L’Otan a ouvert un centre d’excellence de contre-espionnage en Pologne

En 2015, le Commandant suprême allié de la Transformation (SACT), qui était à l’époque le général français Jean-Paul Paloméros, avait signé un mémorandum d’accord portant sur l’ouverture en Pologne d’un « centre d’excellence » de l’Otan en matière de contre-espionnage.

C’est ainsi que, le 19 octobre, soit deux ans plus tard, ce 24e centre d’excellence de l’Otan a été inauguré à Cracovie par le ministre polonais de la Défense Antoni Macierewicz, accompagné par ses homologues hongrois, roumain et slovaque.

« C’est ici que seront élaborées les principales normes, règles et façons d’agir des services de contre-espionnage des pays alliés de l’Otan », a fait valoir M. Macierewicz, pour qui ce centre est « fondamentalement important, surtout face aux menaces de la Russie. »

Il faut que, ces dernières années, il a été question de plusieurs affaires d’espionnage dans les pays d’Europe de l’Est. Ainsi, par exemple, un officier polonais et un juriste avaient été arrêtés en Pologne pour avoir transmis au GRU [renseignement militaire russe, ndlr] des « informations sensibles ». En République tchèque, le BIS, c’est à dire le service de contre-espionnage, ne cesse de mettre en garde contre les menées d’agents russes dans le pays.

Ce centre d’excellence est dû à initiative de la Pologne et de la Slovaquie, laquelle est parrainées par la République tchèque, l’Allemagne, l’Italie, la Roumanie, la Croatie, la Slovénie, la Lituanie et la Hongrie. Il vise à renforcer les capacités de l’Otan en matière de contre-espionnage et à améliorer l’interopérabilité entre les Alliées en agissant comme « un catalyseur ». Il aura ainsi à développer et à promouvir la mise en oeuvre de nouveaux concepts et à élaborer des points de doctrine.

Les centres d’excellence « offrent une expertise et une expérience reconnues qui profitent à l’Alliance et soutiennent la transformation de l’Otan, tout en évitant la duplication des ressources », explique le Commandement Allié Transformation (ACT), qui en a la responsabilité.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Jacques 29

  2. de jyb

    • de byj

  3. de Myshl

    • de Carin

      • de Léonard

  4. de Nihilo

  5. de Pierre

    • de Lassithi

  6. de Frédéric

    • de PK