La Marine n’a aucune assurance sur la permanence d’un groupe aéronaval avec un second porte-avions

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

119 contributions

  1. Raymond75 dit :

    Et une flottille de patrouilleurs pour surveiller notre immense zone économique maritime ? Pas assez prestigieux pour une Grande Puissance Mondiale !!!

    • L'inconnu dit :

      Un certain nombre de patrouilleurs avec une surveillance aérienne par drone…

    • Amida dit :

      Et quelques patrouilleurs aériens à long rayon d’action, armés, pour sécuriser le tout. Dassault en fait, parfaitement utilisables dans une guerre conventionnelle.

    • batgames dit :

      on va donner l’indépendance totale à la nouvelle Calédonie d’ici peu je vous laisse réfléchir à ce que va advenir de nos soit disant zone économique mondiale …la FRANCE est actuelement dirigée par des apatrides qui se foutent bien du sort de la France et de ses habitants et ils sont aux services des capitalistes mondialistes et rien d’autres ,l’État ,l’honneur et tout ce cirque leur est totalement étrangers contrairement à vous ,cela fait trente ans voir 40 qu’ils déconstruise patiemment votre etat chéri ….atterrissez de vos nuages écoutez BFM businness et vous les entendrez et vous aurez leur vision d’avenir

      • S.B-Seguin dit :

        Les voix indépendantistes sont minoritaires en Nouvelle Calédonie et le cas échéant elle restera tributaire de la France pour sa défense et notre ZEE ne résume à cette île.

  2. jean la gaillarde dit :

    Oui….. Et alors !!!!! On a bien compris que le CDG est le dernier et il n’y aura pas de renouvellement. Voilà !!! La messe est dite car si les parlementaires commencent à envisager que nous ne sommes pas démunis malgré le fait que le PA soit en cale sèche et ben ….. c’est que l’on peut s’en passer. On a bien compris et ces politicards vont la même conneries qu’on fait les anglais, on va perdre notre savoir faire en ce qui concerne l’utilisation d’un groupe aéronavale et lorsque l’on voudra y revenir ben …. on aura tout perdu. Mais les biens pensant de tous poils vont pouvoir expliquer que le PA, cela ne sert à rien, que cela coûte un bras, que la France n’a pas à vouloir intervenir comme les Etats-unis, que les BPC suffisent, que patati et que patata …. Bref lorsque l’on veut tuer son chien, on crie qu’il a la rage. Et bien basta, la France redescendra au niveau des italiens, nous n’aurons qu’une force terrestre impressionnante sur le papier, et nous demanderons à d’autres de l’appuyer lorsqu’elle interviendra. Voilà, de toute façon, nous avons maintenant à la tête du pays des gens qui n’ont jamais eu un quelconque contact avec le monde militaire et franchement, ce monde leur ai totalement incongru. Il peut parfois leur servir, mais c’est franchement pas leur priorité. Et lorsque ces mêmes militaires ce prendront une raclée, ces politicards montreront du doigts les fusibles (CEMA, CEMAT….). Voilà et cela va bien leur permettre de faire deux mandats !!!!! Oui, pas de souci !!!! Et avec un peu de pot, les français signeront de nouveau pour sensiblement les mêmes !!!! Alors pourquoi se poser des questions existentielles sur la problématique d’un deuxième porte-avions. En plus je suis sûr que la majorité des français s’en foutent complètement. Comme d’ailleurs ils se foutent du programme BATSIMAR, de la rupture capacitaire pour les bâtiments assurant la logistique du GAN…. Ah ben non, suis je bête, encore une super économie de faîte si on abandonne le concept du PA, il n’y plus besoin des bâtiments de soutien. Voilà on les a nos économies !!!!!! Franchement, heureusement que les politiques sont là pour trouver les solutions !!!!

    • S.B-Seguin dit :

      Bonsoir monsieur jean la gaillarde,
      reprenez votre souffle et lisez le compte-rendu en question finalement mal restitué par cet article s’il prête à ce genre de confusion.

    • 0711am dit :

      Il est rare que je sois autant séduit par un commentaire. Le vôtre synthétise bien la fatalité de notre époque pourrie. Ils ont abdiqué. Nos représentants dans le monde politique ont donné la France.
      C’est de la trahison. La souveraineté ne veut plus rien dire pour eux. Seul le profit individuel. Le destin commun ne doit pas ternir la possibilité pour eux d’avoir des postes prestigieux.
      Entrons en résistance. Multiplions les ramifications. Convainquons les gens.
      On ne lâchera rien. A commencer par le croix de Ploërmel.

    • Lakolo dit :

      Bravo pour la démonstration et c’est exactement ce qu’il faut faire… des choix… !
      dommage qu’on aie pas décidé de supprimer une des composantes nucléaires dans la revue stratégique.
      A mon avis, la Marine devrait se concentrer sur la maîtrise de l’espace maritime suffisamment vaste plutôt que de chercher à faire ce que d’autres armées peuvent faire (avions? commandement de troupes au sol…)
      y a de la place pour tout le monde face à nos adversaires potentiels sans se marcher sur les pieds….

      • André Thomas dit :

        On oublie trop souvent qu’une partie de la dissuasion aérienne est aussi assurée par la Marine depuis le Charles de Gaulle, grace aux ASMPA sur Rafale M.

        Le coût des missiles de croisière est tel qu’en cas de crise durable ils ne remplaceront certainement pas les bombardements des Rafale Marine.
        D’ailleurs les frégates qui en sont dotées, les Fremm, n’en emportent que 16 et ne peuvent recharger leurs lanceurs à la mer.
        La dotation française pour l.armée de l’air et la marine a été ramenée à 150 missiles.
        Pour comparaison, lors du début de l,intervention en Libye, les USA ont tiré en une nuit 110 Tomahawks, pir l’essentiel lancés par le seul sous-marin nucléaire USS Florida.

        Jamais la Marine française n’aura une telle capacité par missiles de croisière naval.

        La seule puissance de feu massive avec de l’allonge dans les terres est fournie par un porte-avions à catapultes, protégé par un Sna deux frégates antiaériennes performantes (on a) , une frégate antisous-marine dotée d’un hélicoptère chasseur de sous-marins ( nos hélicos Embarqués sont en bout de course ) et des pétroliers-ravitailleurs pour les frégates et le kérosène des aéronefs. Les PR français sont en bout de course. Il faut également des ravitailleurs en vol ( on a pas).

        La Marine fait du mieux qu’elle peut avec ce qu’elle a ( des Sna qui arrivent à 35 ans d’âge …) mais a clairement tiré la langue en Lybie.

        Ajoutons qu’on est sous-dotés en moyens humains et techniques de renseignement et d’observation, dans lesquels il faudrait investir massivement.

        Heureusement, avec un monde militaire dirigé par Trump et Poutine, une Europe militaire inexistante, une economie mondiale qui ne tient que grâce à une Chine très endettée et des garnements comme La Corée du Nord ( qui aura sa bombe, car c’est désormais trop tard pour qu’elle y renonce) ou l’Iran, il est évident qu’on n’a pas besoin d’être sur ses gardes.

    • batgames dit :

      un PA est une cible parfaite pour des sous marins ,envoye deux exocet et il coulera ,c’est un vrai piége ,l’avenir est aux petites unités capables de porter et de lâcher des drônes furtifs ..vivez avec votre temps

      • S.B-Seguin dit :

        Les marines US chinoise indienne britannique japonaise sud-coréenne turque italienne espagnole voire brésilienne et russe ont programmé un ou plusieurs porte-avions sur les 50 prochaines années…

  3. Le Suren dit :

    Pauvre de nous. Même si le prochain PA entre en service en 2030, il ne restera que 10 ans maxi en compagnie du CDG. Le temps de décider de construire un remplaçant au CDG, ce sera 2060, avec entrée en service pour 2080 ! Et ainsi de suite . . .

    • Syna VaiL dit :

      Pas forcément il paraît évident que l’an lancer l’etude pour la construction d’un seul PA c’est un peu débile l’argent gaspillé… Alors p-e pourrons bouquiner attendre 2035 pour la mise en chantier simultanée de 2 PA visant remplacer le CDG en espérant que l’on ne fasse pas l’erreur des britanniques et qu’on en fera des CATOBAR nucléaires.

      • S.B-Seguin dit :

        C’est effectivement ce qu’à mon humble avis, il faut lire entre les lignes.

        Par contre je ne serais pas étonné qu’on lance un PA évidemment CATOBAR mais à propulsions classique. Mais personne ne peut là aussi être définitif sur la problématique de la propulsion nucléaire / classique.

    • Lakolo dit :

      et alors?? avez vous les effectifs pour armer 2 PA ? ben non… mais on les demandera alors…

      • S.B-Seguin dit :

        Il y aura proportionnellement moins d’effectif que sur un PAN de type Charles de Gaulle.

      • Tom dit :

        Pas besoin de multiplier les flottilles, l’intérêt d’avoir 2 PA est avant tout d’assurer la permanence à la mer: quand un PA est en mission l’autre attend au port et n’a donc pas besoin d’un groupe aérien embarqué.

        • Nico St-Jean dit :

          @ Tom

          Il est ridicule de payé plusieurs milliards pour un PAN qui sera entrain de rouillé à quai le 3/4 du temps …
          .
          Un moment donné il faut vivre avec ses moyens.

          • batgames dit :

            fffu c’est pas un problème de moyens financiers ,on a lâché 15 milliards pour les banques de bankters pour les renflouer en 2008 /2009 non ,le PB du PA maintenant c’est sa survivabilité en zone hostile ,les sous marins et les missiles ont des portées difficiles à contrer en cas de saturation ,mieux vaut des sous marins porteurs de drones pour lancer des attaques diplomatiques ,l’avenir n’est plus aux porte avions d’ici peu croyez moi ….

          • S.B-Seguin dit :

            Ce n’est pas les 3/4 du temps, mais seulement en IPER qu’un des 2 PA resterait
            à tour de rôle indisponible.

          • S.B-Seguin dit :

            Difficile de vous croire monsieur bategames, car la programmation navale sur les 50 prochaines années des 10 principales marines mondiales vous contredit de À à S.

        • S.B-Seguin dit :

          Alors un nouveau porte-avions nécessitera forcément une à deux flotilles de Rafale supplémentaires ( 12 à 24 appareils ) quand les deux PA simultanément en mer.

  4. meiji dit :

    Complètement d’accord.

  5. mich dit :

    Décidément la com de nos grands chefs et délicate , comment faire cohabiter deux PA différents sans engendrer des couts phénoménaux ? comment fait on depuis 18 ans avec 1 ? c’est quoi cette substitution ridicule entre aéronavale , missile de croisière (dont nous n’avons qu’un micro stock ,à l’image de nos drones) et BPC porte hélicoptère (depuis quand on peut comparer un rafale et un tigre ,on marche sur la tête !),le groupe aériens ne peut servir a rien pendant l’arrêt du PA ?
    Quand le PA est à l’arrêt ,que l’on donne les moyens au marin les capacités pour déployer leurs aéronefs (rafale et Hawkeye ) en couple avec l ‘AA ( à l’image de ce qui se passe en Jordanie) et en gardant ops ses spécificités quand même loin d’être ringardes d’action en mer (il n’y a pas que l’appontage !) ,un rafale marine avec des exocets n’a pas forcement besoin d’un pA pour être utile à travers le globe et peut agir pour soutenir notre flotte à l’image de notre patmar qui elle doit être dégagée de ces missions « terre » par des moyens aériens moins complexe ,il n’est pas normal que l’on ai gâché le potentiel de tel avion qui ont couté si cher au dessus du sahel depuis si longtemps.
    Le problème n’est pas d’avoir un seul porte avion ou quoi que ce soit d’autre ,mais d’avoir assez d’option pour palier à un manque temporaire d’un de nos systèmes ,face à un adversaire c’est surtout notre capacité à déployer en permanence des systèmes d’armes opérationnel avec des personnels entrainés qui dissuade ,pas un inventaire à la Prévert pour faire plaisir à tel ou tel arme.

    • Lakolo dit :

      le temps des doublons est terminé… arrêtons de rêver et concentrons nous sur les capacités réellement déficitaires..
      Naval Group s’adaptera…

      • S.B-Seguin dit :

        Qui de la Marine Nationale ou de Naval Group s’est adapté à l’autre au sujet des FTI?

  6. wagdoox dit :

    Comme certains d’entre nous le disez le CdG n’aura pas un 2 ème PA mais un successeur, c’est désormais acquis. Autre enseignement interessant la France n’a pas l’intention de construire une série de bâtiments comme l’a fait le RU (ce qui permet de faire des économies) mais de produire un bâtiment tout les 4 ou 10 ans (en fonction de la propulsion), d’attendre la fin de la construction d’un bâtiment pour passer au suivant, ce qui permet de garder les savoirs faire. Si le CdG avait eu un petit frère en 2010, l’échéance aurait été repoussé en 2028 et donc toujours avant la fin du CdG, c’est finalement 1 PA par décennie qu’il faut construire. Avec un service de 35-40 ans, il en ferait 3 ou 4 pour garder le potentiel industriel du pays.
    Le tout missile que certains évoque ici à reçu une réponse cinglante, les PA permettent de durer là ou les frégates tireront 16 MdC (pour 30 ou 40 millions d’euro) et rentreront.
    Enfin maintenir la supériorité aéromaritime de la marine française suppose d’avoir des avions avec un ratio quantité/qualité supérieur aux autres (sauf US ca parait evident). Aujourd’hui la France s’en sort très bien avec peu d’avion mais très capable par rapport à la concurrence, le couple rafale/CdG offrant 30 avions très modernes capable de projeter les avions à 21 tonnes (qui passera normale à 24,5 tonnes en 2019), pouvant assurer 80 (voir plus) vols par jour. Sauf que demain d’autre nations auront de bons avions et en plus grand nombre, il faudra donc nous aussi permet plus d’avions sur nos PA. Sans parler de l’arrivé des UCAV et drone male sur PA. Enfin le successeur du rafale sera plus grand et il faut déjà prévoir la taille du chasseur avant de parler de la taille du futur PA.
    Ce futur PA devra etre plus grand 300 m (pour la CATAPO) et plus lourd pour prendre plus d’aéronefs.
    Le problème, le président se fout de l’outre mer, il n’y connait rien (la Guyane est une ile …) alors le ZEE encore moins. La marine sera oubliée.

    • FredericA dit :

      Analyse intéressante malheureusement gâchée par une remarque simpliste sur l’impact du Président sur ce type de décision (pensez-vous réellement qu’il soit le seul à décider ?).

      Plus concrètement :

      « Autre enseignement interessant la France n’a pas l’intention de construire une série de bâtiments comme l’a fait le RU (ce qui permet de faire des économies) »

      Remarque pertinente mais il faut aussi ajouter que les RU ont essayé de revendre un des PA en construction… avant de se raviser… tout en investissant plus d’un milliard à leur modification pour accueillir le F-35… mettant ainsi un terme à toute possibilité d’interopérabilité avec la France. En terme de vision stratégie, on fait mieux, il me semble…

      Une bonne synthèse de la vie rocambolesque du projet anglais : https://blog.mondediplo.net/2012-05-15-La-Royal-Navy-laisse-tomber-les-catapultes

      • S.B-Seguin dit :

        Le projet britannique de ces PA était d’emblée prévu pour accueillir des avions STOVL tels que le F-35B, projet un temps remis en cause pour 2 PA CATOBAR dès lors appelés à embarquer toujours des F-35, mais des F-35C.

        Thales avait d’ailleurs en main le plan des actuels PA STOVL ou « CVF » et du PA CATOBAR élaboré pour … la Marine Nationale dit « CVF-Fr ».
        Le PA CATOBAR arrivait à + 72 000 tonnes et était doté d’ EMALS dans sa version britannique, qui s’étaient avérées trop couteuses.

        Mais la problématique autour de ces PA CATOBAR était surtout liée aux moindres retours industriels britanniques sur le F-35C que sur le F-35B, sur lequel ils se feront cependant pigeonner par LM au sujet du F136.

        • Nico St-Jean dit :

          @ S.B-Seguin
          .
          Décidément Lockheed Martin est vraiment le « bouc-émissaire » des français …
          .
          LM n’à jamais eu le moindre contrôle sur le moteur du F-35. La compétition ainsi que le dénouement de cette dernière était contrôlé par le JPO et le Pentagone, Lockheed n’à jamais eu à voir la dedans.
          .
          Le F-136 fut éliminé parce qu’il n’était toujours pas prêt alors que le F-135 l’était depuis longtemps. Plusieurs milliards avaient déjà été fournis par RR, mais également par le Pentagone qui à lui aussi mit la main dans ça poche, lequel était visiblement à bout de patience envers RR.
          .
          Que ce soit le F-35B, le F-35C ou encore le F-35A, les retours industrielles britanniques sont les mêmes : 15% de TOUT les F-35 produit sur le globe est conçu puis assemblé au UK. Peut importe le modèle ou les F-35 produits en ce moment même, ou dans 30 ans. Qui plus est, les britanniques sont de loin gagnant avec un tel retour industrielle pour seulement 138 F-35B à terme. 25,000 emplois de la classe riche, et 1 milliards de livres de retombées industrielles par année, pour les 30 prochaines années au minimum. Cela paye largement l’acquisition des 138 appareils ainsi que la R&D que le UK à investi, en plus de faire tourné l’économie locale.
          .
          Et ce n’est qu’une infime partie de tout ce que le complexe militaro-industriel engrange grâce à de multiples contrat aux USA. On s’éloigne du F-35, mais je veux quand même en énuméré quelques-uns pour informations pratiques aux autres lecteurs.
          .
          BAE Ship Repair est le plus gros joueur en réparation/modernisation de toute l’US Navy. Ils ont des chantiers à Norfolk, San Diego, Mobile, San Francisco, Jacksonville, Mayport et Pearl Harbor. Ils réparent et modernisent plus de Burke, de San-Antonio, de Wasp et Tarawa que leurs propres constructeur à savoir : General Dynamics, Northrop et HII.
          .
          La division américaine de BAE est également devenu le leader mondial pour les Railguns grâce aux milliards investis par les USA juste devant l’entreprise locale qu’est General Atomics.
          .
          On peut également parler des presque 7000 Bradley’s M2 évalué à plus de 3 millions $ pièces, ainsi que d’une foulée d’autres choses.
          .
          Tout cela pour dire que les britanniques sont traités comme de véritables petits princes par les USA et que je serai le dernier à versé une larme concernant l’abandon du F-136 de RR 🙂
          .
          La prochaine chose qui reste à faire pour les USA serait de donné plus de retours industrielle à l’Italie (qui en à déjà beaucoup) en échange d’une certitude sur le maintient de son choix actuel de 90 F-35 au minimum. Comme ça tout le monde serait contant et l’Italie à toujours besoin d’aide pour relancer son économie.

          • FredericA dit :

            « Décidément Lockheed Martin est vraiment le « bouc-émissaire » des français … »

            Les commentaires de ce blog sont animés par quelques dizaines de personnes (voire moins sur on parle uniquement de l’aéronautique militaire). Aussi, résumer l’opinion de 60 millions de français à la lecture d’UN post est bien loin d’une quelconque réalité.

            Vous-même, parlez-vous au nom de TOUS les Canadiens ?

          • S.B-Seguin dit :

            Oui Nico St-Jean, vous confirmez bien que le F-35C est bien moins intéressant que le F-35B pour BAse Systems et l’industrie britannique.

      • Wagdoox dit :

        Faire un chasseur avec les allemands prendra du temps donc du temps pour définir les caractéristiques de l’avion repoussant d’autant la production du pa. Tout cela à condition que ce nouveau chasseur soit marin …

    • S.B-Seguin dit :

      L’idée d’un sistership était déjà abandonnée avant lancement même du Charles du Gaulle en 1994.
      Déjà à l’époque le projet d’un deuxième PA renvoyait à la conception d’un navire dérivé du CdG mais plus lourd: On évoquait alors un navires de la catégorie 50 000 tonnes.

      Ce projet de « grand CdG » était dans les cartons jusqu’à ce qu’en 2004/2005 MAM paye de 250 M€ un droit d’entrée de la France dans le programme britannique CVF qui venait de sélectionner le concept de Thales-UK préfigurant l’actuelle classe QE.

      • Wagdoox dit :

        Le grand Charles était les mêmes mais en plus grand 50 000 tonnes et 300 m de long. Le cdg a la taille qu’il notamment a cause du choix des chantiers induit par la Redskins des syndicats de l’époque.

        • Waterproof dit :

          Voui voui les redskins, comme mon pote qui vivait dans une grande pauvreté avec sa mère, et portait une crête blonde, mais avait juste de quoi se payer des espadrille, oui un redskin en espadrille ça fout les jetons! Sinon les chantiers de l’Atlantique ont étés vendu par quel tire-au-flanc en costume trois-pièces? Faible avec les forts, ou docile pour je ne sait quel pouvoir, c’est navrant à la fin.

        • Marcus dit :

          Induit surtout par le choix personnel du « redskin » Mitterand…

        • S.B-Seguin dit :

          Un CdG allongé n’était déjà plus un sistership générant un déplacement et une puissance induite des machines différents avec des études supplémentaires. Un navire plus grand était aussi impossible à mettre sur cales à Brest.

        • wagdoox dit :

          alors on se calme il fallait lire « la pression » mon tel à tendance à faire des corrections assez délirantes en ce moment, ca n’est que ca !

    • batgames dit :

      d’ici peu tes avions comme tu dit seront obsoléte ,les drônes vont tout bousculer ,vous n’avez vraiment pas le sens de l’histoire et la mémoire courte ,vous me faite penser à ceux qui ne voyaient et ne penser que par le cuirassée avant la seconde guerre mondiale …des drônes c’est facile à faire décoller ,la miniaturisation des missiles va bientôt permettre de faire partir des drônes à partir des Porte hélicoptère et donc de nos BPC ….chiche on pari….quand on veut s’adapter on s’adapte ,le PB en France c’est que les décideurs et les gens de la DGA sont des fonctionnaires ou des rentiers de la chose politique ,qui n’ont aucune vision autre que de se mettre sous l’aile du grand oncle SAM …
      d’ailleurs on ne fait des progrès d’armement qu’en copiant ce que font les américains….en oubliant la moitié des moyens ……si on veut se démarqué et avoir une marine digne de nos milliers de Kilométres de côte il est temps d’innover et de changer la done et donc de miser sur les drônes ,et de plus construire des drônes à faible coût au lieu encore de nous limiter avec des trucs trop sophistiquer …vous me rappeler aussi les idiots qui ont construit les Char B1 lourds ,impossible à faire avancer à cause de système trop sophistiqué et un manque de tourelle mobile ,il est temps aussi de mettre un bon coup de pied à la retraite à la DGA et chez nos constructeurs d’armes dépassées comme le rafale et bien d’autres inutilités que l’on s’obstine à prolonger…les ricains travaille sur les armements futurs ,nous on réfléchit à s’associer avec les anglais ,alors qu’avec le neuron on avait un peu d’avance sur eux pour une fois …et comme toujours la France se fera avoir …..d’ailleurs comment s’associer avec des gens qui veulent un brexit et font des pieds et des mains pour le bloquer maintenant ….çà n’a pas de sens …le Neuron est l’avenir de la chasse française ,et il devrait l’être pour être opérationnel rapidement !
      la France est un petit pays qui n’a plus de moyens car elle paye une dette à des financiers privées ,le véritable problème de la France se tient là et c’est pour cela que nos budgets tous azimuts et donc également militaire sont réduit ,ce faisant cela arrange aussi et prépare le provincialisme de la France comme un maillon de l’europe, le déplacement totale des pouvoirs de décisions politique se fera bientôt …attendez vous à voir la FRANCE tel que la voulez DE Gaule etat encore légèrement indépendant disparaître dans ce conglomérat européiste aux ordres des anglos saxons et des puissances de l’argent apatrides !
      nos guerres ne sont plus les nôtres ,on sert les intérêts amerloque ,on a fait place déjà à Djibouti ,,la Chine a fait également une base là bas ……la France n’a plus aucun ticket ,juste un pouvoir de palabrer …il va falloir se rendre compte que l’influence de la FRANCE n’est plus que consultatif dans le prochain avenir de ce siècle ,et de plus on est gangréné par de l’argent du pétrole qui nous envahit et paralyse certains de nos politiciens …aloirs votre dada de second PORTE avion ,c’est de l’histoire de mickey de plage croyais moi !

      • S.B-Seguin dit :

        Chiche je tiens sans problèmes le pari qu’il n’y aura pas de UCAV / UCAS embarqués pour des frappes air sol avant 2030 et qu’il n y aura pas de drones de combat aérien avant 2050 au plus tôt si tant est que ce soit possible. D’ailleurs les UCAS embarqués ne remettent pas en cause les porte-avions car ces plateformes arrivent aux mêmes dimensions que les voitures fixés classiques. Évitons de qualifier la science-fiction de « sens de l’histoire »…

  7. Thierry dit :

    La France= grandes ambitions et peu de courage politique. Les citoyens doivent se saisir de leur sécurité car les dirigeants ne font que renoncer depuis plus de 30 ans. Nous devons reconstruire une défense digne de nos ambitions et capable d’affronter toutes les menaces à venir. Notre Marine devrait etre du meme niveau que l’US Navy compte tenu de la taille de notre espace maritime. Notre Armée de l’Air devrait pouvoir projeter au moins 100 Rafales et notre Armée de Terre au moins 50000 hommes sur la durée. Mais pour cela, il faut faire des choix……

    • tschok dit :

      « reconstruire une défense digne de nos ambitions »

      D’accord, mais c’est quoi nos ambitions, au juste?

      Là, ce que vous décrivez, c’est le format de l’outil:
      – Notre Marine devrait etre du meme niveau que l’US Navy compte tenu de la taille de notre espace maritime.
      – Notre Armée de l’Air devrait pouvoir projeter au moins 100 Rafales
      – Notre Armée de Terre au moins 50000 hommes sur la durée.

      Bon, très bien, on a le format de l’outil. Mais avec ça, vous voulez faire quoi?

      A chaque fois que je discute stratégie avec les gens, ils définissent un outil. Et quand je creuse la question, l’outil en question n’est pas pensé en fonction de la stratégie, mais en fonction d’une image idéale de l’outil qu’ils ont déjà.

      C’est un peu comme si un mec avait une perceuse, et qu’il voulait une plus grosse perceuse, en mieux. Mais le type ne se demande pas pourquoi il fore des trous. Il veut juste continuer à forer des trous, mais mieux.

      C’est même pas de la stratégie des moyens, ça.

      • FredericA dit :

        Bien vu !

      • jyb dit :

        @tschok
        c’est le fantasme de la puissance quand on a pas une
        vision claire de son environnement.
        J’ai bien noté vos com sur khan cheikhoun mais stand by en attendant de lire la version définitive du rapport 26/10.

      • Waterproof dit :

        Remplacez les trous de perceuse par Poutin, Trump, Kim, ou Rastapopoulos, et vous aurez déjà une bonne idées de pourquoi la faiblesse est interdite à notre époque, et quel stratégie d’envergure et anticipative nous devons entretenir à tout prix. L’histoire est pratiquement sans interruption faite de guerres, alors prétendre que demain nous n’aurons plus besoin d’armée est une pure folie.., ou une trahison en cheval de Troie avec pour but le désarmement l’Europe et de son économie.

      • Wagdoox dit :

        A la différence qu’on espère jamais avoir à se servir l’an perceuse dans le cas précis et que si jamais on doit s’en servir il faut qu’elle soit énorme. C’est la différence entre une analyse de la situation actuelle et prévoir. Et comme chacun sait gouverner c’est …

        • Waterproof dit :

          En 1939 on savait pertinemment qu’il nous fallait encore 2 ans pour atteindre les capacités militaires de l’Allemagne (Combler techniquement et tactiquement nos 140 division face aux 190 divisions allemandes.), c’est d’ailleurs pour cela que nous avons craintivement temporisés lors de la bataille des frontières, laissant aux allemands du front polonais, le temps de se regrouper. Dès le début la ligne Maginot aurait dû servir de point d’appui pour franchir le Rhin et ainsi briser l’élan de la wermarcht en Belgique et en Holland. La meilleur défense c’est l’attaque.

          • Waterproof dit :

            Excusez moi, je voulais plutôt dire « la drôle de guerre » ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Dr%C3%B4le_de_guerre ) au lieu de « bataille des frontières » ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_des_Fronti%C3%A8res ).

          • wagdoox dit :

            Le probleme était bien plus grand que cela, l’armée allemande était 4X mieux fiancé que l’armée française. Tellement bien que l’idée générale était d’attendre que l’Allemagne plie sous le poids de sa propre armée.
            Quand il est devenu évidement que ce ne serait pas le cas, on a mis en place une stratégie défensive, en espérant que l’ennemi ne s’approcherait pas ou qu’il ne casse les dents sur la ligne Maginot.
            Deux choses auraient pu alors se produire l’Allemagne se serait lancée dans la conquête de l’Europe de l’est et s’y serait fatigué, ou l’Allemagne aurait été isolé et l’alliance aurait compté sur son empire pour démolir économiquement l’Allemagne. Bref du début à la fin on ne voulait pas combattre. L’alliance avec l’URSS a douché les espoirs occidentaux. Ces derniers ont déclaré la guerre mais sont restés dernière la ligne.
            Pas de soucis j’avais compris.

    • Carin dit :

      À Thierry
      Bonsoir, vous vous rendez compte que les USA c’est cinquante Etat dont le PIB doit être à peu près équivalent au nôtre?
      Il nous faudrait multiplier par cinquante nos impôts pour avoir ce que vous demandez!!!
      Et de plus où stationner cette armada.
      Notre pays à la taille d’un timbre poste et avec ça nous faisons la nique a beaucoup d’autres bien plus grands, nous devrions être juste fier de cela.

      • Wagdoox dit :

        50 x le pib de la France mais vous êtes complètements a cote là. On est entre 6 et 10x. Mais le problème n’est’ pas là les us dépenses entre 3,3 et 4,5 % de leur pib dans l’armee. On peut arrive à quelque chose d’equivalent non ?
        Ils dépensent 600 milliards dedans nous on dépense 450 milliards en sécu …

        • Nico St-Jean dit :

          @ Wagdoox

          Ils sont à plus de 700 milliards pour FY2018 (nouveau budget de l’admin Trump)
          .
          Cependant, 4,5% représente peu pour les USA qui ont été au dessus de 10% – 12% fréquemment aux cours des 30 dernières années.
          .
          Je pense que 3% est une bonne cible pour le UK et la France en Europe.

          • wagdoox dit :

            oui avec l’augmentation des 60 milliards trump, merci de correction.
            Je suis d’accord le niveau actuel de dépense sont faibles mais c’est vrai dans tout les pays occidentaux.
            3% hors nucléaire mais 5% si on veut une armée capable de livrée une guerre symétrique et assymétrique en meme temps. C’est le drame de la France depuis plus d’un siècle. En 1871 la France avait la meilleure armée coloniale au monde s’est retrouvée assez dépourvu sur le continent face aux Prusses (oh les méchants c’est des russes d’avant ! je sors). Pareil durant la 2ème guerre mondiale ou la France sentait un danger monter sur les mers mais devait garder une force terrestre considérable. Ou alors on peut se partager le travail guerre lointaine pour la FR et guerre de proximité pour l’All mais ca nous exposera si jamais l’All a des idées…

  8. Deres dit :

    Vu le nombre de missile de croisière nécessaire pour neutraliser un aéroport et que l’on en a commandé au mieux 150 en tout pour nos navires, on ne vas pas aller très loin sans porte-avion. Grosso modo, un adversaire sait qu’après la première salve, il n’y a plus rien en stock … A la rigueur, on pourrait gréer nos futurs ravitailleurs avec des packs de MDCN à la place des pods de ravitaillements histoire de tenir un peu dans la durée avec ces succédané de bombardiers lourds.

    • S.B-Seguin dit :

      Surtout qu’il n’y aura pas beaucoup de MdCN livrés d’ici 9 mois avant la fin de l’ATM du CdG…

  9. Le Breton dit :

    « C’est un investissement extrêmement lourd qui demande une programmation et une volonté affirmée. Donc une décision politique »
    Oui mais avec deux groupes aéronavals, il n’y en aurait qu’un en mer à la fois donc au final la maintenance d’un porte-avion et de son escorte pendant que l’autre est en mer avec son escorte demanderait d’importantes dépenses mais si la demande le justifie alors pourquoi pas.
    Dans d’autres ministères, notamment celui qui s’occupe de l’immigration, on dépense bien des milliards pour des conneries, les économies, on pourrait en faire là.

  10. Lassithi dit :

    Comme on fait sans permanence depuis le CdG et qu ils s en moquent tous, on va finir par abandonner l idée de trouver un successeur au PAN.
    On pourra alors financer les programmes européens qui ne correspondent pas à nos besoins, pour faire plaisir surtout aux allemands.
    On s en plaidra, voire on s en offusquera, mais trop peu auront courage et lucidité d en tirer une fois de plus les conclusions.
    Mais làm, s en sera fini de notre Royale…

    • FredericA dit :

      « on va faire ceci… », il va se passer cela… »

      Pourquoi ne pas parler des faits plutôt que de se morfondre dans un sombre avenir ?

    • batgames dit :

      la france politique n’a jamais eu de politique maritime ,c’est ce qui nous sépare des anglo saxon et nous a conduit à notre déclin et bientôt à notre perte ,Macron est comme Sarko et Hollande les premiers qui vont finir de donner les clefs de ce pays à un autre pouvoir politique,le premier fût Pompidou et Giscard d’estaing …le pire fût Mitterrand ,on est dans l’europe …..un puzzle c’est tout au service d’un pouvoir de lobbys divers …..qui va gagner bien malin …en tout cas ,ni notre agriculture que l’on étouffe patiemment ,ni notre industrie déjà détruite en partie à 70 % voir plus …. on sera bientôt au niveau du Portugal par rapport à nous il y a 30 ans ,nos jeunes éduqués foutent le camp en masse et on récupére tous les souffreteux de l’Afrique ..avec leur corollaire qui prennent du poil de la bête toutes ces religions totalitaires et ces fous idéologiques anti féminisation sont aux anges ,donc .on va au clash d’ici peu !
      à moins que le peuple de france de souche n’est déjà plus rien car un peuple trop vieux qui a fait peu de gamins donc qui n’a pas d’héritage à moyens termes
      je pense que c’est bien fait car le féminisme ,le penchant libertaire a eu ce qu’il veut finalement …tous les peuples du monde sont venue en France pour se donner la main comme ils le préconisait depuis les débuts du siècle dernier ,finalement ,c’est pire que l’on croyait et que tous ces cons pouvaient rêver …les communautarismes explosent en Europe et bientôt ils vont se donner les mains pour se faire exploiter par les apatrides financiers et se faire pucer et finiront par se tuer entre eux dans une guerre civile européenne ,une religion de fous en sortira vainqueur et l’Amérique et la Chine regarderont l’Europe comme un champs de bataille à reconstruire à leur profit !
      merci aux idéologies merci à toutes les ,féministes et tous les gens de gauche léniniste ou modérés ,et bravo ….vous avez bientôt obtenu votre siège aux panthéons des cons

      • S.B-Seguin dit :

        La preuve que le sujet PA2 peut provoquer des crises de nerfs. Peut-être est-ce la conséquence d’un manque d’arguments contradictoires?

  11. Fougasse dit :

    Au risque de lasser ceux qui m’ont déjà lu à plusieurs reprises sur le sujet :

    1- La France est sortie du club des grandes marines le jour où elle n’a pas financé le « sister ship » du Charles de Gaulle. Quand on a un seul porte-avions (comme l’Argentine ou le Brésil), on n’a plus de crédibilité car on ne peut plus faire la guerre quand on le doit, mais seulement quand on le peut. Vu sous cet aspect, il vaut mieux avoir deux ou trois « Sea control ships » armés de chasseurs S/VTOL qu’un seul PAN équipé de Rafales/E-2C. Les capacités des SCS sont moindres mais au moins on sait qu’on en dispose en permanence.
    2-C’est vraiment triste d’en arriver à ce constat lorsqu’on constate le niveau d’excellence que nous sommes capables d’atteindre mais ce n’est qu’une des conséquences des choix désastreux que la France a fait depuis 30 (40?) ans : record du monde des dépenses sociales, endettement incontrôlé, incapacité à se fixer des objectifs ambitieux et même à tenir les objectifs modestes actuels. En fait, nos dirigeants, quel que soit leur bord, n’ont pas pris la Défense au sérieux depuis – au moins – la fin de la guerre froide. Et nos dirigeants sont le reflet de l’opinion publique dans sa majorité.
    3- Ces choix, ou plutôt ces non-choix, ajoutés à la multiplication des engagements militaires non financés et à l’incapacité de nos dirigeants politiques (et de nos chefs militaires) à CHOISIR ENTRE NOS PRIORITÉS nous conduisent à rester présents dans tous les secteurs (dissuasion sous-marine et aérienne par exemple) mais en multipliant les impasses et en transformant nos forces armées en une vitrine certes impressionnante mais peu crédible dans la durée.

    Le débat sur le 2e porte-avions, bien actif sur ce blog mais qui n’intéresse pas la majorité des français, n’est qu’une illustration de plus de cet état de fait.

    • S.B-Seguin dit :

      Bonsoir monsieur Fougasse,
      quel débat sur l’armement de nos armées intéresse « la majorité des français »?

      Le RU dépossédé de 1980 à 2020 de porte-avions CATOBAR ou de plus 40 000 tonnes n’est jamais sorti du « club des grandes marines ».

      Il faut aussi réaliser que le concept SCS ou Sea Control Ship de l’amiral Zumwalt ne saurait être associés à des avions de combat CTOL tels que le Rafale.

      Et ce concept que vous vantez de 3 SCS par rapport aux PA CATOBAR de + 30 000 tonnes, a vu ses limites avec justement les britanniques lors de la Guerre des Malouines.

      Il faut tenir compte des enseignements de l’Histoire.

    • FredericA dit :

      Je suis d’accord avec vos point 2 et 3.

      Sur le point 1, je trouve un peu exagéré de comparer la France et son CDG avec le Brésil et l’ex-Foch. En outre, l’excellence et l’efficience d’une marine ne se mesure pas (uniquement) au nombre de porte-aéronefs (BPC inclut donc).

      Enfin, je ne suis pas sûr que des Sea control ships seraient nettement moins onéreux à entretenir qu’un PA. Sans même parler de la dépendance de la France à la techno US pour les appareils S/VTOL…

      • S.B-Seguin dit :

        Sur le plan de l’aviation embarquée, les BPC ne sont pas des porte-aéronefs, mais des porte-hélicoptères. Et cette remarque est plus qu’une simple nuance.

        • Wagdoox dit :

          Les hélico sont des aéronefs

          • Nico St-Jean dit :

            @ Wagdoox

            Les BPC sont des LHD ce qui veut dire que l’espace disponible en pont inférieure est prioritaire aux missions terrestres/amphibie plutôt qu’au opérations aériennes, hélicoptères inclus. Un LHA par exemple fait l’inverse : il garde de l’espace pour les opérations terrestres/amphibies, mais la priorité et l’espaces en pont inférieurs sont prioritaires aux appareils et à leurs MCO.
            .
            Sinon les BPC français restent de minuscules moyens aéroportés comparé à l’Italie avec ses deux LHA Cavour et Trieste (minimum 10 F-35B en ponts inférieurs, 6 sur le tarmac.) ou encore face à l’armada espagnol avec son Juan Carlos. Sans parlé des japonais, des britanniques et des allemands demain matin (s’ils le voulaient) et donc, la remarque sur le manque de capacités aéro des BPC de S.B-Seguin est juste. Sans compter qu’il avait spécifié « Sur le plan de l’aviation embarquée, les BPC ne sont pas des porte-aéronefs ».
            .
            Pour moi le fait que les BPC ne peuvent ni embarqué d’hélicoptère lourd, ni V-22 ou F-35, est un constat d’échec pour le programme BPC même si cette classe fait évidemment bien avec le transport de troupes. Par exemple, les marsouins français ne peuvent pas aller bien loin avant que les Tigres doivent retourné aux BPC pour ravitaillement ce qui ne serait pas le cas avec des F-35B ou encore avec des V-22. Il faudrait donc faire intervenir des Rafale M avec le CDG … qui est en ATM 🙂 ..
            .
            Donc pour moi c’est l’un ou l’autre : soit la France prend la décision de se doté de 2 PAN peut-importe les moyens, mêmes avec un prêt-bail américain pour le navire et un nouveau GAN (et vous n’auriez qu’à nommé le navire LaFayette pour obtenir un extra)) ou encore de lancer la construction d’un très grand LHA comme les britanniques, que vous pourriez utilisé soit pour de la pénétration comme avec un PAN, soit pour du CAS avec vos projections de forces amphibies tout en étant une solution beaucoup moins coûteuse qu’un PAN avec un peu moins de performances physique des F-35B par rapport aux F-35C/F-18SH/Rafale M mais plus de polyvalences.
            .
            Et pourquoi pas des codes sources pour que Thales ajoute son grain de sel aux F-35B ? La France est clairement un partenaire digne de confiance pour les USA (surtout dans l’aéronaval) Après-tout, le UK et Israël possèdent déjà les codes-sources donc pourquoi pas la France, si elle en venaient un jour à une commande de F-35B ?

          • S.B-Seguin dit :

            Merci pour cette precision Wagdoox, et je vais donc vous apprendre qu’on parle justement de porte-aeronefs pour des navires qui embarquent indifféremment voilures fixes et tournantes ( d’où le terme générique « aéronef »), de porte-avions pour des navires à dominante voilure fixe ( STOBAR ou CATOBAR) et de porte-hélicoptères pour des navires qui embarquent que des voilures tournantes.

          • wagdoox dit :

            @nico
            N’en reste pas moins que les mistral sont des portes aéronefs.

            La stratégie françaises n’est pas celle d’autre pays car un mistral devra normalement agir dans des zones ou la menace aéro est peu existante. Ensuite s’il y avait besoin il passerait après que le PA ait prit la maitrise du ciel. Enfin le but est de prendre et tenir un morceau de terre ou un port pour permettre à l’armée de terre de dérouler depuis ce point. C’est pas les marins US. Enfin la comparaison avec les autres est assez mal honnête, comparer un mistral avec un bâtiment sensé faire le boulot du CdG et du mistral… pour les anglais le probleme est inverse, capacité aérienne démesurément importante et débarquement minime.
            Pourquoi un bâtiment français prendrait des hélico très lourd que la France ne possède pas ? Les tigres n’ont toujours pas de capacité au ravitaillement donc l’intérêt à l’heure actuelle ? enfin il suffirait de renforcer le pont et augmenter la puissance des ascenseurs (en ajoutant des cumulateurs mais je suis pas expert).
            Les frégates horizon existent aussi en quand d’absence du CdG et en cas de guerre majeure, le CdG serait en mer quoi qu’il arrive.
            Le rafale a déjà fait du CAS jusqu’à la passe canon donc pas besoin du F35. Si c’est pour protéger un mistral d’un attaque aérienne, je répète horizon ou meme un mica/metor que hélico guidé par le radar du mistral (ca couterait beaucoup moins chers), si c’est pour du bombardement au sol des roquettes sur mistral et les hélico feront un excellent boulot meme si ca prendra plus de temps.

          • S.B-Seguin dit :

            Les BPC Mistral sont donc des porte-hélicoptères amphibies.

    • Lakolo dit :

      fin des débats… çà ne sert à rien.
      Prétendre que la France a renoncé à son ambition maritime est une erreur, si l’on parle du 2eme porte avion.
      Son ambition maritime passe à mon avis par des ATL, des SNA… des frégates et autres navires adaptés aux opérations amphibie..
      mais ne passe pas par un deuxième porte « drones armés »… ah … oui..tiens..
      on avait oublié que bientôt une majeure partie des frappes aériennes seront effectuées sans avion…peut être une raison crédible et pertinente au renoncement à un d’un deuxième PA…

      • S.B-Seguin dit :

        Navires de 1er rang et amphibies ne dureront pas longtemps sans couverture aérienne que seule la permanence d’un porte-avions peut offrir sous-entendant qu’il en faut ………………………………………………………….. deux.

        C’est en fait très simple à comprendre d’autant plus que les drones ne sont pas prêts de remplacer les avions de combat pilotés (cf. le sort des UCAS X-47B).

  12. Le Breton dit :

    « Quand on a un seul porte-avions (comme l’Argentine ou le Brésil), on n’a plus de crédibilité car on ne peut plus faire la guerre quand on le doit, mais seulement quand on le peut.  »

    Je déplore comme vous l’état actuel des choses mais heureusement, la guerre ne repose pas sur un porte-avion.

  13. Lagaffe dit :

    Bien, maintenant on peut enfin clore le sujet et parler de sujets réalistes plutôt que de maintenir un faux suspens.
    Face aux manques dans tous les domaines, le 2ième PA était très loin d’être prioritaire, concentrons-nous sur les dizaines d’autres programmes militaires urgents qu’on n’arrive déjà pas à financer.

  14. TontonCharlie dit :

    Le petit frère du CdG n’arrivera jamais, c’est trop tard, alors il vaut mieux attendre la fin de service du CdG pour pourvoir construire cette fois-ci une série de deux porte-avion.

  15. S.B-Seguin dit :

    Je conseille à ceux qui veulent savoir quoi penser des propos échangés de lire le rapport de cet audit du CEMA à l’Assemblée Nationale.

    D’un précédent titré « Revue stratégique : La Marine nationale n’aura pas de second porte-avions » [ http://www.opex360.com/2017/10/13/revue-strategique-la-marine-nationale-naura-pas-de-second-porte-avions/ ] cet article guère plus optimiste qui nous fait cependant passer au “La Marine n’a aucune assurance sur la permanence d’un groupe aéronaval avec un second porte-avions”; ce à quoi je me permets de donner mon titre à ce que je développerai demain « La France se donne les moyens de laisser la porte ouverte à un second porte-avions ».

    Car tel est le sens du contenu des échanges du CEMM à l’Assemblée Nationale.

  16. Militaire dit :

    Le jour viendra où la Chine ou un allié puissant de la Chine menaceront nos intérêts économiques de nos DOM TOM ou dans la ZEE. C’est là qu’on se dira qu’avec un PA en IPER et qq missiles de croisière qu’on a plus les moyens de défendre nos intérêts vitaux.
    La courte vue économique de nos politiciens et économistes de tout poil s’effacera devant la couardise de ces mêmes qui n’hésiteront pas à lyncher en place publique la chose militaire pour son incapacité à proposer un plan de défense réaliste.
    Les missiles de croisières ne sont qu’une ligne Maginot. Il suffira de contourner la première salve (qui sera bien la dernière une fois qu’on aura jugé de son échec à atteindre l’effet recherché, voire du côté de la Syrie et de l’Irak la quantité qu’il aurait fallu tirer pour parvenir à une inflexion de notre ennemi)
    Au delà, ce qui est effrayant c’est l’absence de culture militaire de nos hommes politiques qui prennent pourtant des décisions en pensant que les auditions parlementaires (tronquées actuellement par la peur de nos chefs militaires que les fuites organisées par certains membres de ces commissions attirent la foudre de Jupiter) remplacent leur absence de connaissance du terrain.
    25 ans de carrière m’ont permis de me battre au quotidien pour répondre au besoin de réaliser des missions dont la réalisation tombait une fois sur deux à l’eau. Des heures voire des jours de travail et de préparation remis en cause par la faute d’un moyen qui nous fait défaut, conséquence de toute une chaîne de décisions politico-économiques qui aura fait de notre outil de défense un patchwork excessivement réduit et fragile. Au final notre ennemi s’en sort une fois sur deux et peut dormir tranquille sur ses deux oreilles. Pas le militaire français qui travaille 7/7 à raison souvent de 14h par jour en OPEX

  17. FRANÇON dit :

    Si nous investissions dans l’équipement de nos armées,ne serait ce que la moitié des sommes déversées inutilement dans la formation professionnelle (30 à 35 Md par an !!! pour rien: les PME, TPME , artisans , etc .. qui recherchent du personnel sont obligés de mettre des annonces sur Le Bon Coin !!), notre Marine aurait une demi douzaine de porte-avions!!( Je rappelle que le prix du CDG – le bateau seul – tournait autour de 3,5 Md ) et nos chantiers navals et arsenaux auraient un plan de charge qui leur permettrait de baisser leurs coûts de production.
    Mais , comme cela a été dit plus haut, il faut une vision pour notre pays et du courage , qualités qui , depuis des années, semblent faire défaut à la tête de nos gouvernements.

  18. léo dit :

    Encore une approche étriquée…un porte avion c’est pour avoir une piste aéronavale pour des avions à décollage et poser classique ! …celui qui n’a pas d’argent peu réviser ses choix tactiques pour conserver ses choix stratégiques…..un rafale à décollage verticale……avec un BPC et nous voila avec plusieurs porte avions….mais pour cela il faut que le CEMA et la parlement fixe une ligne directrice plusierus années durant pour conjuger deux projets un de l’armée de l’air et l’autre de la marine …. et dans notre bordel démocratique avec un chef de armées qui change tous les 5 ans et des chefs militaires qui se font éjecter à cause de leur expertise…. ce n’est pas possible….Le parlement acquis au président en place ne joue pas son role …..le dénie de démocratie préjudicable à l’outil de défense repose sur un quinquenat en lieu et place d’un septennat…. à qui la faute ?!…..SI VIS PACEM PARABELLUM

    • S.B-Seguin dit :

      Les BPC ne sont pas conçus pour recevoir des voilures fixes même STOVL.
      Refondre les 3 BPC pour qu’ils puissent embarquer des F-35B, plus réalistes que des « Rafale STOVL », couterait largement plus cher que de construire 2 porte-avions CATOBAR équipés de Rafale F3R.

  19. Drakkar dit :

    Je pense que, contrairement à ce que vos commentaires semblent indiquer, les français s’intéressent à cette histoire de deuxième PA.

    Beaucoup répondraient « oui » pour la grandeur de la France. Mais, on en vient ensuite au coût, qui est faramineux, et au « es-ce vraiment nécessaire ? » et là, le « oui » n’est à mon avis plus majoritaire :

    1) le fait est que : avec 1 PA nucléaire CATOBAR, 3 LHD et quelques bases placées dans des pays frontaliers des zones de conflits, on s’en sort, j’ai l’impression, pas trop mal en terme d’aéronefs projetable pour faire ce qu’on a à faire.

    2) en cas de conflit majeur, qui seraient nos ennemis ? la Russie, la Chine au pire. Ces pays n’auront pas plus de 1 ou 2 PA à moyen terme et on a encore pas mal de rafiots en Europe (France + Espagne + Italie + RU) pour montrer suffisamment les muscles en face en aéronaval.

    3) par ailleurs, a-t’on les capacité de faire et de protéger 2 groupes aéronavals avec des PA. Les sous-marin russes sont de plus en plus performants. Faire des PA pour se les faire couler dans les premières minutes d’un conflit majeur, je ne vois pas l’intérêt.

    Je serais plutôt favorable à commencer un successeur du CdG, pour anticiper les retards éventuels, avec une version nucléaire (pour pouvoir se passer du pétrole en cas de conflit majeur) et des catapultes électromagnétiques américaines, pour faciliter l’embarquement des futurs avions.

    Modifier au moins un Mistral pour des ADAV type Osprey ou F35-B ne serait, à mon avis, pas du luxe non-plus en terme d’interopérabilité avec d’autres pays ou de capacité nouvelles (Osprey).

    Ensuite, on laisse ou on coopère avec les autres européens pour qu’ils gardent voire développent leurs porte-avions ADAV et on obtient, à mon avis, une force de frappe européenne assez complète, polyvalente et proportionnée en cas de conflit majeur.

    • S.B-Seguin dit :

      Le cout d’un porte-avions n’a rien de faramineux sachant qu’il est évalué à 4,5 Md€ sur 10 ans.
      Et s’il est mis sur cales après 2025 sur un budget annuel des Armées de 50 Md€ hors pensions, observons qu’il s’agit de 4,5/500 Md€ sur 10 ans.

      D’autant plus que si l’état veut du jour au lendemain lâcher un, deux voir trois milliards d’euros, il le peut comme il l’a déjà plusieurs fois démontré:
      https://www.valeursactuelles.com/politique/quand-le-gouvernement-achete-la-paix-sociale-a-coups-denveloppes-42495

      Un porte-avions reste un investissement important, mais en rien faramineux par rapport aux ressources de la France 6e puissance économique mondiale devant le RU qui a justement de porte-avions pas de 42 000 mais bien de 67 000 tonnes.

  20. Fab dit :

    Un BPC ne remplacera jamais un porte avion, deux fonctions qui n’ont rien a voir. C’est un non-sens. De plus la superiorité aérienne est une condition sine qua non de l’emploi du BPC. Ce dernier ne peut intervenir que dans la bulle du porte avion, sous protection permanente de l’armée de l’air ou dans des zones sans aucune menace aérienne (limité…).

    • S.B-Seguin dit :

      Bonjour monsieur Fab,
      merci pour ce commentaire avec ses discernements et rappels ici utiles à la lecture de certaines réactions.

  21. Allobroge dit :

    Des porte-avions il en faudrait trois ! Sinon, en effet on peut revenir aussi aux forces spéciales et au mini sous-marins type Prince BORGHESE en liaison avec les BPC. Ça coûte presque rien et puis…avec les forces spéciales ?!…Hein !…Et allez vogue la galère ! Tiens, peut-être aussi qu’on devrait y revenir,on y mettrait tous les repris de justice qui nous encombrent !…Et on ferait des économies !…Nos énarques n’y ont encore pas penser ? Etonnant !

  22. Linka dit :

    D’importantes décisions sont prises quant au future plus ou moins distant des forces armées françaises: pas d’avion furtif, pas de drône MALE, pas de transporteur lourd et pas de second porte-avions. Cela semble être dramatique mais uniquement quand la comparaison est faite avec les E-U. Par rapport un peu prêt n’importe quel autre pays la France s’en sort pas trop mal.
    On peut le regretter ou ne pas s’en préoccuper, au final c’est une question de priorité. Est-ce que le peuple Français est prêt à sacrifier des avoir sociaux afin d’avoir une armée plus performante? Je pense que la réponse est non dans le contexte actuel. Je pense également que Chirac, Sarkozy, Holland et Macron l’ont bien compris ce qui explique qu’il n’y a et aura pas de second porte avions.

    • S.B-Seguin dit :

      Un second porte-avions qui représente 450 M€ / an sur 10 ans ne remet pas en cause les acquis sociaux.
      Et la France n’a pas être comparée aux USA, mais plutôt au RU et à l’Italie, et là on commence à être assez minables au regard des programmes de ces 2 pays sur la prochaine décennie.

      PS.
      Seuls les avions de transport lourds ou de transport stratégique de type C17, ne sont pas d’actualité dans les programmes français.

  23. jean la gaillarde dit :

    Sans compter que nous sommes tributaire des états-unis concernant les missiles et autres munitions. Ma fille qui se trouvait sur le CDG durant Arromanches 3 m’a raconté que s’est un porte avions américain qui a ravitaillé en munition pour rafale. Nous n’avons plus d’usine de fabrication et un stock ridicule. Bref nous sommes en train de descendre doucement mais sûrement en capacité d’intervention, donc en capacité diplomatique de peser sur les affaires du monde. Et dans une société mondialisé, et ben cela s’appelle un déclin.
    En plus, le CDG fait partie d’une des trois composantes des forces nucléaires. Donc cela veut dire qu’actuellement, nous avons une rupture. Nous n’avons plus que deux composantes. Alors ne faudrait il pas se poser la question de la pertinence de la composante aéronavale nucléarisé ? Si on l’abandonne, on aura peut être la place, financièrement, d’un deuxième porte-avions.
    La Grande Bretagne n’a que la composante sous marine et les états-unis ont abandonné la nucléarisation de leur porte-avions.
    Mais nos « Elites » prendront au final la décision qu’ils voudront, le peuple n’aura aucun mot à dire.

  24. jean la gaillarde dit :

    Je suis entièrement d’accord avec Fougasse, sur tout les points abordés. Il nous manque un « Charles de Gaulle » avec un vision sur les 50 ou 100 prochaines années, avec des projets à long termes, une indépendance, peut être coûteuse, mais qui permet à la France de faire entendre une voix, bien plaquer car sans compromission avec tel ou tel pays, lobby ou autre.
    Aujourd’hui nous sommes tenus par les c…..s par les pays du moyen-orient, par l’Allemagne, par les États-Unis, par l’Europe, par la Chine et bientôt par l’Inde. On veut plaire à tout le monde et personne ne nous écoute. Du coup on se disperse, en envoie des troupes pour gesticuler mais on est tributaire des autres pour nos munitions, nos transports logistiques, et bientôt notre armement, nos soutiens, nos appuis ….. je le répète, nous sommes en déclin car comme le dit Fougasse, nos politiques et la population ne veut pas trancher dans le vif en faisant des choix sur les priorités.
    Si l’on ne veut plus défendre notre ZEE car elle est trop vaste, séparons nous des zones qui ne demandent que cela (Nouvelle-Calédonie, Guyane, Mayotte…). Si l’on veut garder nos territoire outre mer, alors mettons les moyens.
    Si une composante aéronavale s’est trop chère, on l’abandonne. Mais à ce moment là, la diplomatie doit aller de pair et les choix matériels aussi. On achète des F35 décollage vertical et on se contente des BPC que l’on pourra équiper soit en hélico, soit en aviation d’appui, avec des frégates équipées en MdC. Voilà mais bon dieu, on tranche pour les 50 prochaine années, une bonne fois pour toute.

  25. Phil dit :

    Il nous reste les Zodiac… avec quelques commandos Marine et des gonfleurs et rustines!
    Bref, la situation est grave mais (pas) désespérée!

  26. jyb dit :

    petit hs pour commencer : le 25 juillet 2017, une collision mystérieuse a eu lieu entre un bateau de guerre émirati et un bateau commercial (fantôme). Il est possible, et de plus en plus probable que le navire émirati ait sombré (un patrouilleur de HM ou une corvette) La collision est rapportée mais pour le reste black-out. question : que s’est il passé (on exclut une victoire navale yéménite qui aurait donné lieu à des com mais…) et quel est le bateau gris des émirats ? si quelqu’un veut augmenter la valeur informative du blog et trouvé s’il y a un vaisseau eau manquant, j’ai l’imat des vaisseaux à pointer.
    – PA2 : Je crois que c’est à dakar en aout que l’amiral Prazuck a expliqué que la priorité est d’assurer les missions de souveraineté dans notre ZEE avec une vision prospective. Dans un avenir proche il faudra assurer des missions de surveillance et de protection de l’exploration et de l’exploitation des ressources diverses de notre zee.
    Sur east pendulum ( http://www.eastpendulum.com/) vous verrez que la chine prépare des bateaux d’exploration, des plateformes, projette de construire un bateau-centrale nucléaire etc)
    bref pas mal de pistes a explorer pour appréhender ce qui nous attend.

  27. S.B-Seguin dit :

    « La France se donne les moyens de laisser la porte ouverte à un second porte-avions »

    Tel serait le titre de mon article sur ce sujet en faisant la synthèse de la Revue Stratégique et de cet audit de CEMM.

    Macron en campagne faisait déjà montre d’un important volontarisme en matière de défense ouvertement favorable à un deuxième porte-avions et promettant un budget de la Défense porté à 2% du PIB ou à 50 Md€ hors pensions et couts des OPEX.
    Toutes ces promesses électorales étaient déjà conditionnées par l’échéance 2025 qui de facto n’intéresse pas le mandat présidentiel de 2017-2022 ciblé par le candidat.

    Macron élu et devenu chef des Armées, nous sommes devant le fait accompli de réductions budgétaires sur l’année 2017 avec la prise en charge du cout des OPEX par les Armées avec en plus un gel de crédits.

    Alors portons notre attention sur un terme pointé par cet article le reprenant du précédent (avec la Revue Stratégique) et sur lequel repose la même conclusion pour le moins « hâtive », dans la mesure où elle exprime un abandon définitif du PA2, même en contraste avec le titre de ce nouvel article.

    Il s’agit du terme « renouvellement » extrait de:
    « À ce sujet, la Revue stratégique, publiée le 13 octobre, parle de maintenir « la supériorité aéromaritime » de la Marine nationale, ce qui « implique de préparer le renouvellement du groupe aéronaval ». »
    Le choix sémantique du terme « renouvellement » est volontairement ambigüe pour ne pas générer de polémique. C’est ambigüe dans la mesure où le « renouvellement » en question du groupe aéronaval se garde bien de préciser la façon dont il sera justement renouvelé.
    D’où le danger de tirer trop rapidement des conclusions sur des allocutions qui ne veulent justement pas qu’on tire des conclusions !
    Nous sommes ici dans un pure exercice de sémantique politique venant aussi bien des auteurs de la Revue Stratégique que du CEMM.

    De fait, d’un gouvernement qui annonce un budget des Armées porté à 2% du PIB ou 50 Md€ « hors pensions & OPEX », mais pas avant 2025 et donc certainement pas pendant son propre mandat prenant fin en 2022; faut-il s’attendre à des « annonces fracassantes » sur la durée de l’exercice dudit mandat?

    Essayons de revoir les repères à ne pas perdre de vue concernant ce sujet, d’abord au sujet de la Revue Stratégique dont la substance de l’article sur OPEX 360 est quasiment reprise au sujet de cet audit du CEMM concernant le « futur porte-avions ».

    – 1) Cette Revue Stratégique n’a pas l’ambition d’être un Livre Blanc avec les longues consultations de ce dernier implique.
    La Revue Stratégique n’est qu’un moyen plus rapide de corriger des orientations du LBDSN de 2013 pour l’élaboration de la prochaine LPM de 2019/2024 qui sera débattue dès 2018.
    La portée de la Revue Stratégique renvoie donc à 2024 au plus loin, pour ne pas dire à 2022, quand une éventuelle alternance politique pourrait également élaborer sa propre Revue Stratégique.
    Avec un budget des Armées porté à 2% PIB pas avant 2025 et donc après son mandat, la seule chose dont Macron est certain est qu’il n’est sûr de rien sur le plan budgétaire, en dehors des 190 Md€ annoncés par la Revue Stratégique de 2018 à 2022 inclus.

    – 2) Donc, sur la période de 2018 à 2024 inclus, traitée par cette Revue Stratégique, l’annonce du lancement d’un deuxième porte-avions n’aurait été concevable qu’en reportant le lancement d’un des 3 FLOTLOG actuellement anticipés à Saint Nazaire, dont le carnet de commande est complet jusqu’à fin 2025 sur ses grands bassins.
    Nous sommes donc certains que rien ne changera sur ce plan là jusqu’au moins 2022.

    – 3) Si la prochaine LPM finance dès 2018/2019 l’étude du successeur du Charles de Gaulle, il est clair que ce programme d’étude amont sera bouclé d’ici la fin de la LPM 2019-2024, laissant clairement la possibilité de lancer le porte-avions en question dès 2026 qui serait achevé en 2030 (4 années de construction) pour entrer en service en 2032/33 (2 à 3 ans d’essais).
    Mais ce PA entrant en service en 2033 ne sera clairement pas le remplaçant du CdG actuellement en cours refonte au prix de 1,3 Md€ pour être prolongé jusque après 2040.

    – 4) Ce qui nous amène à constater que toute décision définitive concernant un éventuel « futur porte-avions » ne sera prise que lors de l’élaboration de la LPM 2024/2029 d’ici 5 ans et peut-être par un autre gouvernement.

    Au sujet du PA2, après le « on verra plus tard, Dividendes de la Paix obligent » de Mitterrand 2, le « non » de Jospin, le « oui » de Chirac 2, les « on verra en 2011 » puis en « 2012 » de Sarkozy, le « non » définitif de Hollande,
    Macron ne fait que conserver toutes les options dans ce « ni oui ni non », qui ne saurait en aucun être interprété comme un « non ».

    Il est clair que Macron attendra son éventuel second mandat qui serait synonyme de la réussite du premier avec le redressement de l’équilibre ou de meilleures dispositions budgétaire de la France, pour s’engager dans d’importants programmes militaires qui demanderaient un financement rapide tels un porte-avions sur ses 4 ans de chantier.

    – 5) En conclusion, nous pouvons regretter l’incapacité de tous les gouvernements français depuis la fin des années 90 à élaborer une politique de programmation navale qui ne peut être pensée que sur le long terme, l’exécution des programmes navals étant bien plus longue que pour les autres armes.

    Or, d’un Livre Blanc à l’autre ou d’un Livre Blanc à une Revue Stratégique, nous nous apercevons que le « quinquennat » (présidentiel, parlementaire et LPM) reste l’unité de gestion des calendriers d’équipement de nos forces armées.
    Et le fait que l’élaboration des programmes navals dépasse ce découpage quinquennal explique les atermoiements, indécisions ou reports d’un gouvernement à l’autre, concernant aussi bien les frégates, SNA, FLOTLOG, BATSIMAR, PATMAR que ce 2e porte-avions !

    Plus que l’Armée de Terre beaucoup plus visible sur les OPEX, ou que l’Armée de l’Air dont les programmes d’équipement sont beaucoup moins longs à exécuter, la Marine Nationale reste depuis 20 ans la première victime du manque de vision et d’engagement sur la durée qui lui sont indispensables pour renouveler ses équipements.

    Voilà ce qu’on pouvait établir sur le contenu de la Revue Stratégique.
    On note que cette interprétation de la Revue Stratégique est en partie confirmée par les propos tenus par l’amiral Prazuck quand il confirme un budget réservé à l’étude du « futur porte-avions » sur la LPM 2019/2024.

    Alors certes, » « Préparer » ne veut pas dire « commander » un nouveau navire. « : Mais ces études qui intégreront logiquement les actuelles évolutions technologiques (dont les EMALS) par rapport à celles qui se sont succédées depuis 2004, peuvent permettre la sélection d’un concept de porte-avions avant 2024 qui pourrait donc être mis sur cales en 2026 quand ce sera possible à Saint Nazaire.

    Et au sujet d’un PA qui serait mis sur cales en 2026, sa construction et ses essais de ne prendront pas 14 ans comme ce fut le cas pour le Charles de Gaulle (de 42 000 tonnes) mis sur cales dans les années 80.
    Il suffit de se référer à la construction des 2 PA classe Queen Elizabeth (de 67 000 tonnes) dont le chantier débutait en 2009 pour être lancé en 2014 et armé en 2016 pour le premier et 2011/2016/2018 pour le second.
    Notons au passage que la construction de ces navires faisait intervenir plusieurs sites produisant divers blocs.
    Le Queen Elizabeth a depuis entamé une période d’essais de 3 ans et le principal retard que risquera de connaitre ce PA sera celui de voir son GAe opérationnel, mais c’est une autre histoire.

    Alors concrètement, un « futur porte-avions » de 62 000 tonnes mis sur cales en 2026 pourrait être lancé en 2030 et armé en 2032 pour 3 ans d’essais jusqu’à 2035.
    Comme le dit le CEMM, ce futur PA « coexisterait » donc au moins 5 ans avec le PAN Charles de Gaulle dont le but de l’investissement de 1,3 Md€ sur son actuel ATM est de le prolonger au delà de 2040, plutôt que 2030 comme initialement prévu.
    Bien sûr Prazuck n’a pas de garantie:
    « je n’ai pas aujourd’hui d’assurances en ce sens. », vu que les études amont concerneraient la prochaine LPM 2019/2024 et un « nouveau » PA serait lié à la suivant LPM de 2024/2029.

    Une chose est certaine, si la France veut profiter de ses investissements (études, construction, armement etc…) sur un « nouveau » PA ce serait sur la LPM de 2029/2034 que se déciderait OU PAS (…) un PA2
    et donc sistership de son hypothétique prédécesseur, pouvant être achevé pour succéder au CdG en 2041 s’il est mis sur cales en 2033.
    La France retrouverait en 2026/2036 une opportunité qu’elle n’avait plus eut depuis 1987/1997 avec la possibilité de lancer une série de 2 porte-avions.
    Mais là encore, ça ne décidera pas avant la LPM 2029/2034 et bien malin serait celui qui dès 2017 peut dire « dire que l’ambition de disposer de deux porte-avions est passée à la trappe » d’autant plus CEMM est largement favorable pour que la France reste une nation cadre à l’échelle européenne.

    Le CEMM ne fait que rappeler des éléments factuels quand il évoque les éléments à étudier et les différents investissements qu’implique un futur porte-avions, en rien critiques d’un tel projet:
    « C’est un investissement extrêmement lourd qui demande une programmation et une volonté affirmée. Donc une décision politique»,
    « Au cours des années qui viennent, nous devrons rassembler les éléments techniques, budgétaires, financiers et opérationnels pour décider de la construction du nouveau porte-avions »
    Des éléments auxquels il joint une autre réflexion mettant en rapport le cout estimé d’un nouveau PA de l’ordre de 4,5 Md€ avec l’actuel PIB de la France:
    « Je ne banalise pas le coût de réalisation d’un bateau de cette complexité-là : il est évalué à 4,5 milliards d’euros, ce qui représente – étalé sur 10 ans – 0,02 % du PIB… »

    Déjà, « à l’époque du CEMA Pierre de Villiers », l’Amiral Prazuck avait plusieurs fois ouvertement pris position en faveur d’un PA2 comme il le laisse encore clairement entendre ici:
    « Sur le porte-avions, la question est avant tout celle du nouveau porte-avions. L’ambition d’une permanence d’un groupe aéronaval me semble raisonnable, avec un second porte-avions, arrivant en 2030, qui coexisterait avec le Charles de Gaulle jusqu’à son retrait du service actif et son remplacement… »

    La précision de « L’ambition d’une permanence d’un groupe aéronaval … raisonnable » est elle aussi suffisamment éloquente surtout liée à l’évocation d’ « un second porte-avions, arrivant en 2030 » qui mettrait députés et politiques devant ce fait accomplit obligeant à reformuler la problématique PA2 sur plan de la sémantique politique.
    Puisqu’en 2030 avec le CdG et l’arrivée de ce nouveau PA, il ne s’agira plus à proprement parler de construire un « PA2 » mais de conserver ou pas 2 porte-avions après 2041.

    Voilà pourquoi il ‘apparait surréaliste que le contenu de la Revue Stratégique ainsi que les propos du CEMM soient interprétés comme l’annonce de toute ambition concernant un PA2, car même si un tel projet ne saurait être clairement annoncé dans le contexte de 2017/2018 tout comme pour la LPM 2019/2024, la porte reste clairement ouverte pour cette ambition.

    Le point critique qui permettra d’annoncer que la France abandonne toute ambition de PA2 sera le refus de financer dès 2018 et sur la continuité de la LPM 2019/2024, les études amonts ici évoquées.
    Là d’accord, mais pas avant, on pourra dire de façon assez définitive qu’il n’y aura pas de PA2.
    Mais les éléments recueillis entre la Revue Stratégique et le CEMM permettent non-pas d’annoncer un PA2 [ puisque le nouveau PA évoqué ne veut pas dire ce nom (quasiment tabou) alors qu’il coexisterait avec le CdG ], mais bien le fait que: la France se donne les moyens de laisser la porte ouverte à un second porte-avions.

    « Que fait-on quand on n’a pas de porte-avions? Nous sommes moins puissants mais sommes-nous démunis? Non ! S’il fallait intervenir aujourd’hui, nous pourrions avoir recours à des missiles de croisière, d’une portée d’environ mille kilomètres, armant les frégates multi-missions. Cela ne permet pas de renouveler des frappes pendant trois mois comme le fait un porte-avions mais cela permet d’envoyer des signaux politiques extrêmement forts », a répondu l’amiral Prazuck.

    « Deuxième moyen dans notre arsenal : les BPC [Bâtiment de projection et de commandement], qui ont déjà servi de base de combat pour les hélicoptères de l’armée de Terre pendant l’opération Harmattan en Libye. […] La portée des hélicoptères est évidemment beaucoup plus limitée que celle des Rafale du porte-avions; il faut rester en zone côtière », a continué le CEMM. Sauf que le Charles-de-Gaulle a aussi été sollicité pour intervenir en Libye…

    PS.
    Au sujet du CdG qui arrive à la moitié de son ATM de 18 mois, note que le CEMM botte évidement en touche reconnaissant que cette perte de puissance mais se voulant rassurant envers les députés leur confirmant que la Marine Nationale n’est pas « démunie ».
    Il cite une capacité que la Marine Nationale n’a pas avec des « missiles de croisière » qui ne sauraient être des SCALP (vu que les Rafale M sont privés de leur PAN), mais bien des MdCN dont la dotation ne sera effective qu’au cours de l’année 2018, soit à la fin de l’ATM du CdG. Il n’y a donc aucun MdCN quand Prazuck répond aux parlementaires, comme il y en aura encore très peu quand le CdG sortira de son ATM.

    Quant aux BPC, le CEMM reconnait bien qu’avec la limite de portée des hélicoptères, ils restent exposés à proximité du littoral sans couverture aérienne, notamment offerte par un porte-avions ou alors par l’Armée de l’Air … si on ne va pas au-delà de la Libye et encore c’était dur…

    • jyb dit :

      @s-b seguin
      ouf, une lecture concrète et littérale.
      Effectivement, le temps du politique est un temps court et il est lui même tributaire des cycles économiques. L’important est comme vous dites de maintenir le champ des possibles ouverts, 1 une « surprise stratégique » peut toujours modifier la prospectives, 2 la situation économique reste la mesure de nos possibilités en moins, comme en plus.

    • wagdoox dit :

      il ne faut pas non plus surestimer ou passer du cirage aux politiques le cout d’un PA. Ca n’a rien de courageux comme disent les hauts gradés, c’est 500 millions d’euros par an pendant 10 ans. La construction d’un PA ne prendra probablement pas 10 mais 4 ans (en prop conventionnelle), le CdG a pris 10 ans parce que l’état lissait le programme chose qui ne serait pas possible quand un chantier privé.

  28. Carin dit :

    Bon pour le remplaçant du CDG cela semble sûr, sachant qu’il faut une dizaine d’annees pour le construire et deux années d’essai avant de le mettre en service, cela nous reporte vers les années 2032/34. Ensuite on peut imaginer que la France ailles mieux!! Et alors tout reste possible. Et même soyons fou… Un second porte avions pourrait ne pas embarquer que des machines françaises.. Une autre nation européenne pourrait être tanté par l’aventure GAN sans avoir les moyens de s’offrir un porte avions, et fournirait un groupe aériens !!!

    • S.B-Seguin dit :

      Il faut 4/5 ans pour assembler les blocs d’un PA de 65 000 tonnes avant de le lancer, 2 ans pour parachever son armement et 2 à 3 ans d’essais avec le GAe compris.

  29. Albatros24 dit :

    Il me semble que le discours de Thierry est logique et projeter un corps d Armée genre FRR est justement prévu dans le Livre Blanc. 100 Rafale n est pas effrayant – de même que deux PA, nous en avions 4 il me semble dans le passé. Et si nous n avons plus d Empire colonial…ça se discute, car nous sommes responsables et pas seulement les politiques, de la seconde ZEE du monde et des accords de défense avec plus de 400 millions de francophones…Donc des Rafales et des gros porteurs, beaucoup beaucoup plus de frégates et assez de Bpc et Pa (qu on pourrait construire à l Inde) – et assez de patrouilleurs hautiriers et drones – mais aussi au moins 2 divisions d infanterie de marine à 2 ou 3 brigades (cela fait du monde à former et héberger je sais) et beaucoup plus d artillerie.On atteint vite les chiffres de Thierry au final on leq dépasse même- j’irai même au delà personnellement.
    Avec 50 000 x3 on pouvait intervenir et tuer Daesh en Syrie…par exemple. Ce que le monde entier n aurait pas trouvé choquant suite aux attentats.
    De toutes façons on va revenir à des conflits symétriques car les terroristes se musclent et prennent du terrain partout…les Fs ne tiennent pas le terrain ce n est pas leur job: il nous faut du Marsouin, en nombre, rustique et bien équipé pour une fois.
    Autant se muscler soi même ainsi que notre industrie militaire : justement on produit encore « national ». Profitons en avec le terrorisme croissant et zut aux 3% de « Matrique » Et cela engendrera de l export, ensuite de l emploi. Et on a assez de jeunes pour peupler le SN militaire ET civil pour relancer le civisme et le patriotisme.
    Quant aux doubles nationalités extra européenne il faudra à terme les exclure je pense. Que chacun choisisse sa nation une fois pour toutes et arrêtons l hypocrisie: la France n est pas une vache à lait du tiers monde, elle n’ en n’ a plus ni les moyens ni la volonté et elle a besoin de jeunes motivés et citoyens qui veulent faire quelque chose pour leur pays et pas d une racaille qui prolifère comme la galle. Attention je ne suis pas raciste je fais un constat et une analyse. Un français n a pas de race : il veut vivre avec les autres français dans les lois de la République.

  30. gégétto dit :

    Notre porte avion est utilisé majoritairement pour des actions de la mer vers la terre.Alors pourquoi ne pas construire des « barges » fortement automatisées (équipage réduit),équipées de lanceurs de missiles verticaux SYLVER (anti aérien,anti navire,missile de croisières pour les actions vers la terre) ?

    • S.B-Seguin dit :

      Notre porte-avions est majoritairement utiliser pour assurer la couverture aérienne de nos forces navales ou de projection comme ce fut le cas lors de Harmattan. Les opérations générant des raids terrestres comme en Afghanistan, Irak, Syrie et aussi en Libye, sont secondaires en terme de durée même si elles ont un impact médiatique évidemment plus important.

    • wagdoox dit :

      parce qu’un missile de croisière est avion jetable et que sur ces distances ca coute plus chers que l’usage d’un avion, un vrai.
      Ensuite meme avec 500 missiles la puissances de frappes seraient moindre et pas du tout adaptée.
      Enfin parce que pour lancer des missiles il faut savoir ou. Le renseignement pourrait passer par les satellites mais les avions resteraient indispensables.

  31. Alex dit :

    J’ai biens ris » mais nous avons des missiles de croisière  »
    C’est comme les 13 pauvres LRU de l’ADT juste pour faire jolie

    • Casanova dit :

      oui, c’est drôle
      L’amiral aurait pu aussi dire qu’on pouvait mettre des LRU sur le pont des BPC…
      Rustines et bouts de ficelle

  32. Expression libre dit :

    On garde le CdG jusqu’à son prochain ATM en 2025-2026 qu’on décide…. de ne pas faire. On en profite pour économiser plus d’ un Md € qui ira à la construction du PA du futur qui englobera de nouvelles technologies. PAF qui pourrait mettre en oeuvre des drones de combats (futur SCAF…)
    Si on lance le programme PAF en 2018, on pourrait disposer du PAF vers 2028 (sauf retards en tous genres évidemment). Pour se faire, il faudrait une autorisation de programme sur 10 ans qui garantirait l’allocation annuelle de financement nécessaire à la construction du PAF.
    On peut rêver…
    Quant à la nécessité du PAF, je suis pour ,notamment pour la préservation des compétences…et cela s’arrête là, car avec un seul PA, on ne fera peur à personne.
    On peut d’ailleurs se poser des questions, à savoir,
    l’utilité du PA dans les opérations Chammal , Agapanthe.
    Seule l’opération Harmattan justifie la présence d’un PA, et encore??
    Bon, pour le programme Batsimar, il a été conçu pour le remplacement des FS, des avisos, des P400, n’en déplaise à certains sur ce site.
    « L’amiral Prazuck souhaite notamment la construction de 18 bâtiments de surveillance et d’intervention maritime (BATSMAR), avec un lancement rapide du programme afin de remplacer les vieux patrouilleurs, anciens avisos et frégates de surveillance dont dispose la marine en métropole et outre-mer. »
    in ttps://www.meretmarine.com/fr/content/la-marine-nationale-demande-le-retour-18-fregates-de-premier-rang
    Quant à la Marine qui revoit ses ambitions à la baisse pour ses futurs patrouilleurs, c’est pas un scoop. Il y a déjà quelque temps , un CEMN avait déjà souligné le besoin pour l’outre-mer de bâteaux robustes, simples, endurants, dont l’IPER pourrait se faire dans un port d’un territoire ultramarin. Pas nouveau donc, on s’oriente vers le remplacement des FS par 6 bâtiments style corvette Gowind 2500 T avec hangar pour hélico H 160 et le remplacement des avisos et P 400 par des patrouilleurs « économiques » (porteurs de drones ?)

    • Expression libre dit :

      « bateau » sans ^

    • S.B-Seguin dit :

      Ne jamais perdre de vue que la PREMIÈRE mission de notre porte-avions est d’assurer la couverture aérienne de nos forces navales ou terrestres hors de portée des moyens de l’Armée de l’Air. Et on peut chercher de midi à quatorze heures, il n’existe aucun moyen alternatif.

    • wagdoox dit :

      Je suis d’accord les catapultes électro mettent moins de G sur les avions contre on pourrait imaginer qu’en plus des drones, le successeurs du rafale aura une différence plus que minime entre la version terrestre et marine. Les trains d’atterrissages et la crosse uniquement, on pourra imaginé une flotte mutualisé, les avions de l’AdA servant que les PA de la royale. l’un protégeant l’autre, l’autre servant de base à l’un à l’image des mistral de la marine et des tigre de l’ALAT. Il y aurait des économies à faire avec ce systeme. Pour l’appontage on peut très bien mettre un systeme automatique, le meme que pour les drones.

  33. basstemp dit :

    Si vraiment nous avons besoin d’un second PA, le mieux pour préserver nos budgets serait de construire un demi PA sur la base d’un BPC a pont d’envol super-modulable avec une seule catapulte pouvant acceuillir jusqu’a 8-10 raffy

    Et voila le problème est réglé et en + il aurait probablement un potentiel export qui intéresserait pas mal de nations qui ne pourrons jamais s’offrir un PA

    • S.B-Seguin dit :

      Un nouveau porte-avions ne met en fin en péril nos budget c’est aussi ce qu’ explique le CEMM, même en rappelant que ça reste évidemment un investissement important mais à relativiser sur 10 ans.

  34. gilly dit :

    une question:

    que fait un équipage d’un bâtiment en cale sèche pour de longs mois ?

  35. Piliph dit :

    Déjà, si on faisait une alliance économique stratégique avec la Chine et ses alliés, pour développer et sécuriser la nouvelle route de la soie, on n’aurait plus besoin de faire les clowns au Moyen Orient ou en Mer de Chine, ni de nous allier avec des pays archaiques comme les monarchies du Golfe, pour sécuriser nos approvisionnements. Une marine pour protéger notre ZEE n’a pas besoin de PA – de toutes les façons de plus en plus vulnérables aux missiles de pays de plus en plus nombreux. Se recentrer vers l’Eurasie, au lieu de jouer aux impérialistes américains aux petits pieds… Et ne plus suivre les USA dans leur politique du chaos mondial.

    • S.B-Seguin dit :

      Le rôle de la marine ne se résume pas à la protection de notre ZEE, qui doit aussi pouvoir projeter forces navales, amphibies et aéronavales.

      • Piliph dit :

        Mais pour quoi faire? Projeter des forces n’est pas un objectif stratégique. L’armée de la nation doit protéger le territoire national, sécuriser nos routes commerciales, défendre nos ressources économiques ex notre ZEE. Les pays se sont dotés de marines de guerre car les voies commerciales étaient maritimes. Si elles deviennent quasi-exclusivement terrestres, la force devra devenir continentale (protection du territoire, défense de certaines portions de la route de la soie, dans mon hypothèse). Les opérations amphibies seront encore nécessaires, mais subordonnées à la force continentale.

        • S.B-Seguin dit :

          Justement les projections de forces navales ou amphibies interessent aussi nos routes commerciales maritimes et nos territoires français ultramarins.

    • wagdoox dit :

      Très role, les voies maritimes seront toujours les moins chers. La chine développe la route de la soie par peur ne plus avoir accès à la mer, ca explique sa politique en mer de chine.
      Au moyen orient c’est les resources et non l’accès qui nous intéresse.
      Les ZEE ont besoin de navire qui sont en france désarmés ou presque, leur seul arme le drapeau vient de la peur d’avoir à faire au CdG, horizon (2), fremm (8) et SNA (6) autant dire que sans PA dans une guerre navale on ne pèsera plus grand chose face à beaucoup de monde.
      Si les PA sont vulnérables aux missiles que dire des frégates, ou meme des pistes aériennes qui par définition ne bougent pas et sont donc beaucoup plus fragile (et qu’on me dise pas qu’elle coute rien parce que les avions qui sont dessus en cas de guerre seront irremplaçables). Et c’est pour ca qu’on créer des missiles anti missiles et bientôt des lasers.
      Parce que les routes maritimes sont les plus importantes tout le monde se battra pour y avoir accès , comme la Chine qui d’ailleurs produit des PA.