Le surcoût des opérations extérieures devrait dépasser 1,3 milliards d’euros en 2017

Après la démission, en juillet, du chef d’état-major des Armées (CEMA), le général Pierre de Villiers, le président Macron avait assuré que le budget des Armées serait identique à celui voté par le Parlement en novembre 2016.

En apparence seulement car sur les 850 millions d’euros demandés au titre de la maîtrise des dépenses publiques au ministère des Armées, 643 millions devaient financer les surcoûts des opérations extérieures (OPEX). Surcoûts qu’un financement interministériel aurait dû prendre en charge au delà des 450 millions d’euros inscrits initialement dans son budget, conformément à la Loi de programmation militaire (LPM) en vigueur.

Contrairement aux promesses faites durant la campagne par M. Macron (un budget de la défense à 2% du PIB, hors pensions, hors coûts OPEX d’ici 2025), ce mouvement s’inscrivait dans la volonté du gouvernement de faire supporter au seul ministère des Armées l’ensemble des coûts financiers, matériels et humains des opérations extérieures, le Premier ministre, Édouard Philippe, ayant parlé de pratique « beaucoup plus saine ».

D’ailleurs, il est prévu que, d’ici 2020, la provision « OPEX » soit portée à 1,1 milliard d’euros dans le budget des Armées, dont le montant devrait être augmenté de 1,7 milliard par an durant le quinquennat en cours.

Cela étant, il s’avère que les surcoûts liés aux opérations extérieures risquent d’être supérieurs au 1,1 milliard d’euros prévu. « En 2016, les OPEX avaient coûté environ 1,3 milliard » et « nous n’avons pas le sentiment que ce montant soit amené à diminuer en 2017, au contraire : à côté de la coalition au Levant, nous avons amplifié nos efforts pour reprendre Mossoul ou d’autres villes occupées par Daesh », a en effet admis Mme le ministre des Armées, Florence Parly, lors d’une audition devant les députés de la commission de la Défense, le 1er octobre.

« Je ne peux pas vous dire, à 100 millions près, ce qu’il en sera mais je suis presque certaine que nous dépasserons 1,3 milliard d’euros. Cela signifie qu’il nous manque d’ores et déjà 200 millions au moins », a ajouté Mme Parly.

Où trouver ces 200 millions? Pour l’instant (du moins lors de son audition), Mme le ministre n’en sait rien. « Je ne peux pas vous donner de réponse ferme car nous entrons précisément dans la période de négociation avec le ministère de l’Action et des comptes publics », a-t-elle dit aux députés.

« Bien sûr, compte tenu de la contribution d’ores et déjà très significative que le budget des armées apportera au financement des OPEX en 2017 – nous les avons déjà financées à hauteur d’1,1 milliard d’euros –, et du principe, énoncé par la loi de programmation militaire, selon lequel ces opérations extérieures doivent aussi pouvoir être financées par la solidarité interministérielle, vous vous doutez bien que je ferai tout pour obtenir que cette solidarité s’exprime », a-t-elle assuré.

Quant à l’idée de faire supporter l’ensemble des coûts « OPEX » au budget de son ministère, Mme Parly n’a pas montré un enthousiasme débortant. « Je ne suis pas pressée d’aller trop vite dans ce sens car j’ai l’espoir – peut-être infondé, nous verrons – de pouvoir obtenir un financement interministériel de ces opérations », a-t-elle déclaré.

Autre ombre au tableau, la sous-budgétisation des opérations intérieures (OPINT), laquelle n’a apparemment pas suscité l’attention des députés.

« En 2017, la provision au titre du ‘surcoût OPINT’ a été portée à 41 millions d’euros (+ 15 millions d’euros) uniquement sur du titre 2 (soldes). Dès lors […] le surcoût OPINT devrait faire l’objet d’une provision sincère en loi de finances, quitte à ce que celle-ci soit ajustée en cours de gestion, le cas échéant par décret d’avance ou dans le cadre d’une loi de finances rectificative », avait prévenu, en novembre 2016, un rapport du Sénat.

Or, cette année, le coût de la seule opération Sentinelle devrait avoisiner les 150 millions d’euros. Et il en sera d’ailleurs de même l’an prochain, puisque son redimensionnement, annoncé en septembre, « n’aura pas d’impact budgétaire », selon Mme Parly.

« Nous ne nous sommes pas du tout inscrits dans une logique d’économies si bien qu’en 2018, nous devrions constater une dépense de l’ordre de 150 millions d’euros, à peu près comparable à la dépense constatée les années précédentes – aux effets de progression de la masse salariale près, qui ne doivent pas être majeurs », a expliqué Mme le ministre.

Aussi, qui va payer la note, d’autant plus que le surcoût des OPINT sera sensiblement plus élevé, avec l’intervention des Armées dans les Antilles, après les catastrophes causées par la récente vague d’ouragans?

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de zaccarie

  2. de Scipion

  3. de Lassithi

    • de Clavier

  4. de Le Breton

  5. de Wagdoox

  6. de Parabellum

  7. de Jacques 29

  8. de Raymond75

    • de Lassithi

  9. de jyb

  10. de Clavier

    • de Michael