Irak : Les artilleurs français impliqués dans la bataille de Tal Afar

Située à environ 70 km à l’ouest de Mossoul, Tal Afar est une enclave Turkmène qui reste le dernier bastion de l’État islamique (EI ou Daesh) dans la province de Ninive (nord de l’Irak). Cette ville comptait environ 200.000 habitants avant de tomber sous le joug des jihadistes, le 16 juin 2014. En outre, de nombreux cadres de l’organisation terroriste en seraient originaires.

Bien avant la fin officielle de la bataille de Mossoul, la Task Force française Wagram, qui met en oeuvre quatre CAESAR (Camions équipés d’un système d’artillerie de 155mm) dans le cadre de l’opération Chammal, a appuyé la progression de la 15e Division irakienne vers Tal Afar. L’objectif était alors de permettre « d’élargir la zone sous contrôle » des forces de sécurité.

Puis, on en était resté là jusqu’au 15 août. Ce jour-là, un porte-parole du ministère irakien de la Défense, Mohammed al Khodari, a indiqué qu’une campagne aérienne était en cours à Tal Afar et qu’une offensive terrestre serait lancée par la suite. Dans le même temps, des unités de blindés et des troupes d’élites ont fait mouvement en direction de ce bastion de l’EI.

D’après le compte-rendu de l’État-major des armées, la TF Wagram a participé à la préparation de cette offensive. Elle « a mené […] 13 missions de tir en appui de la 15e division à l’ouest de Mossoul vers Tal Afar. En particulier, les artilleurs ont fourni des feux de harcèlement et d’éclairement pour interdire aux combattants de Daesh de mener des actions au sol ou de réaliser des tirs indirects contre les positions irakiennes », a-t-il en effet indiqué.

L’activité des artilleurs français devrait probablement gagner en intensité au cours des prochains jours puisque le Premier ministre irakien, Haider el-Abadi, a annoncé, le 19 août, que l’offensive terrestre pour chasser l’EI de Tal Afar venait d’être lancée.

« Je dis aux [hommes de] Daesh qu’ils n’ont pas d’autre choix que de se rendre ou d’être tués », a prévenu M. el-Abadi, dans une allocution télévisée. Environ 1.000 jihadistes seraient encore présents dans la ville.

Par ailleurs, le chef du gouvernement irakien a a également précisé que, outre les forces de sécurité (armée, police fédérale locale), les « Hached Al-Chaabi », c’est à dire les « unités de mobilisation populaire » dominées par les milices chiites soutenues par l’Iran, prendraient part aux opérations.

 

47 commentaires sur “Irak : Les artilleurs français impliqués dans la bataille de Tal Afar”

  1. message de force aux turcs. Erdogan avait menaçait d’intervenir si les hashed, participaient à la bataille de tall afar (tall=colline)
    L’annonce d’haider al abadi que les hashed seront dans le coup montre qu’il a gagné en autorité pour imposer cette décision aux turcs mais aussi à la coalition qui pense que faire intervenir les hashed complique une situation déjà tendue.

    1. Ce message est-il un signal de rééquilibrage entre l’arc chiite et l’arc sunnite?Ce que l’on reproche principalement aux HASHD AL-CHAABI est le massacre de Sunnites,or la ville de tall afar est encore une ville turkmène où la religion est en partie sunnite et en partie chiite,bref plus j’essaie de comprendre moins j’y arrive!

      1. – On constate (dramatiquement) que les exactions sont autant le fait des chiites que des sunnites (entre eux) en ce sens on peut parler de rééquilibrage.
        – Je vois surtout que Haider al abadi (premier ministre chiite) est en train d’asseoir son autorité sur l’Irak en jouant sur le sentiment national irakien et en mettant au second plan la religion. Ce qui va dans le sens des sunnites qui craignent d’être des citoyens de seconde zone mais aussi du clergé chiite qui (je le rappelle) appelle à une séparation du temporel et du spirituel (cf. ayatollah al sistani)
        Sur l’échiquier régional, Haider al abadi est en train de devenir la pièce maitresse. J’ai déjà raconté comment en tant que chef militaire des hashed, il a sorti du jeu les usa en syrie du sud et comment il capitalise sur les victoires des forces irakiennes contre daesh. Le point épineux pour lui dans sa recomposition de l’intégrité territoriale irakienne est le Kurdistan irakien mais il semble que sa stratégie se mette en place et elle risque de tailler une croupière aux intérêts us.
        J’ai regardé les dernières allocutions télévisées d’al abadi. En uniforme, devant une carte d’Irak, et le drapeau irakien, il a mis sur un pied d’égalité toutes les minorités d’Irak (en les énumérant) dans un discours assez habile pour grandir les forces irakiennes et minimiser les soutiens extérieurs.
        – Tall afar ETAIT une ville à majorité chiite avant d’être prise par daesh. De 200 000 habitants en 2014 on estime aujourd’hui la population à 15 000 ou 40 000 en incluant les villages alentours.

  2. Les Chiites sont pleinement employés pour précipiter la normalisation en Irak. Bravo à la Task Force Française pour son engagement. Les CAESARs se révèlent vraiment pertinents.

  3. Les loups entre eux.
    Daesh continue d’executer ses propres cadres. 5 émirs ont été exécutés dans la ville d’anah, à l’ouest de Ramadi a déclaré qoutri al obeidi, chef d’une unité du hashed al shaabi.
    « Le groupe a accusé ces dirigeants de réticence, surtout après que plusieurs membres aient été tués et blessés par des troupes militaires et paramilitaires au cours des derniers jours »
    Des raids intenses sont menés dans les villes d’anah et rawah où des refuges de daesh et un bâtiment utilisé comme tribunal ont été pris pour cible.
    Les villes de l’ouest de la province sunnite d’al anbar, anah, qaim et rawah sont toujours aux mains de daesh.

  4. tall afar. La première ligne de défense de tall afar est soumise à d’intense bombardement depuis le 11 aout. Le chef responsable de ces lignes a été tué dans des tirs de mortiers.
    Plusieurs lignes de défense ont été mise en place par daesh. Le front représente une ligne d’une soixantaine de kilo, sur 40 de profondeur. La poche de tall afar comprend la ville de tall Afar, les localités d’al ayadiya et d’al mahallabiya ainsi qu’une cinquantaine de villages. La colline de tall afar culmine à 700 mètres.
    L’estimation de 1000 djihadistes me semble faible.

    1. Comme d’hab,ça va tenir tant que ça peut,ils vont laisser sur place quelques pions et le gros des troupes se volatilise.S’ils ne sont pas déjà partis.La Turquie n’est pas loin et papà Erdogan est prêt a les accueillir a bras ouverts.Lui aussi a besoin de main d’oeuvre qualifiée pour ses besognes.

      1. Entre l’EI et la turquie il y a les Kurdes, qui ne les laisseront jamais passer. Bref, avant de parler il faut connaitre.

        1. Vous savez qu’à Mossoul,Tabqa…Américains et Peshmerga se sont mis d’accord pour laisser une porte de sortie a l’EI,pour épargner la population,ou pour sauver le barrage en ce qui concerne Tabqa?.Tal Afar c’est grosso-modo 200 000 habitants et il y aura probablement tractations.Sinon comment vous m’expliquez que les dizaines de milliers d’EI qu’on nous annonce a chaque attaque d’une grande ville,ou centre de commandement,on ne les retrouve pas sur le terrain ou prisonniers?.Ils sont tous sous les décombres?.Alors je suppose,que l’amitié d’Erdogan et le soutien des sunnites en général aidant,beaucoup d’EI peuvent choisir ce chemin.Faut pas croire que les EI soient isolés,partout ou ils sont passés,ils y ont trouvé leurs partisans.

          1. Il n’y aurait pas une part de propagande dans les récit militaire pour glorifier sa victoire ?
            A Taqba il y a eu un deal entre l’EI et les Kurdes pour laisser fuir les djiadistes vers Raqqa (de mémoire). Les américains sont passer en avions dessus le convois et l’a bombardé.
            A Mossul, j’ai plus en tète des massacres commis par l’armée Iraquienne aprés l’annonce de la victoire qu’une fuite des djiadistes.
            La vielle ville de Mossul derniére partie des combats est aujourd’hui en ruine, je pense que c’est ce qui attend Tal Afar.

            Je pense aussi que quand tu es en pleine expenssion tu trouves toujours des soutient, lorsque tu es au début de ton crépuscule les soutiens se comptent sur les doigts de la main.
            Depuis que la Turquie n’a plus de frontière avec eux, il y a eu rejet massif de l’organisation et l’arrêt de son soutien de façon global. Tout comme le retour des combattants étranger qui a surement chuté.

        2. Bonjour monsieur arnaud D,
          au delà des précisions à ne perdre de vue données par monsieur Auguste ci-dessus , observons qu’il est toujours compliqué d’avoir un total contrôle des allées et venues dans le relatif chaos d’un pays en guerre.
          .
          N’oublions pas que les djihadistes en situation de fuite n’ont rien à perdre et une meilleure espérance de vie qu’au volant d’un VBIED, même face au risque d’être interceptés par des chiites ou des kurdes.

    2. 1000 djihadistes pour 60 km de front , c’est faible, en effet, même sur ce genre de terrain. Surtout si la poche contient en plus tant de localités.

      1. Le chiffre de 2500 djihadistes circule aussi.
        Ce qui me paraît plus proche des estimations initiales. Surtout que les djihadistes de mossoul (les anbaris qui ont des attaches locales )se sont repliés ou ont fui sur tall afar.

  5. Après Mossoul, on pourrait penser que Tal Afar sera du « gâteau » pourtant cette ville risque de surprendre les forces irakiennes.
    Tal Afar reste une grande ville, donc le combat urbain sera de nouveau au rendez vous.Mais cette ville reste dans une zone à collines, qu’il est important de prendre avant d’entrer dans la ville juste pour dire devant les caméras « on y est » (un peu comme pour Mossoul).
    Tal Afar est la zone de replie de nombreux combattants de l’EI qui se trouvaient à Mossoul, c’est leur dernier gros bastion en Irak, ne restera ensuite plus que Al Qaim, à la frontière syrienne.
    On peut penser que cette bataille de Tal Afar devrait durer 2 mois environ, puis un mois de remise en condition et de nettoyage de la ville, puis une offensive des milices chiites se fera très vite dans la province d’Al Anbar, les forces irakiennes prendront la dernière poche à l’Est du Tigre, dans les environs de la petite ville Hawijah, on peut espérer voir l’EI défait territorialement en Irak d’ici la fin de l’hiver.
    Du côté syrien, ça va également s’accélérer, outre Raqqa, Daesh se réduit et se concentre de plus en plus sur son dernier réduit proche de l’Irak, la dernière offensive se fera très certainement des deux côtés et on peut penser que Daesh aura totalement été vaincu sur cette zone irako-syrienne vers l’été 2018, ce qui signifiera également la fin de notre opération Chammal.
    Restera beaucoup à faire du côté syrien et l’Irak risque de se retrouver avec un nouveau défi, celui de l’indépendance du Kurdistan (qui sera peut être reporté alors qu’il est prévu un référendum l’an prochain)

    1. @polymères
      Hawija est un bastion de daesh. Je ne serai pas étonné qu’ il soit la dernière bataille de daesh en Irak. Tant pour des raisons politiques que militaires.

  6. Moi je voudrais tirer un coup de chapeau à nos soldats. Le CAESAR apparaît non seulement pertinent mais extrêmement efficace, utilisé par des militaires compétents qui vont permettre, en plus, un retex encore plus important pour en faire bénéficier l’ensemble des artilleurs de notre armée. Bravo à nos militaires. Pensons à eux car ils risquent de passer Noël encore la-bas.
    Dans le French bashing qui sévit, voilà qui donne un peu de baume au coeur. Du matos qui fonctionne bien, efficient dans ce type de conflit, des militaires compétent, rustiques et qui prouvent qu’ils sont capables de durer dans le temps. Je suis certains qu’ils font une sacré impression sur les Irakiens et même sur les Américains.

    1. Bonjour
      suis pas artileur ma mère.. suis pas artilleur..bin la suite vous connaissez
      pourriez vous me donner qques éclaircissements ( n’en faites pas usage haha)sur deux termes employés dans l’article, d’avance merci
      Feux de harcèlement..
      feux d’éclaircissement…
      cordialement
      Francis

      1. L’emploi de l’artillerie élargit les options militaires au niveau tactique. Il permet notamment d’augmenter l’incertitude s’agissant de l’action coalisée tout en renforçant la sûreté des troupes amies.
        On peut par exemple tirer à l’obus éclairant sur une zone pur faire croire que l’on va y agir ou même simplement pour faire croire qu’on l’observe, alors qu’il n’en est rien.
        On peut aussi tirer à l’obus explosif sur une zone vide pendant toute la nuit, pour épuiser psychologiquement l’adversaire.
        Ce ne sont que deux exemples parmi des dizaines.
        Pour aller plus loin sur l’emploi exhaustif de l’artillerie, lire « l’artillerie des stratagèmes » du colonel Oliver Fort.

    2. Heureusement encore qu’on arrive à faire fonctionner « une » batterie?! On pourrait en attendre plus sans forcément faire du french bashing ne trouvez-vous pas? Chammal a pour l’instant connu très peu de blessé ou de mort, c’est limite de la figuration, pourtant la TF Wagram est très utile et a prit toute sa place dans les opérations. D’ailleurs en pensant aux JTAC, j’ai l’impression qu’il y a un fort ralentissement dans les opérations de bombardement en Irak, mais aussi en Syrie.

      1. C’est une réflexion très intelligente que l’idée selon laquelle nos soldats font de la figuration là-bas….
        Ils sont sous 50 degrés avec frag, casque et tous le reste en plein territoire ennemi, sans contact avec la France avec des enfants qu’ils ne voient pas grandir, et des bouteilles d’eau à moitié bouillante qui constituent leur seul confort…. Certain que les intéressés et leurs familles doivent apprécier ce genre de commentaire.

        1. Une seul batterie c’est de la figuration, pourtant cela suffi à combattre l’EI, cela reste finalement qu’une armée de va-nu-pied, et heureusement que l’armée irakienne a eu le courage d’affronter ces terroristes au corps-à-corps, sinon on y serait encore, incapable d’envoyer notre propre infanterie dans la fournaise, fuyant la moindre perte. Alors je n’ai pas pitié de nos force sur le terrain, car c’est pour cela qu’ils se sont engagés, beaucoup d’autres soldats français aimeraient être à leur place, les familles peuvent se rassurez, les CEASAR sont loin de l’adversaire. Par contre à Madama ils risquent de mourir d’ennui, et là je les plein.

          1. Je viens de nouveau en réponse à votre commentaire, que je trouve de prime abord affligeant:
            1 – « Figurer », dans son sens péjoratif (celui que vous employez), fait référence à une présence physique de pure forme: or, avec des centaines d’obus lancés durant la bataille de Mossoul (bataille majeure) et désormais, donc, présents sur Tal Afar, je pense qu’on a largement dépassé le symbole.
            2 – Durant la bataille de Berlin, une batterie d’artillerie, en termes numériques , c’était un ratio faible; or, vous ne connaissez pas le ratio des pièces de 155 sur le théâtre , tout comme moi. Donc vous parlez sur un vide argumentatoire et je pense qu’il y a nettement moins que les 20000 pièces de Berlin.
            3 – L’ennemi n’a rien d’un va-nu-pieds: en 1991, l’armée Irakienne, alors considérée comme la 4ème du monde, a été défaite en quelques jours. Or aujourd’hui, il nous faut des mois ou plus pour neutraliser vos « va-nu-pieds »; je déduis de manière logique que c’est donc un peu plus compliqué que votre analyse bas du front. Et surtout, on ne doit jamais sous-estimer l’adversaire.
            4 – Vous dites les CAESAR éloignés de tout danger: or, le combat moderne n’est plus un combat de front, mais un combat en « bulles », où l’ennemi est partout, sur les arrières notamment, dissimulé et jouant des populations civiles. Donc, là aussi votre affirmation est fausse.
            5 – Vous mentionnez une incapacité à envoyer notre propre infanterie: outre le fait que la décision soit purement politique, outre le fait que les armées soient exsangues à force d’engagements, l’armée française est l’armée de la nation et non celle de la défense des intérêts d’outre-atlantique. Donc, encore heureux que nous n’envoyions pas nos soldats.
            6 – Dire, en final, que vous « n’avez pas pitié » de nos forces sur le terrain, témoigne d’un mépris profond pour ces gens qui font sacrifice de leur vie. Tout soldat est avant tout un homme, et l’homme pour combattre a besoin de sa première essence qu’est la reconnaissance.
            Donc pour conclure , votre commentaire est bête et méchant.

          2. La guerre c’est aussi un combat de symbole; et je confirme qu’à l’échelle des guerres passés, 4 canons pourraient paraitre pour les ignorants en la matière, insignifiants. Enfin à un moment donner faut arrêter les sensiblerie déplacés dans des moments et des endroits où cela n’a plus sa place. La vérité c’est que Chammal fonctionne bien et sans trop de casse pour la France, ce qui est logique vu le peu d’homme qu’on y a envoyé. Ceci explique cela, c’était le choix de Hollande; alors que moi à l’époque, en stratège de bistrot, j’aurais plutôt envoyé un corps expéditionnaire, et là vous auriez pu vous rouler par terre de stupeur en voyant nos Leclerc accompagnés de notre infanterie rentrer dans Mossoul, bataille rapide mais carnage assuré!… Et c’est un gros budget pour les vétérans blessés qu’il aurait alors fallu gentiment discuté avec Bercy.
            -Enfin bref, toute proportion gardé bien sûr, je ne m’inclinerais donc pas devant vos estimations.
            -Pour les bulles d’accord c’est enregistré, les soldats de protection des canons sont d’ailleurs là pour ça, mais il y a quand même une ligne de front à peu près étanche, sinon les QG pèterait les uns après les autres par attaques kamikaze.
            -Vous savez, j’ai à un moment de ma vie baigné dans les récits des poilus, ça me permet de prendre du recul, et donc tout ce que je peux dire sur Chammal aujourd’hui, c’est que l’ennemi a passé le stade de la rupture, l’ennemi a peur car il sait qu’il va mourir! Alors n’est-ce pas réjouissant? Et les soldats français ont-ils souffert, ou en ressortiront-ils plus fières et plus fort que jamais?
            -Alors non je ne suis pas méchant, mais un peu bestial par instinct de survie primaire, et je pense que la pitié est déjà une défaite en soit, et que nos soldats n’ont absolument pas besoin qu’on les en affublent. Car sérieusement, contre un ennemi avec une marine, une aviation, une industrie de l’armement, etc, il faudra être beaucoup plus méchant que ce que nous faisons actuellement avec les moyens en notre possession. Je vous propose de relativiser et surtout de connaitre, de lire les expériences passés des conflits auxquels nos compatriotes ont participé, et qui y sont restés par milliers.
            -Par contre j’avoue qu’à Madama il doit y avoir quelques jolies endroits à visiter.

      2. @eliot mess
        complètement.
        1 les secteurs daesh disparaissent et se concentrent dans les zones habitées (à défaut d’etre urbaines)
        2 En syrie, russes et SyAAF occupent les airs. Seule la vallée de l’Euphrate est traitée maintenant par la coalition.

        1. Au moment où j’écrivais mon commentaire, les infos nous ont parlés d’un regain de bombardement. Pas encore le moment donc de relâcher la pression, vu l’activité terroriste.

      3. Bonjour monsieur Mess,
        pourriez-vous s’il vous plait, être plus précis en nous fournissant vos informations au sujet du bilan des blessés de Chammal ?
        Merci d’avance.

        1. Désolé je n’ai pas ce chiffre en ma possession; et puis il me semble que les infos concernant les résultats des FS sont confidentiels. Mais je sens que vous allez nous le dire.

          1. Que nenni,
            je les aurai d’emblée présenté !
            .
            Les morts des FS ont toujours été communiquées pour une opération officielle telle qu’en Irak.
            D’autant plus que les forces engagées sur l’opération Chammal sont majoritairement des unités régulières où les bilans de blessés et évacués sont aussi communiqués, d’où ma question.
            .
            Donc, si vous n’en savez rien, pourquoi dite-vous que « Chammal a pour l’instant connu très peu de blessé », monsieur Mess ???

          2. A vrai dire je ai pas trop le souvenir…si une attaque par drone il me semble. Si je vérifie sur le net c’est triché et je suis déshonoré.

    3. Et sans doute encore l’occasion de démontrer les qualités du CAESAR aux futurs acheteurs potentiels dont l’Egypte qui évalue également le K9 Sud Coréen.

    4. En effet bon travail à nos militaires français. Et oui le french bashing est encore et toujours à la mode, de la part des gauchistes et aussi des pro-russes qui préfèrent glorifier la Russie en faisant passer leur pays pour de la m****….

  7. D’après le général townsend ( cf communiqué du centcom) toutes les forces de sécurité irakiennes sont à l’oeuvre. Armée police fs hashed…
    Les forces irakiennes attaquent au plus court en direction de la localité de tall afar,
    C’est à dire en partant de la base située à l’Ouest de la ville conquise par le hashed
    fin 2016.
    Plusieurs villages ont été repris.

  8. Je voudrais rappeler qu’Amnesty International a dénoncé de potentiels crimes de guerre commis par la coalition occidentale à Mossoul, notamment suite à l’utilisation de l’aviation et de l’artillerie dans des ZONES URBAINES, c’est à dire remplies de CIVILS.
    DAESH est une organisation à exterminer mais rien ne justifie pour autant les crimes de guerre. J’espère que les munitions de 155 mm ne tuent pas des civils.
    Si on voulait être vraiment efficace, il faudrait peut-être arrêter de vendre des armes aux pays du Golfe et les ostraciser pour leur soutien au terrorisme et au radicalisme islamiste dans le monde entier.
    Mais raser une ville arabe est sans doute plus facile que de fermer une mosquée en France…

    1. Par mosquée, il fallait bien-entendu entendre mosquée et toutes les associations d’OBEDIENCE SALAFISTE, c’est à dire la même idéologie moyen-ageuse qui anime les tueurs de Barcelone, les monarques du Golfe et la soldatesque de DAESH.

      1. Criloc,
        Quand vous dites
         » mosquée et toutes les associations d’OBEDIENCE SALAFISTE, c’est à dire la même idéologie moyen-ageuse qui anime les tueurs de Barcelone »
        vous voulez sûrement parler de la religion musulmane quand elle applique l’exemple du « Beau modèle » Mahomet à travers les Hadiths, le récit de ses faits et gestes, aussi importante pour le fidèle que le Coran ?

    2. À criloc
      Bonjour monsieur, les avions de la coalition ainsi que les différents artilleurs (coalition et forces irakiennes) ne tirent que sur des objectifs réputés imprenables par les soldats au contact des djihadistes, il est vrai que quelques centaines de civils sont morts dans les petites rues de mossoul suite à ces tirs, et c’est très regrettable , mais savez-vous combien de soldats irakiens sont morts dans ces mêmes petites rues parce qu’ils avaient du mal à faire la distinction entre les civils et les combattants ? D’autant qu’ils sont vêtus pareil et que DAECH prend grand soin de forcer les civils à se laisser pousser la barbe…
      alors Amnesty peut bien accuser la coalition hypocritement, ces gens là savent que les différentes forces spéciales qui forment les soldats irakiens sont remarquables d’efficacité parce qu’il n’est pas dans la culture des soldats des armées de ces pays d’épargner les vies civiles au détriment des leurs. Au fait c’est plusieurs milliers de soldats irakiens qui sont morts ou blessés à mossoul pour épargner les vies civiles autant que faire se peut!!! De plus je vous félicite , nos amis irakiens vont boire du thé à la menthe à votre santé, sachant maintenant qu’amnesty va très prochainement vous envoyer confisquer les armes des combattants de daech a tall afar.

    3. Amnesty International évoque des civils tués au cours des bombardements occidentaux, mais ils ne constituent pas des « Crimes de Guerre », même s’ils génèrent des victimes collatérales qu’il est difficile d’éviter au regard de l’imbrication avec les civils volontairement anticipée à dessein par les forces djihadistes.
      .
      C’est plutôt la volonté délibérée de bombardements ayant pour objectif de raser des quartiers d’habitation comme ce fut le cas à Alep par les russo-syriennes qui peut par contre être qualifié de « Crime de Guerre ». L’usage de grappes de bombes par les russo-syriens est particulièrement éloquent.
      .
      Mais ce ne fut pas le cas à Mossoul où les victimes collatérales étaient d’autant plus difficile à éviter aussi venant des forces terrestres qu’évidemment des raids aériens.
      Les tirs d’artillerie étaient pour une bonne partie des tirs nocturnes d’obus éclairants.
      .
      DAESH, une organisation à exterminer justifiant aussi les raids aériens même zones urbaines.
      Pourquoi ?
      Sans ces raids il serait impossible de rapidement libérer ces villes ce qui sous-entend PLUS DE MORTS CIVILS qui en plus SUBIRONT PLUS LONGTEMPS LES SÉVICES DE DAESH !!!
      .
      DEMANDONS AUX SURVIVANTS DE MOSSOUL S’IL FALLAIT LES LAISSER CREVER COMME LES CHIENS SOUS LES SÉVICES DE DAESH PLUTÔT QUE DE PRÉCIPITER LEUR LIBÉRATION EN BOMBARDANT MOSSOUL.
      .
      Et en quoi en octobre 2016 quand commençait la Bataille de Mossoul, arrêter de vendre des armes aux pays du Golfe aurait en soit changé le déroulement de cette bataille ?
      Un constat également à mettre en perspective quand on sait que l’essentiel des équipements de Daesh en Irak provient des abandons et saisies sur l’armée irakienne.

      1. « Mais ce ne fut pas le cas à Mossoul où les victimes collatérales étaient d’autant plus difficile à éviter aussi venant des forces terrestres qu’évidemment des raids aériens. »
        .
        C’est quoi la différence entre un bon chasseur et un mauvais chasseur – version Proche Orient.
        .
        Un mauvais chasseur, il largue ses bombes et rase la ville. Un bon chasseur, il largue ses bombes et il rase la ville – mais alors rien à voir avec le mauvais chasseur.

        1. Les forces engagées au sol à Mossoul ont aussi fait des victimes civiles dans la mêlée des combats.

          1. SB Seguin,
            La définition que vous proposez d’une sorte d’état de nécessité à laquelle auraient été confrontés les forces de la coalition ne s’appliquerait pas aux bombardements russo-syriens ?
            On sait maintenant que les souterrains permettant aux djihadistes de circuler à l’abri des bombardements ainsi que l’imbrication des civils otages et des islamistes leur ont permis de se maintenir plus longtemps, mais il fallait donc attendre les frappes « humanistes » de la coalition pour qu’il soit légitime d’intervenir ?
            J’espère ne pas avoir travesti votre propos.
            J’apprécie cette forme de réflexion qui permet de distinguer un bon d’un mauvais bombardement. Quand aux habitants de Mossoul, il suffira de demander à tous ceux qui rentrent chez eux, dans un pays toujours soumis au criminel de guerre Bachar Al Assad.
            Vous remarquerez que je ne met pas de guillemet à criminel de guerre, j’ose déjà établir un parallèle entre les différentes forces en présence.

      2. Définition d’un crime de guerre au sens de l’article 8. 2) b) iv) du Statut de Rome :

        « Relève du crime de guerre le fait de diriger intentionnellement une attaque en sachant qu’elle causera incidemment des pertes en vies humaines dans la
        population civile, des blessures aux personnes civiles, des
        dommages aux biens de caractère civil ou des dommages étendus,
        durables et graves à l’environnement naturel qui seraient
        manifestement excessifs par rapport à l’ensemble de l’avantage
        militaire concret et direct attendu. »

        CAESAR est très précis mais utiliser des obus de 155 dans une agglomération cause incidemment des pertes en vies humaines dans la population civile.
        Le SEUL élément qui me rassure, c’est que les artilleurs français sont au fait du strict respect du droit des conflits armés et des règles d’engagement. Et je sais qu’ils ont d’ailleurs déjà refusé des demandes d’appui feu.
        Mon message avait donc pour vocation de rappeler aux décideurs français et américains qu’ils n’ont pas le droit de demander à leurs forces armées de violer les lois de la guerre.

  9. Bonjour monsieur Polymères,
    il semble très compliqué pour ne pas dire aventureux d’établir un calendrier des batailles jusqu’à la fin de l’hiver prochain.
    .
    La topographie de villes telles que Mossoul ou Raqqa est trop différente de celle de Tel Afar pour établir une comparaison.
    Ceci dit, il est toujours difficile d’anticiper la durée d’une bataille telle qu’à Tel Afar, même si on serait tenté de se référer aux précédents de Ramadi [375 000 habitants] qui avait duré 2 mois opposant aussi 1000 djihadistes à 10 000 hommes des forces irakiennes et de Falloujah [325 000 habitants] avec un mois de combats opposant 4000 djihadistes à 40 000 hommes des forces irakiennes.
    .
    Après Tel Afar, Al Hawijah et surtout l’ensemble de la zone proche de Kirkouk devraient être l’objectif suivant des forces irakiennes:
    http://www.iraqinews.com/iraq-war/islamic-state-execute-27-civilian-prisoners-kirkuk/
    .
    Al Qaïm [150 000 habitants] chef-lieu de la province d’Al Anbar, sera le dernier verrou de Daesh avant la frontière syrienne et une jonction des forces chiites irakiennes avec l’Armée Arabe Syrienne quand elle arrivera à la très proche Abu Kamal [66 000 habitants].
    http://plus.lesoir.be/106362/article/2017-07-26/que-reste-t-il-de-daesh-apres-mossoul-et-bientot-raqqa
    .
    Le referendum sur l’indépendance du Kurdistan Irakien se tiendra le 25 septembre prochain et devrait plutôt initier un long processus de négociations avec Bagdad qu’une indépendance imposée du jour au lendemain sans ménagements.
    Les kurdes ont des atouts pour négocier leur indépendance contrôlant en Irak des zones au delà des limites traditionnelles du Kurdistan irakien.
    .
    Et n’oublions pas qu’au delà de la problématique kurde, Bagdad devra surtout gérer une réconciliation nationale, cruciale avec les populations sunnites plus imbriquées avec les chiites que ne le sont les kurdes de tradition sunnite mais avec une conception le plus souvent laïque de la politique.
    .
    Le départ rapide d’Irak des forces occidentales et donc principalement américaines, sera également un sujet crucial de « l’après-daesh » pour Bagdad.
    Or, les forces américaines resteront probablement au Kurdistan, là où elles seraient remplacées par les forces iraniennes dans la région de Bagdad.
    .
    Tout le monde a tendance à perdre de vue que depuis 2014 et le début de l’importante intervention US et occidentale, que Téhéran reste l’allié n°1 de Bagdad et Damas l’allié n°2, faisant des occidentaux des alliés de circonstance dont le pouvoir chiite irakien se débarrassera dès que possible.
    .
    Le Kurdistan restera la dernière zone de présence US en Irak et probablement en Syrie.
    Un possible projet d’union du Kurdistan syrien avec le Kurdistan irakien serait un moyen de contrebalancer l’axe Damas/Bagdad/Téhéran le temps qu’il durera, car l’avenir de la Syrie s’avère bien plus incertain que celui de l’Irak.
    .
    PS.
    Toutes les populations urbaines ici mentionnées font référence à ce qu’elles étaient avant 2011/2014.

  10. À S B SEGUIN
    bonsoir, il y a quelques temps j’avais échangé avec jyb à ce sujet, plus le temps passe et plus je pense que les américains vont monnayer leurs départ d’Irak et de Syrie et imposer une terre pour les kurdes qui traverserait l’Irak et la Syrie jusqu’à la Méditerranée pour imposer ce fameux pipelines Katari au grand dam de al Assad qui ne pourra s’y opposer et d’erdogan qui ne pourra taper sur les kurdes sans toucher aux américains !!! Sachant que s’il énerve l’aigle américain, aucun pays ne viendra à son secours..

Les commentaires sont fermés.