L’Otan a ouvert un centre d’excellence de contre-espionnage en Pologne

En 2015, le Commandant suprême allié de la Transformation (SACT), qui était à l’époque le général français Jean-Paul Paloméros, avait signé un mémorandum d’accord portant sur l’ouverture en Pologne d’un « centre d’excellence » de l’Otan en matière de contre-espionnage.

C’est ainsi que, le 19 octobre, soit deux ans plus tard, ce 24e centre d’excellence de l’Otan a été inauguré à Cracovie par le ministre polonais de la Défense Antoni Macierewicz, accompagné par ses homologues hongrois, roumain et slovaque.

« C’est ici que seront élaborées les principales normes, règles et façons d’agir des services de contre-espionnage des pays alliés de l’Otan », a fait valoir M. Macierewicz, pour qui ce centre est « fondamentalement important, surtout face aux menaces de la Russie. »

Il faut que, ces dernières années, il a été question de plusieurs affaires d’espionnage dans les pays d’Europe de l’Est. Ainsi, par exemple, un officier polonais et un juriste avaient été arrêtés en Pologne pour avoir transmis au GRU [renseignement militaire russe, ndlr] des « informations sensibles ». En République tchèque, le BIS, c’est à dire le service de contre-espionnage, ne cesse de mettre en garde contre les menées d’agents russes dans le pays.

Ce centre d’excellence est dû à initiative de la Pologne et de la Slovaquie, laquelle est parrainées par la République tchèque, l’Allemagne, l’Italie, la Roumanie, la Croatie, la Slovénie, la Lituanie et la Hongrie. Il vise à renforcer les capacités de l’Otan en matière de contre-espionnage et à améliorer l’interopérabilité entre les Alliées en agissant comme « un catalyseur ». Il aura ainsi à développer et à promouvir la mise en oeuvre de nouveaux concepts et à élaborer des points de doctrine.

Les centres d’excellence « offrent une expertise et une expérience reconnues qui profitent à l’Alliance et soutiennent la transformation de l’Otan, tout en évitant la duplication des ressources », explique le Commandement Allié Transformation (ACT), qui en a la responsabilité.

13 commentaires sur “L’Otan a ouvert un centre d’excellence de contre-espionnage en Pologne”

  1. C’est du même niveau que les « internats d’excellence » imaginés par Sarkozy ! ça produira le même genre de résultats, aussi ! On n’a pas fini de rigoler ! décidément, le Stoltenberg n’en rate pas une .

  2. hs réponses à des question :
    @byj : il y a bien 3 abou souleyman al faransi.
    @frederic : pour la confusion légion étrangère/contractors russes. C’est peut etre un pb de traduction du fait que plusieurs anciens légionnaires émargeant chez waggner combattent en syrie.

    1. @jyb Ok merci de tes précisions. J’avais lu concernant un des 3 que, après avoir été arrêté dans une gare en France de retour des pays bas avec 1kg de cocaine, il avait fait quelques semaines de prison avant de se retrouver chez les barbus, de plus il était ancien légionnaire mais avait déserté.

  3. Oui c’est très bien.

    L’OTAN bricole ce qu’elle veut, et les CEMs sont d’accord.

    On engage la France mais son Parlement n’a pas été consulté,
    voire le Président n’est même pas au courant de la manip.

    Bravo, nous sommes définitivement en « démocratie » usotanienne.

    Donc la France est territoire occupé, l’AMGOT renaît.

    1. À mishl
      Ce nouveau bureau ouvre en Pologne! Pas en France. De plus il est bien stipulé dans l’article que c’est un général français qui est à l’origine de ces centres d’excellence, partant de là je n’ai pour ma part aucun mal avec le faitque le CEMA de l’epoque ainsi que le gouvernement étaient au courant..
      Par contre pendant toute la guerre froide on nous a seriné que tout ces pays de l’est étaient « puissants » en matière d’espionnage et contre espionnage ! Ou est donc passé toute cette « puissance »?????

      1. Perdue dans les « dividendes de la paix »: on n’a plus investi grand chose dans le militaire (et le contre espionnage apparemment), aussi bien chez eux en Europe de l’est que chez nous en Europe de l’ouest. Eux avaient au moins l’excuse du manque de moyens, avec le rattrapage économique à marche forcée.
        Et puis aussi, à quelle point cette « puissance » des pays de l’est dans l’espionnage ou contre-espionnage était-elle dépendante des russes (aussi bien en formation qu’en moyens?)

  4. L’OTAN est décidément l’armée de l’UE…
    Ce sera difficile de dire à la Russie que non l’UE ce n’est pas l’OTAN quand l’UE proposera à l’Ukraine ou la Géorgie de rejoindre l’UE…
    Et la souveraineté de l’UE, les politiques européens s’en foutent manifestement de plus en plus donc peuvent-ils justifier de regretter le départ du Royaume-Uni ?
    Bien joué les USA.

  5. Le problème est pourtant un peu plus compliqué que la vision de l’OTAN, car l’espionnage économique est largement plus abondant que l’espionnage militaire, des fois les deux se mêlent, et dans cette perspective là les russes ne sont pas les seul adversaires, loin de là.

  6. Et vous en pensez quoi du comportement russe actuel et notamment les cyber attaques à répétition ? Rien visiblement puisque vous ne vous sentez pas concernés. Continuez à cracher sur les ricains mais en attendant ils nous aident pour beaucoup de sujets. Que font les russes pour nous ? Des gesticulations militaires pour nous maintenir sous pression et nous pousser à dépenser plus pour notre défense (y compris au travers de l’OTAN).
    La critique est toujours facile mais faut pas se tromper de combat hein!

    1. Les ricains nous aident ?
      Vous rigolez ou quoi. Ils s aident eux mêmes.
      Vous avez ete consulté pour reintegrer l Otan et pour les suivre comme un chien dès qu ils nous sifflent ?
      L Otan n est plus légitime depuis la désintégration du pacte de Varsovie, mais il encercle la Russie jusqu en mer noire et les US continue le dispositif en asie.
      Nous ferions mieux de refaire le coup de de Gaulle, de nos intéresser à notre ZEE et nos intérêts géostratégiques plutôt que de vouloir chaque montrer qu on sait faire le beau. Chacun sa vision de la France.

  7. Notons que la gendarmerie a signalé il y a quelques jours avoir déclenché deux enquête pour Haute Trahison au sein du Ministère des Armée. L’espionnage avec corruption et chantage est toujours d’actualité, le cyber n’est qu’une extension récente.

    1. @ Frédéric

      Par contre, ce qui est sûr, c’est que si les deux enquêtes aboutissent, les coupables ne risquent rien… En France, la trahison ne coûtent rien depuis 1945.

  8. Viens le sujet de la vente de technologie stratégique comme les turbines Alstom sur sous-marin nuke et PA CdG, j’ai pas bien compris pourquoi cela avait été possible. Enfin j’ai ma petite idée…

Les commentaires sont fermés.