tout organisme vivant a pour objectif prioritaire d’assurer sa propre survie ».
          L’OTAN est un organisme survivant qui cherche à perdurer au-delà de son motif d’exister.

  4. Lol dit :

    La Russie va intensifier sa coopération avec Cuba face à l’activité militaire des USA en mer des Caraïbes

    • Thaurac dit :

      Ils ont essayé et se sont vite barrés..

      • Lol dit :

        il faut revoir tes cours d’histoire, demandes toi ce qu’ils ont obtenu en contre partie, et j’ai juste inversé la situation pour montrer l’absurdité de la présence de l’ « OTAN » (USA au frontières Russes

        • Rigel dit :

          Les mecs qui veulent une nouvelle crise de Cuba sont à l’oeuvre…. n’est ce pas lol…
          Que ce serait drôle….
          Une crise existentielle de plus pour l’humanité … rien que pour se faire plaisir…
          Si les CONS comme Trump ou Poutine n’existaient pas, que la vie serait meilleure……sur cette putain de planète….que tout le monde s’acharne à vouloir détruire.
          Alors le truc qui consiste à dire machin fait ça alors truc a le droit de faire ceci c’est le la pure CONNERIE sauce IDIOTIE
          On est tous embarqués sur le même bateau, Lol et nous n’avons pas de barque de secours, rappelez vous en bien !

      • Observateur dit :

        @ Thaurac
        En 1962 les Soviétiques ont retiré leurs missiles de Cuba après avoir obtenu ce qu’ils voulaient : le retrait des missiles américains de Turquie.

        • Lol dit :

          Voilà, c’est toujours les ricains qui avancent leurs pions et les Russes qui réagissent

        • ScopeWizard dit :

          Ces missiles dont vous parlez n’ était-ce pas les missiles balistiques Jupiter en service depuis la toute fin des années 50 et déjà jugés obsolètes à peine 3 ans plus tard ?

    • Davy Cosvie dit :

      En 1962 la crise de Cuba était surtout, au départ, une affaire politicienne intérieure à la Maison Blanche.
      Comme toujours, il faut avoir suivi ou étudié l’affaire ailleurs que dans la presse pour savoir ce qui s’est réellement passé.
      .
      En 1961, le président états-unien sortant était à la fin de son deuxième mandat et ne pouvait donc pas être réélu. Il a laissé volontairement un gros problème à son successeur. Pour cela il a installé des missiles en Turquie, c’est-à-dire très proches de la Soviétie la plus peuplée et industrialisée : ces missiles étaient imparables à cause d’un temps de trajet très court.
      Ce faisant Eisenhower (le président états-unien sortant) savait parfaitement que les soviétiques réagiraient. Ils ont réagi en créant une situation symétrique : des missiles à Cuba.
      .
      Kennedy (le petit nouveau succédant à Eisenhower) n’a pas compris tout de suite parce que les différents services de renseignement ont voulu le laisser un peu patauger : une sorte de bizutage pour lui démontrer qu’aux USA le président n’est pas le patron.
      Quand Kennedy a compris, il a aussitôt fait retirer les missiles de Turquie. Alors les Soviets ont retiré leurs missiles de Cuba pendant que la presse US criait victoire, reprise par toute la presse du monde « libre » : les Français l’on lue comme tout le monde, traduite en français par la presse française.
      .
      C’est à la suite de ça que fut installé en 1963 le « téléphone rouge » direct entre la Maison Blanche et le Kremlin : à la Maison Blanche (et peut-peut-être aussi au Kremlin) on avait bien compris que le président devait se méfier des services de renseignement. Parce qu’ils étaient devenus des Etats dans l’Etat le président devait être en mesure de les court-circuiter.
      .
      Quant à nous, la France, nous étions depuis peu une puissance nucléaire bien consciente du danger qu’il y avait à compter sur la protection d’une superpuissance où le pouvoir réel est occulte.
      C’est encore vrai aujourd’hui.
      On peut parler de la crise de 1962, mais avec prudence parce qu’elle fut dominée par la désinformation. C’est surtout de ce point de vue qu’elle est significative.
      .

  5. didier1 dit :

    Mais en cas de conflit la Russie aura de l’avantage indéniable du fait qu’elle connaît et maîtrise bien la région. Il ne faut pas seulement voir du côté militaire ou armement mais il faut voir du côté cybergeurre, la désinformation, l’infiltration, agents dormants depuis des décennies en Géorgie et toute une armada
    de guerre psychologique favoriser par la proximité de ce théâtre des opérations contrairement à l’OTAN qui n’a pas du tout une influence dans la zone où très très peu. En cas de conflit la corde slave risque de jouer énormément.

    • Thaurac dit :

      La géorgie doit s’en occuper, depuis le temps, et comme le font les pays baltes et l’ukraine, néttoyage de printemps.

      • Thaurac dit :

        D’ailleurs, un diplomate européen hongrois vient d’en faire les frais….il travaillait pour la russie..

        • MD dit :

          Et le plus drôle de cette affaire, c’est que la Hongrie n’est même pas un pays où , pour cause de soulèvement de Budapest de 1956, la  »corde slave » (?) risque de jouer . D’où l’arrestation de ce diplomate. C’est d’ailleurs plutôt dans des pays non slaves ( comme par exemple et surtout le nôtre) qu’on trouve bien implantée toute cette batterie de cyberguerre, désinformation, infiltration, agents dormants auxquels il faudrait ajouter des réseaux d’agents d’influence et de recruteurs . Ceux là ont la belle vie pour l’instant , et peut être encore pour longtemps.

          • tschok dit :

            Les fermes à trolls russes sont une amodiation de l’extrême droite française, ici en France. Les Russes sont parvenus à mettre en fermage nos excités identitaires. C’est une réelle performance stratégique, dans le spectre du soft et smart power.
            .
            Ailleurs, c’est l’extrême droite allemande, américaine, etc.
            .
            Va falloir s’occuper de ça, effectivement.

    • l'outrepenseur dit :

      Il n’y aura pas de conflit direct USA-Russie, les ricains se serviront de proxies, comme ils le font au Moyen Orient en inventant, des Daesh des armées libres quelconques, pour justifier leur présence….c’est juste dans le cas de la Géorgie un moyen pour l’OTAN d’obliger les russes à mobiliser des moyens tous azimuts….mais effectivement force est de constater que l’OTAN vient chatouiller les russes jusque dans leur jardin.

  6. Albatros24 dit :

    Dans quel guépier va t on encore nous mettre au nom de l Otan…
    Et bien sûr on sollicitera nos frégates…car les anglais allemands sont incapables d en aligner qui fonctionnent correctement.
    Là on ne va pas nous dire que nos bateaux gris sont « exclus de l appel d offres ».

    Il n ont qu à prendre leurs frégates US virtuelles et en faire des cocottes en papier…cela devrait faire peur aux russes.

  7. Lagaffe dit :

    La priorité est que la Russie cesse d’envahir ses voisins comme la Géorgie dont une partie du territoire, toujours occupé par l’armée russe, est quasiment annexé sous la forme de deux états fantoches inventés par Poutine dont c’est décidément la marotte avec ceux d’Ukraine et de Moldavie.
    L’indépendance de la Géorgie avec un état de droit, une démocratie et la lutte contre la corruption, c’est tout ce que déteste Poutine, une Géorgie qui réussit et se rapproche de l’UE et de l’OTAN ne fait que mettre en lumière ses échecs économiques et sociaux en Russie.

    • etage dit :

      Je pense que vous avez une vision très simplifiée du Caucase. Le Caucase, comme les Balkans, c’est une mosaïque de peuple assez divers et les frontières tracées du temps de l’URSS ne reflètent pas forcement les frontières naturelles entre ces peuple. On l’a vu au Haut-Karabagh, on le voit aussi en Géorgie. Franchement, au niveau démocratie, regardez le parcours ‘exemplaire’ de l’ami de l’Otan Saakashvili (qui change de nationalité comme de chaussette d’ailleurs). Dans ces pays, la corruption est endémique, avec ou sans Poutine. Et la corruption, je trouve qu’il y en a beaucoup aussi dans les soit-disant démocraties.

    • Terrien Flingueur dit :

      Les marins, en plus d’un curieux besoin de faire des phrases, ont toujours une vision très simplifiée de la terre.

  8. Jacques 29 dit :

    Il semble nécessaire de rappeler qu’il n’y a pas eu « annexion » de la Crimée, mais simple rattachement suite à la volonté populaire, puis l’organisation d’un vote qui a été un plébiscite.

    • Alpha dit :

      @Jacques29
      Il semble nécessaire de rappeler quelle est la définition de « annexion » : —Une annexion est le rattachement d’un territoire à un autre, généralement plus grand. (…) Elle se traduit par l’intégration absolue du territoire annexé dans le système de l’annexant, que celle-ci résulte de la volonté des populations annexées (plébiscite, référendum d’autodétermination, etc) ou non.—
      Les faits : Les troupes russes ont investi la Crimée. Elles se sont emparées de tous les bâtiments officiels, télés, radios, etc … Puis, quelques temps après, dans un soucis de démocratie surement, elle y ont organisé un vote, des militaires russes allant même chercher les habitants jusque chez eux pour les transporter jusqu’aux bureaux de vote ! Sympas, non ?… Et scrutin qui a été effectivement un plébiscite, comme lors de l’époque glorieuse du communisme (style 99,99 % de votes favorables !!! …) si chère à notre Breton arboriculteur à ses heures…
      Bien sur, nous mettrons sous le tapis quelques détails futiles, comme le fait que les observateurs ont été bannis de Crimée lors de ce référendum, que les Tatars qui boycottaient ce scrutin se sont vu crédités d’un taux de participation de +80 % (quelqu’un aurait donc voté pour eux ?…), etc, etc …
      Et vous nous parlez de « volonté populaire » ? Il est mignon M. Pignon …….. 🙂
      Alors notez bien que je ne remets pas en cause le fait que la Crimée soit devenue russe (ce qu’elle était déjà historiquement…), c’est juste les moyens utilisés pour cette annexion, qui en est bien une , quoi que vous en disiez !…

    • Alpha dit :

      @Jacques29
      Il semble nécessaire de rappeler quelle est la définition de « annexion » : —Une annexion est le rattachement d’un territoire à un autre, généralement plus grand. (…) Elle se traduit par l’intégration absolue du territoire annexé dans le système de l’annexant, que celle-ci résulte de la volonté des populations annexées (plébiscite, référendum d’autodétermination, etc) ou non.—
      Les faits : Les troupes russes ont investi la Crimée. Elles se sont emparées de tous les bâtiments officiels, télés, radios, etc … Puis, quelques temps après, dans un soucis de démocratie surement, elle y ont organisé un vote, des militaires russes allant même chercher les habitants jusque chez eux pour les transporter jusqu’aux bureaux de vote ! Sympas, non ?… Et scrutin qui a été effectivement un plébiscite, comme lors de l’époque glorieuse du communisme (style 99,99 % de votes favorables !!! …) si chère à notre Breton arboriculteur à ses heures…
      Bien sur, nous mettrons sous le tapis quelques détails futiles, comme le fait que les observateurs ont été bannis de Crimée lors de ce référendum, que les Tatars qui boycottaient ce scrutin se sont vu crédités d’un taux de participation de +80 % (quelqu’un aurait donc voté pour eux ?…), etc, etc …
      Et vous nous parlez de « volonté populaire » ? Il est mignon M. Pignon …….. 🙂
      Alors notez bien que je ne remets pas en cause le fait que la Crimée soit devenue russe (ce qu’elle était déjà historiquement…), c’est juste les moyens utilisés pour cette annexion, qui en est bien une , quoi que vous en disiez !…
      (Bien évidemment, j’attends votre prose en retour, vous imaginant, éructant devant votre écran, la bave aux lèvres, comme à votre habitude … 😉 )

    • Thaurac dit :

      Avec un an de distribution de passeport gratuit.
      Pourquoi s’obstiner alors que Poutine a avoué que c’était un projet murement préparé depuis longtemps.
      suivez donc le chef!

    • Lagaffe dit :

      Aucune volonté populaire (elle est apparue par magie le jour où des « petits hommes verts » cagoulés et armés ont envahis le parlement de Crimée et pointés leurs armes sur les politiciens locaux), aucune organisation du vote puisque l’opposition était interdite et les questions excluait le maintien dans l’ukraine… et question aucun plébiscite : aucun chiffre VERIFIABLE, aucun OBSERVATEUR INDEPENDANT, aucune liste des bureaux de vote… on est prié de croire Poutine sur parole !
      Pour le monde entier, sauf la Russie, c’est une farce qui montre clairement que Poutine est un gros imbécile s’il pense qu’on gobe ce faux référendum !

  9. wizard51 dit :

    « L’Otan va intensifier sa coopération avec la Géorgie face à l’activité militaire russe en mer Noire »
    L’OTAN a besoin d’un ennemi pour exister. Plus d’ennemi, plus d’OTAN! Vous imaginez, tous ces postes tranquilles et bien payés, tous ces marchés captifs pour les industriels qui sont dans le « système » OTAN, les postes d’officiers d’échanges sympa et sans souci pour les officiers supérieurs, etc…
    Bien prendre soin de se trouver un ennemi bien menaçant, la Russie en général, et quand cette dernière n’est plus en forme, un Irak par ci, un Afghanistan par là, un Iran sinon…

  10. Lara dit :

    La Russie devrait plutôt se poser la question pourquoi une très grande partie de ces anciens « alliés » tel la Hongrie, la Czéchie, la Pologne, l’Ukraine, la Géorgie, les pays baltes etc. rejetent clairement la Russie et cherchent à se rapprocher de l’Oeust.
    Je dirai que les raisons sont multiples : le passé très oppressif Russe dans ces pays, développement économique, protection militaire.
    La Biéllorussie, dernière dictature européenne et allié Russe, tiendra encore combien de temps?

    • Jacques 29 dit :

      @ Lara : vous parlez des dirigeants de ces pays : mais demandez donc leur avis aux peuples,qui savent désormais ce qu’est l’utlralibéralisme à l’occidentale : ceux qui ne sont pas encore chômeurs,et la plupart des autres, regrettent le passé et les alliances passées : pas la fortune, certes, mais du travail et des protections sociales, du logement social, des états , quoi ..

  11. Frédéric dit :

    La Marine géorgienne dont les unités principales était des grosses patrouilleurs ex-grecs vendu sans leurs Exocet a disparu dans la guerre de 2011. Sait on si il est envisagé de la ressuscité, voir d’utiliser des batteries côtières de missiles antinavires ?

  12. Amida dit :

    « … la Crimée, région fréquemment comparée depuis la Seconde Guerre Mondiale à un porte-avions permettant de contrôler tout le bassin pontique… » (DGRIS) Vu la taille de la mer Noire, et la portée des systèmes de combat modernes, n’importe quel bout de côte peut jouer ce rôle…

  13. Thaurac dit :

    Poutine, 125 ans se représente aux Présidentielles.
    Par son expérience acquise au cours des années , il recherche des candidats voulant jouer le rôle de l’opposition (les vrais opposants étant disparus, morts, emprisonnés, dans des camps, depuis longtemps)ceci pour permettre aux observateurs d’observer le déroulement démocratique de ces élections.

  14. werf dit :

    C’est de la com OTAN, c’est à dire du vent, pour justifier l’organisation, son budget, ses postes de débouchés de carrière pour des officiers supérieurs et diplomates de 2ème zone…. Quand on n »a pas les moyens militaires de sa politique, on n’essaye pas de jouer les « gros bras », c’est très français. Heureusement, De Gaulle a souhaité l’arme nucléaire (doctrine de la dissuasion) pour garantir la sécurité de la France. Il n’y a rien derrière l’OTAN aujourd’hui en termes de moyens militaires, sauf à s’adresser à l’oncle Sam, qui, lui, veut des contreparties financières et industrielles… That’s all folks!

  15. Électeur dit :

    Tous ces commentaires, c’est bien gentil mais quelqu’un pourrait-il m’expliquer pourquoi nous (=la France) devrions nous intéresser à la Géorgie ?

  16. didier1 dit :

    Je crois que Poutine est très intelligent contrairement à d’autres. Il a réussi à contenir la situation en Ukraine qui l’avait échappé un moment lors de la révolution de Maidan, et à la retournée à son avantage en soutenant en sous main les séparatistes pro russes. Et comme il ne fallait pas s’arrêter en si bon chemin on annexe la Crimée et le tour est joué. Au Moyen-Orient, il renverse la situation en Syrie où Bachar était au bord de l’effondrement à cause des multitudes groupuscules soutenues plus ou moins ouvertement par les petromonarchies d’une part et par l’occident d’autre part. Il parvient à attirer, tant soit peu, la Turquie vers lui malgré l’épisode du Sukhoi abattu . Il organise des rencontres entre les opposants syriens et le Régime avec des fortunes diverses. Il reçoit chez lui les « amis des USA», bref diplomatiquement l’homme a du tirer son épingle du jeu de cache cache que lui livre l’Occident. Il est parvenu à amortir les effets des sanctions économiques que d’aucuns pensaient sue cela allait accélérer sa chute. Malgré les critiques sur sa personne, sa politique intérieure, il a réussi à devenir incontournable dans les affaires internationales, pas seulement pour la détention du veto, par sa capacité à influencer diplomatiquement les cours de certains événements internationaux. N’en déplaise aux russophobes.