Le sous-marin nucléaire américain USS Jimmy Carter sous pavillon pirate

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

77 contributions

  1. Romulus dit :

    « le « Jolly Roger », que les pirates, notamment d’origine anglo-saxonne, hissaient au XVIIe siècle avant d’aller à l’abordage d’un vaisseau. »
    C’est vrai, mais il faut préciser que le premier pirate a l’avoir arboré lors d’une attaque est le pirate Français Emmanuel Wynne ,le 18 juillet 1700 !

    • virgile dit :

      Intéressant ! Mais du coup le premier hissé du Jolly est arrivé le siècle après que ce soit une tradition de le hisser, comment se fait-ce ?

    • Auguste dit :

      http://www.hglycee.fr/?p=3691
      Le Wiki anglais le lui attribuent,mais précisent que c’est par des sources secondaires.Par contre dénient l’origine de « Jolly Roger » due à une déformation de « Jolie Rouge ».Le mot Jolie Rouge en référence au drapeau pirate n’apparait dans aucune source historique.Par contre il y a une référence sur un pirate anglais battant pavillon « Old Roger » (surnom du diable) au large du Brésil.Et il est dit que Jolly Roger désignait un homme jovial.Bref,rien de sûr.

  2. Le Suren dit :

    Intéressant, merci Monsieur Lagneau.

  3. Raymond75 dit :

    Pavillon normal pour un navire qui pirate les communications internationales ! Le piratage des communications est devenu une activité essentielle et quasi normale des états. Espionnage militaire peut être, mais surtout économique et industriel, suivi des communications personnelles, introduction de virus qui peuvent être dévastateurs, au point que l’attaque informatique de certains sites est maintenant considérée comme une atteinte aux intérêts vitaux d’un pays. On peut mettre à genoux un pays sans l’envahir et sans tirer une cartouche … Les points de départ et d’arrivée des câbles sous marins sont reliés directement à des stations de surveillance … La Corée du Nord n’a pas de câble sous marin 🙂

  4. Fusco dit :

    Un temps, sur mon X10 P à Mailly…… Daniel, tu me reconnaitras.

    • Grosminet dit :

      FORAD du temps du pit Cano?

    • tbt dit :

      un temps également sur mon char (sur la perche aero de mon xl) à mourmelon et autre part mais le mien état noir sur fond vert 🙂
      c’était l’adjoint du peloton qui me l’avait donné en passation …..de pouvoir quand j’était jeune padawan au peloton.

  5. Ausuivant dit :

    Bravo pour les explications historiques.

  6. Thaurac dit :

    Si vous lisez les thrillers américains, surtout ceux sur les sous marins de DiMercurio, il parle souvent du « Jolly Roger » pour le retour de mission.
    donc, apparemment, ils viennent de réussir quelque chose de pas trop mal…

    • Thaurac dit :

      Et si vous ne le connaissez pas, vous ne pourrez plus le dire
      http://libgen.io/foreignfiction/index.php?s=dimercurio&f_lang=French&f_columns=2&f_ext=All

      Pour les epub meilleur log= sumatra

      • Frédéric dit :

        Je ne connaissais pas ce site. J’ai la quasi totalité des titres de DiMercurio 🙂
        A contrario des Tom Clancy, c’est beaucoup plus  »science fiction » avec sous-marins dirigés par des IA, et si les États-Unis gagnent les guerres contre le monde musulman, la Chine Rouge, le Japon, l’Inde, etc… Ils subissent des pertes souvent énormes – les porte-avions et autres navires de surface coulent par dizaines – et n’ont pas souvent la supériorité technologique.

    • Caton dit :

      DiMercurio est un bon romancier mais qui mêle un peu de réalisme à des fantasmes technologiques et politiques dignes de la science-fiction la plus audacieuse. Prendre ses délires pour argent comptant est risqué.
      Rien à voir avec l’excellent Tom Clancy dont les romans, pour être bien évidemment des fictions, sont parfois tellement précis et réalistes que ça lui a valu des soucis au début de sa carrière.

      • Nico St-Jean dit :

        @ Caton
        .
        Je partage entièrement votre avis.

      • Thaurac dit :

        On parle de sous marin, dimercurio et robinson sont top, d’ailleurs mercurio ou approchant, apparait dans les romans de clancy.Clancy était un visionnaire incroyablement doué…

  7. Carin dit :

    Bonsoir, la Corée du Nord n’est peut-être pas reliée par câble sous marin, mais dans ce secteur on peut relever :la Chine, la Russie, le Japon, et la Corée du Sud…. lequel de ces quatre heureux gagnant a eu l’honneur de voir ses coms écoutées par uncle sam???

  8. billou57 dit :

    bref ils ont fait quelques saloperie illégal et en sont fier …
    et comme des neuneu on rigole

    • Montaudran dit :

      Et Hop encore un zozo qui nous sort l’argument « illégal ». On parle de service secret, d’espionnage, vous croyez quoi que dans les autres nations c’est plus « légal » ?

  9. Nico St-Jean dit :

    Il s’agit du sous-marin le plus avancée technologiquement parlant de l’histoire marine. Même les nouveaux Virginia mis en service en 2016 ne lui arrive pas à la cheville dans certains domaines.
    .
    Beaucoup de gens avaient critiqués ce programme de 3 sous-marins extrêmement cher et jugé à l’époque « trop avancé » mais la réalité d’aujourd’hui est que la R&D et les technologies qui ont été développés pour ses sous-marins ont directement contribué à mettre au monde l’excellente classe Virginia. Devinez ce qui va se passé avec les Zumwalt et la classe qui remplacera les premiers Arleigh Burke ..

    • Laurent Lagneau dit :

      @ Apoune,

      Le cas que vous évoquez n’a rien à voir avec la tradition liée aux navires britannique. On parle de pavillon, pas d’insigne d’escadron/flottille

  10. Castor dit :

    Dans la marine nationale, le sous-marin Rubis arbore aussi le Jolly Roger. D’ailleurs, c’est le sien qui comporte le plus grand nombre de navires ennemis envoyés par le fond (par mines et torpilles).

    • Marti dit :

      Non c’est le Casabianca

      • Pierrot dit :

        Non, c’est bien le Rubis. Le Casa a sur son « Jolly Roger » une barre rouge (= navire militaire coulé à la torpille), une barre blanche avec un point (= navire civil blessé à la torpille et ayant fini par couler, si je ne me trompe pas sur ces définitions), et une barre rouge avec des canons par dessus (= navire militaire coulé au canon). Il a également 7 dagues commémorant 7 opérations clandestines de débarquement de matériel et personnel sur les côtes occupées, ainsi que la Corse (pour la participation à la libération en transportant le 1er Choc à Ajaccio).
        Le Rubis en a… beaucoup plus (de barres blanches et rouges)

  11. Thierry HENRY dit :

    Qui peut m’expliquer la logique de ces américains qui, par pudeur, ou « politiquement correct » cherchent à effacer les souvenirs des généraux sudistes, et, en même temps, arborent des emblèmes pirates ??? Les pirates étaient-ils de grands humanistes ???????????????

    • Eric dit :

      Ce ne sont pas les forces armées américaines qui cherchent à effacer le souvenir des généraux sudistes : il suffit de voir le nombre d’installations de l’US Army qui portent le nom d’officiers confédérés, comme Fort Rucker, Camp Beauregard ou Fort Stewart par exemple… Le plus connu étant Fort Bragg, en Caroline du Nord, base des divisions aéroportées US, nommé ainsi en l’honneur du général Braxton Bragg, un des plus célèbres généraux du sud.

    • MD dit :

      La logique des politiciens n’a tout simplement rien à voir avec les traditions militaires des armées américaines. Quant à la question de l’humanisme des pirates, il ne faut pas oublier que les Américains étaient ( et sont encore) un peuple très pragmatique. Ils l’ont prouvé en 1815, lorsqu’ils ont accepté l’aide du très sulfureux contrebandier, pirate et trafiquant d’esclave français Jean Lafitte qui les avait plus d’une fois ridiculisés . Le général Jackson a très volontiers accepté le renfort que lui amenait Lafitte avec ses canons et ses marins aguerris, ainsi que ses conseils astucieux, pour battre les Anglais à la Nouvelle Orléans.

  12. Ronin dit :

    va falloir refaire la carrosserie!

  13. ScopeWizard dit :

    Dans l’ US Navy , pas de Jolly Rogers ??
    Pas exactement …
    .
    À partir du 1er janvier 1943 , naquit le Fighter Squadron VF-17 , puis à partir du 15 novembre 1946 le VF-17 fut renommé VF-5B quand le 28 juillet 1948 il devint le VF-61 et ce jusqu’ au 15 avril 1959 où ce fut le VF-84 qui reprit à son compte le mythique Jolly Rogers lorsque le VF-61 fut dissous !
    Le VF-84 conservera son emblème pendant 40 ans , de 1955 à 1995 ; aujourd’hui , le Jolly Rogers est l’ insigne du VFA-103 …
    .
    Les divers « Jolly Rogers » :
    VF-17
    http://www.hitechcreations.com/wiki/images/7/71/Vf17wiki.gif
    .
    Le VF-5B
    désolé , pas de documents spécifiques…
    http://www.av8rstuff.com/gifs/vfvfa103100yrsnvlav.jpeg
    .
    Le VF-61 ; observez le Jolly Rogers sous le siège éjectable du FJ-3 Fury ( version navalisée/embarquée du North American F-86 Sabre ) …
    http://www.wings-aviation.ch/21-USNavy/NorthAmerican-FJ/VF-61-1.png
    .
    La même chose , mais sous le tableau de bord , du Grumman F-9 F Panther
    http://www.wings-aviation.ch/21-USNavy/Grumman-F9F/VF-61-01.png
    .
    Le VF-84
    Epoque Vietnam
    http://thumbs1.picclick.com/d/w1600/pict/131554303880_/VIETNAM-WAR-PATCH-US-NAVY-FIGHTER-SQUADRON-VF-84.jpg
    .
    Un Mc Donnell F-4 J Phantom II embarqué sur le CV-42 Franklin D . Roosevelt de la classe Midway ( ne pas confondre avec le CVN-71 USS Theodore Roosevelt de la classe Nimitz )
    http://i.ebayimg.com/t/VF-84-JOLLY-ROGERS-F-4-PHANTOM-US-NAVY-USS-PIN-VIETNAM-/00/s/NzA5WDExMTQ=/z/tvIAAOxyFPNSK7pM/$T2eC16ZHJH8FHQqH3NBKBSK7pL,6m%21~~60_57.JPG?rt=nc
    .
    En vol , survolant l’ Etna enneigé
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/cb/F-4N_Phantom_of_VF-84_over_Mt_Etna_in_1975.jpg
    .
    En formation , survolant le Grand Canyon ?
    https://c1.staticflickr.com/9/8483/8228565894_6d10c2000a_b.jpg
    .
    Sur Grumman F-14 Tomcat : la livrée légendaire !
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/68/F-14-vf-84.jpg
    .
    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2d/F-14A_Tomcat_of_VF-84_taking_off_from_NAS_Oceana_1990.jpeg
    .
    Le VF-103 toujours sur F-14 Tomcat ; en livrée « basse visibilité » …
    http://thumbs.picclick.com/00/s/MTE0MlgxNjAw/z/VREAAOSwnDZT3~me/$/VF-84-Jolly-Rogers-1995-Patch-TARPS-ORIGINAL-USS-_57.jpg
    .
    Sur F/A-18 F Super Hornet
    https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/originals/f8/5f/bd/f85fbde32b0ba2c5baa893b36742c45e.jpg
    .
    http://www.touchdown-aviation.com/image.php?src=/2006/reports/vfa-103/img_7906.jpg
    .
    Merci d’ avoir jeté un œil indulgent sur ce trop rapide tour d’ horizon des légendaires « Jolly Rogers » de l’ US Navy … 🙂

  14. Corsaire dit :

    A préciser également que l’emblème « pirate » était à la fois hissé par les Corsaires (pirates qui n’attaquaient que les bateaux des ennemis de son pays, donc, un pirate au service de son Roi…) et les Flibustiers qui eux attaquaient n’importe quel navire de quelque pays qu’il soit.
    On peut dire ici que ce sont donc des Corsaires Américains 😉

    • wagdoox dit :

      pirate au service du roi ca s’appelle un corsaire.
      Flibustiers c’est un corsaire mais en Amérique latine.

    • ScopeWizard dit :

      @Corsaire
      .
      Vraiment très intéressant !
      .

      Petite précision sur nos amis flibustiers selon Wikipedia :
       » le mot « flibustier » est dérivé du néerlandais vrijbuiter (« qui fait du butin librement »). Certaines sources citent comme origine le mot flibot (« sorte de petit bateau »), d’autres préfèrent free booter (« libre pillard »). Le mot apparaît lorsque les Hollandais révoltés contre la domination espagnole avaient armé des navires corsaires pour lutter contre l’Espagne. Mais les Pays-Bas n’existant pas en tant qu’État indépendant reconnu avant 1648, leur statut de corsaire n’était pas reconnu. Les Espagnols les considéraient comme pirates pendant que les alliés des Hollandais les voyaient comme des corsaires. Toute une population va naître à mi-chemin entre piraterie, aventure, guerre de course. Le flibustier est un aventurier qui peut se louer en tant que corsaire au plus offrant en temps de guerre, qui peut naviguer comme marin de commerce comme s’adonner à la piraterie. »

  15. Badass dit :

    C’est moi ou l’USS Jimmy Carter est en sale état sur cette image ?

    • Nico St-Jean dit :

      @ Badass

      Il l’est, mais c’est normal après plusieurs mois à navigué à entre 600m et 400m. Il est temps pour lui de recevoir ça MCO, comme à chaque fin de mission.

    • ScopeWizard dit :

      Les termites , ça bouffe tout les termites …

  16. maxime dit :

    j’aimerais bien savoir comment on peut lire le flux lumineux qui circule dans un cable sous-marin de fibres optiques sans couper ledit cable. Autant pour un cable électrique je vois à peu près autant là…Si un ingénieur de passage a un début d’explication, même grossière, je suis preneur.

    • lym dit :

      Cela a beau être de l’optique, le signal s’atténue et ne peut faire des milliers de km sans passer par des répéteurs réguliers. Il est sans doute possible de se brancher sur ces derniers, même si en profondeur on a un peu de mal à imaginer le travail sur ce typé d’élément bien scellé vu les conditions qu’il supporte, sans rien perturber.
      Cela n’oblige en tout cas pas à couper le câble pour y placer son propre équipement ce qui aurait en prime moins de chances d’être discret sur l’exploitation et évite aussi le risque posé par le câble d’alimentation des répéteurs (HT vu les distances pour éviter trop de pertes par effet Joule) qui va avec l’optique pour les données.
      Maintenant, vu les volumes de données, le pb qui se pose est leur récupération. Je ne pense pas qu’ils puissent poser de véritables dérivations (quand proximité d’autres cables?) et poser un data-center sur le fond à aller vider de temps à autres compliqué!

    • zento dit :

      Pas du tout ingénieur, mais les câbles ne sont pas d’un seul tenant, il y a forcément des boitiers de connexion, de relais, et ‘dispatching’. autant de points d’entrée…

    • vrai_chasseur dit :

      ça c’est effectivement une bonne question. Auparavant (années 80), un sous-marin plaçait un ‘pod’ sur le câble qui interceptait tout. Le pod tombait automatiquement si l’exploitant du câble le relevait pour maintenance. Le sous-marin revenait chercher ensuite le pod quand ses disques étaient pleins…
      Avec les fibres optiques c’est plus compliqué. Il faut ‘dériver’ le flux lumineux (c’est techniquement possible mais très sophistiqué). Mais le vrai challenge n’est pas là. C’est surtout pouvoir exploiter et trier utilement le torrent de données gigantesque qui arrive subitement. Et surtout, juridiquement c’est une écoute ‘active’ (on place volontairement un dispositif) contrairement à une écoute passive (les ondes électromagnétiques arrivent toutes seules à vos oreilles). Cela nécessite un accord préalable d’une autorité judiciaire même aux US. Et ça embête énormément la NSA, qui nage dans l’illégalité complète.
      2 anecdotes : le USS Jimmy Carter porte le Jolly Roger en référence à l’ordonnance présidentielle américaine autorisant l’écoute clandestine, signée par … le président Jimmy Carter. Le prédécesseur du USS Jimmy Carter, le USS Parche, avait aussi cette prérogative. Tous les deux sont détenteurs de la plus haute distinction militaire d’unités combattantes, la PUC (Presidential Unit Citation).
      Deuxième anecdote : le gouvernement Valls a autorisé en France les Renseignements à « écouter » sans avoir besoin d’autorisation judiciaire : c’est la Loi renseignements de 2015….

    • MERCATOR dit :

      C’est techniquement très simple  » en théorie » il suffit de poser des « bretelles », des pinces équipées de capteurs qui vont enregistrer tous les signaux qui passent par les câbles et donc enregistrer et écouter les informations qui transitent sur ces fibres optiques. »Bref, passons aux explications. Tout commence en novembre 2012 lorsque Senetas, une entreprise australienne, annonce qu’elle a trouvé le moyen de lire et de copier des données transportées par de la fibre optique [PDF en anglais], le tout sans se faire repérer.

  17. Auguste dit :

    L’info du Canard que j’avais repris ici,la semaine dernière (le 7) semble s’avérer exacte.L’option militaire ayant été écartée,les USA, et plusieurs pays occidentaux,ont choisi le projet qui consisterait à programmer « des mesures d’entraves actives » (experts en cyberguerre,éclairez nous)).But recherché:neutraliser,dérégler et désorganiser le fonctionnement des équipements et des sites nucléaires,essais souterrains et lancers de missiles.
    http://www.washingtonexaminer.com/why-was-the-uss-jimmy-carter-flying-the-jolly-roger/article/2634466
    Ils ne donnent pas plus d’infos que Mr Lagneau,mais ils montrent une carte différente.

  18. xml dit :

    Les pirates sont liés directement à la démocratie, ils élisent leur chef en fonction de ses capacités à générer du profit et le redistribuer équitablement. Ils se considéraient comme des hommes libres, n’étant donc rattachés à aucune terre ou aucun seigneur. N’ayant pas de rente ils visent la production. Ce concept s’est développé dans le capitalisme moderne avec l’éclatement des entreprises familiales et des corporations, pour en arriver à un monde où le marché dirige la vie des gens directement ou indirectement, les gens s’associent pour trouver une faille dans la société, une loi, un comportement de consommateur, et ainsi faire un profit. Règne du court terme.

  19. gégétto dit :

    Le HMS Conqueror ( sous marin nucléaire) a arboré le Jolly Roger de retour des Malouines après avoir coulé le Général Belgrano Argentin en 1982.

  20. Vince dit :

    « Ecouter » un câble optique est plus intrusif qu’un câble cuivre : un câble cuivre émet un champ électro-magnétique, à cause du courant qui y circule – « suffit » de savoir intercepter et lire ce champ. Un câble optique n’émet par définition aucun champ : il faut le « pincer » pour détourner une partie du signal optique (de telles pince se vendent dans le commerce).
    .
    Quand on voit la structure d’un câble optique sous-marin, c’est pas une opération simple:
    http://twistedsifter.com/2012/07/the-undersea-cables-that-connect-the-world/
    Ces câbles reposent jusqu’à 8000 m de profondeur et doivent en supporter la pression.
    .
    Ensuite il faut écouter la « bonne » fibre (souvent 8 paires de fibres/câble) ; et sur cette fibre, passe plusieurs longueurs d’onde à 10G , 40G, 100G voire 400G. Bonjour la masse de données. Sans compter que les communications sensibles sont évidemment cryptées.
    .
    Quant à bidouiller dans un répéteur, chargé de régénérer/amplifier le signal optique – mettons tous les 100 kilomètres, si on ne veut pas dégrader son étanchéité, c’est pas non plus gagné (à noter qu’un courant électrique de plusieurs milliers de volts circule en parallèle dans le câble pour alimenter les répéteurs.
    .
    Bref, c’est beaucoup plus simple d’opérer sur les stations terrestres où aboutissent tous ces câbles.
    .
    Par contre aller reconnaître les chemins de câbles en vue de futurs sabotages est sans doute plus intéressant.
    https://www.nytimes.com/2015/10/26/world/europe/russian-presence-near-undersea-cables-concerns-us.html
    .
    Site d’Orange marine pour ceux que la question intéresse. http://marine.orange.com/fr/Actualites/Videos

    • ScopeWizard dit :

      Merci de toutes ces très intéressantes explications ; toutefois , j’ ai du mal à saisir comment il reste possible d’ « écouter » des câbles immergés à de telles profondeurs … un bathyscaphe ? Un robot sous-marin de très grandes profondeurs ?
      Ou bien , plus simplement , il suffit d’ opérer entre 100 et 200 mètres au maximum ?

      • wagdoox dit :

        on en sait évidemment pas grosse sur la question aujourd’hui mais jusque dans les années 90 les US avaient un sous marin spécial, pouvant aller très profond sans aller jusqu’à 8000 m de profondeur. Ce sous marin avait des roues, longer les fonds.
        Je souviens plus du nom par contre.
        Pour la France on se contente d’envoyer son SNA prendre les cables à de moindre profondeur donc plus prêt des cotes.
        L’avenir est très probablement aux drones pour l’endurance.

      • Vince dit :

        Outre les difficultés, la question est de savoir si l’opération est vraiment utile et productive (rentable), vue la masse de données à traiter et la généralisation de puissantes techniques de chiffrement. J’y crois pas trop mais bon. Allez savoir.

  21. M.B. dit :

    Une autre mission est probablement de pré-miner les cables ici et là pour les couper en cas de besoin (sait on jamais). Concernant les cables, il ne faut pas sous estimer le nombre délirant de cables anciens qui restent en activité. Il existe aussi de l’analyse de flux électrique (en très gros on regarde comment le cable est utilisé et pas forcément ce qu’il y a dedans) etc etc.
    Par contre couper un cable en profondeur pour dévier une partie du signal, faut oser…

    • Vince dit :

      Vous coupez le câble et vous avez immédiatement un bateau câblier qui ira voir ce qui s’est passé. Tout ces câbles sont supervisés en permanence, et les opérateurs sont capables avec une assez bonne précision de localiser un incident.
      .
      Je ne vois pas très bien les modalités ni l’utilité d’aller « écouter » un câble optique sous-marin, sauf pour les adeptes du pourquoi faire (très) simple quand on peut faire (beaucoup plus) compliqué. Une mission pour la marine Shadock.

  22. ubi dit :

    Se pourrait-il que ce sous-marin ait pu récupérer des morceaux des missiles nord-coréen ?

  23. Allobroge dit :

    Mon dieu ! Heureusement que c’est dans la marine américaine. Nous, nous avons eu un légionnaire qui l’a porté et ça a fait un scandale !…

  24. rodi dit :

    peut etre j’ai pas bien lu article et ou commentaires mais pourquoi il a arboré ce drapeau??