Le ministère des Armées a reçu le prix des « délais de paiement 2017 »

Il n’y a pas encore si longtemps, les petites ou moyennes entreprises ayant adressé une facture au ministère de la Défense (devenu « des Armées ») devaient attendre 60 à 70 jours avant d’être payée. Ce qui leur causait évidemment des problèmes de trésorerie, avec toutes les conséquences que cela supposait (difficulté pour payer ses fournisseurs et ses salariés, frais bancaires, etc). C’est ainsi que certaines furent placées en redressement judiciaire.

Cette situation était due aux raté du logiciel CHORUS, le nouveau système d’information financière de l’État, développé par l’éditeur allemand SAP. En août 2010, les impayés du ministère de la Défense s’élevaient ainsi à plus de 2 milliards d’euros.

Depuis, le Pacte PME a été mis en place. Parmi les mesures proposées, il était question de « rendre obligatoire la prise en compte de la dimension PME dans les processus achat du ministère de la Défense par une étude systématique de leur positionnement sur le segment considéré et définir la stratégie d’achat en conséquence. »

L’un des objectifs affichés était de réduire les délais de paiement pour les 26.000 PME et ETI fournisseurs directs du ministère des Armées, hors grands programmes d’armement.

C’est ainsi que, en 2016, malgré la cessation de paiement de la Direction générale de l’armement (DGA) en raison de crédits non encore dégelés, les délais de paiement ont été réduits, en moyenne, à 23 jours. Et, visiblement, les autres ministères n’arrivent pas à faire aussi bien…

En effet, le 13 novembre, le ministère des Armées a reçu le « Prix des délais de paiement 2017 » dans la catégorie « Organismes publics » lors des assises des délais de paiement, organisées par le médiateur des entreprises, et placées sous le haut patronage du Président de la République.

Selon le communiqué publié à cette occasion par la Délégation à l’information et à la communication de la Défense (DICoD), en 2016, le « délai moyen de paiement des fournisseurs du ministère des Armées était de 22,8 jours, contre 26 jours en 2015 » pour « 698.000 factures relevant du périmètre de la commande publique, pour un montant de 18 milliards d’euros, et émises par 31.000 fournisseurs, dont 80 % de Petites et moyennes entreprises (PME) ou de micro-entreprises. »

Pour Mme le ministre des Armées, Florence Parly, cet « excellent résultat » a été obtenu grâce à la « forte implication du personnel des services financiers » ainsi qu’à plusieurs mesures, dont la « mise en place du contrôle de gestion de l’exécution financière, le développement des cartes achats ou encore la dématérialisation des factures. »

Selon des chiffres livrés par le cabinet Altares et rapportés par le quotidien économique Les Échos, 43,4% des entreprises françaises respectent le délai de 60 jours maximum pour régler leurs factures. « C’est le fléau numéro 1 qui frappe les PME aujourd’hui », a déploré Pierre Pelouzet, le médiateur des entreprises, à l’antenne de RTL, le 13 novembre.

Cela étant, cette bonne performance dans les délais de paiement ne doit pas faire oublier que le montant des restes à payer du ministère des Armées a dépassé les 50 milliards d’euros et que son report de charge devrait s’élever à 3,4 milliards d’euros fin 2017.

17 commentaires sur “Le ministère des Armées a reçu le prix des « délais de paiement 2017 »”

  1. Tout va donc mieux que plus mal.
    CHORUS, LOUVOIS, etc… Tout ne peut aller que de mieux en mieux?!

    Des ménages agonisent et se disloquent, des entreprises étouffent,
    mais Parly appelle au secours le « Contrôle de gestion ».

    Aux victimes, les ménages et les entreprises,
    rassurez-vous, on s’occupe de vous.

    Vous n’avez plus de problème, vu que le « Contrôle de gestion » énarquesque s’occupe de vous, mais vous n’êtes plus que des statistiques.

    Beaucoup plus de compétences vont être mobilisées à remplir les indicateurs contrôle-de-gestionnesque, pendant que les compétences aptes à résoudre vos problèmes seront mobilisées pour remplir des tableaux.

    Marre du contrôle de gestion, marre des énarques.

    La cour des contes…

    1. Laissez moi deviner, tous en rouge pour s’unir ensemble sous la bannière du bonheur populaire qu’offre le « socialisme » ?

      1. Myshl, Vous savez, le gars qui prône de tuer préventivement. Plutôt tendance à droite de l’ultra droite…

    2. Je rajouterai les logiciels Isis et Osiris pour les aides agricoles, qui voient certains agriculteurs être en attente depuis près de 2 ans pour toucher les aides.

  2. Bien sur que les autres ministères ne font pas aussi bien. Au lieu de taper sur le ministère des armées systématiquement par idéologie et aigreur, les fonctionnaires de Bercy (et les autres), feraient bien de s’en inspirer. Que ce soient les acheteurs, les commissaires,…. les minstères des armées a des personnels compétents et efficaces.

    1. Competents et efficaces….les commissaires?…..des integristes de l achat public et de la finance qui n ont pour seul objectif que paralyser l operationnel sous couvert de la reglementation…d ou applique t on le code des marches publics francais dans des pays etrangers?.? Lubie du commissariat

    1. J’utilise un ERP SAP au quotidien, je n’ai vraiment pas à m’en plaindre. Dans mon domaine, les retards de paiement fournisseur sont dus à des erreurs humaines ou à des lourdeurs, pas au logiciel.

    2. +1
      Ce logiciel à d’ailleurs été voté « Logiciel qui nous rapproche le plus de l’idée de l’enfer » 6 années consécutives!

      1. SAP est un éditeur allemand de progiciel. Actuellement, dans beaucoup de grandes entreprises, on utilise son ERP (enterprise resource planning). Cet outil permet de centraliser toutes les données d’une entreprise (ou d’une administration) au sein d’un seul système.
        En gros, tu peux suivre la commande de matières premières, la fabrication de l’objet, les factures d’achat et de ventes, les ressources humaines, etc… en utilisant ce seul ERP. Quand il est bien utilisé (et paramétré), cet outil est permet de gagner énormément en performance.
        J’ai travaillé dans des administrations publiques où chaque tâche demandait l’emploi de logiciels tous aussi mal conçus les uns que les autres, avec des logins et mdp à chaque fois différents et qui évidemment ne pouvaient pas (ou très mal, dans le meilleur des cas) communiquer entre eux. Niveau rendement c’est pas pareil…

  3. J’utilise un ERP SAP au quotidien, je n’ai vraiment pas à m’en plaindre. Dans mon domaine, les retards de paiement fournisseur sont dus à des erreurs humaines ou à des lourdeurs, pas au logiciel.

  4. J’ignorais qu’il existait un « Prix des délais de paiement »… on apprend tous les jours. J’espère qu’on aura aussi le prix de « Gymnastique économique » pour le grand écart entre les besoins et les moyens alloués à la Défense.

  5. Par contre les délais de paiement des sorties « terrain », OPEX, des militaires d’active, jour(s) de réserve des réservistes… restent très long (jusqu’à un an parfois… merci LOUVOIS). Le paiement est même parfois oublié…

  6. En voyant le titre, je pensais que c’était ironique, ou qu’un plaisantin dont les factures étaient en souffrance c’était fendu d’organiser un événement médiatique pour montrer à quel point les remboursements tardent. Mais non, c’est sérieux! Enfin moi si je mets 22 jours de trop à payer mes impôts, je doute que la direction des finances concernée m’envoie un avis pour me féliciter d’un tel « excellent résultat ».

  7. Si ce n’était que dans l’armée … et tant mieux pour eux si ça s’améliore de ce cotés là.
    Maintenant on parle des université qui mettent 6 mois à rembourser, des agences immobilière qui mettent des mois à rendre les cautions, du temps qu’il faut avant de toucher sa cotisation au chômage, etc … C’est à croire que plus un organisme est gros et riche, plus il est mauvais payeur. A moins que ce soit pour ça qu’il soit riche …

Les commentaires sont fermés.