Le projet Source Solde a connu un « taux d’erreurs habituel » lors de ses premiers essais

Après les dysfonctionnements du système Louvois (Logiciel unique à vocation interarmées de la solde), qui ont plongé de nombreux militaires dans d’énormes difficultés financières, le ministère des Armées a confié à la société Sopra-Steria le soin de mettre au point un nouveau calculateur, appelé « Source Solde », sous la responsabilité de la Direction générale de l’armement (DGA).

Plusieurs étapes doivent être franchies avant de mettre en service Source Solde. Étapes qui n’avaient pas été validées pour Louvois… Ainsi, la qualification visant à garantir la conformité de ce nouveau système pour le calcul de la solde a été prononcée avec réserves en février 2017. Même chose, en juillet, pour l’étape « post-clôture de la solde ».

Lors de ces deux phases, « les anomalies majeures détectées lors de la qualification » ont été « toutes résorbées », a indiqué Mme l’ingénieur général de l’armement Caroline Gervais, lors d’une audition devant la commission de la Défense, à l’Assemblée nationale.

Puis, après ces tests de conformité, des tests opérationnels ont été lancés selon deux nouvelles phases, à savoir la « solde à blanc » et la « solde en double ». La première, qui concerne spécifiquement la Marine nationale, a débuté le 23 février dernier.

« La solde à blanc consiste à injecter dans Source Solde et dans Louvois les dossiers réels de l’ensemble des administrés pour procéder au calcul de la solde : le calcul s’établit dans les deux systèmes et on procède ensuite à la comparaison des résultats. Il va de soi que nous avons préalablement réalisé une analyse assez fine de ce qui fonctionne dans Louvois et de ce qui ne fonctionne pas. Quand cela ne fonctionne pas, la comparaison est faite par rapport à un calcul à la main », a expliqué la directrice du programme Source Solde.

Cette phase de « solde à blanc » doit prendre fin quand « le système aura atteint les performances attendues sans anomalie résiduelle majeure ». Or, elle est toujours en cours.

« À ce stade, les résultats sont très encourageants mais nous avons rencontré quelques difficultés qui ont ralenti les tests », a indiqué l’IGA Gervais. Mais pour cette dernière, c’était à prévoir. « Compte tenu de la complexité du système, le contraire aurait été étonnant », a-t-elle dit. « Des écarts de programmation de Source Solde ont été identifiés et corrigés au fur et à mesure. Le nombre de corrections effectuées peut être jugé comme habituel pour un projet de cette complexité », a-t-elle ajouté, avant de souligner l’exigence des tests menés « afin de garantir un parfait fonctionnement dans tous les cas de figure, vu le traumatisme laissé par Louvois. »

« Des évolutions par rapport au besoin initial sont apparues et sont traitées progressivement; je pense notamment aux changements de réglementation. Ensuite, les données entrant dans Source Solde ne sont pas toujours conformes à ce qui est attendu, ce qui est une situation assez classique à ce stade dans un programme complexe. C’est en voie de correction. Enfin, des problèmes de raccordement entre les différents systèmes RH et Source Solde ont été identifiés et sont corrigés progressivement », a détaillé l’IGA Caroline Gervais.

Pour autant, ces erreurs constatées lors de ces tests ne préoccupent pas outre mesure la DGA. « Ces types de difficultés ne sont pas anormaux dans un tel projet. S’ils peuvent engendrer des retards, ils ne conduisent pas à des situations bloquantes et sont tous corrigés méthodiquement », a insisté la responsable du programme Source Solde. « Nous faisons face à toutes les difficultés générées par la complexité de la solde en elle-même, par la multiplicité des acteurs, le nombre de systèmes raccordés et par les séquelles du traumatisme de Louvois qui sont réelles », a-t-elle ajouté.

Interrogée par un député sur ce « taux habituel d’erreurs », l’IGA Gervais a expliqué que c’était le lot de la DGA. « Nous avons l’habitude, pour les gros systèmes interfacés, de constater un certain nombre d’erreurs qui sont détectées au moment des opérations de vérification. Ces opérations sont d’ailleurs menées pour cela », a-t-elle répondu. « L’objectif d’erreur est simple : tolérance zéro. Nous ne pouvons pas admettre de laisser partir un calcul automatique qui conduirait à ce que nous savons être une erreur. Comme dans tout programme d’armement, nous produisons des versions successives, ce qui est tout à fait normal », a-t-elle souligné.

Mais l’heure de vérité viendra au moment de passer à la phase dite de « solde en double ».

« Le but est plutôt que le système Source Solde détecte lui-même toute erreur qui serait commise, qu’elle résulte de lui-même ou d’un autre composant de l’écosystème des ressources humaines et de la solde, comme les systèmes d’information RH ou le système de description de l’organisation du ministère appelé CREDO. Si une erreur est détectée, le calendrier de calcul et de liquidation des soldes laisse quelque temps pour traiter l’erreur. On ne peut pas apporter de preuve théorique du parfait fonctionnement du système; c’est par la pratique, à l’occasion de la phase de solde en double, que le système prouvera son efficacité et que chacun pourra être rassuré », a indiqué l’IGA Gervais.

Cela étant, la capacité de Source Solde à s’adapter aux évolutions législatives et réglementaires suscitent quelques doutes. Mais là encore, la DGA se veut rassurante. Enfin presque…

« S’agissant des capacités d’évolution du système, elles sont déjà attestées par l’intégration des changements survenus depuis le lancement du programme. Ainsi, le prélèvement à la source est en cours d’intégration dans Louvois et dans Source Solde […]. Cette intégration ne présente d’ailleurs pas une complexité insurmontable : l’impôt sur le revenu est traité comme une retenue parmi d’autres, à l’image par exemple d’une cotisation sociale », a affirmé l’IGA Caroline Gervais.

En revanche, il est possible qu’il y ait quelques soucis quand il s’agira de réformer la rémunération des militaires, avec ses 174 primes différentes. Sans doute aurait-il mieux valu en commencer par là avant de lancer de systèmes comme Louvois et Source Solde.

La réforme de la rémunération des militaires sera « vraisemblablement mise en œuvre après la mise en service de Source Solde », a relevé l’IGA Gervais. Et si le logiciel a été « conçu et construit de façon à pouvoir évoluer », cette « refonte complète du système indemnitaire constituerait [pour lui] une évolution majeure, une sorte de ‘projet après le projet' », a-t-elle admis. Toutefois, a-t-elle assuré, le « système est conçu pour le permettre. »

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de werf

    • de FredericA

      • de FredericA

  2. de Fredd.

  3. de Thaurac

  4. de FredericA

  5. de Wrecker 47

  6. de auxsan

  7. de SaumonAgile

  8. de Gwen ha du

  9. de Gwen ha du

    • de FredericA

      • de 6G

      • de Gwen ha du

        • de FredericA

      • de Gwen ha du

  10. de ltikf

  11. de Porcinet