Guyane : Deux trafiquants tués lors d’un accrochage avec des militaires

Le 19 novembre, dans le cadre de l’opération Harpie, qui vise à lutter contre l’orpaillage illicite en Guyane, une patrouille de militaires du 9e Régiment d’Infanterie de Marine (RIMa) et de la gendarmerie a essuyé des tirs d’armes automatiques alors qu’elle se trouvait sur le Grand Inini, un cours d’eau de la commune de Maripasoula connu pour être un « flux logistique » pour les garimpeiros, ces chercheurs d’or clandestins, souvent originaires du Brésil.

Les militaires ont alors immédiatement riposté et un garimpeiro a été tué sur le coup tandis qu’un autre a été mortellement blessé. Un troisième trafiquant a été interpellé. Les autres qui ont fait le coup de feu ont pu prendre la fuite, sauf un, qui s’est constitué prisonnier.

« Le garimpeiro grièvement blessé est décédé avant l’arrivée de l’hélicoptère de la gendarmerie, portant le bilan à deux garimpeiros décédés. Aucun gendarme ou militaire des FAG [Forces armées en Guyane, nldr] n’a été blessé », ont expliqué Patrice Faure et Éric Vaillant, respecrivement préfet de Guyane et procureur de la République.

« Les deux personnes touchées par les tirs du gendarme et des militaires se sont effondrées dans la pirogue, les autres ont sauté à l’eau et rejoint la berge avant de prendre la fuite », a raconté, à la chaîne outre-Mer 1ère, un membre des FAG.

Plus tard, quatre gendarmes du GIGN [Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale] ont été déposés par hélicoptère sur les lieux de l’accrochage. Ils auraient également été la cible de tirs peu après.

Quoi qu’il en soit, le garimpeiro qui s’est rendu aux militaires a été transféré à Cayenne, où il a été placé en garde à vue par les gendarmes de la Section de recherches, chargée de l’enquête.

Plusieurs accrochages entre trafiquants et militaires ont eu lieu depuis le lancement de l’opération Harpie. Celui du 19 novembre est ainsi le dixième depuis le début de cette année. En octobre, trois membres des FAG avaient été légèrement blessés lorsque des Garimpeiros percutèrent leur pirogue en ouvrant le feu. L’un des agresseurs fut touché et interpellé peu après.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Vince

  2. de heaume44

  3. de Duc d'Orléans

  4. de Thierry HENRY

  5. de Carin

  6. de dodudindon

    • de Piauhau

  7. de DRAILLET

  8. de wrecker47

    • de Carin

  9. de Robert

    • de Carin

      • de FORTIER François

    • de Carin

      • de Robert

        • de Robert

          • de Thaurac

          • de Robert

        • de Robert

  10. de Carin