Un sous-marin allemand de la Grande Guerre retrouvé presque intact en mer du Nord

Lors de la Première Guerre Mondiale, le port de Zeebruges était un objectif prioritaire des Alliés étant donné qu’il abritait une escadrille de sous-marins de la marine impériale allemande. En avril 1918, la Royal Navy lança l’opération « ZO » (pour Zeebruges – Ostende) afin d’en bloquer l’accès en y sabordant des navires chargés de béton à l’entrée du canal. Mais le succès de cette dernière est sujet à caution.

Toujours est-il que l’un de ces sous-marins a été découvert, cet été, dans un état de conservation remarquable, par le plongeur Thomas Termote, un passionné d’archéologie maritime. Le bâtiment repose à une trentaine de mètre de profondeur, au large d’Ostende.

L’emplacement exact n’a pas été précisé, afin d’éviter de tenter les pilleurs d’épave. Un tel site est en effet considéré comme étant un cimetière militaire.

L’annonce de cette découverte a été faite ce 19 septembre, lors d’une conférence de presse donnée par Thomas Termote et Carl Decaluwé, le gouverneur de la Flandre occidentale.

« Toutes les écoutilles sont fermées. Cela indique que l’épave n’a pas été découverte avant et que d’autre part, les 23 membres d’équipage y sont encore », a indiqué M. Carl Decaluwé. Cela étant, une partie de la proue est portée manquante.

Au regard de ses caractéristiques (27 mètres de long pour 6 mètres de large), ce sous-marin allemand serait un Unterseeboot type UB II de 324 tonnes. Construit à 30 exemplaires entre 1915 et 1916, ce submersible côtier était armé de torpilles G de 50 cm de diamètre et d’un canon installé sur le pont.

Le quotidien De Standaard précise que la cause du naufrage de cet UB II ne sont pas clairs. « Les dégâts infligés sur l’arceau suggèrent que l’explosion d’une mine de contact au-dessus du sous-marin » a pu provoquer sa perte.

Reste maintenant à identifier ce sous-marin. D’après les autorités flamandes, il n’y aurait que trois possibilités. Il pourrait en effet s’agir de l’UB-27 (coulé par le HMS Halcyon en juillet 1917), de l’UB-29 (envoyé par le fond par le HMS Landrail en décembre 1916) ou de l’UB-32 (attaqué par des avions en septembre 1917).

Quand ce sera fait, l’indentification des 23 membres d’équipage pourra commencer. « J’ai appelé l’ambassadeur d’Allemagne à Bruxelles. Si le navire est identifier, alors nous informerons d’abord les autorités allemandes et les familles concernées », a expliqué M. Decaluwé.

Tyne & Wear Archives & Museums / Intérieur d’un u-Boot allemand

Photo : Position de l’épave (c) Thomas Termote

4 commentaires sur “Un sous-marin allemand de la Grande Guerre retrouvé presque intact en mer du Nord”

  1.  » Sur la tombe d’un marin ne fleurissent pas les roses », traduction d’un vieux dicton allemand.
    Reposez en paix, camarades…

    1. il s’agit d’une chanson :
      Loin, loin à travers l’océan
      un matelot s’en est allé à la recherche du bonheur.
      Depuis longtemps déjà il est parti
      mais nul depuis lors, n’a rien su de lui.
      Refrain
      Sur la tombe du marin
      ne fleurissent pas les roses.
      Sur la tombe du marin,
      il n’y a pas d’Edelweiss.
      Il n’a pour fleurs que les mouettes blanches
      et les larmes brûlantes de la fille qui l’aimait

      dans le même esprit:
      Amis ne pleurez pas le marin disparu
      Heureux il dort où il voulait vivre
      Amis ne pleurez pas le marin disparu
      Mais priez que les vagues le bercent doucement

      Et j’espère que cette découverte ne va pas attirer les habituels charognards des épaves !

    1. Dans la continuité. ..
      Malgré le traité de Versailles, lesvAllemands perfectionnèrent leurs sous marins pour aboutir au type VII, et des dérivés perfectionnés avec l’aide de la Suède.
      Étonnement, les Anglais autorisèrent Hitler a doter la flotte Allemande d’autant de sous-marins que laseconde marine du monde… ce qui me laisse dubitatif comme méthode pour calmer les ardeurs du forcené à la croix gammée.
      L’apparition du type XXI ou  » electroboot » était un pas décisif. De toute manières, les Nazis ne pouvais garder l’avantage que sur l’aspect technologique, mais ce fut les marines alliées qui, en récupérant les navires ou les plans, purent mettre à profit les avancées dans ce domaine.
      .
      La marine Japonaise n’était pas en reste avec la sous-marinade, et les Américains préférèrent couler les sous marins nippons que de livrer les prouesses technologiques aux Russes , intéressés par les sous-marins porte-aéronefs.
      .
      Cette double influence devait donner aux états-unis une supprématie totale après guerre dans la sous marinade.
      .
      La France récupéra plusieurs petits sous-mains et un type XXI qui implosa lors d’une plongée test; le métal de mauvaise qualité fut mis en cause…

Les commentaires sont fermés.