Le BPC Tonnerre sera envoyé aux Antilles pour porter secours aux sinistrés de l’ouragan Irma

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

166 contributions

  1. Paul Letissier dit :

    La dépense sera-t-elle prise en interministériel ou seulement par le MININT ?

  2. Jesus Christ, fils de Dieu dit :

    Et là, ceux qui pensaient trop rapidement que les décideurs sont trop con pour décider d’envoyer un BPC et que eux, derrière leurs écrans, savent mieux que tout le monde ce qu’il faut faire, que vont-ils dire?
    Arrêtons de faire des procès de manière hâtive, ou l’on pense que l’envoi d’un navire est une affaire de minutes.Certains veulent profiter de chaque événements pour se flageller et se dire que nous sommes pitoyables, impuissants et j’en passe.
    .
    PS: Il y a aussi un A400M qui a décollé ce matin avec une équipe et un hélicoptère en soute.

    • Julien dit :

      Non, l’envoi d’un navire n’est pas affaire de minutes, mais de jours, de semaines parfois.
      C’est pourquoi ceux qui ont décidé de limiter le format de la présence militaire O/M, ainsi que ceux qui n’ont pas attendu l’arrivée du remplaçant pour renvoyer le Dumont d’Urville sont bel et bien de sacrés connards.
      Oh ce n’est pas un procès d’intentions; les actes sont là, le manque de clairvoyance patent, et la redondance fort coupable.

    • Bonobo dit :

      Leurs critiques sont autant valable que votre auto-satisfaction. Moi j’ai été étonner de ne pas voir de secours envoyés « avant » l’ouragan?! Mais non, idée surement trop hirsute… D’ailleurs on a très vite vu des soldats hollandais nettoyer et sécuriser leur partie de l’île St Martin. Remerciez le commentateur qui a parlé d’envoyer un BPC, c’est peut-être ce qui a vraiment fait bouger les choses, et ne dites pas le contraire, vous ne pouvez pas l’infirmer comme je ne peux pas l’affirmer. Tant que les idées arrivent à circuler, il y a encore de l’espoir. Mais c’est pas évident aujourd’hui en France..sauf pour les applis de start’up, ça fait d’jeunes.

    • wagdoox dit :

      une leçon d’humilité de la part de « Jesus Christ, fils de Dieu » …

    • wagdoox dit :

      Les infos qui passent des gens (pas des médias bien sur) vous donne totalement tord, encore une fois.
      https://www.ladepeche.fr/article/2017/09/08/2641493-ouragan-irma-mari-fils-sont-danger-mort-est-guerre-civile.html

      • Lagaffe dit :

        On sait d’où ils viennent.
        « Leur prison a été partiellement détruite par l’ouragan Irma : 250 détenus potentiellement armés se sont échappés de leurs geôles samedi sur l’île de Saint-Martin, du côté néerlandais. »
        Ces détenus seraient armés, puisque l’armurerie de la maison d’arrêt a été fracturée selon la capitaine de gendarmerie Amelle Ayoubi .
        http://www.francetvinfo.fr/meteo/cyclone-ouragan/ouragan-irma/ouragan-irma-250-detenus-s-evadent-d-une-prison-de-saint-martin_2365129.html

        • Frédéric dit :

          Comme quoi, il faut toujours faire attention aux rumeurs, cela à était démenti dès le lendemain.

      • Thaurac dit :

        Quand il sort des livres avec le même scénario pour la métropole, tout le monde s’insurge, mais c’est exactement ce qui se passerait en france, avec un grave problème sur 3 jours, et la racaille prend la releve dans les rues.
        C’est inné,on le sait, on le voit, mais rien en prévention, abdication totale,soumission complète, on attend.
        Pendant ce temps à St Martin, les pillards armés, venus même d’autres iles, rodent autour des maisons, et pillent quand c’est pas autre chose, chez les particuliers.
        L’état va comme toujours, jouer sur la pédale douce, et certains décès suspects vont passer dans le cyclone, car il ne faut pas vexer les autochtones…..
        déjà, dés la premier nuit, après les dégâts, la police, la douane, tous ceux qui sont armés auraient du imposer une sorte de loi martiale et tir à vue sur les pillards..
        après on s’étonne quand les gens même en danger ne veulent pas quitter leurs maisons, on les comprend, c’est la faillite de l’état dont le souci est d’assurer la sécurité des personnes et des biens, au lieu de passer son temps à pondre des lois répressives qui ne touchent que l’honnête citoyen ( répression routière par exemple), alors que les rodéos sont quotidiens….

  3. IBV dit :

    Appareillage pour le 12 septembre…. c’est une honte! Notre grand chef des armées aurait dû faire partir le BPC bien avant qu’il ne touche les Antilles car il etait prévisible que les destructions soient importantes au vue de la puissance de IRMA. A quoi cela sert d’avoir des prévisions si nous sommes pas capable d’anticiper l’envoi de secours?
    Sans parler que la fin des batral signifiait aussi la fin de la possibilité de placer une force la aussi il était facile d’anticiper la mise hors service des installations aéroportuaires.
    Les armées qui ne doivent pas être autopilotées… mais elles réclament depuis longtemps des moyens pour faire face à ces situations en mettent en garde contre les trous capacité ires engendrés par le vieillissement des bâtiments de la marine. Espérons juste que des enseignements serons tirés et courage aux sinistrés.

    • MERCATOR dit :

      cest cela oui Macron consulte la météo heure par heure vraiment n importe quoi !

      • IBV dit :

        Il me semble que l’arrivée D’IRMA était attendu depuis de nombreux jour. Les USA ont aussi été frappés par une tempête avant cela aurait du mettre en garde les autorités et servir de rétention sachant qu’une partie des moyens prepositionnes ont été retirés. Lorsqu’une menace évidente est identifié il est dangereux et stupide d’entendre qu’elle frappe avant de réagir et si macron à d’autre chat à fouetter que de regarder la météo il doit assurer la sécurité des français avec il est vrai des conseillés. Est il normale que les sinistrés doivent aujourd’hui assurer leur propre sécurité dans cette jungle alors qu’ils sont tous bien secouer. Après j’avoue personne n’est responsable des agissement des pilleurs

      • Alex dit :

        Macron n’en a rien à faire de vous ou meme des DOM TOM !

      • Thaurac dit :

        Macron aurait du aller voir la voyante Irma

    • ricojaneiro dit :

      Arrêtez de geindre en permanence. Gardez votre sang froid. Aucun bâtiment n’arrivera sur place avant le passage du SECOND Ouragan (José). Ce qui est arrivé à ces deux iles dépasse toutes les prévisions. TOUTES. Vous me faites penser à tous mes voisins qui hurlent contre la mairie parce que les feuilles d’automne ne sont pas ramassées assez vite devant leur trottoir. « Mais ils le savent, pourtant ! Chaque année c’est la même chose ! C’est une honte ! « … Allez, allez… restez derrière votre écran et commentez. On a vraiment besoin de ça.

      • claude dit :

        En tous cas ils arriveront avant celui de l’année prochaine…

      • IBV dit :

        Désolé mais je n’est rien contre la marine bien au contraire je trouve qu’elle fait un travail considérable.
        Pour ce qui est des prévisions il me semble avoir déjà entendu il y a plus d’une semaine que les vents seraient de plus de 300 km….
        Le préavis donner par les météorologues aurait du mettre en alerte plus tôt ! Après je suis conscient que rien ne pouvait empêcher cette catastrophe.
        Mais vous inquiétez pas je suis bien loin de rester derrière mon écran.

      • lym dit :

        Ceux qui ont décidé de dégager le Batral, sans remplaçant, juste avant la saison cyclonique sont juste des idiots.

      • Paxwax dit :

        « Aucun bâtiment n’arrivera sur place avant le passage du second Ouragan »? Vraiment?

        La Royal Navy, dont les îles British Virgin Islands ont aussi été ravagées, a déjà sur place un navire logistique, le RFA Mount Bay (16.000 t), et a envoyé des A400M et C-17.
        Les Pays-Bas ont envoyé un KDC-10, un C-17 (affrêté) et un C-130, là aussi avec du fret humanitaire.
        La France… Un A400M et un (bien petit) CASA? C’est un peu la honte.

        On lira avec intérêt cet article du journaliste de défense Jean-Marc Tanguy, d’où je tire ces infos: http://lemamouth.blogspot.fr/2017/09/la-france-en-retard.html

        • Pierro dit :

          Vous n’avez qu’à vous plaindre auprès des électeurs des 25 dernières années qui ont approuvé le sacrifice des moyens régaliens pour toucher les « dividendes de la paix » et faire du social.
          Pour gueuler contre une baisse de 5€ des APL (qui n’aide pas les locataires mais plutôt les propriétaires) il y plus de monde que pour gueuler contre les annulation de crédit et les gels du budget de l’Armée.
          Et puis l’Armée: C’EST PAS LA SÉCURITÉ CIVILE, C’EST PAS LA POLICE, C’EST PAS L’ÉDUCATION NATIONALE !!!

          Il y en marre de faire appel à l’Armée pour palier aux tares des autres administrations ou de la société.

          • 1234 dit :

            « Et puis l’Armée: C’EST PAS LA SÉCURITÉ CIVILE, C’EST PAS LA POLICE, C’EST PAS L’ÉDUCATION NATIONALE !!!
            Chaque ministère en dirait autant…

          • m2m dit :

            Exactement. Le peuple est souverain, donc responsable. Le chef n’est pas l’hyper président, le président normal ou jupiterien mais les électeurs qui les ont embauché pour des CDD de cinq ans.

          • lym dit :

            Il y a surtout que sans production industrielle ayant de la valeur ajoutée, un pays qui n’a guère de matières premières comme le notre (et s’interdira même de les exploiter si on en trouve: Il faudrait apprendre à Hulot, le rentier des produits Ushuaïa, que le pétrole ne sert pas qu’a produire des carburants…), n’a plus les ressources pour financer armée et social, ce qui fut possible: Gamin, même les pansements étaient remboursés et point besoin de mutuelle. L’armée n’avait pas plus à se plaindre de ses moyens que le citoyen du social.
            Même avec un bon tissu industriel ce n’est pas forcément facile quand on est dans ce cas: Demandez aux japonais. Mais si en plus on le sabre car l’Europe a permis les délocalisations à domicile avec l’élargissement à l’est (l’Allemagne ayant initiée cela après la réunification, tirant une bonne partie de sa bonne fortune actuelle de la main d’œuvre pas chère d’ex-RDA) et n’a jamais de manière générale compensé par la taxe le dumping social, en 1er lieu avec la Chine, ouvrant grand les portes… c’est mort.
            Je ne pense pas que quiconque ait voté pour cela. On a même plutôt voté pour siffler la fin de la récrée eurocratique en 2005.

          • Géographe dit :

            @ lym
            Le Japon non plus, n’a pas de matières premières. Il n’a même pas les surfaces agricoles que nous avons. Et pourtant le Japon s’en sort. Parce que le Japon dispose de sa souveraineté monétaire.

      • ScopeWizard dit :

        @ricojaneiro
        .

        C’ est vrai que ça n’ a l’ air de rien vu comme ça mais le problème des feuilles mortes de l’ automne , c’ est que s’ il gèle ou si simplement il y a un peu trop d’ humidité , elles peuvent vous faire méchamment glisser et cela peut être lourd de conséquences ; entre la jambe cassée et le trauma crânien voire davantage si affinités … Imaginez aussi les dégâts sur des personnes « fragiles » …
        Ensuite , vous pouvez toujours faire remarquer à vos voisins que c’ est également à eux qu’ il appartient de balayer et nettoyer devant leur porte … surtout s’ ils ne sont pas contents et si ça ne va pas assez vite à leurs yeux …

    • Bonobo dit :

      -Parfaitement logique Capitaine Kirk! Je dirais même plus: Parfaitement logique! Vous avez entendu des chiens aboyés? Moi j’ai rien entendu! 😉

    • wrecker47 dit :

      IBV
      J’aimerai bien vous voir embarqué à bord ,même comme simple passager ,epuis vous retrouver (si vous n’avez pas fait votre trou dans l’eau )sur le quai après le passage du 2°Cyclone à bord ! Vous vouliez le faire partir avant ?…Il se serait mis à la cape à quel endroit?…Vous ne connaissez rien à la mer des Caraïbes ni aux cyclones c’est pas possible !…

      • Pierro dit :

        En plus les BPS font plus de 70ft de haut (>20m) pour 200m de long.
        Par fort vent c’est chaud à manœuvrer !

      • Kebra dit :

        Vous avez pas compris l’envoie de fantassins préventifs.

      • IBV dit :

        wrecker47
        En fait je milite plus pour la mise en place de moyen amphibie (léger pas question de bpc) en permanence sur zone où proche (Guyane?) pour remplacer le batral avec une augmentation du nombre d’hélicoptère (2 puma et de l’alouette III c’est léger non) ces moyens seraient utilisés pour la souveraineté de la ZEE et augmenterait les moyens de secours. Il aurait donc été plus facile de déposer du matériel lourds avant l’arrivée de JOSÉ (rien que la mise à terre d’un section du génie peu apporter une plus value).
        Le BPC ne peu pas se rendre sur zone mais il peu peut-être s’approcher pour gagner des délais? Après quand la mise en alerte réel de ces moyens à t’elle eu lieu avant ou après le passage de IRMA ?
        Ou alors mettre en place des moyens supplémentaire juste pour la saison des cyclones.

    • jp dit :

      tout à fait exact

    • GILLET Gérarrd dit :

      BRAVO…. Vois avez raison… Alors que c’est la pleine saison des cyclones, il n’y a eu aucun mesure préventive… Envoyer des personnels et des matériels depuis la métropole dès qu’on a su quelle serait les trajectoires des cyclones aurait été utile…

    • Thaurac dit :

      Exact, on prévoit mais on ne bouge pas, il est urgent d’attendre ( philosophie française)

  4. beltégeuse dit :

    Ces moyens auraient dû être prépositionnés ou projetés bien avant.Il y a des ministères, qui malgré leur titre , ne servent à rien. Quant aux armées, j’imagine que le COMSUP de zone (le préfet aussi ? ) a tiré la sonnette d’alarme assez tôt mais qu’il n’ a (ont) pas été écouté(s).

    • Bonobo dit :

      Des fois, on peut être muet par autisme…

    • claude dit :

      MAis attend, on s’en fout de ce qui se passe aux Antilles… Si seulement il pouvait pleuvoir 40 jours et 40 nuits et que tout soit englouti!

      • Kebra dit :

        Qu’est-ce t’as ta?!!

      • Carin dit :

        C’est pas très chretient ça mr Claude…
        Cessez de dire à dieu ce qu’il a à faire! (Célèbre phrase).
        Tiens cela me fait remarquer que vous tordez la bible à votre convenance… un peu comme les barbus tordent le coran!!!

    • Pierro dit :

      Prépositionné où ?
      Un cyclone ça peut changer de trajectoire. Il peut y en avoir de nouveaux. Si ça passe sur les moyens prépositionnés c’est la Bérézina !
      On ne peut pas vivre aux Antilles avec la sécurité et le confort de Paris !

      Et puis quels moyens ? Au cas où vous n’auriez pas remarqué les moyens « régaliens » sont en constante réduction. Et la Marine Nationale ce n’est pas l’Armée du Salut. Ils ont d’autres choses à faire tout au long de l’année.

      • Brok dit :

        À la Martinique ! Les cyclones évitent toujours la Martinique…

        Et les moyens, faut choisir ! La France verse 9 milliards d’€ à l’UE chaque année comme contributeur net…

        FREXIT OU LA DÉCHÉANCE !

      • Wagdoox dit :

        Pour tant il y avait bien des navires et un casa prepositionné en Guadeloupe …

      • Thaurac dit :

        « On ne peut pas vivre aux Antilles avec la sécurité et le confort de Paris ! »
        Sécurité à Paris, rassurez moi, c’est un gag?

  5. werf dit :

    Quelle réactivité pour le BPC, départ le 12 septembre 2017, alors que l’on en a 3! Que font ces officiers supérieurs du centre de crise, encore en vacances… Quelques sanctions tomberaient à pic! On peut avoir des craintes en cas de conflits, il faut en mettre à la retraite d’office. le pourcentage d’officiers supérieurs est le plus importants de toutes les armées du monde, mis à part peut être la Corée du Nord.

    • ricojaneiro dit :

      Je pense que BPC n’est en l’occurence pas une force prioritaire dans la première semaine post ouragan. Le BPC risques d’être mobilisé sur place assez longtemps (ex : höpital) pour répondre au besoin de moyen terme. Enfin peut être, est-il utile de faire une liste de « courses » à jour avant de faire partir de « caddie » à toute trombe

      • Bonobo dit :

        Encore faut-il avoir prévu de faire des courses…

      • Wagdoox dit :

        Au contraire quand les routes ne sont pas accessibles on envoie les hélico.
        La Navy avait envoyé un pa comme piste de fret aérien et un pH pour la distribution lors du tremblement de terre en Haïti

    • laurent dit :

      Les grands donneurs de leçons derrière leur écran autoproclamés expert en secours….Comme d’habitude

  6. ScopeWizard dit :

    Cyniquement , combien est-ce que tout cela va t-il encore nous coûter ?
    .
    Non , mais c’ est vrai quoi , à toujours vouloir s’ obstiner à construire en bord de mer plutôt que vers l’ intérieur des terres où ce serait moins « fun » mais nettement plus sûr en cas de très grosses intempéries , de typhon ou de raz de marée ( peut-être pas en cas de tremblement de terre ) , toujours pour cela compter sur les indemnités généreusement versées par l’ État et répéter sempiternellement les mêmes erreurs , comme on dit ça va deux minutes …
    Les mêmes causes produisant toujours les mêmes effets …
    .
    Sans déconner , en 50 ans , combien d’ ouragans se sont « mangé » les Antilles ?
    Même si je reconnais aisément que celui-ci fut particulièrement balèze , ce n’ est tout-de-même pas la première fois que cette zone des Caraïbes est sévèrement touchée , si ?
    Idem concernant la Polynésie , la Nouvelle Calédonie ou la Réunion …
    .
    Réfléchissez les amis , nous sommes solidaires et compatissons ( d’ autant mieux qu’ un de ces quatre matins , c’ est carrément la France métropolitaine qui sera à son tour frappée par un de ces cataclysmes naturels , le risque est réel ) mais plus à n’ importe quel prix ; mettez-y du vôtre , la bonne volonté c’ est important …
    .
    Quant-aux pillages , j’ espère que nous ne verserons pas un sou à ceux qui se sont abaissés à de tels actes et qui ne manqueront pas de réclamer !
    Piquez du riz ou des denrées de survie si vous en avez besoin mais pas les postes de TV , consoles ou ordinateurs qui ne rempliront pas vos estomacs …
    Là aussi , un peu de jugeote et de savoir-vivre de temps-en-temps ne ferait pas de mal … mais bon , un rappel à la loi serait bien évidemment nécessaire … et il ne faut pas rêver , ça n’ est pas demain la veille …

    • Le Breton dit :

      Le problème est que Saint Barthélémy et Saint Martin sont dans des situations proches des paradis fiscaux, les français qui y vivent pour les privilèges (ils ne paient pas d’impôts) vont comprendre ce qu’est la solidarité (les impôts, ça sert à ça aussi) , la France doit faire son possible pour les aidés, ensuite ces îles doivent être redépartementalisées et là tout le monde paiera des impôts sans exception.

      • claude dit :

        Ce sui est marrant c’est que y a qq années on a fait démolir des maisons parcequ’elles avait été inondées et donc située en zone inondable. Là tout est situé en zone cyclonable et on incite les gens à construire en les exonérant d’impots.

      • Roselyne dit :

        Les habitants paient les mêmes impôts que tous les francais ! Honte à vous de colporter de telles fausses informations ! 1/3 des habitants sont sans travail… alors oui ceux là ne paient pas d’impôts

      • Thaurac dit :

        A saint martin, j’ai vu une émission dessus, les gars vont tous els jours (pas de contrôle) travailler partie hollandaise, bien payée, mais logement cher, et vivent en france pour le social et les multiples aides, sachant qu’ils n’apparaissent pas travailler en france!!.
        4% de chomduc cote pays bas, environ 90% coté français;
        Et la vache continue à se faire traire, elle en marche sur ses pis!
        Population
        Dans les années 1990, la population s’est stabilisée autour de 30.000 habitants. Elle connaît depuis le début des années 2000 une nouvelle hausse, à un rythme toutefois moins rapide que celui des années quatre-vingt. En 2010, Saint-Martin comptait 36.979 habitants. L’île a un taux de natalité élevé, deux fois plus que dans l’hexagone, et est soumise à une forte pression migratoire. En 2010, un tiers de la population saint-martinoise était étrangère, dont plus de la moitié en situation irrégulière.

        Source : Insee
        http://la1ere.francetvinfo.fr/comment-se-porte-l-ile-de-saint-martin-174354.html
        Très instructif et le reflet de ce qui se passe en métropole!

    • MERCATOR dit :

      Bon les mecs n’ont rien, je ne justifie en rien les pillages mais voir tous ces nantis bourrés de fric et qui nous baisent en métropole en ne payant pas d’impôts et qui doivent considérer les « nègres » natives comme des moins que rien en les couvrant de leurs morgues, je vais pas pleurer sur leurs baraques, je souhaite que les assurances n’interviennent pas car la garantie ‘ouragan cyclone’ n’intervient pas en cas d »événements climatiques exceptionnels, à suivre , quant à ceux qui pleurent sur notre lenteur et puis quoi alors ? les mecs qui payent pas d’impôts on est pas à leur service !

    • claude dit :

      Réponse 2 milliards…

    • Bonobo dit :

      Vous devez ignorer qu’à St Martin se trouve un des dernier bidonville de France. Une journaliste française qui parlait des destructions à St Martin (LCI), commence par dire: « Les dégâts seront plus important où il y des habitations sommaire comme dans le… » Comme dans le bidonville, mot bien évidemment tabou dans notre merveilleuse époque de Macronisme. Et il y en a d’autres des quartiers comme cela en France, mais cachons ça vite!

      • ricojaneiro dit :

        Un des « derniers » bidonvilles ? Vous plaisantez. Si seulement, c’était le dernier.

      • Thaurac dit :

        Immigration illégale qui viennent pour els aides généreuses (voir insee et aussi mayotte, guyane..etc..)
        on ne change pas une politique qui « gagne ».

    • wagdoox dit :

      c’est des iles … Elles n’ont pas la profondeur pour épuisé un cyclone.
      sinon et de manière totalement cynique la villa de trump à Saint Martin estimé à 22 millions, vous détestez trump, vous allez adorer repayer sa maison 😉

    • wrecker47 dit :

      @scope wizard: – avis partagé

    • Carin dit :

      À scope
      Bonsoir, si vous connaissiez st martin, et si vous aviez suivi les News, vous sauriez que les hauteurs pourtant fort luxuriantes ont été rayées de la carte  » comme brûlées », imaginez des habitations….

  7. Frédéric dit :

    La Marine néerlandaise semble avoir plus de moyens – du moins plus moderne -sur zone que la Française.

    Y a t’il coordination au niveau intergouvernementale et niveau européens pour ces secours ?

    • Intox dit :

      Tout le monde a l’air plus rapide sur zone que la France d’après Jean-Marc Tanguy : http://lemamouth.blogspot.fr/2017/09/la-france-en-retard.html. C’est clairement une honte, la médiocrité des moyens humains et matériels français étalée à la face du monde. Macron doit en être fier, lui qui préconise la souveraineté partagée et l’intervention européenne. Y’a plus qu’à offrir les Antilles à la découpe, puisse qu’on est incapable de s’en occuper seul.

      • laurent dit :

        Oui oui c’est aussi la faute à Macron si Irma a frappé, ben oui

        • lym dit :

          Ce n’est pas de sa faute si cela arrive, mais l’inaction oui: Le caractère fort de ce cyclone a été annoncé autour 72h00 à l’avance et sa trajectoire déjà assez bien prévue. 48h00 avant, c’est du hors normes qui était déjà prévu avec St Martin quasiment au centre du cône de prévision de passage et impact direct probable. Il était possible de prévoir le pré-positionnement de moyens il y a 7j, 6 au minimum, en Guadeloupe.
          C’est le risque à vouloir tout contrôler sans rien déléguer: Sur la masse d’informations, en louper des importantes et prendre de mauvaises décisions avant (voir bien avant, comme ce Batral renvoyé à Brest sans remplaçant juste avant la saison cyclonique) et pendant (on branle quoi depuis 5j?) l’événement.
          Gouverner c’est prévoir, on en revient là. Si on ne sait pas faire on ne se présente pas, y compris si on a des dents à ravager les parquets de nos palais nationaux.

        • Wagdoox dit :

          Les gens comme vous dises très sérieusement que c’est la faute de Trump au us. Sauf que lui il esr sur place. Macron devait y aller mais avec les violences … il faut le comprendre ça ferait de vilaine images pas très vivre ensemble

        • Thaurac dit :

          lym t’a tout dit
          « Gouverner c’est prévoir, on en revient là. Si on ne sait pas faire on ne se présente pas, y compris si on a des dents à ravager les parquets de nos palais nationaux. »

      • Thaurac dit :

        On a envoyé deux rafales frapper le coeur du cyclone , mais rien ni a fait, ni les rituels vaudous avec la participation exceptionnelle de Taubira, pendant le dernier conseil des ministres, ni les incantations entendus à l’elysée, venant du très haut, le mal était trop puissant;
        Donc en conclut le porte parole, on ne peut pas vraiment dire que » l’on a pas tout essayé »!

    • Le Breton dit :

      Oui il y a coordination entre les moyens français et néerlandais (qui a moins de monde sur place que nous), les Britanniques ont été critiqués pour ne rien avoir prévus et ont déployés moins de moyens humains et matériels que la France et Pays Bas.

    • S.B-Seguin dit :

      Bonjour monsieur Frédéric,
      il n’y a ABSOLUMENT AUCUNE COORDINATION EUROPÉENNE pour ces secours.
      L’Europe se contrefiche des territoires ultramarins de ses membres et aucune réunion de crise du Conseil de l’Europe ou initiative solidaire n’a même été évoquée à l’échelle européenne.
      .
      La seule coordination intergouvernementale est établie au niveau BINATIONAL FRANCO-NÉERLANDAIS.

      la Marine Nationale conserve deux Frégates de Surveillance classe Floréal avec la Ventôse et la Germinal sur zone mobilisées suite à cette catastrophe.
      Ces 2 FS classe Floréal de 1993 et 1994 sont forcément plus anciennes que la frégate de 3e rang Zr.Ms. Zeeland de 3800 tonnes entrée en service en 2013 dans la Koninklijke Marine.
      La marine néerlandaise implique aussi un navire multi-rôles de liaison et de service public de 1150 tonnes en charge avec le Zr.Ms. Pelican entré en service en 2006.
      https://botlek.files.wordpress.com/2012/02/dsc_1453.jpg
      .
      Mais les 2 FS de la Marine Nationale n’ont rien à envier à ces 2 navires de la Koninklijke Marine sur le plan des capacités ici requises pour cette mission humanitaire.

    • Carin dit :

      À Frederic
      Bonsoir, pour être allé à plusieurs reprises à st Martin et st barth, je peux vous dire que la partie néerlandaise de st Martin est fort riche… en effet pour vivre côté néerlandais il faut bosser ne serai-ce que pour se payer un loyer dans un de leurs immeubles dernier cri… côté francais il n’est pas nécessaire de travailler! Le RSA suffit pour vivre et les gens ont des bicoques faites de bric et de broc… d’où les gros dégâts côté francais, d’ailleurs le vrai aéroport international, ainsi que le port recevant les gros paquebots remplis d’américains sont côté néerlandais.

      • Le Breton dit :

        Disons que le Saint Martin néerlandais est plus élitiste, le Saint Martin français permet à plus de monde d’accéder aux Antilles, c’est une bonne chose.
        Oh et des bicoques, il y en a côté néerlandais aussi.

        • Thaurac dit :

          Va lire une partie du rapport ‘ancien) de l’insee à ce sujet..quelques commentaires au dessus;
          Bref, les assistés sont coté français pour les aides, vont bosser dans la journée coté pays bas, et ni vu ni connu…

      • Polymères dit :

        Exactement, j’ai aussi le souvenir que la partie néerlandaise c’est le coin « riche » et le côté français, c’est dans un tout autre contraste, pas que ce soit « pauvre », mais ça se voit que du côté néerlandais on en a fait un hub a touristes quand chez nous ça reste tout juste une destination lambda sans plus.

        • lym dit :

          Nous on a St Barth qui joue le rôle local de Val Martin à l’ouest de Paris… D’ailleurs les mêmes y ont souvent leurs modestes pieds à terre!

  8. Parabellum dit :

    Mieux tard que jamais et peu que rien..on en est la…comme si on n avait pas pu anticiper…et le tonnerre il aura combien d helico et d engins de débarquement? Un vrai gros plan pour les Zee viendra peut etre un jour mais la on voit bien qu on gère la quasi pénurie …en priant le ciel que rien ne tombe en panne…j avais écrit ici hier qu il faudrait un bpc bien doté sur zone…bon il sera dans quelques jours avec peut être un puma à bord…une autre politique est nécessaire pour protéger la france en tousremps mais à la place on bidouille en retard…

  9. Le Breton dit :

    « Pour les Forces armées aux Antilles, qui ont dû subir les restrictions budgétaires de ces dernières années, il n’est pas possible d’en faire davantage puisque tous leurs moyens sont mobilisés pour les opérations de secours. »

    C’est à Macon qu’il faut dire ça.

    • momo dit :

      Comment se fait il que le BPC appareille que le 12 que sur les 2 qui reste á toulon aucun n’a pu le faire plus tot (car le mistral est actuellement deployé pour la.mission jeanne d’arc) et ca ne m’etonnerai pas que sur les 2 qui reste un soit en maintenance mais cest une hypothèse. Et comment se fait il qu’on a pas attendu la livraison du nouveau b2m pour attendre de désarmer le BATRAL c’est incroyable ca .Bon est quand bien meme on le savait ce qui allait se produire j’ai peu être faux si quelqu’un á plus d’infos je suis preneur mais qu’on attende que sa se passe pour agir…..l’anticipation n’est elle pas de mise dans ce genre de situation ? En tout cas courage et soutient á nos compatriotes
      d’outre mer .

      • xorminet dit :

        le mistral est revenu de la mission jeanne d’arc fin juillet et est actuellement à toulon
        le dixmude est en corymbe
        et le tonnerre part après avoir chamboulé son programme

      • Pierro dit :

        Le BPC n’est qu’un moyen de transport. Avant de l’envoyer il faut le remplir du matériel et des effectifs nécessaires. Et tout ne se trouve pas à Toulon bien sûr.
        Une partie de l’équipage n’était peut-être pas rentré, il y avait peut-être des travaux sur le bâtiment…tant de choses qu’on ne sait pas !

      • Thaurac dit :

        Le mazout n’était pas budgeté, ils ont voté dans la nuit pour une rallonge.

  10. golf dit :

    Les Anglais,les Hollandais ont été plus réactifs que nous. Nos politiques,comme d’habitude nous enfûmes. Irma est parti du Cap vert le 29 août , nous sommes le 09 septembre. Le BPC arrivera dans 8 jours! Le gouvernement se garde bien d’annoncer que des armes ont été volées à l’administration, que les pharmacies ont été saccagées et vidées, que les pilleurs règnent et sèment la terreur.Sur 11 A400M livrés à l’Aa 1 seul , pour l’instant, a effectué une rotation.Ce n’est pas efficace comme organisation des secours. Où est Castaner le porte-parole gouvernemental? Seul Hulot , en écolo -trémolos dans la voix est venu à la télé nous dire que c’est à cause du réchauffement climatique.Le Batral est à Brest depuis deux mois où il rouille normalement.Quels éléments de langage vont nous concocter nos beaux parleurs patentés.

  11. Lagaffe dit :

    La Gendarmerie ne peut protéger toute l’île, la population s’organise contre les bandes de pillards :
    https://m6info.yahoo.com/apr%C3%A8s-irma-les-antilles-se-112300033.html

  12. IBV dit :

    Question ou est la ministre des armées ? Après la démission du général De Villiers elle était aux abonnés absent après IRMA c’est pareille ! Faudrait lui dire que des français ont tout perdus et que malgré ça ils doivent assurer leur propre sécurité parfois seul !
    Hommage toutefois aux hommes et femmes qui une fois de plus répondent à l’appel pour aller secourir les sinistrés aux Antilles.

    • Pierro dit :

      Pourquoi c’est la guerre ? La partie Française a été envahie par les Pays Bas ?
      Non ce n’est pas le taf du Ministre des Armées.

      • IBV dit :

        Vous avez raison mais une des missions des FAA est de porté assistance dans ce genre de situation un petit communiqué aurait peut être été le bien venu

      • tbt dit :

        et bien si, du moins en partie !
        Des moyens militaires sont engagés …..donc elle est partie prenante et devrait à minima
        annoncer quels sont les moyens (a minima, en fait a taquet des nos moyens disponibles).
        déployés pour secourir nos compatriotes.

      • Wagdoox dit :

        On pourrait aussi de demander si les pays bas ont envahit jusqu’au pied de la tour effeil

  13. Pika dit :

    Je ne sais pas qui a autorité sur les déploiements de moyens en prepositionnement tant en aérien qu’en maritime mais en tout cas ce n’est pas normal à mon sens de ne pas avoir prépositionne A400M et surtout BPC avec helicos hôpital et engins amphibies pouvant remplacer haut la main le batral perdu.
    Médiatiquement l’armée a laissé passe une sacrée occasion d’être sur place très vite pour secourir les populations et de briller sur les chaînes infos et par conséquent aux yeux du public , put…. on a 3 BPC pas foutu d’en avoir positionne un sur zone ( a l’abri en Guadeloupe par exemple ) à l’avance.

  14. Paul Letissier dit :

    Après avoir demandé plus haut si la dépense, comme ce devrait être le cas, sera supportée en interministériel ou par le MININT (secrétariat d’Etat aux DROM-COM), et voyant maintenant que beaucoup ici s’en prennent au président-chef, je répète ce que j’ai déjà écrit sous un autre article.
    .
    Je n’ai pas du tout envie de défendre l’actuel président-chef ni ses acolytes, mais il faut reconnaître que le manque de moyens est surtout à mettre au passif de ses prédécesseurs. Quant aux moyens civils que l’on pourrait envoyer, l’on devrait les payer : et c’est là que l’on retombe encore sur notre satané problème monétaire qui engendre un déficit budgétaire.
    .
    Notre problème dans cette affaire comme dans beaucoup d’autres, ce n’est pas exactement que l’incompétence soit au pouvoir (mais l’incompétence est au pouvoir, hélas) ni principalement que notre souveraineté soit limitée par des accords internationaux pervers (mais elle est ainsi limitée, hélas) notre problème c’est que nous sommes dans un système politique qui ne peut pas fonctionner.

  15. Parabellum dit :

    Le bpc dixmude etait devant l Afrique mais avec à bord seulement paraît il une alouette 3…les bpc ont été construit pour embarquer jus qu’à 16 helico…mais il n y en a jamais eu de quoi armer ainsi un seul bâtiment vue la ruine de l aéronavale et très faible dispo des Nh 90 …les moyens militaires sont helas quasi unitaires et bizarrement on n a pas d helico lourd de sécurité civile …cette pénurie se voit de plus en plus et les bidouillages budgétaires n y changeront rien…

    • Polymères dit :

      En 2011, c’était le même discours, on disait de l’Afghanistan qu’il consomme tous nos hélicos (14 de mémoire) et au moment d’intervenir en Libye, certains disaient (peut être vous aussi) que nous ne pouvions pas envoyer un BPC car nous n’avions plus d’hélicoptères à mettre dessus.Pourtant après quelques semaines, surprise, on annonça l’envoi d’un BPC et surprise, on a réussit à y mettre une vingtaine d’hélicoptères, faisant taire les traditionnels râleurs, qui se sont alors porté a ce moment sur le petit nombre de tigre.
      Aujourd’hui on a l’impression de recommencer, par ce que sur l’opération Corymbe ou la mission de formation Jeanne d’arc, il n’y a pas en permanence 15 hélicoptères aptes à la guerre, cela veut dire que nous n’avons pas plus d’hélicoptères à mettre dessus.Mais non, ces missions ne nécessitent pas d’avoir le navire dans une configuration de guerre et sa capacité d’accueil d’hélicoptères n’est pas un seuil plancher à atteindre pour chaque sortie à la mer ou s’il n’y a que 1 ou 2 hélicoptères à bord cela veut dire qu’il en « manque » 14, par ce qu’on s’est mis dans la tête que ces navires doivent toujours fonctionner avec 16 hélicos à bord.Un BPC n’est pas juste un porte hélicoptère et s’il peut transporter jusqu’à 16 hélicos, ça n’en fait pas une dotation permanente comme pourrait l’être l’aviation embarquée d’un porte avions.
      Nous mettons des hélicos au besoin et non pour combler les hangars.Mais à chaque fois qu’il y a un besoin, on trouve finalement ce qu’il faut car contrairement a ce que beaucoup pensent, il y en, ne pensez pas que dans toute la France, nous n’avons que 3-4 hélicoptères.

    • wagdoox dit :

      non c’est pas le problème, un PH comme un PA part avec un nombre d’aéronef proportionné à la mission. de toute façon il aurait du repasser en France, pour charger une cargaison approprié.
      La France a 60+ de tigre de quoi remplir les BPC si le besoin s’en fait sentir.

    • spad dit :

      À parabellum
      Exact 16 hélicos mais … de l’ALAT…

      • xorminet dit :

        les helicos d’attaques sont du ressort de l’alat donc forcément ce seront des helicos de l’alat
        les helicos « marine » font de l’asm, ce qui n’est pas du tout le travail des bpc

      • S.B-Seguin dit :

        Bonjour messieurs spad et xorminet,
        la Marine Nationale met en oeuvre des Caïman de transport dépourvus d’équipements ASM et dotés d’une rampe arrière, presque comparables aux NH-90 TTH en dehors du fait qu’ils restent navalisés basés sur la plateforme NFH.
        .
        De fait ces hélicoptères de l’Aéronautique Navale essentiellement destinés aux missions SAR et à l’usage de la FORFUSCO, peuvent parfaitement être mis à contribution pour des opérations humanitaires, quitte à être embarqués sur un BPC.

    • Pierro dit :

      Les BPC ne sont pas fait pour être remplis d’hélicoptères de la Marine.
      Ils sont fait pour transporter des troupes de l’Armée de Terre, épaulées par l’ALAT.
      En Libye les BPC servaient de base flottante pour l’ALAT qui menait ses raids depuis la mer. Et là ils étaient plein d’hélicoptères…
      Alors oui, la Marine n’a plus assez d’hélicoptères, mais leur place n’est pas sur les BPC.

      • S.B-Seguin dit :

        Bonjour monsieur Pierro,
        les BPC sont aussi faits pour « être remplis d’hélicoptères de la Marine » s’il le faut.
        Cet aspect ne pose aucun problème particuliers en ce qui concerne bien sûr le hangar aviation des BPC.

        • Pierro dit :

          Bien sûr que les hélicoptères de la Marine peuvent embarquer sur un BPC.
          Mais il faut être réaliste, il n’y a pas les machines et les effectifs pour fournir une force héliportée conséquente.
          .
          Les machines disponibles et les équipages qualifiés sont déployés en mission.
          Le peu qui reste sert à entrainer et qualifier les équipages qui prendront la relève.
          .
          Enfin les hélicoptères les plus utiles dans ce genre de situation sont les hélicoptères de manœuvre de l’ALAT pour leurs capacités de transport.

  16. S.B-Seguin dit :

    Contrairement à ce que beaucoup semblent suggérer nous avons autant, voire plus de moyens positionnés aux Antilles que les britanniques ou néerlandais.
    .
    Le problème ponctuel vient plutôt du fait que les moyens navals français ont été diminués du dernier BATRAL classe Champlain: le Dumont d’Urville qui vient juste d’être retiré en juillet 2017 alors qu’il est sensé être remplacé par un B2M homonyme en juillet 2018.
    .
    Fort de France alignait encore 3 BATRAL en 2003.
    .
    Du reste, la France aurait effectivement pu anticiper l’appareillage d’un BPC plus tôt avant la catastrophe, pour au moins gagner une semaine sur son arrivée sur zone.
    Mais ce n’est ici pas tant un problème de moyens que de l’indécision politique coutumière de l’état français.

    • Caton dit :

      L’ampleur et la trajectoire précises d’un ouragan sont impossibles à prévoirs, même à quelques heures. On en a la démonstration avec Irma qui ne va pas atteindre la Floride là ou il était attendu et qui joue au yoyo entre les catégories 3 et 5. On en a une autre démonstration avec l’ouragan José qui, par chance, est descendu de catégorie 4 à tempête tropicale et à changé de trajectoire en quelques heures.
      Pour ce qui est de prépositionner des moyens, s’ils avaient été massivement placés sur les îles concernées, ils auraient été balayés par Irma comme le reste. La meilleure façon de lutter contre un incendie ce n’est pas de mettre la caserne de pompiers au milieu des flammes pour qu’elle soit sur place.
      Foutez la paix à Macron sur cette question, il y a d’autres sujet sur lesquels ont peu le critiquer avec raison. Ce sont les services gouvernementaux qui gèrent les catastrophes, pas les présidents, surtout quand il sont en visite à l’étranger. Il n’y a que Super-Poutine qui prend les commandes d’un bombardier d’eau pour aller éteindre les incendies de forêt.
      C’est gentil à vous de ne pas rendre Macron responsable des pillages.

  17. Wisigoth dit :

    Sait on à Paris qu’existent des Antilles françaises ? Quelle misère ……

  18. Loic dit :

    Certains commentaires sont postés sans trop de réflexions…. si l’état nous avez déployés apres le premier ou même avant, ou aurait fini tout les postes de secours qui auraient été déployés? Dans quel etat serait le materiel militaire qui y serait a ce moment là? Et à quoi servirait il si ces derniers ne.fonctionnent plus? Alors avant de parlé de l’inactivité militaire, pensez aussi au manque de reflexion dont vous faites preuve … sur ce si vous ne.savez pas quoi faire les.benevoles seront les bienvenues….

    • Paul Letissier dit :

      « Déployer » ne signifie pas « mettre au milieu du cyclone » mais mettre à une distance de sécurité et prêt à intervenir à bref délai.

    • Le Breton dit :

      La Martinique était sure, il n’y a aucun prétexte qui justifie cette action tardive.
      Le gouvernement aurait pu passer un accord avec les îles alliées voisines pour stationner les secours, bref, il y avait pleins de solutions.

    • batgames dit :

      euh il ne t’est pas venu à l’esprit qu’un navire en mer se déplace et peut éviter les grains et les ..ouragans ,perso 32 jours de mer en indien sans voir la terre …à saphir 2 ,on a même ravitaillé l’escadre australienne en panne de mazout ….on l’a payé puisque ensuite on ne pouvait plus faire escale à Monbassa car installation qui ne pouvait pas nous ravitailler ,le PB c’est qu’en France on vire les bons et on garde les inutiles dans l’armée ,le défilé du 14 juillet est plus important que tout le reste ….et c’est pas que dans la marine ,ce PB est partout ,et surtout au niveau des politique ….on ne tombe que sur des idiots arrivistes qui pleurent y’a qu’à ,faut qu’ont….des blablateurs avec des médias qui les encensent ….si la France fût un temps éclairée elle le doit à des gens de caractère et de compétences …..depuis De gaule on les cherche hélas …..

  19. wrecker47 dit :

    Un gouvernement au dessous de tout, qui se foutent pas mal des » confettis de l’empire  » et sont prêts à les brader aux plus offrants comment voulait-on que çà se passe bien ? Heureusement qu’il reste des gens compétents dans ces iles pour prendre des décisions utiles sans « casser » du matériel déjà rare !

    • Le Breton dit :

      Nos dirigeants ne se rendent pas compte de l’importance géostratégique de nos territoire d’outre mer, le fait qu’ils ignorent ce fait montrent qu’ils se moquent de la France, au contraire si ils sont prêts à céder l’indépendance à ces territoires, ils sont prêts à rendre la France dépendante de Bruxelles.

      • batgames dit :

        les politiciens en France ont toujours été tourner vers la terre ,c’est pas pour rien que depuis Colbert on cherche vainbement un politiciens qui soit pro maritime ,Napoléon comptant sur Villeneuve il est là le Probléme …posez la question pourquoi Villeneusve se trouver du coté de trafalgar serait plus pertinent …

        L’historiographie française se montre très sévère pour Villeneuve. Beaucoup
        d’historiens, sensible aux plaintes de Napoléon contre ses amiraux, soutiennent que la
        manœuvre géniale conçue par l’Empereur n’aurait échoué qu’en raison de l’impéritie, voire
        de « l’effondrement moral »1
        de celui qui était chargé de l’exécuter. Les historiens espagnols
        ne sont pas plus tendres. Affublé du sobriquet de Monsieur Cornetta, un Villeneuve, indécis et
        pusillanime, apparaît dans leurs récits comme le principal responsable de la défaite. Seuls les
        Anglais montrent une étonnante bienveillance envers l’adversaire de Nelson. Ils s’étonnent,
        non sans naïveté, d’avoir fait prisonnier un vrai gentleman, là où ils attendaient un
        représentant fanfaron et mal embouché de la marine révolutionnaire. Ils soulignent la
        courtoisie et la simplicité de Villeneuve, lui reconnaissent de grandes qualités
        professionnelles et en font un modèle de fair play. Que peut faire de mieux en ce domaine,
        dans l’optique britannique, un adversaire qui se fait battre après avoir opposé une résistance
        assez vigoureuse pour assurer la gloire de son vainqueur !
        Quel rôle joue vraiment Villeneuve dans la tragédie de Trafalgar ? En est-il le grand
        responsable ou plutôt la victime ? Les arguments ne manquent pas en faveur des deux thèses.
        Nous allons tenter d’instruire le procès que le malheureux amiral, désireux de justifier sa
        conduite, appelait de ses vœux lors de sa captivité et sollicita en vain lors de son retour en
        France au mois d’avril 1806.
        Une nomination non désirée
        La première scène du drame se déroule à bord du Bucentaure, en rade de Toulon dans la
        nuit du 18 au 19 août 1804. L’amiral Latouche-Tréville, commandant l’escadre de la
        Méditerranée, meurt à son bord après une courte maladie. Il a refusé d’être soigné à l’hôpital :
        « Un marin est trop heureux de mourir sous son pavillon. » Sa disparition sera lourde de
        conséquences. Choisi en décembre 1803 par le Premier Consul pour jouer le rôle principal
        dans le projet d’invasion de l’Angleterre, Latouche était parvenu à communiquer à son
        escadre allant et enthousiasme. Il brûlait de se mesurer une nouvelle fois à Nelson. Il avait
        tenu en échec celui qu’il appelait plaisamment son « collègue », deux fois devant Boulogne en
        1801 et encore tout récemment devant Toulon. Le remplacer dans ce poste clé n’était ppas

        1
        C’est le terme employé par Michèle Battesti dans son ouvrage consacré à Trafalgar.
        Juin 2005 2 La Revue Maritime N° 472
        chose aisée. Il n’y avait pas pléthore d’amiraux compétents dans les débuts de l’Empire. Les
        guerres de la Révolution, jalonnées de désastres maritimes, n’avaient guère favorisé l’éclosion
        de nouveaux talents. L’amiral Bruix avait certes montré de belles qualités d’organisateur et
        possédait une réputation flatteuse depuis sa brillante campagne de 1800 en Méditerranée. Sa
        santé plus que chancelante – il souffrait d’une tuberculose avancée – le rendait hélas inapte au
        service à la mer2
        . Il avait été choisi pour commander, depuis Boulogne l’immense flottille
        chargée de faire passer en Angleterre les quelque 130 000 hommes de l’armée d’invasion.
        L’amiral Ganteaume, qui disposait de la faveur de Napoléon pour l’avoir ramené d’Égypte à
        bord du Muiron, était déjà investi du commandement de la forte escadre de Brest. Restaient,
        parmi les rares amiraux disponibles et de quelques talents, Martin, Missiessy et Villeneuve.
        Decrès, le ministre de la Marine, écarta les deux premiers qu’il n’aimait pas et auraient pu lui
        porter ombrage3
        et proposa à l’empereur son ami Villeneuve.
        Pierre Charles Sylvestre de Villeneuve appartenait à une des plus anciennes familles
        de la noblesse provençale. Il faisait partie de ces nobles libéraux qui avaient fait passer le
        service de la patrie avant la fidélité au roi. Il avait été destitué au moment de la Terreur,
        comme tous les officiers nobles, avant d’être réintégré dès 1795 et avait alors connu une
        carrière fulgurante, favorisée certes par de solides qualités professionnelles mais plus encore
        par la dramatique pénurie de cadres compétents. Lors de la bataille d’Aboukir (août 1798), il
        commandait la division de l’arrière-garde qui ne fut pas attaquée par Nelson. Il jugea
        impossible de venir au secours du reste de l’escadre et, n’ayant reçu aucun ordre, attendit
        passivement l’issue du combat. Il put le lendemain matin appareiller et gagner Malte avec sa
        division. Curieusement, dans l’esprit de Napoléon, cet épisode peu glorieux fut porté à son
        actif. Villeneuve avait sauvé une partie de l’escadre et surtout – point essentiel pour
        l’empereur – il avait eu de la chance. L’amiral faisait désormais partie, avec Decrès et
        Ganteaume, du petit club des vaincus d’Aboukir. Il gardait de cette terrible défaite un
        complexe d’infériorité et l’appréhension d’une nouvelle rencontre avec Nelson.
        C’est sans enthousiasme et par esprit d’obéissance que Villeneuve accepta un poste
        qu’il n’avait pas brigué. Dépourvu d’ambitions, il rêvait d’une vie de gentilhomme
        campagnard, dans sa propriété de Valensole, auprès d’une épouse qu’il aimait d’une affection
        tendre et paisible. Il mit son pavillon sur le Bucentaure en décembre 1804 et pris très vite
        conscience des difficultés qui l’attendaient. La première directive tactique, la seule qu’il
        adressa jamais à ses capitaines, mérite l’attention car elle reflète pleinement la personnalité du
        personnage. Datée du 21 décembre, ce texte indique avec une lucidité extraordinaire ce que
        sera la tactique de Nelson : « L’ennemi ne se bornera pas à se former sur une ligne de bataille
        parallèle à la nôtre et à venir nous livrer un combat d’artillerie dont le succès appartient
        souvent au plus habile, mais toujours au plus heureux. Il cherchera à entourer notre arrièregarde,
        à nous traverser et à porter sur ceux de nos vaisseaux qu’il aura désunis des pelotons
        des siens pour les envelopper et les réduire. » Hélas contre cette menace si exactement
        décrite, Villeneuve n’imagine aucune parade convaincante. Il se borne à préconiser la tenue
        d’une ligne de file très serrée, seule manœuvre qu’il considère à la portée de ses capitaines.
        Pire encore, il commence ses instructions par un aveu d’infériorité : « Je ne propose point
        d’aller chercher l’ennemi, je veux même l’éviter pour me rendre à ma destination. » On
        imagine la douche froide que durent provoquer pareils propos sur les capitaines et bientôt
        dans toute l’escadre. Les rôles sont dès lors bien définis : Villeneuve sera le gibier et
        Nelson le chasseur.

        • batgames dit :

          Les témoignages abondent pour montrer que le moral s’effondra très vite.
          Le jeune Gicquel des Touches, embarqué sur l’Intrépide, écrit dans ses mémoires : « Il

          2
          L’amiral Bruix mourut à Paris le 18 mars 1805.
          3 Decrès, surtout dans les débuts de son « règne », écarta des postes importants les hommes de
          caractère, par crainte de voir émerger une personnalité susceptible de le remplacer dans son ministère.
          Juin 2005 3 La Revue Maritime N° 472
          [Villeneuve] ne crut jamais au succès du plan auquel il devait concourir, et sa défiance se
          communiqua bientôt à tous ceux qui servaient sous ses ordres. L’enthousiasme se refroidit,
          l’activité diminua ; il sembla qu’on eût perdu en quelques semaines toute chance de vaincre,
          et que le seul but à atteindre fût d’éviter désormais le plus longtemps possible la rencontre de
          l’ennemi. »
          Une première tentative d’appareillage, favorisée par un fort mistral, a lieu le 18 janvier
          1805 et tourne vite au fiasco. Le mauvais temps rencontré provoque un tel désordre que dès le
          21 janvier Villeneuve est de retour au port avec une escadre amputée d’un vaisseau et de trois
          frégates égarés dans la tempête. L’amiral rend compte de son équipée au ministre dans des
          termes plus qu’alarmistes : « Je vous le déclare, Monseigneur, des vaisseaux équipés ainsi,
          faibles en matelots, encombrés de troupes, ayant des gréements vieux et de mauvaise qualité,
          qui au moindre vent cassent leurs mâts et déchirent leurs voiles, qui quand il fait beau
          passent leur temps à réparer les avaries occasionnées par le vent, par la faiblesse ou
          l’inexpérience de leurs marins, ces vaisseaux, dis-je, sont hors d’état de rien entreprendre.
          J’en avais un pressentiment avant mon départ, je viens d’en faire la cruelle expérience. »
          Tirant les conséquences de ce constat, Villeneuve offre à Decrès sa démission. Il fait des
          vœux ardents pour que l’Empereur renonce à son projet et précise : « l’ennemi nous battra
          avec des forces même inférieures d’un tiers4
          ».
          Le ministre ne jugea pas nécessaire de signaler à l’empereur la requête de l’amiral. Il
          sut convaincre son camarade de rester à son poste. En cette occurrence, la responsabilité de
          Decrès semble écrasante. Elle vient sensiblement atténuer celle de Villeneuve qui, enfermé
          dans son obéissance passive, se crut contraint de conserver le commandement d’une
          entreprise qu’il estimait vouée à l’échec.La campagne qui allait conduire à la bataille de Trafalgar fut pour Villeneuve un long
          calvaire. L’amiral était pourtant secondé, à bord du Bucentaure, par des officiers de qualité.
          Le capitaine de vaisseau Magendie, son capitaine de pavillon, et le capitaine de frégate
          Prigny, son chef d’état-major, se montrèrent zélés, loyaux, efficaces et pleins de prévenance
          pour leur chef. En revanche, la cohabitation avec le général Lauriston, commandant des
          troupes passagères, devint très vite un véritable supplice. Cet officier général, aide de camp de
          l’empereur, avait déjà à plusieurs reprises accompli des missions d’inspection auprès des
          autorités maritimes. Dans cet exercice où il était perçu comme l’œil du maître, il s’était
          montré souvent malveillant avec les marins. Avec Villeneuve, il s’autorisa les plus vives
          critiques et fit sans nuance ni retenue le procès des décisions prises par son hôte. Il entretenait
          une correspondance directe avec l’empereur qui l’encourageait d’ailleurs à aiguillonner
          l’amiral par ses conseils et ses suggestions. Villeneuve, supporta très mal cette présence
          inamicale et finit par s’en ouvrir à Decrès5
          : « abusé par les dernières lumières qu’il a puisées
          dans ses missions dans les ports, par la malveillance des individus qu’il va questionnant sur
          les moindres incidents de navigation, il me fait [Lauriston] tous les jours l’objet de ses
          critiques, même vis à vis des officiers de marine que flatte l’opinion de son crédit. Il est
          impossible de me rendre plus malheureux que je ne suis depuis le moment de mon départ.
          Depuis surtout que les contrariétés et le malheur se sont appesantis sur cette escadre, il est
          affreux pour moi d’être continuellement en présence, assis à la même table, avec celui que je
          ne puis plus considérer que comme mon ennemi déclaré. Je vous en conjure, Monsieur, faites
          cesser cette situation. »
          Lauriston, dont la présence n’était plus jugée indispensable par

          4
          Souligné par Villeneuve dans le texte original.
          5
          Lettre du 22 août 1805 (SHM, BB4
          230).
          Juin 2005 4 La Revue Maritime N° 472
          l’empereur, fut débarqué à Cadix quelques semaines avant la bataille, mais il avait contribué à
          saper le moral de l’amiral.
          Lorsqu’il appareille de Toulon, cette fois avec succès, le 30 mars, Villeneuve ne connaît
          pas, du moins officiellement, l’objectif final que veut atteindre l’empereur. Ses instructions lui
          prescrivent seulement de rallier Cadix, de s’y renforcer du vaisseau l’Aigle et d’une division
          espagnole avant de gagner Fort-de-France pour y opérer sa jonction avec les escadres de Brest
          et de Rochefort. La façon dont il s’acquitte de cette première tâche ne prête pas à critiques
          majeures. L’amiral français est même assez heureux pour franchir Gibraltar avec un mois
          d’avance sur Nelson chargé de le surveiller et que son obsession d’un nouveau débarquement
          en Égypte a complètement égaré. On peut seulement lui reprocher sa hâte indécente devant
          Cadix où il n’attend pas le ralliement complet de l’escadre espagnole pour entamer sa
          traversée de l’Atlantique. Quatre des six vaisseaux alliés qui devaient le renforcer ne le
          rejoindront qu’aux Antilles. À Fort-de-France, où il parvient le 14 mai, Villeneuve ne trouve
          pas les deux escadres avec lesquelles il doit faire sa jonction6
          . Il applique alors ses
          instructions qui lui prescrivent d’attendre quarante jours l’arrivée des autres escadres en se
          tenant prêt à appareiller sans délai. Malgré ces directives paralysantes, l’amiral, moins passif
          qu’à son ordinaire, envisage une action contre la Dominique toute proche et parvient à
          reprendre aux Anglais le rocher du Diamant sur la côte sud de la Martinique. Cette position
          ennemie représentait une douloureuse épine pour la colonie. Avec la plus parfaite mauvaise
          foi, Napoléon reprochera plus tard à Villeneuve de ne pas avoir mis à profit son séjour aux
          Antilles pour attaquer, prendre ou rançonner les établissements britanniques. Les méthodes
          détestables de commandement de l’empereur viennent atténuer, là encore, la responsabilité de
          Villeneuve.
          http://ifm.free.fr/htmlpages/pdf/2006/472-2nelson-monaque.pdf

          voilà ,les térriens n’ont rien à faire à commander la marine ..il est là le probléme ..la France posséde des iles …mais ne sait pas en tirer profit …on note juste là aussi une incompétence et un mépris parisien ,on a ce qu’on mérite ,pillages ,Chomage et une bourgeoisie capitalistes la plus mal embouchée

          • claude dit :

            Batman … plutot que de faire du copier collé donne le lien, ça évitera l’encombrement de mon écran…

    • claude dit :

      Si on pouvait brader Mayotte…

      • Le Breton dit :

        Ce n’est pas Mayotte qui fait tourner la tête de nos politiques mais ce qu’il y a autour.

      • m2m dit :

        Pour Mayotte, c’est facile, il suffit de dire qu’on la restitue aux Comores (nous qui demandons aux Russes de restituer la Crimée, on pourrait donner l’exemple). Outre les raisons historiques, avec l’immigration illégale massive actuelle, la majorité de la population est comorienne.

    • Thaurac dit :

      Oui pour mayotte, et pour la guyane, gardez la région de kourou et basta, puisqu’on laisse les illégaux piller nos richesses naturelles.

  20. lechavenois dit :

    Si je récapitule :
    .
    Le 29 aout : les météorologues alertes les autorités des risques de destruction dus à la puissances du cyclone IRMA.
    .
    le 7 septembre : Les iles de St Barthélemy et St Martin sont  » rasées  » par le cyclone d catégorie 5 IRMA.
    .
    Le 8 septembre : La population métropolitaine stupéfaite par les images de destructions, apprend par les médias, l’envoie du BPC Tonnerre, armé d’équipes militaires spécialisées dans les interventions difficiles.
    .
    Le 12 septembre : le BPC Tonnerre, si tout va bien, devrait appareiller pour rejoindre le site .
    .
    Le 20 septembre : le BPC Tonnerre, si tout va bien, devrait être sur site.
    .
    Entre l’alerte des météorologues et l’intervention des équipes du BPC Tonnerre = 3 semaines !…
    .
    C’est ça, qu’on appelle pompeusement en France,  » la continuité territoriale  » ?…
    .
    Pour information, je vous invite à lire l’article ci-dessous:
    .
    http://lemamouth.blogspot.fr/2017/09/la-france-en-retard.html

    • IBV dit :

      Voilà ce que j’essaie d’expliquer plus haut mais visiblement je me suis pas fait que des amis….

    • batgames dit :

      bah demander à Macron et ses guignolos pourquoi ???c’est certainement pas dû aux militaires qui connaissent leurs moyens …

  21. MetoCuy dit :

    Imra vient d’anéantir la partie nord de Cuba avec des vents de +300 Km/h… et se dirige vers la Floride. Un autre ouragan de catégorie 4 José se dirige vers Saint Martin.. Le sort a l’air de s’acharner sur ces propres habitants
    .
    La Floride est une zone déserte à l’heure actuelle, Irma se rapproche et frappera cette nuit
    Vous pouvez suivre l’évolution en temps réel de la météo mondiale ici https://www.windy.com/

  22. vrai_chasseur dit :

    Il ne faut pas se voiler la face, factuellement la France est en retard et qui plus est coordonne très mal son action sur place. Il règne un amateurisme général qui ne sent pas bon du tout. Vraiment pas de quoi pavoiser. A côté, La Grande-Bretagne a déjà envoyé sur place le RFA Mounts Bay, un navire de soutien de la Royal Navy de 17000 tonnes (li est déjà arrivé alors que notre BPC n’a pas encore appareillé…). La Royal Air Force a déjà fait des rotations avec ses A400M (on a les mêmes A400M qu’eux…) et un gros cargo C-17. Quant aux Pays-Bas li ont déjà fait atterrir un C-17 (affrété très rapidement) et un Hercules, tandis que nous on en était encore à charger le matériel sur la base d’Orléans Bricy….
    Pour un pays comme la France qui se targue d’avoir des forces prépositionnées en zone Antilles (les Brits et les néerlandais n’en ont pas), oui, on peut rougir de honte face à toute cette incompétence notoire. Et qu’on ne se trompe pas : il s’agit bien de l’incompétence des décideurs de l’état, et pas de celle des militaires, qui sont aux ordres et font en l’occurrence très vite avec des moyens totalement rabotés par les coupes budgétaires successives. D’autant que les Brits et les Néerlandais ont anticipé la situation par rapport notamment à des images satellites radar de la trajectoire d’Irma qui venaient notamment … des satellites français du CNES … on avait donc les images comme eux …

    • Thaurac dit :

      On a surtout de la gueule, pas plus, c’est pas une problème d’outil, mais de ceux qui décident de l’employer.

  23. vrai_chasseur dit :

    Et pour conclure mon post précédent, cela exige un RETEX très sérieux de toutes ces insuffisances, de la part des « autorités » pour le prochain ouragan. Il y a beaucoup, beaucoup, de choses à améliorer, énormément de leçons à tirer. La première leçon, c’est que face à l’imprévu on est incapable d’initiatives rapides et efficaces. Il s’en dégage une impression de grande fragilité.
    Pour l’heure les faits nous font apparaître comme un peu ridicules alors qu’on est capables de bien mieux que cela.

  24. minitel dit :

    Franchement, quand on assiste à ce gigantesque cafouillage et à ce bordel incroyable pour acheminer des secours (Guadeloupe/St martin : 300 kms !) on se demande vraiment à quoi servent les forces armées dans les DOM TOM et aux Antilles en particulier. Autant sous traiter ça à des vigiles, ça reviendra moins cher.
    Perso, j’étais en Polynésie en 1995 à la reprise des essais nucs. Vers la fin des tirs les indépendantistes ont provoqué des émeutes, envahi l’aéroport et brulé l’aérogare suivis de pillages à Papeete. Mais en 24h des renforts militaires sont arrivés de Nouvelle Calédonie en transall et 48h plus tard c’était la légion et plusieurs compagnies de gardes mobiles qui ont débarqué pour rétablir l’ordre.
    C’est vrai qu’à l’époque il y avait à demeure des tas de moyens, notamment aériens (2 ou 3 transall, des super puma, des caravelles, des Guardian…). Alors que maintenant, aux Antilles ils ont un seul misérable Casa. Et je ne sais pas si vous avez déjà volé sur Casa mais on n’y met presque rien dedans. C’est à peine plus gros qu’une camionnette, niveau charge utile.
    Pour l’anecdote, on peut aussi, sur ce coup là mesurer le gain d’efficacité obtenu avec la disparition de la direction du commissariat locale et son remplacement par un gsbdd ! En 1995 en polynésie la Dicom était capable d’envoyer en nombre et au coup de sifflet bref des rations de combat et du matériel de campagne (tentes douches, roulantes…) et des hommes avec. Aujourd’hui aux Antilles : que dalle. J’ai lu que 8000 rations viennent tout juste d’être expédiées de France, en urgence. Elles sont pas près d’arriver sur site, moi je vous le dit ! Les réservistes pourront toujours partir à la pêche avec.
    Bref, autant fermer boutique et vendre les Dom Tom au plus offrant (en commençant par Mayotte) pour ne pas avoir l’air aussi ridicule qu’inefficace. Ça fera des économies comme le veut not’ bon président – dents blanches, haleine fraiche en combinaison cabine étroite.

    • Thaurac dit :

      Quand je pense qu’un gars du conseil régional de guadeloupe , en me parlant de voiture volées (sur un ile cela me paraissait risqué!) m’a raconté qu’un jour , des gars ont été vu avec une BMW et quatre fut de 200 litres aux quatre coins pour rallier une ile, bon, ils ont coulé parait il, mais au moins, ils ont le sens de l’organisation.
      En outre mer, à haut niveau, c’est beaucoup petits fours, réceptions, vernissage de la femme de untel…..

    • minitel dit :

      @Thaurac
      Les petits fours, c’est surtout dans la marine, pour assurer en « petit blanc » (c’est une tenue, pas un slogan raciste) le prestige de la France aux escales. Si on faisait de compte de cette gabegie dans la Royale, il y aurait du grain à moudre pour équilibrer le budget des armées. Idem pour leurs « indemnités de vivres » qui assurent la bouffe des marins 24h/24h. Autant ça se conçoit en mer, autant c’est un gaspillage sans nom sur les bases navales de métropole.
      Pour le reste, le foutoir invraisemblable à St Martin c’est juste la traduction du manque de moyens outre mer. En quelques années, les frégates ont été remplacés par des patrouilleurs, les transall par des casa et les super puma par des fennec. Les bases aériennes ont été remplacées par des détachements ou des éléments air et les directions du commissariat par des gsbdd… Autant de structures désormais inutiles qui courent comme des poulets sans tête quand on a besoin d’elles.
      Et le pire c’est que ce boxon et cette misère n’ont pas du échapper à l’attention du monde entier qui sait maintenant que les armées françaises sont aussi préparées à l’inattendu qu’elles l’étaient en mai 1940. D’ailleurs les images de St Martin rappellent cruellement l’exode de 1940.

      • S.B-Seguin dit :

        La comparaison avec 1940 est pour le coup totalement démagogique et le retard des secours et moyens humanitaires sont plus le fait d’une réelle incompétence politique de Macron/Philippe/Collomb/Parly, que de manques capacitaires.
        .
        D’ailleurs que des Casa soient amenés à remplacer une partie de l’immense flotte de Transall livrés entre les années 70 et 80, mais mentionnez aussi que des Transall commencent aussi à être remplacés par des A400M.
        Pour le reste, citez-nous où des patrouilleurs remplacent des frégates et où des Fennec remplacent des Super-Puma.

  25. basstemp dit :

    Ca fait 40 ans qu’on diminue lentement mais surement les moyens de l’armée pour financer l’immigration en France …

    Voila ce qu’il en coute ! Et en+ ça vire aux émeutes raciales sur place

    Paye ton vivre ensemble … Ou pas !

  26. Caton dit :

    Et allons-y avec de la pseudo-information orientée. Un ouragan change de force et de direction en quelques heures alors c’est facile de réécrire l’histoire après-coup. On a la démonstration avec José et même Irma qui vient de changer de cap et de force.
    Aucun des 3 BPC n’était prêt à partir sur le champ, et la marine s’est activée pour que le Tonnerre le soit rapidement. Les britanniques ont déjà envoyé un porte hélicoptère sur place parce qu’il était sur le départ. Sauf qu’il n’est quasiment vide de moyens lourds.
    Ce n’est pas de l’information que vous proposez c’est de la propagande.

    • Wagdoox dit :

      Mais arrêtez donc de raconter des conneries !!! Pour toutes carastrophes naturelles, la première chose c’est de remettre en état la piste d’atteriage quand il y a en a pas on envoi les portes hélico voir même un pa en plus comme durant le tremblement de terre en Haïti. On savait que le cyclone allait frapper et avec quelle puissance deux jours avant et le mistral avait été préparé en 3 jours pour le Mali mais pour dès territoire français. L’argument des fake news est celui de ceux qui n’en ont pas.

    • S.B-Seguin dit :

      Bonjour monsieur Caton,
      même face à un phénomène naturel aussi imprévisible que vous le décrivez, comment expliquez-vous que contrairement au gouvernement français les gouvernements britanniques et néerlandais aient su anticiper le risque qui s’est donc concrétisé?
      .
      Nous attendons le plaisir de lire vos explications.

  27. Michel47 dit :

    Bonjour,
    J’ai été surpris que du matériel de première urgence et des hommes n’aient pas été acheminés en Guyane avant l’arrivée d’Irma sur l’Arc Antillais. C’est quand même plus proche et les infrastructures d’accueil existent. Ou même en Martinique sachant que cette ile serait «épargnée» par Irma.
    Je ne sais pas comment travaille la Cellule de Crise mais comme d’habitude il n’y a aucune anticipation à un problème que l’on sait dévastateur pendant (destruction des infrastructures) et après (Pillage, maintient de l’ordre).
    1) Le 1er Septembre Irma est classé en catégorie 3 => La Cellule de Crise met en Alerte 24h00 l’ensemble du personnel et des moyens pour parer à toutes éventualités aux Antilles, en Guyane et en France.
    2) Le 04 Septembre on connait la modélisation de la route d’Irma. On sait que les Antilles se préparent à affronter un phénomène climatique majeur. La Météo Guadeloupe émet une Vigilance Jaune => La Cellule de Crise commence à acheminer vers la Guyane et la Martinique du matériel de première urgence et des hommes (Gendarmerie, Police, Militaire, Pompier, EDF, ect…).
    3) Le 04 Septembre : Renforts de secouristes à Saint-Martin : En prévision du passage du cyclone Irma, la Sécurité Civile a annoncé l’envoi préventif de 57 secouristes au départ de l’hexagone. Ils quittent Brignolle ce lundi matin. C’est dérisoire vu l’ampleur des dégâts annoncés par Météo-France…
    4) Le 05 Septembre : Ce Mardi matin, l’ouragan poursuivait sa route vers l’arc antillais, selon Météo-France, ce qui devrait l’amener « au plus près des îles du Nord de l’arc à partir de mardi soir ».
    L’ouragan, qui se déplace à 20Km/h, est « extrêmement dangereux », insiste Météo-France, « à l’image des ouragans Luis (1995 St-Martin) ou Hugo (1989 Guadeloupe, 15 morts) » qui avaient causé d’importants dégâts et des milliers de sinistrés. => La Cellule de Crise fait acheminer vers la Guyane et la Martinique le matériel, les hommes et la nourriture/eau. Ils pourront intervenir sur place rapidement dès la fin de l’ouragan et ainsi sécuriser la population sinistrée..

    Je ne suis pas un expert de la Cellule de Crise mais je pense avoir du bon sens. Même si l’État avait mobilisé trop de monde et de matériel pour un ouragan moins destructeur il y aurait eut quand même une intervention rapide.

  28. batgames dit :

    oups je me demander combien de temps les médias aller mettre pour nous informer qu’un de nos trois porte hélico parte ,…c’était évident que c’était ce type de bâtiment le plus adapté …quelle erreur d’avoir annulé la fabrication du quatrième …pour certainement en partie de nouveau mettre de l’argent dans un système scolaire qui fabrique des dealers et des djihadistes finalement ou des pleins de diplômé au chomage ou qui se barre à l’étranger travaillé pour des entreprises amerloques par exemple …triste éléphant

  29. Daniel BESSON dit :

    SAINT MARTIN : ROYAL CARRIBEAN INTERNATIONAL 2 – MARINE NATIONALE 0

  30. Lipo Tunisie dit :

    Très impressionnant