Depuis le début de l’année 2017, l’armée de Terre compte 3 tués et 79 blessés en opération

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

11 contributions

  1. Vince dit :

    « 79 soldats français ont été blessés en opération et « plus d’une vingtaine de véhicules » ont été détruits. »
    .
    Combien dans des véhicules périmés aux protections notoirement insuffisantes ? En clair, combien causés par les coupes budgétaires ?

  2. Franz dit :

    Intéressant, le positionnement  » du fort au fou « .

  3. MP3 dit :

    On se prend des engins explosifs improvisés, des mines, des obus de mortier et des roquettes sur la tête…
    Il faut à nos soldats des équipements à la hauteur pour remplir les missions qu’on leur confie.

  4. :-) dit :

    Les armées forte faces aux fous me font penser à un autre champ de bataille : l’informatique.

    Dans le cas d’un conflit du fort au fort on sait ce qu’il faut faire pour se protéger en informatique, coupure de réseaux, blindages de cables, vérification poussé des systèmes. Mais dans le cas d’un fort au faible/fou, il y a la recherche de la poursuite des opérations comme si de rien n’était, ce qui donne ponctuellement des dégâts qui serait évité dans d’autres conditions.

    Quand on parle de 79 blessés, est qu’il s’agit de 79 vies brisées ou de 79 chevilles foulées ? Le terme « blessure » est beaucoup trop flous. Sans parler des blessures avec urgence vitale dont on se remet bien, et celle sans urgence vitale dont on garde des traces/traumatisme à vie.

    3 morts… La BRI a perdu un homme d’expérience à l’entraînement il y peu. Du coup je m’y perd un peu. 3 c’est beaucoup ou pas ? Quel est la part imputable à des problèmes de commandements ? de formations ? de budgets ? de discipline ?

    • felipe dit :

      79 blessés de guerre, dans le cadre d’opérations de combat
      une comptabilité morbide pour savoir si c’est bcp ou pas n’a pas bcp de sens. sinon, comment faut-il comptabiliser les policiers ou gendarmes tués en service par un chauffard ou un forcené alcoolisé ou dépressif ?
      deux remarques toutefois :
      1/ces 3 militaires morts (et je ne compte pas le nombre d’explosions d’IED), on parlera certainement bcp moins qu’un policier (mort que je ne souhaite d’ailleurs pas)
      2/le mort de la BRI à l’entraînement m’interpelle : on nous bassine sur le danger à utiliser l’armée de terre avec ses armes de guerre dans la ville. alors on décide de militariser la police en lui donnant des armes de même nature, tout en ayant pas plus de temps que les armées (depuis engagement dans SENTINELLE , il faut le préciser) pour s’entraîner et alors que la police (BAC et BRI) ont un vrai boulot contre une délinquance de plus en plus débridée. autrement dit, je ne vois pas comment les policiers « multicasquettes » (hors RAID) peuvent atteindre le niveau d’entraînement au tir ISTC d’une unité dont c’est le métier et pour peu qu’on lui permette de revenir à son niveau de décembre 2014. mais là je touche à un totem…

      • Sempre en Davant dit :

        Bien d’accord avec vous sur la « militarisation » de la police.
        .
        Même sans aller chercher l’ISTC (trop récent pour moi: je ne peu donc pas parler d’expérience), le chiffre des tirs involontaires (de policiers « formés ») avec les G36 m’a fait sursauter.
        L’entraînement militaire, dans l’épuisement souvent, se doublait d’une sélection assez brutale.
        J’ai l’impression que le « formationisme » remet en cause cette bonne vielle méthode et les balles à blanc…
        J’ai vu beaucoup de mecs valables et sportifs se faire éjecter d’une PMS par ce qu’ils ne « percutaient pas » (ou percutaient à contre temps!) ou démissionner par ce que c’était trop rude pour eux.
        Pour avoir connu pas mal de flics qui se fadaient les « Pasqua-rades » sans que les voyous ordinaires et le social les laissent en repos. Certains étaient très loin de l’exigence que l’on à envers un « biffin lambda ».
        Hélas, je suis convaincu que ceux d’aujourd’hui sont aussi fatigués que ceux d’hier.
        Leur tenue c’est amélioré. Ils n’ont plus de « laisse » autour du cou, de blouson « mode » qui empêche de sortir le revolver de l’étui « gâchette » apparente… spécialement dessiné pour se tirer dans les fesses… M’ enfin, pour le reste, comment croire que c’est plus riant qu’Hier?
        .
        A mon sens c’est dans un camp militaire qu’il faudrait faire passer les « flics » (police, gendarme, pénitentiaire, douanes, etc…) pour leur faire réviser ou découvrir l’entraînement au combat.
        Avec une adaptation à l’âge bien sur mais quel alternative y a t’il a manipuler, manipuler, manipuler,… Manœuvrer, manœuvrer, manœuvrer… en triant?
        .
        La force d’une chaîne est celle de son maillon le plus faible.
        .
        Il n’en reste pas moins que : c’est sur un « de base » non entraîné, fatigué, qui à le gosse malade, les parents vieux, le conjoint qui gueule que « ça » tombera.
        Les « spécialistes de l’intervention » sont devenus indispensables.
        Que rien ne servira de rien si l’on ne donne pas à la justice et à la pénitentiaire les moyens nécessaires…

  5. Gant dit :

    79 chevilles blessés…..
    Durant mon mandat au Mali un caporal chef à perdu un bras et une jambe,
    Un parachutiste est mort en sautant
    Etc..

    Bref

  6. ScopeWizard dit :

    Honneur , respect et gratitude à ceux qui sont tombés …
    Soutien et sympathies aux familles , aux proches …

    Courage et patience à tous les blessés …
    Remettez-vous au mieux …La Vie vous attend et a besoin de Vous …

  7. Sempre en Davant dit :

    79 vœux de plein et complet rétablissement!

    • :-) dit :

      « complet », c’est bien la le problème. Certains ne sont plus « complet ».

      Les nombres donnés (loin de moi l’idée de vouloir faire une comptabilité morbide) sont trop difficile à interpréter.

  8. Bernard Hamon dit :

    Espérons que l’institution militaire saura prendre soin de ses blessés et de leurs familles ainsi que des familles des morts (il ne suffit pas de rendre les honneurs).
    Respect à ceux qui ont payé le prix du sang.