Hanoï et Pékin ont trouvé un « consensus » pour apaiser leur rivalité en mer de Chine méridionale

En 2014, Hanoï avait vigoureusement protesté contre l’installation, par Pékin, d’une plateforme de forage pétrolier dans les eaux de l’archipel des Paracels qui, situé en mer de Chine méridionale et supposé receler de vastes ressources en hydrocarbures, est revendiqué par les autorités vietnamiennes et chinoises.

Du coup, le Vietnam envoya ses garde-côtes y patrouiller, ce qui ne manqua pas de provoquer quelques incidents. Dans le même temps, de violentes manifestations anti-chinoises éclatèrent dans le pays. Trois ans plus tard, et sans doute parce que la Chine a aménagé des îlots à des fins militaires dans cet archipel, le ton entre Hanoï et Pékin est tout autre.

Ainsi, à l’occasion d’une visite du président chinois Xi Jinping à son homologue vietnamien, Nguyên Phu Trong, il a été convenu entre les deux parties, rapporte l’agence Chine Nouvelle, d’un « important consensus (…) pour gérer les questions maritimes de façon approprié » et « s’efforcer conjointement de maintenir la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale. »

« Les liens entre les deux nations ont souffert ces dernières années à cause des conflits territoriaux en mer de Chine méridionale. Mais grâce à l’adoption d’un cadre du Code de Conduite en mer de Chine méridionale par les ministres chinois et de l’ASEAN plus tôt cette année, les conflits se sont peu à peu apaisés, les parties ayant convenu de résoudre leurs différends via la négociation », a seulement rappelé l’agence chinoise.

L’Agence vietnamienne d’information a été un peu plus précise. Le secrétaire général Nguyên Phu Trong aurait ainsi « souligné que le maintien de la paix, de la stabilité durable, la réduction des risques d’instabilité, la contruction de la confiance sur le problème de la Mer Orientale entre les pays concernés était d’une grande nécessité et profitait à tous, à la région et au monde » et que les « parties concernées devraient faire preuve de retenue, de s’abstenir de tout acte susceptible de compliquer la situation ou d’élargir les différends, de respecter les droits et intérêts légitimes de l’une et de l’autre, d’œuvrer au maintien de la paix, de la stabilité en mer pour prioriser le développement socio-économique. »

Toujours d’après la même source, le numéro un chinois a répondu que son pays « redoublera ses efforts pour bien contrôler les différends maritimes, maintenir la paix et la stabilité dans la Mer Orientale/Mer de Chine méridionale », après avoir promis de continuer à fournir « 600 millions de yuans d’aide non remboursable sur trois ans pour améliorer le bien-être social dans les provinces du Nord du Vietnam. »

Cette annonce au sujet de ce « consensus » est venue après le passage, à Hanoï, du président américain, Donald Trump. Ce dernir avait proposé ses bons services dans le différend opposant le Vietnam et la Chine. « Si je peux servir d’intermédiaire ou d’arbitre, faites-le moi savoir… Je suis un très bon médiateur », avait-il assuré.

21 commentaires sur “Hanoï et Pékin ont trouvé un « consensus » pour apaiser leur rivalité en mer de Chine méridionale”

  1. Bref la chine les a enfumé, toujours cette dialectique lénifiante, ensuite, elle a bien spécifié  » 600 millions de yuans pour le bien être des régions du nord… » ce qui veut dire que « si tu ne veux pas de bordel avec la région qui nous est frontalière, on se calme » » et ensuite , ce Trump, qui lui, n’en manque pas une…
    au fait, aucune allusion aux traités internationaux sur les eaux de la mer de chine….
    Cela doit être gonflant de négocier avec des diplomates chinois, qui savent bien d’ailleurs, comme la russie, bien séparer les mots, des actes.

  2. Bref, la Chine a gagné le droit de faire ce quel veut en échange d’un petit chèque.

    1. Les vietnamiens sont en rivalité avec les chinois depuis plus de mille ans. Ça ne doit pas être si simple que ça…

    2. @ Frédéric : c’est la logique des forts : il n’y a personne en face, surtout susceptible de les empêcher de faire ce qu’ils veulent : surtout pas les américains . Donc les Chinois ont déjà acquis les ilôts de Mer de Chine du Sud, ils y sont déjà confortablement installés et quelques sous permettent de calmer les grognements régionaux. Ce n’est pas une spécificité de cette région : c’est mondial, et donc de tous les bords.Depuis 1945 les américains se sont déjà offerts le Japon, la Corée du Sud, les Philippines, Guam, Kwajalein, et des facilités un peu partout, de Thaïlande à Singapour . Pas toujours tout, aux mêmes !

  3. « Cette annonce au sujet de ce « consensus » est venue après le passage, à Hanoï, du président américain, Donald Trump. Ce dernir avait proposé ses bons services… »
    Ses bons offices, c’est bien aussi! 😉

    1. Côté Hanoî, c’est plutôt d’orifices qu’il s’agit: En résumé, ils se font bien mettre.

      Car au final quand il s’agit d’aller plus loin que gueuler, Trump se calme très vite! En fait, c’est un gros roquet…

      Les chinois savent donc ce qu’il leur reste à faire: Continuer!

      Certains pays contant sur les US gendarmes du monde seraient bien inspirés d’observer, avant leurs achats d’armes.

  4. C’est du lourd, un arrangement entre impérialismes majeurs, arrangement à plusieurs bandes.
    .
    L’Amérique du nord abandonne un peu de la menace qu’il pouvait exercer sur les SNLE chinois basés sur l’île de Haïnan en échange d’une pression accrue de la Chine sur la Corée du nord, ce que laisse entrevoir les récents propos de Trump (la quasi totalité du pétrole de Pyongyang passe par ce pays, la Russie ne la remplacerait certainement pas pour pallier un boycott Chinois).
    Le Vietnam perd des territoire maritimes légitimes (selon les normes internationales) et l’exploitation pétrolière avérée et potentielle y afférente, en échange d’un chèque chinois ; les USA gagnent ce pays comme protectorat (encore plus qu’actuellement). Les chinois ne perdent que le risque de provoquer un éclatement de la Corée du nord, ce qui serait une grosse perte économique et géostratégique pour eux. Les USA pissent à la gueule des organismes internationaux qui régissent le droit de la mer dont ils sont pourtant partie prenante, organismes internationaux qu’ils ne respectent que quand ils les dominent totalement, et rappellent aux impérialismes secondaire qui est le chef.

    1. @ Fred
      Quelle fine analyse géopolitique qui fait du Vietnam un protectorat américain…

      1. @ Jeb STUART
        J’admet que le mot est un peu fort. Disons un pays ami qui se place sous l’aile protectrice du géant américain face à un pays qui considère le Vietnam comme une des ses provinces perdues et à reconquérir, subséquemment.
        Le Vietnam aurait-il abandonné ses prétentions légitimes sur des champs pétrolifères et halieutique juste pour un si petit sino-chèque et ce après des batailles qui firent des morts dans ces îles en 1974 et 1998, et qui montra sa forte détermination face à la Chine lors d’une guerre terrestre (1979 : 30 000 morts vietnamiens) dont l’un des motifs d’agression par la Chine était l’occupation d’îlots des Spratleys par le Vietnam ?

        1. @ Fred
          Mais leur relation amicale avec Washington ne leur permettra en aucun cas de recouvrer leurs îles perdues, ils en sont bien conscients. Ils en tirent avant tout un bénéfice économique.
          Les Chinois avancent leurs pions sans opposition et confortent leurs positions dans ce qui est/va devenir leur Mare nostrum.

        2. @ Jeb STUART
          Je suis bien d’accord, mais ce qui est nouveau et extrêmement surprenant, c’est que les USA entérinent cet accord, et que le Vietnam fasse (du moins en apparence) à ce point profil bas (compte tenu de leur résistance opiniâtre assez impressionnante face à la Chine il n’y a pas si longtemps, 1979-1990). Rappelons aussi les violentes émeutes anti-chinoise de 2014 (en réaction à un forage pétrolier chinois dans les îles Paracels), initiées par le gouvernement et poursuivies en roue libre par les vietnamiens. D’autant que l’évolution politique et économique de la Chine rendrait plus délicate une « intervention punitive » comme celle de 1979 (30 000 morts de part et d’autre quand même !) et que la grande Chine n’a pas trop brillé dans l’affaire, le petit Vietnam oui.
          C’est pour cela que je pense qu’au-delà de ce qui est aujourd’hui affiché, il y a forcément un accord secret impliquant Chine, Vietnam, Corée du nord (à son corps défendant) et USA.

    2. « ..ce qui serait une grosse perte économique .. »
      Avec quoi ils payent la CDN, pas de pouvoir d’achat,plus de devise et la leur doit peser peanut, le peuple ne mange pas à sa faim, c’est pas un jour d’exportation au usa ou en europe.

      1. @ Thaurac
        La CDN exporte énormément de charbon en Chine.
        La Chine, du fait des ses hausses de salaire destinées à développer son marché intérieur, est de plus en plus concurrencée sur les productions à bas coût par le Vietnam, le Bengladesh, le Pakistan … etc. Sous-traite pas mal de ses productions en Corée du nord, pays industriellement assez développé, captif et mis en coupe réglée.

      2. Vous ne savez peut être pas mais la Corée du Nord exporte ses travailleurs en Europe de l’Est…..pour remplacer les ouvriers partis jouer aux travailleurs détachés à l’ouest….!
        Forcément ils n’ont plus personne en Roumanie et Bulgarie pour faire tourner la maison .
        c’est l’Europe patron….

    3. seul l’arbitrage de l’ONU qui peut déterminer le territoire pour quel pays, c’est pas les occidentaux qui décident.
      les îles en question dans la mer de Chine n’a aucune résolutions de l’ONU, mais l’ONU a bien classé des îles sont des territoires à décoloniser. par ex. île de Guam, Polynésie, N. Calédonié…
      sources de l’ONU:
      https://www.un.org/press/fr/2017/cpsd633.doc.htm
      https://www.un.org/press/fr/2017/agcol3313.doc.htm
      les décisions de l’ONU sont votées par plus 195 pays au monde.

  5. Je fais 2 pas en avant, provoque l’irritation, l’agacement et la protestation puis fais un pas en arrière pour calmer le jeu.

    Bravo! Bravo! Bravo!

  6. avant hier, Manille a eu une manif contre Trump, maintenant le Vietnam et Philippines sont d’accord de négocier avec la Chine sans faire la guerre, seul les USA et les pays occidentaux voulaient toujours faire la guerre pour résoudre le problème géopolitique.
    la Chine est un pays pacifique.
    les pays colonialistes ne sont pas d’accords avec moi, bien sur, regardez sur les océans, ils contrôlent combien des îles, archipels… sont classés comme des territoires à décoloniser selon l’ONU.

    1. « la Chine est un pays pacifique. »
      Bien sûr, Tibet, Tian’anmen, etc. plein d’exemples de paix et d’humanité

Les commentaires sont fermés.