Paris critique à mots couverts l’achat par la Turquie du système russe de défense aérienne S-400

Membre de l’Otan depuis 1952, la Turquie a donc choisi d’acquérir le système russe de défense aérienne S-400 Triumph (ou SA-21 Growler). Il devrait en coûter environ 2,5 milliards de dollars à Ankara pour quatre batteries.

Ce contrat a sans doute mis fin à un feuilleton à rebondissements ayant commencé en 2013. À l’époque, la Turquie avait été critiqué par l’Otan pour avoir choisi le système chinois Hongqi-9/FD 2000, également incompatible, sauf à communiquer à Pékin des informations confidentielles de nature à compromettre les procédures des Alliés. Finalement, Ankara y avait renoncé tout en affirmant que la priorité irait au développement d’un système de conception nationale, avec le soutien d’un grand groupe.

Si le Hongqi-9/FD 2000 n’était pas compatible avec les systèmes de l’Otan, le S-400 Triumph ne le sera évidemment pas non plus… D’ailleurs, quand les négociations entre les autorités turques et russes semblaient être à un stade avancé, le Pentagone avait souligné que c’était « généralement plutôt une bonne idée pour des alliées d’acheter des matériels compatibles entre-eux. »

Cela étant, ce choix fait par la Turquie a été critiqué à mots couverts (ou d’une manière très diplomatique) par le ministère français des Affaires étrangères.

« L’achat de ces équipements militaires par la Turquie relève d’un choix souverain qu’il n’appartient pas aux membres de l’Alliance atlantique de commenter », a d’abord affirmé, ce 13 septembre, Agnès Romatet-Espagne, la porte-parole du Quai d’Orsay.

Mais, dans la foulée, cette dernière a rappelé que « la Turquie est fortement soutenue par ses alliés de l’Otan pour faire face aux menaces régionales qui pèsent sur sa sécurité ». Et de souligner que « depuis 2013, à la demande de la Turquie, l’Alliance atlantique déploie ainsi des systèmes de défense antimissile dans l’Est du pays. »

La porte-parole a ainsi fait référence à l’opération Active Fence qui, sous l’égide de l’Otan, consiste à mettre en oeuvre des batteries de défense aérienne Patriot et SAMP/T, respectivement fournies par l’Espagne et l’Italie, près de la frontière avec la Syrie. En outre, des avions AWACS ont également été déployés en Turquie.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Popov

    • de Bouli

    • de MD

    • de clément

    • de Anonymous

    • de Rigel

  2. de Le Suren

    • de Fifi

  3. de ScopeWizard

    • de Allobroge

  4. de Julien

    • de Rigel

      • de aleksandar

        • de Rigel

  5. de etage

    • de claude

  6. de Spirit of Bercy

    • de Thaurac

      • de Rigel

    • de Thaurac

    • de Bouli

    • de Ricojaneiro

      • de Rigel

    • de Barfly

    • de Fralipolipi

    • de Trolga

    • de Eric

      • de claude

  7. de wagdoox

    • de ScopeWizard

    • de Kaparzo

      • de wagdoox

    • de etage

      • de wagdoox

    • de Auguste

      • de wagdoox

        • de Auguste

  8. de Le Breton

    • de Olivier

  9. de Auguste

    • de Thaurac

      • de Rigel

  10. de Wisigoth

    • de Thaurac

    • de Rigel

      • de Wisigoth

        • de Rigel

  11. de CortoM

    • de Anonymous

  12. de Électeur

    • de Thaurac

    • de Le Breton

  13. de mustard

    • de claude

    • de Rigel

    • de lol

      • de claude

  14. de Roger Dubreuil

    • de Thaurac

    • de Rigel

      • de Électeur

        • de Rigel

          • de Liger

      • de Wisigoth

  15. de jpcourmaceul

    • de claude

  16. de lol

    • de claude

    • de Bouli

      • de claude

        • de Rigel

  17. de Thaurac

    • de Rigel

      • de aleksandar

        • de Rigel

      • de Olivier

        • de Rigel

  18. de Carin