Raqqa, la capitale de Daesh, est tombée

Après plus de quatre mois de combats âpres et intenses (voire plus si l’on considère les manoeuvres d’encerclement les ayant précédés, voire les frappes aériennes menées depuis trois ans par la coalition anti-EI), les Forces démocratiques syriennes (FDS) sont venues à bout de la résistance des 2.500 à 5.000 (*) combattants de l’État islamique (EI ou Daesh) chargés de défendre Raqqa, la « capitale » de leur califat autoproclamé.

« Les opérations militaires à Raqqa ont pris fin. La ville est sous le contrôle total », des FDS, a en effet affirmé Talal Sello, un porte-parole de cette alliance de combattants kurdes et arabes. « Tout est fini à Raqa (…) Il y a actuellement des opérations de ratissage pour éliminer les cellules dormantes, si on en trouve, et pour déminer la ville », a-t-il ajouté.

Les dernières poches de résistance jihadistes ont été réduites, avec la prise d’un hôpital et d’un stade municipal, où s’étaient retranchés plusieurs dizaines de combattants étrangers de Daesh.

Comme à Mossoul, les jihadistes ont utilisé des boucliers humains et eu recours à des drones armés, des tireurs embusqués ainsi qu’à des véhicules piégés pour freiner la progression des FDS, qui, avec l’appui de la coalition, avaient engagé entre 10.000 et 15.000 combattants dans la bataille. Si l’issue de cette dernière ne faisant guère de doute, leur objectif aura été de « tenir » le plus longtemps possible tout en infligeant le plus de pertes possibles à l’alliance anti-EI.

Cela étant, la semaine passée, environ 275 jihadistes syriens furent évacués, avec leur famille, de Raqqa, conformément à un accord négocié par des responsables tribaux et passé avec les FDS. On ignore encore quel sort leur sera réservé.

En revanche, les combattants étrangers de Daesh n’étaient pas autorisés à quitter la ville. « La dernière chose que nous voulons, c’est qu’ils soient libérés et qu’ils puissent retourner dans leur pays d’origine et causer plus de terreur », avait expliqué, le 15 octobre, le colonel Ryan Dillon, le porte-parole de la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis.

Quoi qu’il en soit, la perte de Raqqa est un nouveau coup dur pour l’EI, qui voit le territoire sur lequel il avait proclamé son califat se réduire comme une peau de chagrin. Pour la France, chasser les jihadistes de cette ville était un objectif prioritaire dans la mesure où certains attentats (dont ceux de Paris) y furent planifiés.

La chute de Raqqa pose cependant plusieurs questions. À commencer par le sort des jihadistes étrangers faits prisonniers. Lors de son passage au Grand rendez-vous Europe 1/Les Echos/CNews, Mme le ministre des Armées, Florence Parly, a estimé qu’il fallait « neutraliser » le maximum de combattants de Daesh.

« Nous sommes engagés au côté de nos alliés pour obtenir la destruction de Daesh et nous faisons tout pour cela. (…) S’il y a des jihadistes qui périssent dans ces combats, je dirais que c’est tant mieux, s’ils tombent aux mains des forces syriennes, ils dépendront de la juridiction des forces syriennes », a expliqué Mme Parly. Et d’ajouter : Ce combat est en train d’être gagné. Ce que nous pouvons faire, c’est poursuivre ce combat pour neutraliser le maximum de jihadistes, ce que nous faisons déjà depuis des mois. Il faut aller au bout. »

Seulement, cela ne réglera pas le problème des familles de ces jihadistes français, dont certaines ont trouvé refuge à une cinquantaine de kilomètres de Raqqa. Sur les ondes de France Inter, ce 17 octobre, Mme le ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a indiqué que les jihadistes français « feront l’objet d’une judiciarisation » et que « tous les enfants seront pris en charge ». Sans plus de détail.

Enfin, une autre question à régler est la gouvernance de Raqqa, ville majoritairement arabe sunnite. Normalement, comme à Manbij, ville reprise par les FDS en août 2016, un « conseil civil » devrait entrer en fonction. Reste à voir quelle sera sa marge de manoeuvre, l’emprise qu’y exercera le PYD, le parti kurde syrien qui, via ses milices, a payé un lourd tribut à la prise de la ville, ainsi que le rôle qu’entendra tenir le régime syrien qui, de son côté, vient de reprendre la localité de Mayadin à l’EI. L’enjeu est de taille au regard des destructions et des besoins élémentaires de la population qu’il faudra satisfaire au plus vite.

(*) Selon les estimations données par la coalition anti-jihadiste et la Direction du renseignement militaire (DRM).

73 commentaires sur “Raqqa, la capitale de Daesh, est tombée”

  1. L’évacuation des derniers combattants de la ville de Raqqa s’est faite aujourd’hui. Ils sont notamment partie de l’hôpital et du stade dans le centre ville.
    Les combattants étranger ont donc été évacué au même titre que les combattants locaux vers la province de der-ezzor.

    Quoi qu’on en dise, on retrouve encore une indignation à géométrie variable lorsque le régime syrien évacue l’EI de la frontière libanaise jusque dans la province de Der-Ezzor et lorsque la coalition laisse les Kurdes les évacuer alors même qu’il y a un nombre important d’étranger.
    La technique de minimiser les pertes militaires est la même.

    Quand au « civil » français présents dans les camps de déplacé provenant de Raqqa et qui ont vu leurs passeports se faire confisquer (par les forces occidentales surement ?? ), laissons les là-bas.

    1. Des combattants dans un hôpital ? Ca alors. Qui l’eut cru ?
      .
      « on retrouve encore une indignation à géométrie variable l »
      .
      Seul l’empire du Bien est légitime pour les questions d’indignation. Le fait qu’il n’y ait plus un immeuble debout à Raqqa comme à Mossoul n’est donc pas un problème ici, pas plus que les victimes civiles.

    2. Je suis d’accord, il y a pas mal d’épouses de dhihadistes françaises qui sont parties là-bas pour se faire engrosser.
      Donc leur gosses sont des Syriens.
      Si elles veulent rentrer en France pour y répondre de leur actes assurément, elles devraient en faire la demande à l’ambassade de France en Syrie, remplir les formulaires et présenter les papiers d’identité qui vont bien.

  2. Raqqa est aux FDS ce que Kirkouk a été aux Kurdes d’Irak….un miroir aux alouettes…..Avec Al Mayadin reprise par l’AAS et Abou Kamal dans le viseur, les FDS vont maintenant se disloquer dès que ce qui faisait leur ciment, l’EI aura disparu, et c’est pour très bientôt. Si Erdogan a actionné son plan ce n’est pas pour rien, et là encore la manipulation des kurdes par les USA va éclater au grand jour…décidément, grand peuple, petits dirigeants….et c’est bien leur malheur !

  3. Ah la connerie des démocraties molles (Pléonasme?).

    Il faut tout tuer. TOUT.

    Et pas « judiciariser » ou dé-trucmucher. Il faut tout tuer.

    Sans quoi les tués seront nos gosses ici en France.
    Alors il faut tout tuer in situ.

    1. Comment disait Churchill déjà ? Ah oui :  » résolution pendant la guerre, défiance dans la défaite, magnanimité dans la victoire… »
      Heureusement qu’il n’a pas tué tous les Allemands « in situ »

      1. Libre à vous de faire courir des risques à vos gosses, à supposer que vous en avez. Si on ne les tue pas tous, ils en tueront, de nos gosses, partout où on les aura laissés s’enfuir.

        L’engeance que nous combattons n’a pas droit aux « droits de l’Homme ».

        Libre à vous d’offrir vos gosses, sur le parvis d’une gare, en terrasse d’un café, à un feu d’artifice, gorge offerte à ceux que nous n’aurons pas tués « in situ ».

        Nos soldats font la guerre là-bas. Allez donc leur expliquer que pendant qu’ils éradiquent les cons « in situ » d’autres cons dans votre genre prônent la « magnanimité ». Allez leur expliquer que pendant qu’ils font la guerre aux cons des gugusses dans votre genre laissent rentrer en France les prochains tueurs de leurs enfants, pendant que Papa et/ou Maman fait la guerre dehors.

        Trop sont déjà rentrés, qui occupent trop nos services de renseignement et de police, qui se cachent sous les jupes d’une putain qu’on appelle ici « Justice ».

        Tous ceux qu’on n’aura pas tués « in situ » rentrent et vont rentrer. Bise à vos gosses.

        1. La trouille , ça rend bête.
          Et pourquoi ne pas commencer par Hollande qui a armé et financé les gentils terroristes d’Al Qaida-Nusra ?

  4. Grosse confusion dans l’épilogue de la bataille de raqqah après plus de dix jours de tractations tendues. La situation était la suivante :
    – les fds (kurdes) sortaient d’une semaine difficile entre 35 et 45 tués après des contre-attaques de daesh alors que les fds (arabes) étaient déjà dans la négociation, alors que de mauvais signaux arrivaient d’Irak et des encore plus mauvais du nord de la Syrie avec l’entrée des turcs dans le gouvernorat d’Idlib.
    – Les FS de la coalition se trouvaient sur-sollicitées avec la volonté d’en finir ici et maintenant.
    – Les fds (arabes) polluées par les chefs tribaux voulaient l’inverse. Cessez le feu et reddition à l’arabe des djihadistes avec comme bon prétexte d’épargner les civils, évidemment innocents.
    – Ce sont les français qui dans la nuit du 13 ou 14 ont bloqué les négos entre chefs tribaux et daesh. Pas question que les djihadistes étrangers fassent partie des accords d’évacuation. Quelques djihadistes français sont tracés à raqqah, dont Abdel Hilal Hinich (Kounia : Abou Souleymane al faransi) ancien légionnaire d’origine marocaine qui est le dernier chef militaire de cet envergure.
    Finalement seuls les syriens ont pu fuir, « être évacués » de raqqah vers Deir ezzor avec leur famille et des civils comme boucliers.

    1. Fascinant … Si un journal donnait des informations aussi étayées que vous sur la géopolitique et sur l’état des rapport de forces dans le monde, il se vendrait comme des petits pains … Je lisais Mr langue de bois du moyen orient du Figaro (Mr Malbruno) et il y a un dixième de ces infos seulement …

      1. Pourquoi le lire si vous savez déjà que c’est de la langue de bois? Pour ma pars j’ai apprécié le livre qu’il a écrit avec Mr Chesnot sur leur enlèvement en Irak, et j’ai toujours pas compris la photo qu’un de leur tortionnaire leur à montrer.

    2. @jyb j’avait lu que Abdel Hilal Hinich (Kounia : Abou Souleymane al faransi) était tomber en disgrace et avait été emprisoné un moment par daesh. Peut tu nous en dire plus stp

      1. @byj
        oui exact. En tous cas, il en est sorti. Plusieurs possibilités : – des homonymes, il y a eu au moins 2, mais peut etre 3 abou Souleyman al faransi ( dont 1 mort fin 2016)
        – une mise à l’amende par la case prison pour un délit « islamique » mineur et répété ( cigarette par exemple)
        – une fausse info même si elle avait été recoupée me semble-t-il.
        Il se dit qu’il a été capturé.

        1. @jyb Ok merci de tes précisions. Son cas m’avait laissé perplexe, après avoir été arrêté dans une gare en France de retour des pays bas avec 1kg de cocaine, il avait fait quelques semaines de prison avant de se retrouver chez les barbus, de plus il était ancien légionnaire mais avait déserté. Bref le profil type d’un infiltré pour moi, j’espère qu’il ne lui ai rien arrivé et qu’il continue a donner des infos.

    3. Jyb, avez vous plus d’info sur la visite en Syrie d’un ministre Saoudien avec l’envoyé spécial « anti ISIS » US Mc Gurk ?

      Brett McGurk visited Ayn Issa today with the Saudi minister Thamer al-Sabhan (former Ambassador to Iraq) and joined 3 different meetings

      1. @jesse38
        un avis personnel qui n’engage que moi. aïn issa est le qg des forces spéciales
        en syrie. Des entretiens à ce niveau de représentation, à cet endroit signifie « probablement » qu’on négocie l’exfiltration de djihadistes saoudiens de daesh fait prisonnier à raqqah. dans la mesure ou quelques hvt saoudiennes sont manquantes à l’appel, ça tient la route.

  5. Pour les familiers du vieil inf-202 : RRI réduction de résistances isolées.
    L’organisation militaire de la défense de raqqah par daesh complique la situation. Les secteurs/quartiers de raqqah sont défendus par des unités en totale autonomie.
    Exemple le quartier d’al nahda s’est rendu après négociation quand celui de l’hopital national continue le combat.
    Il n’y a plus de combat dans les quartiers militaires défendus par des ansari (locaux) Des négociations sont encore en cours. En revanche les quartiers militaires défendus par les étrangers sont encore zone de combat. Personne n’est dupe sous couvert d’épargner les civils, ce sont des vieux réflexes de solidarité clanique qui jouent.
    La coalition a commis une erreur en privilégiant le control de zone dans la province de deir ezzor au détriment de l’achèvement de la bataille de raqqah. Les chefs de tribus locales ont rapidement et habilement pris la main en apparaissant comme incontournables dans toutes décisions prises sur leur territoire et concernant leurs qabili ( sujets)
    Les étiquettes ont valsé et les anciens pro-daesh deviennent les pro-fds du conseil civil de raqqah…
    Aucune illusion à avoir, les gens dont on parle sont les mêmes qui sont passés de la brigade jafar al tiyar en 2012-13, à daesh puis maintenant aux fds en espérant in fine voir les étrangers partir et n’avoir aucun pouvoir central pour interferer dans leur petite affaire.
    C’est aussi l’enjeu pour la coalition.

  6. Ces accords posent un sérieux problème à la coalition. Les fds avec cette prise de raqqah négociée mettent fin à un combat de longue haleine débuté avec les combats acharnés pour la prise de kobané.
    L’offensive des fds arabes pour contrer l’aas, a affaiblit l’assaut sur raqqah et semé le trouble chez les combattants fds.
    La coalition se retrouve à la tête de forces dont les objectifs ne cadrent plus avec la mission : défaire daesh. Pour les kurdes la prise de raqqah est amère. Plusieurs centaines de morts. Aujourd’hui certaines unités d’élite fds ( les htk ) originaires du comté d’affrin sont sur le départ pour parer les velleités turques au nord.
    Les tribus voient très bien tout l’interet à combattre l’aas dans la province de deir ezzor en « retournant » leur propres membres passés à daesh, et en éliminant les éléments étrangers. Mais il va falloir encore compter avec le millier de combattant de daesh ayant fui l’irak vers l’euphrate et le dernier carré de djihadistes d’abou kamal puisque la ville de mayadine est en train de tombée.

    1. Merci encore pour vos commentaires. J’ai bien des notions de géologie, mais comment s’appelle une couche visqueuse située sous un bourbier?
      .
      Juste pour en remettre une couche. Israel a attaqué une batterie AA syrienne aux environs de Damas, en riposte à un tir lors dessus lors d’une mission de surveillance au dessus du Liban.
      Sait-on où se trouvait l’appareil israélien?
      https://aawsat.com/english/home/article/1055286/israel-draws-red-lines-after-attacking-anti-aircraft-syrian-battery

        1. @pathfinder
          je crois qu’on va en entendre parler…mais qu’on aura du mal à connaitre la vérité parce qu’on parle du F-35…

      1. les versions entre Damas et Tel Aviv diffèrent évidemment : pour les israéliens ils étaient au dessus du Liban (Bekaa), pour Damas ils étaient au dessus de la Syrie….On parle de SA-5 Gammon (S-200) tirant une salve sur au moins 4 appareils, certains parlent de F-15 ou F-16 d’autres d’une paire de F-35 et de F-16….Toujours est-il que les israéliens auraient détruit un radar de contrôle de tir d’une batterie de S-200 (pas la batterie) et réfutent toute perte…Sauf qu’ils reconnaissent d’un F-35 aurait été endommagé par un..oiseau….ailleurs…version démentie par leur protégés sur les hauteurs du Golan qui affirment qu’un avion a bel et bien été touché….qui dit vrai ? les réactions peu habituelles et la rapidité avec laquelle de l’état major au 1er ministre cet incident a été commenté laisse cependant penser qu’effectivement les syriens ont touché quelquechose (drone, avion…) ?

  7. autre épilogue. Depuis ma première intervention sur la nas nouvelle armée syrienne et la tôle que c’était pris les us, j’ai suivi les vicissitudes de ces combattants jusqu’au point final qui a été mis le 11 octobre.
    Les membres des forces d’ahmad al abdo ( asl front sud pro us) se sont rendus à l’aas dans le sud est syrien ( y compris leur chef abou doujana)
    Ils étaient déployés au sein des forces de la coalition dirigées par les us dans le périmètre d’at tanf et sur la frontière est. Ils ont remis leurs armes à l’aas et fourni des informations En échange ils ont obtenu pour certains laisser passer vers le qalamoun oriental ( contrôlé par Jaysh al islam) D’autres ont rempilé au sein de l’aas pour combattre daesh.

    1. Avez vous des nouvelles des EI qui se sont évaporés aussi bien a Raqqa,qu’à Der Ezzor,Mayadin (dont j’avais annoncé prématurément la libération,de quelques jours),comme ils s’évaporèrent de Mossoul,Mambij…etc..etc.Les clans ont récupéré une partie des leurs,d’autres sont en vacances sur la frontière israélienne,de nouveaux groupes se forment dans le nord et on dit que certains en tiennent beaucoup sous le coude pour les utiliser contre Assad.Sont-ce seulement des on-dit ?.Ou,comme le laisse penser l’attaque soudaine, sur la route Palmyre-Der Ezzor, de 3000 EI armés de neuf jusqu’aux dents ,(pendant que l’armée syrienne était occupée dans la région de Der Ezzor),il y aurait un fond de vérité?.

      1. @auguste
        trop de sous entendus dans votre formulation.
        – en irak on se retrouve avec énormément de djihadistes qui se sont rendus dans la mesure du possible aux forces kurdes. Avant la bataille d’hawija, on en été à plus de 2200 djihadistes prisonniers dans le seul kurdistan (il faut donc en rajouter plusieurs dizaines peut etre centaine après hawija) et un certain nombre qui se sont rendus aux irakiens (troupes régulières) mais pas de chiffre communiqué.
        – 1000 djihadistes ont réussi a rejoindre la vallée de l’Euphrate et un certain nombre estimé à plusieurs dizaines ont rejoint des maquis ou sont entrés en clandestinité.
        – en syrie : les fds (et donc la coalition) ont aussi des prisonniers avec la difficulté de ne pas savoir quoi en faire ( vide « juridique »)
        La majorité de ceux qui ont fui les combats ( en famille ) ont reculé dans la vallée de l’Euphrate. Le problème n’est donc pas réglé mais différé.
        Il y a très peu de defection de daesh vers d’autres groupes comme il y en a eu au moment de la bataille de tabqah. J’ai l’impression qu’on a atteint un minimum incompressible.
        les point de résistances de daesh vont etre liquidés soit par l’aas, soit par hts, soit par jaysh al islam dans le gouvernorat de damas et deraa…
        Je n’ai pas vu de groupe franchisé daesh se former au nord de la syrie.
        Pour l’instant c’est la vallée de l’Euphrate et la province de deir ezzor qui reste le dernier point de chute des djihadistes de daesh, mais pas pour longtemps.

        1. Les Américains n’avait pas de plan pour l’après Raqqa,selon NBC.Mais ils vont s’y installer quand même,aux dernières nouvelles…seulement pour remettre l’eau et l’électricité parait-il.A Idlib,anciennement al nousra a offert gracieusement l’aéroport aux Turcs.L’affaire (politique) EI terminée,voilà Russes et Américains & Compagnie, face à face pour un affrontement par Syriens et conglomérat anti Assad interposés,ou les EI et salafistes de tout bord y trouveront une place de choix.Avis SGDG

    2. @ jyb

      On savais tous que c’était mort pour la NAS après la fin du mandat de la CIA à leurs égards. Les américains les ont juste aérotransportés vers les zones de combat qu’ils puissent menés leur propre guerre. Dès que ce fut clair à 100% au lieu de 80% que Bachar serait irremplaçable sinon nouveau conflit post Daesh en Syrie, les américains ont cessés d’investir par les fenêtres.
      .
      Mais bon … il y à 1 ans je me serais peut-être réjouis de cette victoire contre Daesh mais maintenant que je sais que de nouvelles guerres sont entrain de commencer et que l’Irak comme la Syrie ne seront probablement pas en paix au moins pour la prochaine décennie (guerilla AAS, Daesh, Kurde à prévoir) … L’embourbement Russe est également à prévoir dans le conflit à moins qu’ils lâche le boucher ce qui m’étonnerais avec la Turquie qui n’attend que ça ..

      1. Le ministre russe de la défense a déjà annoncé la fin de l’operation militaire russe en Syrie.

      2. Mais les experts comme Obama et Hollande prédisaient que la Syrie serait un nouvel Afghanistan pour la Russie. Mais bon ils se sont trompés et franchement la Russie a plutôt réussi son pari(jusque la).N’oublies pas que les russes sont assurés de rester en Syrie pendant au moins 49 ans. En parlant de boucher je sens que ton objectivité prend un coup. Les USA soutiennent aussi des bouchers dans des pays où la notion des droits de l’homme est complètement absente,la Turquie elle même est un pays digne de l’époque féodale.En Arabie saoudite c’est pas moins de 351 decapitation en moins de 13 ans. Pour l’attaque chimique de Khan Cheikhoun, l’OIAC n’a toujours pas mené d’enquête.Les médias étaient restés silencieux a la suite des révélations de Seymour Hersch concernant l’attaque. et 2 jour apres son article, les USA disent détenir des preuves que le régime va organiser une énième attaque chimique.Donc il y a toujours un flou qui persiste,peut etre que c’etait une mise en scene.https://www.welt.de/politik/ausland/article165904082/Vergeltungsschlag-in-Syrien-Trumps-rote-Linie.html……donc Assad est peut-etre un fils de pute mais c’est le fils de pute de la Russie.a noter que cette phrase a été prononcée par un president américain pour justifier son appui a un dictateur de l’amerique latine

        1. Si la Syrie connait une alternance politique d’ici là, rien ne garantie aux russes d’y conserver leurs bases pendant 50 ans.

        2. Cyra,
          De 2009 à 2015, et sans compter ce qui a pu échapper aux associations pour l’abolition, l’Arabie Saoudite a exécuté 576 personnes.
          Rien qu’en 2016 ont été exécutées 154 personnes.
          Je ne vois pas d’ou vous tirez vos chiffres mais ils sont largement sous estimés, à moins que vous ne comptiez que les décapitations et qu’il y ait eu d’autre formes d’exécution capitale, ce dont il n’est pas fait mention dans les rapports.

          1. @robert
            oui, des tribunaux locaux peuvent prononcer des sentences de mort executées par des civils (hors comptabilité) c’est le cas en particulier des crimes « d’honneur ».

          2. Jyb,
            Donc les exécutions locales sont à ajouter à celles qui le sont par les associations comme Amnesty, ce qui augmente encore le chiffre total.
            Disons que le chiffre officiel est déjà révélateur d’un état d’esprit, sachant que les immigrés philippins ou autre n’ont aucun droit et que les princes et princesses saoudiennes viennent pratiquer en occident ce qui peut valoir la mort chez eux.
            Un beau monde d’hypocrites.

  8. les kurdes syriens feraient mieux de discuter avec Damas au lieu de se laisser baiser une enieme fois par les grandes puissances.Apres 6 ans de Guerre , personne n’aurait imaginé ce denouement pour la Syrie.Merci qui? Je ne saurai le dire

    1. « Personne n’aurait imaginé ».Je me permet modestement,en toute humilité,(arrête c’est trop),que depuis le début j’annonçais,ici même, que les Kurdes seraient les cocus de l’histoire,comme ils l’ont été en 1920.

    2. @ supinfo
      Bien sûr que si, beaucoup s’en doutaient, à commencer par les Kurdes : ont-ils pu – eux en particulier – oublier le chiffon du Traité de Sèvres ?
      .
      « L’histoire ne se répète pas, elle bégaie … Hegel fait remarquer quelque part que, dans l’histoire universelle, les grands faits et les grands personnages se produisent, pour ainsi dire, deux fois. Il a oublié d’ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde comme farce. » in Le 18 brumaire de Louis Bonaparte (1853), Karl Marx.
      .
      Les Kurdes syriens sont toujours resté neutres face à Damas. Il ne peuvent guère compter que sur le régime syrien pour obtenir un territoire autonome, et, dans une moindre mesure, sur l’opinion publique internationale : il semble qu’ils prennent ceci en considération, et depuis longtemps.

    3. C’est pourtant bien Damas & Moscou qui ont invité Ankara à venir occuper une partie du territoire syrien dans le district de Al Bab.

  9. Ceux qui parlent parfois ici d’une sous médiatisation occidentale des victoires de l’armée syrienne face à Daesh, pourront constater que dans les médias qui sont leurs références (russes, iraniens, syriens), on n’en fait pas des tonnes sur la prise totale de la capitale de Daesh pourtant bien plus symbolique et plus important que des gîtes étapes dans le désert auxquels ces médias ne cessaient d’en faire la une pendant des jours.
    Mais la critique, on le sait, va dans un seul sens avec ces gens.

    1. @pierre47
      exception faite des media russes qui sont un peu hors zone. Les media syriens officiels et iraniens et affiliés ont annoncé la chute de raqqah… même avec un peu de précipitation pour certains d’entre eux, puisque l’info date de samedi.

      1. Jyb, vous tournez sans doute sur internet et vous constaterez que l’agence de presse officielle syrienne, iranienne (+ hezbollah avec al manar) et russe sont comme cul et chemise, se reprenant les uns et les autres, articles complets.
        Les médias russes actuellement récitent la version irano-syrienne de ce conflit, c’est le traditionnel « tous terroristes », celui ou Daesh c’est l’amérique, celui du complot extérieur qui expliquent tout et celui ou on rend impossible un avenir autre que celui du maintien d’Assad.
        Pourtant cette communication russe reste en contradiction avec ce qu’ils font, ce sont bien les russes qui ont permis de reconnaitre aux irano-syriens l’existence d’une opposition avec qui il faut dialoguer, plutôt que de s’obstiner a répéter que le problème en Syrie n’est pas un problème intérieur mais un complot étranger avec des terroristes étrangers qui seraient envahir la Syrie.
        La communication russe continue de répéter la propagande « commune » même si elle n’est pas représentative de la position russe qui est bien moins radicale et qui serait prête a dialoguer avec d’autres acteurs, en particulier des états.La Russie pourrait limite partager la Syrie entre états (elle est habituée a ce genre de choses qu’on retrouve en Ukraine, Moldavie, Géorgie), alors qu’Assad voudrait tout avoir, c’est aussi pour cela que ceux qui pensent que la Russie ira combattre les américains ou les turcs pour donner chaque m² de la Syrie à Assad se trompent.La Russie tiendra en laisse Assad et la Turquie ou les américains sont tranquilles là ou ils sont.Ils dialogueront, ils chercheront une solution, mais ils ne se mettront pas à dos la Turquie ou les américains dans une confrontation pour satisfaire son allié syrien, devenu dès à présent leur marionnette (on prétend défendre la souveraineté de la Syrie, alors qu’au final on l’aura soumise, ce n’est qu’une question de temps avant que tout le monde finit par le saisir)

        1. Donc tu reconnais que la position russe est beaucoup plus conciliante que les médias veulent nous faire croire.Sur la question kurde , les iraniens et les russes sont radicalement opposés parce que l’Iran est intraitable la dessus mais les russes veulent un dialogue avec les Kurdes.C’est l’une des positions les plus éclairé que j’ai eu a lire sur ce site concernant l’objectif des russes en Syrie.j’espère que ce ne sera pas la dernière

    2. en fait ils en parlent, mais surtout considèrent maintenant qu’il s’agit d’une zone sous occupation….effectivement les points de vue sont inconciliables….

      1. Ils en parlent vite fait et pour y placer les quelques phrases qui vont bien pour la propagande, celle devant minimiser cette victoire (si ce serait l’armée syrienne qui aurait libéré la ville, pendant 15 jours vous aurez droit a la une de leurs médias), celle devant créer le doute, d’instaurer l’idée d’un avenir incertain et sans issue, bref histoire d’éviter le réjouissement et la positivité du lecteur devant cet événement.
        Et si vous êtes réellement honnête vous constaterez que les victoires syrienne face à Daesh, dans les médias occidentaux, ont été également abordée, elles n’ont peut être pas fait la une pendant 10 jours, mais vous n’aviez pas cette « manipulation » de l’information initiale pour faire passer ces victoires comme des défaites ou des problèmes à venir.

        1. Les victoires syriennes contre Daesh abordées dans les médias occidentaux ?
          Sans rire , vous vivez sur quelle planète ?
          Les médias occidentaux englués dans la propagande néocon  » La SAA ne combat pas Daesh « , propagande répétée à la nausée depuis 4 ans, ont soit passé sous silence, soit minimisés autant que possible les victoires syriennes.

    3. ah ah tu me fais bien marrer la.rien qu’en regardant la nouvelle carte de la Syrie me donne une idée de l’ampleur de la victoire de l’armée syrienne. Pas besoin de médias (occidentaux,russes,iraniens,syriens).South Front fait un boulot énorme et bien structuré concernant la Syrie

      1. Qui est South Front?
        Une organisation se disant neutre mais défendant très clairement les intérêts russes, les actions russes, les positions russes, les alliés russes et jouant exactement le même jeu que la propagande commune sur le conflit syrien, celle ou on met énormément en avant l’armée syrienne et ses « grandes victoires » et celle ou on marginalise le reste.
        Il ne suffit pas de regarder une carte pour se dire que l’armée syrienne obtient une grande victoire, il faut comprendre que sur cette carte, il y a un grand désert, si hier il était noir et aujourd’hui rouge, ça ne veut pas dire que la progression a été aussi compliqué que de prendre une ville.
        L’armée syrienne elle a peut être pris énormément de territoire dans le désert devant un Daesh en pleine retraite et n’opposant presque aucune résistance, coloriant la carte, mais à côté de cela, vous avez aussi une armée syrienne qui depuis des années galèrent a reprendre quelques quartiers de Damas, pourtant sur une carte, c’est tout petit!
        Nous ne sommes pas face a un concours de celui qui a la plus grosse qui gagne.Daesh est de toute façon vaincu.On ne cherche pas à savoir qui prend le plus de territoire pour se vanter que tel ou tel est meilleur, ce que vous devez comprendre c’est comment se passera l’après Daesh, comment on règlera tout le reste, qui est le coeur du problème en Syrie, comment qu’on fera pour tenir le terrain avec de smilices chiites, comment qu’on fera pour ramener à la vie ce pays, pour que les populations qui restent divisés (va falloir le reconnaitre un jour et cesser de prendre tout le monde qui n’aime pas Assad pour des terroristes étrangers).On verra comment qu’on arrivera a un consensus politique permettant d’éviter que la population rumine dans son coin, finit par se radicaliser et entreprendre une résistance qui sera bien plus complexe que de reprendre des villes désertes.
        Certains attendent tellement de crier « victoire » qu’ils semblent aveugle devant la possibilité que la fin de la guerre, ne sera peut être pas la paix et la victoire, mais juste un nouveau chapitre qui peut lui aussi dégénérer dans un pays qui garde des milliers de potentiels combattants galvanisés par l’esprit de haine et de vengeance, un pays qui a des armes qui trainent partout et qui favorisera quoi qu’il arrive, l’émergence de bandes armés, de mafieux qui profiteront de la misère économique et sociale du pays quand les réfugiés reviendront.
        Aujourd’hui on baisse la tête et on conquiert les territoires, il est presque suicidaire de faire face a une armée et d’ailleurs il n’y a que les suicidaires qui restent.Mais demain, quand le « calme » reviendra, les esprits vont s’échauder et les idéaux également et on aura droit a un bourbier ou l’ennemi est dans un territoire « contrôlé » et non plus sanctuarisé derrière une ligne de front.

        1. SF est accusé d’etre anti et pro(usa,ruse,syrie,iranienne….) donc y arien de nouveau sous le nouveau

        2. Eh bien, j’aime SouthFront parce qu’il couvre des sujets et des événements qu’aucune autre organisation de nouvelles ne fait. Cependant, je ne prétend pas que SF est absolument objectif et ne pas avoir de préjugés est tout simplement faux, SF a des préjugés pro-russe et pro-Assad et ça va. Tout le monde a un point de vue.
          La seule chose est que les idiots de Washington (et d’Oxford) semblent considérer toute source d’information non conforme à leurs intérêts comme un événement de propagande, ce qui est riche pour être honnête.
          Alors ils font du bon travail.

          1. Acceptons une évidence, personne dans aucun sujet n’est ni neutre ni totalement objectif.
            Je remarque qu’en dehors de quelques blogs ou sites, tout le paysage médiatique est acquis à accuser la Russie et l’Iran et louer les gentils modérés en Syrie et les kurdes.
            Je propose qu’on attende patiemment que la situation se décante et qu’on voie plus clair, qu’il soit devenu trop difficile de cacher ou inverser les responsabilités et la réalité des choses.
            On saura alors qui a fait quoi et qui nous a pris joyeusement pour des cons.
            En attendant, les médias et les politiques français font leur maximum pour ne jamais aborder les sujets essentiels et occuper le terrain avec du folklore, comme les méchants d’extrême droite qui recrutaient sur Facebook et menaçaient Mélenchon.
            Ici c’est Macron qui parle de mettre de la police de proximité là ou la police n’entre plus depuis belle lurette pour ne pas avouer que ce sont des zones abandonnées aux trafics et à l’islamisme unis contre la France. Alors, les flics, ils serviront de cibles vivantes ou pour recevoir les plaintes des pauvres habitants encore honnêtes ?
            Là, ce sont des détournements d’attention comme la campagne féministe « balance ton porc » qui a comme principale utilité d’empêcher qu’on leur demande des compte sur leur silence militant concernant l’origine musulmane et immigrée de la grande majorité des harceleurs de rue et des violeurs qui maintenant s’en prennent à des handicapés et des vieillards.
            Et les djihadistes qui s’en sont sortis en Syrie vont revenir chez nous pour pointer aux allocs et porter un bracelet en suivant les stages d’entubage social de Dounia Bouzar qui nous prend pour des truffes avec la bénédiction du monde politico médiatique. Ils rejoindront tous les déséquilibrés de leur communauté qui ont rejoint leur cause pour s’unir contre nous.
            Â mon avis, la Syrie c’est très bientôt chez nous avec la complicité de la classe politique qui persiste à vouloir nous faire regarder ailleurs.
            Â moins que les français se mettent à penser par eux-mêmes à partir du constat de la réalité qui les environnent.
            On peut rêver, non ?

    4. mais je suis d’accord avec toi. le seul hic avec nos médias c’est qu’ils ont tendance a regarder le mauvais côté quand c’est l’aviation Russe qui bombarde comme si toute guerre n’etait pas sale. Alep fut le parfait exemple, y a avait un battage médiatique sans précédent, Raqqah aussi a vient d’etre détruite pour être sauvé mais il n’y a plus d’euphorie pour déplorer les pertes civiles alors que quand c’etait Alep , nos medias parlaient de crime de guerre, y avait mm des enfants instrumentalisés comme la célèbre blogueuse Bana.Les quatre mois de combats pour la reprise de Raqqa ont fait 3.250 victimes dont 1.130 civils, selon BFMTV.

      1. Le seul « hic » c’est de confondre la guerre civile syrienne qu’on peut symboliser par Alep et la guerre contre Daesh à Raqqa.
        Bien entendu à Damas on veut noyer les deux ensembles afin de mettre le terrorisme en avant et d’oublier la guerre civile, il ne faut pas l’oublier.
        1130 civils morts à Raqqa, sur BFMTV, pouvez vous me donner des chiffres de pertes civiles à Alep donnés par une chaîne d’info russe, syrienne ou iranienne? Non chez eux, il n’y a rien à voir, on circule, pas de morts civils, jamais! Par contre ils n’hésitent pas à évoquer en grande pompe les pertes civiles de la coalition.
        A Alep, il y avait un enjeu, non pas celui de dire que la guerre ça fait mal et que les russes sont des sauvages, mais celui d’une guerre civile ou soit on est d’accord avec un régime préférant bombarder et tuer son peuple pour persévérer son règne, soit on est avec le peuple, ainsi était la position occidentale, ainsi les bombardements d’un dirigeant sur son propre peuple était perçu en occident.N’oublions pas sous couvert des groupes terroristes, que Assad n’est pas en train de combattre uniquement des  » terroristes étrangers » envahissant et occupant son pays comme on aime le prétendre pour tout s’autoriser dans la répression.
        A Raqqa, l’enjeu est simple, l’élimination d’un groupe terroriste qui n’est l’allié de personne.
        Et sincèrement 1130 morts civils, ce n’est pas grand chose pour cette guerre qui en atteint 400 000, mais pour les médias irano-syriens et russes, on met en avant les peut être 2000 morts en Syrie du fait des bombardements de la coalition pour cacher le reste et c’est ça que vous devriez critiquer.

        1. Une guerre civile alors que la majorité des combattant à Alep étaient des étrangers…..
          Une guerre d’agression islamiste financée par les USA, la France, la Grande Bretagne, le Qatar et l’Arabie Saoudite.
          Cela ne vous convient pas comme explication ?
          Pas de chance pour vous , c’est comme ça que la très grande majorité des Syriens voit cette guerre, y compris les anti-assad sur place.
          Je préfère ne pas évoquer la soi-disant opposition syrienne qui n’est qu’un ramassis de clowns qui n’ont aucune base en Syrie.
          Merci d’être passé, vous pouvez retourner regarder CNN.

    5. Je me suis fait la même réflexion, où sont les félicitations de la Russie ou du régime syrien de cette victoire sur Daech ?
      Au moment où j’écris ce commentaire, Sputnik se permet un article sur une ville reprise (en partie seulement) par les kurdes (et non les FDS) affirmant que « les propos optimistes des Forces démocratiques syriennes (FDS) d’après lesquels elles étaient sur le point de reprendre Raqqa ne se sont pas encore vérifiés », soulignant les pertes civiles dues aux bombardements américains et rappelant que Damas a qualifié d’illégales les actions des FDS… ça leur fait visiblement mal au ventre !
      On est loin des articles hallucinants sur la « chevauchée victorieuse de la merveilleuse armée syrienne vers Deir ez-Zor ».

      1. Il faudrait que le gouvernement Syrien félicite une milice contrôlée et financée par des SF étrangers qui opère sur son territoire sans aucune légitimité ?
        Une telle absurdité montre a quel point la soumission de certains français aux intérêts d’un puissance étrangère a sérieusement amoindri leur capacité de raisonnement !
        A moins qu’ils ne se complaisent dans la servilité.

    1. @supinfo
      c’est la coalition qui filtre avec les chefs tribaux les djihadistes étrangers des djihadistes syriens.
      et heureusement…

  10. Une fait est certain qu’aucune armée sur Terre ne peut se battre dans la ville comme les Russes. Après Stalingrad, ils n’ont plus rien à apprendre. Maintenant, ils conseillent la SAA et regardent, la même tactique dans Dier Ezzor qu’à Stalingrad, et elle a aussi un emplacement géographique similaire à celui de Stalingrad, épinglé sur la rivière Euphrate!

    1. Et pourtant, cela ne les a pas empêché de se prendre une tôle monumentale à Grozny lors de la première guerre de Tchétchénie (1994-1996), avec la perte totale d’une colonne blindée au coeur de la ville, sacrée leçon qu’ils ont retenue!

      1. C’est vrai. a ce moment la , l’armée russe etait vraiment en lambeau avec un Eltsine qui dechiquetait le pays pour une bouteille de Vodka

        1. Donc le « fait certain » (ie: « aucune armée sur Terre ne peut se battre dans la ville comme les Russes ») n’est pas vraiment certain.

          Et pour cela, il suffit d’une bouteille de vodka.

          C’est ça qu’il faut comprendre, Cyra? Ou j’interprète mal vos propos?

    2. Et bien tout comme les kurdes à Raqqa,
      l’armée de terre irakienne conseillée par les US et les français démontre tout le contraire ce genre d’affirmation à l’emporte pièce.
      Et Alep ne fut prise par les syriens qu’après été rasée par les russes suite à un siège 2 ans sans la moindre discrimination des populations civiles.

      Comparer la bataille des alentours de Deir Ezzor à Stalingrad n’est absolument pas approprié à moins d’être naïvement idolâtre de l’armée russe qui reste peu engagée en Syrie en dehors de sa trentaine d’avions de combats et quelques FS.
      Les russes reconnaissent 10 morts depuis septembre 2015: c’est dire le peu d’engagement russe en Syrie.
      Il serait temps de constater que les russes privilégient l’engagement de moyens aériens pour minimiser au maximum les pertes humaines au sol; ce en quoi ils copient à 200% le modus operandi occidental s’opposant précisément et totalement au modèle tactique de Stalingrad.

      Car il faut bien rappeler car la victoire à la Pyrrhus des soviétiques à Stalingrad remportée sous le poids du nombre, était sur le plan comptable des pertes une large victoire allemande.

      Stalingrad est tout sauf un modèle tactique à suivre qui ne séduit en fait que les incultes en histoire militaire qui l’érigent en « victoire » colportant naïvement ce mythe soviétique.

      1. Vous nous expliquiez il y a qqs temps que la Russie s’embourbait en Syrie, et là vous nous expliquez qu’elle ne fout rien. Vous le faites exprès ou vous ne comprenez rien à ce qui se passe là bas ?

    3. Peut-être avez-vous raison, je n’en sais rien mais ça aurait été intéressant de voir les russes en action à Falloujah en 2004 pendant Phantom Fury…

    1. effectivement mais triste nouvelle en ce jour funeste pour la Syrie et les syriens : Le major-général de la Garde républicaine syrienne Issam Zahreddine est décédé aujourd’hui dans l’explosion d’une mine. Ce guerrier avait tenu tête à l’EI plus de 2 ans dans cette province et n’a jamais reculé…..il était toujours au contact avec ses hommes. un vrai de vrai….et original avec ça ! RIP

        1. Il paraît qu’il maniait très bien le bâton électrique. Un homme énergique, en somme.

  11. Observons en substance,
    que la plupart des interventions ici lisibles sur ce sujet, saluent une victoire russe et remercient l’engagement russe, alors que c’est la fin de la bataille de Raqqa qui voit précisément la victoire l’engagement occidental en Syrie aux côtés des kurdes.

    Il s’agit bien de l’engagement occidental en Syrie sans lequel Raqqa n’aurait pas été libéré et daesh en passe d’être vaincu sur l’ensemble du pays.

  12. En complément des propos de Jyb :
    « Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), une ONG qui dispose d’un vaste réseau de sources en Syrie, un groupe de 130 à 150 combattants étrangers se sont rendus avant la fin de la bataille.
    « Ils se sont rendus lundi, ils ont été livrés directement aux services de renseignement étrangers, les Français par exemple », a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.
    Le groupe comprenait également des combattants de nationalités arabes, des Européens et des jihadistes venus d’Asie centrale, selon l’OSDH. »
    Source OLJ
    https://www.lorientlejour.com/article/1079089/lei-a-perdu-son-bastion-de-raqqa-mais-ou-sont-passes-les-jihadistes.html

Les commentaires sont fermés.