Le secrétaire général de l’Otan se dit favorable à l’envoi d’une force de l’ONU dans l’est de l’Ukraine

Début septembre, le président russe, Vladimir Poutine, a surpris tout le monde en se disant favorable à une mesure qu’il avait jusqu’à présent toujours refusée, à savoir le déploiement d’une force de maintien de la paix des Nations unies dans le sud-est de l’Ukraine (Donbass), théâtre depuis plus de trois ans de combats entre des factions séparatistes pro-russe et les forces gouvernementales ukrainienne.

Malgré les accords de Minsk II, le cessez-le-feu entre les deux parties n’a jamais été totalement respecté. Et la Mission spéciale d’observation (SMM, Special Monitoring Mission) envoyée sur la ligne de contact par l’OSCE [Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe , ndlr] pour vérifier son application et voir si les belligérants se conforment à leurs engagements, éprouve beaucoup de difficultés à réaliser sa mission. Depuis 2014, elle a en effet été souvent la cible d’intimidations, voire d’agressions. Et ses moyens d’observation – des drones – sont régulièrement brouillés.

Aussi, pour M. Poutine, une force des Nations unies permettrait d’assurer la protection des observateurs de l’OSCE. D’où sa proposition, faite lors du sommet des BRICS, en Chine, le 5 septembre dernier.

« Je trouve tout à fait appropriée la présence de forces de maintien de la paix, ou plutôt de personnes assurant la sécurité de la mission de l’OSCE [Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe , ndlr], et je n’y vois rien de mauvais », a en effet déclaré le chef du Kremlin, à cette occasion.

Cette proposition, qui fait l’objet d’un projet de résolution appelé à être soumis au Conseil de sécurité des Nations unies, a été saluée par la diplomatie américaine, qui reste cependant méfiante. Étant donné leur implication dans le dossier ukrainien (dans le cadre du format dit de Normandie), la France et l’Allemagne ont fait part de leur « intérêt », mais avec quelques bémols. Seulement, à Kiev, l’on affiche un désaccord, non pas sur le principe d’une mission de l’ONU mais sur ses modalités.

Pour le président russe, cette force des Nations unies ne pourrait être envoyée que sur la ligne de contact entre les forces urkrainiennes et les séparatistes. Aussi, il n’est pas question qu’elle soit présente dans les républiques autoproclamées (et sécessionnistes) de Donetsk et de Lougansk.

Ce qui est inacceptable pour Kiev pour qui les Casques bleus devraient être déployés le long de sa frontière avec la Russie. Faute de quoi, a fait valoir le président ukrainien, Petro Porochenko, à la tribune des Nations unies, le 21 septembre, cette proposition ne ferait que servir « la volonté de la Russie de légaliser la situation et de geler le conflit à jamais. »

Bien que l’Ukraine ne fasse pas partie de ses membres [ndlr, elle a seulement adhéré à son Partenariat pour la Paix, PPP], l’Otan suit de près la situation dans le Donbass. Et son secrétaire général, Jens Stoltenberg, s’est dit favorable à l’envoi d’une mission des Nations unies dans l’est du pays.

« Je suis favorable à la proposition d’avoir des forces de paix de l’ONU en Ukraine », a en effet déclaré M. Stoltenberg, après avoir rencontré Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies. « J’accueille favorablement toutes les initiatives, dont la proposition russe, pour avoir une présence de l’ONU dans l’est de l’Ukraine », a-t-il insisté.

Seulement, même si la proposition russe est accueillie « favorablement », M. Stoltenberg a toutefois mis des conditions. « Ce qui est important c’est que l’ONU soit présente dans l’ensemble de l’est ukrainien et pas seulement sur la ligne de contact », a-t-il dit, rejoignant ainsi la position ukrainienne.

Mais sur ce point, Moscou n’entend rien céder. « Ils [les représentants de l’Ukraine] veulent que les forces de l’ONU soient déployées sur l’ensemble du territoire de l’Ukraine, frontière russo-ukrainienne comprise. La Russie n’est pas partie prenante au conflit, c’est pourquoi le déploiement des forces de l’Onu à sa frontière est dénué de tout sens », a dit, sans sourciller, Guennadi Gatilov, le vice-ministre russe des Affaires étrangères.

Cela étant, avec la baisse du budget alloué aux opérations de maintien de la paix des Nations unies a été réduit (sous la pression des États-Unis), il faudra non seulement trouvé des financements mais aussi des contributions pour mettre en place cette mission dans l’est de l’Ukraine. Ce qui est encore loin d’être gagné.

En attendant, une nouvelle rencontre dans le format dit Normandie pourrait avoir lieu après les élections allemandes. Du moins, c’est ce qu’a déclaré le président Macron, après rencontré son homologue ukrainien. Pour Paris, il importe donc de « continuer, dans le cadre des accords de Minsk, la désescalade de la violence et les réformes en Ukraine. »

100 commentaires sur “Le secrétaire général de l’Otan se dit favorable à l’envoi d’une force de l’ONU dans l’est de l’Ukraine”

    1. Vous pourriez juste prendre la peine de lire attentivement l’article avant de sauter au plafond ? on parle ici d’une force de maintien de la paix de l’ONU (casques bleus), pas de troupes de l’OTAN.

        1. Il y a des conditions , dans un premier temps dispensables , voulues par Stoltenberg qui risquent de braquer les russes , ce n’ est pas très malin …
          .
          Alors qu’ en procédant pas à pas , sans brusquer les choses ou ruer dans les brancards , il serait possible de faire avancer le règlement de ce dossier ukrainien beaucoup plus efficacement et durablement .
          .
          Déjà , l’ OTAN a commis une faute majeure envers la Russie en ne respectant pas sa promesse de ne pas l’ élargir aux pays de l’ ex bloc de l’ Est , alors comment voulez-vous que maintenant les russes s’ aplatissent et disent « Amen » à toutes les demandes de l’ Occident sans sourciller ? C’ est foutu , il fallait y penser avant …
          Vous me direz , « vous faites erreur , ce sont les dirigeants et gouvernants de ces pays qui se sentant menacés en font la demande » ; et moi de vous répondre : en est-on si sûr ?

          1. @ScopeWizard
            Ce dont on est certain c’est que les braqueurs cagoulés qui ont pillé l’Ukraine sont russes ! Il est aussi certain que l’économie russe n’a jamais fait bandé ses voisins, au contraire du marché économique de l’UE. C’est bien pour cela que les baltes ont intégré l’UE ! Et comme l’UE, en l’état actuel des traités, est indissociable de l’OTAN puisque toutes les principales économies de l’UE sont membres de l’OTAN, que les nations Baltes intègrent l’OTAN n’est par illogique.
            Trouvez moi une nation qui ferait parti d’un bloc économique et passerait un accort majeur militaire avec un block concurrent ?
            Si l’abrutit de Poutine avait fait sa CEI bien plus tôt et plus intelligemment, avec un peu plus de volonté et de sincérité, pas pour faire un clone vide de l’UE, et s’il avait arrêter de mettre la pression économique et diplomatique sur ses voisins, ces derniers auraient pu se tourner vers la CEI plutôt que vers l’UE, ou au minimum rester neutres et profiter des 2 blocks.
            Les baltes ont eu le choix entre un block économique puissant avec une réelle organisation, et une nation qui débloque et les menace en permanence tout en tentant de s’insinuer dans leur gouvernance, d’une manière ou d’une autre, sans contreparties. Donc, même si ‘UE et l’OTAN ont joué contre la Russie, ce n’est pas une surprise, dans cette économie hyper mondialisée, tout le monde essaie de profiter des faiblesses de son voisin, que ce soit dans l’économie ou la pure géopolitique, le Brexit en est un exemple, la France comme l’Allemagne ne font pas de cadeau au Royaume-Uni et comptent bien tirer la maximum d’avantages ! Poutine n’ignorait pas tout ceci, il est le seul responsable pour ne pas avoir été capable de fédérer ses ex-partenaires avec la Fédération de Russie. On n’est tout de même pas responsables s’il leurs fout la trouille et n’a que du gaz et des chars moisis à leurs proposer !?

          2. @ Alain d
            Heil liebe Nazi! Il n’y a pas à dire, vous êtes réellement l’abruti de service. Manque de culture et de formation et qui, de surcroît, s’imagine détenir une pensée supérieure secondée par une agressivité débridée, vous êtes un clown de la plus pure eau. On ne vous a jamais dit qu’avoir des certitudes en lieu et place de convictions était le comble du crétinisme? La réponse est dans la question, mais je vais faire un effort pour votre esprit qui patine, patine… Si les crétins volaient, vous seriez chef d’escadrille. Allez l’auguste, fais la risette à tonton!

          3. @Candide
            Oui facile vos insultes, si vous voulez jouer dans ce registre, gaffe, je peux aussi taper fort!
            Mais l' »abruti de service » attend votre argumentation, ou votre contre argumentation.
            J’oublie même « nazi ».

            Vous semblez sorti du même moule que Mélenchon. Qui vient de faire un parallèle osé en appelant à manifester contre le gouvernement, en expliquant que la rue avaient viré les nazis.
            1) ce sont les chars qui ont viré les nazis, et certainement pas le peuple allemand. En Italie c’était une autre histoire. 2) La France Insoumise et le FN, c’est les vases communicants, raison évidente pour laquelle Mélenchon n’a surtout pas appeler à voter contre le FN avant les législatives !

            Mis à part vos crachas, prouvez-moi donc que je me trompe, en argumentant, svp, merci !

          4. @Candide
            Vieillir en Russie……
            https://www.novayagazeta.ru/articles/2017/07/20/73186-strashnaya-pensiya
            « La Russie et ses pensions dérisoires »
            « Le nombre des retraités en augmentation »
            « Un taux de mortalité élevé »
            « В то же время смертность в России находится на уровне африканских стран. За первые 5 месяцев 2017 года естественная убыль населения в стране (превышение смертности над рождаемостью) составила 112 тысяч человек и выросла в три раза по сравнению с тем же периодом годом ранее. »
            5 premiers mois 2017, plus de décès que de naissances, soit une différence de 112 000 personnes.
            Une bonne chose pour les autorités, si l’espérance de vie était plus élévé, le système de retraite se serait effondré depuis longtemps, et la Russie avec !
            C’est les migrants qui sauvent la situation. Les chinois peut-être ?
            18 années de gouvernance Poutine, voilà le résultat, et pourtant la Russie avait tous les atouts pour s’en sortir.

            Les ex de l’URSS et autres voisins ne peuvent être attirés par cette nation en état de décomposition avancée, alors qu’elle devrait logiquement être dans le Top-10 mondial.
            Ce serait d’ailleurs préférable pour tout le monde, à commencer par le peuple russe qui galère.
            Ce que vous n’avez pas encore bien compris, c’est que je souhaite le meilleur pour le peuple russe et l’avenir de la Russie, mais certainement pour les abrutis qui la dirige et qui l’on emmené au fond du trou !

          1. @Rigel
            .

            Aimez-vous les films de gladiateurs ? Vous savez ceux avec des types musclés tout nus en jupette ?

      1. ONU =OTAN
        C’est du ressort de Porochenko cette histoire, après tout c’est son pays
        mais en envoyant des pelots sur ses propres citoyens, je pense que les gens sont moins cons que la moyenne et c’est dans l’insurrection que les gens de l’Est du pays se trouvent désormais
        bien beau de dire que c’est la Russie patati patata

  1. Poutine était colonel du KGB à Berlin Est ; il est le roi de la manipulation et de la menace.

    1. @Raymond75
      .

      Parce que vous-vous figurez que Jupiter ne nous manipule pas ?
      Que Poutine en soit le roi , pourquoi pas mais vous pouvez être certain qu’ il y a du prétendant alentour qui brûle de marcher sur ses traces voire de lui succéder au trône que ce soit en Russie ou même en Europe et dans le reste du Monde !
      Les manipulateurs sont partout vous savez …
      Des loups déguisés en agneaux , il y en a une palanquée , en voici déjà deux : Obama et Clinton .

      1. Le prétendant de Poutine c’est Mélanchon et NON Macron !!
        Vos commentaires sont d’un RIDICULE !!!!

  2. Un bel exemple d’exercice de grand écart de la diplomatie russe: Poutine prétend être favorable à une force de l’ONU , soit disant  »pour protéger les observateurs de l’OSCE » – qui ont été le plus souvent harcelés, menacés, emprisonnés, volés , brutalisés et pour l’un d’entre eux, tué dans la zone séparatiste. Mais il ne veut pas que celle-ci aille ailleurs que sur la ligne de séparation. Or les observateurs de l’OSCE se déplacent et essayent aussi ( difficilement , bien sûr) notamment de contrôler les mouvements de personnel et de matériel qui passent dans un sens et plus souvent dans l’autre à la frontière du Donbas et de la Russie. Non, bien sûr, il n’y a pas d’incohérence dans la position russe : les observateurs de l’OSCE ne peuvent être en danger que sur cette ligne de séparation ! Quand ils sont braqués, bloqués ou injuriés ailleurs, leur vie n’est pas en danger . Mais qu’ils puissent remplir leur mission , c’est bien sûr, autre chose, et ce n’est pas sur l’agenda russe . La position de Stoltenlberg est tout aussi logique. L’OTAN n’a pas envie de rejouer le fiasco de la Bosnie.

    1. @MD
      .

      Les Occidentaux avaient promis à Gorbatchev ( me semble t-il ) de ne pas élargir l’ Organisation du Traité de l’Atlantique Nord par l’ extension de celle-ci aux pays de l’ ex bloc de l’ Est …
      Pourquoi cette promesse n’ a t-elle pas été tenue ?
      Faut pas s’ étonner maintenant …

      1. Les Occidentaux avaient proposé aux Russes de rejoindre aussi l’OTAN . Pourquoi ne l’ont ils pas fait?

        1. @MD
          .

          OK les russes rejoignent l’ OTAN et après ?
          Pour quoi faire ?
          L’ OTAN n’ est pas une réponse au Pacte de Varsovie alors pour quelle raison exacte l’ a t-on créée ?

          1. Le Pacte de Varsovie n’était pas le seul agresseur possible. C’est une alliance de défense et à la fin de la guerre froide on pensait que la Russie, débarrassé de la dictature, la rejoindrait naturellement… comme les autres pays de l’est.

        2. C’est l’inverse. La Russie avait proposé de rejoindre l’OTAN et cette proposition a été reçue froidement. Pourquoi ? Parce que les USA n’y seraient plus les seuls maîtres à bord.

          1. Faux, c’est Poutine qui est responsable. Faux arrêter de croire la propagande russe.
            Depuis le début des années 1990, l’Alliance s’emploie sans relâche à construire une relation de coopération avec la Russie dans des domaines d’intérêt commun.
            L’OTAN a fait le premier pas, proposant un dialogue plutôt qu’une confrontation, au sommet qu’elle a tenu à Londres en juillet 1990. Dans les années qui ont suivi, l’Alliance a encouragé le dialogue et la coopération en créant de nouveaux cadres, à savoir le Partenariat pour la Paix (PPP) et le Conseil de partenariat euro-atlantique (CPEA), ouverts à tous les pays d’Europe, y compris la Russie.
            Après la signature des accords de Dayton, en 1995, les forces russes ont pris part aux opérations de mise en œuvre de l’accord de paix dirigées par l’OTAN (IFOR et SFOR). Elles ont également pris part à l’opération dirigée par l’OTAN qui visait à mettre en œuvre l’accord de paix au Kosovo (KFOR). Il s’agissait à chaque fois d’opérations menées sous mandat du Conseil de sécurité de l’ONU.
            En 1997, l’OTAN et la Russie ont signé l’Acte fondateur sur les relations, la coopération et la sécurité mutuelles, texte portant création du Conseil conjoint permanent OTAN-Russie. En 2002, elles ont renforcé leurs relations grâce à la création du Conseil OTAN-Russie (COR). Elles ont réaffirmé leur attachement à l’Acte fondateur lors des sommets OTAN-Russie de Rome, en 2002, et de Lisbonne, en 2010.
            Depuis que le COR a été créé, l’OTAN et la Russie ont collaboré dans des domaines tels que la lutte antidrogue, la lutte contre le terrorisme, le sauvetage des équipages de sous-marins ou les plans civils d’urgence. Nous avons entrepris d’édifier avec la Russie une relation tout à fait unique, fondée non seulement sur l’intérêt mutuel mais aussi sur la coopération et l’objectif commun d’une Europe libre, entière et en paix. Aucun autre partenaire ne s’est vu offrir une relation comparable ni un cadre institutionnel aussi complet que celui-là.
            Le COR est officiellement créé le 28 mai 2002, date à laquelle le président russe Vladimir Poutine et les membres de l’OTAN signent sur la base militaire italienne de Patricia di Mare la déclaration de Rome; le COR remplace alors le conseil conjoint permanent (CCP). Dmitri Rogozine occupe le poste de l’ambassadeur russe auprès de l’OTAN.
            Le 1er avril 2014, en réponse à l’annexion de la Crimée par la Russie, l’OTAN annonce mettre un terme à la coopération avec la Russie, suspendant de fait le conseil OTAN-Russie.
            Le dialogue est repris lors d’une nouvelle cession du Conseil le 20 avril 2016, mais la Russie refuse d’approfondir la coopération avec l’OTAN.

      2. Il n’y a jamais eu aucune promesse de ce genre, c’est l’excuse de Gorbatchev pour justifier ses échecs.
        Au cours des négociations décisives à « 2+4 », qui ont finalement conduit Gorbatchev à accepter, en juillet 1990, que l’Allemagne réunifiée demeure au sein de l’OTAN, la question n’a jamais été soulevée. L’ancien ministre soviétique des affaires étrangères, Édouard Chevardnadze, devait déclarer plus tard que les protagonistes de cette époque ne pouvaient même pas imaginer une dissolution de l’Union soviétique et du Pacte de Varsovie et l’admission au sein de l’OTAN des anciens membres de ce Pacte.
        Mais, même si l’on devait supposer que Genscher et d’autres auraient en effet cherché à prévenir un futur élargissement de l’OTAN afin de respecter les intérêts de sécurité de l’URSS, ils n’auraient jamais pu le faire. La dissolution du Pacte de Varsovie et la fin de l’Union soviétique, en 1991, ont ensuite créé une situation complètement nouvelle, puisque les pays d’Europe centrale et orientale se trouvaient finalement en mesure d’affirmer leur souveraineté et de définir leurs propres objectifs de politique étrangère et de sécurité. Ces objectifs étant centrés sur l’intégration à l’Ouest, tout refus catégorique de l’OTAN aurait signifié une continuation de facto de la division de l’Europe suivant les lignes établies précédemment au cours de la guerre froide. Le droit de choisir sa propre alliance, garanti par la Charte d’Helsinki de 1975, en aurait été nié – une approche que l’Ouest n’aurait jamais pu soutenir, ni politiquement, ni moralement.

        1. L’OTAN avait soit disant pour vocation de contrer le Pacte de Varsovie. Une fois ce dernier dissout, loin de s’autodissoudre également, l’OTAN s’est élargi. Prouvant sa véritable vocation de domination impérialiste.

          1. Le Pacte de Varsovie dissout a été immédiatement remplacé par le commandement militaire de la CEI (Communauté des Etats Indépendants) avant de devenir l’Organisation du Traité de Sécurité Collective (OTSC).

      3. Et Staline avait promis à Roosevelt que la Pologne aurait été libre, de ne pas s’installer en Europe de l’Est et de retirer ses troupes de RDA…..Promesses non tenues donc…
        Faut pas s’étonner maintenant …
        Que les pays de l’Est suite à la chute de l’URSS demandent la protection de l’Otan face à une Russie qui n’a jamais respecté, non plus, ses promesses.
        Sinon les alliés aurait pris Berlin les premiers, c’est un FAIT de notre Histoire et non une lubie….

        1. Roosevelt , dès 1943 a donné implicitement un premier feu vert à Staline de faire ce qu’ il voulait de l’ Europe de l’ Est , Pologne en tête , une fois les hostilités terminées .
          La condition étant qu’ il le fasse avec « tact » …

          1. @ScopeWizard
            En 1943, lors de la Conférence de Téhéran, Roosevelt, tout comme Churchill d’ailleurs, n’ont pas implicitement donné leur feu vert à Staline de faire ce qu’il voulait de l’Europe de l’Est ! …
            Les 3 étaient plus ou moins d’accord pour un partage de l’Europe en zones d’influence, qui reprendrait, de facto, l’état d’avancement des troupes alliées de part et d’autres des deux fronts Est et Ouest …
            Et puis s’opposer aux velléités de Staline aurait entraîné une poursuite de la guerre, cette fois entre anciens alliés une fois les nazis vaincus …
            Et de toute façon, à cette date, les alliés anglo-saxons avaient besoin des soviétiques : Le Débarquement en Normandie était prévu, et ils avaient besoin que Staline fixe les forces allemandes du front de l’Est pour les empêcher d’être transférées vers celui de l’Ouest …
            Staline avait les atouts en main.

          2. @Alpha
            .

            Cela infirme t-il réellement que Staline a eu les mains libres et que les alliés ont fermé les yeux quant-à la suite ?

          3. @ScopeWizard
            Cela affirme juste que les anglo-saxons n’ont pas eu le choix : Staline a imposé ses vues, tout comme d’ailleurs, il a imposé que la conférence se passe à Téhéran, dans les murs de l’ambassade soviétique ! …

      4. @ ScopeWizard

        Comme beaucoup de commentateurs de ce site je constate que ce mythe de la « promesse » de ne pas élargir l’OTAN à la vie dure… Je n’ai jamais rien lu de convainquant sur le sujet.
        Je suis prêt à changer d’avis, dès que vous m’aurez donner un lien vers une preuve de l’écriture quelque part de cette promesse… En attendant…

        Je vous renvoi nénamoins vers la promesse faite par la Russie de l’intangibilité de son territoire dans ses frontières post-chute de l’URSS. Promesse rappellée, et respéctée, il faut le dire, par Poutine lui même lorsqu’il a refusé d’intégrer les républiques sécessionnistes de Géorgie à son territoire (en 2008).
        C’est cet accord qui a fait qu’aucun groupe sécessionniste en Russie n’a été soutenu par l’Occident. C’est cet accord qu’a brisé Poutine en intégrant la Crimée à son territoire…

    2. Un petit document datant du jeudi 6 novembre 2014 :
      .
      L’Allemagne célébrant dimanche les 25 ans de la chute du Mur de Berlin pour lesquels fut notamment prévue une cérémonie réunissant Angela Merkel , Mikhaïl Gorbatchev , le président du Parlement européen , Martin Schulz , et l’ancien leader du syndicat polonais Solidarnosc, Lech Walesa , le dernier dirigeant de l’Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev avait annoncé ce jeudi qu’il défendrait la position de Vladimir Poutine dans la crise ukrainienne et dénoncerait « l’ingérence » américaine auprès d’Angela Merkel lors des commémorations de la chute du Mur .
      .
      « Je prendrai fermement la défense de la Russie et la défense de son président Vladimir Poutine » lors du forum politique qui doit se tenir dimanche en marge de l’événement, a déclaré M. Gorbatchev à l’agence russe Interfax.
      .
      « Intérêts de la Russie »
      .
      « Je suis absolument convaincu que Poutine défend aujourd’hui mieux que quiconque les intérêts de la Russie. Il y a bien sûr dans sa politique de quoi attirer les critiques. Mais je ne souhaite pas le faire et je ne veux pas que quelqu’un d’autre le fasse », a-t-il ajouté.
      .

      Ingérence américaine
      .
      « La Russie a créé (après la disparition de l’URSS) de nouvelles relations et de nouvelles structures de coopération. Et tout allait pour le mieux, mais cela ne plaisait pas à tout le monde aux États-Unis », a poursuivi M. Gorbatchev. « Les États-Unis ont d’autres plans, ils leur faut un autre contexte, qui leur permette de s’ingérer partout. Que ce soit bon ou mauvais, cela ne les concerne pas. Ce qui leur importe, c’est qu’ils puissent s’en mêler », a lancé le prix Nobel de la Paix. « Je suis fermement convaincu que le problème de l’Ukraine n’est qu’un prétexte utilisé par les États-Unis pour s’ingérer » dans les affaires d’autres pays, a-t-il conclu.
      .
      « Trahison »
      .
      Les anciens conseillers de M. Gorbatchev ont récemment affiché leur déception face à ce qu’ils considèrent comme une « trahison » des Occidentaux, notamment en raison de la promesse non tenue de ne pas élargir l’Otan aux anciens pays du bloc de l’Est.
      .
      Alors , que doit-on penser ? Que nous sommes les éternels « gentils » tandis que les russes sont les perpétuels « méchants » ? Que le père Gorbatchev est atteint de sénilité ?
      Vous voyez bien que tout ce dossier est beaucoup plus complexe que nous le souhaiterions …

      1. Sauf que la Russie a accepté en 1997 l’élargissement de l’OTAN en signant l’Acte fondateur OTAN-Russie.
        L’OTAN a cherché à créer un contexte de coopération propice à l’élargissement et à développer, dans le même temps, des relations spéciales avec la Russie dès la fin de la guerre froide : en 1994, le programme de « Partenariat pour la paix » a instauré une coopération militaire avec pratiquement tous les pays de la zone euro-atlantique. En 1997, l’Acte fondateur OTAN-Russie créait le Conseil conjoint permanent, un cadre spécialement consacré à la consultation et à la coopération. L’année 2002, au cours de laquelle les Alliés ont préparé la nouvelle grande phase d’élargissement, a été aussi celle de la création du Conseil OTAN-Russie, donnant à cette relation une focalisation et une structure renforcées. Ces diverses mesures s’inscrivaient dans le cadre d’autres efforts déployés par la communauté internationale pour attribuer à la Russie la place qui lui revient, en l’admettant au sein du Fonds monétaire international, de la Banque mondiale, du G7 et de l’Organisation mondiale du commerce !
        Alors que rien ne l’y obligeait, en 1996, les Alliés déclaraient que, dans les circonstances actuelles, ils n’avaient « aucune intention, aucun projet et aucune raison de déployer des armes nucléaires sur le territoire de nouveaux membres ». Cette déclaration a été intégrée l’année suivante à l’Acte fondateur OTAN-Russie, ainsi que des références du même ordre à d’importantes forces de combat et à l’infrastructure.
        Pour rappel, la Russie membre de l’OSCE a signé la Charte de Paris le 21 novembre 1990 qui l’engage politiquement vis à vis des autre états membres (et notamment les ex-pays de l’est) sur dix principes d’action :
        – égalité souveraine, respect des droits inhérents à la souveraineté ;
        – non-recours à la menace ou à l’emploi de la force ;
        – inviolabilité des frontières ;
        – intégrité territoriale des États ;
        – règlement pacifique des différends ;
        – non-intervention dans les affaires intérieures ;
        – respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, y compris la liberté de pensée, de conscience, de religion ou de conviction ;
        – égalité des droits des peuples et autodétermination ;
        – coopération entre les États ;
        – exécution de bonne foi des obligations assumées conformément au droit international public.

        1. @Françoise
          .
          Primo , mon petit document ne tient pas lieu de réponse à votre demande étant-donné que je n’ en avais pas encore pris connaissance …
          Secundo , existe t-il des preuves contraires ?
          Et puis qu’ appelez-vous une preuve ?
          N’ est-ce pas Napoléon 1er qui a déclaré que l’ Histoire n’ était qu’ un mensonge que nul ne conteste ?
          .
          Un truc qui n’ a rien à voir mais qui vous en dira long sur le bien-fondé de mon esprit de défiance qui se veut si méfiant :
          .
          depuis quelques semaines , un collège d’ experts dûment compétent affirme que la pilule contraceptive provoque l’ apparition de cancers …
          Dans le même temps , un autre collège d’ experts tous aussi capés prétend lui , que cette même pilule contraceptive préserve du cancer …
          Soit exactement tout le contraire !
          Je suis presque sûr que l’ un comme l’ autre ont présenté preuves et résultats d’ études à gogo à charge et à décharge !
          .
          Alors , même si je vous l’ accorde , dans le cas présent qui nous occupe , il ne s’ agit en rien du domaine scientifique , n’ avez-vous pas l’ impression que tout et n’ importe quoi reste possible ?
          Sommes-nous dans du factuel , de la fiction , de l’ interprétation ?
          .
          Si un jour je tombe sur ce que l’ on pourrait qualifier de preuves irréfutables , vous serez la première informée …
          .
          Ne vous méprenez pas , je n’ oublie pas que Mikhail Gorbatchev , en dépit de sa mine et son allure au demeurant avenantes et éminemment fort sympathiques , fut chaperonné par rien moins que Iouri Andropov alors diecteur du KGB pendant 15 ans qui deviendra Premier Secrétaire de l’ URSS à la mort de Leonid Brejnev en 1982 …

          1. @Scope : « Secundo , existe t-il des preuves contraires ? ». Désolée, vous affirmez quelque chose, c’est à vous de fournir les preuves.

          2. @Françoise
            .
            Mais vous aussi vous affirmez quelque chose , alors où est la différence ? Où sont-elles les vôtres ?
            .
            Il n’ existe pas de preuves accessibles au public dans un sens comme dans l’ autre !
            Vous pouvez très bien affirmer qu’ il y a eu une promesse non tenue que tout son contraire , qu’ il n’ y en a pas eu du tout ; les deux sont parfaitement valables au point où en sont nos connaissances …
            .
            Affirmer quelque chose n’ exige pas de devoir présenter des preuves ; c’ est mieux de pouvoir le faire , certes , mais à la condition toutefois que cela reste possible sinon inutile d’ en inventer !
            Nous ne sommes pas au tribunal que je sache … quoique parfois je me pose la question …
            .
            J’ ai des convictions qui sont les miennes , vous avez les vôtres , chacun les défend , se respecte , présente des éléments les confirmant s’ il en a et point-barre .
            .
            Nous n’ allons pas nous prendre le citron pour si peu , si ?

          3. Il faudrait que ScopeWizard fournisse le lien vers la promesse signée des occidentaux à Gorbatchev… aucune chance, vue qu’elle n’a jamais existé et qu’elle aurait violé les droits des pays nouvellement indépendants !

          4. J’ ajoute qu’ il y a encore moins de raisons de se crêper le chignon vu que les promesses n’ engagent que ceux qui y croient ; le taux de fiabilité varie d’ un individu à un autre certes mais les promesses ne sont au final que du vent …
            .
            C’ est la raison pour laquelle , en règle générale , les engagements sont fixés sur supports bien concrets et devant témoins par des traités signés , contresignés etc …
            Ainsi si l’ une ou l’ autre des parties rompt le contrat , il y a toujours moyen de faire valoir ses droits …
            Maintenant si effectivement , il y a eu une promesse de faite et qu’ une preuve tangible émerge le confirmant indéniablement , alors-là , évidemment , ce sera une toute autre paire de manches que de se contenter de se renvoyer la balle …

          5. @ScopeWizard
            Des preuves ? Mais il n’y en a pas ! Puisque qu’aucun document signé par URSS/USA n’existe stipulant que l’OTAN ne s’élargira pas à l’Est !…
            A priori, il ne s’agissait que d’un échange, en 1990, entre Gorbatchev et Baker qui ne concernait que l’Allemagne réunifiée …
            Cette discussion s’est déroulée en 1990, et aucun des deux, sauf à être devins, ne pouvaient prévoir que le Pacte de Varsovie qui existait encore, allait se dissoudre un an plus tard !!! …
            Çà c’est une preuve ! Un fait !
            Et de toute façon, les premiers pays anciennement du Pacte n’ont rejoints l’OTAN qu’en 1999 … Ça aussi, Baker et Gorbatchev ne pouvaient pas le prévoir ! …
            Une autre preuve, un autre fait ! 😉

          6. @Alpha
            .
            Visiblement , il n’ y a pas que cette version …
            .
            Et je ne vois aucune preuve de votre côté , non plus …

          7. @ScopeWizard
            « Visiblement , il n’ y a pas que cette version … »
            Oui, peut être, mais on s’en fout ! Il n’y a aucun accord signé, aucun document officiel l’attestant … Seulement, peut être, des paroles … Et comme les paroles s’envolent …
            « Et je ne vois aucune preuve de votre côté , non plus … »
            Là, c’est de la mauvaise foi caractérisée mon cher Scope …
            A la fin de mon post je vous donne deux événements que les dirigeants de 1990 ne pouvaient pas prévoir, puisque postérieurs !
            Et des faits avérés, sans discussion possible : Dissolution du Pacte de Varsovie en 1991, et entrée des premiers pays de l’ancien pacte en 1999 ! …
            Expliquez-moi maintenant, comment les américains et les soviétiques pouvaient prévoir çà, et auraient pu, par je ne sais quel miracle, en discuter une dizaine d’années auparavant ??? 🙂
            Des preuves au sens strict du mot, non, mais des faits attestant mes dires, oui …
            Alors que vous vouliez à tout prix avoir le dernier mot, soit, mais restez logique, hein, camarade, sous peine de tomber dans le ridicule …

      2. « Que ce soit bon ou mauvais, cela ne les concerne pas. » Pour qu’ils puissent s’ingérer, vu leur situation géographique [les USA] il faut que la situation soit mauvaise et ils font tout pour cela, notamment en téléguidant leurs armées proxy de paramilitaires, y compris les jihadistes, de la Libye à l’Irak et à la Syrie et aux Philippines, en passant par l’Amérique latine

  3. La Russie souhaite une force de l’ONU afin que cette dernière « détache » par l’actuelle ligne de conflit ce morceau du Donbass, empêchant ainsi l’Ukraine de la reprendre par la force.
    L’Ukraine comme les occidentaux, veulent cette force afin de contrôler l’ensemble du Donbass, y compris à la frontière russe, ceci permettant de couper ou de révéler les liens de Moscou (qu’elle prétend inexistant) avec cette région et surtout la rébellion armée.
    Donc non, ça ne passera pas, car la Russie a un véto, par ce que d’autres en ont également un.

    1. @Polymères
      .

      Que voulez-vous dire exactement ?
      Excusez-moi mais tout ça n’ est pas très clair …

        1. Quand vous aurez fini de juger vos contradicteurs à l’ emporte-pièce , faites-moi signe , Rigel …
          Question mauvaise foi , mon petit , mon tout petit petit Rigel vous détenez le pompon … et de très loin !
          Pauvre cloche fêlée … Big Ben , quoi ! 😉

  4. Oui une force de paix allant de la ligne de front du Donbass jusqu’au Kremlin, c’est plus sûr. Avec Poutin, Trump, et la contrebande macroniène, le monde n’est plus représenter par des hommes humainement loyal et à hautes valeurs ajoutés, mais par les fossoyeurs du respect entre les humains, promoteurs de guerre, de la misère, du racisme, de l’intolérance, des tripes, du sang, de la chique et du mollard..etc. Si ça pète, faudra pas avoir l’aire étonné, je ne sais pas si on sera obligé d’amputé afin d’éviter une gangrène létal, mais vu l’inertie de réflexion entretenu par les salopards, la paix et la prospérité sont devenus des gros mots…

    1. @Waterproof
      .

      Et à qui la faute ?
      Qui permet à chacun d’ accéder au pouvoir ?
      Le peuple , les cooptations , la finance , les petits arrangements entre-amis , les réseaux et groupes d’ influence , les diverses oligarchies ?

      1. Avec des gens comme vous, il est certain qu’il n’y aura aucune stabilité politique, tant de versatilité tue le meilleur esprit enclin à l’amélioration de nos conditions de vie !
        Si vous ne faites pas d’efforts, pourquoi les autres en feraient !
        A force de crier vous devenez inaudible, car l’autre criera plus fort encore !
        A quoi bon, c’est idiot, indigne !

  5. Installer l’Otan, c’est figer les frontières et accepter de fait l’annxion de la Crimée. L’OTAN ne va pas attaquer les forces pro-russes, contrairement aux ukrainiens. Monsieur Poutine est intelligent, les Otaniens acceptent l’annexion. Point à la ligne, quel est le pays suivant que souhaite controler les russes?

      1. @claude : Alors les Turcs, ont-ils le droit de reprendre la Crimée pour la « réunifier » ?

        1. FAut demander aux criméens, c’est eux qui ont demandé à la Russie de les accueillir tout comme le Donbass,la Transnitrie, la Abkasie, l’Ossétie Sud…

      2. Partant de là on peut se réunifier avec le Palatinat, avec la Belgique, les allemand avec la Poméranie, Kaliningrad, la Pologne avec sa partie est amputée par les russes, l’Aquitaine réunifiée à l’Angleterre… etc…
        Bel avenir que vous proposez là !
        Sans réfléchir , encore !
        STOP ?? ou ENCORE ???

      3. @claude
        Les mots ayant leur importance :
        – La réunification est le processus qui voit deux territoires anciennement unis, sous quelque forme que cette union ait eu lieu, fusionner à nouveau en un seul territoire. Cette liste n’inclut ni les revendications territoriales d’un état sur d’autres, ni les revendications d’autonomie ou d’indépendance de tel ou tel peuple ou territoire.
        – Une annexion est le rattachement d’un territoire à un autre, généralement plus grand. Elle se distingue de la colonisation tant au niveau économique, religieux ou idéologique ; l’annexion se traduit par l’intégration absolue du territoire annexé dans le système de l’annexant, que celle-ci résulte de la volonté des populations annexées (plébiscite, référendum d’autodétermination, etc) ou non.
        La Crimée a donc bien été annexée ! … 😉

      1. et demain ce sera quoi ??
        La réunification de l’Alaska avec Poutine ??
        La Finlande avec Poutine ??
        vous ne comprenez rien à rien , trop CON sans doute, désolé pour ce gros mot mais vous le méritez !
        On cherche tous à se réunifier de force et puis on fait la fête ??
        La nationalisme débridé bête et méchant n’a que assez duré !

    1. L’OTAN aurait pu intervenir pour soutenir l’Ukraine après l’annexion de la Crimée suite à une invasion militaire et son faux référendum sous la menace des armes et l’arrestation des opposants politiques ou après l’invasion de l’est de l’Ukraine mais l’OTAN ne souhaite pas la guerre.
      On s’achemine vers une partition de fait de l’Ukraine d’autant que l’armée russe n’a plus la capacité d’avancer, Poutine ne pouvant pousser ses pions plus loin, il propose une séparation de fait à l’ONU.

    2. Je me marre, encore un qui n’a pas compris que la Crimée, c’est réglè, plié, terminé.

      1. Marre toi alek machin , rien n’est jamais plié dans la vie, rien n’est figé, tu devrais le savoir toi l’Homme très intelligent !

      2. @aleksandar
        Au contraire, c’est exactement ce que Lagaffe évoque ! …
        Vous visiblement, vous ne comprenez toujours pas grand chose … 😉

    3. Et pourtant il serait si simple de faire saigner les russes en les équipant d’armes occidentales plus modernes ! Ceci dit j’espère que Poutine se sera plus aussi stupide et sans scrupules qu’il l’a été jusqu’à présent. Une annexion totale et non plus partielle de l’Ukraine pourrait définitivement nous plonger dans un conflit nucléaire.

  6. Je ne sais pas de qui il faut s’inquiéter le plus de : Poutine, ou des pro russe à l’Ouest qui sont bêtes à bouffer du foin (et le mot est faible), vivant dans une vision binaire des choses et dans l’éblouissement total de ce qu’est la Fédération de Russie …
    Ou alors ils ne connaissent pas la mentalité russe, c’est pas Dieu possible !

    1. @Asie Centrale & Cie
      .

      Ouais bon , sortez de ce baratin méprisant et accusateur inconsistant et expliquez-nous ; parce que là pour l’ instant , c’ est le vide intersidéral …

      1. Vous n’êtes même plus au stade du mépris, c’est dépassé, obsolète, vous nous servez de clowns idiots !

        1. Ça ne s’ arrange pas mon pauvre vieux … Apparemment les vacances ne vous réussissent pas … ou alors elles n’ ont peut-être pas été assez longues …

  7. Monsieur stoltenberg ne semble pas avoir bien réfléchi… chaque fois que l’ONU a mis en place des casques bleus, cela a gelé la situation et permis de mettre en place une frontière fictive entre les belligérants ! C’est exactement ce que veut monsieur Poutine. De ce fait c’est l’ONU qui lui accordera toute la partie de l’Ukraine qui se trouve entre la frontière russe et la ligne de front…..
    Avoir fait tant d’année d’étude pour arriver à être le patron de l’OTAN et se faire rouler dans la farine comme ça, c’est un peu décevant.

    1. @Carin
      .

      Certes , c’ est fort probable mais dans un autre ordre d’ idées , un niveau d’ exigences trop élevé risque de braquer les russes et de conduire au blocage …

    2. Et les gens qui meurent toutes les semaines là-bas, ils comptent pour du beurre ? Qu’est ce que ça peut nous foutre que ça fasse plaisir à Poutine ?

      Rassurez vous, Stoltenberg sait très bien ce qu’il fait en appuyant les demandes absurdes de Kiev. C’est une posture pour se faire passer pour le gentil.

  8. À MD
    Bonsoir, les observateurs de l’OSCE sont les émissaires de l’Europe et leur mission est duement actée dans les accords de Minsk. Accords que la Russie à signés…. Alors lorsque ces émissaires sont injuriés, brutalisés, emprisonnés, voir tué pour l’un d’entre eux, c’est aux européens qu’il faut s’en prendre , car si nous en avions un peu dans nos pantalons c’est nous qui assurerions la protection de nos envoyés!!! Si derrière nos émissaires se trouvaient des militaires aguerris et avec un droit de riposte à l’appréciation des hommes sur place, les petits hommes vert cesseraient immédiatement toute répressions et autre intimidations envers ces émissaires européens!!!!

    1. Et vos « soldats aguerris » feraient quoi contre les obus ukrainien? Merci de répondre.

      1. Pas ukrainiens alk truc, mais russes les obus !!
        Les sbires de Poutine, dont vous faites partie, tirent le premiers en rigolant puis quand sont pris la main dans le sac éructent tous en chœur, « c’est pas moi, non j’te jure,( en te crachant à la gueule), c’est l’autre là, le méchant ukrainien nazi ! »
        On le connait ton discours de brute épaisse !

        1. Vous devriez diminuer votre consommation de boissons alcoolisées mon brave, cela nuit a vos capacité de raisonnement.

      2. À alexandar
        Les obus ukrainien répondent souvent aux obus russe… Je dis russe parce que toute les sortes de lance pelots armant l’insurrection ne poussent pas dans les champs Mais en Russie!

  9. légèrement HS : Ceux qui défendent la Russie maintenant, en particulier parce que M. Poutine applique telle politique ou parce qu’il représente ceci ou fait cela sont les (faux) frères jumeaux des communistes français qui défendaient bec et ongle l’URSS..
    .
    Dans les deux cas ils se font avoir par la Russie ou l’URSS qui ne cherche ou cherchait qu’à diviser l’Occident. Dans les deux cas, le niveau moyen de vie des russes ou des soviétiques étaient ou est bien inférieur au notre.
    .
    Ci-dessous un reportage d’ARTE montrant en particulier que la Russie entraîne une cinquième colonne en Hongrie et Bulgarie, qui pourrait notamment être activée en cas de guerre hybride :
    https://video.search.yahoo.com/search/video;_ylt=AwrDQykfbMVZi0sAFc37w8QF;_ylu=X3oDMTBsOWdjMmRnBHNlYwNzZWFyY2gEdnRpZANWSURDMQ–;_ylc=X1MDOTY3ODEzMDcEX3IDMgRhY3RuA2NsawRiY2sDNDIydWllZGM3OWU1ZCUyNmIlM0QzJTI2cyUzRGQ5BGNzcmNwdmlkAzFnZFJKVEV3TGpGQkM5SnpXSFM0clFwTE9EUXVNUUFBQUFDdEVLUHIEZnIDY2hyLWdyZWVudHJlZV9mZgRmcjIDc2EtZ3AEZ3ByaWQDeld1VXdDeGlUV3UzamhUSmxfRGNBQQRtdGVzdGlkA1VJMDElM0RWSURDMQRuX3JzbHQDMTkEbl9zdWdnAzAEb3JpZ2luA3ZpZGVvLnNlYXJjaC55YWhvby5jb20EcG9zAzAEcHFzdHIDBHBxc3RybAMEcXN0cmwDMTUEcXVlcnkDZmFucyBkZSBwb3V0aW5lBHRfc3RtcAMxNTA2MTAzMzM0BHZ0ZXN0aWQDVklEQzE-?gprid=zWuUwCxiTWu3jhTJl_DcAA&pvid=1gdRJTEwLjFBC9JzWHS4rQpLODQuMQAAAACtEKPr&p=fans+de+poutine&ei=UTF-8&fr2=p%3As%2Cv%3Av%2Cm%3Asa&fr=chr-greentree_ff#id=2&vid=808ded2cab78ae0d677c36f822e1152b&action=view
    .
    J’ai du sang russe et suis triste pour ce pays.

      1. Alors DEGAGE de notre pays, ou on sera forcés de te dégager par la force
        Si l’avenir c’est Poutine alors l’avenir sera une dictature, on n’en veut pas de ton avenir !
        J’ai hâte de te coller le pied dans le cul

        1. Vous-y êtes déjà en dictature …
          Certes , elle n’ est pas encore sanglante et tyrannique , ni particulièrement sévère mais elle est là et bien là …

      2. À claude
        Putain Claude, Mais quel âge vous avez pour suivre aveuglément un tel individu???
        Notez que je ne dis pas cela pour vous insulter ou vous rabaisser, je me pause vraiment la question.

    1. Arte est une sale officine gauchiste qui en plus ignore que la 2eme GM est terminée à regarder avec parcimonie comme france 24,

  10. Poutine est un grand stratège, un équilibriste … et il a un putain d’équilibre

    Même ceux qui ne l’aiment pas devront le reconnaître un jour (et je l’aime pas spécialement, c’est un cynique assez glacial comme beaucoup de dirigeants … aucune raison d’avoir de la sympathie pour lui)

    Encore faut-il pouvoir s’en rendre compte…

    1. Son équilibre est d’éliminer ses opposants, physiquement , comme ça il le garde son équilibre, pour combien de temps ??
      La terreur profite aux dictateurs mais quand les peuples se soulèvent, osent le faire, ils tombent. D’autres dictateurs en Europe voudraient se soulever contre la démocratie, pour installer la terreur….

  11. Ah ! Le petit Jens Stoltenberg, très en forme en cette rentrée scolaire, son cartable neuf -made in USA, évidemment- sur le dos, et qui pétille de mille feux à peine rentré ! Il a mal révisé ses leçons et il croit, ou veut croire, que l’ONU ce sont les USA seulement, et il saute de joie en espérant des soldats américains partout dans l’est de l’Ukraine, et surtout au-delà du mandat de l’ONU ! il est comme ça , Jens : dans sa chambre, déjà, y’a des GI en plastique partout et il joue à écraser des vilains russes tous les soirs en rentrant de l’école, avant même son goûter ! Sacré Jens, il va falloir quand même songer à apprendre tes fondamentaux, t’es pas là seulement pour mettre des GIs partout en Europe et au-delà pour taper sur les vilains russes, comme dans ta chambre !

    1. Ah ! Jacques nous ressort ses fameux copier/coller ! …
      A moins qu’il ne s’agisse d’un obstiné radotage, sénile de surcroît ?… 🙁

  12. @Françoise
    .
    Et l’ Occident ne cherche ou ne cherchait qu’ à diviser la Russie/URSS , en bref vice et versa ; tout cela n’ a rien de nouveau et fait partie intégrale de ce jeu de cons qui provoque des guerres …
    .
    Quant-à votre tout premier paragraphe , pas sûr du tout que ce soit le cas de tous ceux qui « défendent » comme vous dites , la Russie de Poutine …
    .
    Les USA via le CIA et ses copains/copines ont largement contribué à foutre le boxon un peu partout sur la planète au nom d’ un anti-communisme à grande échelle jusqu’ à l’ effondrement complet de l’ URSS et de tout le bloc du Pacte de Varsovie déjà vacillant … puis quand il semblait que tout était enfin acquis , que tout le monde était d’ accord pour faire de cette Terre une totale économie de marchés censée apporter bonheur et félicité à tous , un Monde unipolaire gravitant autour de l’ hyperpuissance hégémonique américaine , « on » prend très vite la très grosse tête et … PATATRAS ! Ce qui devait arriver arriva … « Zut ! Mais comment est-ce possible ? tous ne l’ entendent pas de cette oreille , comment ça se fait ?? C’ est inouï une chose pareille … »
    .
    Ben non , cela n’ a rien de surprenant ; c’ est une conséquence on-ne peut-plus logique donc tout-à-fait prévisible …
    .
    De plus , à une action correspond une réaction , à un pouvoir un contre-pouvoir et les mêmes causes produisant toujours les mêmes effets , vous devinez la suite …

  13. Les Ukrainiens veulent aussi que les casques bleus désarment les rebelles. C’est leur position depuis 2 ans et c’est bien eux qui bloquent.

    C’est déjà un conflit gelé. Envoyer des casques bleus sur la ligne de front ne changerai pas grand chose à ce sujet. Par contre il y aurai moins de morts. La ligne de front traverse des zones urbanisées et je pense que les locaux aimerai beaucoup que les bombes cessent de voler dans les deux sens.

    De plus comme il est rappelé dans l’article, tout cela coute cher. Trouver de l’argent pour la ligne de front, c’est faisable. Pour quadriller tout le Donbass c’est déjà plus dur. Ceci dit les Européens pourraient très bien trouver cet argent dans les milliards qu’on file à Kiev (qui s’assoit sur Minsk 2 depuis 2 ans).

  14. Le gouvernement canadien a entamé les démarches qui consiste à ajouter l’Ukraine à la liste des pays désignés pour la vente d’armes automatiques et dénonce les combattants prorusses qui sont impliqués dans le conflit qui fait rage dans l’est de l’Ukraine.
    « Le Canada appuie sans équivoque la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Le Canada réitère qu’il ne reconnaît pas l’annexion illégale de la Crimée par la Russie et continue à condamner l’agression militaire russe dans le Donbass. »
    Le Canada a déployé environ 200 soldats en Ukraine lors de l’été 2015 pour aider les forces gouvernementales dans leur combat contre les troupes prorusses établies dans l’est du pays.
    Les militaires canadiens devaient auparavant rester à l’ouest de l’Ukraine, mais en mars, l’armée canadienne a permis à ses commandants de déplacer les militaires ailleurs au pays, sauf dans des zones où ils pourraient se retrouver devant les soldats russes ou les forces séparatistes.
    Le Canada a également fourni environ 16 millions de dollars en matériel non létal, dont des casques, des gilets pare-balles et des vêtements d’hiver. Le gouvernement s’est aussi engagé à verser 7,25 millions de dollars supplémentaires d’ici 2019.

    1. Matériel déjà revendu par les commandants de l’armée ukrainienne sur le marche noir. L’Ukraine est en faillite et il faut bien vivre…..

  15. Les Russes, en soutenant cette démarche, même s’ils y posent des conditions, sont les plus pragmatiques…Porochenko, cette marionnette de Soros et de l’état profond US est juste un inculte et un abruti…..Il suffirait que Trump l’appelle et lui parle avec son langage fleuri pour faire rentrer ce petit vaniteux dans sa cage. Maintenant, les Russes, et c’est de bonne guerre, n’ont pas à faciliter la tâches aux artisans des révolutions de couleurs….

    1. Le président ukrainien Petro Porochenko et Donald Trump se sont rencontrés pour la première fois à la Maison Blanche en juin dernier.
      « C’est un grand honneur d’être avec le président (Petro) Porochenko », a déclaré le président américain depuis le Bureau ovale. « Nous avons eu de très très bonnes bonnes discussions », a-t-il ajouté. Selon le président ukrainien, la discussion a en particulier porté sur la coopération militaire. « Le président a donné des instructions claires pour que nous élargissions notre coopération », a-t-il affirmé à l’issue de sa rencontre avec M. Trump.
      Dans la foulée, Washington a annoncé de nouvelles sanctions contre 38 individus et entités dans le Donbass ainsi que deux responsables gouvernementaux russes et une douzaine d’individus et organisations opérant en Crimée. Elle ont pour objectif de « maintenir la pression sur la Russie pour trouver une solution diplomatique ».

  16. Seule une intégration de l’Ukraine dans l’Otan pourrait encore sauver les ukrainiens. Mais bon c’est mieux que rien et puis Poutine va encore crier à la provocation. C’est toujours amusant de voir ce clown jouer la comédie.

Les commentaires sont fermés.